× have enough courage to trust, feat Magnus


Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
× have enough courage to trust, feat Magnus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Lun 4 Sep - 7:01
have enough courage to trust@Magnus Bane & Willow C. SaundersM’étant présentée à l’Institut avec très peu de choses, je ne pouvais autrement que de dormir avec les vêtements que j’avais vêtu. Mais c’est qu’il n’était pas si tard, quand je me décidais à me coucher. Et l’angoisse que je ressentais, après ce que je venais d’apprendre à peine quelques heures plus tôt, m’empêchait de me reposer l’esprit. Je me questionnais maintenant sur tout. Ma famille adoptive était-elle au courant de tout ça ? C’étaient-ils poser des questions sur mes parents biologiques ? À chaque interrogation silencieuse, je me tournais à gauche, puis à droite, me retrouvant bien vite en sueur. Je compris bien vite que cette nuit ne serait certainement pas des plus paisibles, et que de dormir ici, dans cette place que je ne connaissais que bien peu n’était peut-être pas une si bonne idée. Non mais bordel ! J’avais suivi un pur inconnu, m’était faite tatouée et avait subi un test sanguin. Qui est-ce qui fait ça, sans réfléchir ? Probablement une fille désespérée, telle que moi. Les dernières semaines avaient été fort rocambolesques, et je voulais en finir avec toute cette épopée de créatures. Je me sentais dans un jeu vidéo où, à chaque étape, on te donne une énigme pour te rapprocher de ton but final. Serait-ce donc ici, cette fin de jeu ?

Non. Il me fallait de l’air, une source de divertissement me permettant d’oublier tout ça, pour la nuit. Je saisis mon cellulaire et y vit alors quelques messages textes de mes amies, m’indiquant d’une sortie au Pandémonium, un club, et je cite ‘électrisant’. Oui. Un peu de danse et, qui sait, de l’alcool, ça m’aiderait sûrement. Je pris mon sac avec moi et sortis en douce, non sans me faire remarquer par Lex, à l’entrée, qui me demanda alors où j’allais. Je lui dis qu’il me manquait certains biens personnels et que je reviendrais ensuite. Il me proposa de m’accompagner, mais je refusais très froidement. Sans demander mon reste, je sortis en trombe de la place et m’accorda un certain délai, préférant passer par mon dortoir et y déposer mes livres de classe, avant de me changer, me maquiller un peu, et reprendre le chemin vers ce fameux club.

Il n’y avait pas à dire, l’ambiance était des plus agréables, et la musique me plaisait beaucoup. En entrant, j’aperçus mes amies qui me demandèrent tout de suite où j’étais passée. « J’ai … j’avais des trucs à faire, des problèmes à résoudre. » Elles n’en eurent pas assez, mais je leur que j’expliquerais tout plus tard. « Il me faut un verre avant. J’suis pas v’nue ici que pour parler de ma vie ! » Elles en rigolèrent, mais ne devinaient même pas à quel point je voulais effacer les dernières de ma tête. En leur pointant le bar, je leur promis de revenir avant de faire mon chemin jusqu’à un banc libre. Je pris place et commandait un Cosmopolitan. Le barman me fit un drôle de signe de la tête avant de faire mon cocktail. Pendant ce temps, je retroussais les manches de mon petit gilet et regardait attentivement la rune. « Est-ce que j’ai pris la bonne décision ? Ou est-ce que j’viens de foutre ma vie en l’air ? » J’avais travaillé tellement dur pour accéder à cette académie de langues, ici, à New York. Devrais-je sacrifié tout ça pour une destinée dont je ne connaissais rien ?
© 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Mar 5 Sep - 21:27
Je m’étais réveillé d’une sieste juste à temps pour arriver à l’ouverture du Pandemonium. Ce qui était génial dans le fait d’être propriétaire d’un complexe de nuit, c’était les horaires… Libres. Les bénéfices n’étaient pas réellement ce que je recherchais - bien qu’ils étaient… Suffisant - mais surtout une porte ouverte pour organiser des fêtes, être disponible pour mes amis et surtout pour mes clients. Sans contrainte. J’avais mes employés modèles, un comptable qui faisait ce qui n’était pas drôle du tout - à savoir compter l’argent.

Je m’étais donc habillé, choisissant mes meilleurs atours, comme d’habitude. J’effaçai aussi un peu de mes cernes avec ce produit miracle, qui me donnait une belle mine. J’observai mon vernis, qui était magnifique, comme toujours. Forcément… Pas de rituels ou de combats, je prenais soin de mes mains. Voilà le travail ! Mes magnifiques chaussures, qui seraient magnifiquement assorties à ma tenue, qui serait assortie du coup au thème de la soirée du Pandemonium… A savoir… Soirée Blanche !

Je me regardai dans le miroir. Oh, j’appréciais beaucoup cette tenue. Cette petite veste grise était la seule dérogation que je me permettais dans cet ensemble, mais elle était magnifique, avec ses reflets irisés qui seraient de meilleurs goûts sous les spots. Sans parler de cette chemise blanche pure et de ce pantalon que j’avais repassé au pli près la veille. Puis ces chaussures. Oh, je bénissais les italiens. Ils étaient vraiment les meilleurs pour faire des petites chaussures de sortie à talonnettes qui soient confortables. Et j’étais prêt pour ma magnifique - j’en étais sûr - soirée Blanche.

La semaine dernière nous avions eu la Soirée Noire. J’aimais beaucoup ces thématiques de couleurs, de temps en temps, cela donnait des apparences de vague sur la piste de danse, c’était d’une beauté presque irréelle. Très amusant, et surtout très bon pour le business. Et bien entendu, j’allais faire acte de présence à ma propre soirée, et immédiatement. Je marchai à l’air libre, tranquillement, pour ensuite entrer dans mon palace. La décoration était purement parfaite ! Je pouvais le voir alors que ce n’était pas encore tout à fait plein, tout était parfaitement réalisé comme je l’avais imaginé. Des draps qui pendaient du plafond, des cordelettes autour des poteaux, le bureau du DJ entièrement repeint pour l’occasion… Quelques volutes de fumées blanches… Parfait. Parfaitement parfait.

Et je ne perdis pas de temps, je saluai mes habitués, mes amis, et je me mis derrière mon comptoir. J’eus tout juste le temps de poser ma veste loin des possibles jets d’alcool qu’une jeune femme, une chasseuse d’ombre, s’accouder face à moi pour me commander un Cosmopolitan. Je lui fis un signe de tête avec un sourire, bien que me demandant ce qu’un shadowhunter faisait là. Et en plus de ça, pourquoi elle avait l’air de me parler à moi pour se vider la tête ? Bon… Puisque j’étais là hein ?

“Qu’est-ce qu’une jeune et jolie chasseuse d’ombre peut bien regretter, hum ?”


Je n’étais pas psychologue, mais je prenais soin de mes clients. Chasseuse d’ombre ou pas… Comment pouvais-je désormais juger une personne par son ascendance ou son métier ? Après tout, Alexander était comme elle, mais il l’avait aimé très vite, sans tenir compte de son âge, de rien… Et je devais avouer que je ne connaissais pas grand chose à la vie des Chasseurs d'Ombre. Mis à part ce que j'avais connu, bien des décennies plus tôt...


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Sam 9 Sep - 5:03
have enough courage to trust@Magnus Bane & Willow C. SaundersJ’avais appris ma leçon, avec la soirée un peu trop arrosée que j’ai passée, quelques semaines plus tôt. Pas question de finir à demi-perchée sur le bar, complètement saoule, à vomir une fois dans un taxi. Je préférais de loin commander une petite boisson simplette, gardant un peu de gêne puisque mes amis, ou plutôt collègues de classe, n’étaient pas très loin et se posaient de sérieuses questions à propos de mon changement de personnalité. Il ne manquait plus que je devienne une fêtarde, et là, ils finiraient par en parler à un spécialiste. Il me diagnostiquerait avec … avec de la folie, peut-être ? Comment ne pas donner, en explication, tout ce qui s’était produit ces derniers jours, entre les vampires, fées, sorciers et néphilims croisant mon chemin ? À m’entendre lancer de telles conneries, on m’enfermerait dans un asile. Aaah, j’enviais presque leur vie mondaine, celle que j’avais, avant de débarquer dans la Grande Pomme. Ça me manquait terriblement de ne me soucier que de choses banales, d’espérer retourner voir ma famille et monter à cheval … Je mentirais en disant ne pas souhaiter cette possibilité de faire marche-arrière et ainsi ne jamais sortir de Peekskill, là où l’air et frais et chaque voisin vous reconnait à distance. Je n’hésiterais pas une seconde à donner cette destinée à quelqu’un d’autre, en échange de cette normalité.

Mais voilà, sur un coup de tête, ou un instinct quelconque, j’avais accepté. J’avais pris la dague séraphique dans mes mains et elle s’est activée. J’ai laissé Calixte utilisé sa stèle et j’étais maintenant marquée à jamais d’une rune. J’en appris beaucoup plus que je ne l’aurais souhaité, me sentant à moitié trahie. Par qui ? Par ma famille qui n’avait jamais voulu me dire d’où je venais. Par Cal, car il s’était éclipsé avant même de donner une quelconque explication. Il me fallait faire le tri de mes émotions toute seule. J’étais une grande fille, me disait-on. Eh bien, peu importe mon âge, je me sentais aussi perdue qu’une enfant sans ses parents, dans un centre commercial. Me tourner vers ma sœur serait une option valable, mais je n’avais plus de ses nouvelles depuis un moment. Non. Je devais me rendre à l’évidence; ce chemin, je l’emprunterais, mais seule.

Heureusement pour moi, il y avait toujours des gens prêtant attention à autrui. J’devrais en prendre note. Mon grand défaut était bien de ne jamais vraiment écouter les autres, de m’enfermer, et de rester dans mon coin. Mais c’est que le barman m’ayant servi entendit mes plaintes et me demanda ce que je pouvais bien regretter. Non. Ce qu’une chasseuse d’ombre pouvait bien regretter. On en était donc là. Je n’étais plus la Willow-Invisible, j’avais un titre qui me sonnait encore un peu étrange, à mes oreilles. « Je sais pas pour les autres chasseurs d’ombres, mais moi, j’regrette d’avoir accepté ma destinée. J’étais bien, en tant qu’étudiante ennuyante. Là, on me propulse dans un monde complètement différent. Je ne sais plus choisir entre la moi chasseuse d’ombre ou la moi humaine, juste … humaine. » J’imagine qu’avec le temps, les entraînements, les missions, on s’habitue un peu plus à ce mode de vie. Mais c’est différent, quand on baigne dans cet univers depuis longtemps. Rien ne nous surprend. Pour moi, c’est tout le contraire. Chaque créature que j’ai croisé m’a laissé surprise et, je dois l’avouer, un peu craintive, au début. Surtout le vampire. Celui-là, il était louche.
© 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Mer 13 Sep - 0:23
Je me plaisais parfois à discuter avec mes clients. C’était excellent pour le business, après tout, et ça me permettait de faire de belles rencontres. Mais je devais avouer que si j’avais les oreilles de chat, je les aurais certainement dressées. Qu’est-ce qu’elle me chantait cette Nephilim ? Etait-elle déjà bourrée ? Il était pourtant déjà très tôt… Et je ne voyais rien en elle de particulièrement… probant. Elle semblait même particulièrement maîtresse d’elle-même. Alors c’était quoi cette histoire ?... Les Nephilim n’étaient pas humains, ils descendaient des anges. Et ils ne faisaient pas d’études ennuyantes… Voire même ils étaient tous dans une sorte extrêmement fiers de leur destiné, ils puaient l’arrogance à des kilomètres. Là, j’avais l’impression de voir une… Deuxième Clary.

Les enfants de Shadowhunters étaient déjà bien assez rares comme ça. Alors, lorsque l’un des leurs naissaient, ils étaient suivis à la trace, formatés pour leur destiné, ne connaissant de toute façon rien d’autre, et jamais ils ne finissaient par vivre une vie d’humain. Je n’avais pas l’impression qu’elle mentait… En dehors de la situation clairement exceptionnelle de Clary, je ne voyais qu’une possibilité : l’un de ses parents s’était enfui de l’Enclave pour vivre un amour interdit avec un Mundane.

J’eus un petit rire amusé. Certains Nephilims ne se rendaient pas compte de ce qu’ils faisaient parfois… Mais je ne pouvais pas non plus les juger. Moi aussi j’accordais beaucoup d’importance à l’amour. J’aimais ce sentiment, j’aimais le plaisir d’aimer une personne. J’aimais la force que cela me donnait, j’aimais… J’aimais aimer.

“Je vois que tu as découvert que la vie peut receler beaucoup de secrets… Tient. Un remontant.”


Je lui servis la boisson qu’elle avait commandée, et je me penchai vers elle, comme pour lui faire une confidence. Ce qui en était une au final…

“Je suis cependant au regret de te le dire… Tu es autant humaine que moi. C’est à dire… Pas tant que ça.”


Je me redressai rapidement, pour taper sur ma caisse la commande qu’elle venait de faire, afin de lui tendre le ticket sur une soucoupe faite pour ça. Parce que j’étais d’une grandeur d’âme, je lui offrais la boisson. Son histoire, si proche de celle de Clary, dont j’avais joué mon rôle dans son malheur, me touchait un peu. Beaucoup, peut être. Mais ne chipotons pas sur les superlatifs, j’étais malgré tout curieux. Ce n’était pas souvent que ça arrivait, ce genre de scandale chez les Nephilim, et même si je disais le contraire à Alexander, j’adorais ce genre… D’histoire. Je posai donc mes coudes sur le comptoir, tenant ma tête sur mes deux mains en coupe, la regardat en face avec un petit sourire intéressé :

“Raconte moi donc ton histoire, jeune Nephilim en perdition !”


Du coin de l’oeil, je remarquai tout de même une légère agitation du côté de la piste de danse. Je vis aussi que ma sécurité se dirigeait vers les fauteurs de trouble. J’espérai tout de même que ce ne serait pas encore ces vampires qui ne savaient pas se tenir. Ils me gonflaient sérieusement, à vouloir faire la fête d’une façon que les autres n’allaient pas spécialement apprécier. Dont moi. Ce club était mon bébé et j’y tenais comme à la prunelle des yeux de Président Miaou.


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Sam 16 Sep - 7:01
have enough courage to trust@Magnus Bane & Willow C. SaundersJ’attendais toujours mon Cosmopolitain, mais préférait faire la conversation que de rester à me morfondre toute seule. Pas que j’étais venue sans compagnie. Le petit groupe d’amies était certainement quelque part dans le club. Je n’avais simplement pas le courage de savoir où ils se tenaient, ni même de leur parler de mes malheurs. De toute manière, ils me prendraient pour une folle. Pourrais-je me confier à Calixte ? Il était supposément mon … f… frère. Un lien de parenté, c’était discutable quand lancer à l’aveuglette, comme ça, mais pas via un test aussi précis. Il fallait donc que je fasse à l’idée, petit à petit, que cette partie de ma vie, je devrais y faire face, que je le veuille ou pas. Mais … mais c’est qu’il ne comprendrait probablement pas mon affolement, en ce moment. Comme il l’avait si clairement dit, alors qu’on se tenait devant l’Institut, les chasseurs d’ombres grandissent dans cet univers. Il n’y a rien qui les surprend, et peu de choses leurs font peur. Moi, c’était tout le contraire. Les créatures obscures me terrorisaient et me fascinaient, tout ça à la fois. Les démons me donnaient des cauchemars. Quant au reste, bah, je ne savais pas trop comment réagir. Et c’était un peu frustrant, pour une fille comme moi, qui essaie toujours de prévoir les choses d’avance.

Les yeux un peu perdus dans le vide, ou plutôt, dans les bouteilles derrières, je repris contact avec le monde tangible en entendant le barman parler avant me donner la boisson commandée. J’hochais la tête avant de le remercier, mais fronçait les yeux en le voyant se pencher vers moi. Que voulait-il me dire ? Je tendis l’oreille et ne pus m’empêcher de soupirer devant son intervention. Bah ouais, malheureusement, c’était un fait. Je n’étais, au final, pas si humaine. Et lui non plus. Il faut dire que je m’en doutais, vu la manière qu’il s’est adressée à moi, dès le début. « C’est pas la première fois qu’on me le dit, mais ça ne me rassure toujours pas. » Je bus une petite gorgée, le voyant partir vers la caisse. Il sortit la facture et je m’apprêtais à prendre mon portefeuille. Cependant, à le voir pianoter sur la caisse, je compris qu’il m’offrait mon Cosmopolitain. Comme quoi les âmes charitables existent encore, il faut juste savoir cogner à la bonne porte. En revenant vers moi, il apportait une petite soucoupe avec le ticket, et je lui souris. « Merci. » Je le murmurais presque. Pas que je ne lui étais pas reconnaissante, mais mes soucis actuels m’accaparaient la plupart de mon esprit.

Le voir prendre place juste devant moi, les coudes sur le comptoir et la tête posée sur ses mains, je savais parfaitement qu’il s’attendait à ce que je rentre dans les détails. D’entendre sa demande ne m’étonna donc aucunement. Je bus une autre gorgée avant de débuter mon histoire. Longue comme elle était, je préférais essayer de couper dans les détails inutiles. « Tout à commencer avec mon arrivée ici, à New York. J’suis venue pour étudier, dans une académie de langues. M’enfin, c’est ce que je croyais. » Mais c’est que l’élément déclencheur de toute cette cavalcade, je le devais à un objet en particulier. « J’ai cette boîte, en bois, un peu comme un objet fétiche. Depuis aussi longtemps que j’me souvienne, je l’ai toujours eu en ma possession. Et donc, je l’ai apporté ici, avec moi. » Finalement, c’était peut-être ça qui m’avait causé des problèmes. Si seulement je pouvais faire un voyage dans le passé ! Je m’avertirais de laisser ça à la maison. « Sur le dessus, il y a un dessin, ou plutôt, une rune. Celle-ci. » Je pointais l’intérieur de mon coude, là où Calixte l’avait dessiné à l’aide de sa stèle. « J’ai vu, un jour, un gars se promener, dans la rue, avec des tatouages. Non, des runes. Désolé, j’suis pas encore habituée à ce mot. Il avait spécifiquement cette rune-ci, et je l’ai suivi. Pas besoin de dire qu’en entendant ce fameux discours sur les néphilims, j’me suis enfuie. » C’est là que j’éviterais de m’attarder sur tout le reste de mes mésaventures. « M’enfin, j’ai fait des rencontres assez bizarres, par après, et tout ça m’a poussé à revenir jeter un coup d’œil. Mais cette fois-ci, j’ai fait le grand saut, j’ai passé les tests pour qu’on s’assure de ma soi-disant vraie nature. Et là, dernier test, j’apprends que j’ai un frère, que mes parents sont pas vraiment mes parents. » Ou, en bref, le monde tel que je le connaissais s’effondre juste sous mes pieds. « J’essaie de me souvenir de mes vrais parents, ou plutôt de ma mère, mais rien à faire. Tout ce que je sais, c’est que la boîte à quelque chose à voir elle. Mais en la touchant, je n’ai que des bribes de souvenirs. Rien d’autre. » La gorge sèche, je pris une autre petite gorgée de ma boisson, attendant nerveusement la réaction du barman.
© 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Dim 24 Sep - 16:56
Ecouter son histoire, c’était un peu écouter celle de Clary. Elle aussi devait entrer à l’Académie des Arts, devenir dessinatrice, continuer ce roman graphique avec son meilleur ami, grandir, devenir une femme. Puis elle avait été hantée par ce symbole, cette rune, que j’avais placée là comme alerte que le sortilège de mémoire ne fonctionnait plus. Mais elle… Elle ne savait rien depuis le départ. Elle avait même du mal à dire le mot “rune” ! Cela me fit sourire intérieurement, allons-nous avoir toute une génération de Chasseurs d’Ombres élevés comme des Mundanes ? L’Enclave devait être proprement ravie… Peut-être devrait-elle se poser des questions ? Elle marchait déjà sur les droits des Créatures Obscures, si même ses Shadowhunters allaient se perdre chez les Terrestres… Valentin, à l’époque, avait été un soulèvement effrayant pour nous, mais cela avait mis en exergue un mal qui sévissait parmis ceux supposés nous fliquer. Ce mal, c’étaient les secrets, les non-dits, ce qui faisait de l’Enclave un véritable gruyère.

Mais ma curiosité professionnelle était déjà là. Son histoire était classique, vraiment classique, j’en croisais des dizaines par an, des personnes qui cherchaient ses parents. D’un côté, je ne comprenais pas vraiment pourquoi les hommes, les femmes, cherchaient tant à connaitre leurs parents. Qu’est-ce que cela changeait réellement dans leurs vies ? Surtout si ces personnes les avaient abandonnés, ou ne pouvaient plus s’occuper d’eux à l’heure actuelle… Ils auraient cette information, et cela ne ferait qu’ajouter une source de souffrance par dessus celle qu’ils avaient déjà. Mais peut-être me demandais-je cela parce que j’aurais préféré ne jamais savoir qui étaient mes parents, avoir été abandonné. Peut-être que j’aurais préféré être né au milieu d’un champs et devoir me débrouiller seul, pour ne pas souffrir encore aujourd’hui de ce que la famille m’avait donné.

Je savais que je pouvais aider cette jeune femme. Que si elle m’emmenait cette boîte, je pourrais faire quelque chose. D’autant que si cette rune se trouvait dessus, elle devait être un minimum “marquée”. Et si ce n’était que des souvenirs… Il fallait juste espérer qu’un autre sorcier ne soit pas passé par là. C’était toujours compliqué de passer après un collègue, étant donné que chacun avait sa façon de faire, et que c’était dangereux pour le client. Surtout quand le client n’avait visiblement aucune idée de ce qu’il se passait.

J’avais envie de prendre son cas en main, mais d’un autre côté… Que pouvait-elle m’offrir pour mes services ? J’étais une personne généralement altruiste… mais contre un remerciement pour ma peine évidemment. Rien n’était gratuit en ce bas monde, et je n’allais certainement pas commencer à faire du pro bono. Car si je le faisais avec elle… D’autres viendraient se battre à ma porte. Alors, j’allais devoir poser des questions, tout en voyant réellement comment faire en sorte d’être rémunéré. Je ne m’attendais pas à une jolie paye comme mon client d’un peu plus tôt, mais après tout… Je pouvais parier sur son potentiel. Si elle était faite de la même trempe que Clary, elle allait certainement se montrer utile. Enfin, pas ce soir… J’étais légèrement fatigué par ma précédente séance.

“As-tu toujours vécu avec tes parents ? Ou bien est-ce qu’il y a une période de ta vie dont les souvenirs sont pauvres voire inexistants ? Ou bien des sensations de rêves, plutôt que de souvenirs ?”


C’étaient des questions ciblées, que je lui posais plus par acquis de conscience qu’autre chose. Je n’avais pas la moindre idée de quel cas de figure la représentait le plus, et c’était là que je regrettais l’absence de “dossier médical sorcier”, où chaque sorcier disait quel acte avait été fait. Bon, c’était impossible que ça arrive un jour, mais c’était là mon côté pratique qui parlait.

“D’ailleurs, jouons à un jeu. Saurais-tu reconnaître ce que je suis ? Parmi toutes les Créatures Obscures. Si tu devines… Peut-être bien que je pourrais t’aider.”

J’aimais bien jouer, et puis c’était aussi une façon pour moi d’appâter mon client. Je n’étais pas un simple démarcheur, ce n’était pas comme si j’étais en manque de clientèle. Mais j’aimais bien choisir mes cas, parfois.


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Mar 10 Oct - 3:08
have enough courage to trust@Magnus Bane & Willow C. SaundersJe ne m’étais jamais vraiment arrêtée pour analyser chaque aspect de mon cheminement, depuis mon arrivée à New York. Je voyais ça comme un tout, je prenais plutôt par acquis l’étape à laquelle j’étais rendue et ce, même si cela me terrorisait encore, que ce lot de responsabilités me tombant dessus. Cependant, en décrivant cela étape par étape, je me retrouvais bien vite à percevoir mon histoire comme une œuvre de fiction. Suivre un homme simplement parce qu’il a un tatouage exactement pareil à une boîte quelconque ? Autant se jeter tête première dans une situation potentiellement dangereuse. Oui, oui, j’étais très critique, et quitte à avoir le pouvoir de voyager dans le temps, j’avertirais la jeune et rêveuse version de moi-même de foutre le camp de la Grande Pomme, sans quoi sa vie changerait du tout au tout.

Malheureusement, ces runes ne me donnaient aucunement cette capacité. Il me fallait donc vivre avec mes décisions. Je me voyais mal dire à Calixte que je changeais d’avis, que chasser les démons n’était pas un emploi pour moi, que j’avais une vie humaine à vivre et elle entrait en conflit avec mes nouveaux devoirs. Puis, en ayant découvert ce monde se trouvant tout juste sous mes yeux, il me serait difficile, voire impossible, de le balayer du revers de la main. J’avais rencontré des créatures particulières, faisant parti de l’univers de l’imaginaire pour plus d’une personne, sauf bien sûr pour moi. Vu mes tendances asociales, il me sera difficile de trouver quelqu’un avec qui en parler dans l’Institut, quelqu’un qui comprenne réellement mes troubles, mes angoisses, sans que cela soit mon frère. Se pourrait-il que je sois vouée à faire aux conversations éphémères ? Cet homme n’avait pas nécessairement besoin de montrer une quelconque empathie, ni même l’aider, et pourtant, il n’avait pas sourcillé une seule seconde, n’avait pas baillé. Avait-il une solution ? Peu importe ce qu’il me demanderait à partir de ce moment-ci, je lui répondrais sans hésiter. S’il disait vouloir voir ma boîte, il faudrait simplement que j’aille la chercher aux dortoirs. J’avais une soif de réponses et j’étais prête à tout … ou presque. Même si en découvrir plus sur mes origines se trouvait au-dessus de ma liste de priorités ces temps-ci, je ne pouvais pas vraiment me payer les services de qui que ce soit. Pas d’un détective privé, même pas de ce foutu test que les gens font pour en savoir plus sur leurs ancêtres. J’imagine que cet homme ne joue pas les bons samaritains dès le premier venu, sinon il vivrait dans une petite boîte en carton, au beau milieu de la rue. « Étrangement, vers mes 7 ans, j’ai eu la net impression que je n’appartenais pas à ma famille actuelle. Mais vu que j’étais si jeune, ça m’est vite passé. Puis, j’ai commencé à avoir des rêves un peu particuliers. Je ne les comprenais pas, ils n’étaient que des flashs d’images. Maintenant, après ce test sanguin, je comprends que ce sont en fait des souvenirs de ma mère biologique, possiblement de mon père aussi. Sauf que pour l’instant, tout ce que j’ai de mes vrais parents, ou plutôt de ma mère, c’est une image sur un écran. » Ce n’était pas suffisant pour moi, il me fallait une voix, quelque chose qui me donne la sensation de la connaître, de l’avoir près de moi. Ma mère, ma vraie mère … Que dirait-elle, si elle me voyait ainsi, aujourd’hui ? À quoi ressemblerait ma vie si elle se trouvait toujours en vie, si j’avais grandi avec elle ? Aurais-je une meilleure maîtrise du combat, des runes ? Ou aurait-elle voulu m’en éloigner ? Calixte me dit pourtant que les chasseurs d’ombres baignent dans ce monde obscur depuis leur tendre enfance. En s’éloignant d’Idris, de tout ça, désirait-elle une vie différente pour moi ?

Tant de questions, c’en devenait horrible ! Je me faisais plus de mal que de bien, je l’avoue, mais ne réussissais pas à taire mes soucis. Pour ne pas avoir l’air d’une folle, pour ne pas me dévoiler si tiraillée par mes émotions, je préférais prendre une autre gorgée de mon Cosmopolitain, puis de l’écouter un peu plus attentivement. Une devinette ? Je n’étais pas si douée pour ça, surtout vu mon peu de contact avec les diverses créatures obscures. La seule chose qui jouait en ma faveur, c’est qu’en m’enfuyant de l’Institut, la première fois, je rencontrais une variété de créatures. Celles-ci furent la voix de la raison, en quelque sorte. Elles me poussèrent à marcher dans mes propres pas et me présenter une fois de plus à l’Institut. Était-il un vampire ? Sûrement pas. Une fée ? J’hésitais entre ça et sorcier, comme Chris. J’ai longuement hésité à lui répondre, réfléchissant, pesant le pour et le contre de chaque choix. « Vous êtes … vous êtes un sorcier. M’enfin, je crois. Non … non … j’en suis sûre. » Sa personnalité était bien trop ressemblante à celle de Chris. Sans compter que notre conversation, semblable à celle-ci car je cherchais des explications quant au monde obscur, s’était déroulée dans un bar. Mon doute s’était étrangement envolé, à ce moment précis.
©️ 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Ven 13 Oct - 13:11
Je savais de source sûre que les Shadowhunters avaient une sorte de fierté innée, probablement gravée dans leurs gènes, qui faisaient que chaque dette se devait d'être payée. D'autant plus que j'avais un moyen parfaitement magique et légal de faire en sorte que ça soit réglé... J'allais faire quelque chose que j'aimais beaucoup. Parier sur l'avenir d'un Chasseur d'Ombre. Quand ceux-ci se montraient face à moi totalement démunis, que je pouvais les aider, et qu'un jour, ils me rendraient la pareille. Et j'avais face à moi une demoiselle futée. Elle hésitait avant tout en répondant que j'étais un sorcier, elle semblait peu sûre, et d'un coup... Je voyais là l'assurance d'un véritable Shaowhunter. Bien ! C'était un bon départ. Et puisqu'elle cherchait ses parents... Etait-ce une mode ? J'avais déjà un autre client Shadowhunter qui faisait la même chose. Probablement une mode chez les descendants de Raziel que de disparaître dans la nature en laissant derrière eux des enfants en perdition. Pas très angélique si vous voulez mon avis. Alors, son histoire en tête, je finis par faire le tour du comptoir pour aller m'asseoir à côté d'elle. Je prenais le temps de tourner correctement dans ma tête ce que j'allais lui proposer. Il serait dommage qu'elle refuse ! En ces temps troubles, c'était toujours une bonne chose de pouvoir compter sur une recrue qui n'avait pas l'esprit sali par les manigances de Valentin. Une fois installé face à elle, je la regardais d'un oeil détendu, pour ensuite lui dire :

"Bien joué... Je suis un sorcier. Tu as donc entendu parler de ma race si tu as l'air aussi sûre de toi.
Peut-être connais-tu aussi nos capacités ? Je peux t'aider, mais cela a un prix."


J'étais bien placé pour savoir que tout avait un prix, moi y compris. Parfois le prix était peu élevé, parfois il l'était bien trop. Cela dépendait de ce qu'on me demandait... Et aussi du client. Je demanderais bien moins à une personne que j'aime qu'à mon ennemi. Puis, je n'étais pas certain que mon ennemi était prêt à payer la somme que je lui demanderais. C'était bien là le principe d'être ennemis, n'est-ce pas ?

Mais cette chère chasseuse d'ombre avait l'air particulièrement attachée à l'idée de les retrouver. Je le pouvais. Ca allait même être un jeu d'enfant comparé à d'autres, puisqu'elle avait une sorte de souvenir... C'était déjà ça, n'est-ce pas ?

"Tu débutes dans notre monde alors je veux bien te faire une fleur... Un service contre un autre service. Nous pourrions avoir une sorte de... D'accord, si je peux dire. Et un jour, quand j'aurai besoin d'aide... Tu viendras tel un chevalier servant. Ca te va ? Tes parents contre un service."

Je me trouvais presque magnanime en ce moment... Ce n'était pas cher payé. Du moins, si elle obéissait en rendant le service. Ca risquait de mal se passer si elle ne le faisait pas, car il était du genre à causer de méchants désagréments tant qu'il n'était pas exécuté. Pas de quoi causer la mort, mais... Enfin, certains pourraient préférer la mort à tout cela. Oh, ne me voyez pas comme un être horrible, simplement je m'assurais d'obtenir mon paiement, c'était bien normal, n'est-ce pas ? Dans le monde des Terrestres, on envoyait des huissiers de justice. Un beau métier que voilà, s'assurer que personne n'était lésé ! Hé bien, mon huissier de justice, c'était ma magie, tout simplement, matérialisée sur un contrat, qui sera dupliqué, bien sûr... Avec tout ce qu'il fallait savoir écrit dessus. Encore fallait-il le lire, n'est-ce pas ?

"Si tu acceptes, il me faudrait tout ce qui te rattache à tes parents. N'importe quoi. Ce que tu as.
"



Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Dim 5 Nov - 3:01
have enough courage to trust@Magnus Bane & Willow C. SaundersTout compte fait, peut-être que mes rencontres accidentelles faisaient partis du parcours. Pas que j’aime penser si positivement de ma conversation avec le vampire, un homme très mystérieux, sarcastique et qui me laissait renfrogné pendant encore quelques semaines. Bon, avec Chris, c’était différent. Il avait été très gentil, autant par le fait qu’il m’a servi je-ne-sais combien de verres, mais aussi car il me raccompagna au dortoir et ce, malgré mes protestations futiles. Puis, une autre rencontre fortuite, cette fois avec Oreste, une fée qui me sauva in extremis d’une situation qui aurait pu tourner au vinaigre. En bref, à chaque petit moment plus dramatique, dépressif ou même dangereux, j’avais croisé le chemin d’une de ses créatures. Et vraisemblablement, le destin ne cessait de m’aider, en me permettant cette fois de tomber sur un sorcier pouvant peut-être me prêter main forte dans ma recherche personnelle. Se pourrait-il donc que j’en sache un peu plus sur ma véritable mère ? Aurais-je des réponses quant à ses bribes de souvenirs qui venaient de temps à autre me hanter ? Oh, ma pauvre mère adoptive … comment les choses changeraient encore plus, entre nous. Pourvu qu’elle comprenne ce besoin essentiel de connaître mes origines.

Je le vis alors faire le tour du comptoir et venir me rejoindre, prenant place juste à côté de moi. Le silence s’installa pendant quelques minutes, et je dois l’avouer, tout cela me faisait appréhender la suite des choses. Qu’allait-il me proposer, exactement ? Que demanderait-il en retour ? Merde ! Pourquoi avais-je cette mauvaise manie de parler de mes problèmes à haute voix ? Et le voilà, maintenant, qui se retrouve face à moi, me félicitant d’abord puis me demandant si j’étais au courant des capacités des sorciers. « Oui, je suis parfaitement au courant, quoique je ne me fais aucune idée de l’étendue de vos dons. » Quelle sotte ! Je n’osais même pas penser au coût monétaire pour ses services. Demander à Calixte serait bien trop irrespectueux, surtout puisqu’on n’a appris notre lien de parenté que depuis quelques heures. Non. Il fallait que je me débrouille toute seule. C’était quand même pour ça que j’avais choisi de déménager à New York.

Écoutant attentivement mon interlocuteur, je fus surprise de l’entendre m’annoncer ce à quoi il s’attendait, comme paiement pour l’aide qu’il m’apporterait. Un … service ? Était-ce dangereux que d’accepter une telle offre ? J’étais, comme il le disait si bien, nouvelle dans le monde obscur. Je ne savais donc pas en qui placer ma confiance. Ma crainte envers les conséquences d’une telle décision me criait presque de ne pas accepter. Après tout, si j’avais vécu tout ce temps sans une seule photo de ma mère, sans une bribe d’information, je pourrais parfaitement continuer mon petit bout de chemin sans trop de soucier. Sauf que le test sanguin avait révélé bien plus que je ne pouvais imaginer. Et mon désir d’avoir toutes les pièces du puzzle enfin réunies se concrétisait juste devant moi. Il me suffisait de … eh bien de me lancer tête première. « Je ne fais pas tellement dans les chevaliers. Peut-être qu’à force, j’en deviendrais un, qui sait. Mais ça me va, un service pour un autre service. » Lorsque je m’engageais à être redevable à quelqu’un, je ne revenais jamais sur mes mots. C’est bien pour cela qu’avant d’accepter quoi que ce soit, je pèse le pour et le contre. Il avait dû remarquer mon mutisme, le temps que je digère tout ça. Je n’avais pas nécessairement moyen de lui prouver que je tiendrais parole, mais j’espérais qu’il me croit.

Nous voilà maintenant aux choses sérieuses. Comment s’y prendrait-il pour rapiécer les fragments de ma mémoire ? Il était un sorcier, il avait plus d’un tour dans son sac. Mais c’est que depuis la découverte de toutes ces créatures, je tends à être d’autant plus fouineuse, m’intéressant à tout, et sans aucun préjudice envers qui que ce soit. C’est fou, que de découvrir un nouveau monde alors que celui-ci se trouvait juste sous mes yeux. « Eh bien, je n’apporte jamais ma petite boîte avec moi. Elle reste sur mon bureau de travail … » Je me perdis dans mes pensées lorsque, soudainement, je me souvins d’un objet qui était toujours sur ma personne. « Mais j’ai ce collier. Je le porte depuis aussi longtemps que je me souvienne, du moins, c’est ce que ma mère adoptive m’a dit. » Et, sur ce, je sortis le pendentif, soit deux ailes avec une petite bille bleue au centre.
©️ 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Bane
avatar
♦ Age : 24
♦ Date de naissance : 21/04/1993
♦ Autres comptes : Aucun o/
♦ Runes : 584
♦ Messages : 116
♦ Date d'inscription : 03/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ Sam 11 Nov - 16:47
J'étais surpris de la voir accepter mon service... Mais c'était quelque chose d'excellent. Vraiment excellent. Cela servait toujours... J'aimais parier sur les capacités des Chasseurs d'Ombre. Et une fois son accord donné, je pris sa main pour la guider vers une porte à la dérobée. Je la débloquai d'un geste de main, elle gardait un portail vers mon propre appartement, utile pour emmener des clients. Je ne voulais après tout pas faire preuve de magie dans un lieu qui était aussi ouvert aux terrestres... Quand ils trouvaient le Pandemonium.

Lorsque nous passâmes le portail, nous arrivâmes donc dans mon appartement. Je lui montrai le fauteuil, et je récupérai dans mon bureau un morceau de papier. Je me concentrai pour y mettre un peu de ma magie, ça allait être le contrat... Service pour un service. Elle n'aurait plus qu'à apposer sa main dessus, après quoi nous allions être liés jusqu'à ce qu'un jour... J'aie effectivement un service à lui demander. Je l'expliquai à Willow :

"Voilà. Quand t'es prête, tu poses ta main dessus et je... fais ce que je te dois."

Et tandis qu'elle hésitait probablement un peu, moi je serrai bien fort le petit pendentif dans ma main, qui était très beau soit dit en passant. Je ressentais déjà de l'amour à l'intérieur, tellement d'amour et d'espoir que ça me donna le tournis. Je pouvais sentir les sentiments de cette douce Willow, cette jeune fille perdue, qui cherchait ses racines comme moi je cherchais à les fuir.


Je sortis alors un tout petit chaudron, que je mis sur réchaud, que j'allumai d'un coup de doigts, afin de chauffer le fond d'eau qui s'y trouvait. A l'intérieur, j'y versai avec une dextérité que j'avais beaucoup travaillée le reste des ingrédients, tout en psalmodiant une formule dans une langue déjà morte - car la recherche des liens du sang n'était pas une lubie moderne, elle avait fait travailler les hommes et les sorciers en tout temps.

Alors qu'elle appuyait sa main sur la feuille, je jetai le dernier ingrédient, qui causa une petite explosion dans le chaudron. J'y plongeai alors la main, avec le pendentif à l'intérieur, pour partir ensuite dans une espèce de transe où des mots sans queue ni tête sortirent de ma bouche. C'était une transe qui m'envoyait dans le passé, voir les personnes qui avaient pu toucher ce pendentif, je disais ce qu'elles disaient, mais tout arrivait en même temps... Alors je disais tout en même temps.

A partir de là, je suivis les fils principaux... Une soeur, une mère... La mère adoptive, c'était bon, je mis ça de côté... Mais je ne retrouvais plus la mère. Celle qui tenait ce pendentif avec cette main potelée. Elle n'était pas à la surface de cette terre, je le sentais, elle n'avait plus cette présence d'être vivant... Une seule solution possible à cela. Elle n'était plus de ce monde justement... Pourtant, je voyais une autre personne. Une jeune femme, sa soeur... Elle était proche, très proche. Alors même que j'avais vu qu'elle était loin. J'avais donc une bonne nouvelle, et une mauvaise.

Je retirai ma main du chaudron, elle était chaude, et le pendentif à l'intérieur était presque rouge. Mais heureusement, cela s'arrêta vite. Je n'eus aucune trace, si cela avait chauffé, ce n'était que par l'action de la magie, qui était forte dans ce type de rituel. J'étais en nage, m'appuyant sur ma table. Je n'avais pas le courage de prendre des pincettes, alors je déclarai, essoufflé :

"Votre mère, biologique, est morte... Mais votre soeur, elle, est présente, ici... Dans cette ville."


Revenir en haut Aller en bas
http://kikidostuffs.tumblr.com
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: × have enough courage to trust, feat Magnus ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
× have enough courage to trust, feat Magnus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» wyclef a-t-il le courage d'un revolutionnaire?
» Première épreuve : Le courage !
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]
» Magnus Richter
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: New York :: Brooklyn :: Pandémonium Club-
Sauter vers: