It's time for us to know each other
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
It's time for us to know each other
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: It's time for us to know each other ♦ Lun 6 Nov - 18:27
It's time for us to know each otherQuitter mon Institut et partir quelques temps, je savais que ce jour viendrait. Même si dans les faits, je suis déjà parti. Disons que présentement la raison est radicalement différente, les raisons pour être totalement précis. Il s'agit là d'un séjour à l'Institut de New-York, loin de mon père mourant et de mon parabatai, je n'ai aucun problème à faire ce qui doit être fait. Ni à mettre mes sentiments de côté. Mais pour être parfaitement honnête oui cela m'emmerde un peu, sensation bien vite remplacée par cette haine viscérale que j'ai acquise depuis mes plus tendres années. La haine de ce Cercle qui m'a prit ma mère, la haine envers ce Valentin Morgenstern et ses idées. Je peux éventuellement comprendre tous les miens qui voient les créatures obscures d'un mauvais oeil mais je sais aussi par expérience qu'ils ne sont pas tous à mettre dans le même panier. Certains ont bien plus d'honneur et de valeurs que certains Shadowhunters et ceux là, je les ai en estime. Tout comme je ne pourrais pas me permettre de laisser ce sentiment néfaste interférer dans mon jugement une fois sur place.

La seconde raison à mon déplacement se nomme Amara, nous sommes fiancés depuis que j'ai six ans mais nous ne nous connaissons que trop peu. Quelques mots échangés de ci, de là, au fil de nos brèves rencontres. Nos destins liés pour le meilleur ou pour le pire, je ne saurais le dire pour le moment. Apprendre à la connaître me semble quand même primordial et l'inverse est vrai aussi. Nous découvrir pour pouvoir forger une solide alliance et diriger plus tard en tandem l'Institut de Rio. Est-ce que nos caractères vont pouvoir s'accorder ? Est-ce que je peux physiquement lui plaire comme elle me plait ? Est-ce que cette union décidée pour nous peut naître de vrais sentiments ? Une petite partie de moi l'espère réellement. Oui ces pensées vont et viennent par moment mais je ne peux rien faire d'autre que d'attendre et de voir ce qu'il en sera.

Mes affaires sont très vite bouclées, un sac avec mes vêtements, mes armes : épée séraphique accrochée à la hanche, mon arbalète chargée dans mon dos, la sangle en travers de mon torse et dissimulée par un charme. Mon arc et mes flèches sont dans mon sac ainsi que mes poignards séraphiques. Tous des héritages familiaux gravés de l’emblème de ma famille. Le tout solidement attaché à l'arrière de ma moto, le temps pour moi de dire au revoir à mon père et mon parabatai et notre sorcier m'ouvre le portail demandé. Mon casque sur la tête, j'enfourche ma bécane et la démarre, passant le portail pour me retrouver à une cinquantaine de kilomètres de l'Institut de New-York. Un petit plaisir personnel que d'avoir ma moto et de rouler avec sans oublier que cela plus pratique pour se déplacer dans New-York si le besoin s'en fait sentir.

Je vous passez les détails de la route mais j'arrive à l'heure donnée devant l'Institut. Parce que oui bien sûr que oui ils sont prévenus de mon arrivée, aussi bien Aldertree que ma fiancée. Même si clairement le dirigeant actuel de l'Institut attendra un peu pour me rencontrer. Je préfère me concentrer sur Amara. Une fois ma moto dissimulée à la vue des terrestres et mon sac sur l'épaule, direction l'intérieur de l'Institut, ne prenant que quelques secondes pour observer les lieux. J'aurais bien le temps d'admirer le bâtiment une autre fois. Forcément je fais savoir que je suis bien arrivé à qui de droit enfin si Amara n'est pas déjà présente pour m'accueillir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Mar 7 Nov - 21:08
It’s time for us to know each other
Everyone
L’agitation était présente depuis plusieurs jours déjà au sein de l’Institut de New York. Les Shadowhunters qui y séjournaient ne dormaient pas beaucoup, et pourtant, il ne se passait pas grand-chose dans les rues de la ville. A croire que tout le monde pressentait que Valentin allait bientôt agir et leur lancer une nouvelle bombe. Tout le monde voulait être prêt, cette fois-ci. Tout le monde voulait mettre la main sur le monstre pour en récolter tous les honneurs. Et la jolie brune ne faisait pas exception, bien au contraire. Sauf que pour elle, il n’y avait pas seulement l’honneur que cet acte représentait, mais aussi, la vengeance. La mort de son père planait au-dessus de sa tête depuis des années, et elle savait qu’ôter la vie à Valentin l’en soulagerait. Tout du moins, elle en était persuadée, et cela depuis qu’elle avait découvert qu’il était toujours en vie. Elle aurait bien tuée ses enfants aussi, mais elle savait mieux que personne qu’elle ne pouvait pas leur reprocher le comportement de leurs parents. Ça ne l’empêchait pas pour autant de se méfier d’eux, surtout de Jace qui avait été élevé par ce monstre. Elle préférait être beaucoup trop prudente plutôt que de se faire avoir par sa gueule d’ange, comme la plupart des nanas de cet Institut.

De toute façon, pour l’instant, elle n’était pas vraiment préoccupée par le sort des enfants du fugitif. Ni par leur présence au sein de sa maison. Elle était surtout concentrée sur son travail, comme toujours. C’était à elle aujourd’hui de localiser les activités démoniaques et d’établir le nombre de Chasseur d’Ombres à envoyer sur place. Un boulot de bureau, et peut-être pas très glorieux pour la plupart des gens, mais c’était l’une des choses qu’elle préférait faire, tout simplement parce qu’elle était installée derrière son bureau, toute seule, et que personne n’était là pour venir l’embêter. Et ça l’arrangeait bien aujourd’hui, parce qu’elle savait aussi qui elle allait devoir accueillir. Marcos, son fiancé, qui allait arrivé tout droit de Rio. Heureusement que sa mère n’était pas ici et qu’elle se trouvait à Idris d’ailleurs, elle ne l’aurait pas dans les pattes comme ça. Son seul problème actuel était de garder un œil sur sa petite sœur, qui était actuellement en entrainement. Et qui devait certainement se plaindre de douleurs musculaires alors qu’elle venait à peine de commencer. Mais Amara était certaine qu’elle se trouvait entre de bonnes mains.

Concentrée sur son travail, la brune n’avait relevé les yeux qu’au moment où l’une de ses collègues était venue lui annoncer l’arrivée de son invité. Inspirant un bon coup, la jeune femme avait remis un peu d’ordre dans ses cheveux avant de se relever. Ce n’était pas comme si elle jouait sa vie là, mais… En fait si, c’était exactement ce qu’elle était en train de faire. Et si elle foirait, elle savait qu’elle s’en voudrait pendant des années. Se mettant sur ses pieds, elle avait traversée l’Institut sans vraiment regarder où elle se rendait. Elle connaissait le chemin par cœur, depuis le temps, et observer les murs familiers des couloirs l’aidait à se détendre un peu. Pas de quoi s’inquiéter, elle était chez elle après tout. Arrivée devant Marcos, elle essaya de lui sourire. Essayer était vraiment le bon mot, ce n’était pas dans ses habitudes, de sourire. Mais il le fallait bien. « Bienvenue à New York. » Lui tendant la main pour le saluer, Amara attendait une réponse pour continuer. Et puis, ça lui permettait de réfléchir à la suite des événements aussi, même si elle ne pouvait pas tout prévoir à l’avance, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Sam 11 Nov - 20:43
It's time for us to know each otherCette première vraie rencontre je l'ai souvent imaginée, faisant défiler plusieurs scénarios possibles sur ce qui pourrait bien se passer. De l'anticipation pure et dure oui mais je me devais d'être le plus préparé possible, ne pas prendre le risque de tout faire échouer pour une parole malheureuse ou une phrase mal tournée. Le but est quand même que nous passions notre vie ensemble dans les meilleures conditions existantes . Rattraper une possible bourde ne le ferait pas. Mettez moi dix démons sous le nez, je saurais comment agir et réagir sans même y songer mais là c'est totalement différent. Pourtant parmi tous les scénarios envisagés, dans aucun d'entre eux il n'y avait le retour de Valentin et du cercle sur le devant de la scène. Je suppose que l'ambiance risque d'être encore plus tendue mais on ne peut plus reculer.

Je ne me suis pas trompé alors qu'une fois annoncé et mon identité vérifiée on me fait attendre un peu. Je profite de ce temps là pour observer un mieux les autres Nephilims présents et on peut dire que je ne me suis pas trompé, l'ambiance semble électrique. Ils semblent bien trop nerveux pour leur propre bien, ce que je peux comprendre l'avenir du monde obscur est en jeu. Nerveux, je ne peux nier que je le suis aussi mais pour un tout autre sujet présentement et je fais tout ce que je peux pour que cela ne se voit pas. Mon sac sur mon épaule, les bras croisés, mon regard se promenant sur tout ce qui est à ma portée. Enregistrant moult détails au passage, je peux déjà dire que le fonctionnement de l'Institut de New-York est radicalement différent du mien.

Finalement je peux voir une jeune femme brune avancer à ma rencontre, l'inconvénient de ne pas se connaître plus que cela, il me faut plusieurs secondes pour comprendre que c'est bien Amara. Lui offrant un sourire discret en réponse au sien, je ne suis pas le seul à être nerveux à propos de cette rencontre, cela pourrait me rassurer mais il n'en est rien du tout. "Merci Amara." Elle opte pour me tendre la main en guise de bonjour, cela me convient parfaitement et serre la sienne en retour. Quelques secondes de plus certainement que pour un banal bonjour entre collègues ou autres mais aucune effusion supplémentaire du moins de mon côté. Rien qui ne peut marquer ce qui est censé nous lier à l'avenir. De toute manière même si nous nous connaissions mieux ou si nous pouvions dire être "un couple", je resterais sobre en public. Ma vie privée n'a pas à s'étaler au grand jour, comme certains des nôtres peuvent faire ou pire encore comme le font les terrestres. Puisque nous n'avons aucun de nos parents sur le dos, du moins en apparence, j'ajoute rapidement en la tutoyant. "Tu veux bien me montrer mes quartiers et me faire visiter les lieux ?" Espérant ainsi nous occuper tous les deux à quelque chose de concret, tout en pouvant discuter un petit peu.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Dim 12 Nov - 21:19
It’s time for us to know each other
Everyone
Avec sa mère et son beau-père qui se trouvaient à Idris, Amara se devait d’avoir un comportement exemplaire. Pas que ce n’était pas le cas habituellement, mais lors de l’absence de sa génitrice, la jolie brune s’appliquait encore plus à son devoir qu’elle ne le faisait au quotidien. Certainement parce qu’elle savait que ses collègues l’observaient encore plus, et qu’elle voulait prouver qu’elle était digne de diriger un Institut. Qu’elle l’avait toujours été, et qu’elle serait certainement actuellement en train de le faire si son père n’avait pas été tué alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. Sa mère avait peut-être fait preuve de lâcheté en cédant la direction aux Lightwood, mais il était clair que la jeune Nephilim ne ferait jamais cette erreur. L’ancienne Whitelaw avait failli à sa tâche, elle avait laissé ses émotions prendre le dessus, et c’était de cette façon qu’elle s’était retrouvée à épouser un idiot, et à délaisser son poste sans se soucier de l’avenir de ses enfants. Cette ambition qui l’animait était la seule chose qui la reliait à son père à présent, alors oui, Amara y était accrochée. Et ce n’était pas une ambition qu’elle comptait abandonnée.

Elle savait donc qu’elle devait assurer aujourd’hui, qu’elle devait faire bonne impression à son futur époux si elle voulait espérer réaliser ses rêves et rendre son père fier d’elle. Du moins, s’il pouvait se rendre compte de ce qu’elle faisait là où il se trouvait. Même si les Shadowhunters touchaient de près la magie et ses diverses formes, aucun d’entre eux ne savait ce qu’il se passait après la mort. Et ils ne devaient pas en avoir peur. Ce n’était pas pour autant que c’était le cas. N’importe qui disant qu’il n’avait pas peur de l’inconnu qu’était la mort était tout simplement un menteur. Mais c’était une chose que personne n’osait relever par peur de révéler ses propres craintes à tous. Cependant, la mort n’était pas la seule chose qui pouvait inquiéter un Chasseur d’Ombre au cours de sa vie, et parfois, cette crainte de mourir était bien moins présente que celle d’échouer. Comme pour la jolie brune, à cet instant même, alors qu’elle accueillait l’homme qu’elle devait épouser.

Leur poignée de main s’était trouvée un peu moins ferme qu’à l’accoutumée, comme s’ils sentaient déjà tous les deux que leur relation allait être bien plus spéciale que tout ce qu’ils avaient bien pu connaître par le passé. Ce serait certainement le cas, peu importe les événements qui se dérouleraient par la suite. C’était une chose dont Amara était certaine, sans vraiment savoir pourquoi, par contre. « Bien sûr, suis-moi. » Après tout, lui faire visiter les lieux était son rôle. Et puis, elle avait grandi ici, elle connaissait chaque recoin de cet Institut dans les moindres détails, même ceux les moins visités. Elle avait des souvenirs entre ces murs, et elle était d’ailleurs en train d’y repenser alors qu’elle guidait Marcos entre les couloirs d’un pas assuré. « Ton voyage s’est bien passé ? » En général, les déplacements par Portail ne posaient jamais de problème. Mais la brune pensait surtout à la différence de température qu’il y avait certainement entre Rio et New York. Une différence qui ne devait pas être très agréable pour quelqu’un qui avait vécu des années au soleil. Et ce serait certainement une chose qui lui manquerait. Même si ce n’était pas toujours agréable de se retrouver sous un ciel nuageux, c’était une habitude qui lui était bien ancrée, comme de nombreuses autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Jeu 30 Nov - 18:18
It's time for us to know each otherJe ne sais franchement pas comment réagir actuellement au fait que mon père ne soit pas là à mes côtés. J'ai tellement l'habitude qu'il soit près de moi et me guide que c'est un peu comme si j'étais livré à moi même. Comme si je devais faire un pas en avant au dessus d'un gouffre sans fond. Ce n'est pourtant pas la première fois que je suis loin de lui et bientôt je n'aurais de toute manière plus le choix. Malade comme il peut l'être, il n'y a aucun miracle à en attendre, ma seule consolation c'est qu'à défaut d'être paisible, il aura eu une longue vie. Une vie pendant laquelle nous avons réussi à redorer le nom de notre famille entaché par les actes de ma...génitrice. Elle ne mérite plus le titre de mère depuis fort longtemps. Il va aussi pouvoir partir en sachant que je ne me détournerais pas de la vie qu'il m'a tracée, que la relève est assurée pour la prochaine génération. Je ne peux que me raisonner en me disant que je sais parfaitement ce que tout le monde attend de moi, ce qui peut peser sur mes épaules. Tout comme je suis persuadé que pour Amara il en va de même. Oui on ne se connaît pas vraiment mais mon père m'a un peu parlé de la famille Whitelaw malgré tout, je dois bien avouer que de savoir que ma future femme semble avoir les mêmes ambitions que moi est plaisant et rassurant.

Ce moment de flottement de ma part passe rapidement alors que nous nous saluons et que finalement nous échangeons nos premiers mots. La laissant prendre la bonne direction, je me porte assez rapidement à ses côtés pour avancer. De très brefs instants, je me permet de lui lancer des regards, Amara semble plus que déterminée, elle a un côté femme forte à première vue qui me plait énormément. À voir dans les détails ce qu'il en sera mais comme on dit, on garde souvent la première impression que les gens se font d'une personne.

- Oui, très bien merci. D'ailleurs il y aurait un endroit pour que je range ma moto ailleurs que devant le parvis de l'Institut ? Elle est dissimulée par un charme mais on ne sait jamais. Ah oui il faudrait peut-être que je lui précise le pourquoi du comment je dis ça. "Notre sorcier m'a ouvert le portail à quelques kilomètres d'ici, je voulais en profiter pour rouler avec et voir un peu mieux la ville." La moto, une passion, le seul "luxe" que je m'offre de temps à autres et qui peut peut-être surprendre Amara. Et niveau température, cela va encore pour le moment, après tout mon père m'avait bien envoyé au Canada pour parfaire mes apprentissages. Même si je sens que le Rio/New-York risque d'être difficile à un moment ou à un autre.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Ven 1 Déc - 16:05
It’s time for us to know each other
Everyone
L’avenir n’avait jamais été aussi incertain qu’à présent. Amara, qui avait toujours eu l’habitude de tout prévoir, c’était retrouvée, un peu comme tout le monde, sur le cul, quand le retour de Valentin avait été annoncé. Dans un premier temps, elle n’avait pas voulu y croire, comme la majorité des gens, en réalité. Elle avait l’impression de se retrouver dans ce film d’Harry Potter, où le retour de Lord Voldemort était vu comme une mauvaise blague par le Ministère de la Magie. L’Enclave avait agi à peu près de la même façon quand ils avaient appris que Valentin n’était en fait pas mort. Et la jolie brune ne savait pas encore si elle devait trouver ça drôle, ou tout simplement, carrément flippant. Surtout qu’elle n’était pas toujours d’accord avec toutes les décisions de l’Enclave mais, souvent, elle gardait le silence. Elle gardait le silence parce qu’elle n’avait tout simplement pas le choix, si elle ne voulait pas être emmerdée. Les Créatures Obscures se plaignaient des restrictions qu’ils pouvaient avoir, mais franchement, par rapport aux Shadowhunters, ils étaient plutôt libres de leurs actes en général. Amara, quant à elle, devait faire attention au moindre de ses gestes, à la moindre parole qui pouvait sortir de sa bouche, certainement encore plus que les autres, vu qu’elle faisait partie de l’une des familles de Shadowhunter les plus anciennes. Et elle trouvait ça normal en fait, vu qu’elle était née là-dedans. Comme quoi, conditionner des gens, c’était pas si compliqué que ça.

En tout cas, la jolie brune sait ce qu’elle doit faire, en toutes circonstances. Enfin du moins, en théorie, parce qu’en pratique, ce n’est pas tout à fait ça. Surtout à cet instant, en fait. Elle avait toujours eu un problème avec les relations humaines, autant dire qu’elle ne fait pas partie des personnes les plus sociables de cette planète, mais bon… Ça n’allait pas la tuer d’essayer. Et puis, faire visiter l’Institut, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus compliqué non plus. Surtout qu’elle connaissait l’endroit par cœur, après toutes les heures qu’elle y avait passé, surtout quand elle était petite. Cet endroit était rempli de souvenirs pour elle, et rien que le fait de se dire qu’elle allait bientôt devoir le quitter serrait douloureusement son cœur de pierre. Mais elle essayait d’ignorer cette sensation, et de se concentrer sur le plus important. La conversation qu’elle était en train d’entretenir avec l’homme qui deviendrait bientôt son époux. « Oh… Oui, il y a un garage au sous-sol. L’entrée est sur la droite de l’Institut, je te montrerais, une fois qu’on aura déposé tes affaires. » Amara était assez surprise de découvrir que le jeune homme s’adonnait à la moto. La plupart des Shadowhunters trouvaient que c’était un truc de Terrestre, ce qui, en soit, n’était pas totalement faux. Mais la jeune femme trouvait cette part de sa… Personnalité, on va dire, intéressante. Surtout qu’elle n’était elle-même jamais monté sur une moto, ni même dans une voiture. Elle utilisait, tout le temps, les portails pour se déplacer. Ou ses jambes. Certainement parce qu’elle avait très souvent vu des accidents de voiture en se baladant dans les rues de new York, alors du coup, elle n’avait pas vraiment confiance en ces machines.

Le chemin n’avait pas été bien long jusqu’au chambre, et la jolie brune n’avait pas eu à chercher très longtemps celle de son fiancé. Sa mère s’était bien sûr arrangée pour qu’elle ne se trouve pas très loin de la sienne, chose qui donnait envie à la Nephilim de lever les yeux au ciel. Mais bon, au moins, elle faisait des efforts pour l’aider à accomplir l’une des dernières volontés de son père. Après avoir tournée la poignée de la pièce, Amara avait ouvert la porte avant de se décaler légèrement, sans entrer dans la chambre. Entrer dans l’intimité des gens et s’y imposer, ce n’était vraiment pas son truc. Surtout qu’il venait d’arriver, alors… « La salle de bain est sur la gauche, tu as quelques vêtements dans l’armoire, et une étagère, pour poser tes armes. » Le minimum de toutes les chambres de cet Institut, en fait. Même si Amara avait beaucoup plus qu’une seule étagère pour ses armes, mais en même temps, depuis le temps qu’elle vivait ici, elle ne comptait même plus le nombre de fois où elle avait tout changer dans sa chambre. « Tu veux peut-être que je te laisse un peu tranquille pour t’installer ? » Surtout que le voyage avait dû être un peu long pour lui, s’il en avait fait une partie en moto. Quoique. En fait, elle n’en savait trop rien. L’évaluation des grandes distances, ce n’était pas tellement son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Jeu 7 Déc - 10:56
It's time for us to know each otherNotre monde est loin d'être paisible et les terrestres, qui n'ont aucune idée de ce qui se trame en douce, osent encore se plaindre. Mais s'ils savaient, je me demande comment ils réagiraient en prenant conscience que le monde est régit par des forces plus fortes qu'eux. Mal voir plus encore, ça j'en suis pratiquement certain. Il suffit de voir ceux qui se retrouvent transformés par l'idiotie ou le manque de contrôle de certaines créatures. Pour nous tout ça est si naturel que je n'imagine pas ma vie autrement que comme elle est actuellement. Quand bien même il y a des choses qui doivent ne jamais être dites. En général, je ne conteste jamais l'autorité de l'Enclave mais je dois bien avouer qu'avec le retour de Valentin...certaines choses me laissent sceptique. Comment ont-ils pu croire que cet homme était réellement mort et le Cercle enterré ? Même sans penser à son retour, ce n'est pas pour rien que personne n'avait le droit de parler de ce sujet là. Sait-on jamais que d'autres des nôtres auraient eu les mêmes idées que lui, ce n'est pas arrivé mais ça aurait pu. Une erreur de l'Enclave que l'on paye maintenant, rendant tout incertain.

Ce qui explique aussi que j'ai voulu me faire un petit plaisir avant que les choses sérieuses ne commencent réellement pour moi. Je peux voir que Amara semble surprise par ma demande et mon explication. "Parfait, merci." Je sais que ce n'est pas quelque chose de commun parmi les Shadowhunters mais personnellement j'aime bien. C'est mon parabatai qui m'a initié à ceci pour tout dire. Je pars aussi du principe que même terrestre, ce moyen de locomotion a ses avantages. On ne peut pas toujours avoir un sorcier sous la main pour vous ouvrir un portail. Marcher ou courir, selon la distance peut vous fatiguer inutilement malgré nos natures plus que résistantes et endurantes. Je préfère jeter toutes mes forces dans une bataille plutôt que de les attaquer en chemin. Enfin je sais que ce n'est pas une manière de penser habituelle mais je n'y peux pas grand chose, sans compter que ça n'a jamais dérangé personne chez moi.

- Tu peux rester, ça ne me dérange pas.

Une fois qu'on est arrivé à la chambre et qu'elle m'explique brièvement les choses. Simple et efficace. Au moins les choses ici sont comme à Rio, je ne serais pas trop dépaysé. Lui répondant cela parce que c'est vrai qu'Amara ne me dérange pas et puis je n'ai rien à lui cacher n'est-ce pas ? Pour que notre couple à venir fonctionne, ne pas avoir de secret ou l'air d'en faire est vital de mon point de vue.

- Je pourrais te donner le présent de mon père comme ça.

Un cadeau qu'il a tenu à lui offrir en signe de bienvenue dans la famille et dont je ne sais rien, n'ayant pas eu la curiosité de savoir ce dont il s'agit. Je sais juste qu'il tient dans un coffret en bois frappé au blason familial et qu'il est dans mon sac de ce fait.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ Ven 8 Déc - 15:55
It’s time for us to know each other
Everyone
Le plaisir ne faisait pas partie de la vie d’Amara, du moins, pas depuis la mort de son père. Quand elle était petite, peut-être, mais c’est une période qui remonte à tellement loin qu’elle n’en a plus aucun souvenir. Mis à part des bribes, vraiment minimes, des souvenirs de son père, dont elle n’est même pas certaine de la véracité. Souvent, elle se dit que c’est certainement son esprit qui a inventé tout ça, pour garder une trace de lui. Après tout, sa mère n’en parle jamais, comme s’il n’avait jamais existé. Elle avait tourné la page, c’était clair, mais ce n’était pas le cas de l’informaticienne. Elle ne pouvait pas tourner la page sur quelque chose qu’elle n’avait pas vraiment connue, après tout. Et puis, son père restait un héros dans son esprit, un héros qui avait sacrifier sa vie pour essayer d’arrêter un monstre, et dont la mort avait entrainé un bon nombre de conséquences. Conséquences carrément désastreuses, aux yeux d’Amara, et pas seulement parce que sa famille avait laissé tomber la tête de l’Institut entre les mains des Lightwood. Mais aussi parce que sa mère s’était remariée à un débile en puissance qui ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Ça n’aidait pas vraiment à avoir une vie sereine, ce genre de choses, il faut le dire. Et quelques fois, la brune avait l’impression que son père avait prévu le coup, avec ce mariage arrangé, comme pour donner une échappatoire à sa fille, si tout partait vraiment trop en vrille. Sauf qu’il était clair que pour l’instant, elle ne pourrait pas quitter New York, du moins, pas tant que Valentin ne serait pas arrêté une bonne fois pour toutes.

Bien heureusement, il leur arrivait d’avoir des instants de répits comme celui-ci, même si la Chasseuse d’Ombres avait l’impression qu’ils se faisaient de plus en plus rare. Elle ne pensait pas se sentir soulager de voir un nouvel arrivant débarquer, encore moins en se disant qu’elle allait bientôt épouser ce nouvel arrivant. Et au final, c’était certainement une bonne chose, qu’elle se sente bien en sa présence, étant donné qu’elle allait quand même passer le reste de sa vie avec cet homme. Même s’il n’y avait aucun amour pour l’instant, et qu’il n’y en aurait peut-être jamais, s’ils étaient tous les deux sur la même longueur d’onde et qu’ils s’entendaient bien professionnellement parlant, c’était le top. Amara n’espérait pas avoir mieux de toute façon, la plupart des mariages chez eux étaient uniquement professionnels. Ils étaient nés avec cette idée en tête, et ils avaient tous été élevés dans cette optique, de toute façon. Mais la brune pensait tout de même que son fiancé voudrait avoir un moment d’intimité. Nouvelle surprise de sa part quand il lui proposa de rester. Décidément, elle allait finir choquée à vie, s’il continuait comme ça. Elle se rendait compte, au fur et à mesure de leur conversation, qu’il était bien différent de tous les Nephilims qu’elle avait rencontrée jusque-là. Mais elle ne savait pas encore si c’était une bonne chose ou non.

En tout cas, la seule chose qui ne l’étonna pas vraiment était de savoir que son père l’avait laissé partir avec un présent pour elle. C’était limite coutumier chez eux, d’accueillir quelqu’un dans une famille avec un cadeau. Un peu leur façon de souhaiter la bienvenue, en somme. Amara entra donc dans la pièce à sa suite, en refermant la porte derrière elle. Pas la peine que tout le monde assiste à absolument tout ce qu’il se passait entre eux, après tout. Et puis, la brune aimait bien avoir un minimum d’intimité pour certaines choses. Et elle trouvait que recevoir ce présent nécessitait un minimum de calme. « Comment va-t-il ? » Et oui, elle était bien sûr au courant de l’état de santé du père de Marcos, et elle se doutait bien que ça ne risquait pas d’aller en s’arrangeant. De toute façon, les Shadowhunters ne vivaient jamais très longtemps, son père était déjà une exception en soit, quand on regardait bien. Et puis, la jeune femme pouvait, à peu près, comprendre ce qu’il ressentait, ou ce qu’il allait bientôt ressentir. Elle avait aussi perdue son père, et même si elle était jeune, à l’époque, la douleur était toujours là. C’était bien la seule chose qui pouvait provoquer un élan de compassion chez Amara.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: It's time for us to know each other ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
It's time for us to know each other
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» All Time Low
» 07. It's Coffee Time !
» In my Time. Dick Cheney.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: