Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara
Invité
Invité
(#) Sujet: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Lun 26 Fév - 16:00
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

C'était sans aucun doute le trentième cachet énergisant qu'ingurgitait Thomas. Il était étrangement calme depuis quelques jours. Parce que ce garçon ne cessait de faire de mauvais rêves en rapport avec les souvenirs du passé qui lui repassaient les images en boucle dans sa tête. Même quand Holden prenait le contrôle sur le corps, Thomas n'arrivait pas vraiment à s'endormir et se perdait dans les horreurs du passé. Il avait perdu un aîné, il avait failli perdre sa moitié dont il n'aurait sans aucun doutes pas supporté la mort. Il avait tellement fait pour sauver ce dernier, qu'il s'était démené pour trouver un moyen. Il voyait encore les images de sa rencontre avec Ragnor Hell qui avait accepté de lui donner un coup de main. Ils avaient trouvés pour seule solution : une cohabitation dans le même corps.

A chaque fois qu'il se réveillait, c'était lorsque ses mauvais rêves lui montraient son frère qui sortait de son corps et qui finissait par disparaître définitivement. Perdre Holden en était devenue sa plus grande peur, il ne s'imaginait pas vivre sans lui. Il était sa copie extérieur, bien que différent à l'intérieur, son frère était son point d'ancrage dans ce monde. Quand il se réveillait, Thomas se précipitait devant le miroir pour vérifier que son frère était encore bel et bien présent. Les reflets étaient leur seul moyen de communiquer, d'avoir des moments entre frères et pour le garder auprès de lui. Ils se racontaient tout, sans aucuns secrets.

- Laisses-moi sortir un peu Thomas !

Depuis le reflet du miroir de sa salle de bain, Holden regardait son frère se coiffer. Pour Thomas, il n'était vraiment pas d'humeur à laisser son jumeau prendre le contrôle de son corps aujourd'hui même s'il était vraiment fatigué. Il était bien trop perturbé ces derniers temps, et même si personne ne le remarquait, il était en panique à cause de ses cauchemars.

- Aller s'il te plait ! Il y a les nouveaux épisodes de Mistresses qui sortent ce soir...
- Holdy, j'ai dis non. Pas aujourd'hui !
- Ça fait déjà une semaine Tommy, dis-moi ce qu'il ne va pas...

Sans répondre à son frère, Thomas avait mit fin à la discussion et sortant de la salle de bain et évitant tout reflets. Ce ne sera pas aujourd'hui qu'il répondrait à la question de son frère : il ne voulait pas qu'il sache que sa peur de le perdre était la cause de ses cauchemars et de quelques manques de sommeil, le rendant inquiet à un tel point qu'il se forçait de rester éveiller pour que son frère ne sorte pas. Devrait-il voir un grand sorcier pour qu'on le rassure, qu'on lui dise que tout va bien ? Qu'on lui dise qu'il n'y a rien à craindre car l'âme de son jumeau était bien scellée dans son corps ? Honnêtement, c'était vraiment ce dont il avait besoin d'entendre, mais quel sorcier serait prêt à lui dire que tout va bien ? C'était comme faire une révision d'une voiture rouillée.

Il ne se préoccupait pas vraiment de ses cernes qui étaient bien présentes depuis une semaine et sorti de sa chambre. Automatiquement, il s'était rendu en salle d'entraînement pour s'entraîner. Thomas était un bien meilleur combattant qu'Holden qui était pourtant très bon. Normal, le blond s'entraînait bien plus, et prenait les choses plus au sérieux que son jumeau accroc aux séries télévisions, aux télé-réalités et aux films. Et puis, il avait besoin de se défouler, de se changer les idées !


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Ven 2 Mar - 22:47


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Depuis que Valentin était sous les verrous, Amara s’était à nouveau concentrer sur des choses un peu moins… Importantes, on va dire. D’une certaine façon. Même si, à ses yeux, à peu près tout était important. Même les mariages arrangés. Mais ça, c’était encore une autre histoire, et la jolie brune n’avait pas vraiment envie d’y penser aujourd’hui. De toute façon, son fiancé n’était pas là, et son arrivée n’était pas prévue pour les jours, ni même les semaines à venir. Elle se soucierait de ce sujet une fois que le problème sera sur place, et on pouvait dire qu’elle n’était pas tellement pressée. Même si elle allait tout de même aller au bout de ce mariage, parce qu’elle savait que c’était son devoir. Elle devait le faire. Pour son père. C’était la seule chose qu’il aurait voulu qu’elle fasse avant sa mort. En plus des enfants, pour perdurer la famille Whitelaw. Mais ça, c’était encore une autre histoire. Et des enfants, elle n’était pas prête d’en avoir pour l’instant.

Le seul enfant dont elle devait s’occuper, c’était sa petite sœur de quatorze ans, Katherine. Qui avait sérieusement besoin d’entrainement. Et la jeune Nephilim s’en rendait vraiment compte à cet instant. « Frappe plus fort que ça ! T’auras pas que des démons Shax à tuer dans ta vie ! » Amara repoussait sa sœur sans vraiment trop de ménagement. Et elle pouvait paraître méchante, ou dure dans son comportement. Mais si elle faisait tout ça, c’était pour son bien. Pour attiser un peu sa colère, et la pousser à aller plus loin, à dépasser ses limites. Pour sa survie, elle le devrait. Et la Nephilim l’avait poussée comme ça pendant encore cinq bonnes minutes. Avant de finalement la laisser tranquille, parce que ça faisait quand même trois heures qu’elles étaient là toutes les deux. « Va manger et loupes pas ton cours de charmes, cet après-midi. » La Whitelaw, quant à elle, allait rester un peu là, pour s’entrainer encore un peu. Ou plutôt s’entrainer vraiment, cette fois.

Alors que sa sœur quittait la salle d’entrainement, la brune s’était dirigée au fond de la salle pour attraper une serviette et éponger un peu cette sueur moite et vraiment pas agréable qui avait commencée à recouvrir sa peau. Elle avait rapidement remarqué qu’elle n’était pas restée seule, cependant. Quelqu’un d’autre venait d’entrer. Un mec qu’elle avait déjà rencontrée à l’Académie. Enfin, elle l’avait déjà croisée dans un couloir quoi, mais sans plus. Vu qu’elle était un peu plus âgée. « Bâton ? » Elle lui tendait celui que sa sœur avait laissée, sans le ranger bien sûr. Il fallait pas trop lui en demander non plus à cette gamine. Et puis, vu qu’il était déjà sorti, autant qu’il serve à quelqu’un. Même si Amara n’avait clairement pas ce geste par simple gentillesse. C’était pas son genre d’être gentille de toute façon.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Sam 3 Mar - 3:15
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Le blond venait de pénétrer la salle d’entraînement juste au moment où une brune plus jeune que lui en sortait. Il n’en fit pas plus attention puisqu’il n’attendait que de prendre l’un de ces bâtons et de s’entraîner même s’il devait être seul tel un autiste. Et pourtant, quelqu’un se trouvait déjà dans la salle d’entraînement, à s’éponger d’une serviette. Le jeune homme s’approchait non loin d’elle, vue que la jeune femme se trouvait juste à côté des bâtons. Il s’apprêtait à en prendre un quand il entendit la chasseuse lui adresser la parole, voyant qu’elle lui tendait une barre. Lui faisant désormais face, Thomas esquissa un sourire qui lui était propre en attrapant l’« arme » que lui tendait la brune.

- Merci. Avait-il dit simplement.

Il s’était éloigné, jouant un peu avec la barre en fer tout en se perdant dans ses pensées concernant Holden. Tellement d’images du passé défilaient dans sa mémoire qu’il ne se concentrait pas vraiment contrairement à d’habitude. Et ses cernes n’aidaient pas du tout. Il revenait lentement à la réalité lorsqu’il eut une idée pour l’empêcher de penser et de trop réfléchir sur l’inquiétude qu’il avait pour son jumeau. Si quelqu’un se battait contre lui, pour l’entraînement, alors il pouvait vraiment se changer les idées et cesser de penser au sujet sensible de sa vie.

Le jeune Morgenthaler se tournait de nouveau vers la brune qui se trouvait toujours là. Il ne bougeait pas de sa place, la pointant de son bâton pour lui faire comprendre d’avance ce qu’il allait lui demander dans trois, deux, un…

- Tu veux bien t’entraîner avec moi ? Ce n’est pas intéressant, tout seul.

Quoiqu’il y eût une part de vérité dans ses dires, la véritable raison de cette proposition était pour se forcer à ne plus penser et afin de laisser son instinct parler à sa place comme il avait l’habitude de faire. Il aurait voulu faire paraître sa question comme une proposition, mais le ton qu’il avait prit instinctivement ainsi que le regard qu’il lançait lui avait donné l’air de donner un ordre plus qu’une proposition. Ce n’était pas vraiment son genre de s’excuser, ni même de revenir sur les paroles qu’il avait prononcé. Il n’était pas comme l’adorable Holden que tout le monde appréciait. Lui, c’était juste… Thomas. Bien trop fidèle à lui-même pour que l’on puisse y changer quoi que ce soit dans sa vie.

Le chasseur d’ombre jouait avec sa barre en la faisant tournoyer habilement dans tous les sens alors qu’il faisait comprendre à la brune qu’il était sérieux. Il privilégiait les actes avant la parole. Du moins, dans les jours comme celui-ci.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Mar 6 Mar - 16:52


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Amara faisait partie de ce genre de personne à exagérer un peu trop au niveau de l’entrainement. Même si elle n’en avait pas tant besoin que ça, elle s’imposait un nombre d’heures par semaines, et s’en rajoutait très souvent sans même s’en rendre compte. Elle avait besoin de dépenser cette énergie, et vu que ces derniers temps elle s’était beaucoup plus retrouvée derrière l’écran d’un ordinateur que sur le terrain, il fallait bien compenser. Ça ne lui plaisait pas forcément de ne pas être envoyée en mission, mais elle savait que c’était une chose qui avait été nécessaire. Elle avait dû se concentrer sur ce qu’elle maîtrisait le mieux, pour aider au mieux ses semblables et retrouver Valentin le plus vite possible. De toute façon, elle ne contestait jamais les ordres de l’Enclave. Si elle voulait avoir la place qu’elle méritait et ce depuis sa naissance, elle ne le devait pas. Il fallait qu’elle soit exemplaire, aux yeux de tous, et enfin, on finirait par lui donner ce qu’elle méritait. Au lieu de nommer n’importe qui, dont des Créatures Obscures, à la tête de l’Institut. La brune respectait leur nouvelle directrice mais… Elle était clairement persuadée qu’elle n’avait pas sa place ici.

Et la jeune Nephilim s’attendait à ce que le jeune homme parte faire son entrainement de son côté. C’était souvent le cas, en fait, quand elle était dans les parages. Très peu de gens appréciaient le fait de s’entrainer avec elle, parce que tout le monde savait qu’elle n’y allait pas de main morte. Amara donnait toujours son maximum, comme si elle était sur le terrain, et c’était en grande partie ça qui faisait d’elle l’une des meilleurs de sa génération. Mais celui-là n’avait pas l’air d’avoir froid dans le dos. Elle venait juste de reprendre ses mouvements avec son bâton quand il l’avait finalement pointé, déclenchant un haussement légèrement hautain des sourcils de la brune. Avant qu’il ne prenne la parole pour expliquer son geste à son égard. Et elle répondit à sa proposition avec un léger haussement d’épaule. « Pourquoi pas. » Ça lui ferait certainement du bien d’affronter un adversaire de sa taille. Ou du moins, quelqu’un de nettement plus doué que sa petite sœur, ce qui en soit, n’était pas vraiment difficile. Katherine était jeune, en plus d’avoir des lacunes à cause de ses parents qui l’avaient trop surprotégée. Ce n’était pas en seulement quelques mois qu’Amara allait pouvoir l’aider à compenser tout ça.

Elle était donc venue se placer face au jeune homme qu’elle ne connaissait pas d’ailleurs. Certainement un nouveau envoyé par l’Enclave, encore, pour débusquer les derniers hommes de Valentin. Bientôt, cet Institut allait finir plus peupler qu’Alicante elle-même. Ce qui ne servait clairement à rien aux yeux de la Whitelaw, surtout maintenant, alors que Valentin avait été maîtrisée. Mais bon. Ce n’était pas elle qui dictait les règles. « Tu viens d’Idris ? » En général, elle n’avait pas l’habitude d’entamer une conversation avec des inconnus, mais elle aimait bien savoir à qui elle avait affaire, et surtout avec qui elle allait potentiellement travaillée dans les prochains mois. Donc elle essayait toujours d’en connaître le minimum.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Jeu 22 Mar - 15:38
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Thomas se retrouvait désormais en face à face avec la chasseresse d’ombre qui avait acceptée sa proposition au plus grand plaisir du jeune Morgenthaler. Il espérait sincèrement que cette dernière soit comme sur le terrain pendant l’entraînement parce qu’il était important, dans son point de vue, de se mettre en ambiance de condition réelle pour être prêt devant un ennemi.

Le jeune homme s’entraînait très souvent lorsqu’on ne l’envoyait pas en mission, étant lui-même du genre à insister pour en avoir afin de s’occuper et d’être plus présent que son jumeau qu’il tente de garder un maximum enfermé et un minimum réveillé. Les autres chasseurs d’ombre ne s’entraînaient avec lui que lorsqu’ils n’avaient personnes d’autres, sachant qu’ils ne supportaient vraiment pas le caractère hautain et arrogant du blond. Et cela faisait un an qu’il se trouvait à l’institut, étant resté assez discret au début, puis connu par de rares personnes envers lesquelles il s’amusait à faire tourner en bourrique. Être un connard fini était la seule façon pour lui de sortir de ses inquiétudes de perdre son jumeau. Et il le sentait, petit-à-petit, le sort retenant son frère dans son corps s’affaiblissait et il gardait tout pour lui, tel un horrible fardeau.

- Oui, je viens d’Idris. Lança-t-il alors qu’il serrait sa poigne sur le bâton. Mais ça fait un an que je suis ici, et que je suis trop occupé pour discuter avec des collègues. Et toi ?

Estimant qu’ils pouvaient s’entraîner tout en discutant, Thomas s’approchait rapidement d’elle comme s’il était réellement dans un combat en tant réel et attaqua en premier vers le haut. Autant dire qu’il n’y allait pas de main morte, profitant qu’on lui bloque son attaque pour donner un coup de pied au niveau de son épaule gauche pour la déstabiliser et lancer une seconde attaque en frappant sur les côtés de la jeune femme dans un sourire amusé. Il avait beaucoup avoir l’air de s’éclater, il prenait les entraînements très au sérieux.

- Ne retiens pas tes coups, nos ennemis, eux, ne se retiennent pas. Autant s’y habituer en entraînement non ?

Si son frère n’avait pas contracté de maladie mortelle et qu’il n’était pas dans son corps, Thomas aurait déjà entendu les plaintes de son jumeau comme « tu es beaucoup trop violent dans tes coups », « hé, ce n’est qu’un entraînement, doucement », « bon sang Thomas ! Arrête ! Mais ! », et Thomas lui répondrait des trucs du genre « il faut bien se mettre en condition, nos ennemis n’ont aucune pitié », « tu veux être un bon chasseur ? alors fait avec et prépares-toi vraiment à tomber sur de violents ennemis », « la vie n’est pas faites pour les bisounours, Tommy » et ainsi de suite.




Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Mar 27 Mar - 17:56


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Remplir la mission qu’on lui avait confié. S’occuper du système informatique de l’Institut. Apprendre à diriger. Obéir à l’Enclave. C’était les mots d’ordre de la jeune femme. Amara avait grandi comme ça, un peu à la dure contrairement à d’autres. Et elle pense là bien sûr à sa demi sœur qui, jusque-là, a eu une vie bien belle. Il ne faudrait d’ailleurs mieux pas que ça dure, et c’était bien pour cela qu’elle s’occupait de son entrainement, histoire d’empêcher qu’elle se fasse tuer une fois envoyée sur le terrain. Ou si le Cercle attaquait l’Institut pour libérer Valentin. Parce que la brune n’était pas idiote contrairement à tous les autres. Elle savait bien qu’il fallait prendre cette possibilité en compte, que Valentin n’était pas tout seul, et qu’il ne l’avait jamais été. Ses sous-fifres pouvaient attaquer à n’importe quel moment, et ils n’avaient même pas besoin d’être nombreux pour réussir leur coup. Juste organisés et stratégiques. Ils se devaient donc de l’être tout autant et de redoubler de vigilance. Pour ça, il fallait bien se garder en forme, et continuer les entrainements. Même si la jeune Nephilim avait l’habitude de s’entrainer seule, elle n’allait pas non plus dire non à un peu de compagnie. Tant qu’ils s’en tenaient au strict minimum, ça lui allait.

Du coup, quelques échanges de paroles, avant les coups. Des banalités, aussi parce que la Whitelaw aimait bien connaître ses effectifs. Au moins, elle pourrait s’assurer du sérieux et de la puissance de ce combattant, qui était visiblement là depuis un an, si elle en croyait ce qu’il lui disait. C’était bien possible, en vérité. Amara ne faisait pas forcément attention aux nouveaux arrivants, même dernièrement. Ce n’était jamais quelque chose qui l’intéressait, surtout que ce n’était pas à elle de s’occuper de ça. Après tout, elle n’était pas directrice. Pas encore, tout du moins. « Née ici, grandie ici. » Réponse simple, rapide. Bien sûr, elle n’avait pas passée absolument toute sa vie à New York. Elle s’était déjà rendue à Idris. Une fois. Quand son père était mort là-bas. Autant dire que c’était un peu normal qu’elle ne veuille pas y retourner. D’ailleurs, ce serait bien la première fois depuis qu’elle en foulerait les rues, au procès de Valentin. Parce que ça, elle comptait bien y assister par contre. Elle ne voudrait rater ça pour rien au monde, et elle espérait bien qu’il allait payer, et surtout souffrir pour tous ses crimes. Surtout pour l’assassinat de son père, qui ne lui avait absolument rien demandé.

Le jeune homme n’avait pas tardé à lancé l’attaque et, Amara devait bien avouer qu’il était doué. Mais pas assez encore pour la mettre au sol. En même temps, elle était l’une des meilleures combattantes de cet Institut, pas loin derrière Jace Wayland…. Qui ne s’appelait même plus comme ça de toute manière. Enfin bref, elle n’y prêtait pas tellement attention. Et un léger sourire effleura ses lèvres aux paroles du blond. « Si on en croit tout le monde, nous sommes en sécurité, à présent. » Comme s’il n’y avait pas toujours les membres du Cercle dehors, en plus des démons habituels. Bande d’idiots. Enfin bref. La brune n’attendit pas plus longtemps avant de lancer une attaque à son tour. Plusieurs coups, rapides, à l’apparence désordonnés, mais plutôt précis, en réalité. C’était une chose qu’elle adorait faire, en général, ça déstabilisait l’adversaire. Avant qu’elle ne tape son bâton contre l’une des jambes du jeune homme, le déséquilibrant, avant de le faire tomber d’un coup de pied. « Ta garde est faible du côté gauche. » Tout comme chez sa demi-sœur. Même si le niveau n’était clairement pas le même. Mais c’était quand même bon à noter, s’il voulait s’améliorer et éviter de se faire tuer, lui aussi.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Mer 28 Mar - 23:00
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Certaines personnes oubliaient parfois que rien ne venait à eux sans efforts, qu’il s’agissait d’être le meilleur dans son domaine de prédilection, ou tout simplement pour réaliser leurs rêves les plus fous ou les plus banales. Thomas était de ceux qui étaient conscient de ne pas être une perfection, qu’il y avait plus fort que lui où qu’il soit, et c’était pour cette raison qu’il s’acharnait la plupart du temps, laissant ressortir le meilleur de lui-même en dehors du petit con qu’il était pour beaucoup de personnes. Il faisait des efforts sur beaucoup de choses comme au combat, sauf au niveau de ses relations, laissant les autres lui en vouloir en fonçant droit sur ce qu’il est devenu. On pourrait croire que ce n’était qu’une carapace pour se protéger, mais non, ce n’était pas l’un de ces personnages clichés tout droit sorti des films que prenait le temps que regarder son frère jumeau et qui se cachent derrière un air de macho ou de mec populairement con et stupide alors que les personnages ont plus de profondeur que ça. Non. Thomas était comme il était, et si ça ne plaisait à personne, il n’en avait que faire de leurs avis. Ils n’étaient pas contents ? Lui, il n’en avait littéralement rien à foutre !

La réponse que son interlocutrice était des plus simples, des plus rapides, c’était efficace et elle n’avait pas l’air de perdre son temps, laissant apparaître un petit sourire en coin sur le visage du blond qui avait hâte de voir de quoi elle était capable. Et en l’attaquant, son instinct avait eu raison de lui, la jeune femme était plus forte, plus douée. Comme ses paroles l’étaient, les attaques de la brune était simple, rapide, désordonné, mais à la fois précis et efficace. Et cela faisait longtemps que Thomas n’avait pas trouvé de distraction plus forte que lui. Elle avait trouvé son point faible qui était de toujours son concentrer plus sur la droite que sur sa gauche, sa garde était effectivement toujours faible de ce côté-là. Un inconvénient assez contrariant chez le jeune Morgenthaler.

Il commençait même à se dire qu’il espérait la croiser plus souvent pour s’entraîner. Comme il n’avait pas son jumeau – mis à part dans son propre corps, en pleine cohabitation pour lui sauver la vie en milieu d’année de leurs dix-sept ans –, ni son meilleur ami, sa moitié, son ex-parabatai – qu’il pensait mort suite à la disparition de leur marque durant la même période où Thomas se démenait pour sauver Holden – pour s’entraîner avec lui. Il était seul, juste un peu… peut-être un peu trop même s’il savait son frère vivant et en sécurité auprès de lui.

- Tu es forte ! Je vais prendre en compte ton conseil.

Il ne disait jamais merci, mais il venait en quelque sorte de la remercier sans avoir prononcer des mots de remerciements. Il était pourtant facile à comprendre. Ainsi, il recommençait à attaquer, cette fois-ci, augmentant sa garde du côté gauche tout en faisant toujours attention au côté droit. Ses yeux brillaient d’une excitation innocente durant cet entraînement. Et rares étaient les moments où l’on le voyait avec cette lueur dans le regard. Même si en général, il avait beau être un con, il était bien plus innocent que son gentil frère jumeau.





Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Jeu 29 Mar - 16:58


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Amara avait la chance de vivre dans un monde où elle n’était pas forcée d’avoir une vie sociale. C’était d’ailleurs en grande partie pour cette raison qu’elle était bien contente de ne pas être une Terrestre. Elle n’aurait pas supporté la présence des autres, l’obligation d’être constamment polie, et ce genre de conneries. Bien sûr, elle respectait ses supérieurs ici, elle l’avait toujours fait, mais quand elle avait quelque chose à dire, elle n’était pas du genre à garder la langue dans sa poche non plus. Sauf que personne ne lui en voulait, vu qu’elle faisait bien son travail, et que sans elle, l’Institut de New York ne bénéficierait clairement pas d’un système informatique aussi performant. Elle était d’ailleurs presque certaine qu’ils allaient clairement le ressentir, une fois qu’elle se serait mariée, et partirait pour Rio. Chose qui ne devrait d’ailleurs pas tarder à arriver, avec l’arrestation de Valentin, et la fin de cette guerre débile. Ça avait retardé les choses, mais la brune espérait bien voir son fiancé arriver, et pouvoir partir d’ici au plus vite, pour ne pas avoir à se dire qu’elle dormait au-dessus d’un terroriste. C’était franchement pas l’idéal.

Les entrainements lui permettaient d’ailleurs de ne pas penser à ça. Ou tout du moins, d’y penser le moins possible. Améliorer sa technique, se maintenir en forme, c’était des choses importantes, aux yeux de la jeune femme. Ils étaient nés pour chasser des démons, et c’était une chose qu’elle n’oubliait pas. Et quand elle en voyait certains, qui sortaient s’amuser beaucoup trop souvent et qui ne prenaient pas grand-chose au sérieux, ça pouvait légèrement l’énerver. Alors se retrouver face à un adversaire à sa taille était quelque chose de plutôt plaisant. Même si elle avait quand même réussi à repérer son point faible et à le « tuer » durant leur début de combat. « Je suis rapide, c’est différent. » Amara n’était clairement pas la plus forte des Nephilims. Mais elle compensait sa faiblesse musculaire par sa vitesse et son analyse. Pas besoin d’être une armoire de muscles pour tuer un petit groupe de démons. Chacun avait d’ailleurs sa méthode, c’était vraiment propre à chaque personne, et c’était une chose qu’on leur avait appris à l’Académie. Même si la brune n’avait suivi aucun cours là-bas, c’était un professeur d’Alicante qui lui avait appris la plupart des choses qu’elle connaissait aujourd’hui.

Mais ils n’étaient pas là pour discuter. Et le combat avait rapidement reprit. La Whitelaw observa rapidement que le jeune homme en face d’elle suivait ses conseils. Tout du moins, il prenait en compte ce qu’elle venait de lui dire. Et sérieusement, sa demi-sœur devrait très clairement prendre exemple sur lui. La brune regrettait d’ailleurs qu’elle soit partie. Assistée à ce combat aurait pu lui être bénéfique, mais bon. Ils s’échangèrent d’ailleurs encore quelques coups, avant de finalement se retrouver chacun avec le bâton de l’autre sous la gorge. « Egalité, pour le coup. » Ce qui prouvait bien qu’Amara avait aussi ses faiblesses. Et elle n’allait pas se vexer pour ça. C’était normal, tout le monde en avait. Sur le terrain, il valait quand même mieux les oublier, mais bon. C’est en forgeant qu’on devient forgeron comme on dit.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Jeu 29 Mar - 23:29
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Egalité ? Effectivement, ils se retrouvaient désormais chacun le bâton de l’un plaqué contre la gorge de l’autre. Pendant un moment de l’entraînement, Thomas avait réussi à mémoriser les coups, les techniques et la façon de se battre de cette chasseuse. Alors qu’il s’était concentré pour ne pas faillir sur son point faible durant le combat, il avait commencé à utiliser son point fort que même Holden n’avait jamais supporté durant leurs entraînements quand ils avaient chacun leur corps respectif. Son jumeau le définissait même parfois comme étant « le copieur » et « la machine à mémoriser » uniquement pendant les combats comme il le faisait désormais face à cette jeune femme un peu plus âgée que lui. Le blond avait imité les gestes de la brune en adoptant petit à petit la rapidité de cette dernière. Il était connu pour être un grand observateur, même s’il ne le montrait pas vraiment et que les personnes ne semblaient pas s’en rendre compte aux premiers abords. C’était son point fort, même s’il n’était pas le meilleur, ce genre de chose lui était tout de même d’une grande aide la plupart du temps.

- J’apprends vite.

Il avait ensuite reculé, pour laisser son adversaire du jour se replacer, ou faire ce qu’elle voulait, car lui, il était déjà prêt à répondre à n’importe quel moment si on venait à l’attaquer. Le jeune néphilim se disait que s’il n’y avait pas eu son frère qui devait normalement mourir deux ans plus tôt, celui-ci aurait été dans la salle d’entraînement avec lui, à observer comment Thomas apprenait vite, même devant des inconnus. Si son parabataï était encore là, ça aurait été avec lui que le blond se serait entraîné. Mais il l’avait perdu durant la période où il s’était démené seul avec une de ses sœurs pour sauver la vie d’Holden.

- Thomas.

Avait-il simplement dit alors qu’il s’approchait d’elle en l’attaquant finalement en premier. Il se présentait brièvement, c’était suffisant, n’est-ce pas ? Ce n’était pas comme si pendant un combat, on avait le temps de se présenter en balançant tout un bestseller sur soi-même, c’était totalement inutile !

Thomas avait tenté de faire comme son frère le faisait quand ils s’entraînaient avec des bâtons à l’époque, le faisant tournoyer comme s’il s’agissait d’un nunchaku, tout en attaquant la jeune femme, sauf qu’il venait de totalement gaffer, perdant pour le coup. Bon, la prochaine, il éviterait d’essayer de faire comme Holden qui avait toujours gérer. En même temps, l’arme de prédilection de son jumeau était en lui-même le nunchaku, alors que celle de Thomas était le tantõ, deux couteaux japonais. Il en prendrait note pour le coup.






Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Sam 31 Mar - 14:21


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
La rapidité d’Amara était sa plus grande qualité au combat. Les personnes l’ayant fréquentés, même juste quelques heures, étaient au courant de ça. C’était d’ailleurs ce qui faisait une partie de sa réputation, en plus de ses compétences en informatique. Même si elle était clairement plus efficace derrière un écran d’ordinateur, elle aimait quand même se garder en forme, vu qu’elle n’avait pas non plus laisser tomber le terrain. Elle avait rapidement compris qu’un dirigeant devant être bon sur tous les terrains, pas parfait partout, mais un minimum compétant. Et c’était une chose qu’elle mettait en œuvre depuis toujours. Atteindre la perfection était presque devenu une obsession pour elle. Etre bien vue de l’Enclave, de l’Inquisitrice, et des autres Chasseurs d’Ombres. Le pire, c’est qu’elle n’était pas imbu de pouvoir. Bien sûr, elle rêvait de diriger un Institut un jour, ça c’était une chose qu’elle ne pouvait pas nier. Mais elle n’aspirait pas forcément à plus. Et elle avait surtout ce désir pour se sentir encore plus proche de son père, qui avait toujours prit ses fonctions très à cœur, contrairement à sa mère. Elle se retrouvait en lui, même si elle ne l’avait pas connue bien longtemps. En fait, elle se sentait si différente de sa mère que c’était un peu une consolation pour elle, de se sentir proche de lui. Et elle se disait souvent qu’elle aurait préféré que ce soit lui qui survive. Les choses auraient été tellement différentes. Malheureusement, elle ne pouvait rien changé à cela, et elle n’était pas du genre à faire des idioties avec de la magie juste pour combler ses désirs.

En réalité, la jeune Whitelax préférait défouler sa colère et sa rancœur en entrainement comme ils étaient en train de le faire actuellement. Et se retrouver face à un adversaire à sa taille autre que ce Jace qu’elle n’aimait pas du tout était clairement quelque chose de plaisant. Il apprenait vite, oui, c’est vrai. Il valait mieux d’ailleurs, dans un monde comme le leur, avec un métier comme le leur. Ils risquaient leur vie constamment, et Amara aimerait bien que sa demi-sœur ai la même vitesse d’apprentissage. Parce qu’elle n’était clairement pas prête à se rendre sur le terrain, alors qu’elle avait déjà quatorze ans. Amara, sa première mission, elle l’avait eu à douze ans. Y avait clairement une grande différence de niveau, quand même. « Amara. Whitelaw. » Un coup entre chaque mot. La brune ne voyait pas l’intérêt de donner juste un prénom. C’était pour elle le nom de famille le plus important. Certainement parce qu’elle était l’une des dernières Whitelaw encore en vie, et qu’elle serait certainement la dernière à porter ce nom avant l’extinction de la lignée. Bon ok, il y avait son oncle mais… Ça faisait déjà quelques années qu’il était marié, et il n’y avait toujours pas d’enfants en vue alors… Soit lui, soit sa femme avait un problème de fertilité. Ce qui n’était franchement pas cool en soit, vu que la brune ne pourrait pas garder son nom, ni le transmettre à ses enfants, quand elle se marierait. Ce qui ne devrait même pas tarder en vérité.

Oh d’ailleurs, rien que le fait de penser à ce mariage lui donnait un nouvel élan d’énergie pour attaquer. Ce qui n’avait pas tellement déstabiliser son adversaire. Du moins, jusqu’à ce qu’il fasse un truc assez étrange et… En fait, la jeune femme n’avait eu qu’à se décaler sur la droite pour qu’il rate son coup. Et ça l’avait fait bien rire, elle doit bien l’avouer. « Technique japonaise ? Mauvaise idée quand on y est pas habitué. » Mauvaise idée en général d’ailleurs. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus efficace contre les démons de manière général. Perte de temps, énergie dépensée inutilement, risque de mort imminente. Des choses à exclure quand ils devaient protéger les Terrestres tout de même. Après, Amara n’était pas contre un peu d’amusement en entrainement, elle doit bien l’avouer.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Sam 7 Avr - 17:05
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Plus jamais. Oh non ! Il ne tenterait plus d'imiter son frère jumeau sur les techniques japonaises. Thomas avait beau s'entraîner plus souvent qu'Holden, jamais il n'arriverait à faire e genre de technique comme l'autre le faisait. Son frère s'y était habitué depuis leur enfance, n'étant pas doué à l'arc, il s'était démené pour trouver ce qui lui correspondait le mieux jusqu'à en découvrir les techniques japonaises. Holden les avait adopté, frappant de plus en plus rapidement ses adversaires tout en tournoyant sans abus son bâton, ses armes, et bougeant avec son corps. Thomas, lui, n'avait jamais vraiment comprit comment y avait réussi son frère, mais une chose était sûre et certaine, ce n'était pas vraiment pour lui. Il était resté beaucoup trop raide en tentant d'imiter Holden, qui lui, semblait toujours détendu et ne faire plus qu'un avec ses armes lorsqu'il combattait. Thomas, lui, était toujours tendu et n'abandonnait jamais jusqu'à ce qu'il gagnait. Ce pourquoi sa seule arme de prédilection était le Tantô, le rapprochant légèrement du combat rapproché en maintenant les deux dagues dans chaque mains en mission. ça, c'était son truc.

- Je pensais pouvoir imiter un talent de mon frère. A croire que, ça ne marche pas pour moi.

Un petit rire. Sincère. Rare. Thomas venait de lâcher ce petit rire sans pression, sans montrer une quelconque moquerie ou quoi que ce soit d'autre de superficielle. Il s'agissait d'un rire sincère qu'il n'avait pas eut depuis longtemps. Il s'était montré ridicule lui-même, et se sentait stupide, mais pas honteux de la gaffe qu'il venait de faire. Et bon sang, qu'est-ce que ça lui faisait un bien fou de rire, relâchant ses poumons et ses musclés pour les décontracter. Il aurait pu éclater de rire, mais il se retenait tout de même un peu bien qu'une larme tombait de son oeil droit.

Même quand on ne le connaissait pas du tout, on pouvait déviner sur ce moment-là qu'il était entrain de relâcher une partie de la pression qu'il cumulait depuis toujours. Avant, il le faisait avec son meilleur ami, son parabatai qui était malheureusement mort pendant que Thomas, de son côté, cherchait à sauver la vie d'Holden. Il avait senti cette douleur atroce d'être séparé de son parabatai à l'époque alors qu'il souffrait déjà rien qu'à l'idée de devoir perdre son jumeau. Il avait fait de mauvaises choses durant cette période sous la panique, rompant avec Jeremiah en se faisant passer pour Holden, et encore pas mal de choses. Il s'était dit que c'était mieux ainsi, surtout depuis cette situation, dans laquelle ils se trouvaient dans le même corps. Sauf que, il se rendait bien souvent compte que ce n'était pas à lui de faire des choix à la place de son frère. Non. Ce n'était pas vraiment à lui.

Il aurait très bien pu changer de rire à pleurs pour vraiment tout relâché, mais il ne le fit pas, s'obligeant à retrouver son sérieux devant la Whitelaw. Il se replaçait, faisant comme s'il n'avait pas rit, puis abandonna le bâton dans un coin avant de serrer les poings. Autant utiliser son domaine de prédilection : le combat rapproché.

- Tu peux garder le bâton.

Et puis, sans prévenir, il prit son élan et fit comme à son habitude, au corps à corps, attaquant des points de diversions pendant un instant tout en évitant les coups, jusqu'à la prendre par surprise sans pour autant la mettre au sol...



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Dim 8 Avr - 15:51


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Chaque Shadowhunter avait sa spécialité. Chaque Shadowhunter apprenait à sa manière, et se trouvait sa propre technique. Le combat n’était vraiment pas quelque chose d’universel, loin de là. Chacun restait en vie à sa manière, chacun s’adaptait en fonction de ses capacités. Amara, par exemple, n’avait pas une force énorme malgré les années d’entrainement qu’elle trainait derrière elle. Mais elle faisait preuve d’une certaine rapidité qui lui permettait de prendre ses adversaires par surprise. Sans parler de son esprit d’analyse qui lui permettait d’anticiper les coups. C’était un avantage comme un autre, et elle avait appris, au fil des années, à s’en servir, et à développer ce côté légèrement technique lors de ses entrainements et de ses missions sur le terrain. Même si elle n’aimait pas spécialement partir en mission, et se trouvait beaucoup plus utile à l’Institut, derrière un écran d’ordinateur, à traquer la moindre chose légèrement suspecte qu’elle pourrait dénicher en ville. Il n’y avait pas à dire, la technologie était vraiment un outil qui leur donnait un très clair avantage sur leurs ancêtres, par rapport à leur boulot. Détecteur d’énergie démoniaque, médias Terrestres, réseaux sociaux. Tout cela leur permettait d’être clairement plus efficace et beaucoup plus rapide pour agir.

Mais ils devaient tout de même garder leurs compétences de base pour être totalement efficaces dans leur travail. Mêler leurs connaissances ancestrales avec le développement de la société. Une base que l’Enclave avait bien comprit ces dernières années, et ils se débrouillaient toujours pour que les Instituts du monde entier soit à la pointe de la technologie pour améliorer les conditions de travail de leurs Chasseurs. Tout en leur rappelant qu’ils ne devaient pas oublier l’essentiel. Leurs compétences de soldats. « C’est souvent le cas. Chaque personne a sa propre méthode. Question de personnalité et de physiologie. » Une chose que lui avait appris son professeur, il y a quelques années de cela. Amara faisait partie de ces personnes qui possédaient une très bonne mémoire. Elle n’oubliait rien, pour le meilleur et pour le pire, en fait. Parce que ça voulait dire aussi qu’elle se souvenait de la mort de son père, ou plutôt de la trouvaille de son cadavre, alors qu’elle n’avait que deux ans. Et qu’à l’époque, elle n’avait pas compris ce qu’il se passait. Mais cette image était restée gravée dans son esprit.

Sauf que ce n’était pas vraiment le moment d’y penser, encore moins quand l’assassin de son père était juste sous ses pieds. Ça donnait juste envie à la brune de descendre pour lui refaire le portrait et le tuer, chose à éviter. Elle avait travaillée dur toute sa vie pour être respectée au sein de l’Enclave, et pouvoir un jour diriger un Institut, elle n’allait clairement pas tout gâcher maintenant, il n’en était pas question. Elle patienterait. De toute façon, il n’allait pas tarder à payer pour ses crimes, ce n’était qu’une question de temps. « Je suis pas du genre à partir avec un avantage. » Sauf en pleine mission, bien sûr. Face à un démon, n’importe quel avantage était bon à prendre, mais là, c’était différent. Ce n’était qu’un entrainement, qui en plus de cela, arrivait à sa fin. Et la jolie brune avait lâchée son bâton sur le sol en reculant, alors que Thomas lui fonçait dessus. Le combat rapproché, sans armes, n’était clairement pas le domaine dans lequel elle était le plus douée, mais ça ne pouvait que lui permettre de s’améliorer. Du moins, si elle ne finissait pas par terre comme ça venait d’être le cas, avec une petite grimace sur son visage. Son épaule était peut-être déboitée, mais elle allait largement s’en remettre. Un petit tour à l’infirmerie, et le problème serait régler. Elle préférait ne pas prendre le risque de replacer son os elle-même.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Jeu 26 Avr - 14:07
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

Il y avait des moments où Thomas ne prenait pas vraiment en compte le niveau des autres dans certains domaines. Comme le corps à corps, par exemple, à cet instant précis où il avait mit Amara au sol et... Il venait de la blesser. Hé merde ! Il aurait pu y aller doucement. Il y était vraiment aller trop fort cette fois-ci. Qu'aurait fait Holden s'il était à sa place ? Hé bien, autant dire que lui, il y serait allé en douceur histoire de ne pas blesser quelqu'un. Surtout que... il était adorable lui. Il ne faisait jamais de mal à un coéquipier. Il donnerait son maximum uniquement en mission. Thomas ? Il était vraiment opposé. Jamais il n'avait écouté les conseils d'Holden.

Souvent, il était tellement à fond dans ce qu'il entreprenait qu'il ne faisait plus vraiment attention à autrui. Et de cette façon, il en était arrivé à cette situation. Alors à la place de se demander ce qu'aurait fait son frère, il avait lui-même écouter son instinct, s'approchant de la jeune femme afin de l'aider à se relever en douceur.

- J't'emmène à l'infirmerie.

Avait-il simplement dit. Il aurait pu s'excuser, car c'était ce qu'il pensait réellement, mais ce n'était pas son genre de s'excuser. Il n'aimait pas faire ça. Ce qui était fait... on ne pouvait pas revenir en arrière. Impossible ! Alors l'emmener à l'infirmerie, s'était la moindre des choses qu'il puisse faire. Si l'on traduisait son geste, ça signifiait "hey, je suis vraiment désolé". Même une personne qui ne le connaissait pas finirait par se rendre compte que les mots n'avaient aucune importances pour Thomas et que seules les actes comptait.

Il tenait l'autre bras de la chasseresse d'ombre qu'il emmenait en direction de l'infirmerie. Mieux valait que quelqu'un d'autre que lui s'en occupe, ou qu'elle-même s'en occupe toute seule. Car en touchant son épaule quelques secondes plus tôt... ce n'était pas du joli joli.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Dim 29 Avr - 15:38


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Ce n’était pas la première blessure à un entrainement d’Amara, loin de là. Et sur le terrain… Elle avait arrêtée de compter toutes les fois où elle avait été blessée. Ça ne l’empêchait pourtant jamais de terminer ses missions ou de se donner à fond dans quelque chose. Même si elle souffrait, elle trouvait que c’était une bonne souffrance, et de toute manière, ils avaient de très bons moyens de se guérir, beaucoup mieux que les Terrestres. Alors même si elle forçait un peu, ce n’était clairement pas trop grave en soit. Et elle avait clairement eu pire qu’une épaule déboiter dans sa vie. Une fois, elle était même rentrée de mission avec une entaille au ventre, remplie de poison, et elle avait bien faillit y passer. Alors un os qui n’était plus en place… Oui, ça faisait mal, elle ne va pas mentir là-dessus, mais ce n’était pas la fin du monde non plus.

Elle avait d’ailleurs commencé à se relever avant que Thomas ne vienne l’aider. Elle ne le repoussait pas pour autant, bien contente mine de rien d’avoir un soutien, parce qu’avec une épaule en moins, un certain problème d’équilibre s’imposait tout de même. Se remettre sur pieds n’aurait pas été impossible, mais tout de même bien compliqué. « Je veux bien, merci. » Même si elle était clairement capable d’y aller toute seule. Une épaule en moins ne l’empêchait pas de marcher, après tout, mais il valait mieux avoir quelqu’un avec elle. Si elle perdait une fois de plus l’équilibre, elle risquait d’aggraver sa blessure en tombant à nouveau. Et Amara préférait clairement limiter les dégâts. Elle n’avait pas tellement envie de se retrouver coincée à l’Institut, même si ce n’était que quelques jours, le temps que son épaule se remette. C’était le meilleur moyen pour qu’elle se sente inutile.

Quand ils arrivèrent à l’infirmerie, personne n’était là. Pas de médecins. En général, c’était le cas quand il y avait un blessé grave sur le terrain qui nécessitait un traitement sur place, et que c’était possible. S’ils venaient juste de partir, la jolie brune en avait pour au moins une heure d’attente. Et ben, elle allait attendre. Ce n’était pas comme si elle avait le choix. Elle prit alors place sur l’un des lits, sa main posée sur son épaule blessée et clairement pas en place. Elle n’avait pas tellement envie de tenter le diable en restant debout. « Tu peux t’en aller si tu veux. » Ça ne la dérangeait pas d’attendre toute seule. En fait, elle y était plutôt habituée, vu qu’elle faisait la majorité des choses toute seule. Elle fonctionnait comme ça. Elle avait toujours été solitaire parce qu’elle avait toujours eu l’impression que personne ne pouvait la comprendre. Jusque-là, elle ne s’était pas trompée d’ailleurs. Même sa propre mère avait du mal à savoir comment elle fonctionnait, et elles étaient diamétralement différentes l’une de l’autre. Amara était le reflet de son père, c’était un fait. Un peu comme si quand il était mort, une partie de lui s’était transférée en elle pour ne plus en partir.
code by bat'phanie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Ven 4 Mai - 7:51
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées

Thomas &
Amara

L’infirmerie. Ce n’était pas vraiment l’endroit où il aimait se rendre. Du moins, ça faisait deux ans qu’il avait commencé à fuir comme la peste ces endroits de soins. Pourquoi ? Pour ceux qui savaient, c’était évidemment. Pour les autres, peut-être pas bien qu’ils lanceraient quelques hypothèses toutes aussi fausses que stupides. C’est vrai, il ne supportait pas ces endroits depuis ce qu’il s’était passé avec Holden. Le souvenir de le revoir sur son lit de mort revenait à chaque fois qu’il pénétrait l’infirmerie. Alors il avait toujours fait en sorte de ne pas être blessé, bien que souvent, c’était inévitable. Il avait accompagné la plus âgée jusqu’à l’infirmerie. Il était conscient qu’elle était assez grande pour se débrouiller toute seule. Il avait juste eu besoin de le faire, pour montrer qu’il se sentait coupable, sans avoir besoin de dire qu’il était désolé. C’était sa façon de faire. Bien sûr, il n’allait pas rester longtemps. Du moins, c’était ce qu’il s’était dit avant de voir que personne n’était là pour s’occuper d’Amara. « Tu peux y aller si tu veux » avait-elle dit. Normalement, il serait parti directement sans demander son dû après avoir entendu cette phrase. Mais il ne bougeait pas de là. A la place, il s’installait en face d’elle sur le lit voisin.

Une première depuis son arrivée à l’institut un an auparavant. Holden en aurait été surpris, s’il n’était pas dans le même corps que lui. « Je ne pense pas m’en aller tout de suite. Quand quelqu’un arrivera, alors je partirai. » commença-t-il avant de continuer « je n’aime pas spécialement les infirmeries ou les hôpitaux, mais je ne suis pas vraiment placé pour laisser quelqu’un de blessé attendre seul. C’est d’un ennui mortel, pas vrai ? ». Alors pour l’occuper, il cherchait un sujet de conversation. Il ne savait pas encore de quoi, jusqu’à ce que ses lèvres remuent toutes seules et que, pour s’occuper, il commençait à se confier un peu avant qu’on ne lui pose des questions. « J’ai un frère. Holden. Lui et moi, on est comme le soleil et la lune. Nous sommes le reflet, mais pas la même profondeur. C’est mon jumeau. Et, si un jour tu me vois changer de comportement, c’est normal. Lui et moi, on cohabite dans le même corps. » il laissait un silence de quelques minutes, baissant le regard pour observer ses mains croisées qu’il trouvait soudainement très intéressante. Ce n’était pas son genre de se confier, mais c’était le seul sujet qu’il avait trouvé pour occuper son interlocutrice le temps qu’arrive quelqu’un pour les soins. « Il y a deux ans, Holden était sur son lit de mort. J’étais en panique, je ne pouvais pas le perdre. Encore moins quand ma marque de parabataï avait disparue. Mon meilleur ami, Ariel… je l’ai perdu pendant cette période-là. » Il se craquait les doigts un petit moment, comme s’il fuyait lui-même le fait qu’il était en pleine confidence. « J’ai tout fait pour sauver mon frère, et un sorcier m’a aidé. C’est comme ça que nous sommes ainsi tout les deux, dans mon propre corps. » Il fini par relever la tête vers la brune, mimant un sourire alors qu’en réalité, il se ressassait des mauvais souvenirs. L’infirmerie lui faisait ce genre d’effets.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ Jeu 10 Mai - 16:54


Si le passé nous hante, changeons-nous les idées
Thomas & Amara
Des blessures, Amara en avait connue beaucoup. Autant physique que psychologique d’ailleurs. Même si la plus vieille, qui ne la quittait jamais, était bien la trace qu’avait laissée la mort de son père quand elle avait deux ans. Un événement qui guidait encore certains de ses gestes aujourd’hui, et ça en serait très certainement le cas jusqu’à la fin de ses jours. Il y avait des choses qu’on ne pouvait pas effacer, et des habitudes qu’on ne pouvait pas quitter. Comme celle de se débrouiller toute seule pour la jolie brune. Elle l’avait toujours fait, d’aussi loin qu’elle s’en souvenait en tout cas. Alors forcément, quand ils étaient arrivés à l’infirmerie, elle s’était installée sur l’un des lits vides de la pièce, et avait proposée à Thomas de partir, s’il le désirait. Elle pouvait très bien attendre toute seule, ce n’était pas une chose qui la dérangeait. Et vu que son père était mort à Alicante et qu’il n’était pas passé par la phase infirmerie… Elle pouvait encore supporter ce genre d’endroits. Il n’y en avait qu’un seul où elle ne se sentait vraiment pas capable d’aller, en réalité, même après toutes ces années. Ce souvenir restait trop net dans son esprit.

Autant dire qu’elle ne s’attendait pas forcément à ce que Thomas ait l’intention de rester. Il avait l’air un peu comme elle. Un solitaire, que très peu de monde arrivait à supporter, qui faisait passer son devoir avant tout. Elle avait toujours fait passé son devoir avant tout, et cette promesse indirecte qu’elle avait faite à son père d’épouser Marcos. Sa mission avant son propre bonheur. Ça fonctionnait comme ça chez eux, depuis toujours. Et le sens du devoir d’Amara était tellement accru qu’elle n’était même pas certaine d’avoir connue le bonheur un jour. « Comme tu veux. » Elle n’allait pas non plus le foutre à la porte. S’il voulait se faire chier à attendre ici avec elle, et bien qu’il le fasse, c’était sa décision. En tout cas, pour sa part, elle s’était allongée dans le lit en essayant de ne pas se faire mal. Pas vraiment quelque chose d’évident, mais bon, elle n’était clairement plus à une douleur près, à ce tarif-là. « C’est pas si long que ça. Ça développe la patience. » Et certaines personnes manquaient cruellement de patience. Comme sa mère, ou encore sa petite sœur. Et pourtant, c’était la clé de tout. Mais bon, en même temps, quand on voyait le parcours de sa mère, ce n’était pas vraiment quelque chose de bien étonnant. Elle était… Lamentable, à ses yeux. Pas du tout un modèle à suivre. Et un boulet ambulant avec la petite. Mais bon, elle ne pouvait clairement pas y faire grand-chose.

Et elle pensait rester le reste du temps allongé à regarder les mouches voler dans le silence. Mais non, ce n’était pas ce qui allait se passer. Et non, elle ne s’attendait clairement pas à ce que Thomas reprenne la parole, surtout pour lui parler de ce genre de truc. Amara n’avait pas l’habitude d’entendre les gens se confier à elle, et elle n’avait pas non plus l’habitude de se confier. Elle faisait partie de ces gens qui gardaient tout pour elle. Et elle ne savait pas vraiment quoi répondre à ça une fois qu’il eut fini de lui raconter une partie de son histoire. Alors elle se tourna vers lui, mimant un sourire, avant de finalement laisser sa langue parler beaucoup plus que son cerveau. « Mon père est mort quand j’avais deux ans. C’est moi qui ai trouvé son corps à Alicante. » Pas la peine de donner plus de précision quant à l’homme qui l’avait tué. Alicante, et l’âge jeune d’Amara à cette époque donnait déjà un grand relais d’informations. Et de toute façon, elle n’en dirait pas forcément plus. Même quand elle se confiait, elle ne le faisait jamais complètement. « Si je croise ton frère un jour je lui dirais d’éviter les techniques japonaises. » Elle avait bien le droit de plaisanter un peu, après tout. Et puis, penser à son père n’était pas forcément quelque chose d’agréable. Elle n’en avait pas énormément de souvenirs. Sa mère ne lui en parlait jamais. Tout ce qu’elle avait encore de lui c’était son alliance qu’elle portait autour de son cou et qu’elle trifouillait à chaque fois qu’elle se mettait à réfléchir un peu trop. Comme maintenant, en fait.
code by bat'phanie

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Si le passé nous hante, changeons-nous les idées | ft. Amara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort ! " Ouais bah à ce stade là, j'suis hulk ! - ALIX
» "Ou est passé la nourriture que nous avions envoyée.?"
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]
» Quand l'amour nous Hante [Lumière Oplaine et Tempête Lunaire]
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: