[+18] What are you doing here ? ♦ Calixte - Page 2
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
[+18] What are you doing here ? ♦ Calixte
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Mer 20 Sep - 17:03

What are you doing here ?

Est-ce que Dimitry a prêté attention aux réactions ou non réactions de Calixte en l'apostrophant ainsi ? Oui il a vu mais ça ne change rien du tout à ce qu'il peut ressentir, autrement dit de l'énervement. Le loup devait passer ses nerfs sur quelqu'un pour ses propres réactions et forcément c'est son partenaire qui prend. On verra plus tard pour l'auto-flagellation. À vrai dire Dimitry ne saurait même pas comment définir le regard du Nephilim sur lui. Du j'en ai rien à foutre ? De la surprise avec une pointe de j'ai rien fait ? Ou alors du tu me blesses mais je ne montre rien ? À moins que ça ne soit un mélange de tout ça ? Mais est-ce qu'au final Dimitry s'en soucie vraiment ? Non...Oui. Merde.

Une fois dans la salle de bain et sous l'eau, le jeune loup laisse sortir une partie de sa frustration et de sa colère sur le mur en le frappant avec le poing. Se faisant mal tout seul dans le processus et s'en rendant à peine compte avec toutes les questions qui tourbillonnent sous son crane. Est-ce à cause de son juron qu'il peut très vite sentir la présence du Shadowhunter dans son dos ? Pour autant, Dimitry ne se retourne pas vers lui, gardant ses mains à plat sur la paroi de la douche, la tête basse entre les épaules à fixer ses pieds. Il sent Calixte entrer dans la douche et se glisser derrière lui, il se décale juste un peu en faisant un pas en avant. Non pas pour réellement lui laisser de la place mais pour éviter qu'ils finissent par foutre de l'eau partout. Le loup est maintenant appuyé sur ses avant-bras sans rien changer d'autre à sa position. Ce qui ne l'empêche pas de sursauter quand le Nephilim lui pose une main dans le dos. S'il n'était pas coincé dans la douche, il se défilerait sans doute à ce contact et irait voir plus loin s'il y est. Yep.

Mais là il ne peut pas alors le loup se tend mais ne dit pas un mot, étudiant simplement ce qu'il perçoit de Calixte derrière lui. Essayant d'écouter son souffle mais c'est presque comme s'il le retient, comme s'il cherchait à approcher une bête sauvage sans se faire bouffer. Et cela fait mal à Dimitry parce qu'il n'est pas une bête sauvage même s'il se considère lui même comme un monstre. Le loup serre les poings et grincent des dents mais le laisse faire, laissant échapper un hoquet de surprise quand Calixte choppe le gel douche et lui frotte le dos. Trop de douceur et de délicatesse.

- Je ne suis pas une bête sauvage que tu dois apprivoiser, Calixte. Il essaye de rendre sa voix aussi furieuse que possible mais même lui sait qu'il échoue lamentablement. "Ne répond pas." Dimitry n'a aucune envie de savoir ce que le Nephilim peut penser sur ce qu'il est mais aussi comment il le perçoit maintenant. Du style "c'est bon j'ai baisé la bête sauvage, je peux cocher cette case sur ma to do list". "Pourquoi.." Moins d'une seconde passe et "Comment tu peux...." Oui il sait quand même comment il aurait pu finir ses questions qui n'en sont pas là, de manière contradictoire. "Qu'est-ce que tu attend de moi Calixte ?...Tu sais que si tu voulais juste prendre une douche, je ne t'en aurais pas empêché, hein ?...Trop doux et délicat...Je sais, tu veux juste tes foutus papiers...Pas la peine de venir me rejoindre pour ça...Normalement c'est moi qui prend mes partenaires pas l'inverse...Tu n'as rien fait de mal si c'est ce que tu veux entendre, c'est moi qui t'ai demandé...Non je n'ai pas honte, j'assume et j'aime ça mais je n'aime pas ça en même temps...Rahhhh putain !" Un "joyeux" babillage totalement incohérent découlant de ses pensées tout aussi chaotiques à l'instant présent. Sans que Calixte ne puisse placer un seul mot au milieu de tout ça. Dimitry s'est presque plus parlé à lui même que pour le Nephilim, oui malgré les questions s'adressant directement à son amant. Ne percutant même pas qu'il s'est mis à trembler en parlant et terminant son soliloque en redressant un peu la tête pour venir frapper le mur en face de lui avec son front.

Code par Heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Sam 23 Sep - 17:17


What are you doing here ?
Calixte & Dimitry


Aurais je dû ? Sérieusement ? Je ne le connaissais même pas. Ce n’était pas lui qui m’avait donner le peu d’information sur sa personne. Un parfait inconnu. Un parfait. Inconnu. Les informations, elle était dans le dossier constitué de Herschel sur son protégé… Le vieux loup avait toujours des informations sur n’importe qui. C’est bien pour ça qu’il était aussi bon informateur et désigné comme messager de l’Enclave. Il gardait un oeil sur les couvertures de chacun… Y compris mon paternel. Il avait fait plus avancer l’enquête sur Valentin que n’importe qui, même si Clary allait bientôt le dépasser se côté si. Ma tête était confuse, si perdus que je ne savais que faire de ce revirement de situation. Étais-je réellement en train de perdre la tête ? Et puis… Mes pulsions avaient-elles tant blesser mon partenaire éphémère ? J’avais du mal à y croire. Son visage, son corps. Ses réactions. L’expression de plaisir, brutale, profond, qui le parcourait était une bonne preuve de sa délectation… Je ne savais que penser de cette réaction si… De tout ça. Ou étais la sortie, ou étais cette putain de solution… J’étais comme un gamin, déconcerté, abasourdi, troublé. J’étais comme un enfant qu’on gronder. Oui. J’avais fais une connerie. Pourtant je restais là, à attendre qu’il me punisse pour mon mauvaise comportement. Je voulais que le problème se résolve, que le dossier, l’histoire, l’affaire, se finisse, une bonne fois pour toute. Je voulais une solution.

Je soupirais, étendue encore sur le lit, nu, frissonnant sous le froid et l’absence de la chaleur du loup. Je me sentais tellement mal. J’étais comme face à une page blanche, un problème insolvable… Solution… Je pourrais presque me taper la tête contre un mur pour faire sortir cette putain de solution. J’étais mal d’avoir laisser mon corps exprimait ses volontés et fait tout ça… Pourtant je n’avais pas honte. J’étais satisfait. Prêt à recommencer même. Dépravé. Ma voix intérieur répété ce mot. Inlassablement. Au fond de moi, je savais que tout ça, c’était le destin. Cette putain de destinée qui voulait me faire payer. Peut être… Peut être pas. Avais-je commis pareil erreurs avant ? Hmmm.. Est ce que je considérais tout ça comme une erreur en vrai ? Je ne crois pas. Réellement pas.

La tension. Elle était là. Ambiante. Elle parcourait mon corps. Certainement encore plus le sien. Je savais l’importance des gestes, des paroles mais je pouvais rester là sans rien faire. Je rentrais dans la salle d’eau, entrée pour le rejoindre, et mon corps accueilli un sombre frisson, parcourant de ma nuque jusqu’à mes orteils, tel un serpent s’enroulant autour de moi. Il se décala pour éviter la flotte de gicler partout. Logique. Pourtant je le ressentais différemment. Il ne voulait pas de moi ici. La tension, c’est elle qui me le disait, je ne faisais qu’interpréter. Je la sentais, tout autour de lui, tout autour de moi. On pouvais la sentir, même à travers l’humidité. Même à travers toutes les odeurs du mondes. Même à travers la sienne. Je n’avais qu’une envie. Le réconforter. Lui dire que tout irait… Je me faisais violence, à moi, mon esprit, violence à mon corps. Je doutais toujours autant que Dimitry souhaitait ma présence ici, encore moins mon corps contre lui. Ce qui c’était passer avant, c’était suffisant. Non ? Chacune de ses réactions, je pensais réellement que c’était des frissons que je ressentais. J’ai bien vite compris que c’était plus la sensation d’un couteau qui vous rentre dans l’estomac, le coeur ou tout autre endroit susceptible de recevoir une lame. Pourquoi avais je si mal de ses réactions. Attendais-je quelques choses ? Quelques chose en retour ?

Ma respiration, lente, toujours plus lente, douce, calmante. Oui. Mes battements de coeur, ma respiration presque inaudible, me calmer. Je le devais. Pour moi. Pour lui. Pourtant je finissais par lâcher du lest. Ma main se posa sur lui, sa surprise fut encore un couteau, son hoquet de surprise au savon coulant sur son dos, un autre coup. Je l’étaler de mes deux mains. Je l’entend. Oui. Finalement, je l’entend. Sa voix brise le silence et la mélodie monotone de l’eau coulant sur nous. Et j’écoutais, attentivement, peut être trop. Bête sauvage ? Qui te dit que je te considère ainsi ? Je n’ai pas besoin de t’apprivoiser vu que tu n’en ai pas une… Je voulais lui répondre ça. Ma bouche s’ouvrit, un instant et se referma. Bordel. Je ne cours pas les jupons… Encore moins pour les laisser ainsi. Je faisais rarement le premier pas dans ses cas là. Non. Je le ne faisais jamais. J’aimais être guider… Sa voix vint bout par bout, puis s'ensuivit une tirade, un monologue. Mon cerveau fut réveiller un peu plus, encore plus que lorsque l’eau brûlante m’avait touché, plus que cette sensation de couteau me poignardant. Je retire ma main un instant, le temps d’écouter, le temps de réagir, le temps de comprendre. J’ai l’impression d’être mauvais. Oui. Je suis le mauvais élève qu’on engueule. Cette sensation est nouvelle. Je n’ai jamais été mauvais à ce point si. Bordel…

Son soliloque me coupe la respiration. Je ferme les yeux, ramène mes bras contre moi, et je recule pour caler mon dos contre cette parois, froide, en verre. Mes mains viennent rejoindre la surface plane et je baisse la tête. C’est vrai… Qu’est ce que j’attendais de lui. C’est vrai. Qu’est ce que j’attendais de ce loup, jeune, fébrile, ayant besoin d’aide et d’attention. Je ne sais pas ? Qu’il me laisse être là, pour lui… Non. Il ne me connais pas. Je suis un inconnu. Comme lui pour moi. Je voulais être là jusqu’à ce qu’il se lasse de moi. Et puis je me fichais pas mal des documents. Je ne savais même pas si Herschel avait garder une trace de mon père, si un de ses docs en parlait. Ce que je voulais entendre ? Etait il con à ce point là ? Que ce n’était pas ma faute ? Que c’était lui le dominant ? Mais qu’est ce que j’en avais à foutre réellement ? J’entendais la fin de sa voix résonnait dans ma tête. Ma tête, confuse qui cherchait quoi lui répondre, qui cherchait quoi faire. Tout était confus. Bordel. Et puis au fond de moi, cette même voix, plutôt, qui me traitait de dépravé, me dis tout bas. Je veux être avec lui. Jour. Nuit. Tout le temps.... Ma propre pensée me fis ouvrir les yeux. Ma respiration repris un rythme normal.

Je n’en peu plus. Esprit 1 Corps 1. Qui gagnera la bataille maintenant ? Mon corps se décolle et mes mains viennent se poser sur ses hanches. Je me rapproche, laissant l’eau réchauffer mon dos à nouveau, brûlant ma peau. Mes mains glissent vers son ventre, avec délicatesse. Ma tête vient se poser sur son épaule. A présent il peut l’entendre ma respiration tout à fait normal. Il peut entendre aussi ma voix… « Altruiste… » j’avale ma salive. Il peut très bien m’éjecter et me frapper… « Je suis quelqu’un d’altruiste… » Les secondes passent. « Qui à dit que tu étais une bête sauvage ? Qui à dit que je voulais t’apprivoiser. Tu es un loup, certes, mais jamais tu ne sera une bête sauvage… Je n’attend rien de toi en particulier, pas même ces fichus papiers… Je n’attend rien que tu ne veuille. Je ne m’impose pas, et je n’impose pas mes volontés. » Ma respiration est normale et pourtant mon coeur lui s’emballe. « Dis le moi. Dis le moi de partir… Je partirais et je ne reviendrais pas. » Est ce que je tremblais ? Certainement. Je défis ma prise et sépara mon corps du sien.  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Dim 24 Sep - 3:18

What are you doing here ?

Dimitry a toujours eu une vie paisible et tranquille, une vie banale même s'il se destinait à un métier dangereux et peu ordinaire. Il savait ce qu'il voulait et ce qu'il ne voulait pas, tout a toujours été simple même du côté de sa vie privée. Non il ne dira pas du côté des amours, il n'a jamais été amoureux de quelqu'un pour ça faudrait sortir avec quelqu'un et il n'avait pas le temps pour ça, les coups d'un soir lui allaient parfaitement. Et depuis sa morsure ce côté là de lui s'en trouve renforcé, sans oublier qu'il l'a déjà dit mais que la douceur, la délicatesse et lui et bien ça fait quinze. Non pas deux mais bien quinze. Ses partenaires ne lui en donnaientt jamais non plus et même s'ils l'avaient voulus, Dimitry ne les aurait pas laissé faire. Hors là avec Calixte plus rien ne va, le Nephilim est trop doux avec lui, trop délicat même encore maintenant alors qu'il le rejoint dans la douche. Le loup ne veut pas qu'on soit attentionné envers lui, il n'aime pas ça et ne saurait pas le rendre de toute manière. Il sait prendre ce qu'il veut et donner le strict nécessaire mais certainement pas ce genre d'attention. Il refuse d'aimer la tendresse, il n'en mérite pas de toute manière, et pourtant il apprécie et aime chaque petit mouvement que le Shadowhunter peut avoir.

Le jeune loup est en colère certes mais hormis cette électricité ambiante, il ne monte pas dans les tours. Pourquoi lui hurle son cerveau ? Ajoutant qu'il aurait déjà dû gueuler à en faire sortir les veines de son cou et sur ses tempes. Hurler à Calixte de sortir de là et de le laisser tranquille, tout lui mettre sur le dos quand bien même il n'est responsable de rien du tout. Pourquoi ? Parce que je ne le peux pas répond le loup à cette petite voix dans sa tête, je ne le veux pas non plus, je n'en ai pas la force ! Douce frustration qui se joint à ce mêli-mélo, celle qui lui donne encore plus envie de se hurler dessus. Lui qui n'aime pas l'incertitude et la dualité se les prend de plein fouet. Ironie. Dimitry ne sait pas ce qu'il veut, ne sait pas ce qu'il ressent. Ou peut-être que justement il ne le sait que trop bien mais qu'il ne veut surtout pas le voir. Déni.

Peu violent de nature même la morsure n'arrive pas à le faire réellement exploser, certes il est en permanence en colère contre la terre entière et contre lui même, il semble avoir une sorte de barrière qui l'empêche d'aller trop loin. Il peut compter sur les doigts d'une seule main le nombre de fois où il a déraillé. Trois fois. La première il a manqué tuer quelqu'un, le vieux loup est arrivé à temps. Les deux autres fois c'est son nouveau mentor qui l'a fait exploser en voulant le sortir du déni dans lequel il s'était enfermé, en voulant le pousser trop loin pour accepter les faits. Dimitry n'aime pas qu'on lui force la main, il doit prendre ses propres décisions tout seul. Calixte heureusement ne le pousse pas trop loin alors Dimitry arrive à se contenir, à le laisser l'approcher et le toucher. Foutaise lui répond sa conscience, d'habitude tu ne te gêne pas pour envoyer violemment chier les gens en m'oubliant avec soin. Ta gueule conscience.

Le jeune loup évite soigneusement d'écouter les petites voix qui trottinent dans sa tête même celle l'avertissant qu'il est sur le point d'ouvrir la bouche et de dire quelque chose. Alors il parle tout aussi chaotiquement que ses pensées peuvent l'être, il essaye d'expliquer à Calixte que le problème ne vient pas de lui, que Dimitry est le seul responsable. Mais est-ce bien tout ? Non pas vraiment s'il voulait être honnête avec lui même, il ne l'est pas mais sait quand même qu'il cherche à être rassuré d'une manière ou d'une autre. Que Calixte n'a pas fait tout ça, juste pour avoir ses fichus papiers. Qu'au fin fond de lui, Dimitry veut le revoir. Sa conscience s'appliquant vertueusement à lui cacher ce fait. De toute manière il n'y a pas deux minutes, il s'en voulait parce qu'il n'avait pas dit au Shadowhunter que ça serait une seule fois, n'est-ce pas ?

Le front venant cogner la paroi de la douche, le jeune loup tremble de tous ses membres. Il est sous l'eau chaud et pourtant maintenant il a froid dans le dos, Calixte s'est reculé pendant qu'il parlait. Alors Dimitry ferme les yeux et avale tant bien que mal, la boule venue se former dans sa gorge. Il avait raison, le Nephilim ne le voit que comme une bête sauvage dont il a eu ce qu'il voulait. Il niera jusqu'à la fin de sa vie qu'une larme traîtresse est venue rouler sur sa joue à cette constatation. Il y a de toute manière trop d'eau qui ruisselle sur lui pour être bien certain de cela ! Ironie le retour. What. Wait a minute. Pourquoi alors d'un coup le loup sent les mains de Calixte se poser sur ses hanches. Pourquoi il sent la chaleur du torse de l'homme contre son dos. Pourquoi il sent les mains du Nephilim sur son ventre et une tête sur son épaule. Et surtout pourquoi il y a ce putain de délicieux frisson qui l'envahit, le faisant se sentir bien. Pourquoi quand Calixte se met à parler cela devient carrément une décharge électrique qui le parcoure, laissant son coeur s'emballer.

Dimitry en a pourtant un bref rire nerveux quand le Shadowhunter reprend ses mots de bête sauvage. Il ouvre la bouche pour répondre avant de la refermer, il pourrait tenter de le couper mais le laisse parler. Les mots tournent et dansent dans sa tête. Le faire partir il le veut et ne le veut pas. Le laisser revenir, il le désire et l’exècre en même temps. Oui. Non. Bordel. Et pourquoi il se recule ainsi ? Merde à la fin ! Le jeune loup pivote sur lui même pour faire face à Calixte, il ne se colle pas à lui mais laisse ses doigts se poser sur le torse couvert de runes. De nouveau il les dessine mais du bout des doigts cette fois avec aucune intention sexuelle derrière. C'est plus un tic nerveux qu'autre chose surtout qu'il regarde ce qu'il fait au lieu de lever les yeux vers Calixte.

- Oui je ne suis pas une bête sauvage, je suis pire que ça, je suis un monstre depuis deux ans. Mais en même temps si je ne l'étais pas, tu ne serais pas là aujourd'hui et on aurait pas couché ensemble. Je suis même sûr qu'il y a deux ans, tu ne m'aurais même pas remarqué mais ça c'est autre chose encore. Dimitry suspend le cheminement de ses doigts et fronce les sourcils pendant quelques secondes avant de reprendre. "Ne pars pas, pas tout de suite en tout cas, je te l'ai dit tu n'es responsable de rien, ma colère n'est pas contre toi Calixte. Je n'aime pas dire ça mais j'ai du mal à la contrôler encore." Le loup vient de dire tout ceci d'une voix la plus neutre possible. Parce que oui il serait tout à fait capable de lui dire de rester tout en ayant de la colère dans la voix. Finissant par arrêter de "jouer" des doigts sur les runes de Calixte, il n'ôte pas ses mains pour autant mais il redresse la tête pour le regarder. Un peu par en dessous, un peu la tête légèrement penchée sur le côté. "Tu aimerais revenir, c'est ça ?"

Dimitry serait sous sa forme de loup, il aurait les oreilles bien droites sur sa tête en plus de la tête penchée. Entrain d'observer le Shadowhunter comme si celui avait une réponse très importante à lui fournir. Et en même temps une réponse qui le laisserait totalement et indubitablement perplexe. Non parce que même s'il a eu quelques plans culs, ses partenaires ne lui ont jamais dit les choses de la manière dont Calixte vient de le faire. Est-ce que Dimitry n'a pas rêvé en pensant que le Nephilim voudrait vraiment revenir ? Rêvé dans le sens qu'il ne sait pas quoi en penser bien entendu et pas du tout dans le sens que cette perspective lui fait bien plus plaisir qu'il ne veut bien l'admettre. Oui Calixte est-ce que c'était vraiment sous-entendu que tu veux revenir me voir ? Oui il aurait pu le lui demander ainsi mais non certainement pas, il a sa fierté le loup de toute manière !

Code par Heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Dim 24 Sep - 14:54


What are you doing here ?
Calixte & Dimitry


Quand on est née à Idris, que l'on devient une pupilles de l’Enclave, la pression sur nos épaules est bien plus importante que celle de n'importe quelle parents sur sa progéniture. L'entraînement, la discipline, les ordres… C'était le rythme militaire que l’Enclave nous imposait. Nous n'avions pas de jours de repos, ou de moment à nous. Comme si notre hiérarchie nous reprocher d'être né sans avoir un parent pour nous enseigner… Les parents, une chose importante, la famille tout autant. Venait un moment où les parents voyaient leur progéniture partir, et rencontrer le monde, et ceux qui le peuple. Les débuts amoureux, les amitiés, entre engueulades et meilleures histoires de leurs vies. Nous, nous devions rester un peu plus sur Idris. Nous n'avions qu'à nous même pour nous raconter nos rencontres… J’avais pris en considération cette nature de solitaire, gardant tout pour moi. J'écrivais parfois quand c'était trop lourd…

Les amours. Mes premiers amours. Rita. La mal aimée de l’Enclave et pourtant celles que j'aurais bien aimer épouser. Les nephilims pensent différemment des terrestres. Le plaisir de vivre c'est le plaisir de vaincre. Quand Rita est partie rejoindre le monde obscures, j'aurais peut être dur en faire autant… Je n'ai jamais vraiment eu de relation sérieuse mais toutes les personnes qui m’ont connus en privé étaient tous unanimes sur ma personne. J'étais doux, tendres et je pensais aux autres avant ma personne… Étais je modeste en ne les croyants pas ? Et puis construire une relation à ces époques étaient compliqué. Je n'avais pas la même emprise sur le conseil ni sur l'inquisitrice. Je ne pouvais pas faire ce que je faisais maintenant.

Le calme. Une notion que j'ai appris à contrôler lors de mon séjour à Tokyo et dans le pays du soleil levant. Leur conception en est totalement différente. Je restais un jeune homme impulsif, sous le coup de nombreuses colères après la découverte de la survie de mon père. J'en avais pris des coups sur les doigts afin de me remettre sur le droit chemin. Beaucoup de chasseur devenait violent, rare étaient ceux qui l'étaient déjà depuis l'enfance. Je ne me considérais pas comme quelqu'un de violent. Non. Même en me faisant chier, je préférais ignorer.

Je me suis demandé plusieurs fois si un jour je trouverais quelqu'un pour retrouver des sentiments, amoureux. La vie de chasseurs n'est pas de tout repos, encore moins en ce moment. Aurais je un jour le temps de me poser, de rencontrer quelqu'un, fonder une famille ? Est ce que je voulais réellement avoir des enfants en vrai. Aimer quelqu'un était suffisamment important. Pas besoin de rajouter une progéniture. Est ce que ce loup était en train de réveiller au fond de moi ce que j'avais taris depuis des lustres, soit presque vingt ans depuis le départ de Rita ? Etais ce au moins possible? Tout cela semblait surréaliste. Il m'intéresser, ni plus ni moins. Je ne prenais même pas en compte sa nature de loup garou. D'ailleurs, je m'en foutais un peu. Quelques choses chez lui me rendait curieux. Son sens analytiques, sa façon de penser, d'observer. Un vrai enquêteur sur pâtes. Je crois que dans le dossier, Herschel avait déjà eu la même description. Garçon très intelligent, observateur et attentif. Il aurait fait une excellente recrue parmi nous. Peut être que si je l’aidais avec sa nouvelle double nature, peut être que je pourrais lui demander de regarder l'enquête ? Une deuxième paire d’yeux valait plus qu'une seule. Un cerveau aussi.

Il riait ? Sérieusement ? Qu’est ce que j’avais dit de drôle ? Je sentais son corps réagir au mien. Rapprocher, j’entendais son coeur, les pulsions frénétique, violentes dans sa poitrine. Est ce que j’avais dépassé les bornes ? Est ce qu’il se foutait de moi ? Je n’en avais pas l’impression. J’étais persuadé que Dim n’était pas de ce genre, à être moqueur. Peut être que si mais je m’en persuadé de l’inverse. Ses doigts, traçant, mes runes, et ce, pas forcement dans le bon ordres, fit partir de nouveaux frissons alors que l’eau chaude me brûlait toujours autant. Pourquoi ne lui avais je pas demander de baisser d’ailleurs… Pas le moment, pas le moment me répétais je. Les battements de son coeur affolait, ses doigts parcourant mon poitrail runé… Je rejette la tête en arrière, profitant de l’absence de son regard pour me mordre la lèvre. Il jouait à nouveau à un jeu dangereux. Je me fis violence. Ce moment était passé. Il reviendrait, peut être, peut être pas. Un jour. Ou jamais. Et pourtant, je voulais capturer ses lèvres. Je perça de mes canines, un peu trop longues, ma lèvre et fit couler un fin filet de sang. Ma langue tenta de récupérer le liquide carmin… Sans grand succès.

J’entend à nouveau sa voix quand la mienne vient se taire. Sa voix. Un doux mélange si intéressant, qui résonnait dans ma tête, encore et encore, comme une drogue douce. Le silence se remit en place, le temps d’un instant. Je grognais intérieurement. Les images, les souvenirs de ce qu’il c’était passer dans la pièce d'à côté revenait et je frissonnais nerveusement. Partager, encore, un moment. S’enlacer. Une de mes mains remonte et passe à travers ses cheveux mouillés. Je prend une grande inspiration et expire. Ma voix va encore troubler le silence installé. « Alors je suis tout autant une monstruosité… J’ai du sang d’ange dans les veines, j’utilise la langue des séraphins, grave en runes ce langage sur mon corps et mes affaires et tout ça pour justifier que je suis plus fort qu’un simple terrestre…  » Oui. Si la normalité c’était d’être terrestre « Il y a deux ans, je n’étais même pas sur le continent nord américain… » Je soupirais, à nouveau. « Ce n’est pas ta nouvelle nature qui m’a attiré. Ce n’est pas le fait que tu sois un loup garou qui m’a fait tomber dans tes bras… C’est toi. Juste toi. Le peu de personnalité que tu m’a montrer, ta curiosité…  » Quelques secondes passe et je ne peux m’empêcher de rajouter « Et puis ce n’est pas ta nouvelle double nature qui t’a donner un regain de libido aussi puissant. Amplifier, peut être, mais tu l’étais déjà bien avant… Pas vrai ?  »

Je souriai un instant, juste un instant, me baissais dans une fraction de seconde pour ramasser le gel douche et le savonner à nouveau. L’eau, faut l’économiser… Et ce n’était absolument pas ce que nous étions en train de faire. Je me retiens de relever son visage, faire traverser à nouveau dans ses yeux, un regard brûlant. Oui. Je me retiens. Je réfléchis à ce que je peux lui dire d’autre. Savoir qu’il ne veut pas que je parte toute suite, qu’il ne me jette pas me fait du bien. J’aimerais ne jamais partir, mais cela serait lâche pour mon père, et surtout très égoïste… Son regard se relève comme-ci il avait entendu mes pensées. Mon regard c’est calmé, ou du moins je pense. Et puis ma voix résonne à nouveau pendant qu’il me regarde, pendant qu’il stoppe de mouvoir ses doigts sur moi. « Il faut du temps. Le contrôle ne s’apprend pas dans un claquement de doigts… mais au moins tu le reconnais. Beaucoup de personne sont dans le déni… »  Oui. Même moi à mes débuts j’étais dans le déni de croire que j’étais vulnérable. Ma main, mouillé, revient se poser sur son visage, mon pouce vient caresser l’arête de sa pommette. Les minutes passent, lentement, avant que je réponde à sa question. « Ais je besoin de te dire oui ? Si je ne voulais pas rester, je ne serais pas venu te rejoindre et je serais partis…  » Ma main commence à se détacher de sa joue, caresse son cou, son épaule puis son torse avant de finir sur son flanc. Dimitry… Magnifique...     

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Mar 26 Sep - 10:21

What are you doing here ?

Ce qui n'était qu'un jeu inoffensif, un tic nerveux se transforme en bien plus à mesure que les doigts de Dimitry tracent les runes sur le corps du Nephilim. Son inconscient enregistrant le grain de peau, le moindre relief ou creux que son toucher met en évidence, il en vient à sentir les frissons que cela déclenche chez Calixte. Ouvrant un peu plus ses sens lupins, il perçoit assez nettement les battements de coeur du Shadowhunter dès qu'il passe sur son pectoral, coeur qui s'affole d'ailleurs. Son odorat capte chaque nuance composant le parfum naturel de son vis à vis, s'il devait donner des parfums équivalent réels il dirait du caramel au beurre salé pour le côté doux et une pointe de citronnelle pour le côté piquant. Un mélange étonnant et qui pourtant s'accorde à la perfection avec l'homme qu'il a devant lui. Son ouïe se focalise sur la respiration de son côté, il a un souffle assez calme mais entrecoupé quand un frisson le traverse. Le jeune loup sait ce que ça veut dire et le début d'envie que ça procure à Calixte mais ce n'est certainement pas le moment alors que consciemment il est préoccupé par ce qu'il se passe dans sa propre tête. Inconscient qui se demande également ce que ça fait de se tracer une rune ainsi, est-ce que ça fait mal ou non, mais aussi qui se demande à quoi chacune d'elle peut servir, si une fois tracées elles sont actives en permanence ou non. Il y a tellement de choses que le loup ne sait pas sur les Nephilims que ça pourrait l'en affoler et lui filer le tournis.

Les yeux rivés sur ce qu'il fait, Dimitry aurait pu totalement ignorer que le Shadowhunter se mord la lèvre au sang, c'était sans compter sur ses sens en alerte. Oh oui il la note cette fragrance métallique, légère, diluée par l'eau sur eux, le sang de Calixte mais pour le moment il l'ignore volontairement alors qu'il parle. C'est un peu plus ordonné que quelques instants avant, du moins en apparence. Ses yeux se ferment un bref instant à cette main dans ses cheveux, le loup aime ce geste. Calixte parle et Dimitry écoute vraiment, chaque intonation, chaque mot, cherchant comme à son habitude un sens caché qui pourrait lui échapper. Ange. Oui il l'est, le loup en aurait bien à dire là dessus mais ça ne ferait que le mettre en colère. Son coeur loupe un battement tout en accélérant au reste des paroles du Shadowhunter mais ce n'est pas du tout parce que ça le touche bien plus qu'il ne veut l'admettre. Finissant par esquisser un vague sourire à cette question qui n'en est pas vraiment une alors c'est dans un souffle qu'il y répond "T'as pas idée." Oui il aime ce qu'ils ont fait, même il y a deux ans il aurait aimé sans doute moins mais putain oui.

- Ne fait pas genre que tu sais ce que ça fait, les Shadowhunters sont connus pour se maîtriser à merveille.

Oui le vieux loup lui a expliqué cela, que les Nephilims ont une telle éducation qu'ils savent mettre tous leurs sentiments de côté et ne pas en tenir compte. Là encore le jeune loup ne s'énerve pas, sa voix semblant se détacher de son esprit. Bordel mais pourquoi il s'énerve pas et ne l'envoie pas chier. Son cerveau est en surchauffe à force d'essayer de tout analyser, conscient, inconscient, subconscient et tout ce qui avec se livrent une lutte sans merci. Ses neurones sont à deux doigts de faire la grève et d'aller voir ailleurs s'ils y sont. Son regard miel vissé dans le bleu de celui de Calixte, il attend sa réponse, ne bougeant pas d'un millimètre à cette main sur sa joue. Putain il n'a pas le droit d'aimer ce geste de tendresse, il ne le mérite pas et n'en veut pas, pourtant il ne veut pas le repousser non plus alors oui il reste sans y réagir. Le temps suspend son vol et ne le reprend que lorsqu'il entend enfin la réponse attendue. OK. Cette fois c'est sûr, ses neurones plantent un piquet de grève pour ne pas avoir à décider s'ils aiment un peu trop cette réponse ou s'ils doivent la haïr. Alors Dimitry enclenche son mode de fonctionnement automatique même si son conflit intérieur se lit sur son visage.

- D'accord mais que pour du sexe et oh je ne suis ni câlin, ni tendresse.

Sa voix est plus forte et déterminée, c'est à prendre ou à laisser parce que de toute manière il ne veut rien connaître d'autre. Toutes ces conneries c'est bon pour les gens qui s'aiment et lui ne risque pas de finir amoureux de quelqu'un. Comme quoi peut-être que son esprit ne fait pas grève, qu'il compartimente juste les faits pour ne garder que ceux habituels. Oui Dimitry se refuse catégoriquement à analyser cette dualité en lui. Malgré tout un frisson le parcoure à la main de Calixte dans son cou puis sur son torse et enfin son flanc. Un frisson qui le pousse à venir embrasser le Nephilim quelques instants avant de lui lécher doucement la lèvre même s'il n'y a plus de sang dessus. Un moyen de montrer qu'il sait. Se détachant du Shadowhunter, Dimitry lui sourit légèrement et en coin avant d'ajouter.

- Oublie pas d'éteindre l'eau quand tu auras fini ta douche.

Une de ses mains s'attarde quelques secondes sur une des runes de Calixte puis le loup sort de la douche. Attrapant une des serviettes disposée dans la salle de bain pour la nouer autour de ses hanches. Finissant par sortir de la salle de bain, Dimitry perd son sourire sûr de lui, il a besoin d'un café et d'une clope de toute urgence.

Code par Heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Mer 27 Sep - 17:11


What are you doing here ?
Calixte & Dimitry


S’il savait.
Je suis le perturber. De nous deux, je le suis depuis bien plus longtemps. Tellement longtemps. Pourtant ce n’est pas un concours de celui qui a la plus longue. Non. Je ne suis pas très fan de ce genre de chose. De ce genre de concours. Tout ça pour montrer qui est viril et qui ne l’est pas. Quelques part, je ne saurais dire si je gagnerais, cela fait tellement longtemps que ma propre communauté m'a mis dans un sac à part et que même l’Enclave préfère coopérer avec moi que de venir me chercher des embrouilles. Quelques part, c’était à cause d’eux et uniquement eux. L’Enclave avait toujours quelques choses à se reprocher. Un jour, ils verront, ils la verront, tomber, brûler. Un jour ils pleureront leurs pertes à cause de leur mentalité débile. L’Enclave était responsable de ma réussite et de mon traumatisme à vie.

On est loin, très loin. Aujourd’hui, oui, le petit Calixte est devenu grand. Nous sommes si loin du petit enfant faible. Ultra émotif. Ne contrôlant rien, pas même ses propres pensées. On est loin de l’homme qui se retient de tout faire. Oui. A présent il est loin cet homme, peureux. Si tu savais mon petit loup ce qu’il y a dans ma tête. Si tu savais que je ne suis plus proche d’un démon qu’un ange, tu aurais peur. Si tu savais. Je ne suis pas comme les autres. Je le dis et ils confirment. Je ne suis pas de ceux qui mettent de côté ses émotions, j’ai appris à vivre avec, j’ai appris à les contrôler pour en sortir un potentiel et une force que personne ne possède s’il ignore la panoplie d’émotions qu’il a en lui. Les émotions. Les sentiments. Si nous somme bien les enfants d’une force supérieur, il ne nous a pas donner des émotions pour rien. Elles servent à quelques choses et pas à nous rendres faible. Pas vrai Valentin ? Et puis même dans les vieux textes, les anges nous demandent de solliciter celles-ci. Pourquoi irions nous à l’encontre de leur volonté ?

J’étais le bon exemple à ne pas suivre. L’exception que personne ne veut dans son équipe. Enfin, surtout au début de ma vie de Chasseur. Maintenant que je faisais bande à part pour l’enquête, mes prises de positions étaient respectés. Peut être était ce mon emprise sur l’Inquisitrice qui jouait dans tout ça. Maintenant, mon travail était reconnus et j’avais bien moins de difficulté à faire ma place. Je me sentais nullement à ma place dans ce monde d’arrogant. En général c’était le cas, surtout ceux qui vivaient en Idris. Peut étais comme les Lightwood, respectueux des créatures obscures. Ils étaient rare même. Mais même en eux, je ne me reconnaissais pas. Un cas à part, coincés entre tellement de catégories.

Je pensais à lui. Lui ce loup qui n’avait rien demandé. Ce jeune homme, envoyé, à trois mille pour cents dans notre univers. Sans volonté d’y entrer. J’aimerais réellement savoir qui est le con qui à décider de son avenir, de son futur. En vrai, au fond de moi, j’étais mal, en colère et triste pour lui. Moi, c’était ma normalité d’être Néphilims, descendant des anges. Lui, il était un simple terrestre qui n’avait demander rien qu’une vie normale. La face cachée du monde, il ne valait mieux pas y entrer. Cela pouvait devenir dangereux sans aide. Je n’avais pas de pitié car au fond de moi, coincé entre la colère et la tristesse de ce qui lui étais arrivé, j’avais le sentiment qu’il avait les pieds sur terres, qu’il réussirait, à un moment donnés à surpasser l’état dans lequel il était et accepté cette double nature.

Ce monde n’était pas doux. Ce monde n’était pas gentil. Il n’y avait pas de paix. Offrir. Maudir. Semblable et si opposé. Il n’y avait pas de logique à transformer un terrestre qui ne le voulait pas. Les accords le stipulé noir sur blanc. J’étais un peu énerver… Mes émotions étaient dans une pagaille folle. Bordel… Je me disais qu’il avait tellement eu de la chance, de tomber sur Herschel après ce traumatisme. Oui. Il avait eu de la chance d’avoir quelqu’un qui puisse l’aider un temps soit peu… Je me souviens, dans les rapports de mon père, Herschel était décrit comme un père, un homme honnête, franc et pourtant possédant un passé sombre lié à Idris. J’aurais bien aimé rencontrer le vieux loup pour confirmer les propos de mon paternel.

Sa voix. Je l’entendis à nouveau. Quelques mots. Je souris faiblement. Je pense que je sais, mais peut être pas tant que ça en vérité. La suite de ses paroles me glace le sang… Les créatures obscures pensent tellement que nous ne connaissons pas leur ressentis, du moins quelques Chasseurs, mais eux aussi se trompent sur notre compte. Je ne répond pas, ne réplique pas. Je ne veux pas réagir… Après tout Dimitry ne sais pas ce que j’ai enduré pour me dire cela ainsi. J’aurais aimer répliquer que ce n’est pas si facile. Peut être que je ne sais plus ce que c’est mais il y a bien eu un moment ou j’ai du apprendre… J’étais déçu qu’il pense que nous étions tous pareils… Une réponse, puis la sienne. Sexe. Oui. Peut être que mes sentiments pour lui n’était qu’un leurre. J’avais le droit de m’amuser, de prendre du bon temps. Même mon père me le dirait. J’en suis à peu près sûre. « Sexe… Ok. » Étais je déçue de ne pouvoir être affectif avec lui ? J’appréciais être doux et tendre avec mes partenaires pour contraster avec la violence que je mettais durant l’acte. Bien. Soit. Plus de tendresse alors. Je ne savais même pas si j’y arriverais. Et puis… Ses lèvres, contre les miennes me fait frissonner de plus belle. Je savoure ce geste me retenant de prolonger. Sa langue me surprend mais m’arrache un putain de gémissement, faible mais pourtant bien présent. Je le regarde parcourir encore un peu mes runes avant de le voir sortir. Je ne lui répond que par un sourire. Cela va de soit louveteau. Je le suis du regard, le regarde nouer le bout de tissus autour de lui et sortir…  

Je soupire et rejette la tête en arrière, tout en venant me caler à nouveau contre la parois de verre. Je viens me mordiller la lèvre sans aller jusqu’au sang à présent. L’eau coule et je sens petit à petit une différence de température. Je rattrape le gel douche, me douche entièrement, cheveux compris et me rince. Je coupe l’eau et reste un moment dans la douche, profitant de la chaleur humide et m'assois au sol, genoux relevé. Bordel. Qu’est ce qui venait de se passer ? Je ferma les yeux un instant, passant ma langue sur mes lèvres et me remémorer les actes récents entre nous deux. Je soupire et rouvre les yeux. A mon tour de sortir et de me sécher. La serviette elle aussi vient se mettre autour de mes hanches. Je sors de la salle d’eau et passe dans la chambre récupérer mon caleçon, mes chaussette et mon pantalon pour me rhabiller. Je mets aussi mes chaussures en cuir, sèche un peu mes cheveux avec la serviette et repars l’étendre dans la salle de bains. Sans tee-shirt, mes runes sont les seules à m’habiller. Je cherche des yeux le jeune loup et sans l’odeur du café et de la clope titillé mon nez. J’ai encore un peu trop chaud pour remettre mon tee-shirt et part juste récupérer mes clopes dans ma veste. L’une d’elle ne tarde pas à rejoindre mes lèvres et être allumé avec le briquet à essence sortis tout droit de la poche arrière de mon pantalon. Je m’avance vers lui, expirant la fumée du tabac par le nez. « Je peux te prendre une tasse de café ? » demandais-je simplement sans trop l'approcher non plus… A vrai dire, je ne sais pas si je dois rester ou finir de m’habiller et déguerpir. J’ai juste envie de capturer ses lèvres une dernière fois. Je ne savais pas quand est ce qu’on se reverrais de toute façon… Demain ou la semaine prochaine, ici ou ailleurs ?  
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Jeu 28 Sep - 16:06

What are you doing here ?

Malgré l'accord de Calixte pour n'avoir que du sexe, Dimitry perd son sourire en sortant de la salle de bain. Son rythme cardiaque est hors de contrôle et le loup se stoppe au milieu de sa chambre, à deux doigts de suffoquer, à deux doigts de craquer complètement. Il sent la partie loup courir sous sa peau, ramper dans ses veines, hurler qu'elle veut être libérée maintenant là tout de suite et régler le problème à sa manière. Dimitry se retrouve à plier le genou, luttant contre lui même de toute ses forces, tremblant de nouveau, il lui faut toute ses forces pour fermer les yeux et ravaler le tout. Il entend vaguement le bruit de l'eau dans la salle de bain, il cherche à couper ses sens qui sont attirés tous ensembles de ce côté là. Focus sur le Shadowhunter, il doit absolument éviter de le faire. Il se force à respirer, à se redresser, à chercher dans sa mémoire le seul endroit qui l'a toujours apaisé.

D'un coup il se retrouve sous le porche de la maison de ses grand-parents dans leur ranch. C'est une chaude journée de l'été texan, une faible brise tiède souffle et agite les feuilles de l'arbre centenaire planté là. Il entend le faible crissement des chaînes attachées à une de ses branches, qui remuent lentement l'énorme pneu relié au bout qui servait de balançoire quand il était encore plus jeune. Lui est assis sur la balancelle située sous le porche, il a un livre dans les mains et sourit à mesure que ses yeux font défiler les mots d'une histoire qu'il adore. Le Petit Prince mais surtout tout le passage avec le renard. Puis sa grand-mère qui approche de lui, il la sent avant même de la voir, une odeur de tarte aux pommes caramélisées flotte autour d'elle. Il pose le livre sur ses genoux et relève la tête vers elle pouvant observer son sourire bienveillant et chacune des rides parsemant son visage. Elle termine d'arriver à sa hauteur et passe une main dans ses cheveux, lui ferme les yeux à ce geste de tendresse qu'il aime par dessus tout. Il a beau avoir treize ans maintenant, son livre le remue et bien malgré lui une larme roule sur sa joue et il entend la voix de sa grand-mère "C'est rien mon chéri, tout va bien, tout ira toujours bien pour toi". Mais mamie je n'ai pas de problèmes a t-il envie de lui répondre, c'est juste mon histoire.

Tout ira bien grand-mère, je te le promets. Dimitry rouvre les yeux et revient au présent. Oui tout ira bien, il ira bien pour elle, pour son grand-père et ses parents même s'ils ne pourra plus jamais les voir, les protéger de ce qu'il est devenu il doit garder le contrôler et continuer à avancer. Même s'il est le seul à savoir ce qu'était sa vie avant, il n'en a jamais parlé pas même au vieux loup, ni même donné son nom complet pour éviter qu'on ne farfouille dans son passé. Le jeune loup souffle et se passe la main dans ses cheveux trempés, envoyant de l'eau sur le parquet. Qu'importe, il en a vu d'autre ce fichu parquet. Il inspire et expire profondément et passer des fringues est le cadet de ses soucis. Café. Clope. Respirer. Enfouir tout le reste dans un coin de sa tête. Pourtant il le sait qu'il repart en plein déni mais ce n'est vraiment pas maintenant qu'il fera quelque chose là dessus. Deux ans qu'il est mordu et à peine un an qu'il est sorti d'une première phase de déni, qu'il a enfin accepté ce qu'il est. Non il maîtrise que dalle encore, à peine s'il arrive à fermer et ouvrir ses sens lupin sans que ça dégénère alors cette petite voix qui essaye d'arguer que Calixte est spécial, elle peut aller se faire foutre et profondément, merci bien.

Malgré tout il titube presque en rejoignant le salon puis le coin cuisine, commençant par attraper son paquet de clopes sur la table basse ainsi que son briquet. Il en sort une, la coince entre ses lèvres et l'allume avant de lâcher paquet et briquet sur le comptoir de la semi cuisine à l'américaine. Ceci fait, le jeune loup se dirige vers la cafetière, la préparant avant de la mettre en route. Rapidement le café coule et délivre ses délicates effluves à travers la pièce. Dimitry reste à la fixer sans réellement la voir, tirant sur sa clope. À trop fermer ses sens, il en sursaute presque en entendant le cliquetis du briquet du Shadowhunter qui se retrouve maintenant dans son salon. Il se retourne et l'observe, penchant de nouveau la tête sur le côté. Dimitry apprécie grandement ce qu'il a sous les yeux, le corps musclé au torse couvert de runes, il est presque sûr de là où il est de voir une goutte d'eau s'échapper des cheveux de Calixte pour rouler dans son cou puis sur son torse. Cette fois c'est l'envie qu'il sent courir sous sa peau, l'envie de retrouver ce corps pour un second round. Sans doute que pour le Nephilim cela doit être la même, après tout Dimitry n'a prit le temps que d'enrouler une serviette autour de ses hanches et il les sent les gouttes d'eau sur son corps qui le rafraîchissent. Il revient à la réalité en entendant la voix du Shadowhunter.

- Oui, vient.

Oh sa voix n'est pas cassée ou hésitante, elle ne reflète rien de ce qu'il a eu en tête, c'est presque un miracle. C'est étonnant aussi qu'elle ne soit pas emplie de colère. Non, deux mots dit d'une voix calme et presque enjouée. Même s'il ne comprend pas pourquoi Calixte ne l'approche pas plus que ça. Déception. Une légère pointe bien vite avalée quand le jeune loup se décolle du comptoir contre lequel il s'était re-appuyé. Allant attraper deux mugs propres à l'envers sur l'évier, pour les remplir tous les deux du café tout juste terminé.

- Sucre ? Lait ? Bordel, il a pas trouvé plus banal à demander ? Même si c'est quand même normal que de demander à Calixte comment il boit son café. "Oh et tu as de quoi noter mon numéro de téléphone ?" Un peu mieux comme demande et directement liée au fait qu'ils vont se revoir. Glissant un sucre dans son propre mug pendant qu'il parle en attendant de savoir si le Shadowhunter veut quelque chose dans le sien. Parlant donc en s'affairant sans le regarder, évitant de laisser ses sens lupins aller fouiner un peu trop pour savoir plus qu'il ne pourra gérer pour le moment.

Code par Heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Jeu 28 Sep - 23:21


What are you doing here ?
Calixte & Dimitry


J’inspire. Et expire. Encore et encore. Le tabac, la nicotine et toute les merdes qu'ils peuvent y avoir dans ses clopes me donne une quantité de frissons et de sensations. J'aime fumée. Ça me détend. Pourtant je n'ai pas cette demande, cette addiction. Oui. J'en ai de la chance d'être indépendant du tabac mais j’aimais l’odeur, le geste, la sensation de plane à la première clope de la journée, celle que je ressentais en ce moment, celles qui me rappelais sans cesses…. Et merde. Ce n'est pas le moment de me remémorer ça. Pas maintenant. Pas ces souvenirs… Je secoue la tête, pour me remettre les idées en place. J'inspire. Et expire la fumée. Encore et encore.

L’odeur du café vient s'ajouter. Le duo exquis, parfait après nos actes précédent. J’aimais le café uniquement dans ce genre de situation. Va savoir, mon côté irlandais gardait les séquelles historiques de sa dépendance anglaise. Je préférais le thé mais je n'étais jamais contre le liquide noirâtre. Les arômes et les goûts étaient différents mais tout aussi bon. Le café était du café, et la vue que j'avais actuellement se mariera parfaitement avec celui-ci.

Mon esprit commença sérieusement à divaguer et à penser à autres choses que des choses normales. Mon deuxième round étais entrain de se dérouler dans ma tête. J'imaginais mes mains sur son corps, venant me coller à nouveau contre lui, prônant la douceur et la lenteur cette fois ci. Doucement mais sûrement. Des mains qui descendrait, explorer à nouveau, découvrant sans cesses à nouveau le corps du jeune loup. Mes lèvres ne tarderais pas à venir rejoindre sa peau, embrassant chaque parcelle de son corps, encore et encore. Mon corps ne saurait s'empêcher de venir se coller à nouveau… Mes dents viendrait mordiller la fine peau de son cou, remontrai vers son oreille pour la mordre elle aussi tout en lui susurrant que mon corps en voulait plus…

Ma tête allait me tuer. Mes pensées commençait à se calmer quand j'entendis le bruit du café coulant dans les deux tasses. L’odeur de celui ci me remplissait encore les narines et je tirais à nouveau sur ma cigarette bientôt fini. C'était trop tôt pour faire quoi que ce soit. Trop tôt pour en demander plus. Trop tôt. Je le suivais du regard et n'empêcha pas celui ci de regarder sa chute de reins. Néanmoins j'étais déçue. Ses fesses étaient cachées par le bout de tissu autour de ses hanches. Je m’approchais du comptoir et continuer de le regarder avant de lui répondre. “ Rien du tout, merci… “ Neutre. Tout simplement. Je frappais mon esprit intérieurement de tout mouvement, geste ou demande pour recommencer. Le café noir aller me donner un coup de fouet pour rejoindre ma soeur… Je sens qu’avec elle je devrais prendre une boisson un peu moins forte.

Et puis merde. Je crois que je ne me faisais pas assez violence. Je me déplaçais en silence, discrètement, contournant le comptoir après avoir écrasé la fin de ma clope dans le cendrier à disposition. J'étais derrière lui et je me demandais s'il le sentais. Je me demandais si je devais et finit par abandonner. Je me prendrais une gifle dans la gueule pour avoir trop demander, à nouveau. Pourtant, moins que d'avoir un contact avec lui avec suite, c'était surtout ses lèvres que je voulais capturer. Échangé avec lui un baiser, l’embrasser comme il m'avait embrassé au début. Jouer avec sa langue et lui faire comprendre qu'il reviendrait. Lui donner cette certitude que ce n'était pas la dernière fois entre nous. Je ne lui donna pas le temps de se retourner, mon corps était trop près de lui pour qu'il se retourne. Seulement, j'avais l'espace suffisant pour caresser sa peau de ma main droite, encore et encore, commençant par son épaule, passant sur son omoplate, déviant un peu plus sur ses obliques puis sa hanche. Je remontais dans le sens inverse. Si j'avais un œil au beurre noir, je ne le regretterais pas. J'aimais la sensation de lui donner un peu d’attention de de tendresse. De mon autre main, je sortis mon téléphone, le déverrouilla et lui tendis. Bientôt mon ventre et mon torse fut à nouveau en contact avec son dos… Je jouais véritablement au con en ce moment…  
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Ven 29 Sep - 20:22

What are you doing here ?

Inspirer. Expirer. Garder le contrôle. Fermer les vannes de son esprit. Sa clope passe d'entre ses doigts à ses lèvres, le loup serre les deux cafés. Acter pour agir normalement. Intelligent et analytique. Impulsif et colérique. Deux faces d'une même pièce, deux parties d'un aimant qui devraient se repousser et qui pourtant s'attirent. Il y a des moments cela ne fait pas bon ménage. Glisser un sucre dans son mug de café et attendre la réponse du Nephilim. Se fermer. Être hermétique. Ne pas réagir. La voix de Calixte tombe un peu trop neutre pour les oreilles du loup qui met toutes ses forces et son attention dans ce qu'il est entrain de faire. "D'accord." Dimitry grimace en percevant les mouvements du Shadowhunter annonciateurs de son approche qu'il ne voulait pas sentir et qu'il ne peut pourtant pas louper. Il refuse de se retourner pour lui faire face, pas tout de suite du moins, il attrape une cuillère pour remuer son café.

Dimitry le sent approcher, ses yeux se ferment et ses mains se resserrent sur son mug de café avant que l'une d'elle ne s'en détache pour détacher le mégot de sa clope de ses lèvres et le jeter dans l'évier à deux pas de là. Il devrait se retourner maintenant, il devrait le virer, ne même pas lui laisser le temps de boire son café mais il n'en fait rien. Après tout il a été clair non ? Du sexe mais rien de plus, rien de tendre. Le Nephilim va respecter cela n'est-ce pas ? Il ne va pas oser arriver dans son dos et se coller à lui ? Ose, ose, ose, réclame deux parties distinctes de son cerveau. Les deux se disputant le monopole de son cerveau, l'une parce qu'elle veut absolument sentir le corps de Calixte venir coller le corps du loup. L'autre voulant la même chose mais pour laisser libre court à sa colère lupine et déchiqueter le Nephilim. Vos gueules toutes les deux !

Et voilà elles ont raisons bordel, Calixte ose. Son dos se tend en sentant les mains de l'homme sur sa peau. Ne pas frémir. Ne pas réagir. Visage fermé, vierge de toute émotion quand bien même le Shadowhunter ne peut le voir mais cela fait partie du jeu. De toute façon on s'en fout que le Nephilim parcoure la peau de son dos ! On s'en fout complètement ouiiiii, hurlent petites voix dans sa tête...Traître de corps putain ! La peau nue du loup, sous les doigts de Calixte, frémit à mesure qu'il la caresse. Dimitry met déjà toutes ses forces dans le contrôle du reste, dans ce qui aurait pu arriver dans la chambre quelques minutes plus tôt, qu'il n'est même pas surpris tant que ça de sentir son corps réagir. Un grondement sourd roule dans sa gorge, une mise en garde à l'adresse du Nephilim. Stop toi maintenant avant qu'il ne soit trop tard.

Acter normalement. Focus Dimitry. Concentre toi sur ce téléphone tendu. Le loup attrape le dit téléphone et avec des mouvements rapides, il entre son propre numéro de téléphone. Ne mettant que son prénom dans la case contact avant d'enregistrer le tout. Il redresse légèrement la tête quand son dos se retrouve collé au torse du Nephilim et c'est un nouveau grondement qui vient rouler dans sa gorge. Non il n'est pas contradictoire. Non pas du tout. Dimitry ne se redresse pas du tout encore plus pour venir se coller encore plus à Calixte. Non il ne met pas la tête en arrière pour venir la poser sur l'épaule du Nephilim et il n'est pas du tout entrain de se mordre la lèvre tout en grognant pour essayer de le faire reculer. Bon d'accord c'est totalement ce qu'il est entrain de faire. Dualité, bonjour.

D'un mouvement presque absent, il lance un appel du téléphone de Calixte vers le sien perdu quelque part dans son appartement. Le téléphone du loup se met à sonner, une sonnerie extraite d'une série télé qu'il regarde et qui est à la mode. Oh son téléphone est donc là mais qu'est-ce qu'il y fout ? Cela lui donnant l'occasion de se détacher de Calixte et de le faire reculer avec un léger coup de hanche. Juste ce qu'il faut pour s'échapper du contact et aller le chercher non sans oublier de poser le téléphone du Shadowhunter sur le comptoir. Sentant la serviette entourant ses hanches commencer à glisser, il la rattrape et la remet en place puis se dirige vers le porte manteau près de la porte pour fouiller dans les poches d'un de ses vestes.

- Voilà comme ça j'ai ton numéro aussi. Par contre tu n'as pas compris quoi dans je ne suis pas câlin ni tendresse ?

Bon d'accord lui ne l'est pas et ne veut pas qu'on le soit avec lui mais c'est vrai qu'il n'a pas dit les choses ainsi. Il l'a dit de manière à ce que Calixte comprenne que jamais rien ne lui sera rendu, c'est vrai, il n'a pas expressément dit au Nephilim qu'il ne devait pas le faire. Il aurait peut-être dû. Oh arrête avec lui tu aimes ça, regarde un peu comment tu viens de réagir là à chercher plus de contacts. Ta gueule conscience. Oui elle se fait beaucoup engueuler celle là aujourd'hui.
Code par Heaven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ Sam 30 Sep - 0:41


What are you doing here ?
Calixte & Dimitry


Je n’aurais jamais dû. Comme d’habitude je fais tout foirer. J’ai l’impression d’avoir dépassé les bornes pourtant je n’y comprend rien. Il y a quelques minutes il faisait parcourir ses mains sur mon torse et accepter sans ménagement mes caresses. Qui n’aimait pas ça ? Qui n’aimait pas qu’on prenne soin d’autrui et qui plus est par son partenaire ? Je ne comprenais pas. A vrai dire, je n’avais jamais eu un partenaire de lit qui ne veuille pas de moi et de mes attentions ? Etais ce si désagréable ? Peut être qu’il n’aimait pas ça… Tout simplement.

Bordel. Je ne regrettais pas mais j’avais perdus de vu ma première directive en venant ici et j’en repartirais avec une plus pressante, avec l’envie de revenir, encore et encore, pour que nos deux corps se collent, pour que je fasse connaissance avec une personne si intéressante qui se cacher bien de dire qu’elle était si intelligente. Sincèrement, je ne pensais pas trouver un gamin pareil dans un endroit comme celui-ci. Vous en avez d’autre comme ça ? J’espère vraiment que vous n’aller pas me fracasser le coeur par terre en mille morceau si vous me balancez dans ses bras… Est ce que je ne suis pas déjà tomber dans ses bras. N’ais je pas déjà mes putains de pensées toutes droit dirigée vers un inconnu rencontrée deux heures plus tôt ? Bordel… Mais qu’est ce que je fou, qu’est ce qui arrive à ma putain de cervelle… Mon bas ventre se tord, provoque en moi une douleur qui se répercute dans tout mon corps.
Mon partenaire du jour s’en va chercher son téléphone, sonnant par le biais du mien. Les grognements se répète dans ma tête, inlassablement, encore, et encore. Les frissons me parcourent et pourtant je ne sais toujours pas si se sont des grognements d’avertissement ou bien de contentement… Son corps n’est plus devant moi, je le sais, il est parti à l’autre bout de la pièce déposant mon portable sur le comptoir. Je pose les mains sur le plan de travail, m’avance un peu, tête dans les épaules et ferme les yeux. Je prononce à peine mon « Et merde… ». Ce n’était qu’un murmure et pourtant je savais qu’il l’entendrais... Est ce que ma tête se mets elle vraiment en colère ? Est ce que je suis en colère contre lui ? Ou contre moi ? Bordel… Je n’entend même pas la sonnerie de son téléphone, de toute façon ça m’importer peu… Il était dans mon répertoire. Ce n’était officiellement plus un inconnu. Je me redresse et l’écoute. Je n’ai même pas envie de répondre. Enfin si, mais je me retiens, je n’ai pas envie de finir blesser avec une parole de travers… J’aurais aimé lui dire que c’était ainsi que j’agissais, mais que maintenant, oui seulement maintenant, je comprenais qu’il ne soit pas ainsi. Tss… Je soupirais, encore. Je me massa la peau des mains, droites en premier, gauche en second. Pourtant, je n’ai pas rêvé, il a chercher le contact quand je me suis coller à lui… Putain, mais pourquoi je ne comprend pas son jeu, pourquoi je n’arrive tout simplement pas à le comprendre. J’ai du mal à croire que sa double nature l’ai rendus ainsi…

Je me retourna, pris la tasse de café et en bu une gorgée. C’était une mauvaise chose que je boive le liquide noirâtre maintenant. J’allais devoir évacuer en allant taper sur du démon ou en rentrant tuer, encore, un sac de frappe sous les yeux interrogatifs de Lex voir sa soeur. Je pris une grande respiration, finissait la tasse, la posa dans l’évier et vint rejoindre le reste de mes affaires traînantes au sols. Mon corps commençait à trouver l’environnement froid. Je revêtis le tee-shirt certainement sous les yeux du loup. Je n’avais pas récupérer mon portable sur le comptoir et celui-ci se manifesta. Une notification. Je récupérais mes armes, les remettants à leurs place, clippant les boucles sur ma cuisse et à ma taille. Je partis chercher mon téléphone. Ma soeur qui me demandait à quelle heure on se voyait en ville. Il fallait que je me défoule, à nouveau, mais pas sur lui, je devais aller me défouler ailleurs. Putain. Sérieusement… L’écran ce mis en veille quelques instants et je le remis à sa place, soit dans la poche arrière de mon pantalon. J’aurais aimer avoir une rune de calme, ou d’apaisement… J’aurais put rejoindre ma soeur en ville et discuter sans penser à tuer le premier passant ou serveur trop chiant. Je ne savais toujours pas si j’étais en colère contre lui ou moi. Au fond de moi, je savais que c’était moi la source de ma colère, le jeune loup n’en ferais pas partie.

Je vins revêtir ma veste et releva la tête pour le regarder. Cette putain de serviette m’emmerder réellement. « Je vais devoir te laisser… Ma soeur me réclame. » C’était la stricte vérité. Je ne mentais qu’à ceux qui n’avait pas ma confiance or j’avais l’impression d’avoir offert la mienne sur un plateau d’argent au jeune loup. Enfin… J’aurais aimé capturer ses lèvres. Je m'avançai vers la porte, regarda une dernière fois le loup, ouvrit la porte et sortit. Je ne savais pas quoi dire… A bientôt ? Aurevoir ? Prend soin de toi ? Tss. Ca sortait tellement faux… « N’hésite pas, maintenant que tu as mon numéro… » dis je, avant de complètement fermé la porte. Les images rebondissait encore dans mon esprit. Bordel. Je marcha dans le couloir, n’espérant rien. Je suffoquais dans ce bâtiment, j’avais besoin de l’air frais new yorkais pour me rafraîchir et apaiser ma cervelle et mes pensées. Bordel Dimitry, qu’est ce que tu a réussi à faire de moi ?
Je me posais la question tout en descendant en hâte les escaliers. Je me sentis déjà un peu mieux en me retrouvant dehors. Je pris une grande inspiration et ce même si les images de ce loup nu sous lui traverser encore et encore sa vue. Je soupirais… « Bordel… » Et sur ce magnifique mot, je pris la route du centre ville pour rejoindre Willow.
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: [+18] What are you doing here ? ♦ Calixte ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
[+18] What are you doing here ? ♦ Calixte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» "Blessure de guerre" (pv Calixte Telenna)
» « Ce n'est pas parce qu'on écrit des contes de fées qu'on croit aux loups-garous ». Punker & Calixte
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Calixte Astrémille [Validée]
» Calixte / Leandre, de la maison Bjornaer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: