Studing is important ❄︎ Willow - Page 2
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Studing is important ❄︎ Willow
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 1 Mai - 16:01
Studing is important
Willow & Tessa
Chacun avait sa place partout. Tessa faisait partie des personnes qui pensaient de cette manière. Il suffisait juste à ces personnes de fouiller un peu, de persévérer, pour trouver ce qui leur plaisait dans une phase ou l’autre du monde. Elle-même s’était retrouvée propulsée dans le Monde Obscure sans le vouloir, et clairement de la moins bonne de toutes les façons. Enlevée, séquestrée pendant plusieurs semaines et torturée. On aurait pu croire qu’elle aurait fui ce monde à toutes jambes à partir du moment où Willam et Jem étaient venus à son aide. Mais non. Elle avait voulu en savoir plus, connaître des origines dans les moindres détails, savoir enfin ce qu’elle était, et pourquoi elle s’était toujours sentie aussi différente. Et à présent, elle se voyait très mal retourner vivre dans le monde des Terrestres. Elle n’y était plus habituée, elle se sentait beaucoup plus à sa place dans un Institut, entourée de Chasseurs d’Ombres et de Créatures Obscures. Tout simplement parce qu’elle avait toujours été l’une des leurs, même si elle l’avait ignorée pendant longtemps. A une époque pendant une grande partie de sa vie, mains maintenant ces dix-sept petites années lui semblaient bien insignifiantes face au reste.

Et la jolie brune avait réussie à trouver sa place au fil du temps. Oh, ça n’avait pas été facile au début, il était clair qu’elle n’allait pas mentir là-dessus. Il lui avait fallu du temps, du soutien qu’elle avait trouvé auprès de son mari, et de ses amis, mais elle avait fini par y arriver. Elle était douée pour enseignée, pour communiquer avec les plus jeunes et les plus réticents à l’apprentissage. Elle était donc devenue professeur, et ça faisait plus d’une centaine d’année qu’elle exerçait ce métier en restant proche de sa famille. Enfin… Du peu de famille qui lui restait à présent, c’était certain. « Certains Chasseurs d’Ombres s’occupent des traductions. Nous avons des textes très anciens et des langues démoniaques très complexes à étudier. Je suis certaine que c’est une chose qui vous plairait. » Elle-même n’avait jamais été attirée par cela, beaucoup plus sensible aux charmes et à leur apprentissage, mais Willow semblait fortement être attirée par les langues, alors pourquoi pas ? « Quant aux étrangetés, vous finirez par vous habituer. Une fois que ce sera entré dans votre quotidien vous ne trouverez plus tout ça aussi étrange. » Elle était passée par là, elle savait ce que c’était. Voir son homme partir en mission avec la peur au ventre au début, même quand ce n’était qu’une petite manifestation démoniaque. Le voir revenir recouvert de pus dégoûtant. Entendre les mots « rapport », « démon supérieur » ou encore « possession » à cinq minutes d’intervalle l’un de l’autre. Au début c’était étrange, c’était certain, mais maintenant, ça faisait partie de son quotidien, et elle n’y accordait pas autant d’attention qu’elle pouvait en porter au début. « Il n’y a pas que les Terrestres qui ont besoin d’apprendre, les Chasseurs d’Ombres aussi, tous les jours. Je suis certaine que vous êtes capable d’emmagasiner un maximum de connaissances et de les transmettre aux autres. Vous avez ça au fond de vous, profitez-en. Les Chasseurs d’Ombres sont des élèves constants au même titre que les Terrestres. » Elle-même en apprenait encore tous les jours, malgré les années qu’elle avait passée sur cette terre. Elle était loin d’être au courant de tout, comme tout le monde. Chaque connaissance était importante pour eux, et ils avaient tous besoin de quelqu’un pour leur apprendre. La transmission des connaissances était pour Tessa ce qu’il y avait de plus important, et ce qui leur avait permis de survivre autant pendant des siècles, autant pour les Terrestres que pour les Nephilims.

L’entrainement restait quand même quelque chose d’important, même quand on se retrouvait à travailler dans les bureaux. Elle-même en suivait encore, pratiquement tous les jours pour se maintenir en forme. Pas autant que les autres Nephilims, ça c’est clair, elle n’allait pas sur le terrain de toute manière, alors ça ne servait à rien. Mais juste assez pour se défendre en cas d’attaque. Et puis, chaque personne avait une force dans une chose. La sienne, Tessa l’avait trouvée au fil des années. « Un petit peu d’entrainement tous les jours, c’est tout ce qu’il vous faut. » La jolie brune attrapa alors le coupe-papier présent sur son bureau, et le lança à travers la pièce dans un geste précis. Il partit se planter pile où elle le voulait, au centre d’un cercle gravé dans le bois du mur. « Vous l’avez dans le sang. Et vous n’avez pas nécessairement besoin de force pour être en capacité de vous défendre. Il y a tout un tas d’autres possibilités, vous avez juste à repérer vos forces. Je sais à qui confier vos entrainements pour que ce soit le cas. » La première personne qui lui était venue à l’esprit était Jace. L’un de leur meilleur combattant, qui n’était pas forcément le plus costaud, et qui était toujours de bon conseil envers les autres. C’était d’ailleurs lui, si ses sources étaient bonnes, qui s’occupait de l’entrainement de Clary, l’amie de Willow. De quoi partir en son avantage, vu que ça leur permettrait de s’entrainer ensemble tous les trois.

D’ailleurs, Tessa n’avait pas vraiment pu s’empêcher de relever le danger qu’encourrait Willow avec le Cercle qui courrait encore. Sans parler de son amitié avec la jeune Fairchild, sur qui son père aimait visiblement bien s’acharner. Ce qui avait un certain don pour mettre la sorcière hors de soi d’ailleurs. Cette pauvre enfant n’avait rien demandé de tout ça, et elle se retrouvait à en souffrir énormément. « Clary est une personne qui a le cœur sur la main. S’il vous arrive quelque chose, elle serait très certainement la première à courir pour vous sauver. Et c’est une chose dont son père a totalement conscience. » C’était une grande qualité venant de sa part, et Tessa possédait d’ailleurs la même. Autant dire qu’elle savait à quel point cela pouvait être dangereux, autant pour elle que pour son entourage. Et malheureusement, elle n’avait aucun conseil à lui donner pour améliorer ça, mis à part le fait qu’ils devaient veiller les uns sur les autres. « C’est la réalité Willow. Je ne compte pas vous mentir sur quoique ce soit. » Elle s’était bien rendue compte par elle-même que ça ne serait à rien de toute façon. Elle avait vécu les choses cachées, elle les avait subis une fois que la vérité avait éclatée. Et elle avait vu les dégâts qu’un mensonge ou même une omission pouvait engendrer. Pas question pour elle de reproduire ce genre d’erreur. « Le tout est de resté concentré sur votre mission. Vous avez un objectif à atteindre, ensemble, et avec un minimum de communication, ça se passe très bien. » Surtout qu’en général, les Chasseurs d’Ombres travaillaient souvent avec les mêmes personnes. Quand les responsables se rendaient compte qu’une équipe fonctionnait bien, ils la laissaient comme ça et c’était en général les meilleurs. Chez les Terrestres, c’était d’ailleurs le même fonctionnement. « Si ça peut vous rassurer, je ne passais pas l’entièreté de mes journées avec mon mari. Et puis les enfants… Je peux vous assurez que quand ils commencent à faire leur vie, vous avez du mal à les laisser partir. » Tessa se souviendrait certainement toute sa vie du jour où son fils lui avait annoncer qu’il allait se marier. Pendant plusieurs jours, elle ne s’était pas sentie très bien. Pas qu’elle n’était pas heureuse pour lui, bien au contraire, elle l’était totalement, et elle avait même été fière de le voir devenir un homme. Mais elle avait eu du mal à se détacher de son bébé qu’elle avait mis au monde et dont elle s’était occupée pendant des années. C’était une chose qu’elle ne pouvait malheureusement pas expliquer, ce sentiment. Aucune mère ne le pouvait certainement, en réalité. Il fallait le vivre pour le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Jeu 17 Mai - 5:31
Studing is important
Willow & Tessa
S’occuper des animaux en revenant de classe pouvait parfois me tomber sur les nerfs, mais je ne rêvais pas nécessairement à une vie hors de la ferme. Il y avait une paisibilité, au fait de vivre éloigné des villes. Je m’y promenais sans craindre l’agression, et les paysages, lorsqu’on s’approchait des parcs et des monts, pouvaient facilement dépasser l’éclat des fenêtres d’un gratte-ciel. Non mais comment critiquer un magnifique couché de soleil, à dos de cheval, pendant que l’air frais s’installe doucement? Une impression que je vivais dans un royaume des plus magnifiques, protégé des troupes ennemies. Petite, l’idée de partir ne m’effleura jamais l’esprit, car j’adorais les lieux. Adolescente, je voulais bien sûr explorer le monde, mais jamais je n’imaginais trouver l’insouciance et la tranquillité d’esprit que je ressentais en me promenant dans les champs. À bien y repenser, je me suis étonnée moi-même, en changeant d’idée et en voulant quitter le nid familial. Probablement l’influence de ma sœur. Oui, c’est bien ça! La voir partir et explorer le monde me rendit jalouse. Je voulais en faire autant, sortir de cette coquille, faire le grand saut et écrire un nouveau chapitre. Ce dernier petit détail, cependant, je ne l’imaginais pas atteindre des sommets tels que ceux-ci, auprès de créatures en tout genre, me préparant à me battre contre des démons. Un chapitre. C’est tout ce que je demandais. Je n’avais pas l’intention d’écrire un roman, quoique le destin en décida autrement.

Et c’est à peine si mon aventure venait de commencer, que j’attirais l’attention des profs, et pas tellement de la bonne manière. Je ne sais pas s’ils prenaient en note les manquements, les expulsions de cours ou une quelconque autre infraction, mais c’était le cas, bah mon dossier devait déjà être assez fourni. Donc oui, je m’attendais à faire la rencontre d’une conseillère ou de quelqu’un d’assez patient pour affronter mes commentaires condescendants. Avec la brunette, juste devant moi, je trouvais chaussure à mon pied, car elle également mon entêtement, si ce n’était, cependant, qu’à l’opposé. Positive. Peut-être même un peu trop, à mon avis. Elle s’attend à quoi, exactement? Elle pourrait bien dire ce qu’elle voudra, ce n’est pas pour autant que je me sentirais à ma place. Trop d’étrangetés pour une tête de terrestres, comme son commentaire, à propos des langues démoniaques. Je ne m’appelais pas Buffy, malgré mes cheveux blonds. « J’vais terminer avec mes cours de langues plus … plus normales, dirais-je, et je verrais par la suite si j’ai encore la tête à en étudier d’autres. » Je n’avais pas dit non, car à vrai dire, la traduction était mon petit point faible. Dès qu’on en parlait, mon attention se redirigeait vers ce sujet. En revanche, il s’agissait d’un terrain vastement inconnu, car ce n’est pas comme si on parlait de ‘langues démoniaques’ au quotidien, en classe. Je m’attendais déjà à passer des heures et des heures à me renseigner. Qui sait, peut-être pourrais-je utiliser ça comme excuse, pour éviter la salle d’entraînement? « Le problème, c’est le temps que ça prendra, avant que ça ne rentre dans mon quotidien. J’vous rappelle que mon cerveau pense encore en mode terrestre, là, et qu’à chaque phrase un peu plus étrange que vous prononcez, j’me met à penser si je suis pas en train de dormir debout. » Il y avant encore tant de choses qui me dépassaient complètement, que je refusais catégoriquement de voir comme du concret. Je sais bien que le mieux, c’est que j’arrête de voir le Monde Obscur du point de vue d’une terrestre, mais c’était plus fort que moi. J’avais encore l’esprit trop rationnel, mais c’est un défaut que j’acceptais avec honneur, car je sais qu’il me fallait du sérieux pour devenir enseignante. « Je sais bien, que les chasseurs d’ombres doivent apprendre aussi. Mais à la base, je ne pourrais pas donner de cours magistraux sur des sujets primordiaux que vous étudier. Dans mon cas, ça serait bien plus … terrestre. Si quelqu’un veut apprendre une autre langue, qui ne soit pas sorti tout droit d’un monde parallèle, ça me va. » Qu’on me dise montrer à un groupe de 30 personnes l’allemand, c’est plus que concevable. Par contre, qu’on me demande de présenter à ce même groupe une analyse complète des différents démons de répertorier, et je leur sortirais certainement les DVD complet de Charmed, en leur souhaitant un bon marathon.

Ah, ce mot portant l’apparence d’une activité physique, mais qui, dans mon cas, n’était utilisé que lorsqu’il faisait référence à l’action de fixer un écran pendant des heures et des heures. Au moins, je n’avais pas à bouger le seul petit doigt. Moi, de quoi manger, et des personnages fictifs que l’on apprend à aimer ou détester. Rien d’éprouvant là-dedans, rien qui m’obligeait à m’efforcer jusqu’à en finir en sueur. Ne pouvais-je donc pas continuer ainsi? Après tout, j’avais accepté mon inaptitude au combat … et aux sports en général. « Je croirais entendre mon prof de gym, et je le dé… » Ma phrase prit fin abruptement, alors que je la vis saisir un coupe-papier sur le bureau et le lancer jusqu’à l’autre bout de la pièce, pile poil au centre d’un cercle dessiné sur le mur derrière moi. Je … quoi? Qu’est-ce que je venais de voir? J’étais supposée … en arriver à ce niveau? Et j’avais combien de décennies, comme marge de manœuvre? Non parce que là, elle vient de me sortir un coup de ninja. « …testais » Oui, je réussis à finir la fin de mon verbe, mais je ne me rendis en fait pas vraiment compte que je venais de le prononcer. Oui, bon, d’accord, je l’avoue, une minuscule partie de moi voulait être capable d’en faire autant. Mes yeux trainèrent encore un certain temps sur l’objet coincé, mais j’entendis tout de même ses propos. « Ça? J’ai ça dans le sang? J’suis pas si sûre. Aux dernières nouvelles, j’me suis pas faite mordre par une araignée radioactive. Puis de toute façon, j’ai pas non plus la précision d’un ninja. Je dirais plus d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. » Ma pauvre mère qui s’arracha les cheveux à quelques reprises, car j’étais réellement maladroite, du haut de mes 5 ans. Combien de vases ne lui avais-je pas cassé, simplement parce que je voulais ‘aider’ à nettoyer? « Attendez, quoi? » Le choc se lisant sur mon visage, mon attention se redirigea rapidement vers elle. « J’ai jamais dit que je cherchais qui que ce soit pour des entraînements. Vous m’avez pas entendu dire que j’évite ça depuis le début? » J’avais été claire, pourtant. Et puis oh, pourquoi devrais-je m’en préoccuper. S’il est aussi persévérant que les profs à l’Institut, il ne fera pas très long feu.

En y repensant bien … étais-je vraiment ce que je souhaitais? Avec le danger qui courrait à cause de Valentin et du Cercle, de ce qui s’était passé avec le meilleur ami de Clary, pouvais-je vraiment me permettre de passer le plus clair de mon temps à feuilleter mes documents à la place de me préparer physique à une attaque? Je devrais arrêter mes conneries et dédier un peu plus de mon temps à … et puis merde, c’est trop compliqué. Pire que la danse, et croyez-moi, vous ne voulez pas me voir me dandiner, c’est horrible! « J’ai bien remarqué ça, chez Clary. » La première personne vers qui je me suis tournée, un peu au hasard, pendant le cours. Une belle amitié qui prit racine, et qui visiblement, ne s’estomperait pas. « Vous et vos arguments! On dirait que vous aviez votre discours préparé d’avance. » Comment une personne normale peut-elle sortir tant de vérités en si peu de temps, et de façon assez directe pour qu’elles aient une répercussion massive sur moi? « Je sais, je sais! J’aime juste pas me retrouver coincée entre deux choix assez déplaisants. » Me torturer physiquement pour des raisons qui m’échappent encore, ou me faire kidnapper par Valentin en tant qu’hameçon pour sa fille? Aucune option ne m’allait. Et pourtant, je ne pouvais m’échapper à ça. « Communiquer avec les autres, ça se fait par grognement, hochement de tête et un petit geste bien impoli. Puis de toute façon, vous m’aviez dit que ce ne sont pas tous les chasseurs qui partent en mission, non? J’vois pas pourquoi j’devrais ‘communiquer’ un minimum. » Encore et toujours cette idée d’équipe qui revenait dans la conversation. Un moine, c’est ça, mon but, mon job de rêve. Je voulais qu’on me foute la paix, question de ne pas avoir à jouer les fausses collègues de boulot. Il n’y a rien de plus désagréable que ces gens qui sourient, mais qui se gardent de partager le fond de leurs pensées. « J’espère, que vous ne passiez pas tout votre temps avec lui. Je ne sais même pas comment vous faites pour passer quelques heures avec quelqu’un que vous verrez constamment. » Bah quoi? N’était-ce pas mieux que de croiser des gens une fois, de temps en temps? Il y a beaucoup plus à raconter, et bon, on ne voit pas tous les mauvais traits de l’autre personne. « Ça, c’est vous … et peut-être ma mère qui le diront. J’préfère ne pas penser à toutes les couches, toutes les nuits blanches, toutes les horreurs, en fait, que ça provoque, que de se retrouver avec une peste sous le bras. » Non mais là, franchement. Me dites pas que les gens deviennent imperméable à l’odeur. C’t’une horreur, ce truc!



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Dim 20 Mai - 15:42
Studing is important
Willow & Tessa
Si on demandait à Tessa de choisir entre sa vie de Terrestre et celle passée au sein de la communauté des Chasseurs d’Ombres, son choix était vite fait. Sa vie était dans le Monde Obscure, entourée de ces gens, le seul endroit où elle se sentait réellement à sa place en toutes circonstances. Le seul endroit où elle pouvait être elle-même sans rien craindre surtout. Bien sûr, elle avait été elle-même au sein du monde des Terrestres, pendant un temps, mais à la découverte d ses pouvoirs, même elle ne pouvait pas nier qu’elle avait changé. Découvrir un secret changeait souvent les gens, avoir la vérité devant les yeux était une révélation, d’une certaine manière. Elle ne pouvait clairement plus voir la vie comme une Terrestre, et encore moins après toutes ces années, alors qu’elle devrait déjà être morte. Et même si son immortalité était devenue un fardeau au fur et à mesure des pertes qu’elle avait subie, ses pouvoirs, cette communauté, et l’enseignement qu’elle apportait à la sécurité de ce monde était un cadeau largement suffisant pour qu’elle supporte toute cette souffrance. Heureusement pour elle, la jolie brune était loin d’être égoïste, et même si elle n’était pas totalement heureuse dans sa vie de tous les jours, que la perte de son mari la suivait toujours, le fait de pouvoir aider son prochain lui donnait la force de se lever tous les matins. Tant qu’elle continuerait à être utile, elle se battrait pour ce monde, et pour les siens, qu’ils soient Créatures Obscures ou bien Chasseurs d’Ombres.

Sa bataille d’aujourd’hui, en plus de ça, était loin d’être la plus compliquée du monde. Une simple discussion à avoir, avec une jeune femme dont elle avait été à la place, même si cela remontait à plusieurs décennies maintenant. Tessa n’avait pas oublié le désarroi qu’elle avait pu ressentir. En fait, elle n’avait pas oublié grand-chose de sa vie. C’était un peu le défaut d’avoir une aussi bonne mémoire, mais elle pouvait aussi le tourner à son avantage. « Vous allez certainement être étonnée de la vitesse à laquelle vous allez vous habituée à tout ça. Surtout que tout finira par vous paraître plus logique. Et je ne parle pas seulement de ce qu’il y a à l’intérieur de ces murs, mais bien de ce que vous pouvez rencontrer à l’extérieur. » Après tout, certaines choses inexplicables aux yeux des Terrestres sont tout simplement des choses qui proviennent du Monde Obscure. Fantômes, monstres mystérieux que tout le monde ne voit pas, lieux soi-disant maudits. Tout ça est une trace que le Monde Obscure laisse derrière lui et que eux, Chasseurs d’Ombres, ne peuvent pas forcément masquer. Même eux ne sont pas totalement parfaits dans leur travail, c’est bien impossible. « Penchez-vous sur une langue démoniaque. Vous n’êtes pas obligés de commencer par la plus compliquée, et vous verrez, ce n’est pas tellement différent de ce que vous pouvez apprendre actuellement à vos cours. » Après tout, une langue était une langue, peu importe d’où elle venait. Et une langue démoniaque venait tout simplement d’une autre dimension, en général, ce n’était pas plus compliqué que ça. Il y avait même l’énochien, la langue des anges, qui n’étaient pas si compliquée et qui était même connue des Terrestres. Même s’ils ne se doutaient clairement pas de la valeur inestimable de cette langue, contrairement à eux. La langue des anges était sacrée chez les Nephilims.

Autre côté que la jolie blonde devait aussi travailler, c’était son entrainement physique. Avoir la capacité de se défendre, sans forcément être la meilleure combattante de l’Institut. Tessa elle-même était loin d’être la meilleure alors que c’était elle qui dirigeait cet endroit à présent. Mais elle avait quelques bases, de quoi restée en vie si elle se retrouvait prise dans une embuscade, face à un ennemi qui lui, n’hésiterait pas à mettre fin à ses jours. « Est-ce que vous voulez sortir d’ici sans risquer de vous faire tuer ? Vous avez besoin d’entrainement, ne serait-ce que pour votre propre sécurité. » Et la bonne conscience de l’ancienne Herondale aussi, elle doit bien l’avouer. Elle ne se voyait clairement pas laisser Willow sortir de l’Institut en sachant qu’elle risquait de se faire tuer au coin de la rue tout ça parce qu’elle n’avait pas insistée pour qu’elle apprenne à se défendre. « Je vais vous envoyer Jace Wayland. C’est l’un des meilleurs combattants de cet Institut, et il est de très bon conseil. Il me semble même qu’il s’occupe déjà de l’entrainement de Clarissa. » Lui soumettre l’idée qu’elle pourrait s’entrainer avec son amie ne pouvait être que bénéfique. Et puis, elle savait que Jace ne refuserait pas son offre. Ou son ordre, peu importe de quelle façon il le prenait. Il était fidèle à l’Enclave, sur ces points-là, même s’il n’obéissait pas toujours aux ordres, ça lui arrivait de le faire. Et puis, ça ne lui ferait qu’une élève en plus.

Enfin, la communication restait quand même la chose la plus importante, et c’était bien pour cela que Tessa était en train d’avoir cette conversation avec la jeune femme. Lui parler, lui dire les choses telles qu’elles étaient, était certainement le meilleur moyen pour lui faire comprendre l’importance de tout ça. Même si elle avait encore un peu de mal à le comprendre. « Les Shadowhunters qui ne partent pas en mission communiquent les informations qu’ils trouvent, transmettent les choses. C’est un travail d’équipe, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. » Et c’était certainement pour cela qu’ils étaient aussi efficaces et que le monde n’avait pas encore implosé. Même si ce n’était pas vraiment loin avec Valentin. Elle s’apprêtait d’ailleurs à argumenter, sur ses enfants et son mari à présent, mais elle fut interrompue par un coup à la porte. « Entrez. » Petit défaut de dirigé un Institut, c’était qu’il y avait toujours quelqu’un pour venir l’interrompre, et en général, c’était assez important. Vu la tête du Chasseur d’Ombres qui venait d’ouvrir la porte, ça avait l’air plus qu’important d’ailleurs. « On l’a repéré, madame. » Pas besoin de lui demander de qui il était en train de parler, Tessa l’avait très bien deviné. Et vu l’air grave qu’avait pris son visage, Willow avait certainement dû deviner que cette conversation allait être écourtée. « Envoyez un maximum de monde sur place. » Elle-même allait d’ailleurs s’y rendre, s’il le fallait. Elle passerait les menottes de ses propres mains à cet enfoiré. « Jace Wayland et Clarissa Morgenstern y sont déjà. » Grimaçant d’inquiétude pour les deux jeunes gens qui s’étaient visiblement jetés aveuglement dans la gueule du loup, la brune saisit alors son manteau et appuya sur le bouton d’alerte, prête à s’y jeter elle aussi dans cette gueule avant de se tourner une dernière fois vers Willow. « Pensez à ce que je viens de vous dire. Et surtout ne sortez pas de l’Institut tant que je ne suis pas revenue. » Pour sa sécurité, c’était ce qu’il y avait de mieux. Celle de Tessa allait être mise en danger, mais bon… Elle n’avait pas le choix, c’était son travail. Et elle ne voulait pas laisser ce monstre s’échapper une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 29 Mai - 5:27
Studing is important
Willow & Tessa
À bien y repenser, peut-être que je n’aurais pas choisi de déménager au cœur d’une grande ville. Il y avait trop de bruit, pas assez de grands espaces verts et surtout, beaucoup de problèmes. Non, je n’étais pas si naïve de croire que l’adaptation à un mode de vie plus urbain serait facile. Il me faudrait des repères, certainement pour les achats urgents, comme une pharmacie et un petit supermarché. Ah, et aussi un dépanneur. Ça aide grandement, et sincèrement, c’est tout ce qu’il manquerait à la campagne. On y trouve vraiment de tout, et vu leurs horaires, on pouvait y passer à n’importe quelle heure de la nuit. Bon, je divague, c’est vrai. Pour en revenir à mon ordre d’idée précédent, oui, j’eus à apprendre une routine complètement différente de celle que j’avais à la ferme. Cependant, rien ne m’aurait préparé au surnaturel, au bizarre, au fantastique, au … non mais combien de catégories de films et de livres pouvaient bien caractériser le Monde Obscur? Beaucoup, à mon avis. En tout cas, même mes lectures ne me forgèrent aucunement à ce que je découvre des créatures supposément imaginaires. Pire que ça, je n’étais pas du tout prête à ce que j’en fasse actuellement parti. Le choc, le déni, … toutes les étapes d’un deuil, quoi! Je jetais d’abord le blâme sur les chasseurs d’ombres, croyant qu’ils rêvaient, puis sur mes parents, puisqu’ils ne m’avaient laissé aucun indice à propos de mes véritables origines.

L’étape encore infranchissable à mes yeux; l’acceptation. Je n’avais qu’à observer les gens, à l’Institut, pour me rendre compte que je n’étais pas du tout comme eux. En fait, cela venait appuyer mon hypothèse de l’erreur, quoique plus ça allait, et moins il me restait des arguments en ma faveur. Rien qu’avec cette conversation avec cette prof, les idées que je m’étais fixées semblaient évoluées devant mes yeux. Il n’y a pas à dire, ils ont choisi la personne parfaite. Non mais bordel, comment est-ce qu’ils faisaient, pour accomplir de tels miracles? « M’ouais, peut-être bien. Mais j’vous dit tout de suite, si je m’habitue à tout ça, c’est certainement pas parce que j’y suis grandement intéressée. » Je rechignerais encore et encore, même si un jour j’atteins ce semblant d’équilibre, cette vision des choses moins choquée que maintenant. Il y aura toujours des trucs qui me laisseront prise au dépourvu. Ce que j’apprenais maintenant, via les quelques cours et livres, ce n’était que la pointe de l’iceberg. Cette sensation de m’être jeter dans le vide sans savoir ce qui m’attends au fond … c’est horrible, mais c’est exactement ce qui décrit le début de mon séjour ici, parmi les shadowhunters.[/b][/color] « Bah normalement, dans mes cours, j’apprends des langues avec lesquelles on communique. J’me vois pas faire la discussion avec un démon. Mais bon, c’est beau, je ferais un tour sur ce qu’il y a comme langues plus simples à apprendre. On verra si ça tourne en bourrique ou pas. » Une très mince probabilité que cela me pique ma curiosité. Il faudrait vraiment que je feuillette ce genre d’ouvrage quand j’ai envie de faire un peu de linguistique. Quoique … est-ce qu’il y aurait un autre nom, vu qu’on parle de langues démoniaques? Quelle complication, non mais!

Et ce n’était pas fini. Il n’y avait pas que ce sujet-là qui me faisait grincer des dents. Le pire restait encore à venir; l’entraînement physique. Un fléau dans mes jeunes années, quand j’inventais toujours des excuses pour ne pas participer à cette classe en particulier. Décidément, le karma avait une étrange manière de me foutre dans la merde une fois de plus. Pourtant, je ne demandais pas beaucoup. Des livres, un ordinateur, et le silence. Donnez-moi ces trois choses, et tout va bien. Mais donnez-moi un bâton, et là, j’vous brise tout, sans pour autant avoir compris les mouvements qu’il fallait faire. « Mais je sors déjà, et j’suis encore là, non? Même le plus complet des entraînements ne me servirait pas. J’arrive pas à mettre en pratique ce qu’on me montre, ça fini toujours mal. » Sur ce point, je peinais encore à voir les avantages du combat. Pourquoi est-ce que je dois me mettre à donner des coups alors que je ne voulais pas me mêler, à la base, de leurs problèmes? Je ne demandais même pas à habiter ici, et pourtant, on m’a fortement conseillé (quoique à mes yeux, cela ressembla plus à un ordre qu’autre chose) de faire mes valises et de rester à l’Institut, au lieu du dortoir. « Jace Wayland? J’lui souhaite bonne chance. Clary et lui s’entendent bien, il n’a pas tellement à la convaincre. Ce ne sera pas aussi facile avec moi. » Je me croisais les bras, une petite mine boudeuse, vu que je ne pourrais plus éviter ce détail plus éprouvant du rôle de chasseur d’ombre. N’était-ce donc pas qu’une rencontre? Ou une discussion? Je n’étais sûrement pas venue à son bureau pour me faire donner la liste de tout ce que je devrais faire, et ce, sans rouspéter.

« Pourquoi est-ce que vous trouvez toujours le moyen de me foutre à travailler en équipe, alors que ça ne m’intéresse pas? En tout cas, advienne le cas que je doive me retrouver dans un petit groupe, j’vous dis tout de suite, ils vont me détester. » Pas que je leur ferais la vie dure de ma propre volonté. C’était simplement dans mon ADN, que de dire les trucs trop brusquement, de faire savoir que je n’étais pas satisfaite ou que je m’en fichais complètement. Et ça, c’est sûr que des coéquipiers me le reprocheraient. Eux, et probablement un partenaire de vie, quoique cela ne soit aucunement dans mes plans futurs. Un sujet dont on s’apprêtait justement à parler lorsque soudainement, on cogna à la porte. Le silence se fit, pendant que j’écoutais la conversation attentivement. L’avoir repéré … ils parlaient de Valentin, c’est sûr et certain. Je ne dis rien, attendant la suite des révélations. Clary et Jace se trouvaient là-bas. Oh non! Merde! Ils étaient en danger, s’ils y étaient seuls! Je remarquais la femme devant moi saisir son manteau précipitamment, ce qui me fit bondir de ma chance instinctivement. Elle franchit la porte mais se tourna une dernière fois vers moi, me conseillant d’aller réfléchir à notre conversation et surtout, de ne pas sortir de l’Institut jusqu’à ce qu’elle revienne. Je hochais la tête, rebroussant chemin jusque dans ma chambre, où je m’installais pas très confortablement, en sachant que mon amie se trouvait en danger. Sans m’en rendre compte, pendant que je repensais à ce que la prof me dit à propos de Valentin, je me surpris à taper sur google : ‘langues démoniaques’. Il y a pas à dire, notre discussion avait laissé des traces.


FIN.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Studing is important ❄︎ Willow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» LES PROCHAINS JOUR (TRES IMPORTANT À LIRE)
» Caroline 'Willow' Floyd
» Willow Rosenberg
» Emma Lynwood x Willow Shields - PRISE
» Sujet IMPORTANT !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: