Studing is important ❄︎ Willow
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Studing is important ❄︎ Willow
Invité
Invité
(#) Sujet: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Sam 6 Jan - 18:26
Studing is important
Willow & Tessa
Même si Tessa était là avant tout pour aider l’Enclave contre le Cercle, elle restait aussi une enseignante. Et mine de rien, elle avait encore et toujours besoin de transmettre son savoir pour se sentir bien. Et depuis qu’elle était arrivée à New York, elle n’avait pas encore donné un seul cours, chose qui n’était pas tellement étonnante en soit. Les Chasseurs d’Ombres voulaient protéger leurs enfants, et la majorité d’entre eux se trouvaient à Idris, ou dans un pays bien lointain, éloigné de la menace que pouvait être Valentin. La brune comprenait ces parents qui avaient pris cette décision. Elle-même, si elle l’avait su, aurait envoyé son descendant, Stephen, bien loin d’Idris pour l’empêcher de rencontrer Valentin et qu’il ne finisse par mourir. Malheureusement, elle n’était pas voyante, et elle ne tenterait clairement pas un sortilège pour remonter le temps et arranger ce détail. Elle savait que c’était de la magie noire, et elle savait que cette magie pouvait se révéler très dangereuse. Même si ça lui avait brisé le cœur d’apprendre que le fils de Stephen n’avait jamais vu le jour, elle n’allait pas risquer de créer quelque chose de bien pire que Valentin pour les savoir tous en vie. Et heureusement d’ailleurs, qu’elle avait la tête sur les épaules à ce point. Ce n’était pas le cas de tout le monde, et elle était même certaine que si elle avait proposé cette idée, l’Inquisitrice aurait été de son côté. La sorcière pouvait parfaitement comprendre la perte qui la bouleversait. Elle avait connu la même quand son mari, puis ses enfants, ont donnés leur dernier souffle. Et elle souffrait encore de cette perte. Elle savait qu’elle en souffrirait jusqu’à sa propre mort.

Enseigner aux autres Chasseurs d’Ombres ce qu’elle savait lui permettait de ne pas complètement se retrouver au fond du gouffre. Et Tessa avait appris que la fille de Valentin n’était pas la seule Shadowhunter à avoir grandie dans le monde des Terrestres sans savoir ce qu’elle était en réalité. Une autre jeune femme avait vécu la même chose. Willow était son prénom, et elle avait besoin de quelques cours de rattrapage. Ce qui était tout à fait normal, et surtout nécessaire, vu la période dans laquelle ils se trouvaient. Valentin était peut-être à présent sous les verrous, la Coupe Mortelle n’avait pas encore été retrouvée, et dieu seul savait qui l’avait en sa possession. Il était mieux de s’entrainer au maximum pour pouvoir se défendre, même si ces entrainements pourraient donner l’impression de ne servir à rien. Viendra le jour où ces jeunes gens auront à s’en servir. Et ça leur sauvera peut-être même la vie. La brune se trouvait donc dans le bureau que l’on lui avait attribué à son arrivé, penchée sur une petite pile de papiers qu’elle lisait avec attention. Des exigences de l’Enclave concernant son enseignement, les choses sur lesquelles elle devait insister, au vu des événements. Et la liste était longue comme le bras. Ça allait être compliqué. Très compliqué. Mais Tessa avait déjà géré pire que cela, alors, elle devrait bien y arriver, non ?

De toute façon, ce n’était pas pour maintenant. On venait juste de toquer à la porte, et la sorcière s’était levée de son bureau pour aller ouvrir. Elle découvrit alors une jeune femme, qui ne devait pas être plus vieille qu’elle, quand elle était tombée dans ce monde, il y a de cela déjà plus d’un siècle. Les choses avaient bien changé, depuis, les gens avaient bien changé aussi. Le monde en général, en fait. Tessa sourit alors à la jolie blonde, avant de s’écarter pour la laisser entrer. « Bonjour. Je t’en prie, installe-toi. » Après avoir refermée la porte derrière la jeune femme, elle reprit alors place derrière son bureau, les bras croisés sur ce dernier, comme c’était souvent le cas. Une mauvaise habitude qu’elle avait depuis qu’elle était enfant et qui ne semblait pas vouloir la quitter. « Je suppose que l’on t’a informé des raisons de ta présence ici ? » Tessa préférait clairement demander. Elle savait comment un Institut fonctionnait, et cela depuis bien longtemps. Elle savait que ce n’était pas toujours simple pour les Chasseurs d’Ombres et que, parfois, ils n’avaient pas d’autres choix que d’aller simplement à l’essentiel sans entrer dans les détails. Mais là, elles avaient le temps avant d’entrer dans le vif du sujet, et si Willow avait des questions, elle pouvait clairement les lui poser.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mer 10 Jan - 20:49
Studing is important
Willow & Tessa
Je n’étais aucunement habituée à être parmi les élèves les plus en retard. C’est frustrant, et surtout, trop de travail que d’avoir à rattraper des années et des années d’apprentissage. À l’Institut, malheureusement, je perdais ma volonté à me présenter dans les cours, préférant la quiétude de ma chambre. Mes travaux à l’académie prenaient plus de places, je passais plus de temps à la bibliothèque, et prétendais ne pas avoir le temps d’étudier les runes simplement parce que j’avais des projets à finir. S’ensuivaient des commentaires parfaitement désagréables, comme quoi je devrais arrêter de placer ma vie parmi les Terrestres avant mes responsabilités de chasseuse d’ombres. Oh, l’envie ne me manquais pas, de les envoyer se promener. Oubliaient-ils que je n’avais jamais demandé à être l’une des leurs ? Mon seul souhait, en venant à New York, c’était de changer d’air, de me prouver au combien je pouvais être indépendante et, au final, trouver un emploi assez bien rémunéré pour que je puisse subvenir aux besoins de ma famille. Non. De ma famille adoptive. Un autre fait qui rendait les choses bien plus compliquées. Remettre en question mes origines, avoir à partager mes sentiments entre Calixte, mon frère de sang, ma vraie famille, ou alors ma sœur et mes parents, les seuls individus m’ayant vu grandir, qui m’ont donné tout l’amour qu’une famille peut donner.

Ce matin, j’eus droit à la visite d’un jeune homme, alors que je me préparais à sortir. En voyant mon sac, il me dit que je ne pouvais pas quitter l’Institut pour l’instant, que j’étais attendue au bureau de Professeur Gray. « Et depuis quand est-ce qu’on prend des rendez-vous sans venir me consulter ? » Il n’apprécia visiblement pas ma blague, car il se répéta, le tout alors que son visage restait figé dans ce qui semblait être du désintérêt total. Il m’informa ensuite qu’il se trouverait près de ma porte, prêt à jouer les gardes de sécurité. Sortant nonchalamment de ma chambre, son dos tourné me permit de laisser parler ma frustration en grimaçant de dégoût. Pourquoi est-ce que je devrais aller voir un prof ? J’avais des trucs à faire, des travaux à continuer. En bref, des trucs plus importants que de faire la conversation. Je n’étais pas stupide; il ne s’agissait pas d’une discussion amicale. Mon comportement à l’Institut ne pouvait se décrire autrement que comme une gamine un peu trop capricieuse. Je voulais rester par curiosité, par le fait que j’avais Calixte et qu’une partie de moi s’y sentais bien. Un lien qui me permettait de sentir une connexion à ma mère.

Bien que mécontente, je n’eus d’autre choix que d’obéir. Laissant mon sac sur le lit, je sortis et le suivis jusqu’à une porte, où je pus y lire le nom complet du prof avec qui j’allais devoir argumenter. Ou du moins, c’est ce que je croyais. Je cognais donc à la porte, non sans peser le pour et le contre de cette rencontre, et attendis qu’on ne l’ouvre. Au déclic, mon regard se posa sur une jeune femme qui, d’apparence, semblait un peu plus jeune que moi. Étonnée, je ne pus qu’hocher la tête et prendre place sur une chaise, pendant qu’elle refermait la porte et s’installa ensuite à son bureau. Les bras croisés, son regard qui soutenait le mien, j’avais la nette sensation d’être envoyée chez le directeur. Pas que ça me surprenne, vu mon attitude si négative avec les autres profs. Oui, oui, je savais parfaitement la raison de ma présence à son bureau, sauf que je n’étais pas du genre à faire les yeux de chat botté, demander pardon et changer mon comportement. « J’ai pas vraiment besoin qu’on m’explique. C’que j’entends dans les couloirs me suffit. » Je croisais à mon tour les bras, mécontente qu’on croit devoir me raisonner. Ce n’est pas comme si j’avais grandi parmi ce monde déluré. J’avais appris à prendre soin des animaux, pas à chasser les démons. « Je passe mon temps libre parmi les Terrestres, je devrais porter plus d’attention à mes devoirs de chasseuses d’ombres. » J’essayais d’imiter certains professeurs ou collègues de classe, me moquant tout de même de leurs critiques si superflues. « Sauf que c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on te demande de d’adapter si rapidement alors que tu ne connaissais encore rien de tout ça il y a quelques mois. »



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Ven 19 Jan - 22:56
Studing is important
Willow & Tessa
Tessa n’abordait jamais personne de façon négative, ou en voulant faire la morale sur une chose ou une autre, même malgré son âge avancé. Elle se souvenait encore de l’époque où ses enfants n’étaient que des enfants, et qu’ils faisaient quelques bêtises, comme toutes les personnes de leur âge. La brune ne les avait jamais disputées pour quoique ce soit. Bien au contraire, en fait. Elle avait toujours pris soin de discuter avec eux, de leur expliquer les choses, de les faire réfléchir, leur faire comprendre où se trouvait la limite du bien et du mal. Punir n’était tout simplement pas une solution à ses yeux, crier non plus, blâmer quelqu’un avec des reproches, encore moins. Alors vu qu’elle ne disputait pas ses enfants de base, elle n’allait pas se mettre à disputer ceux des autres, ni à les punir. Malgré sa fonction de professeur, oui. Et c’était certainement pour cette raison qu’énormément de monde l’appréciait. Pour sa gentillesse, son approche nettement différente, même si un peu décadente au sein de la société des Chasseurs d’Ombres. Malgré son âme qui ne voulait pas laisser s’échapper l’amour, la pitié, et tout un tas d’autres valeurs qui n’entraient pas forcément dans les cordes, les autres l’appréciaient.

Alors non, il était clair qu’elle n’était pas là pour faire comprendre à cette jeune femme qu’elle devait se concentrer sur son avenir au sein de leur société, comme l’avait déjà certainement fait tous ses collègues. Elle n’était clairement pas là pour ça. Elle était simplement présente pour lui proposer de lui apprendre des choses, et non pour la forcer. Mais Tessa pouvait comprendre la réticence de la jolie blonde qui était assise devant elle. Après tout, il n’y a pas si longtemps, elle s’était un peu retrouvée à la même place. « Crois-moi, je sais exactement ce que tu es en train de vivre. » Après tout, elle avait vécu la même chose, quand elle avait découvert ce monde. Sauf que pour elle, la transissions s’était faite un peu plus douloureusement, puisqu’elle était passée par la maison des Sœurs Noires, et leur méthode vraiment pas très catholique pour lui apprendre à maîtriser son pouvoir de métamorphose. Découvrir l’entièreté de sa véritable nature n’avait pas non plus été chose aisée à gérer. « J’ai vécue dans le monde des Terrestres pendant dix-sept ans avant de découvrir que j’étais une sorcière. » Autant aller droit au but. Et puis, ce petit détail pouvait peut-être lui permettre d’instaurer une relation de confiance. Elle l’espérait, du moins, parce que Tessa voulait réellement pouvoir apporter son aide à cette jeune femme, même si c’était très peu, c’était déjà ça. Elle aurait aimé rencontrer quelqu’un qui lui propose le même service quand elle était encore jeune.

D’ailleurs, elle ne tarda pas tellement avant d’enchainer sur le sujet. Parler à Willow de ses intentions, de ce qu’elle voulait lui apprendre, de quelle manière elle voulait l’aider. En lui faisait bien comprendre qu’elle ne la forçait à rien. Le choix. C’était certainement cela qui manquait dans leur société. Et la brune soupçonnait sa mère de l’avoir quitté pour ça, d’ailleurs. Surtout qu’à son époque, ça devait être encore pire que maintenant. « Je ne suis pas ici pour te dire ce que tu dois faire, mais simplement pour te proposer mon aide. » Et la façon dont elle pouvait l’aider était tout de même assez vaste, il faut le dire. Tessa avait eu le temps de voir de nombreuses choses, et elle avait même vécue avec plusieurs générations de Chasseurs d’Ombres. Elle en avait même engendrés. Elle connaissait aussi des sorciers, des loup-garou, des fées, des vampires. Beaucoup de monde qui l’avait aidé à apprendre beaucoup de choses au fil du temps. « Ma spécialité est l’étude des charmes, mais si tu veux aborder un sujet en particulier, que ce soit au niveau de la société du Monde Obscure, ou plutôt ce qui est spécifique aux Nephilims, tu peux me le demander. Et je ne te force en rien, c’est à toi de choisir ce que tu veux savoir, et ce que tu préfères ignorer. » Le nombre de choses que l’ancienne Herondale aurait préféré ignorés est quand même assez imposant. Mais la plus intense était certainement la perte de ses enfants et du reste de sa descendance. Une douleur qui ne la quitterait certainement jamais, tout comme celle de la perte de son mari. Elle se demandait d’ailleurs comment elle tenait encore debout, parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 6 Fév - 6:51
Studing is important
Willow & Tessa
Rares furent les profs qui me firent la morale sur ma manière d’étudier. Normalement, ils commentaient mes travaux écrits, de façon positive ou négative, mais sans jamais me pointer du doigt comme étant un élève à problème. Ici, j’accumulais les reproches et les renvois de classe, chose inconcevable pour une personne telle que moi, si passionnée pour les études. Je comprenais mieux le malaise des nouveaux, lorsqu’ils débarquaient dans l’Académie, en plein milieu de la période d’examens ou de remise de travaux. Des sommets paraissant inatteignables, mélangé à la froideur de certains collègues était la recette parfaite pour une anxiété constante. En bref, cette description me correspondait parfaitement. Et en ce moment, alors que je faisais mon chemin jusqu’au bureau du Professeur Gray, j’avais les nerfs à vif. Que dirait-elle de mon rendement … scolaire ? Pouvait-on vraiment surnommer cela comme tel ? Peut-être bien. En tout cas, si j’avais été convoqué, c’est que le temps était venu de parler de mon attitude, de mon manque de respect envers les figures d’autorité et mon taux d’absentéisme flagrant. Ça, ou alors … s’agirait-il d’une simple discussion ? Rien qu’à en juger par quelques profs et élèves, la gentillesse et les mots doux ne seraient pas au rendez-vous. Les chasseurs semblent ne vivre que pour la justice. Ils s’investissent tant dans le combat, dans la protection de tout le monde et le respect des lois qu’ils en oubliaient la politesse, le souci d’autrui.

Ce fut avec ce genre de pensées que j’entrais dans le bureau. Cependant, à ma grande surprise, la personne devant moi ne dégageait pas la même personnalité que le personnel de l’Institut en général. Son ton posé, sa manière si polie de m’adresser la parole me laissa quelque peu surprise, mais ne me freina pas dans mes suspicions. Anguille sous roche, on l’envoyait pour m’appâter. C’est bien pour cela que je ne répondis pas d’une voix douce, allant directement dans le vif du sujet. Pas besoin de m’expliquer les raisons de ma présence ici; j’étais en retard sur tout le monde, je les faisais traîner du pied et une supposée chasseuse d’ombre qui ralenti le groupe, c’est certainement à corriger. Mon langage corporel indiquait la confiance que je n’accordais encore qu’à certaines personnes, un nombre qui se compterait sur le bout des doigts. J’attendais ses commentaires, la longue liste des noms de ceux s’étant plaints. Mais non. À la place, elle entrouvrit la porte sur sa vie personnelle, me mentionnant qu’elle avait vécue parmi les Terrestres, tout comme moi. Mon attitude changea, ne serait-ce que brièvement, la surprise se lisant sur mon visage. « Vous aussi ? Mais … » Formuler ma question de façon convenable, pour ne pas qu’elle prenne ça négativement. Après tout, je ne savais pas si j’avais à faire à une pro-Enclave ou une ‘entre-deux’. « Comment vivre autrement que parmi les Terrestres, quand c’est une part importante de votre vie ? » Ne connaissant que ça. Le fait de sortir avec des amies, aller au cinéma ou au bar, étudier dans son dortoir et puis écouter la télé … toutes des activités banales, mais au moins, on ne se cassait pas la tête. Ici, il y a tellement de choses à prendre en compte.

La conversation qui s’enchaîna, un lien de confiance s’établissant doucement, malgré mes craintes et mes doutes. Je m’en voulais un peu, d’être entrée avec une idée préconçue, de m’être adressée à elle de façon si peu délicate. Différente des autres profs, rien que par le fait qu’elle soit une sorcière et qu’elle ait vécu parmi le Monde … eh bien le monde normal, un terme qui resterait toujours avec moi. Comment en parler autrement, surtout lorsque, de ce côté-ci, on a des vampires, des loups-garous, des sorciers, des fées, des démons … et j’en passe! « Votre … aide ? C’est pour ça que vous avez demandé à me voir ? D’autres profs ne sont-ils pas venus vous parler de moi ? Parce que je crois que dans mon cas, ce n’est pas de l’aide, c’est d’une intervention, que j’aurais de besoin. » Bonne question. Est-ce que les psychologues, ça court les rues, chez les Néphilims ? Rien qu’à en voir leur attitude, je doute qu’une telle aide leur soit essentielle. Telle sûr d’eux-mêmes! C’est à peine si leur ego passait le seuil de la porte de leurs chambres respectives. À me regarder comme si j’étais une intruse, à me donner envie de passer le moins de temps possible ici, malgré mon envie d’y rester pour en apprendre plus sur mes origines. « D’ignorer ? Vous avez une potion pour ça ? » Je rigolais, mais d’un rire jaune, mon regard perdu. « Je ne comprends rien, à ce que ça signifie vraiment d’être une chasseuse d’ombre. Mon frère me le répète que j’ai ça dans le sang, mais plus le temps passe, et moins j’le crois. » Des paroles difficiles à prononcer mais nécessaires. « Je ne me sens plus à ma place nulle part. » Vu mon séjour à l’Institut, j’avais plus de mal à maintenir le contact avec mes collègues de classe à l’Académie, ce qui me mettait dans un entre-deux duquel je n’arrivais pas à sortir.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mer 7 Fév - 20:29
Studing is important
Willow & Tessa
La vie de Tessa n’avait pas été simple, et pourtant, elle n’en regrettait pas un seul instant. Elle était même reconnaissante du fait que son existence ait pu changer quelque chose à cette société, apportée un peu plus sur la tolérance entre les Chasseurs d’Ombres et les Créatures Obscures. La seule chose qu’elle aurait aimé changé, c’était le temps qu’elle avait eu avec Will, son mari. Elle aurait aimé en avoir un peu plus, qu’il soit encore là aujourd’hui, à ses côtés, à la soutenir, à la guider. Les premières années sans lui avaient été plus que compliqués, et si ses enfants n’avaient pas été là, la jolie brune n’aurait très certainement pas tenue le coup. Et pourtant, elle était là aujourd’hui, presque cents ans après que son époux ne l’ai quitté. Comme quoi, elle avait beaucoup plus de force et de volonté que ce qu’elle pensait. Et c’était certainement le cas de Willow aussi. Elle avait juste besoin que quelqu’un le lui fasse comprendre, le lui montre, et la pousse à se servir de cette force pour avancer et prendre les bonnes décisions. Des mauvaises aussi d’ailleurs. On apprenait de ses erreurs, la sorcière l’avait bien remarquée.

Et le meilleur moyen de faire comprendre cela à sa nouvelle élève était de lui parler un peu de son vécu. De lui prouver qu’elle n’était pas la seule à avoir vécue ce changement drastique, et qu’on pouvait s’en sortir, même avec énormément de retard. Même quand le monde se trouvait prit dans une guerre qu’on ne comprenait pas. Malheureusement, Tessa la comprenait plus que bien, cette guerre. Et elle souffrait toujours de la perte des derniers membres de sa famille, vingt ans plus tôt. Mais là n’était pas la question. Un sourire effleura d’ailleurs les lèvres de la brune à l’interrogation de la jeune femme. Elle aussi se l’était posée cette question, et elle en avait maintenant la réponse. « En prenant le temps d’apprendre, et en étant entourée des bonnes personnes, celles qui sont prêtes à vous aider. Sans mon mari, je n’en serais certainement pas là aujourd’hui. » Elle ne l’avait d’ailleurs jamais assez remercié pour ça. Elle aurait dû, mais elle n’en avait pas spécialement eu le temps. Alors elle le faisait toujours, même après toutes ces années, en visitant sa tombe, en espérant qu’il puisse l’entendre, de là où il était. La seule chose qu’elle détestait, c’était de ne pas savoir ce qu’il était devenu. Où son âme s’était rendue. Avoir été élevée comme une catholique ne signifiait plus rien maintenant, pas avec la découverte de ce monde qui était bien plus vaste que ce que la bible pouvait en dire.

Tessa avait appris à explorer ce monde, et maintenant, elle en connaissait presque chaque recoin. Le seul endroit qui restait, et resterait certainement un éternel mystère à ses yeux, était la Cour des Lumières. Il faut dire qu’elle ne s’y était jamais vraiment intéressée non plus. La fourberie des fées la rendait particulièrement méfiante à leur égard, et elle préférait ne pas prendre le risque de nouer des relations avec eux. La seule fée qu’elle considérait comme l’une de ses amies avait été bannie de la Cour, c’était pour dire ! Et du peu qu’elle lui en avait parlé, ça ne donnait vraiment pas envie de s’y rendre, ni de se mêler de leurs affaires. Alors oui, elle se trouvait apte à pouvoir proposer son aide à Willow, ne serait-ce que pour répondre à ses interrogations, ou aller plus en profondeur, si elle le désirait. « Je ne me fie jamais aux ouï-dire. Et peu importe le niveau d’aide dont vous avez besoin, il faut bien commencer quelque part. » Surtout que son niveau à elle devait être beaucoup moins médiocre que celui de la sorcière à ses débuts. L’époque n’étant pas la même, ce monde devait paraître beaucoup moins fou aux yeux de la blonde qu’il l’avait été cent ans plus tôt aux yeux de l’ancienne Herondale. « Il vous suffit de poser les bonnes questions. » Chose pas vraiment facile, il faut bien l’admettre. Mais ce n’était pas non plus quelque chose d’impossible. Comme il n’était pas impossible pour Willow de trouver sa place, comme Tessa l’avait fait. « Accepter sa part du Monde Obscure n’est pas quelque chose de simple, et encore moins d’inné. » Elle essayait de rassurer au mieux la jeune femme, en choisissant les bons mots, les bons arguments, et surtout, en parlant avec son cœur. Ce même cœur qui avait traversé ces mêmes épreuves. « Votre frère doit être un appui pour vous. Et il a raison, votre part d’ange est dans votre sang, c’est un fait. Mais il ne faut pas pour autant oublier que vous êtes aussi une Terrestre. Acceptez ce mélange, trouvez des gens capables d’accepter ces deux parts de votre personnalité. Prenez votre temps. Vous êtes jeunes, et vous avez littéralement la vie devant vous. Alors vivez-là, cette vie. » C’était clairement plus facile à dire qu’à faire, Tessa le savait très bien. Mais avoir ça en tête était déjà quelque chose de bien, de bénéfique en soit. Et avoir un bon entourage aidait énormément. Comme elle l’avait dit un peu plus tôt, la brune n’en serait certainement pas là si son mari n’avait pas été présent à ses côtés pour la soutenir. Si ses enfants n’avaient pas pris le relais. Si l’Inquisitrice ne lui avait pas proposé ce poste à la fin de l’Insurrection. Si elle en était arrivée là, c’était grâce aux gens qu’elle avait rencontrée. Dans tous les mondes, l’amitié, l’amour même avait une place plus qu’importante.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Dim 11 Fév - 6:39
Studing is important
Willow & Tessa
À qui se confier, de ces jours ? Mon frère était trop occupé dans ses missions, une grande tristesse pour moi, puisque je voulais apprendre à le connaître! Quant à Clary et Isabelle, une connexion s’était déjà établie, mais elles ne savaient pas tout de ma vie privée, et je n’osais pas trop leur en parler. Des doutes et des questions que je garde pour moi, que j’accumule avec les semaines. Il m’était arrivé plus d’une fois de prendre certains de mes vêtements, accrochés dans la garde-robe de cette chambre, et de les jeter dans un sac de sport, décidée à partir. Néanmoins, un ancrage à mon passé, à mes origines, que je ne pouvais nier. Cette vie-ci faisant tout aussi partie de moi que mes tendances bien terrestres. Un mal de tête fou, des envies de pleurer, de frapper, de manger de la crème glacée tout en me vautrant devant une comédie romantique des plus pathétiques. Il me manquait une personne, dans toute cette confusion. Ma sœur. Elle était je-ne-sais-où en Europe, et on n’arriva pas à la rejoindre. L’inquiétude de ne plus avoir de nouvelles nous terrorisaient, et moi, encore plus, car je devais le rajouter à la longue liste des petites merdes quotidiennes qui m’empêchent d’être calme.

Agressive, à force de me faire tant de soucis, et d’autant plus lorsque j’appris ma convocation au bureau d’un prof. Pas étonnant que, dès mon entrée, je ne fis preuve d’aucune délicatesse. Les nerfs à vif, je préférais nettement me retrouver seule et contrôler mes sautes d’humeur plutôt que d’avoir à les expliquer à quelqu’un. Je me voulais indépendante, comme … comme ma sœur, mais finalement, je ne réussissais qu’à être plus hargneuse. Une vieille rabougrie, avec ses je-ne-sais-combien de chats. Cette image de moi, qui devenait de plus en plus claire, avec mon comportement actuel. Et pourtant, le Professeur Grey continuait à se confier, me parlant de sa vie personnelle, toujours sur un ton de voix presque faussement gentil, à mes oreilles. Bordel! Comment faire pour ne pas toujours douter d’autrui ? « Le temps d’apprendre ? Je suis ici depuis un petit moment, déjà, et je suis nulle à chier au combat. On parlera pas non plus de mes résultats dans le cours d’Histoire. Le seul sujet qui m’intéresse, ce sont les runes, et seulement parce que j’aime la symbolique, et surtout, les langues. » Préférant ne pas trop me remémorer mes nombreuses chutes dans les divers entraînements avec d’autres chasseurs, ni même les recherches à faire pour un travail écrit à propos de l’ange Raziel. Pffff, du vrai charabia, surmonté de bleus et de courbatures. La chance, seulement, que je n’ai pas encore de bras ou de jambe cassée, vu ma maladresse. « Vous avez de la chance d’avoir eu un mari qui vous as aidé, en tout cas. Moi, j’fais fuir tout le monde, on dirait. Hommes, femmes, ça n’a pas d’importance. J’ai très peu d’habileté à faire du social. » L’enviant presque d’être si … eh bien si rayonnante, dans sa manière de s’exprimer et de se présenter. En fait, j’étais jalouse de presque toutes les filles se comportant avec grâce et élégance. Des bottes et des jeans pleins de boues, c’était mon quotidien, autrefois. Pas très gracieux et surtout, sale.

Une poule sans tête, un mauvais dessin animé qui défilait. Ma vie n’avait plus rien de logique, plus rien de clair. Étudier à l’académie, décrochée un bon poste et vivre de façon un peu moins serrée. Des étapes concises, pas si difficiles quand j’y m’étais beaucoup d’entrain. Puis, en cours de chemin, on me lance des ‘oh, il y a des monstres, fait gaffe’ et des ‘ta vraie famille protège le monde, t’en fais partie, donc’ … il y a de quoi voir cette ligne droite devenir un vrai zig-zag. Tantôt à gauche, tantôt à droite, sans jamais savoir dans quelle direction aller. « M’ouais, je sais. » Mes yeux qui délaissèrent la jeune femme et qui se fixèrent au sol. Une tendance plus que dérangeante, car c’était une défaite que de devoir concéder cela au Professeur Grey. « Mais quelles questions ? Comment devenir pro en deux semaines ? Car c’est la seule chose qui m’aiderait réellement, en ce moment. Ça serait un souci de moins. » Le poids sur mes épaules qui semblait toujours prendre de la place, jusqu’au point où je ne savais plus où m’en remettre. Heureusement, la conversation ne tournait pas au vinaigre, malgré mes répliques plus que défaitistes. « C’est que je n’arrive pas à l’accepter, ni même de trouver plus de trois personnes qui en sont capable. » Un long soupir, l’affaissement de mes épaules, alors que je commençais doucement à faire tomber les murs que j’érigeais constamment. « J’ai pas toute ma vie. Si j’veux un bon emploi, j’peux pas me laisser traîner en classe et attendre à mes 40 ans pour obtenir mon diplôme. Et si je me concentre sur mes devoirs ici, bah j’aurais pas tant de temps pour mes cours à l’extérieur. Quelle poisse! » Et ma jambe qui en prenait un coup, alors que mon poing s’abattait dessus. « Si on compte, en plus de tout le reste, mes problèmes personnels qui me déboussolent complètement, alors là, on a un parfait mélange pour un burn-out immédiat. » Une légère ouverture vers une autre facette de ma personnalité. Moins agressive, bien plus en lien avec mes sentiments. La seule personne capable de me faire ressortir complètement de ma carapace, c’était ma très chère sœur. Mon ange gardien. Merde. Non. Pas de foutue trace d’émotion. Du froid. Rien que ça. Pas besoin de parler d’autre chose. Les traits de mon visage qui avaient changés après ma toute dernière réplique, démontrant mes craintes et mon malaise caché, qui se durcirent de nouveau. Une image à préserver.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Dim 18 Fév - 15:44
Studing is important
Willow & Tessa
Tessa avait toujours possédée une certaine aisance à communiquer avec les gens. Certainement parce que sa tante l’avait, en quelque sorte, élevée de cette manière. Son éducation avait été fondée sur l’apparence, le répondant, aussi. Les femmes, à son époque, ne possédaient pas d’autres armes que la parole pour se protéger, pour pouvoir se trouver un bon mari, qui leur permettrait d’avoir une vie à peu près seine. Les choses avaient bien changé, depuis, même si la brune s’était clairement rendue compte qu’au sein du monde des Terrestres, les femmes possédaient toujours certaines difficultés à évoluer, et à être acceptée à leur juste valeur. Au moins, ce n’était plus le cas au sein de la société des Chasseurs d’Ombres. Le fait d’avoir une femme au poste d’Inquisitrice le montrait bien, d’ailleurs. C’était le plus haut rang que n’importe quel Chausseur d’Ombres pouvait espérer décrocher un jour. Et aussi un poste assez dangereux, voir maudit, quand on connaissait la durée de vie des prédécesseurs de madame Herondale. Mais elle avait réussi à changer ça, aussi, vu qu’elle faisait partie des personnes qui avaient le plus longtemps occupé ce poste sans qu’aucune tentative de meurtre ne soit émise à son égard. C’était donc qu’elle exécutait bien son travail.

Mais Tessa n’allait pas se mettre à parler de la politique des Chasseurs d’Ombres, ou tout du moins, pas pendant cet entretien. Cela pouvait être un sujet assez compliqué et périlleux quand on ne connaissait pas vraiment ce monde. Elle en savait quelque chose, vu qu’elle était elle-même passée d’un monde avec un président, ou bien un roi, à toute cette histoire d’Inquisiteur et d’Enclave. De toute façon, la jolie blonde n’allait clairement pas être intégrée à l’Enclave tant que leur supérieur ne la jugeait pas prête. Et la sorcière pouvait clairement dire qu’elle ne l’était pas encore. « Alors concentrez-vous sur les runes, dans un premier temps. Vous savez, rien de ce que vous apprenez ici n’est inné pour les Nephilims. Ils ont tous dû apprendre, tout comme vous. Même le combat. Le tout est de ne pas être trop pessimiste, vous évoluerez beaucoup plus vite. » La confiance en soi était une chose importante dans ce monde. C’était un peu la base de tout, celle qui permettait d’améliorer ses capacités à une vitesse affolante. Surtout pour les Chasseurs d’Ombres, vu que les runes puisaient directement dans leur énergie. Et si cette dernière était négative, les résultats étaient forcément légèrement catastrophiques. « Vous avez bien faits quelques rencontres intéressantes. On m’a dit que vous vous entendiez bien avec mademoiselle Fray… Clary est son prénom, si mes souvenirs sont exacts. » La fille de Valentin. Tessa ne s’était pas tellement attardée sur son cas. En vérité, c’était une chose qui ne faisait pas partie de ses désirs. Elle préférait éviter la fille du monstre, pour être tout à fait honnête, par peur de partir, de base, avec un mauvais jugement à son égard. Et puis, elle n’était pas non plus certaine d’avoir la force de croiser le regard d’un enfant de Valentin, alors que ce dernier avait exterminé ses derniers descendants. C’était à ses yeux une injustice tellement grande, qu’elle en serait presque à trancher la gorge de la jolie rousse, ne serait-ce que par simple vengeance à l’égard de son père.

L’apprentissage n’était pas forcément fait pour être facile. D’ailleurs, la plupart du temps, il en devenait même laborieux, et cela, dans tous les domaines, voir même dans tous les mondes. Devenir chirurgien chez les Terrestres n’était pas quelque chose de facile, et pourtant, ce n’était pas non plus impossible. Poser les bonnes questions, aux bonnes personnes, la clé du succès était là, tout simplement. Et la plupart du temps, les gens ne se rendaient pas compte de la simplicité des choses, préférant chercher, tout de suite, quelque chose de complexe, avant de se rendre compte qu’en réalité, tout pouvait en devenir très simple. « Votre problème, c’est que vous vous inquiétez beaucoup trop de tout, Willow. » Et la brune savait clairement ce que c’était. A une époque, elle avait été dans le même état. Lors de sa première grossesse, en réalité. A cet instant-là, elle n’avait pas vraiment prévu l’arrivée imminente d’un bébé, et c’était une chose qui l’avait clairement ait paniquée, pratiquement pendant toute sa grossesse. « Vous avez besoin de vous détendre. Personne ne sait où vous serez dans dix ans, ni même dans cinq ans. Et en réalité personne ne veut le savoir pour l’instant. Tout ce qu’on vous demande, ici, c’est de découvrir un peu ce monde. Ses avantages, comme ses inconvénients. On ne vous impose pas d’en faire totalement partie, sinon cela ferait déjà longtemps que vos cours dans le monde des Terrestres seraient de l’histoire ancienne. Mais les Chasseurs d’Ombres se font tellement rares qu’on doit mettre toutes les chances de notre côté. Et il arrive que certains d’entre nous s’y prennent mal. » Tout le monde savait qu’il y avait assez de Shadowhunters sur terre pour maintenir l’équilibre de la balance entre le bien et le mal, mais on savait aussi qu’ils n’étaient clairement pas assez pour éradiquer complètement ce fléau qu’était les démons. Et Valentin existait en grande partie à cause de ça. Il avait de bonnes intentions, à la base, mais les mauvaises idées pour rendre ce monde meilleur. Même si ça n’excusait clairement pas ses actes, ça pouvait au moins les expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Ven 23 Fév - 21:43
Studing is important
Willow & Tessa
J’avais beau tout critiqué, de l’attitude que certains eurent à mon égard jusqu’à cette passion qu’ils semblaient avoir pour le combat, une chose était sûre. Ici, les femmes n’étaient pas aux prises avec le machisme quotidien de la vie, en dehors de cette enceinte. Je remarquais, entre autres, que le rôle principal, ou celui le plus important, était tenu par une femme. Parmi les Terrestres, ce monde que je connaissais beaucoup mieux, les jeunes filles ne pouvaient jamais aspirer à une carrière dans les plus hauts sommets de la politique. Présidente d’un pays ? Rare, très rare. Et quand c’était le cas, eh bien, on les critiquait justement à cause de leur sexe. Seule la Reine d’Angleterre gardait sa royauté, et puis de toute façon, elle ne se résumait qu’à une image derrière un pays. Un proverbe rigolo que l’on prononçait. Bon, ne croyez pas que j’avais une grande estime, maintenant, pour les chasseurs d’ombres, simplement à cause de ça. C’est mal me connaître. Et bon, je n’aspirais pas non plus à me retrouver parmi les leurs trop longtemps. C’est que j’avais une vie à mener, quand même! Sauf qu’il faut rendre à César ce qui est à César, et au niveau de l’égalité des sexes, eh bien, ils étaient bien plus avancés.

Je n’en parlais cependant pas au Professeur Gray. Bah ça ne ferait pas très sérieux, mon entêtement, si j’avais tout de même trouvé des qualités dans leur monde. Je n’aimerais pas tellement ça, qu’on me le remette sous le nez par la suite. Je préférais taire ce petit détail et continuer à idéaliser mon monde à moi, celui avec lequel j’étais plus que familière et le seul endroit où je ne me sentais pas si dépaysée. « J’me concentre déjà dessus. Mais je sais que ça ne s’arrête pas là, que j’dois passé à une autre étape. » Les premiers chapitres d’un manuel de langues, ce sont toujours les plus simples. Mais j’étais toujours de celles qui feuilletaient les pages suivantes et qui s’atterraient des leçons à venir. « Je sais bien, que c’est pas inné, quoiqu’en regardant certains, j’ai un peu de mal à le croire. » Un petit ricanement. Waouh, c’était bien la première fois, depuis le début de l’entretien, que je faisais autre chose que grommeler des conneries. « Je suis le pessimise incarné, donc si c’est ce qui me bloque dans mon cheminement, autant signer le contrat et me laisser partir d’ici. » Oh, si ma mère était ici, elle me collerait une claque derrière la tête. Ce bien joli défaut, elle me le reprochait tout aussi constamment que mon entêtement. Bon, en même temps … elle avait raison, maintenant que j’y pense. « Oui, je m’entends bien avec Clary. On s’est rencontré pendant un cours de combat, probablement celui que je déteste le plus. » Moi et ma manie à toujours vouloir être en contrôle, quand j’entre en classe. J’ai mes lectures de fait, mes travaux d’avancés … je mène la danse. Ici, je dégringole la falaise, et à pic. « Elle a essayé de m’encourager, malgré que ça s’est fini par mon renvoi du cours. Mais en somme, oui, une très belle rencontre. » Certainement la seule personne, ici, qui comprenait mes dilemmes et mon questionnement, quant au Monde Obscur et à toute ses lois très compliquées. Clary était également la seule personne en qui j’avais pleinement confiance.

Ce fait, malheureusement, témoignait également de mon incapacité à me créer des liens avec les autres. Un problème qui me hantait non seulement ici, mais également à l’académie. Des amies, je les comptais sur les doigts d’une seule main. Des gens avec qui le courant passait et que j’estimais de confiance. Il s’agissait également d’individus aussi sérieux que moi dans leur travail, des étudiants prêts à tout pour obtenir leur diplôme avec les plus hautes notes possibles. En fait, peut-être essayais-je de trouver des copies de moi ? Une possibilité dans mon quotidien habituel, mais pas ici. « Et comment ne pas s’inquiétez justement de toutes les responsabilités qui s’accumulent doucement ? Je ne les vois pas, mais je les sens, elles sont bien là. C’est un poids beaucoup plus grand que celui auquel je suis habituée. » Insatisfaite de ma réponse, je voulus m’expliquer davantage. « Écoutez, si on prend en compte le rôle d’un étudiant, tout simplement, c’est de finir ses cours et se trouver un boulot qui lui permet de vivre de façon plus aisée. Mais un Chasseur d’Ombres, quand il finit tous ses cours, il fait quoi ? Il chasse les démons, il protège le monde. Vous savez comment on appelle ça ? Un héros. Du genre dévoué, qui ne demande rien en retour et qui sauve les chats des arbres. Et moi, bah je suis le foutu chat, coincé dans l’arbre. J’préfère ma douillette et mes livres aux combats et aux armes. » Bon, je l’avoue, j’étais allée un peu fort, dans l’imagerie du félin … mais en même temps, j’me retrouvais si souvent en mauvaise posture que, finalement, cette description m’allait bien. « C’est tout ce que je demande. Mes cours, en dehors de l’Institut, sont très importants à mes yeux. Je ne les sacrifierais jamais, et les choisiraient toujours, au détriment de ma vie parmi vous. » Plaçant toujours ma vie de Terrestre avant le reste. Ma bouée de sauvetage, la raison pourquoi je ne pétais pas un câble malgré le bombardement d’informations qu’on me balançait, ici. « N’espérez pas trop. Si vous parlez de mettre toutes les chances de votre côté, allez donc voir s’il y a des ex-marines ou des G.I.Joe prêt à rejoindre vos rangs. Ils seront toujours plus efficaces que moi. » En fait, toute personne ayant plus d’entrain que moi suffirait à faire un meilleur job.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Jeu 1 Mar - 18:10
Studing is important
Willow & Tessa
Aider les autres était une qualité qui avait toujours fait partie de Tessa. Et pourtant, ce n’était pas forcément quelque chose qu’on lui avait transmis, ni qu’on lui avait encouragé à garder. Après tout, même son frère avait fini par lui tourner le dos et presque provoquer sa mort. Sans sa rencontre avec William, elle ne serait certainement pas là aujourd’hui. Il n’avait pas seulement été son époux, ou encore le père de ses enfants. Il était son sauveur. Et c’était certainement pour ça qu’elle n’arrivait pas à passer à autre chose. Elle savait qu’elle n’arriverait jamais à retrouver quelqu’un comme lui. Il était irremplaçable. Il était l’amour de sa vie. Et elle apprenait encore à vivre sans sa présence à ses côtés. Elle se concentrait la plupart du temps sur son travail, et c’était certainement pour cette raison qu’elle le faisait aussi bien. En plus des qualités qu’elle avait déjà à la base. Et de sa modestie. Elle ne demandait jamais rien en retour, même si elle le méritait bien. Tessa était une personne avec un grand cœur, et elle essayait d’en faire profiter à un maximum de personnes.

Ce n’était pas toujours simple d’aider les autres pour autant. Mais bien heureusement pour elle, la jolie brune était une personne très têtue, qui ne laissait pas facilement tomber. Et ça l’aidait bien à continuer cette conversation pour convaincre Willow que rien n’était perdu pour elle. Il lui fallait juste le soutient dont elle avait besoin. « Vous savez, certains Chasseurs d’Ombres ont reçus une éducation plutôt sévère qui les a poussés à atteindre cette perfection. Se comparer à eux n’est clairement pas la solution. Et prendre son temps pour apprendre n’est pas quelque chose de mauvais, bien au contraire. » Bon, même si actuellement, ils étaient en temps de guerre. Mais les choses avançaient, et ils se rapprochaient de plus en plus de la capture de Valentin. Tessa le sentait, sans vraiment pouvoir donner des explications là-dessus. Ou alors, c’était l’espoir de voir l’assassin de son descendant derrière les barreaux qui la faisait penser comme ça. « Pourquoi ne pas apprendre ensemble ? Vous êtes toutes les deux à peu près au même niveau, vous pouvez vous entraider, et vous prendrez plus de plaisir à le faire, en plus de ça. » Un sourire était venu s’afficher sur le visage de la sorcière. Faire les choses en équipe étaient toujours plus simple, et plus amusant aussi. Surtout pour deux jeunes femmes qui pouvaient parfaitement se comprendre pour avoir grandis dans le même monde. Tessa n’avait pas forcément eu cette chance quand elle avait découvert l’existence du Monde Obscure.

Qui pouvait paraître inquiétant, certes. Mais le tout était de prendre du recul sur la situation. D’apprendre à connaître ce monde petit à petit. De toute façon, personne n’allait demander à Willow de partir en mission toute seule dans l’immédiat. De partir en mission toute seule tout court, en fait. Il lui fallait encore apprendre, et tant qu’elle n’avait pas accomplie sa cérémonie de la première rune, elle avait encore certaines libertés. « Etre Chasseur d’Ombres est un travail comme un autre Willow. Vous pouvez très bien demander à la fin de votre formation à ne pas travailler sur le terrain si c’est ce que vous désirez. Moi-même je ne suis jamais envoyée en mission en étant un simple professeur. Nous ne sommes pas forcément tous des héros comme vous pouvez le penser. On est juste… La police du Monde Obscure, en quelques sortes. » Tessa essayait de trouver les bons mots pour expliquer avec simplicité la complexité de ce monde. C’était compliqué, surtout quand on y vivait depuis de nombreuses années, mais ce n’était pas impossible. « Nous sommes dans une période assez compliquée de notre histoire. C’est un peu l’équivalent des deux guerres mondiales. Et croyez-moi, je les ai vécues. Mais ce n’est pas tout le temps comme ça. La plupart du temps, on a une vie plutôt calme. J’ai pu élever mes deux enfants dans un environnement serein, et vous serez étonnée de savoir à quel point notre famille pourrait vous paraître banale. Vous ne devez pas vous fier à ce que vous voyez de notre monde aujourd’hui. » La sorcière avait eu une certaine émotion dans la voix quand elle avait parlé de ses enfants. Ce n’était pas un sujet qu’elle évoquait souvent, et pour cause, ils n’étaient plus là à présent. Mais elle y pensait tous les jours. Ses bébés ne quittaient jamais ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Dim 4 Mar - 7:05
Studing is important
Willow & Tessa
Y mettre du mien, c’est ce qui me manquait pour faire fonctionner les choses. Quand j’étudiais à l’académie, je le faisais comme si ne rien n’était. Quand la passion est là, le fait de travailler ne vous dérange pas vraiment. Comment agir de la même façon ici ? Ce n’est pas comme si je me sens réellement l’une des leurs. Et l’information qu’ils me transmettent, alors qu’elle semble être évidente pour certains, me parait, quant à moi, choquante, voire presque impossible. On a beau rigolé de mon étonnement, je m’en fiche complètement. Je ne viens pas de ce monde-là, je n’y ai jamais vécu, du moins jusqu’à récemment. Qu’on ne m’estime surtout pas prête à faire quoi que ce soit. Le flot d’informations était assourdissant et surtout, inquiétant. Les démons ? Les sorciers, vampires, loups-garous, fées, elfes … est-ce que j’en oubliais ? Certainement. Des termes sortis tout droits de romans fantastiques ou d’horreur. Les grands classiques, dans le genre Dracula … des mythes devenus réalités. Et moi … moi j’étais supposée jouer les protectrices en tuant les démons ? On ne me connaissait pas, ça c’est sûr et certain. Il suffirait voir ma manière de me défendre, ma facilité à paniquer et partir en courant. Oh, et n’oublions surtout pas mon talent inné pour les cris perçants, quand je prends la poudre d’escampette. Ça, c’était du talent pur!

Il suffirait d’une petite brèche, une proposition qu’on me fasse oublier tout cela, et je n’hésiterais pas. En n’ayant plus aucun souvenir de cet endroit, je pourrais vivre ma vie tranquillement. N’existe-t-il pas donc des sorts pour tout et n’importe quoi ? Ma demande ne devait pas être si compliquée. Cependant, je tombais sur quelqu’un d’aussi têtue que moi. Mes références constantes à cette possibilité d’oublier, elle les bifurquait avec grâce, revenant toujours au positif de la situation, à ce que les chasseurs vivaient, au jour le jour. « Je sais. J’entends ça depuis un moment, que je ne devrais pas me comparer aux autres. Mais justement. Je suis habituée à cette perfection quand je suis à l’académie. Je n’accepte rien d’autre, et je sais que les profs ne s’attendent pas à moins que ça. » Plus une pression personnelle que je me mettais. Une élève modèle, un de ses enfants s’enfermant dans sa chambre et passant ses journées à lire, à étudier ou alors à se gaver d’informations bien plus avancées que les cours. « Malheureusement, cette détermination, on dirait qu’elle me fait défaut ici. Et le fait que je prenne beaucoup trop de temps à apprendre m’irrite. Ce n’est pas mon rythme habituel. » Surtout qu’à ma vitesse actuelle, j’aurais probablement le temps de découvrir les troubles de la quarantaine avant de réussir un coup de pied sans chute. Quelle idiote! J’avais vraiment l’air de ses personnages qui finissent par mourir dès les premières minutes d’un film, justement parce qu’ils sont les plus faibles du groupe. « Je sais parfaitement ce que vous essayez de faire. Clary a réussi à s’adapter à ce monde et à trouver sa place. Vous espérez qu’en apprenant avec elle, je commence à voir les choses différemment. Que j’me fasse des amis, que je trouve plus de raisons de rester que de partir. » Je répondis à son sourire, non pas avec tant d’enthousiasme, si ce n’était plutôt que par constatation du mélange d’émotions qui continuaient à me balloter. « Prendre du plaisir, quand on sait, finalement, la raison des entraînements ? Je ne crois pas. Mais … » Soupir, comme si j’avais couru un marathon. J’avais vraiment du mal à verbaliser ce que je ressentais. « Ironiquement, je ne crois pas que ce soit impossible pour moi de devenir un chasseur d’ombre. J’ai seulement peur de m’y perdre. De ce que j’ai bien pu voir, des gens ici, je suis bien à l’opposé. J’ai beaucoup trop de mal avec l’autorité et ne suis pas les ordres sans explications. Je me base toujours sur mes émotions pour me guider à travers mes journées. Et puis, de ce que j’ai pu voir, les chambres ici ne sont aucunement équipées pour mes soirées marathons, quand l’envie me prend d’écouter des films ou séries. » Je rigolais, mais vaguement. Mes pensées me transportaient encore dans une époque pas si éloignée, mais un temps où tout semblait beaucoup plus simple. Malheureusement, je n’avais plus vraiment accès à cette insouciance de vie.

Une formation à suivre, autre que celle qui expliquait ma présence à New York. Que de choses étranges, que de coïncidences.  À croire que le destin m’avait envoyé ici, m’avait mis sur la route de ce premier chasseur d’ombre et qui me força à revenir, quelques jours plus tard. « Et qu’est-ce que cette fin de formation implique, exactement ? Je reçois un papier écrit, signé comme quoi j’ai réussi, c’est ça ? Il me semble qu’après, j’ai bien le droit de partir. Au moins, j’aurais fini les cours, pourrait me défendre seule. Mon but n’est pas de devenir prof, ni policière, ni même de rester ici. J’ai des rêves, j’ai des envies de voyage, quoiqu’en passant le plus clair de mon temps à étudier, je n’aurais probablement pas assez d’argent pour me payer quoi que ce soit. » Les besoins matériels, un truc que ces gens semblaient presque ignorer, mais qui m’était vital, tout autant que pour mes parents. « C’est bien, que ce ne soit pas toujours un chaos, dans votre monde. Mais le mien m’avait l’air beaucoup plus simple. S’occuper d’animaux de ferme, c’est facile. Et puis vivre en campagne, c’est n’avoir de voisins qu’à une certaine distance de vous. » Les balades à cheval, c’était l’idéal pour me détendre, quand je revenais de mes classes, à l’époque. En ce moment, c’est ce dont j’aurais vraiment de besoin. « Faire en sorte que personne n’attaque les terrestres, c’est un job bien plus complexe. Puis vous êtes déjà en famille, vous vous connaissez déjà, pour la plupart. Ce lien, je ne l’ai pas. Ma famille, les gens pour qui je me bats, ils ne sont pas ici. » Je ne passais pas par quatre chemins. Autant dire les choses comme elles sont. Les chasseurs d’ombres semblaient avoir un lien assez fort, entre eux. Malgré une mauvaise relation, j’étais certaine que n’importe qui se jetterais tête première dans une situation dangereuse pour sauver l’un des leurs. Moi, je n’avais pas cet instinct. Le danger, le stress, les décisions devant être prises rapidement … j’évitais tout ça. Je m’échappais, même.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 6 Mar - 22:54
Studing is important
Willow & Tessa
Ayant vécue pendant une bonne partie de sa vie en compagnie des Herondale, Tessa était devenue la personne la plus têtue qui pouvait exister. Elle n’avait pas tellement eu le choix, en réalité. William n’avait pas été toujours facile à vivre et oui, des disputes avaient éclatées. Mais ce n’était pas ce qu’elle retenait principalement de leur vie commune. Parce qu’ils avaient été heureux ensemble. Ils s’étaient battus côté à côte, que ce soit contre le Magistère ou contre les préjugés de l’Enclave. Will ne l’avait jamais laissé tomber, jusqu’à son dernier souffle. Ce genre de relation était inoubliable. Et la brune n’avait pas réussi à passer à autre chose. Elle n’avait pas refait sa vie. Elle n’était jamais retombée amoureuse, et elle n’en avait pas envie. Contrairement à tout attente, elle avait fini par vouer sa vie à l’Enclave. Elle avait accepté sa part de Chasseur d’Ombres, même si ça lui avait pris du temps. Et oui, elle ne savait pas se battre, elle ne l’avait jamais appris, mais elle arrivait quand même à se rendre utile. Parce que chacun d’eux possédait un talent, une particularité qui les rendait indispensable à leur manière. Willow en avait un aussi, elle ne l’avait seulement pas encore découvert.

Et être différent n’était pas quelque chose de mauvais. Bien au contraire, aux yeux de la sorcière, c’était même une richesse. Sa propre particularité, le fait qu’elle soit à moitié sorcière et à moitié Nephilim faisait sa force. Sans ça, elle n’en serait certainement pas où elle en était aujourd’hui. C’était sa fierté. Une chose qui lui permettait d’unifier les Shadowhunters et les Créatures Obscures. Au fur et à mesure. Elle ne cherchait pas à trouver son égal, parce qu’elle savait très bien qu’elle n’en avait pas. « Je ne veux pas voir de perfection. Juste une évolution progressive. Apprenez à votre rythme, à votre façon. Essayez plusieurs manières différentes jusqu’à avoir trouvé celle qui vous convient. Votre rythme n’est pas habituel ? Ce n’est pas grave, trouvez-en un autre. La vie est en constante évolution, pour tout le monde. Et pour vous aussi. » Willow se mettait beaucoup trop de pression, surtout pour son jeune âge. Elle avait encore toute la vie devant elle. Le temps d’apprendre et de comprendre ce monde. Sauf qu’elle comprendrait de nombreuses choses une fois que les années seraient passées. Elle comprendrait d’ailleurs certaines paroles de Tessa beaucoup plus tard, mais ça ne faisait pas non plus de mal de les entendre maintenant. « Tous les Chasseurs d’Ombres ne sont pas dépourvus d’émotions. Votre amie en a. Elle ne s’est pas adapté à ce monde, mais elle a adaptée ce monde à elle. Elle a trouvé les bonnes personnes pour l’entourer et la comprendre, tout comme je l’ai fait. Vous pouvez le faire aussi, Willow. Observez ce qu’il se passe autour de vous. Observez les gens, laissez-vous aller vers eux, converser avec eux, pour connaître leurs différents points de vus. Ça vous aidera. » Ça l’avait elle-même aidé il y a de cela un siècle. Et ça l’aidait encore aujourd’hui. Avec l’évolution progressive du monde, Tessa se devait de garder cette communication constante pour ne pas se retrouver totalement perdue. Même si elle ne voulait pas adhérer aux nouvelles technologies, mais ça, c’était encore une autre histoire.

Était à présent venu l’instant d’expliquer à la jeune femme où terminaient les Chasseurs d’Ombres à la fin de leur formation. Et cela dépendait vraiment de la personne, en réalité. Tessa avait passé la majorité de sa vie à Londres, avant de finir à Alicante, puis à New York. Elle n’avait pas voyagé plus que ça. Parce que Londres était sa maison, mais qu’elle était devenue trop douloureuse après la mort de son mari. C’était compliqué, comme beaucoup de chose, une fois que le mot adulte venait se greffer au tout. « Vous aurez votre cérémonie de première rune. Et après, tout dépend de ce que vous choisirez. Vous pouvez très bien demandé à parcourir le monde, si vous le voulez, ou à vivre à un endroit bien précis. Si vous voulez restez liés au monde des Terrestres, les missions d’infiltrations vous permettront de le faire. Vos rêves, vous pouvez les réaliser. Sans vous soucier de l’argent. Vos possibilités, dans ce monde, sont infinies. » Il suffisait juste de poser les bonnes questions aux bonnes personnes. D’avoir quelqu’un pour la guider. Et la brune pouvait le faire, si elle le désirait. Elle avait déjà commencé à la faire d’ailleurs, avec cette conversation. « Je ne connaissais personne en entrant dans ce monde. Avant, je n’avais que mon frère, puis j’ai appris à connaître les gens. J’ai rencontré mon mari, et des amis fidèles qui ont toujours été là pour moi. C’est comme arrivé dans une nouvelle ville, au final. Quand vous êtes venus vivre ici, à New York, vous ne connaissiez personne non plus, je me trompe ? Pourtant vous avez quand même quitté votre famille pour venir étudier ici. On ne vous demande pas de totalement couper les ponts avec eux, vous aurez toujours la possibilité de les voir. Et vous aurez en plus cette fierté de vous dire que vous contribuez à leur protection. » Tout comme Will l’avait fait avec sa propre famille. Tessa en revenait très souvent à son mari défunt mais… Il était l’exemple parfait pour tout ça. Lui aussi avait grandi dans le monde des Terrestres avant de finalement prêter serment à l’Enclave. Il avait continué à voir sa famille, et il avait même voulut être enterré auprès d’eux. Personne n’avait protesté à cela d’ailleurs. Il les avait protégés. Il était devenu quelqu’un d’exceptionnel, tout en gardant sa part de Terrestre avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 13 Mar - 4:26
Studing is important
Willow & Tessa
Ce n’est que lorsque je me trouvais loin de la ferme que celle-ci me manquait terriblement. La ville, c’est super, surtout pour quelqu’un qui n’a jamais vécu dans l’ambiance d’un lieu pareil. Avoir la chance d’aller au supermarché à quelques pas de l’appartement, c’est parfait! Magasiner à travers les différentes petites boutiques locales et profiter du beau temps en même temps me faisait un grand bien. Cependant, j’avais certains moments de mélancolie. Prendre l’un des chevaux et partir en randonnée dans la montagne ou faire un pique-nique près du lac, en plein cœur du parc pour les pédestres, ça me manque terriblement. Je sais, ce sont des activités vraisemblablement si banales, on se demande ce qu’elles peuvent bien m’apporter. Eh bien en ce moment, m’éloigner de tout, autant de la ville, que de mes responsabilités, que de ma famille, me serait vital. Le silence et le calme inviteraient à une réflexion bien plus sérieuse, et une rétrospective plus que nécessaire. Ma sœur. Peut-être juste sa présence, son oreille attentive pendant que j’expose mes problèmes, mes décisions à prendre. La personne qui me comprenait le mieux, qui savait exactement quand quelque chose clochait. Ça aurait été plus simple pour moi à l’Institut, si elle était présente. Malheureusement, je devais reconstruire, rebâtir mes liens ici.

À vrai dire, j’avais déjà commencé, en discutant avec Clary. Oui, une première étape que je ne pouvais pas simplement balayer du revers de la main. Certainement le début de mon intégration ici, mais seulement si j’y m’étais du mien. Vu mon peu d’envie à me lancer dans un monde si étourdissant, je ne sais pas si j’arriverais à me sentir réellement à ma place. Rien qu’à en juger par mon attitude, on pourrait croire que je faisais tout en mon pouvoir pour tomber sur les nerfs des profs et qu’on me montre ainsi la porte. Mais c’est que ces gens étaient encore plus têtus que moi. Le Professeur Gray était l’exemple le plus flagrant, rien qu’à l’entendre me faire la morale pour la énième fois. « Je n’arriverais jamais à vous décourager, on dirait bien. Je sais, je sais. J’me met la pression, je ne devrais pas. Mais c’est devenu habituel, pour moi. » Des tendances très peu conseillables, si l’on prend en considération les litres de cafés et de boissons énergisantes que j’ingurgitais, lors de gros examens et filée de gros projets à terminer. « D’accord, d’accord. J’essayerais de trouver mon rythme. Et puis de ne pas vouloir envoyer balader les profs. Mais pour ce dernier point, ça prendra plus de temps. J’vous garantis pas de progrès en quelques semaines seulement. » Sale caractère qui me colle à la peau. En même temps … c’est qu’ils n’avaient pas à me forcer dans les cours. J’arrivais à trouver ma place, je ne comprenais pas la moitié des trucs qu’ils enseignaient. N’importe qui voudrait juste sortir leur drapeau blanc et partir. Je ne sens pas que j’avance à un rythme normal. Les autres élèves semblent progresser tellement plus rapidement. J’avais l’air d’une pauvre idiote, en comparaison.

Communiquer avec les autres. Non mais elle voulait rire ? Juste ma manière de m’adresser aux autres ferait fuir le peu de monde assez courageux pour venir me parler. « J’ai vu assez pour comprendre que de m’intégrer ne sera pas une tâche facile. J’suis pas tellement du genre à socialiser beaucoup, plus à observer à distance. En fait, je suis allée voir Clary parce que le prof voulait absolument qu’on trouve un partenaire pour pratiquer les différents mouvements de défense. Rien d’autre. » Un énorme soupir s’ensuivit, preuve que je forçais ce mensonge, mais que la vérité ressortirait plus rapidement que je ne pouvais le croire. « Mais … Oui bon c’est vrai. C’pas impossible d’aller faire la conversation et de rencontrer d’autres personnes. Faudrait juste trouver des points communs. Et peut-être quelqu’un qui n’a pas nécessairement l’Enclave tatouée sur le cœur. J’ai déjà assez de mal à ce qu’on m’oblige à prendre des cours de combat, j’veux pas qu’on me chante les lauriers d’une organisation que je ne connais pas et, pour vous dire la vérité, espère ne jamais devoir connaître trop personnellement. » Je me souvenais encore de ce que Raphael m’avait raconté, à leur propos, alors que je venais à peine de découvrir l’existence des chasseurs d’ombres. L’Enclave prenait toutes les décisions, ne laissait pas tellement la place aux autres créatures de parler, de donner leur point de vue. Des gens de ce style, il n’y avait qu’un seul terme pour les décrire, à mes yeux. Dictateurs. Point. Idée forgée, difficile, voire impossible, de la mouvoir.

Malgré toutes mes critiques, je voulais tout de même comprendre ce qui arriverait à la fin de mon cheminement. Pas que j’imaginais cette date avant une bonne dizaine d’années, mais j’étais curieuse de savoir ce à quoi je devais m’attendre. « Une cérémonie ? Ouais bon, peut-être pas de première rune, vu que j’en ai déjà une … de trop, à vrai dire. J’aurais préféré qu’on m’explique exactement dans quoi je m’embarquais avant qu’on me marque de la sorte. Là, ça rend les choses plus difficiles à oublier. » Même si je quittais les lieux, sur un coup de tête, je verrais toujours ce dessin. Matin, soir, … constamment. Comble du malheur, je serais la seule à le remarquer dans ma famille. « Non mais attendez. Vous me dites qu’une fois la cérémonie terminée, j’peux pas simplement remercier et puis retourner à ma vie normale ? Oui, j’veux voyager, mais pas en tant que chasseuse d’ombres. J’ai une liste d’endroits à visiter, des activités à faire. C’est sûr et certain que je souhaite rester liée au monde des terrestres. Mais des missions d’infiltrations, ce n’est certainement pas la façon la plus plaisante de l’être. Mon but est surtout de finir tout ça et de passer quelques années avec ma famille avant de partir en Europe. En tant que finissante, en tant que personne tout à fait normale. » Impossible, vu qu’avec cette ‘première’ rune, je serais tout sauf ça. Une preuve que j’étais réellement une chasseuse d’ombre. « Vous êtes plus douée que moi niveau communication, en tout cas. Puis vous avez raison, je ne connaissais personne. Mais de toute façon, je n’étais pas venue avec l’idée de faire des amis. J’avais un but précis en tête; obtenir mon diplôme. Et je savais que de se lier avec des mauvaises fréquentations, c’était m’éloigner de ça. » Pas que je comparais les chasseurs d’ombres à ce genre de personnes. Tout ce que je pouvais dire, c’est qu’ils avaient certainement chamboulés mes plans. « Ouais bon, si on me disait de couper les ponts avec eux, c’est sûr que je quitterais tout de suite. » Rétorquais-je presque en rigolant. Mes parents et ma sœur, les gens qui me donnaient toute la force qu’il me fallait pour continuer, pour ne pas baisser les bras. Cependant, ils restaient ma faiblesse. « Mais c’est vrai que de savoir la répercussion de mes actions parviendrait à les protéger, c’est … sérieusement, vous savez comment pousser les gens dans une direction différente. » Je la regardais directement dans les yeux. « C’quoi votre truc ? J’avais une idée claire, en arrivant à votre bureau. Je n’aimais pas, je ne voulais pas rester, un point c’est tout. Pourquoi est-ce que j’hésite maintenant ? » Pas de manipulation. Juste une manière de lire en moi comme un livre ouvert, sachant parfaitement quoi dire pour me faire arrêter dans mes pas.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mer 14 Mar - 23:37
Studing is important
Willow & Tessa
On pouvait dire que Tessa n’était pas vraiment une personne très objective. Elle avait toujours préférée le Monde obscure au monde des Terrestres. Certainement parce qu’elle avait grandie à une époque totalement différente de celle-ci. Mais elle s’était aussi tout de suite sentie à sa place, quand elle avait rencontré Will. Comme si elle avait été destinée à cela, et que ce monde-là était fait pour elle. C’était certainement le cas d’ailleurs. Après tout, elle l’avait dans le sang. Elle était à la fois Chasseuse d’Ombre et Créature Obscure. Elle ne pouvait clairement pas renier ses origines, et elle n’en avait pas envie. Et puis, la famille qu’elle s’était construite dans ce monde était devenue sa fierté. Elle était fière d’être une Herondale, elle était fière, encore aujourd’hui, de ses enfants, de ses descendants, même si ces derniers s’étaient tous éteints. Et elle avait accomplie des choses, dans ce monde, qu’elle n’aurait clairement pas pu accomplir si elle avait choisi une vie simple et entièrement Terrestre. Elle avait permis aux Créatures Obscures de se faire entendre, elle avait inclus la tolérance au sein de cette société si directive. Et elle aidait encore aujourd’hui à rendre ce monde meilleur du mieux qu’elle le pouvait. Parce qu’il ne lui restait plus que cela à présent. Ce monde l’avait sauvé de sa perte certaine.

Et oui, elle était une personne très têtue, c’est bien vrai. Ce n’est clairement pas elle qui va le nier. D’ailleurs, le sourire qui s’affichait sur son visage le montrait bien. Willow avait visiblement compris que c’était une chose très difficile que d’argumenter avec elle. Surtout sur ce sujet-là, vu qu’elle savait qu’elle faisait les choses bien. Et qu’elle s’était retrouvée à la même place il y a un peu plus d’une centaine d’année. « J’ai été mariée à un Herondale. Croyez-moi, pour faire partie de cette famille, il ne faut vraiment pas être du genre à se décourager facilement. » Surtout avec William comme mari, mais ça, ce n’était qu’un détail. Aucun Herondale n’était vraiment facile à vivre, il fallait vraiment avoir du courage pour en épouser un. Et elle l’avait fait. Plus rien ne lui faisait peur après ça. Et puis, visiblement, ses efforts payaient, vu que la jeune femme avait bien l’intention d’essayer de s’intégrer. Une première victoire pour Tessa qui lui avait donnée un nouveau sourire. Elle souriait certainement trop d’ailleurs, mais bon, elle était comme ça, on ne la changerait pas. Certainement pas après toutes ces années, en tout cas.

Mais elle n’avait pas encore tout gagné, visiblement. Cette conversation allait certainement durer des heures, mais tant pis. Tessa prendrait le temps, parce qu’à ses yeux, chaque habitant de cet Institut avait son importance, peu importe son niveau, son rang, ou n’importe quel autre détail. Tout le monde méritait sa chance, et surtout d’être entendu et comprit. « Peut-être qu’essayer de sympathiser avec les amis de Clary serait une bonne idée ? Vous vous entendez bien toutes les deux, donc vous avez toutes les chances de vous entendre avec ses amis. » Dans l’esprit de la brune, c’était une chose logique. Quand elle avait rencontré Will, elle s’était aussi très bien entendue avec Jem, et le reste de ses proches. Ça s’était fait tout seul, sans même qu’elle n’ait eu besoin de réfléchir. Et ça l’avait clairement aidée à se sentir à sa place, au point où elle n’avait tout simplement plus envie de s’en aller. « L’Enclave essaye de faire les choses bien. Pas toujours en s’y prenant de la bonne façon, mais protéger les Terrestres des démons n’est clairement pas quelque chose de simple. Valentin ne facilite clairement pas les choses. » Ce mec avait clairement foutu une merde énorme. Et la sorcière n’était pas prête à accepter ça. Lui pardonner, même pas en rêve. Elle était gentille, mais elle avait ses limites. Tuer des membres de sa famille était clairement la barrière à ne pas franchir.

Parler de l’ascension d’un Chasseur d’Ombres permettait à Tessa d’occulter ce détail de son esprit pendant un peu de temps. Et puis, ça lui rappelait de bons souvenirs. Comme la cérémonie de la première rune de ses enfants. Des moments importants qu’elle n’oublierait certainement jamais. « Que vous soyez marqués ou non, c’est impossible d’oublier ce monde quand on y a vécu. » Sinon la brune aurait très certainement déjà pris le large pour se détacher de tout ça, mais elle ne le pouvait pas. Elle en faisait partie, c’était dans ses gênes, dans son sang. Elle ne pouvait pas laisser le tout derrière elle sans jamais se retourner. « Vous le pouvez, mais vous serez privez de vos runes et de toute arme pour vous défendre. Ce n’est clairement pas le chemin que je vous conseille. Vous ne ferez plus partie de la société des Chasseurs d’Ombres, mais votre sang d’ange continuera de couler dans vos veines. Et c’est un véritable aimant à démons. » Tessa ne voulait pas forcément enfoncer le bouchon, elle disait tout simplement la vérité. L’honnêteté était une valeur importante à ses yeux, plus que n’importe laquelle, en vérité. Elle l’avait apprise à ses enfants, et à tous ses descendants. Ce n’était clairement pas maintenant qu’elle allait se mettre à mentir, en disant à Willow qu’elle pouvait très bien retourner vivre dans le monde des Terrestres sans lui en présenter les risques. Elle était même surprise que la jolie blonde soit encore en vie sans avoir reçue la moindre protection. Le fait d’avoir grandie dans la campagne avait forcément aidé, mais elle trouvait tout de même ça étrange. Elle ne relevait pas pour autant. « Vous hésitez parce que vous commencez à prendre conscience des choses. Parce que vous avez eus des réponses claires à une partie de vos questions. Je vous ai simplement exposé les faits, et les possibilités qui vous sont offertes. Vous pouvez avoir une belle vie ici, dans cette société, rien n’est impossible. » Dans la vie en général, rien n’était impossible. Du moins, du point de vue de Tessa. Et vu où elle en était arrivée, quelle place elle avait dans la société des Chasseurs d’Ombres aujourd’hui, elle en était bien la preuve. Rien n’était gagné, et pourtant, elle s’était battue pour avoir ce qu’elle voulait. Pour fonder sa famille, rester près d’eux, jusqu’au bout. Et même après.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Dim 25 Mar - 18:36
Studing is important
Willow & Tessa
Comment pourrait-on vraiment préféré ce monde-là, si fou, si étrange, si … compliqué, à celui des terrestres ? Il me semblait ne jamais avoir arrêté pour réfléchir à comment agir, comment évoluer, comment changer quoi que ce soit lorsque j’étais à la ferme, à l’académie, ou même au boulot. Je suis née parmi eux, je sais quoi faire et ne pas faire, quoi dire et quand me la fermer. Ici, je me retrouvais dans un labyrinthe sinueux. Chaque détour me déboussolait, chaque personne que je rencontrais ne me laissait qu’avec plus de questions. Facile pour eux, vu qu’ils ont grandi parmi toutes ces règles et habitudes de vie. Ils ne se posaient pas de questions, ils vaquaient à leurs occupations respectives comme si rien n’était. Les envier ? Pas vraiment. Oui, j’avais un frère ici, mais je ne le connaissais pas encore assez pour m’y sentir chez moi. En dehors de cet endroit, il y avait encore mes racines, les gens qui comptaient beaucoup à mes yeux, mes origines, mes …. La vérité qui me fouette le visage. Non. En fait, je n’appartenais pas totalement au monde des terrestres. Que je le veuille ou non, mes véritables origines étaient ici, parmi les chasseurs d’ombres. Quoique que je dise, quoique je fasse, nier tout cela ne changerait pas ce fait.

Et c’est que mon interlocutrice, encore plus têtue que moi, semblait avoir compris depuis bien plus longtemps ce fait. Pourquoi n’étais-je pas plutôt tombée sur l’un de ses profs qui ne font que dire du mal de tout, sauf des néphilims ? Au moins comme ça, ce serait bien plus facile d’haïr, de me pousser à prendre mes choses et de partir sans laisser de trace. Oui, c’était dans mes plans, quand on est venu me chercher dans ma chambre ce matin. J’avais bien l’intention d’avoir le dernier mot et de trouver exactement la bonne raison d’un imminent départ. Mais non. Professeur Gray trouvait le moyen de me garder là, à l’écouter, alors qu’elle partageait un peu de sa vie personnelle avec moi, sans que je ne lui demande nécessairement. Cette attitude bien trop calme me forçait à laisser tomber mon attitude et mon sarcasme, deux armes que j’utilisais en alternance pour faire chier les gens. « Herondale ? Jamais entendu parler. Mais le fait de se décourager facilement, ça vient aussi de l’attitude de la personne. » Un bref moment de silence avant que je ne me relance. « J’suis très persévérante quand il s’agit de certaines choses, et puis pas du tout pour d’autres. Tenez, les projets pour mes cours, faut que je les finisse, peu importe ce que je fais. Par contre, pour le boulot, bah, si je suis pas capable de faire quelque chose, je le laisse à ma collègue, j’me prend pas la tête avec ça. » Pourquoi le faire, de toute façon ? Ce n’est pas comme si on me payait pour régler des problèmes. J’étais là pour servir le client, c’est tout. Je ne donnais mon 100% que lorsque les choses m’intéressaient.

Me sociabiliser ne faisait cependant pas parti de cette catégorie. Oui, j’avais entamé la discussion avec Clary, mais je ne me voyais pas le faire aussi facilement avec les autres. Je ne comprenais pas vraiment tout de ce qu’ils disaient, et puis sincèrement, le fait de les voir courir à gauche et à droite parce qu’il y avait une alerte me donnait plus envie de rester dans ma chambre, bien confortable, plutôt qu’à aller dehors, me rouler dans la boue et revenir avec des bleus. J’suis pas une G.I. Joe, j’aime bien faire les choses tranquillement. L’action, je la laisse pour ceux que ça intéresse. « On s’entend bien justement parce qu’on peut parler du monde terrestre. Rien ne garantis que je serais capable de trouver un lien commun avec qui que ce soit d’autre. J’vous ferais remarquer que je ne suis pas encore du tout à l’aise avec l’idée d’être une shadowhunter. Donc me faire des amis ne sera pas vraiment d’une grande facilité, même s’ils sont les amis de Clary. » Défaitiste oui, vu que je n’avais même pas oser m’approcher de qui que ce soit, jusqu’à maintenant. Je serais probablement continuer sur ce chemin si je ne m’étais pas approchée de la jeune femme pour lui demander d’être ma partenaire de combat pour le cours. Quoi dire, aux autres ? Je ne savais même pas comment entamer une conversation avec des gens avec qui, en toute sincérité, je n’aurais jamais de point commun. Je n’aime pas le combat, je me fous un peu pas mal de toutes les responsabilités qu’on me dit devoir adopter, … je n’ai encore qu’une seule rune sur le corps, alors que certain ici ont l’air d’avoir pris un sharpie et s’être dessiné partout. Ah, et ne parlons pas de cette Enclave! Raphael m’avait bien mis en garde contre eux. « Tant que je n’ai pas à faire affaire avec eux, je me fiche de leurs intentions. Mais qu’ils ne me force pas à faire des trucs qui vont contre mon propre vouloir ou contre le bien des terrestres, parce que là, ça sentira le roussi. » Valentin. Encore cet homme qui remontait dans les conversations. « Bordel, toujours lui! Mais il est quoi, un terroriste ? Écoutez, je veux bien comprendre qu’il est dangereux, mais c’est vraiment une maladie, rendue-là. J’ai déjà dis, je me mêle pas de vos histoires, elles ne me concernent pas. Trouvez-le, tuez-le, faites ce que vous voulez de lui. Tant que je reste hors de tout ça. » Cette attitude ne resterait pas très longtemps, si je changeais d’avis sur les choses. Mais de là à réagir comme le reste des gens ici, à l’Institut ?

Heureusement, on s’éloigna rapidement du sujet, pour en venir à ce qui me préoccupait le plus en ce moment, c’est-à-dire le chemin que j’avais emprunté, en débarquant ici. Qu’est-ce qui m’attendrait, à la fin de tout ça ? Personne n’avait réellement prit le temps de me l’expliquer. Mais c’était chose du passé, maintenant. Je découvrais enfin ce qui m’arriverait, et à vrai dire, je fus prise au dépourvu. « Mais je n’y ai vécu que depuis peu. J’suis sûre qu’avec le temps, … j’y arriverais. » Pas très convaincue. Mon esprit se jouait de moi, alors que déjà, une partie de mon être se voyait doucement dans la peau de quelqu’un de différent, d’un chasseur d’ombres. Mais il y avait toujours mon passé, mes proches, mon ancrage. Ils me retenaient toujours au monde que je connaissais mieux, parmi ceux avec qui je me sentais bien plus à mon aise. Retourner, à la fin de tout ça. Une option viable, à mes yeux. Ou pas. Visiblement, c’était dangereux que de partir sans demander son reste. « Mais je me fiche de ces runes et des armes. Je n’en ai pas à la maison, cela ne changerait pas mes habitudes. » Tout ce qui semblait vital à leurs yeux n’était que des responsabilités de plus pour moi. « Je ne fais pas partie de votre foutue société. Et puis croyez-moi, s’il y avait un moyen de faire une transfusion de sang, et de vendre le mien pour avoir un peu de paix, je le ferais. C’est trop pour moi, tout ça. J’suis pas … j’suis pas une shadowhunter. J’suis une étudiante paumée qui cherche à finir les prises de tête. C’est tout. » Faux, encore une fois. Son cerveau la poussait à refuser tout ce qui était trop étrange, à remercier et partir, mais son cœur … son cœur ne savait plus trop quoi faire. Lire les livres, s’informer sur les néphilims, leur histoire, leur origine … c’est comme si je reprenais contact avec ma mère biologique. Pour la première fois depuis le début de notre discussion, mon visage n’affichait plus une once d’assurance. J’étais réellement perdue. Mais ce n’était pas fini. « Je … non. Ce n’est pas pour moi, tout ça. » Je me renfonçais dans la chaise, me refermant sur moi-même, comme je faisais dès que je perdais le contrôle des choses. « Pourquoi vous essayez de me convaincre ? Ce n’est pas comme si j’apporterais quoi que ce soit. » Des trémolos dans la voix. C’est vrai, cette fois, j’avais complètement baissé mes gardes, comme lorsque j’étais avec ma sœur, et que je lui parlais à cœur ouvert. « Je ne suis pas l’une des vôtres. Et je ne veux pas voir mon reflet et comprendre que j’ai changé, après être arrivée ici.[/b][/color] » Un chien battu, ou presque. Mon regard fuyait celui du prof, à la recherche surtout d’une manière de sortir du bureau. Me retrouver sans arguments pour me convaincre de quitter, c’était la constatation qu’en fait, j’appartenais à ce monde. Et j’avais … peur, que ce soit le cas.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mer 28 Mar - 17:13
Studing is important
Willow & Tessa
Oh non, grandir dans le monde des Terrestres et se retrouver tout à coup propulser dans celui des Chasseurs d’Ombres n’était pas chose facile. Tessa le savait très bien, elle l’avait elle-même vécue. Et elle n’était pas la seule dans ce cas, si l’on comptait aussi la jeune Fairchild, et donc Willow qui se trouvait devant elle. Mais avec le recul, la brune voyait un peu ça comme un changement de pays. Et en vérité, quand on regardait bien, ce n’était pas si différent que ça. Dans les deux cas, il fallait s’adapter aux coutumes, qui n’étaient pas forcément les mêmes, aux choses à dire, et à ne pas dire, aux gestes qui pouvaient nous sembler normaux, mais qui étaient en réalité déplacés. C’était exactement la même chose, quand on regardait bien. Et c’était sans aucun doute l’exemple qu’elle préférait donner, pour expliquer la chose aux gens qui n’avaient pas forcément eu à vivre un changement aussi énorme. Peut-être devrait-elle d’ailleurs s’en servir pour expliquer les choses à la jeune blonde, si besoin y était.

Mais visiblement, elle commençait à comprendre les choses. Difficilement, mais surement. En tout cas, heureusement que Tessa avait beaucoup de patience et qu’elle avait vécue pendant pas mal de temps avec les Herondale. Famille que bien sûr Willow ne connaissait pas, et ne connaitrait certainement jamais, vu qu’ils étaient pratiquement tous morts. Elle en entendrait peut-être parler un jour, mais n’aurait jamais l’occasion d’en rencontrer un. Du moins, c’était ce que la sorcière avait à l’esprit à cet instant, et à juste titre. « Pourquoi n’essayez-vous pas de vous dépasser ? Vous pourriez être agréablement surprise en essayant de repousser vos limites. Croyez-moi, vous êtes beaucoup plus forte que ce que vous pouvez bien penser. » Et la brune parlait en connaissance de cause. Même si elle avait découvert ses propres capacités avec une légère torture derrière, avant ça, elle ne pensait pas être capable de faire de telles choses. Elle ne se pensait pas non plus capable de fonder une famille, ou encore d’enseigner. Et pourtant. Elle en était là maintenant. Parce qu’elle avait essayée, et qu’elle ne s’était pas découragée au premier obstacle. Et parce qu’elle avait eu avec elle des personnes qui la soutenaient, et qui l’aimaient.

Ce qui l’avait amené à parler de l’amitié de la jeune femme avec Clary. Qui vivait d’ailleurs à peu près la même chose qu’elle, alors cette amitié ne pouvait qu’être bénéfique en soit. Elles pouvaient s’entraider, apprendre ensemble à évoluer dans ce monde, petit à petit. Elles avaient clairement la chance de ne pas avoir à affronter ça toute seule, alors elles devaient en profiter, autant l’une que l’autre. Après, ce n’était que son point de vue. « Vous savez, énormément de Chasseurs d’Ombres sont curieux du monde Terrestre. Il n’y a pas qu’avec la jeune Fairchild que vous pouvez en parler, et vous pouvez en apprendre autant de leur part qu’ils peuvent en apprendre de la vôtre. C’est de cette façon que le monde évolue. Avec de l’échange. » Encore une fois, la sorcière pouvait clairement prendre le monde des Terrestres en exemple. Les technologies, même si elle n’aimait pas tellement ça, permettaient un échange entre les différentes nations qui faisaient clairement évoluer les choses. Beaucoup plus rapidement que quand elles n’existaient pas. Enfin, après il était certain que la blonde ne s’en rendait pas forcément compte, vu son jeune âge, mais c’était un fait comme un autre. « Ce n’est pas aussi simple que cela Willow. Valentin est une personne extrêmement intelligente, et il a préparé son plan pendant des années avant de le mettre au point. Nous avons déjà toutes nos forces contre lui, mais c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Ça prend du temps. Et en attendant, chacun de nous est en danger. L’ami de Clarissa en a même payé les frais. » Et il les payait encore, vu qu’il était entre les mains de l’homme le plus puissant de cette planète. Leur priorité était d’ailleurs de le retrouver, et ça, Valentin devait s’en douter. Il avait certainement tout prévu, et attirerait à coup sûr sa fille dans un piège. Alors ils se devaient de rester vigilants à ce sujet.

Sujet qui restait tout de même sensible, surtout pour Tessa. Valentin avait tué les derniers membres de sa famille, et c’était une chose qu’elle n’arrivait pas encore à accepter. Surtout le fait qu’il s’en soit pris à une femme enceinte. C’était tellement… Cruel. En tout cas, l’optimisme nouveau de Willow permettait à la brune de sortir cela de son esprit pendant quelques secondes. Elle était même plutôt contente d’entendre des paroles de la sorte sortir de la bouche de la jeune femme. Ça avançait, doucement, mais surement. « La transfusion ne changerait rien, ça fait partie de vous. Et puis, pensez-vous vraiment être capable de reprendre une vie classique en sachant tout ce que vous savez ? Votre regard sur le monde a certainement changé, et c’est normal, vu qu’à présent vous pouvez le voir dans son entièreté. » Et c’était un monde beau. Inquiétant certes, parce qu’il présentait des dangers supplémentaires, mais des dangers, il y en avait partout, même dans le monde des Terrestres. Mais Tessa ne comprenait pas comment on ne pouvait pas admirer certaines choses. La magie des sorciers, la loyauté des loups, la beauté subtile des fées. Chaque espèce était fabuleuse à sa manière, et apportait sa touche à ce monde qui était tellement plus vaste que ce que la plupart des personnes pouvaient bien croire. « Croyez-moi, vous pouvez apporter énormément de choses à ce monde. Et changer n’est pas une mauvaise chose. Tout le monde change avec l’âge, on évolue, c’est normal. Surtout quand on en apprend beaucoup plus sur nos origines. Ça permet de découvrir un peu plus qui on est. » Et c’était une chose qui, par le passé, avait permis à Tessa de s’accepter. Ça n’avait pas toujours été le cas, quand elle pensait encore qu’elle était une simple Terrestre. Parce qu’elle se sentait différente des autres, et qu’elle ne comprenait pas. Maintenant elle comprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 3 Avr - 6:02
Studing is important
Willow & Tessa
Je n’étais pas la meilleure option. Ma sœur, cela aurait dû être elle, la shadowhunter. Elle a beaucoup plus d’aptitudes pour le job, et surtout, elle s’adapte rapidement. Pour preuve, elle est partie en Europe sans hésiter une seule seconde, et dès la première semaine, probablement les toutes dernières fois qu’on put la contacter, elle avait déjà des sorties de prévues avec des copines, connaissait je-ne-sais combien de boutiques non loin, et avait certaines habitudes de vie des habitants du coin. Il n’y a pas à dire, elle est un vrai caméléon! Ce n’est donc pas très étonnant que je la vois dans la peau d’un chasseur d’ombres. Elle serait probablement de celles qui performent bien, sous le stress, et qui accepterait sa destinée sans poser de question. L’héroïne de la famille, c’est elle, pas moi. Ce n’est pas pour rien qu’elle est la sœur aînée, celle vers qui je me tourne constamment … ou me tournais, plutôt. Parler au passé, car cela faisait trop longtemps que je ne lui parlais plus. Silence radio, plus aucune nouvelle d’elle. L’inquiétude qui grandissait de jour en jour, et pourtant, il fallait que je me préoccupe également de mes propres problèmes. Si seulement elle était là, à New York. Au moins, avec elle à mes côtés, j’aurais quelqu’un à qui confier mes inquiétudes. En ce moment, même si je pouvais continuer sur Clary, il y avait certains secrets que je gardais pour moi. Et puis il n’y avait que ma sœur qui me connaissait bien et qui trouvait les bons mots pour me convaincre d’accomplir des merveilles.

Mais elle n’était plus la seule à avoir cette capacité. Visiblement, les néphilims, sorciers, vampires, loup-garous et fées avaient tous une intuition bien plus aiguisée que celle des terrestres. Les profs de l’Institut semblaient savoir dès les premières minutes du cours les élèves pouvant leur causer des problèmes ou pas. Et dans ce cas-ci, Professeur Gray avait probablement déjà une idée de ce qu’il fallait me dire, ce qu’elle devait me raconter pour me mettre d’abord à mon aise et ensuite de me pousser vers la bonne direction. Dépasser. Oh, mais quelle sélection de mot! C’était exactement ce que j’accomplissais sans cesse, lorsqu’il s’agissait de mes autres cours. Je me surprenais parfois moi-même, autant dans mes révisions que dans mes travaux écrits. La différence, cependant, c’était que j’avais bien plus de facilité à rester assisse et feuilleter un livre plutôt qu’à mémoriser une séquence de mouvement et la mettre en pratique. « Parce que je sais qu’il y a une différence entre l’épuisement mental et physique. Le premier, j’y suis habituée et je sais comment m’en débarrasser. Le deuxième, par contre, je le vois chez certaines collègues, quand elles ressortent du gym, et sincèrement, c’est pas très beau à voir. On dirait qu’elles ne savent même plus marcher. » Je riais, rien que de repenser à cette scène. Courbatures partout, rien que de lever le bras en classe, je voyais les traits de leurs visages changer. « Mais qu’est-ce qui vous fait croire que je suis forte? Je n’ai certainement pas le corps d’un athlète, et puis je n’ai pas des nerfs de fer. » Tout le contraire, à vrai dire. Il suffirait qu’une bestiole poilue non loin de ma chaise, et hop, je partirais en coup de vent.

En fait, je déguerpirais de cet endroit, peu importe l’excuse. Mais ça, c’était avant que je ne fasse la rencontre de Clary et me mette à discuter avec elle. Quelqu’un qui, comme moi, avait été balancée dans ce monde sans mode d’emploi, sans une once de connaissance. Des étrangères dans un monde dont on faisait supposément parties. On pourrait compter l’une sur l’autre, s’entraider comme on le fit pendant le cours de combat. Une seule différence; Clary semblait déjà montrer un peu plus d’entrain, se tailla sa place, peu à peu. De mon côté, je trainais un peu de la patte, restait là, à faire du surplace. Socialiser, c’est ce qui me faisait défaut. Moi qui détestait devoir parler à des inconnus pour aucune raison valable, voilà qu’il me fallait mettre tous mes préconçus de côté. L’échange. Oui, c’est exactement ça. L’Homme a toujours utilisé cette technique pour réunir les villages, villes, pays et continents. Une fois de plus, la brunette savait exactement quels termes employés pour me secouer un peu. « J’ai tellement entendu de gens, ici, critiquer le monde des terrestres que j’en doute encore, de leur curiosité pour celui-ci. De mon côté, je ferais mon effort pour paraître plus curieuse du vôtre. » Encore cette différence à couper au couteau. Mon monde, celui avec lequel je m’associais, c’était celui des humains. Le monde obscur, leur monde à eux, était encore une frontière inexplorée, un endroit que je visite mais où je ne me vois pas passer le restant de ma vie. J’aime trop la banalité de ma routine terrestre pour l’échanger contre quoi que ce soit. Encore moins si cela incluait une hypervigilance, comme c’était le cas avec ce Valentin. Non, je ne pouvais m’imaginer les atrocités que cet homme avait commises, mais je n’avais pas envie de me mêler de toute cette histoire non plus. Cependant, on dirait que tout le monde courrait un grave danger. « Pa… payer les frais ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? Et comment ça, on est tous en danger? Ce n’est pas comme si j’étais mêlée à vos histoires. » Je ne comprenais pas exactement pourquoi je devais surveiller mes arrières si, à la base, je ne m’imaginais pas une des leurs. Pire encore, je ne savais même pas à quoi il ressemblait, donc je ne pourrais jamais le pointer du doigt dans une foule.

Non. Impossible. Jamais. Tous des mots que je répétais constamment. On aurait dit un mantra, mais qui servait à m’éloigner de la réalité, de me cacher dans ma belle tour d’ivoire, loin de tout ce qui était nouveau et étrange. Néanmoins, depuis le début de cet entretien, je me surprends à observer, à sortir la tête et regarder ce monde particulier, à vouloir descendre et explorer ce terrain méconnu. Moi qui pensait avoir construit des murs assez hauts pour que jamais je ne veuille les gravir, voilà que je les voyais tombés sous mes yeux, un à un. La Willow inquiète et si peu en confiance voulait rejoindre l’ombre de celle qu’elle savait pouvoir devenir. Même les arguments sortant de ma bouche ne faisaient plus aucun sens; la jeune femme les réfutait en un clin d’œil. « Non, je sais que je ne serais plus capable de reprendre une vie normale, après avoir découvert tout ça. » Long soupir. Oui, je sortais le drapeau blanc sur ce point. Mais je n’avais pas encore dit mon dernier mot. « Mais justement, je ne veux pas que la fille reflétée sur le miroir ne soit qu’une inconnue pour moi. Changer, certes, ça fait partie de l’évolution. En revanche, il y a une différence entre évoluer et se perdre. Moi, je veux rester la Willow que je suis aujourd’hui. » Rester moi-même, un point important que je ne lâcherais jamais. Je vois tant de personnes changer, si bien qu’à un certain moment, on ne les reconnaît même plus. De changer juste pour s’adapter à un mode de vie si différent, ce n’était pas dans mes priorités. « Puis, de toute façon, j’en connais encore peu sur mes origines. Tout ce que j’ai compris, c’est que mes vrais parents, supposéments des néphilims, sont morts, et que j’ai été adopté. Pas de photos, pas de preuves à l’appui. Laissez-moi douter un peu. » Mon esprit qui ne sera probablement satisfait que lorsque je verrais des noms, rencontrerais des gens ayant connu mes parents. Autrement, je vivais encore dans un néant de questions.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mer 4 Avr - 14:27
Studing is important
Willow & Tessa
Tessa avait fini par se lever de son siège. Elle n’aimait jamais rester assise bien longtemps, même quand elle discutait avec quelqu’un. Encore plus quand elle discutait avec quelqu’un, en réalité. Elle qui parlait avec les mains, une position assise pouvait limiter ses mouvements, et donc, l’intensité de ses propos. Du moins, à ses yeux. De ce côté-là, elle était assez différente des Nephilims qui avaient tendance à rester droits, parce qu’ils rentraient dans le rang, qu’ils se devaient d’être parfaits dans leur fonction en toute circonstances. Et c’était une chose qu’elle comprenait. Après tout, elle avait été mariée à William, qui avait toujours tout fait pour bien exécuter son travail et imposer le respect. Chose qu’il avait d’ailleurs transmit à leurs enfants. Et même si elle n’était pas du genre à reproduire cette attitude, elle devait bien avouer que c’était un comportement qu’elle appréciait plutôt bien de manière générale.

Elle avait donc fait le tour du bureau, venant se placer juste à côté de la jeune femme, s’appuyant sur le meuble, les mains croisées devant elle, alors qu’elle l’écoutait parler. Sa petite réflexion sur le sport la fit légèrement sourire. La brune non plus n’était pas très activité physique en général, mais elle avait quand même appris à se défendre, il y a bien longtemps. Et elle essayait de se maintenir un minimum en forme, avec un peu d’entrainement chaque semaine. Au cas où. Une attaque, démoniaque ou non d’ailleurs, pouvait toujours arriver. « Vous pouvez vous habituer à cet épuisement physique avec un entrainement régulier. Allez-y petit à petit, progressivement, comme quand vous commencez un sport Terrestre. C’est la même chose, sauf que c’est quand même un peu plus utile. » Tessa se souvenait d’ailleurs de quelques-uns de ses combats. Il n’y en avait pas eu beaucoup, autant dire qu’elle s’en souvenait plutôt bien pour le coup. « L’entraînement peut tout changer. Avez-vous apprit la physique en un jour ? Apprenons-nous à parler une autre langue en seulement quelques heures ? Non. Apprendre à tuer des démons, c’est la même chose. » Apprendre les runes aussi, mais ça, elle devait bien s’en douter. De toute façon, la brune elle-même ne les connaissait pas toutes, mais en même temps, elle ne les utilisait pas. Ses charmes et ses potions lui suffisaient amplement, et même si elle pouvait supporter les runes, elle n’en voyait pas l’utilité dans l’immédiat. Après, il était certain que si elle était blessée elle ne refuserait pas que l’on lui trace l’iratze. Tessa n’avait plus énormément de choses auxquelles s’accrocher, mais elle n’était pas non plus suicidaire.

Et la discussion avançait, du moins, une partie. Il était certain qu’intégrer le Monde Obscure quand on avait grandi dans celui des Terrestres n’était pas chose facile. Mais ce n’était pas impossible pour autant. Elle-même l’avait fait. Elle avait mis quelques années à s’y habituer complètement, mais pas tellement de temps que ça, au final. Et elle ne regrettait en rien ses choix, qu’ils soient personnels, ou professionnels. Elle avait trouvé sa place au fur et à mesure, et elle voulait que ce soit le même cas pour Willow. En lui donnant toutes les cartes en mains bien sûr, et aussi les risques qu’il y avait. Elle n’aurait pas aimé qu’on lui cache des choses à l’époque, et elle se doutait bien que la jeune femme en face d’elle n’aimerait pas qu’on lui cache des choses non plus. « Il a été transformé en vampire, juste parce qu’il a voulu aider son amie, sans même se mêler directement à ce monde. Il était juste au mauvais endroit au mauvais moment, et c’est très souvent le cas. Mais avec Valentin qui court dehors, aucun de nous n’est en sécurité. Pas même les Terrestres. » Tessa repensait notamment aux meurtres des Terrestres possédant la seconde vue. Vidés de leur sang par Valentin pour elle ne sait quelle expérience inutile. Eux aussi avaient été au mauvais endroit au mauvais moment. Et ils n’avaient pas choisis de pouvoir voir ce monde.

Alors oui, il était certain que ça faisait peur. Elle-même avait eu peur au début, mais elle avait fini par s’y faire. On se faisait à tout, l’être humain était fait pour s’adapter aux situations qu’il rencontrait. C’était ce qui avait permis l’évolution de leur société. Mais ça ne voulait pas forcément dire se perdre. « Le Monde Obscure ne vous force pas à laisser tomber vos valeurs. En fait, elles sont assez similaires à celles des Terrestres. La loyauté, l’esprit d’équipe, la justice. Et même l’amour, vous pourrez le retrouver ici. Vous pouvez rester vous-même tout en vous adaptant à ce monde. » Après, il était certain que Willow faisait partie d’une époque un peu compliquée. Plus que compliquée même, quand on regardait bien. Valentin, la guerre, la peur. Tout le monde était sur les nerfs, parce que tout le monde avait peur de perdre quelque chose. De perdre quelqu’un, ou même leur propre vie. « Enormément de Nephilim sont morts pendant l’Insurrection. C’était un véritable massacre. Vos parents se sont retrouvés au centre d’une centaine de victimes. Et vu que vous avez été adopté, personne n’était là pour récupérer leurs effets. » Malheureusement, c’était comme partout. Le ménage avait été fait. Ils avaient reconstruit ensuite, autant qu’ils le pouvaient. Tessa elle-même avait enterrée son propre descendant, et un bébé qui n’avait même pas vu le jour. C’était ce qu’elle pensait tout du moins. Même elle n’avait pas encore toutes les réponses à ses questions, ni toutes les vérités. Ils étaient en guerre, et toutes les guerres se ressemblaient.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Ven 20 Avr - 5:53
Studing is important
Willow & Tessa
Tant d’étapes à franchir. Parfois, j’avais l’impression d’être tout en bas du mont Everest, et qu’on me demandait d’arriver au sommet. Oh, je ne pouvais mentir sur le fait que tout au long du chemin, j’apprendrais et m’émerveillerais. Mais c’est comme dans les pamphlets que l’on retrouver un peu partout. La propagande vous vend une chose magnifique, vous donne envie de débuter l’aventure. Certains tomberont dans le panneau, iront immédiatement faire leurs valises et partir à l’aventure. Moi, j’étais de celles qui réfléchissait aux pours et aux contres. Qu’est-ce que je croiserais, sur mon chemin? L’effort en vaudrait-il vraiment la peine, ou serais-je déçue? Être un peu plus optimiste, me disait-on. Je prenais donc au pied de la lettre les publicités. Malheureusement, en agissant de la sorte, je terminais mon parcours avec la plus grande des déceptions. Je regrettais par la suite mes choix, ruminait que je n’aurais pas dû suivre si vainement mon instinct, que j’aurais dû passer plus de temps à réfléchir. Le Monde Obscur, et en particulier le mode de vie d’un shadowhunter me semblait facilement entrer dans ce même moule. Oh, c’est cool, on a des pouvoirs, on sauve le monde, on tue des démons et puis on s’habille classe … mais qu’est-ce qui se cache en dessous de tout ça. Ce ne sont que les images mise de l’avant, de la … propagande. Personne ne parle de souffrance, des emmerdes que ça peut apporter à quelqu’un qui ne souhaite qu’une vie tout à fait normale et routinière. Ceux-là, qu’est-ce qu’ils deviennent?

Perdue ainsi dans mes pensées, je fus surprise de voir mon interlocutrice se lever de sa chaise, derrière le bureau, pour venir se placer juste à côté de moi, tout en s’appuyant sur le meuble. Attentive, cependant, elle écoutait mes plaintes, le seul véritable talent que j’avais, niveau conversations. Comment pouvais-je continuer à jouer l’enfant, alors qu’elle continuait de trouver toutes les raisons du monde à m’encourager, à me pousser pour que je change de perspective et trouve ma place ici? « Il y a un seul petit problème à ce que vous venez de dire. Je ne fais pas de sport. Je n’aime aucun sport, en fait, et j’évite autant que je peux les cours d’éducation physique. Mon talent est là, dans mon cerveau, pas dans mes bras ou mes jambes. » Je n’enviais aucunement les gens qui vouaient tout leur temps au volley-ball ou au football. Revenir en sueur, comme si une vague avait éclatée sur vous, et le visage plus rouge qu’une tomate, ce n’était pas très joli à voir, et sincèrement, ça ne donnait pas envie. Pourquoi vous torturer de la sorte quand d’autres options sont disponibles? Sans compter l’argent dépensé dans l’équipement sportif. Bon, c’est vrai qu’en équitation, ce n’était pas vraiment mieux. En revanche, je n’avais jamais déboursé un seul sou, car je ne participais pas à ce genre d’activités. Oui, je me promenais à cheval, mais sans pour autant m’entraîner comme une folle pour des compétitions. Le plaisir du plein air, tout simplement. « Apprendre à tuer des démons. Vous dites ça comme si ce n’était qu’une activité parmi mille autres! C’est vrai, je n’ai pas appris à parler d’autres langues en un jour. Ça prend beaucoup de détermination, oui, mais c’est bien plus facile d’avoir ce désir d’apprendre quand le sujet vous anime, quand il vous intéresse. Je n’ai jamais eu un quelconque intérêt pour tout ce qui implique un trop grand effort physique. Alors croyez-vous, en toute sincérité, que je serais de celles qui se présenteront à un entraînement d’elles-mêmes. Vous vous détrompez. Bonne chance à celui ou celle qui aura la patience d’attendre que j’arrive, et partir après une quinzaine de minutes parce que je ne me suis pas présentée. » Un caractère de cochon qui ne trouverait certainement pas d’adversaire. En tout cas, s’il s’agissait d’un des profs, je pourrais tranquillement continuer à dormir dans ma chambre sans que l’on ne vienne me déranger.

En retour, vu que je ne venais presque jamais en cours, les autres semblaient n’avoir aucun problème à ne pas m’informer de certaines choses. Notamment, je dus trouver par moi-même les informations disponibles sur Valentin, dans les nombreux textes à l’Institut. C’est ainsi que j’appris des gestes qu’il posa, dans le passé. Cependant, je ne me doutais pas des atrocités plus récentes, comme celle de l’ami de Clary. Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’étais sous le choc. Mes parents. En retournant les voir et en sachant qu’un tel fou rôdait encore dans les parages, je viendrais presque les désigner du doigt, lui donner une voie d’accès facile. Il fallait en venir à cette inévitable conclusion; pour ma propre sécurité et la leur, je ne pourrais pas les visiter, du moins, pas pour l’instant. Mes aller-retours de l’académie étaient déjà assez périlleux comme ça, étant donné les circonstances. « Mais je ne peux pas arrêter de vivre non plus! Puis avoir passé tout ce temps sans le moindre problème, que ce soit à New York, dans les premiers jours de mon arrivée, ou à la ferme, c’est peut-être un signe que je ne suis pas sur sa liste, qu’il ne me connaît pas et se fiche pas mal de moi. » Si être néphilim n’est pas temporaire, que l’on née ainsi, eh bien, je ne vois pas en quoi je devrais avoir peur de cet homme. Je n’ai pas eu une adolescence tumultueuse, je n’ai pas eu d’épisodes traumatiques, pas de kidnapping. Comment croire qu’en fin de compte, le Cercle m’attaquerait. Avant d’arriver ici, je n’avais aucune espèce d’idée de tout ça, et probablement qu’en retour, personne ne me connaît. Quant à moi, c’est parfait, je ne me plains pas.

Mais à la place, je craignais ce monde. Tant de strates à tout, autant du côté des chasseurs d’ombres que du reste des créatures. Des règles qui me restaient encore inconnues, une culture dans laquelle je ne me retrouvais aucunement … bref, je me sentais comme le vilain petit canard. Quoique mon cœur sente ne serait-ce qu’une infime petite connexion à ce monde-là, mon cerveau prenait d’assaut ce trop d’émotions et me forçait à voir tout ce qui clochait, tout ce avec quoi j’aurais énormément de difficultés et ce que je devrais laisser derrière si je voulais réellement devenir l’une des leurs. « La loyauté et la justice, ce sont des valeurs que je partage, oui, mais niveau esprit d’équipe, là par contre, c’est mort. Quand je travaille, c’est toujours en solo. Au moins comme ça, quand je remets un projet, je sais que les commentaires de mes profs reflèteront mes hauts et mes bas, pas ceux des autres. Pour l’amour, j’y crois pas trop. Déjà, savoir que l’on peu rester seul et ne pas se casser la tête à la place de devoir supporter quelqu’un d’autre le restant de ses jours … je ne sais pas pourquoi le monde s’entête. Les mariages ne sont qu’une porte d’entrée pour les divorces. Ah, et me parlez pas de ces bêtes puantes que l’on appelle enfants. Ça, c’est le comble du malheur. Je n’en veux pas, et je ne veux pas jouer les babysitter pour les autres. Alors rester moi-même et m’adapter à votre monde … c’est plutôt contradictoire. » La seule et unique fois que je dus garder les enfants de notre voisin, j’en vins à m’imaginer les enfermer dans leurs chambres, avec une trappe en dessous pour faire passer à manger.

Mon sarcasme, néanmoins, s’arrêta quand j’appris un peu plus sur les derniers moments de mes parents, de ce qui leur étaient arrivé pour qu’ils ne soient plus ici, avec moi, et qu’ils soient là pour m’enseigner tout cela. L’Insurrection, j’avais lu quelques bouquins à ce propos. Un moment horrible dans l’Histoire des chasseurs d’ombres. « J’avais une petite boîte en bois, c’est tout ce qu’il me reste d’eux. En fait, c’est justement à cause de cet objet que j’ai débarqué devant l’Institut, en suivant un chasseur d’ombre. » Je soupirais et passa ma main dans mes cheveux. Ce n’est jamais facile que de comprendre pourquoi les deux personnes les plus importantes dans la vie d’un enfant ne sont plus là. « Je me doutais qu’ils devaient avoir été tués en essayant de sauver des vies. Mais de là à mettre la leur en péril, en sachant qu’ils avaient une fille. Voilà une valeur que je ne comprends pas. En fait, ça m’enrage. À quoi ça sert, tant de dévotions, quant à la fin, ça se résume à rien? Ils sont morts, ils ne m’ont pas vu grandir. Et pourquoi? Pour protéger qui? Je ne voulais pas des héros, comme parents. Je ne voulais qu’un père et une mère présents, un point c’est tout. » La friction qui existerait certainement encore et toujours. Comparativement à plusieurs ici, je n’étais pas nécessairement prête à sacrifier ma vie pour tout le monde. Je savais les répercutions de ma mort. Mes parents adoptifs se retrouveraient seuls, puisque Diana, ma sœur, ne leur parle plus depuis un moment. Ils devraient essayer de trouver un peu d’argent, ici et là, avant de finalement devoir faire faillite et vivre maigrement. Dans n’importe quelle situation dangereuse, sachant ce qui adviendrait après mon décès soudain, je me refrénais de me mettre en danger et de jouer les casse-cous. Qu’ils jouent les héros et les martyres, si ça leur chante, mais ce n’est pas dans mes intentions de mourir pour la cause.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Mar 24 Avr - 18:06
Studing is important
Willow & Tessa
Il y avait des choses qui restaient compliquées pour chaque Shadowhunter. Chacun avait sa façon de faire, sa façon de vivre, de voir le monde aussi. Et chacun avait des compétences différentes, plus ou moins avantageuses, plus ou moins utiles d’un côté ou de l’autre de leur métier. Tessa n’était clairement pas une femme de terrain, et elle ne l’avait jamais été, du moins, plus depuis sa jeunesse et son affrontement avec le Magistère. Une période de sa vie qu’elle aurait d’ailleurs préférée ne pas avoir à vivre vu toutes les douleurs que ça avait pu lui engendrer, mais qu’elle ne voulait pas non plus oublier, parce que ça lui avait permis de devenir la femme qu’elle était aujourd’hui. En partie, tout du moins, parce que le reste avait pas mal aider aussi, surtout après toutes ces années qui étaient passées. La seule chose qu’elle n’avait pas encore réussie à apprendre, en vérité, c’était de se servir de la technologie des Terrestres qui ne cessait d’évoluer de jour en jour, alors qu’elle savait à peine se servir d’un téléphone. Elle doit bien avouer aussi qu’elle n’y voyait aucun intérêt, et préférait clairement envoyer une lettre et sentir le papier sous ses doigts plutôt que de lire quelque chose d’aussi informel à ses yeux qu’un mail sur un écran qui éclatait les yeux. Mais elle comprenait bien aisément que les gens de cette génération soient habitués à cela, et trouve tout ce système informatique plus que pratique. Elle n’avait tout simplement pas grandi à la même époque, c’était tout.

Mais certaines choses ne changeaient pas pour autant. Tout comme le fait que les Chasseurs d’Ombres n’étaient pas obligés d’être constamment sur le terrain, et pouvaient largement être utiles en ne faisant que rester à l’Institut pour diverses choses. Comme le faisait le chef de la sécurité de manière général, par exemple, même si le leur aimait bien aussi se rendre sur le terrain, la plupart du temps, il était entre ces murs. Mais c’était une décision qu’il avait prise par lui-même, et qu’il avait bien précisé en acceptant ce poste. Et ce n’était qu’un exemple parmi tant d’autres. « Votre cerveau peut très bien nous être utile et vous aider à vivre dans ce monde. Il n’est pas nécessaire pour vous de vous rendre sur le terrain. Savoir vous défendre un minimum ; peut-être, mais ce n’est pas franchement quelque chose de compliqué. Vous pouvez très bien trouver quelque chose qui vous permettra d’être totalement épanouie. Cette société est exactement comme les autres, on a besoin de professeurs, de médecins, de scribes, de cuisiniers, et la liste n’en finit pas. » La liste ne fait d’ailleurs que s’accroitre de jours en jours en fonction des découvertes faites au fil des années, de l’avancée du monde des Terrestres, du leur. Enormément de facteurs sont à prendre en compte dans leur quotidien, et il est certain qu’au début, c’est une chose qui peut faire peur. Mais on finit clairement par s’y habituer sans aucun souci, au point où c’est une chose qui devient une habitude. « Ce n’est pas une chose que je vous souhaite, mais croyez-moi, le jour où vous vous retrouverez face à un démon ou quelconque créature qui ressentira le désir de vous tuer, cette envie de se rendre aux entrainements rien que pour être capable de vous défendre viendra à vous. » Tessa parlait en connaissance de cause. La plupart des choses qui lui étaient arrivé, au début, à commencer par son enlèvement, ne se serait pas produit si elle avait eu un minimum de connaissance quant au fait de pouvoir se défendre toute seule. Et la peur qu’elle avait ressentie à ce moment-là la poussait encore aujourd’hui à se garder en forme et s’assurer qu’elle n’avait pas perdue la main, au cas où elle se retrouverait face à un ennemi. Ne pas avoir peur de sortir dans la rue était clairement une bonne motivation pour se rendre aux entrainements.

Et puis, vu le monde dans lequel ils vivaient aujourd’hui et la présence dangereuse de Valentin dans les rues… Mieux valait être préparé. La sorcière dirigea d’ailleurs la conversation sur ce sujet et la dangerosité même de l’existence de cette personne, et de ses disciples. Cet homme était loin d’être une petite menace, pour n’importe qui. Certains prenaient d’ailleurs sa présence beaucoup trop à la légère, et en général, c’était eux qui en payaient le prix en premier. « Comment pouvez-vous en être certaine ? Vous êtes devenue amie avec Clary, sa fille. Rien ne nous assure qu’un de ses fidèles compagnons ne parcoure pas les couloirs de l’Institut, et ne rapporte pas tout ce qu’il voit à Valentin. Vous êtes un atout pour lui s’il connaît votre existence, une arme qu’il peut utiliser contre sa fille, comme il l’a fait avec son autre ami déjà. » Valentin n’était pas quelqu’un d’idiot, et il s’était bien rendu compte que sa fille était quelqu’un de loyale, et surtout prête à tout pour sauver les personnes à qui elle tenait, ou encore les innocents. Elle avait un grand cœur, cette petite, mais ça mettait aussi pas mal de monde dans son entourage en danger sans forcément que ces personnes ne s’en rendent compte. Du moins, jusqu’à ce que son père se retrouve hors d’état de nuire. Et vu la situation, ce n’était pas quelque chose qui était encore prêt d’arriver. « Vous n’avez pas de travail à rendre, juste à rendre le monde un peu plus propre. Et croyez-moi, ça va beaucoup plus vite à plusieurs. » C’était d’ailleurs souvent pour cela que les Chasseurs d’Ombres ne partaient jamais en mission tout seul, ou tout du moins, très rarement. C’’était plus prudent, et ils pouvaient faire beaucoup plus de choses aussi. « Tous les mariages ne se déroulent pas de la même façon, et toutes les familles ne sont pas identiques. Je suis restée mariée à mon mari pendant cinquante-six ans, j’ai eus deux enfants, et nous étions heureux. Vos parents adoptifs ne sont-ils pas toujours ensemble, eux aussi ? » Oui, Tessa aimait bien prendre sa vie personnelle en exemple pour illustrer ses propos. Elle trouvait que c’était certainement la chose la plus parlante, surtout quand elle se mettait à parler de sa famille.

Et elle avait aussi commencé à parler de celle de Willow, et ce qui était certainement arrivé à ses parents. Même si ce n’était pas forcément quelque chose de simple à entendre, mais la période de l’Insurrection avait fait beaucoup de dégâts, chez tous les Chasseurs d’Ombres. Sa propre famille ne faisait pas exception. « C’était pour vous protéger vous, Willow. La plupart des personnes mortes cette journée voulaient tout simplement protéger leurs proches, leurs enfants. Et aujourd’hui, c’est la même chose. On se bat pour assurer un avenir meilleur à nos enfants, pour ceux qui en ont, aux petites sœurs et petits frères, et au monde de manière général. Même s’ils ne sont plus là aujourd’hui, ils ont contribué à votre protection, c’était tout ce qui comptait pour eux. » Et c’est souvent tout ce qui compte pour chaque parent. Assurer l’avenir et la sécurité des enfants. Tessa elle-même était passée par là, même si ses enfants étaient morts aujourd’hui. Mais ils étaient morts de vieillesse, ils avaient vécu leur vie, et elle les avait protégées, jusqu’au bout. Elle avait au moins la fierté de se dire qu’elle n’avait aucun regret de ce côté-là, même si elle aurait clairement préférée que ses enfants soient immortels tout comme elle.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 243
♦ Messages : 237
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ Sam 28 Avr - 7:04
Studing is important
Willow & Tessa
Malgré mon assiduité et ma détermination dans mes cours de langues, je ne portais pas tant d’attention à ce qui ne m’intéressait pas. Un défaut qui coûta tout de même quelques rencontres entre moi et la conseillère, ainsi qu’entre la directrice et mes parents. Toujours le même problème; niveau cours d’Histoire et de langues, pas de problème, j’avais des notes bien plus hautes que la moyenne. En revanche, dans les cours de maths et d’éducation physique, alors là, je rapportais la palme d’or dans les élèves les moins investis. Quel étonnement, n’est-ce pas, pour une fille comme moi, qui adorait le plein air, qui prenait soin des animaux sans que personne ne me le demande, et qui partait parfois à cheval, faire une petite balade. Mes parents en restèrent choqués et intrigués, me questionnant à ce propos, parmi tant d’autres. Malheureusement pour eux, je n’avais pas vraiment d’explication concrète, si ce n’était que je détestais les sports pratiqués en classe. Bah ouais, dites donc, c’est quoi cette merde que le volley-ball? Je revenais toujours avec les mains rouges et tremblantes, ce qui m’empêchait de bien d’écrire. Oh, et ne me parlez surtout pas de soccer. Non mais c’est qui l’idiot qui inventa un sport pareil? Quoi, ne me dites pas qu’il s’est inspiré de son chien qui courrait après une balle? Une horreur! Je terminais à bout de souffle, avec une soif horrible et mes cheveux qui feraient peur à n’importe qui. En bref, je préférais les cours beaucoup plus mentaux que physiques, sans qu’il ne s’agisse de calculs, car là, vous me perdiez une fois de plus.

Voilà pourquoi je choisis la voie des langues, un chemin bien moins sinueux. L’académie fut comme un véritable cadeau, me donnant ainsi une raison d’aller étudier sans me gaver de cours que je détestais. Cependant, à l’Institut, je me retrouvais de nouveau dans cette phase moins agréable des études, quand on te force à prendre des cours que tu aimerais mieux juste éviter. Visiblement, quoi que je fasse ou dise, je devrais passer par cet entraînement qui me donnait juste envie de vomir, et ce, avant de pouvoir avancer dans un poste beaucoup moins demandant niveau physique. Et puis quoi? Si je n’étais pas en forme, c’est mon problème, pas le leur! Je ne cherchais pas un changement complet, en débarquant ici. Juste des réponses à mes questions. Pourtant, je couchais déjà dans une chambre, je me présentais à certains cours … comme quoi j’avais déjà un pied dans la place. Le hic restait de savoir quand l’autre daignerait suivre le premier. « Bah si vous avez des textes à traduire ou analyser du point de vue langagier, ouais, mon cerveau peut être utile. Mais comment voulez-vous qu’il m’aide à vivre dans votre monde si c’est lui qui n’arrête pas de me signaler toutes les étrangetés que je vois? » Une division, une friction qui se créait de plus en plus, entre ma raison et mes sentiments. Non, je ne me sentais pas exactement comme un shadowhunter, mais de savoir que mes origines provenaient de ce monde m’ancrait tout de même un peu à cet endroit. « Peut-être que ça ne l’est pas pour vous, mais c’tout un cauchemar pour moi. Donc si j’évites d’aller sur le terrain, comme vous dites, c’est parfait pour moi. Mais de là à dire que je me sente totalement épanouie … on se calme un peu! Bien que je rêve d’être prof, je ne me vois pas enseigner à qui que ce soit d’autres que des terrestres. Au moins avec eux, je ne fais pas tâche. » Quoique bon, dans un sens comme de l’autre, les élèves trouveraient toujours un moyen de me rendre la vie dure. D’enseigner, c’était aussi accepter que parfois, on voudra sincèrement tordre le cou des gens assis en classe mais qu’on devra résister à de dangereuses envies de meurtre.

L’avantage, cependant, c’était qu’hors du Monde Obscur, en tant que prof, j’étais en position de force. Je savais de ce dont je parlais, avait étudié le sujet pendant de nombreuses années et saurait parfaitement répondre aux questions incessantes de certains jeunes. Je ne pouvais pas en dire autant pour les chasseurs d’ombres. Oh, dès qu’ils me poseraient une question ne comportant pas les langues, bah ce serait comme si j’étais sûr de la glace et que je dérape dans tout les sens. Et c’est à ce moment-là qu’on ne te prend plus vraiment au sérieux. Pire encore, quand ils apprendraient que je n’étais même pas foutue de savoir comment me défendre. « Et qui vous dit que je saurais me défendre, avec quelques entraînements? J’crois que même dix ans ne suffiront pas à faire de moi ne serait-ce qu’une misérable combattante. Alors bon, que ce soit avant ou maintenant, … ou même dans 5 ans, la façon la plus logique pour moi de réagir à un ennemi, bah c’est de courir en direction opposée. Si les films d’horreur m’ont appris quelque chose, les gens plantés-là sont les premières victimes. Donc je prends la fuite, ça me donnera quelques minutes d’avance. » Ou pas, han. Après tout, Raphael m’avait rattrapé extrêmement rapidement, et ce, malgré ma course effrénée. Ce n’est toutefois pas pour autant que je me présenterais de mon plein gré à une seule session dans la salle d’entraînements. Pourquoi diable devoir se fatiguer quand on a Netflix, dites-moi?

Valentin. Ce serait certainement la réponse la plus appropriée, ces derniers temps. Lui et le Cercle, les ennemis à arrêter immédiatement, quoiqu’ils soient vraisemblablement difficiles à localiser. Tout le monde s’inquiétait, était sur le qui-vive … sauf moi, comme toujours. Ou du moins, je vivais candidement jusqu’à ce qu’elle ne vienne pointer du doigt le danger que je courrais, puisque j’étais devenue amie avec Clary. J’essayais d’adopter un visage impassible, mais en sachant ce qu’il s’était passé avec son autre ami, je ne pouvais que m’inquiéter de la suite. « Mais … mais Clary et moi, on ne se connait pas encore assez pour être officiellement amies! Et puis, si je reviens rapidement à l’Institut après mes cours, ça devrait bien aller. » Je verbalisais un peu d’assurance, mais ce n’est pas pour autant que j’y croyais sincèrement. « Bordel, pourquoi vous me dites ça maintenant? J’ai pas besoin de plus de préoccupations, j’en ai déjà assez comme ça! » Ce n’était pas tant de la frustration. En fait, je voulais simplement continuer à me mentir et croire que tout irait bien. À la campagne, je n’avais pas connu de tels soucis! J’étais heureuse et épanouie. Il me fallait absolument retrouver cette ancienne version de moi-même. Autrement, je commencerais à perdre la tête, tôt ou tard. « Si on parle de rendre le monde plus propre en ramassant les déchets que les gens jettent, là, je gère, même si c’est préférable que je le fasse seule. J’ai bien compris que je n’ai aucunement d’appréciation pour le travail d’équipe. Je ne suis pas du genre à supporter les gens, et je cède facilement aux commentaires désobligeants. J’crois pas que c’est l’idéal, quand vous chassez des démons. Mais c’est comme ça, je n’y peux rien. » Je suis sûre et certaines que de nombreux profs pourraient lui glisser un mot ou deux à propos de mon attitude en cours, quand il s’agit de se mettre en équipe. « Alors là, j’vous félicite! Cinquante-six ans, c’est impressionnant. Oui, bon, mes parents adoptifs sont toujours ensemble, mais ce n’est pas pour autant que je souhaite une vie pareille pour moi. Si j’ai déjà de la difficulté à communiquer en général avec les gens, imaginer de devoir le faire avec quelqu’un collé à vous, tout le restant de votre vie? Non mais je vais me tirer tous les cheveux de ma tête! Et ça, c’est sans compter la marmaille qui ferait du vacarme et me fouterait jamais la paix. » Car les enfants, ça court partout, ça fait du bruit, et ça ne vous lâche pas. Néanmoins, c’était dans mes habitudes de vie que de m’enfermer seule, à m’occuper de mes propres problèmes, à écouter des films et à lire, sans le moindre bruit dérangeant. Je n’échangerais jamais ça contre des horribles petits diables.



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Studing is important ❄︎ Willow ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Studing is important ❄︎ Willow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur
» Eric de Branford [Un PERSONNAGE IMPORTANT dans la nouvelle vie de Megan] [LIBRE]
» Willow Smith {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: