Let's talk business - Magnus&Calixte


Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
Let's talk business - Magnus&Calixte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ Mar 5 Sep - 21:36
J’étais un sorcier. Et parfois, au delà même des apparences, oui, j’avais du travail. Des clients qui se présentaient à moi, moyennant mes services, généralement avec des objets de valeur. Si vous devez savoir une chose sur un sorcier, c’est que généralement… Il se fiche assez des espèces sonnantes et trébuchantes. Déjà, parce qu’il a toute une vie pour se faire des économies, donc très honnêtement, on est rarement dans le besoin. De plus parce que… Nous avons vu des devises s’élever puis s’effondrer. Les monnaies vont et viennent. On a bien peu de temps pour s’y attacher, puisqu’elles semblent parfois avoir la même espérances de vie que les Terrestres eux-même. Et enfin… Très honnêtement, que vais-je faire de mes dollars américains au Japon, par exemple ? Je n’avais vraiment pas envie de devoir me faire les bureaux de change à chaque fois qu’un type me payait. Non.

Alors, généralement… On me payait avec ce qui traversait le temps. Des bijoux, des maisons, un client m’a même offert une île au large de l’Amérique du Sud - mon coin préféré, ça tombait bien, n’est-ce pas ? Cela dépendait bien évidemment de ce qu’on allait me demander. Je n’allais pas demander un diamant pour un type qui me demandait de chasser un démon supérieur de sa vie. Oh, non, ça méritait bien plus. Et ma prime de risque, hein ? N’allez pas croire que je ne me suis pas fait d’ennemi dans ce métier. Même si le nom de mon géniteur - car il n’était rien de plus à mes yeux - pouvait en dissuader certains, d’autres profitaient de ce savoir pour s’attaquer à moi en particulier. Donc si mes clients en étaient débarrassés, moi je ne l’étais pas. Concrètement, je devais donc assurer ma propre sécurité en plus de celle de mes clients.

En résumé… Pour me protéger, je devais travailler. Et pour travailler, je devais avoir des clients. Et pour avoir des clients, il fallait qu’ils me contactent… Le meilleur moyen pour moi d’en avoir. Il était de notoriété publique que quiconque voudrait avoir mes services devait aller au Pandemonium, et donner un papier à un de mes serveurs, avec marqué dessus Magnus Bane, et un numéro de téléphone. Je m’occupais du reste pour donner rendez vous.

Je descendais donc pour prendre mes fonctions de barman en renfort, quand une de mes serveuses m’informa qu’elle avait eu ce papier. Elle me l’avait donc donné, et je m’étais tranquillement installé dans le carré VIP, afin de passer ce coup de fil en dehors des bruits ambiants de mon club. Et une fois mon coup de fil passé, où je lui disais que je l’attendais là, j’attendis tranquillement, saluant mes habitués, mes amis, les quelques personnes me voyant là. J’étais sociable, et surtout j’aimais bien entretenir ces amitiés, sympathiques autant pour faire la fête que pour le travail.

Je n’avais normalement pas beaucoup à attendre. Je pris tout de même le temps de relever mon téléphone, histoire de regarder l’heure… Quand je vis qu’un des diamants de la coque s’était enlevé. Je fixai quelques secondes le trou que faisait son absence, et je me mis à le chercher quelques secondes… Il était au fond de ma poche. Sérieusement ? Qui m’avait créé un truc pareil ?! Cela m’énervait prodigieusement de ne pas avoir de colle à proximité pour arranger la chose le temps de mon rendez vous. Il pouvait arriver à tout moment… Mince.

Et j’eus à peine le temps de tourner la tête, et de ranger mon téléphone que je vis une personne correspondant à la description de mon client arriver. Ah ! Génial ! Ca allait être tout simplement génial de faire un rendez-vous, tout en ayant mon téléphone qui avait un diamant en moins. Oui, j’étais du genre très matérialiste, j’aimais que mes affaires soient en ordre, propre, et si possible non cassées. Superficiel ? Peut être. Mais je l’assumais parfaitement.


“Bonsoir ! Allons dans un endroit un peu plus privé, pour discuter de nos affaires…”

Mon appartement était un lieu protégé, qui changeait régulièrement d’emplacement. Et je me plaisais à savoir que personne de non-désiré ne connaissait son emplacement exact. Alors, lorsque je recevais un client, je l’accueillais chez moi à partir d’un portail. C’était plus rapide, et aussi au moins il ne savait pas exactement où il était.

Une fois que nous fûmes arrivés, je me dirigeai vers ma cuisine rapidement, autant pour nous servir à boire, que pour discrètement attraper ma colle et réparer ce diamant. Comme ça, ce sera fait.

“Bienvenue chez moi ! Qu’est-ce que je peux te servir ? Martini, vodka, whisky, bière ?...”

J’avais toujours un peu de tout en alcool chez moi. Autant un réflexe de fêtard que de bon hôte. J’aimais quand les gens étaient dans de bonnes dispositions une fois chez moi. Et puis… Je me plaisais à analyser ce que les gens préféraient boire.
Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Calixte A. O'Cahan
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 24/03/1995
♦ Autres comptes : Aucun
♦ Runes : 430
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ Mer 13 Sep - 23:44


Let's talk business
Calixte & Magnus


Il était temps. Avec les informations tirés de Yseron, je devais passer à l’étape supérieure. Pour moi. Pour Willow. Pour notre père. Peu de personne peuvent rentrer en contact avec Edom, encore moins comprendre leur langage. Ils ne sont pas nombreux, et sont certainement les créatures obscures les plus rejetés dans le monde. Enfin, je pense. Simple hypothèse. Les enfers de notre univers n’était accessible non pas par les fées, les lycans ou les vampires mais bien par nos amis sorciers. Peut-on dire qu’ils sont nos amis ? Je ne sais pas. Pas au prix que j’ai débaucher le mien. J’ai fait une petite enquête, sélectionner une dizaine de bonne adresse.

Les sorciers étaient véritablement des êtres très particulier, mystérieux, presque inatteignable. Même plus que les gardiens des tombeaux, plus que cette communauté et pourtant dont j’étais proche. Oui, j’estimais et respectais les vampires et leur communauté à travers le monde. Pendant une semaine, je rencontrais ses enfants de démons au pouvoirs immense qu’il pourrait vous décoller la peau des os dans d’atroces souffrance. Présentant ma quête, présentant mon besoin, tous, sans exception, reculer. Oui. Ma quête était bien trop dure… Payais je assez ? Je pris une grande respiration. J’étais éconduit avec brutalité et ça c’était vraiment chiant.

J’étais désemparé. Réellement. Mon comportement devenait impétueux, irrationnel. Durant l'entraînement, j’avais vider un sac de boxe en entier sur le sol. Je ne pensais qu’à une seule chose, calmer mes pulsions. Le sable était un magnifique petit tas. Lex m’engueula fortement de ce comportement. Oui. Il m’observait d’un oeil particulier. J’avais certaines suspicions à son égard… Il m’aida à nettoyer mes bêtises et à mettre un nouveau sac de frappe. C’était bien le seul qui se soucier de moi ici avec Clary et Willow, même si les deux étaient nouvelle dans notre monde. Lex était le plus au courant de mon avancée de mon enquête. Il m’avais déjà déverrouiller plusieurs points, et je pouvais absolument compter sur lui… Encore maintenant, après m’avoir remonter les bretelles, il me parla d’une boite de nuit. Une boite de nuit particulière. Le Pandémonium. Rien que le nom exaltait la puissance démoniaque… Créature obscure et terrestre se mêlait sans aucune différence.

Je me dis intérieurement qu’une soirée pourrait me faire le plus grand bien. Il y a longtemps que je n’ai pas pris un peu de temps pour moi. Depuis quand d’ailleurs ? Au fur et à mesure de la discussion durant notre nettoyage de la salle d’entraînement, Lex aborda sa recherche d’un sorcier. « Prévois quelques chose de rares pour celui-ci… Il est relativement cher… » C’était le cas de le dire. A ce moment là, je lui ai souris comme si il plaisanter. Son regard me fit avaler ma salive tant je compris qu’il ne l’était pas. Voyons, que pourrait intéresser ce sorcier à la côte si folle. Je passais dans ma chambre. Il allait falloir amener quelques choses. Je pris une grande respiration et ouvrir ce petit coffre fort derrière un tableau dans ma chambre. J’en sortis un carnet de cuir, une bourse à l'emblème des O’Cahan et le mis dans ma poche. Sur l’autre côté de la bourse, le chiffre 7 était écrit. Allons bon.

Lex m’expliqua la procédure pour contacter ce sorcier. Toujours plus simple lui répondis je… Je pris la route pour le Pandémonium, entra non sans montrer pate et insigne de l’Enclave, me dirigea vers le bar, demanda un post it, inscrivait le nom du sorcier en question et le remis à l’un des serveurs… Oui. Rien de plus simple. Le temps de la transmission, je patienta en buvant une bière. Magnus Bane. Ce nom, je l’avais déjà entendu. Où ? C’était la question à 3 million. J’étais à la moitié de ma bière quand mon téléphone vibra dans ma poche. Déjà ? Oui. C’était tout aussi rapide que me l’avait dit Lex. Je sortis quelques instants pour prendre l’appel. Une phrase en latin pour le rejoindre dans le carré VIP. Simple comme bonjour… Je rangeais mon portable et entrer à nouveau, avançant vers cette zone, blanche, éclairé par des néons qui allaient forcément me tuer les yeux dès que j’y serais.. « Audaces fortuna juvat» prononçais je au vigile… C’était vraiment étrange de devoir prononcer ça avant un rendez vous avec un sorcier pareil.

J’entrais, observer, et attendait. Ce sorcier ce sappé plutôt bien. Le noir lui aller comme un gants dites donc. J’étais raccord avec lui, mon pantalon, mon tee-shirt et même ma veste étaient noires. Seul mes armes et ma peau apporté un peu de contraste. Ma veste tombait jusqu’au creux de mes genoux, cachant habilement les poignées de mes sabres. Mes runes, elles étaients apparente dans mon cou, et partiellement visible sur ma clavicule. En déplacement, je tentais de cacher au mieux ma nature, parfois, cela pouvait apaiser la conversation et éviter d’envenimer les rencontres… Dans un coin de ma tête, je me demandais à quoi pouvait ressembler sa marque. « Bonsoir… volontier... » ajoutais je.

En quelques instants, nous franchissions le portail et je découvris l’appartement de mon interlocuteur du soir. Ah. Je vois qu’être sorcier à ses avantages en vrai. La luxure se sentait à plein nez, mais ici, tout était régi de manière subtiles. Un bon point. Dans ma poche, toujours mes offrandes du moment. « Sake ? Les vieilles habitudes ont tendances à ne pas partir… » répondais-je. La vue de son appartement sur le fleuve était des plus belles. J’en serais presque jaloux. Je m'étais avancé vers la baie vitrée le temps que mon hôte revienne. Prenant une grande inspiration, je le remercier et souris.

Cet homme allait il accepter ce que je lui proposer ? Acceptant ce sauvetage, cette quête, pour sortir mon père des griffes de l’Enclave ?





   
MAY THE LAW BE WITH YOU
OR DIE PEACEFULLY, BECAUSE WE ALL DESERVE A HAPPY ENDING

Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ Ven 22 Sep - 0:00
Lorsqu’un client faisait appel à mes service, ma curiosité légendaire me menait systématiquement à l’écouter, bien qu’il ne soit pas assuré que je prenne son “cas”. Surtout quand il s’agissait d’un Chasseur d’Ombre à vrai dire. Ensuite, il me montrait ce qu’il comptait payer, et j’estimais ma peine afin de voir s’il se moquait de moi ou pas. Il fallait voir combien certains étaient prêts à mettre dans l’acquisition de mes services… Après tout, j’étais d’un certain standing. Au final, un combo entre le défi de la demande, la gratification ainsi que, disons-le franchement, mon instinct me faisait accepter ou refuser la proposition. Vous pouvez y voir du caprice… Finalement ce n’était pas si éloigné. Mais allez, je restais classe, et en cas de refus, je proposais un autre sorcier qui serait, lui, plus… Adapté. Ou partant, en réalité.

Calixte O’Cahan, ce Chasseur d’Ombre nouveau venu à l’institut local, avait déjà quelques rumeurs sur lui. Après tout, chaque Shadowhunter qui arrivait en ville avait droit à ses murmures… Pas difficile de mettre un nom sur un visage par la suite. Après tout, ce n’était pas tous les jours que l’Institut japonais nous laissait avoir ses recrues. Et puis j’aimais beaucoup le Japon… Pays très intéressant. Bien que mon préféré soit le Pérou, je me plaisais à y passer quelques temps.

Mais pour revenir à mon potentiel client... Il ne m’avait pas encore expliqué la moindre ligne de son histoire, semblant bien plus intéressé par la vue de mon appartement que par… Bah, moi, en fait. Et je n’avais pas spécialement envie de devoir fouiller dans sa petite tête la réalité des choses. C’était douloureux et pas très bon pour le business, honnêtement. Je préférais laisser parler les clients, déterminer qui mentait, qui disait la vérité. J’étais assez doué à ce jeu là après tout. Après, s’il me demandait un acte magique autour de la mémoire… Probablement une mode ces dernières années, n’est-ce pas Clary ? Mais je doutais que ce soit cela. Je ne faisais pas vraiment du délit de faciès, simplement je commençais à avoir l’habitude des clients avares d’explications.

Je pris quand même mon parti de patienter, après l’avoir servi en saké. Je n’aimais pas ce silence, j’avais l’impression de perdre mon temps, ou bien d’être face à un type qui n’assumait pas vraiment la raison pour laquelle il était là. Alors, je finis par prendre la décision de lui donner un coup de main. D’abord, il fallait le sortir de l’admiration tout de suite, ce que je fis en posant ma main sur son épaule pour le guider vers mon canapé.

“Allez, on s’installe tranquillement ici… Voilà. Magnifique !”

Il devait tout de même ne pas oublier où il était et avec qui. Ce n’était pas une visite avec l’agent immobilier, tout de même ! Mon appartement avait été difficile à trouver, à décorer, à enchanter, je ne le lâcherai certainement pas de si tôt. Puis, je commençai à l’analyser rapidement, à l’aide de mon instinct, et de ce qui était aussi mon expérience.

“Bien, monsieur O’Cahan, je suppose que vous n’êtes pas venu pour profiter de ma vue. Quelque chose me dit même que vous avez même besoin de mes services. Pourquoi être là sinon ?”

J’étais un peu sarcastique, mais après tout, le peu de fois que des Shadowhunters étaient entrés dans ma maison, c’était pour obtenir de mes services, ou alors pour me chercher des noises. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu une simple discussion avec l’un d’eux, simplement pour… Parler. Sauf Alexander, évidemment. Même si c’était difficile avec lui… Au moins, il y avait quelque chose entre nous. Je le savais. Bon, à mon tour de me perdre dans mes pensées… Mais j’en ressortis bien vite.

“Je dirais que tu cherches une personne. Et si l’Enclave ne peut rien faire… Ce doit être un sacré boulot. Peut-être même un Chasseur d’Ombre ? Et je dirais même qu’il y a plusieurs personnes. Qui sont-ils ?”


Je ne demandai pas vraiment confirmation, mon instinct m’avait rarement trompé. Après tout… J’étais Magnus Bane.


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Calixte A. O'Cahan
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 24/03/1995
♦ Autres comptes : Aucun
♦ Runes : 430
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ Lun 30 Oct - 0:57


Let's talk business
Calixte & Magnus


La vue était magnifique. L’eau. Les lumières. Les bâtiments. J’aurais aimé pouvoir me poser sur le toît de ce bâtiment. Respirer, un peu. Enfin, même si je devais respirer pour cela l’odeur assez nauséabonde de la grosse pomme. Je voyais les gens marcher, les quelques bâteau circulant sur l’Hudson, les avions se préparant à se poser à l’aéroport le plus proche. Mes yeux me faisait observer un paysage que je pouvais regarder pendant des heures. Un mince sourire vint se poser sur mes lèvres. Mon oreille droite s’agita le temps d’un instant. Je la sentis, sa main, sur mon épaule, tentant de chasser de mon esprit cette envie volatile d’observation. Oui. Il avais bien raison. Je n’étais pas la pour la vue, encore moins pour ne rien dire… Ce n’était pas mon psy encore moins un ami sur qui je pouvais compter. Il reste un sorcier, réclamant son dû en échange de ses capacités sur un service demandé. Oui. Du business. Rien que ça. Mon oreille cessa de chercher à comprendre. Mon cerveau avait compris le pourquoi de ce geste et mon corps suivi de lui même la volonté de mon hôte. Est ce que je faisais bien de demander de l’aide à un sorcier alors que cela concernait uniquement l’un des miens ? Ma famille qui plus est ? Au fond de moi j’étais partagé entre le malaise de cette quête et ma volonté profonde de retirer des griffes de l’Enclave, mon paternel, seul famille qu’il me restait.

Je soupirais. J’allais devoir m’aligner maintenant. Je n’étais pas venu pour rien, je ne devais pas d’ailleurs, a moins de vouloir foutre en colère l’un des sorciers les plus puissants du territoire de la côte est américaine. Non. Je n’avais pas envie de mourir à cause d’une impolitesse et encore moins à cause d’une faute de respect. Il restait mon aîné d’un bon paquet d’année… Je devais au moins faire honneur au sorcier, et je ne le faisais pas en laissant le temps filer ainsi. Des questions pourtant venait taper mon esprit comme un homme avec un barre de fer sur mon crâne. Quand ? Où ? Comment ? Quand sera tu là ? Quand ? Je devais me faire violence pour ne rien laisser paraître et quémander pitié à mon coeur pour ralentir son rythme. Ce n’était pas le moment. Pas le moment du tout.

Une vibration. Une seconde. Pas de musique, j’avais pris soin de me mettre en silencieux. Pas de troisième vibration. Pas d’urgence… Juste un message. Tss.. Ce n’était pas le moment. Et puis, des vibrations courtes s'alignaient, se répartissant par vague à travers ma jambe. Un appel. Manquait plus que ça. Je soupirais, et bien qu’assis, et faisant encore attendre mon hôte, je pris ce qui me servait de téléphone, renvoyant l’appel et répondait rapidement au message de Lex que j’étais occupé. Même indisponible. Je soupirais et ranger le smartphone à son emplacement habituel. Il n’était absolument pas essentiel pour moi de dire à mon collègue avec qui j’étais, je pouvais très bien gérer tout seul ce rendez vous. Je tendis la main pour récupérer la coupelle et pris une gorgée qui m’arracha un poil la gorge. J’appréciais presque la douleur désagréable de l’alcool dans mon oesophage à ce moment précis. Je posais le récipient à moitié vide sur la table et releva la tête. « Je vous pris de bien vouloir m’excuser pour cette interruption… Ce n’est pas dans mon genre me faire attendre… » Un sourire, remplis de gêne s’empara de mon visage. J’avais honte d’avoir fait patienter mon hôte de cette façon. Ce n’était absolument pas dans ma manière de faire…

Je sentais son regard, partant de mon visage descendant. Il m'analyser et je le laissais faire. Il devait certainement avoir connu des clients plus mal à l’aise que moi et à l’inverse plus décontracté… Au fur à mesure que les minutes passèrent, je me détendais. Ce n’était pas une visite chez Imogène, non, c’était bien plus tranquille ici. « Le fait est, qu’elle est réellement magnifique mais en effet, je ne suis pas venu ici pour cela. Disons que j’aurais besoin de vos compétences uniques… » Je ne venais pas faire du tourisme. Ce n’était pas la raison de ma venue, et elle ne serais jamais le cas… Lex m’avait raconté la réputation et le peu d’histoire sur mon interlocuteur. Magnus Bane.  ge, Inconnus car trop de rumeurs autour de tout ça. Ceci dit, il était connu, de manière internationl, et ceux même par les sorciers japonais que j’avais rencontrer. Le ton qu’il employait ne me faisais pas grand chose, j’avais vu vraiment pire. En vrai, je n’étais pas adepte du sarcasme mais en retour, il ne me faisais pas grand chose. J’haussais les épaules discrètement et pris mon courage à deux mains, même si celui ci avait du mal à rester dans l’une d’elle. Mon sérieux vint se peindre sur mon visage et je commençais à parler… « L’Enclave ne veut pas mobiliser du temps et encore moins des hommes pour l’un des leurs… Imogène à cru bien faire en me laissant seule sur l’enquête mais je commence à manquer de ressources..» Oui. Il avait prononcé son prénom, non son titre, encore moins son nom de famille. Quinze ans que le jeune chasseur connaît la tête principale de l’Enclave.

Un pincement dans mon coeur et une pointe tel un couteau dans mon estomac vinrent se réveiller. Fichue Enclave de merde. J’ouvris ma veste et en sortis la photo d’un homme, runé, à la chevelure entre roux et châtains clair. Les mêmes yeux que les miens… Mon père. Le seul. L’unique. Il était plutôt connu parmi le Monde Obscur. Il en avait sauvé des centaines et prônait la paix entre nos les deux mondes. « C’est mon père que je recherche.. Ainsi que son parabatai. L’enclave n’a plus de nouvelle d’eux depuis quatres ans et mon enquête n’avance plus… »

Le temps passait à une vitesse. Les récentes photos que j’avais reçu n’étaient absolument pas de lui… Elles étaient de moi mais quelques il me disait qu’il était encore vivante, quelques part, vivant, toujours sous le joug de cet abruti de Valentin… Mais peut être que ce n’était pas lui…





   
MAY THE LAW BE WITH YOU
OR DIE PEACEFULLY, BECAUSE WE ALL DESERVE A HAPPY ENDING

Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ Mer 8 Nov - 21:21
Je n'étais pas patient. Ca, c'était un fait établi. Je l'avais d'ailleurs bien trop été avec Alexander, et ça n'avait pas marché, mes réserves étaient donc épuisées. Alors, que ce Chasseur d'Ombre prenne son temps dans mon salon, ça m'irritait juste un petit peu. Devoir jouer les devins, ce n'était pas mon truc, surtout que cet art était bien plus complexe qu'il n'y paraissait. Et lorsqu'il tripota son téléphone, j'avais été à deux doigts de lui rappeler que j'étais présent, quand enfin il s'adressa à moi, s'excusant. Ah bah quand même ! Il était temps d'avancer, non ? J'étais prêt à prendre le temps, mais seulement s'il me payait. Et il ne me payerait pas tant qu'il ne m'aurait pas dit ce qu'il voulait. Alors... J'étais là, j'attendais, silencieux, sur mon canapé, qu'il se décide à parler.

Au moins, il savait me flatter pour se rattraper. Lorsqu'il parla de mes compétences uniques, j'eus un sourire fier, après tout, je n'étais pas le Grand Sorcier de Brooklyn pour rien. Et encore, si on précisait Brooklyn, c'était uniquement parce que j'y vivais. Oui, je me jetais des fleurs, et quoi ? J'avais un certain standing et mes honoraires s'en ressentaient. Plus j'avais de clients contents, plus je pouvais demander. Et là, ça avait l'air d'être un sacré boulot si même l'Enclave ne s'y mettait plus. Et si cet homme se permettait d'appeler la tête de l'Enclave par son prénom, c'était qu'il la connaissait. Hum... Un sacré défi. Ou un gros pétrin. Mais comment dire que j'allais m'y jeter la tête la première ? Ce n'était pas souvent que j'avais quelque chose de croustillant à me mettre sous la dent. La plupart du temps, c'étaient des enfants disparus, des objets perdus, un désir de paraître plus jeune, j'avais parfois même des demandes de filtres d'amour. Ce n'était pas très éthique, mais si on me payait... Qu'est-ce que je m'en moquais au final.

Enfin, il m'expliqua qu'il s'agissait de la disparition simultanée de son père et de son parabatai. Hum, ce n'était pas courant, des disparitions pareilles. Des morts subites, ouais. Une courte période sans nouvelle, aussi. Mais quatre années sans le moindre indice de savoir si au moins l'un était vivant ou mort ? Rare, très rare. J'avais donc deux options, réellement, dans ma tête.

Soit ils étaient morts et se décomposaient quelque part dans les tréfonds de l'enfer.

Soit ils étaient vivants et l'Enclave n'avait pas la moindre envie de dire où ils étaient, parce qu'ils étaient obligés de le savoir. Ce n'était pas possible autrement.

Hum, dans quoi j'allais mettre les pieds moi... Mais au moins, ça pouvait être utile. Je pouvais mettre le nez dans leurs affaires, sous couvert d'un appel à l'aide de l'un d'entre eux. Peut être apprendre des choses utiles. Enfin, la première question à se poser, c'était s'ils étaient vivants. S'ils n'étaient pas cachés à Idriss, ce dont je doutais, je pouvais au moins savoir en lâchant un démon renifleur à leur poursuite. Un objet leur ayant appartenu, ou même l'ADN du fils pouvait suffire. Il me fallait une chose qui était suffisamment proche pour que le démon sente leur âme, quelque part. S'ils étaient mort, le démon reviendrait, et me signalerait qu'il aura fait chou blanc. Tout simplement. Enfin, tout simplement... C'étaient de vraies teignes, ces démons là, et si le sortilège était mal lancé, ça pouvait sentir très mauvais pour moi. Ils aimaient manger les âmes après tout. Il fallait donc les lancer à la chasse, sans qu'ils mangent leur cible. Je savais le faire, mais ce n'était pas une partie de Scrabble.

Je me redressai donc. Je devais lui faire mon speech habituel, sur mes tarifs, sur le danger, etc...

"Bien, je veux bien prendre ton cas en charge. Cependant, tu t'en doutes, ce ne sera pas gratuit, et ce sera dangereux. L'art d'appeler les démons pourrait être une science si elle n'était pas aussi variable. Nous signerions donc un contrat, dans lequel tu comprendras que si tu es blessé ou décédé dans le cadre de l'utilisation de ma magie, tu l'auras été en sachant les dangers. Enfin. Tout cela arrivera si ta proposition d'honoraires me satisfera. Pas de devise humaine, les dollars ou autres sont bien trop éphémères. J'aime les choses rares, chères, qui ont de la valeur même si le temps passe. Et vu ce que tu demandes..."

Je frottai mes doigts, afin de faire comprendre que cela ne serait pas donné. Puis, je me levai, dans le but très clair d'observer mon salaire avant de me lancer dans une quelconque recherche de paternel et de son parabatai. Je révisais même intérieurement l'invocation du démon renifleur, avant de me lancer à la recherche de mon cahier de sorcier, ce livre où j'écrivais tous mes sortilèges afin d'être sûr de ne jamais les oublier, mon support favori dans mon travail.

"Une fois que tu seras prêt et que je serai payé, nous pourrons d'abord chercher à savoir s'ils sont vivants.

Le contrat consisterait simplement à lier nos mains, autour du paiement, et à prononcer une simple phrase rituelle, qui nous lierait. Ensuite, quiconque dérogerait à sa parole à ce moment là se verrait souffrir jusqu'à ce que mort s'en suive. Sauf s'il finit par faire ce qu'il devait faire, évidemment. Et surtout, heureusement, je prononçais toujours mes promesses de façon à pouvoir en déroger dès lors que cela me mettra en danger.

Fourbe ? Comment ça ?


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Let's talk business - Magnus&Calixte ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Let's talk business - Magnus&Calixte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pied dans le pays [Calixte]
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» "Blessure de guerre" (pv Calixte Telenna)
» Présentation de la Ligue-1-foot-business-couleur-orange
» « Ce n'est pas parce qu'on écrit des contes de fées qu'on croit aux loups-garous ». Punker & Calixte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: New York :: Brooklyn :: Habitations :: Appartement de Magnus-
Sauter vers: