Rudolph Spengler - Come and have a drink
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Rudolph Spengler - Come and have a drink
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mar 20 Mar - 21:48
Rudolph Spengler
Ft. Avatar
Petites infos
Sorcier
213 ans
4 Juillet 1805
Un petit village d'Ecosse
Gérant du bar Saints and Sinners
Les siens, principalement
Célibataire
Pansexuel


Anecdotes
Il n'aime pas spécialement son prénom, alors il se fait appeler Rudy la plupart du temps ♦️♦️ Pourtant, ce n'est pas son vrai nom, il en a changé durant ces années, mais très peu savent que son vrai prénom fut Keiran, il y a longtemps de cela ♦️♦️ Boit comme un trou, fume comme un pompier, jure comme un charretier ♦️♦️ Sa marque de sorcier se trouve être une ligne d'écaille qui descend le long de sa colonne vertébrale ♦️♦️ Respecte les Accords, ce qui ne veut pas dire qu'il est poli avec les représentants de l'Enclave ♦️♦️ L'espace personnel? C'est quoi ça? Ca se mange? ♦️♦️ S'est pris d'amour pour le rock, allant des années 50-60 aux années 80, limite 90, après c'est de la soupe pour lui ♦️♦️ Le premier qui vient chercher des noises à une créature obscure dans son bar a intérêt à l'inviter à la baston! Ou à faire ça dehors ♦️♦️ Possède des très (trop) nombreux tatouages, concentrés sur le haut de son corps et en particulier ses bras ♦️♦️ Beaucoup se demandent comment il a fait pour rester en vie jusque là, mais il y a deux raisons: il sait lire les gens, et sait quand fermer sa gueule quand même, et Siobhan. Surtout Siobhan en fait ♦️♦️ Il en faut un paquet pour qu'il vous en veuille vraiment malgré sa nature rancunière, mais quand il vous a dans sa liste noire...ouh c'est pas bon signe du tout ♦️♦️ Hilde, c'est sa fille, sa bataille (oui je sors), même si elle n'est pas de son sang. Il l'a recueillie quand elle était encore qu'un nourrisson et l'a élevée toutes ces années, alors gare à celui qui voudrait lui faire du mal ♦️♦️ Fier écossais, il n'a jamais cherché à effacer son accent à couper au couteau ♦️♦️ Fier écossais, mais dégoûté du Haggis à vie ♦️♦️ S'insurge à chaque fois qu'on lui commande du bourbon dans son bar ♦️♦️ A une sainte horreur....Des papillons (ce qui n'a pas empêché Hilde de lui offrir un t-shirt à paillettes avec un papillon) ♦️♦️ Il y a un objet dont Rudolph ne se sépare jamais, certains diraient son zippo et ils n'auraient pas totalement tort, mais plus précieux encore que son zippo: un anneau, tout simple, une large bande d'argent. Qu'il le porte au bout d'une chaîne, au doigt ou qu'il le garde dans sa poche, il est toujours avec lui. S'il pense l'avoir perdu, il retournera chaque milimètres carrés de cette ville pour le retrouver s'il le faut.
Derrière l'écran
Coucou tout le mooooonde!
Moi c'est Audacious Squirrel, j'ai 26 ans et je suis pour le moment en licence pour devenir guide conférencière. En génréal sur les forums, je passe tous les jours et réponds au maximum toutes les deux semaines. Pour la simple et bonne raison qu'une semaine sur deux je suis en cours et donc je n'ai aps le temps/la foi de rp...
Ce forum m'a l'air bien sympa et j'espère que mon petit Rudy vous plaira ;)


Pour recenser
Code:
Joseph Gilgun <pris>♦️♦️</pris> Rudolph Spengler
Code:
♦️♦️ Rudolph
Code:
♦️♦️ Spengler
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mar 20 Mar - 21:48
La petite histoire
Avoir un enfant différent n’est jamais une bonne nouvelle. Pourtant, parfois ce n’est pas si catastrophique, un léger retard mental, une légère difformité physique…Si seulement ça s’était contenté de cela ! Mais non. En plus des écailles qui parcourent le dos de leur petit Keiran, voilà que l’enfant présente des capacités qu’aucun humain ne devrait posséder. Pourquoi eux ? Ils ne sont que de simples fermiers d’un petit village dans le Highlands Ecossais. Pourquoi le Démon avait-il décidé de jeter son malheur sur eux ?

Ha ! Pas « LE » démon, mais « UN » démon. Un démon qui a usé de l’apparence du mari de cette femme, inconsciente de la supercherie, pour créer un descendant. Evidemment, une fois la procréation réalisée, il n’est pas là pour prendre en charge le bébé, pourquoi le serait-il ? Ce n’est pas vraiment un démon, même s’il a du sang démoniaque dans les veines. Non, il laisse l’enfant sur Terre, comme si c’était à lui de prouver qu’il était digne de marcher sur ce sol qu’ils convoitent pour tant de raisons, bien souvent obscures. S’il montre qu’il peut survivre, il est digne d’eux, sans pour autant être l’un des leurs ; s’il meurt, c’est qu’il était trop faible pour servir à quoi que ce soit.

Honnêtement, avec les croyances superstitieuses de cette époque et de la région, le petit Keiran pouvait s’estimer heureux de ne pas avoir été brûlé vif aux premières visions de ses écailles. Mais on sous-estime souvent l’amour d’une mère ; la sienne n’a pas compris la supercherie dont elle a été victime, elle ne sait pas que son fils est le fruit d’une union démoniaque, alors elle a voulu protéger son enfant. Cependant, aujourd’hui ce n’est plus possible, pas alors qu’il a des pouvoirs qui dépassent l’entendement. Divins ou démoniaques, seul l’avenir pourrait leur répondre, mais ils ne vont pas attendre, ils ne peuvent pas attendre.

Alors ils emmènent l'enfant en forêt, une promenade pour des champignons. Si le petit avait eu plus de quatre ans à cette époque, peut-être aurait-il reconnu que ce n’était pas la bonne saison pour les champignons habituels. Peut-être aurait-il compris que quelque chose clochait avec cette promenade impromptue. Mais du haut de ses quatre ans, la seule chose que comprend le petit garçon, c’est qu’ils vont faire une balade en forêt. Ils marchent, ils marchent, ils marchent et au bout d’un moment, le petit n’en peut plus et s’endors dans les bras de sa mère. C’est là que tout se met en place : parcourant la forêt d’un pas sûr, les parents vont jusqu’à cette maison perdue au fin fond de la forêt, faite de bois sombre et de pierres toutes aussi froides que le bois. La maison de la sorcière. Les deux parents déposent l’enfant sur un tapis de feuilles mortes, et filent aussi vite qu’ils sont arrivés, peu enclins à rencontrer en personne la sorcière.

Quand l’enfant se réveille, il ne voit pas ses parents. Il ne reconnaît pas l’endroit, et il se met à pleurer. Ce sont ses pleurs qui, finalement, attirent la femme qui vit dans cette maison : une femme à la peau de couleur café au lait, des yeux sombre et une allure fière, la prestance d’une reine, les habits d’une roturières malgré tout. C’est elle que l’on appelle « la sorcière ». Parce qu’elle est différente, simplement par sa peau, et qu’elle semble capable de miracles. Pourtant, ils sont bien loin de se douter qu’ils ont raison, elle est bien une sorcière, déjà presque deux cents années au compteur, et toujours en activité, même si elle se fait discrète, préserve sa vie privée, afin de pouvoir vivre encore longtemps sans quitter cette terre de croyance et de spiritisme. Mais ce soir, il y a un très jeune enfant qui pleure devant sa maison et elle s’approche.

"Qu’est-ce que tu fais là ?" son ton est ferme, pourtant empreint d’une infinie douceur.
"Je…J’ai perdu mes parents…"

Et de fil en aiguille, Siobhan, car là est son nom, comprend qu’il a été abandonné, ses parents espérant sûrement qu’elle le dévore, comme avec les autres enfants qui disparaissent dans le secteur (même si elle n'a rien à voir avec cela). Elle pousse un lourd soupir et invite l’enfant à entrer, au moins pour la nuit, pense-t-elle. Mais quand elle voit sa marque et sent son énergie magique avant qu’elle n’échappe au garçon, elle comprend. Un autre sorcier, un très jeune sorcier, inconscient de ce qu’il est et de ce qu’il peut faire, incapable de contrôler la moindre impulsion de sa magie…Ses parents ne voulaient plus de lui et dans un élan désespéré, lui ont mis entre les pattes sans savoir que c’était la meilleure chose à faire…

♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️

"Rappelles-moi pourquoi on est dans ce bled paumé Siobhan ?"

Il n’a même pas besoin de voir son visage pour savoir qu’elle doit encore lever les yeux au ciel. Un peu plus d’un siècle environ qu’elle le traine avec elle, ce gamin qu’elle a élevé comme le sien sans vraiment s’en rendre compte, ce sorcier qui est devenu quelqu’un de bien, même si plutôt iconoclaste. Finalement, elle soupire et se tourne vers lui.

"Rudolph, pour la dernière fois, parce que j’ai des connaissances à rencontrer ici. Mais tu es libre de partir si tu le souhaite."

Il n’y a aucun venin dans sa voix, jamais. De la fermeté, oui. Un ton autoritaire ou strict parfois, certainement. Mais du venin ou de la vraie méchanceté ? Jamais. Elle n’est pas comme ça Siobhan. C’est elle qui a offert une seconde chance à Keiran, rebaptisé Rudolph (sans passer par la case église), après tout. Cependant, elle a raison : il pourrait partir quand il le souhaite. Il contrôle sa magie et même la maîtrise très bien ; un sorcier qui apprend vite et qui est curieux, en plus de cela. L’enseignement de Siobhan n’y est pas pour rien non plus, clairement. Pourtant, il ne part pas. Il la suit, semblant parfois rechigner à aller à certains endroits, mais incapable de se séparer d’elle semble-t-il. La vérité, c’est qu’il a peur de la solitude. Il la déteste cette garce, celle qu’il a ressenti quelques heures à peine, juste le temps entre le moment où ses parents l’ont abandonné dans la forêt et le moment ou sa mentor est arrivée. Peu de temps, finalement, comparé à la vie immortelle qu’il possède (s’il fait suffisamment attention à lui ceci dit), mais suffisant pour le traumatiser. Il a, comme tous, des moments où il a besoin d’être seul, mais il n’est jamais isolé. Non accompagné, oui. Isolé, jamais. Malgré tout, il sait qu’il viendra un jour où suivre Siobhan ne sera plus possible, que ce soit parce qu’il lui aura tant tapé sur les nerfs qu’elle l’aura congédié de force, ou bien…Il ne préfère pas penser à l’autre alternative, après tout, elle est prudente, intelligente et précise, elle ne serait pas le genre à se faire avoir bêtement.

On se demande bien comment Rudolph peut avoir un caractère aussi différent de celui de sa mentor en l’ayant suivie depuis ses quatre ans, mais que voulez-vous, la nature est ainsi faite. Actuellement, ils sont installés dans l’unique bar du coin, attendant la « connaissance » de Siobhan. Mais des voix leur parviennent depuis l’extérieur et Rudy relève la tête pour voir par la fenêtre une femme, visiblement plus tout à fait complète là-haut (ou alors avec trop de compagnie, au choix), s’agiter dans la rue en hurlant «L’enfant du démoooon »  avec deux types qui essaient de la canaliser. Si ça n’avait été que cela, l’écossais ne se serait pas posé plus de question ; là où le bât blesse, c’est quand il entend le rest des gens autour.

"A donné naissance à un enfant maudit"
"Devra disparaître"
"Brûler au bûcher"

Et autres joyeusetés dans le même registre. Pour un humain lambda, ça n’aurait pas plus de signification que le sens premier. Mais pour des gens comme eux, des sorciers, ce genre de discours est connu et le visage de Rudy s’assombrit tout en affichant un sourire. Siobhan le voit et prend la parole.

"Rudolph, non." Le plus jeune des deux tourne son regard vers sa mère d’adoption et lui offre un sourire carnassier.
"Rudolph, oui."

Et sur ces deux mots il se lève et file en trombe hors du bar, se posant la question du chemin à suivre quand il voit une foule pas très loin. En général, une foule, ce n’est pas très bon signe. Il s’approche, se fichant d’attirer des regards sur lui et ce qu’il voit l’enrage.

Un bébé.

Ce n’est qu’un nourrisson, à peine sevré, il en est sûr (malgré son expérience inexistante dans la façon de s’occuper d’un bébé). Il va pour avancer quand il sent une main se saisir de son bras et se tourne vivement vers Siobhan.

"Rudy…On ne sait même pas si c’est vraiment un des nôtres" lui murmure-t-elle, urgente.
"Et ? Tu m’as donné une chance, aujourd’hui c’est à moi d’offrir une autre chance à ce bébé." Il se défait de l’emprise qu’elle a sur son bras et fend la foule, ne manquant pas de se faire remarquer. Mais il ne fait que commencer…"Mesdames, Messieurs, bien le bonjour !" son accent ne trompe personne et les regards posés sur lui s’assombrissent, il le sent clairement, mais s’en fiche bien "Je crois qu’il y a un petit problème là…" il s’approche de là où se trouve le bébé et tente d’y jeter un rapide coup d’œil, mais il est trop bien enveloppé "Parce que ce bébé il va venir avec moi !" finit-il dans un grand sourire.

Un tonnerre d’exclamations offusquées en tout genre lui parvient, avant qu’un des villageois de cette charmante bourgade d’Europe de l’Est ne s’approche, cherchant à être imposant. Concrètement, il pourrait l’être très facilement : il est grand, large, à la barbe imposant le respect et un regard qui tuerait en un coup si c'était possible, face à Rudolph qui faisait plus brindille qu’autre chose.

"Ceci ne te concerne pas étranger. Pars avant qu’on ne t’oblige à partir…entre quatre planches" Rudolph fit mine de réfléchir.
"Hm…j’admets que la proposition est tentante…" finalement, il relève la tête avec un grand sourire "Mais je vais devoir refuser."

Il le déstabilise d’un coup à la gorge et file vers l’enfant, l’attrape et…Cours. Quoi ? Ce n’est pas parce qu’il a réussi à le déboussoler quelques instants qu’il serait capable de gagner en combat singulier contre ce mastodonte ! Même en faisant fi de toutes les règles que l’honneur lui dicterait de respecter, en fait. Il est courageux, mais pas téméraire. Il entend la foule au loin, le poursuivre, et il sait qu’il va devoir trouver une solution et vite, sans la magie qui plus est, puisque se révéler comme sorcier est une infraction aux Accords. Ha ! la bonne blague. Passons. Soudain, le bruit distinctif d’un portail qui s’ouvre se fait entendre sur sa droite. Il tourne la tête, puis vire de bord à toute vitesse quand il voit sa mentor lui faire signe de venir. Il a à peine passé le portail qu’il se referme derrière lui.

"Tu es complètement inconscient Rudolph !"

"Peut-être, mais on a sauvé une vie aujourd’hui."
"Une vie qui n’a rien à voir avec nous !" c’est ce moment que choisit le bébé pour commencer à pleurer et ils purent voir clairement la langue de serpent présente dans sa bouche.
"Tu disais ?"

Un enfant sorcier. Trop jeune pour manifester une quelconque magie, mais sa marque, elle, est bien visible à qui veut la voir. Plus tard, quand ils ont calmé ses pleurs et changé sa couche, ils savent que c’est une petite fille. Ils savent aussi qu’elle n’est clairement pas en bonne forme à l’heure actuelle. Dans le courant des heures qui suivirent le sauvetage de cette petite, ce fut une alternance de biberon de lait avec quelques recettes de son cru et application de salves qui l’aideraient à se soigner. En tout cas, une chose était sûre : ils allaient la garder. Rudolph avait fait savoir cela à Siobhan dès la première fois où la petite s’est endormie dans ses bras. Il ne saurait dire pourquoi, mais il tient à cette gamine. Il ne la connaît pas, n’est pas de son sang et pourtant, le voilà à agir comme un vrai père avec elle.

"Si tu la gardes, il faut lui trouver un nom…"
"Hilde." Siobhan s’approche et passe un doigt tout en douceur sur la jour de l’enfant, un sourire aux lèvres.
"Ca lui va bien."

Et c’est ainsi que Hilde a rejoint leur petite compagnie.

♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️

Bon sang, mais où était cette foutue chemise ? Ca devait bien faire vingt minutes que Rudolph farfouille dans tous les placards de sa chambre pour trouver une chemise bien précise. Sa chemise ocre à motifs floraux bleus. Il l’a vu il n’y a encore pas si longtemps ! En attendant, il parcourt l’appartement de long en large torse-nu, jusqu’à ce que Siobhan ne pousse un grognement d’agacement.

"Oh, pour l’amour du ciel !"
"Ne jure pas devant les enfants Siobhan !" Hilde était effectivement présente, quoi que l’on puise difficilement encore l’appeler une enfant, à presque soixante ans, à l’apparence d’une jeune femme dans la fleur de l’âge. Sans compter que c'est l'hôpital qui se fout de la charité. Finalement, il sent la magie parcourir sa peau et sa chemise apparaît comme par magie sur lui et il fait la moue vers sa mentor.
"Quoi ? Au moins tu ne te mettras pas en retard pour ton rencard."
"Et pourquoi je ne peux pas venir moi ?"
"T’es pas drôle Sio." Se tourne vers Hilde "Parce que ce soir je lui annonce déjà un truc assez lourd comme ça, je ne vais pas lui rajouter en même temps que j’ai une fille"

Ce soir, il annonçait à Sebastian qu’il était un sorcier. Ils en ont longtemps discuté avec Siobhan, savoir si c’était vraiment une bonne idée ou non, dans quelle mesure il pouvait le faire sans s’attirer les foudres de l’Enclave. Il en est arrivé à la conclusion suivante : il va lui expliquer qu’il est un sorcier. En lui parlant uniquement des sorciers et inventant même une origine qui ne soit pas la réelle. Qu’il sache que de la magie existe n’est pas révéler le Monde Obscur en entier. Un bon compromis à son avis, et si l’Enclave avait quelque chose à redire, il y a fort à parier qu’ils le feront savoir bien assez tôt de toute façon. Là où il a de la chance, quelque part, c’est que Seb est un homme naïf et quelque peu crédule. Adorable et d’une intelligence rare, même s’il a tendance à ne pas vouloir admettre avoir tort, mais crédule, du moment qu’on est convainquant dans ce que l’on dit. Or, Rudolph est passé maître dans l’art de mentir avec les années. Pas à Siobhan (elle le connaît trop bien) et il refuse de mentir à Hilde, mais pour le reste du monde ? Il peut leur faire croire tout et son contraire. Pourtant, il appréhende la chose. Il a un plan pour que Seby le croie, malgré l’esprit très cartésien de l’humain, mais il n’est pas sûr que ça fonctionne à 100%. Car c’est là le nœud du problème : Sebastian est humain. Honnêment, Rudy ne l’a pas vu venir. Lui qui ne pensait qu’à une histoire de plus, de quelques jours, semaines tout au plus…Mais voilà que ça fait déjà un an et il n’en démord pas. Il aurait pu continuer encore des années avant que sa non prise de rides ne commence à devenir suspecte, mais à l’instar d’Hilde, il n’a pas envie de lui mentir plus longtemps, au moins sur sa nature.

Vous savez, quand vous prévoyez quelque chose, et queça ne se passe pas comme il le faut ? Eh bien c’est arrivé. Rudy n’a pas pu lui dire finalement. La peur du rejet, la peur que l’Enclave ne vienne lui prendre ce petit bout de bonheur qu’il avait. Ils ont passé une excellente soirée, loin des regards du monde extérieur encore incapable d’accepter une relation comme la leur, mais il n’a pas pu lui dire. Quand il est rentré le soir, il n’a rien dit, s’est juste rouler en mode rouleau de printemps dans sa couette, et Hilde est venu se bouiner contre lui un peu plus tard, un réconfort silencieux (pour une fois), et il s’est endormi avec sa fille dans les bras.

Ca a duré dix ans, cette histoire. Mensonge sur mensonge, même s’il a fini par présenter Siobhan et Hilde, avec qui ça a bien accroché. Dix ans. Pour une vie comme la leur, ça n’est rien, mais quand sa vie a été assez régulière jusque-là, avoir quelqu’un comme Sebastian avec eux, ça a changé beaucoup de chose. Ce qui explique pourquoi sa détresse fut aussi étouffante quand tout s’est terminé. Il a trouvé un mot, lui expliquant qu’il doit mettre fin à tout cela, qu’il ne doit pas s’en vouloir car ce n’était pas de sa faute, des circonstances sont venues mettre des freins à leur relation. Le tout, accompagné d’un anneau que Rudolph lui a offert, un anneau magique, juste pour savoir s’il est en danger. Au départ, il tente de le retrouver par la magie, utilisant justement l’anneau et le mot pour le traquer. Sans aucun succès. Il n’y a plus d’énergie résiduelle, comme si ces objets n’ont jamais appartenus à Sebastian. Mais ça n’est pas possible, pas sans magie…Il a peur de comprendre, ouvrant un portail, il se déplace vers le Saints and Sinners, le bar qu’il a racheté il y a vingt ans et qui fonctionne toujours, vide à cette heure matinale, mais il est certain d’y trouver celle qu’il cherche. Sans se tromper, elle est là, à aider Hilde à faire l’inventaire du bar. Rudolph s’approche et l’oblige à le regarder.

"C’est toi pas vrai ?!" elle le regarde et soupire, elle n’essaie même pas de mentir.
"C’est mieux ainsi Rudy, crois-moi."
"Comment tu peux te permettre de décider ce genre de choses pour moi ?! C’est ma vie !" commençant à se montrer agressif, Siobhan use de sa magie pour l’envoyer valsé contre un mur, sans lui faire de mal pour autant.
"JE n’ai pas décidé. IL l’a fait. J’ai juste fait en sorte qu’il puisse faire comme il le souhaite, malgré ta magie."
"Tu aurais dû m’en parler !" il se débat et elle le maintient là, jusqu’à ce qu’il ne se fatigue et elle le relâche. Mauvaise idée, car il rétorque aussitôt et l’envoie près de la porte. "Dégages de là. Je ne veux plus te voir."
"Rudy…"
"DEGAGES."

Le ton est sans appel. Ca ne lui plaît pas, mais Siobhan sait voir quand elle doit courber l’échine et si d’un point de vue magie pure, elle surpasse Rudy, elle n’a pas envie de le blesser ou que Hilde ne s’en mêle, sans compter que dans son état, son ancien élève est encore plus imprévisible qu’avant. Il a mal, elle le sait, il a besoin de temps pour guérir. Alors elle part, même si elle se jure de garder un œil sur lui.

♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️

Petit déjeuner pancakes ce matin. Il a envie de faire plaisir à Hilde tout en s’occupant les mains (car soyons honnête, il aurait pu utiliser la magie pour préparer le petit déjeuner, mais parfois, le faire à la façon commune est un bon exercice, surtout pour s’occuper l’esprit). Aujourd’hui ils auraient pu célébrer leurs vingt ans ensembles si Sebastian n’était pas parti et que Siobhan n’avait pas mis son nez dans ses affaires. Ce n’est pas un jour particulièrement joyeux, mais il ne se laisse pas abattre. Pourtant ce qu’il en a envie. Mais ça fait déjà trop longtemps (ironiquement) qu’il est sur la pente glissante, y entrainant Hilde avec lui sans même le vouloir, uniquement parce qu’il est trop protecteur, peut-être un peu trop possessif aussi, parce qu’elle est là et qu’elle le suit, sa petite Pumpkin. Un chemin qui n’est pas forcément le meilleur que ce soit pour lui ou pour elle, surtout pour elle, mais il n’a pas eu la force d’y résister, pas après ça. Le bar fonctionne toujours, mais lui se fait plus imprudent, plus impertinent, comme s’il n’avait plus rien à perdre. Pourtant, ce n’est pas le cas et il le sait, c’est peut-être pour cela qu’il s’est toujours retenu de dire LA phrase, LE mot de trop qui aurait pu lui attirer des ennuis tels que même avec sa magie il n’aurait pas pu les régler. Parce qu’il a sa fille. Elle n’est pas de son sang, mais il l’a élevée toutes ces années, il l’a vu grandir, alors oui, c’est sa fille, quoi que les gens puissent dire.

La porte sonne, le sortant de ses pensées et il met le dernier pancake dans le plat en hâte.

"Hilde ! Les pancake sont prêts, laisses m’en quelques-uns quand même !" La porte s’ouvre et le sourire qu’il avait s’efface d’un coup "Tiens, tiens, tiens. Mais qui vois-je ? Là pour me faire tes excuses ma chère Siobhan ?"
"Non. Je viens pour Sebastian." Il se fige et son visage, qui affichait jusque-là un rictus sarcastique et ses yeux brûlant encore de la rancœur qu’il tient envers elle, devient un masque de neutralité hormis pour ses yeux, qui ont toujours été beaucoup trop expressifs pour son propre bien.
"Va-t’en. Je ne veux pas t’entendre, tu n’as aucun droit de me parler de lu–"
"Il est mourant." L’interruption est impolie, et brutale, mais elle sait que si elle le laisse parler, il va user de ses mots pour la distraire avant de lui refermer la porte au nez et elle ne peut pas le laisser faire, pas cette fois. Il se crispe et elle ferme les yeux une demi-seconde.
"Et pourquoi tu viens me dire cela ? Hm ? Ca t’amuse de me faire souffrir de la sorte ?" sa voix tente de rester neutre, mais elle craque sur la fin, et Siobhan pose une main sur celle qui tient la porte.
"Non, Rudy, non. Jamais. Mais il t’appelle, dans son sommeil. Il a besoin de te voir et je pense que…Qu’il serait bon que tu le vois, toi aussi." Il détourne les yeux, mais elle le connait, elle sait le débat qui fait rage dans son esprit en cet instant et prie pour qu’il accepte.
"Où est-il ?"

Plutôt que de lui répondre par des mots, elle ouvre un portail et il arrive devant un hôpital quelques états plus loin. Alors c’est là qu’il se cachait ? Dans le Wisconsin ? En d’autres circonstances, il est possible que Rudolph fasse une remarque spirituelle sur la région, ou un trait d’esprit sur la population du coin, mais en cet instant, son esprit est focalisé sur une seule chose : Sebastian. Il use de glamour pour ne pas se faire repérer par les communs et entre dans la chambre. Siobhan étant resté avec Hilde à New-York, il verrouille la porte avant de s’approcher du lit, lentement, prenant le temps d’observer le corps allongé sous les draps blancs. Ce corps frêle, émacié par l’âge et surtout la maladie. Il ne sait rien de ce qu’il lui est arrivé durant cette dizaine d’années de silence radio. Il s’approche et fini par prendre une main dans la sienne, les yeux bleus s’ouvrant pour se poser sur lui, confus.

"Rudy ?" la voix est faible, rauque par le manque d’usage et le sommeil, et Rudolph ne peut que s’asseoir sur le bord du lit, ses jambes peu enclines à le porter en cet instant.
"Hey Seby." Un petit sourire se peint sur son visage pourtant.
"Qu’est-ce que tu fais là ?"
"Siobhan m’a dit que tu m’appelais dans ton sommeil."
"Oh Rudy…" un rire fatigué s’échappe des lèvres de l’homme allongé "Et moi qui avait tout fait pour ne pas que tu me vois ainsi. Malade et pas loin de la ligne d’arrivée." Le sorcier serre un peu plus la main qu’il tient dans la sienne.
"Bon sang Sebastian, pourquoi ? J’aurais pu t’aider !" notamment avec sa magie, même si son ancien amant ne le sait pas.
"Tu n’aurais rien pu faire ; ce que j’ai…c’est une saloperie, pure et simple. J’ai vu des dizaines de spécialistes, ici et en Europe, aucun ne peut m’aider." Il se redresse un peu sur les coussins et Rudolph l’aide "Je savais que ça te ferait mal de me voir partir, mais ça…Ca va te détruire Rudy, je le sais. Je ne voulais pas être celui qui te détruirait." Les yeux bleus s’emplissent de larmes, et Rudy dépose un baiser sur la main qu’il tient.
"J’aurais pu t’aider, je suis sûr que j’aurais pu trouver une solution…" une main levée de Sebastian le coupe.
"Shh…Arrêtes. C’est trop tard maintenant."

Combien de temps Rudolph est resté là, à parler un peu avec son ancien amant ? Lui racontant ce qu’il a pu faire durant ces dernières années, comment Hilde a évolué, jusqu’à ce que la main dans la sienne ne devienne lâche et que les moniteurs n’affichent plus que des lignes plates. Il sait qu’il n’a que très peu de temps avant que l’alarme ne fasse débarquer les infirmiers, alors il déverrouille la porte et ouvre un portail pour revenir à son appartement et il sourit quand il voit Hilde boudant parce que Siobhan lui a dit de lui laisser quelques pancakes. Il prend quelques instants pour se recomposer, prétextant avoir besoin de passer par la salle de bain. Siobhan le suit et elle s’approche, posant une main sur sa nuque, un contact qui se veut rassurant, alors que ses mains à lui agrippent le bord du lavabo.

"Je suis désolée. J’aurais aimé qu’il en soit autrement…" la rancœur qu’il a pu ressentir envers elle n’a pas totalement disparue, mais il comprend, un peu. Il hausse les épaules.
"C’est comme ça. Au moins…j’ai pu lui dire au revoir."

♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️

Les portes de Saints and Sinners s’ouvrent en grand, laissant passer le propriétaire des lieux avec un type dans coincé dans sa poigne, sortant ce dernier manu militari de son établissement. Le Bronx n’est définitivement pas le quartier le plus fréquentable de New-York, mais Rudolph et Hilde le connaissent par cœur. Ca fait cinquante ans qu’ils sont là, dans ce bar où tout le monde est accueilli à bras ouverts. Oui, même les humains ; mais il faut être honnête, ils sont une denrée rare dans son bar. Principalement parce qu’il n’a pas daigné faire de la publicité dans le monde commun, mais aussi…Le quartier. Une créature obscure n’aura pas de mal à venir et repartir sans encombre, que ce soit vampire, loup-garous, sorciers (qui ont une pièce réservées aux portails dans le fond), etc…Les fées et les Shadowhunters aussi, évidemment, mais ils sont plutôt, comment dire, irréguliers dans leurs venues ; les Fées parce qu’ils ont leurs propres façons de se divertir, et les Shadowhunters, à moins d’avoir besoin d’informations, ils ne viennent pas, trop coincés (bien qu’il y ait quelques exceptions, comme partout). Mais revenons à nos deux compères : Rudy finit par lâcher le vampire qu’il tenait.

"Allez, casses-toi, t’as dépassé les bornes ce soir."
"Tu l’as cherché Spengler !"
"Oui mais on avait dit pas les mamans !" le vampire explose de rire et Rudy le suit très vite, prouvant qu’il n’y a aucune rancœur entre eux.
"J’admets ma défaite. Même jour, même heure la semaine prochaine ?"
"Un peu mon neveu ! Et plutôt deux fois qu’une, alors sois prêt !" les deux allaient retourner vaquer à leurs activités quand le vampire interpella à nouveau Rudolph.
"T’as entendu ce qu’il se passe ?"
"A quel propos ? Parce que c’est pas qu’il se passe des trucs des partout, mais presque…"
"Valentin…" l’ambiance de la conversation s’assombrit aussi sûrement que le soleil se couche à l’Ouest à la mention de ce nom.
"Ouais, je suis au courant…" Rudy hausse les épaules "On ne restera pas sans rien faire, t’inquiètes."
"Hm…Faites attention à vous quand même"
"Evidemment, tu me prends pour qui ?" le vampire a un léger rire et lui fait signe qu’il part.
"Pour toi, c’est bien ça qui m’inquiète."

Finalement, il part et le sorcier retourne à l’intérieur du bar. Arrivant derrière le comptoir, Hilde vient le voir.

"Alors il revient la semaine prochaine ?"

"Ouais t’inquiètes pas pour ça Pumpkin."
"Chouette ! j’ai encore plusieurs recettes de pain d’épices à lui expliquer !"

Puis elle repart vers les bouteilles pour servir les clients avec son talent habituel et Rudy l’observe quelques minutes. Jusque-là ils ont de la chance, toute l’affaire Valentin ne les a pas approché, de près ou de loin, mais Siobhan est agitée depuis la nouvelle de son retour. Elle était à la bataille en 1992, la première contre lui et elle était revenue en sale état, ayant clairement interdit à Rudolph et Hilde d’y aller à l’époque et en la voyant revenir, le sorcier est effectivement content de ne pas avoir eu à y aller. Une pensée terriblement égoïste, mais il n’aurait pas supporté de perdre Hilde, ou de la laisser seule s’il lui était arrivé quelque chose. Cependant, aujourd’hui, il doutait qu’il puisse faire le mort aussi facilement qu’à l’époque. Plus que cela, il n’avait pas envie.

Mais allez savoir comment ça va se passer. Seul l’avenir le leur dira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mar 20 Mar - 22:30
Bienvenue parmi nous Rudolph Spengler - Come and have a drink 1868634147
J'approuve cet avatar, ça me rappelle quelques souvenirs de Misfits ^^

Bon courage pour ta fiche, et si tu as la moindre question, n'hésites pas !
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
Simon Lewis
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything : Rudolph Spengler - Come and have a drink Tumblr_o9u0289EUM1ue5z2no7_r2_1280

Rudolph Spengler - Come and have a drink B6b372fed889cc07cf8b1c39da639463

Family don't end with blood

Rudolph Spengler - Come and have a drink Tumblr_omtx1fO2lv1vceekoo5_1280

I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.

Rudolph Spengler - Come and have a drink Tumblr_okz6lnESF01tm7qaxo8_400


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mer 21 Mar - 19:06
Rudolph the Red Nose Reindeeer~ !
Noon ! J'arrêterai jamais de chanteeeer !! Q.Q *sort*

Bienvenuuue Rudy !
Roh superchoix de vava haha ! Ce type est énorme ! Ton perso promet d'être fun XD ! Bon courage pour ta fiche ! heart



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Lightwood
Children of Raziel
Alexander Lightwood
♦ Runes : 0
♦ Messages : 63
♦ Date d'inscription : 12/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mer 21 Mar - 19:57
Bienvenue sur le forum,

Cool l'avatar !!

Courage pour la suite Rudolph Spengler - Come and have a drink 2436935887
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mer 21 Mar - 21:18
Merci à vous tous =D

Simon > Pourquoi ça ne m'étonnes pas que ça vienne de toi? XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mer 21 Mar - 21:19
Bienvenue !

J'ai lu ce que tu as mis et... Ca promet !!! J'ai déjà hate de le voir en jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Sandro S. Tejeiro
Property of Maxime
Sandro S. Tejeiro
♦ Age : 25
♦ Date de naissance : 01/09/1993
♦ Autres comptes : Lucy & Angel & Luna
♦ Runes : 110
♦ Messages : 978
♦ Date d'inscription : 19/07/2017
♦ Everything and anything : Rudolph Spengler - Come and have a drink Xhz0
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Mer 21 Mar - 23:08
JOSEPH love excited bave Je vénère ton avatar et monte un autel à son effigie heart
Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite Rudolph Spengler - Come and have a drink 1868634147



t'arrive-t-il de vibrer pour un autre que toi, et retenir ton souffle pour qu'il respire à ta place ?
Revenir en haut Aller en bas
http://crimsonday.forumactif.com/
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Jeu 22 Mar - 13:49
Bienvenue ! Je ne connais pas ton avatar, mais ton personnage m'a l'air de promettre beaucoup ! What a Face
Bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Charles H. O'Neil
Children of the Night
Charles H. O'Neil
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Catarina et Maryse
♦ Runes : 22
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 26/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Jeu 22 Mar - 19:55
J'suis fan de l'avatar, il défonce du poney !!!

J'ai parcouru la fiche et je dois dire que j'aime bien mdr

Bienvenue parmis nous!


Revenir en haut Aller en bas
Maxime T. Yuán
Dumb but Hot as Hell
Maxime T. Yuán
♦ Age : 19
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Raphael, Santana, Bastian, Ezio & Théodore
♦ Runes : 19
♦ Messages : 397
♦ Date d'inscription : 14/12/2017
♦ Everything and anything : Rudolph Spengler - Come and have a drink Tumblr_p84pipqhgd1uqlrq2o2_500
Rudolph Spengler - Come and have a drink Xhz0
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Sam 24 Mar - 12:13
J'aime beaucoup ton avatar ** (@Sandro S. Tejeiro vénère pas trop èOé )

J'espère que tu te plairas parmi nous et comme l'a dit Clary, si t'as une question, hésite pas ♥️

Bon courage pour le reste de ta fiche !


by this sign, we will conquerYou could break my heart in two, but when it heals, it beats for you. I know it's forward, but it's true : you're stuck in my head and I can't get you out of it. If I could do it all again, I know I'd go back to you.
Revenir en haut Aller en bas
http://crimsonday.forumactif.com
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Sam 24 Mar - 12:42
Merci à vous tous, c'est adorable please

Maxime > Jaloux? stache *fuit loin, a pas envie de se faire occire*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Dim 25 Mar - 19:12
Tu es validé !
J'aime beaucoup ton personnage, et ta façon d'écrire please j'ai adoré lire ta fiche, et pour moi tout est ok (même si j'avoue que j'ai un peu beugé en voyant Sebastian mais c'est pas le même mdr )
Du coup tu as l'honneur d'être validé, en espérant que tu te plaises parmi nous Rudolph Spengler - Come and have a drink 1868634147

__________

Bienvenue parmi nous le newbie ! Tu es maintenant promu au rang d'Enfant de Lilith, c’est la classe, avoue ? Si jamais tu as des questions, Raphaël et Clary sont là pour t’éclairer, et n’hésite pas à nous harceler ! Maintenant, n’oublie pas de faire ta fiche de liens et ta fiche de rp, sans oublier de recenser ton logement et ton métier. Puis une fois que tout ça est fait, pour demander des rps, c'est ici. Quant aux runes, les recenser ici et les dépenser . Si ça te bottes, tu peux aussi demander un rang par-là,
et n'oublies pas de recenser ta marque de sorcier juste ici. Et n'hésites pas à nous rejoindre sur Discord ! Voilà, voilà, c’est tout ! J’espère que tu va te plaire chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ Dim 25 Mar - 19:14
Merciiiiii

Et OMG j'avais complètement oublié le Sebastian de l'univers XD Mea Culpa....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Rudolph Spengler - Come and have a drink ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Rudolph Spengler - Come and have a drink
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Le Tribunal des référés de Fort-Liberté enjoint le CEP de surseoir à sa décision
» Sen. Anacacis mande redwi korom Sena 10 senatè pou ratifye politik jeneral PM
» why drink and drive when you can smoke and fly ~~ Keith Montgomery

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: Présentations & Scénarios-
Sauter vers: