SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer.
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer.
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Ven 25 Aoû - 0:59
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

J'avais du mal à me faire à l'idée que, j'étais un vampire et qu'il y a quelques jours encore, j'étais la gorge ouverte à me vider de tout mon sang entre les mains d'un psychopathe. Et maintenant, je pouvais de nouveau marcher au soleil, j'allais à l'université et j'avais presque réussi à convaincre ma mère que je n'étais pas un monstre. Je savais que ça allait prendre du temps, mais je pouvais compter sur l'aide de Becca. Ma sœur était vraiment la meilleure. Je lui avais dit aussi que j'étais un vampire lorsqu'elle était revenue à New York parce que… Et bien je ne pouvait pas lui cacher, vu la réaction de maman, elle l'aurait su d'une manière ou d'une autre. Et Becca l'avait bien mieux pris que notre mère. Ce qui n'avait pas été sans me rassuré et m'avait redonné du poil de la bête.

Je vous jure, tout était tellement parfait dans ma vie en ce moment, c'était… Perturbant. Mais ça faisait un bien fou. J'avais donc commencé des études en musicologie. Bon, avec un peu de compta pour faire plaisir à maman quand même. Et j'adorais ce que je faisais, mes cours était tous super intéressant, je composais encore plus qu'avant et avec les bonnes méthodes cette fois. Puis une fois les cours fini, j'allais bosser avec Anna. Sincèrement, je n'avais jamais été un grand fana des bars, mais le Sunshine's… Cet endroit était super cool et reposant, l'ambiance me plaisait vraiment, c'était toujours un plaisir de venir y travailler. Puis finalement, être serveur ce n'était pas si compliqué. Je trouvait ça amusant aussi de faire pleins de nouvelles rencontres. J'avais l'impression de revivre et je crois que tout le monde dans mon entourage pouvait aussi sentir ce changement chez moi.

Et il y avait Raphael aussi ! Je ne pouvais pas parler de tout ce qui fonctionnait à merveille et me rendait aussi heureux et oublier ma relation avec Raphael Santiago. Bon, nous avions quelques disputes à propos du fait que je sois devenu un diurne, mais je crois que le soulagement suite au fait que j'ai faillit mourir et soit finalement, revenu en un seul morceau avait prit le dessus sur le reste. Après, vu que j'avais décidé de reprendre un rythme de vie de Terrestre, c'était un peu plus compliqué pour ce voir. Mais Raphael bossant aussi beaucoup, on peut dire que ça s'équilibrait. Puis de toute façon quand j'étais avec lui, j'oubliais tout le reste.

J'avais un emploi du temps léger aujourd'hui et en plus je ne bossais pas cette nuit. Donc c'était l'occasion parfaite pour passer du temps à l'hotel avec Raphael. Ca ne me dérangeait pas tant qu'on ne sorte pas beaucoup. De toute façon j'étais crevé. Et comme je le disais plus tôt, ce qui comptait c'était de passer du temps ensemble. J'étais donc allongé sur le lit de Raphael à réviser mes cours, tandis que lui s'occupait encore et toujours de paperasse pour l'hotel à son bureau. Les minutes s'écoulait. Les seuls bruits qu'on pouvait entendre étaient ceux du stylo de Raphael sur le papier et les quelques pages que je pouvais tourner. Me faisant la remarque que tout était bien trop calme, je posais mes affaires pour observer un instant mon petit-ami.

J'aimais beaucoup regarder Raphael travailler. Il était tellement concentré, ça se lisait sur son visage. Et même dans ce genre de situation, il était ultra sexy. Il avait cette manie de toujours se tenir droit, de froncer un peu les sourcils quand il lisait quelque chose. Je n'arrivais pas à m'en lasser. Je crois que je ne comprendrais jamais comment j'avais fait pour ne pas me rendre compte plus tôt à quel point ce vampire était à croquer avant. Et maintenant, on était ensemble quoi… Je sortais avec Raphael… C'était tellement beau à dire. Sans m'en rendre compte, je m'étais mit à sourire bêtement. Lorsque je revins sur terre, ce même sourire s'agrandit et je me levais le plus discrètement possible pour me rapprocher de Raphael.

Je savais que dans un moment pareil, il était bien trop concentré pour faire attention à moi. S'il y a quelque mois, il m'aurait tout de suite repérer, je crois que maintenant, il s'était habitué à ma présence et y faisait moins attention. Un peu comme si je faisais partis des meubles quoi, il n'avait plus à garder un œil sans cesse sur moi. J'en profitais donc pour m'approcher de lui par derrière. Je passai mes bras autour de son torse et commençai à l'embrasser dans le cou.

- Il est temps de faire une petite pause Mr. Santiago. Si tu continue comme ça, tu va finir par exploser.

Je lâchais un petit rire et ne laissai pas le choix à Raphael. Je vins directement m'installer sur ses genoux, mes lèvres contre les siennes, un bras sur son épaule et l'autre qui déboutonnait déjà progressivement sa chemise. Non, si ça peut vous rassurer, il n'y avait bien qu'avec Raphael que je me comportait de la sorte. Je n'étais pas aussi direct comme gars normalement. Mais je savais qu'avec le Leader du clan, il fallait que je lui impose un peu ce que je voulais, sinon il passerait son temps le nez dans les papiers et on ne s'adresserait pas un mot de la soirée.

© made by Ilyria - 884 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Sam 26 Aoû - 13:23
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Aujourd’hui, Raphael n’avait pas beaucoup de choses à faire, il n’avait pas de meeting ni rien. Bon, Lily lui avait dit qu’il risquerait d’avoir une visite de courtoisie dans la nuit, mais ce n’est rien de bien grave. Ce qui n’était pas si déplaisant quand on y pense parce que bon… Avec tout ce qui s’était passé ces derniers jours, un peu de repos ne ferait pas de mal, même s’il n’était probablement pas celui qui en avait le plus besoin. Mais bon, au moins, comme ça, il allait pouvoir se mettre à jour dans la paperasse qu’il avait sur son bureau. Pus, il n’avait pu s’empêcher d’accepter quand Simon lui demandait de venir à l’Hôtel. Il fallait dire que, même s’il ne voudrait pas l’avouer, jamais, Simon lui avait terriblement manqué pendant qu’il n’était pas là, pendant qu’il s’était fait enlevé et dios.. Il s’était fait tellement de soucis quand il avait appris qu’il avait été pris par Valentin. Quand il avait appris qu’il y avait des possibilités qu’il se fasse tuer, qu’il se fasse torturer… Pendant un instant, il avait pensé qu’il ne le reverrait pas en vie. Ouais, bon, de toute manière, il n’était pas en vie parce qu’il était un vampire, mais bon… Vous voyez ce que Raphael voulait dire, donc… Il avait besoin de s’assurer qu’il allait bien tout le temps. Donc, il était plus que content de le voir la nuit, même s’il voudrait bien qu’il dorme avec lui le jour à la place d’aller en cours. Ce qui les pousse à se disputer à quelques reprises, mais pour l’instant, Raphael était bien plus heureux de voir qu’il allait bien pour faire quoi que ce soit d’autres à vrai dire.
Quand Simon était arrivé, Raphael était déjà entrain de s’occuper des tâches qu’il devait faire pour l’Hôtel, de la paperasse et tout ce genre de choses. Pour une fois, c’était silencieux, le seul bruit que l’on pouvait entendre distinctement, c’était les bruits de leurs stylos sur leur papiers respectifs. Raphael avait les sourcils légèrement froncés alors qu’il lisait des trucs qui n’avaient pas réellement de sens - sérieusement, ils devraient commencer à penser qu’ils devraient peut-être arrêter d’utiliser tellement d’argent pour des choses aussi stupides que les factures qu’il recevait -, mais bon. Il faut dire que ce n’est pas comme s’il n’était pas habitué à ce genre de choses, après tout. Il était un vampire depuis 65 ans et s’était rapidement mis à s’occuper de tout ça pour Camille parce qu’elle avait soit-disant de meilleures choses à faire. Comme aller se taper Magnus Bane ou bien décider de rendre tout l’Hôtel accro à la coke. C’était d’ailleurs le seul moment où il avait quitté l’endroit parce que c’était totalement con à faire comme chose.
Bien trop occupé par ses pensées et par les papiers dont il s’occupait, il n’entendait pas Simon arriver derrière lui, ne faisant pas vraiment attention à lui et à tout ce qui se passait autour de lui. Il faut dire qu’il était tellement habitué à la présence du novice qu’il ne faisait plus attention à ses moindres faits et gestes. De toute manière, ce n’est pas comme s’il avait besoin de le surveiller constamment. Plus maintenant en tout cas, on va dire qu’il faisait moins de conneries qu’au départ et ne traînait plus avec les Chasseurs d’Ombres, ce qui est tout de même une bonne chose aux yeux du mexicain. Même s’il se doutait que maintenant que Monsieur pouvait marcher au soleil, il irait voir sa rouquine plus souvent. Contre toute attente, il sentait finalement des bras autour de son torse et des baisers contre son cou, ce qui le surprenait un minimum. Mais il ne pouvait clairement pas lui dire ou lui montrer qu’il s’était un peu effrayé. Il était Raphael bon sang !
Il était sur le point de le contredire, mais n’avait pas le temps avant de le sentir venir s’asseoir sur ses genoux pour poser ses lèvres contre les siennes et Raphael répondait avec plaisir au baiser, ses mains sur les omoplates du diurne. Il ne pouvait s’empêcher de sourire en coin contre les lèvres de Simon quand il le sentait commencer à déboutonner sa chemise. “T’as l’air vraiment pressé de me déshabiller.” Dit-il en secouant doucement la tête de gauche à droite, décidant de se reculer très légèrement afin de retirer le haut de son petit ami, reposant ses lèvres sur celles de son petit ami, ses mains caressant sa peau. Pour le coup, il oubliait même totalement que quelqu’un était censé lui rendre visite dans la nuit, et une grande partie de lui espérait qu’il aurait encore le temps d’embrasser SImon et plus si affinité avant qu’on ne vienne le déranger pour dire que son invité était là. Dios, il espérait encore plus que ce n’était pas une de ces genre de personnes qui entrait sans frapper comme Magnus ou Catarina. Ou un de ces foutus Shadowhunters.© 2981 12289 0 ♦ 823 mots
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 31 Aoû - 23:11
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

Il n'y avait pas de raison à ce qu'on soit ensemble, seuls dans cette pièce et qu'on ne profite pas un peu. Ce serait tout de même dommage de passer la nuit à se regarder dans le blanc des yeux. Et j'avais besoin d'un prétexte pour arrêter de bosser, pour que Raphael arrête de bosser et de me vider l'esprit de tout chose. Clairement, embrasser le leader du clan, c'était une merveilleuse façon d'allier tout ça. Lier l'utile à l'agréable on pourrait dire même. Quoique je pense qu'il y a plus d'agréable que d'utile dans toute cette affaire. Mais j'étais presque sûr que personne ne m'en voudrait. Même Lily disait que j'avais une bonne influence sur Raphael. Tout du moins, il semblait moins agaçant quand j'étais dans les parages. J'avais un peu de mal à juger, mais sans oute parce que je ne connaissais pas autant Raphael que Lily.

J'étais donc venu directement sur les genoux de Raphael pour le déranger pendant son travail. Mais cela ne sembla pas tant l'énerver que ça. Au contraire, le vampire répondit bien rapidement à mes baiser. Je vous jure, cet homme était fantastique pour ça. Il se plaignait tout le temps, mais il suffisait de peu pour le faire changer d'attitude. Et j'aimais tellement être capable de faire ça. Et non, je n'en abusais pas… Enfin peut-être un peu parfois… Mais Raphael ne s'en était jamais plains plus que ça. La preuve, il me laissa lui enlever sa chemise. Il fit une réflexion à ce sujet qui me fit rire doucement pour m'enlever mon tee-shirt juste après.

- J'avais comme l'impression que tu avais trop chaud soudainement…

Ce qui n'était pas possible concrètement quand on est un vampire. Mais Raphael avait bien compris l'idée. Il se doutait bien que je n'étais pas venu l'embrasser et le déshabiller juste pour une histoire de confort. Quoique, ça rentrait un peu dans l'idée. Enfin, je savourais ses baisers, et ses caresses. Pour continuer dans notre lancée, je commençais à défaire sa ceinture. Mais être assis sur une chaise de bureau à deux, ce n'était pas bien pratique pour la suite. Alors je me relevais, forçant Raphael à faire de même en le tirant contre moi. Je profitais qu'on soit debout pour finir de lui enlever son pantalon et fit de même avec le miens juste après avoir poussé Raphael dans son lit. Ca serait bien plus pratique et confortable de continuer là.

Avec un sourire aux lèvres je vins me placer au dessus de mon petit-ami pour l'embrasser de nouveau. Si les vampires pouvaient entendre ça, ils devaient en avoir clairement marre de nous. Heureusement, je crois que même s'ils entendaient, aucun n'oserait venir dire à Raphael d'arrêter de coucher avec moi. Je laissais une main glisser le long du torse du mexicain, allant jusqu'à passer le bord de son boxer pour le caresser plus bas encore. Dans le même temps j'avais quitté sa bouche pour venir l'embrasser dans le cou et fini par y planter mes crocs. J'avais aucune idée de ce qui était le plus savoureux dans tout ce qui était en train de se passer, mais croyez-moi je profitais de chaque seconde et de la moindre sensation. J'aimais autant sentir le sang couler dans ma gorge que le corps de Raphael se tendre sous mes caresses et le sentir apprécier ce moment.

Je fini par remonter ma main et sortir mes crocs de sa gorge. Je me passais la langue sur les lèvres pour essuyer ce qu'il restait de sang, en souriant bêtement à Raphael, le regard plongé dans le siens.

- T'es tellement magnifique Raphael…

Je passais une main dans ses cheveux, continuant de l'admirer avant de venir l'embrasser de nouveau. Je ne me privais pas non plus pour me frotter avec plus d'ardeur à lui. Vu comment on était lancé, ce serait injuste qu'il m'abandonne dans un état pareil voyons ! Vous pensez qu'on peut porter plainte dans ce genre de situation ? Il y a bien des gens qui portent plainte pour s'être étouffé avec un céréale. Quoique j'en doutais assez. Puis si j'osais faire une chose pareille, je pourrais sans doute faire une croix sur toute relation avec Raphael. C'est qu'il était super rancunier quand il le voulait bien. Quoique, j'avais visiblement un don pour le faire passer outre ce trait de caractère.

© made by Ilyria - 724 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Sam 2 Sep - 22:05
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Ça n'étonnait pas beaucoup Raphaël que Simon ne prenne pas si longtemps avant de lui sauter dessus. Et pour être totalement honnête.. Ça ne dérangeait clairement pas le mexicain. Il était même clairement fan de ça, de le sentir contre lui, de sentir ses lèvres contre sa peau. Raphaël voudrait goûter à ça encore et encore jusqu'à la fin de ses jours. Il comptait bien voir ça arriver. Ses mains sur le creux des reins du novices, il répondait à ses baisers avec plaisir, se sentant lentement avoir de plus en plus envie de voir leurs vêtements s'envoler un peu plus loin. "Tu prends tellement soin de moi." Dit-il ironiquement, roulant des yeux, mais c'était bien plus affectueux qu'en général. Il faut dire que Raphael avait du mal à être énervé contre Simon. Agacé, aucun soucis, mais énervé ? C'était quasiment impossible. Il était presque persuadé que même lorsqu'il avait voulu que Simon soit tué, il n'était pas réellement énervé. Juste blessé.
Une fois tout deux torses nus, ils ne perdaient pas de temps avant d'être debout sous l'initiative de Simon - il faut croire que le novice savait vraiment ce qu'il voulait - et le reste de leurs vêtements allaient bien rapidement rejoindre leurs hauts, laissant les deux vampires en caleçon. Puis, ils furent tout deux dans le lit de l'aîné, Simon au dessus de Raphaël. Leurs lèvres se crashant à nouveaux les unes contre les autres, une des mains de Raphaël allait se glisser dans la chevelure de Simon, l'autre s'agrippant à ses omoplates comme pour le garder ici. Et par ici, il voulait dire entre ses jambes écartées. Il ne pouvait nier le fait qu'il aimait clairement l'avoir ici. Surtout quand il sentait sa main lentement descendre le long de son torse pour aller le caresser tout en plantant ses crocs dans son cou. Toutes ces sensations étaient vraiment délicieuses et il aurait presque l'impression qu'il pourrait avoir un orgasme, là tout de suite. Et les sons qui échappaient pouvaient clairement montrer à Simon qu'il aimait clairement ce qu'il lui faisait. Ses gémissements et soupirs d'aise devaient probablement se faire entendre de tous les résidents de l'hôtel, mais bon.. Ils devaient entre bien heureux que Raphael prenne son pied et arrête d'avoir un balais dans le cul, non ? Va savoir. Il ne doutait pas une seconde du fait qu’entendre le leader de son clan gémir à tout va - parce qu’il faut croire que lui et Simon étaient tout de même d’assez chauds lapins - devait être bien perturbant. Bref, il se sentait se tendre sous le plaisir des agissements de Simon, les paupières closes et la bouche entrouverte, sa main droite agrippant toujours sa chevelure brune. Jusqu’à ce qu’il arrête, lui faisant pousser un petit son montrant clairement qu’il était contre ça. Il aurait préféré que le novice continue plutôt que ça, mais bon… C’est vrai que s’il avait continué… Raphael aurait probablement atteint l’orgasme bien trop rapidement. Ce qui n’aurait pas été vraiment amusant dans le fond. Son regard plongé dans celui de Simon, il ne pu que plisser légèrement le nez en l’écoutant parler, lui donnant un coup de bassin, comme pour lui dire de la fermer. “T’es sûr de pas confondre avec toi, amor ?” Demandait-il, se redressant légèrement pour embrasser le vampire tendrement.
Il ne perdait tout de même pas de temps avant de le retourner pour qu’il soit au dessus de Simon, rompant le baiser peu de temps après. Descendant le long du corps de Simon, il n’oubliait pas de poser ses lèvres un peu partout le long de son cou, de son torse, de son ventre, se retrouvant bien rapidement entre les cuisses de Simon. Suçotant la peau joignant sa cuisse et son entrejambe, il ne tardait pas à y planter ses crocs. Vu comme il avait réagit la dernière fois qu’il l’avait fait, il ne doutait pas du fait qu’il trouverait probablement ça plaisant. Et Raphael aime beaucoup ça.© 2981 12289 0 ♦ 658 mots
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Dim 3 Sep - 21:08

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Se faire de soucis était, semblait-il, devenu une habitude pour Catarina ces derniers temps. Entre Magnus et son chasseur et Raphael et sa manie à mordre les Nephilims, Catarina avait l’impression que ses proches s’étaient ligués contre elle pour lui coller une crise cardiaque. Pas qu’elle puisse mourir d’une crise cardiaque d’ailleurs mais l’intention était quand même présente. Du moins, c’était l’impression qu’elle avait. Et cette histoire d’Epée mortelle n’avait rien arrangé. Depuis quand Valentin était en possession de quelque chose qui pouvait éliminer la totalité du peuple sombre de New-York ? Pour couronner le tout, Catarina avait l’impression que l’Enclave ne faisait pas grand-chose et la proportion de mort durant cette histoire n’aidait pas Catarina à se fier à l’Enclave. La sorcière ne s’était d’ailleurs jamais fier à l’Enclave et aux chasseurs. Rare était les chasseurs qui avaient pu gagner la confiance de Catarina et les derniers qui avaient pu n’avaient pas bien terminé. Pas de sa faute mais l’expérience l’avait vaccinée des relations avec les Nephilims. Alors quand Magnus avait débarqué chez elle avec Madzie en lui expliquant la situation, elle avait un peu vu rouge. Elle n’avait pu rien faire parce qu’elle devait s’occuper de Madzie mais franchement, l’envie avait été là. Surtout quand elle avait appris que Simon Lewis avait servi d’appât et qu’il avait failli y passer. Quand elle avait entendu le nom, ses pensées s’étaient directement dirigées vers Raphael et la conversation qu’ils avaient eu tous les deux quelques temps auparavant. Raphael n’était pas du genre à s’attacher aux gens comme il l’avait fait avec Simon et si ce dernier avait disparu, Raphael aurait eu beaucoup de mal à s’en remettre. Et en tant que « maman », Catarina ne voulait certainement pas sa pour le chef de clan.

Elle avait tout de même mis plusieurs jours avant de prendre la décision de passer à l’hôtel. Elle avait laissé le temps à tout le monde de se remettre de ses émotions. Puis de son côté, la sorcière devait s’adapter au nouveau mode de vie qu’avait apporté Madzie. La petite sorcière était restée avec elle depuis l’incident à l’Institut et si Catarina devait être honnête, avoir une présence dans l’appartement était appréciable. Cela faisait des siècles qu’elle n’avait pas eu d’enfants chez elle et Madzie était tellement adorable que c’en était facile. Elle ne savait pas si la situation allait durer mais elle profitait pour l’instant de la petite fille. Elle avait d’ailleurs laissé cette dernière chez Magnus pour la soirée afin d’avoir le temps de passer à l’hôtel. Elle avait prévenu Lily de sa venue, parce que prévenir Raphael équivaudrait à le voir se faufiler et ce n’était pas ce qu’elle voulait. Alors Lily avait été sa complice et avait seulement prévenu son chef « d’une visite ». Visite qu’elle venait d’ailleurs de commencer en entrant dans l’hôtel. Elle n’était pas directement montée dans les appartements de Raphael, préférant s’enquérir de la santé des membres du clan. Elle savait que plusieurs créatures obscures avaient péri et malgré le fait qu’elle n’était pas très proches des membres du clan, ils faisaient tous partis de la même communauté. Elle s’était ensuite dirigée vers les appartements de Raphael dans un silence assez relatif avait qu’une Lily pressée ne vienne à sa rencontre.

- Tu ne peux pas rentrer, lui annonça-t-elle alors qu’elle se plaçait devant la porte pour lui barrer le passage. Raphael est… en entretien.
- En entretien ? Tu m’as dis qu’il n’avait rien de prévu cette nuit, déclara la sorcière en fronçant les sourcils.
- C’était imprévu. Il n’a pas pu faire autrement, répondit la jolie vampire, se balança sur un pieds puis sur l’autre, assez mal à l’aise devant Catarina.
- Je sais reconnaître un mensonge quand j’en vois un Lily, contra la brune en regardant l’attitude de l’enfant de la nuit. Et si tu as avoué que c’était moi et qu’il ne veut pas me voir, je t’en voudrais.

Elle ne lui en voudra pas vraiment. Elle ne pouvait pas en vouloir très longtemps à des gens pour des prétextes comme celui-là. Mais la situation restait la même : Lily lui mentait. Et Catarina n’était pas vraiment une grande fan du mensonge si bien qu’elle contourna l’asiatique et attrapa la poignée de la porte avant d’entrer dans la pièce.

- Rapha…

Ses yeux étaient tombés sur la scène qui s’était présentée devant elle. Et Catarina s’était plantée là, les yeux ronds et la bouche ouverte devant le « spectacle » que donnaient Raphael et Simon. Raphael qui se trouvait entre les jambes de Simon. Raphael qui se trouvait entre les jambes de Simon. Raphael qui se trouvait entre les jambes de Simon. Cette phrase était bloquée à l’intérieur de son esprit alors qu’elle semblait gelée sur place. Si elle avait vécu la situation un nombre conséquent de fois avec d’autres, le fait que ce soit Raphael changeait la donne. Complètement. Elle ne voulait pas avoir cette image dans la tête. Elle ne comptait pas avoir cette image dans la tête… Ce qui était maintenant trop tard.

- Di tutti i santi! Duverete mette in a porta quandu hè cusì! Ùn lasciate micca a porta! I sguardi friddi. U mo core culminava! S’écria-t-elle après de longues secondes d’immobilité, se couvrant les yeux d’une main et se retourna pour ne plus avoir ce spectacle.
Traduction :
 

La surprise avait laissé ressortir sa langue natale, laissant peut-être les garçons dans un flou total en ce qui concernait ses paroles. Mais franchement, sur le moment, elle s’en fichait. Parce l’image de Raphael et Simon était gravé dans son esprit pour toujours. Elle sentit ses joues brûler alors qu’elle quittait rapidement la chambre en claquant la porte derrière elle. Arrivée en dehors de la chambre, Catarina s’adossa à la porte sous le regard d’une Lily qui lui envoyé « Je t’avais prévenue ». Ouai, elle l’avait prévenue…

979 mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Mer 6 Sep - 22:07
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

Un jour peut-être, je réussirai à faire en que Raphael accepte un compliment. J'aurais volontiers répondu à sa réplique d'ailleurs. Je n'allais pas le laisser s'en tirer en me retournant mes propres paroles. Cependant, le leader m'embrassa avant que je n'eus le temps de lui répondre et cela eu le don de me faire oublier ce que je voulais dire. Mon cerveau passait bien trop facilement à autre chose dans ce genre de situation. Est-ce qu'on pouvait vraiment m'en vouloir hein ? Puis j'étais presque sûr que ça arrangeait bien Raphael que je n'insiste pas trop sur le sujet non plus. Quel bougre, je vous jure. Mais je trouverai bien un jour l'occasion de remettre ça. Il ne faut pas croire, j'ai une bonne mémoire malgré ce qu'on pourrait penser.

Cependant, ce n'était certainement pas le bon moment pour ça. Puis vu comment les choses se poursuivait, je n'avais pas très envie d'arrêter Raphael pour le lancer dans un débat philosophique qui ne le ferait que soupire de désespoir et regretter de sortir avec moi. Pour l'instant, je laissais Raphael inverser nos positions et m'embrasser le cou, descendant progressivement sur mon torse, toujours plus bas. Je ne pouvais m'empêcher de frissonner à chacun de ses baisers. Il prenait son temps, ça me rendait fou quand il faisait ça, mais j'aimais tellement… Je caressais son dos en même temps puis sa nuque, puis ses cheveux. Oui, mon bras n'est pas une perche télescopique non plus. Je veux bien être grand, il ne faut pas abuser non plus.

Raphael fini par arriver au niveau de ma cuisse où il joua un instant avec ma peau avant d'y planter ses crocs. Je lâchais échapper un gémissement alors que mes muscles se contractaient pour se détendre juste après. C'était toujours aussi agréable que de se faire mordre. J'étais sûr que ça ne serait pas le même effet s'il ne s'agissait pas de Raphael, raison de plus pour apprécier le moment. Je ne voulais vraiment pas qu'on en finisse là. C'était bien trop… Bon… Et j'aurais laissé volontiers Raphael me vider de tout mon sang si soudainement, la porte ne c'était pas ouverte et quelqu'un n'était pas rentré en commençant à appeler Raphael. Quoique, sur le coup, je ne compris pas ce qu'il se passait. Je n'avais pas fait attention du tout à ce qu'il se passait autour. Le déclic ce fit lorsque la jeune femme se lança dans une longue phrase en ce qui devait être de l'Italien et ne sorte en claquant la porte derrière elle.

Mon dieu, je me redressais et lançait un regard totalement perdu à Raphael, avant de tourner la tête vers la porte et revenir à lui.

- C'était quoi ça ?

Sincèrement, je ne pensais pas qu'une telle chose arriverait un jour. Mais qui pouvait bien se permettre de rentrer dans la chambre de Raphael comme ça, sans même frapper avant ? Il ne devait pas s'agir d'une vampire, sinon elle aurait entendu qu'il ne valait mieux pas rentrer maintenant. Mais normalement, il y avait Lily qui n'était jamais loin et qui s'assurait que ça n'arrive pas. Mon dieu. Je n'avais pas réalisé encore, mais la position dans laquelle on était. Si je pouvais, j'aurais rougit au maximum. C'était super gênant comme situation. J'étais sensé faire quoi du coup ? Parce que à part demander à Raphael si je n'avais pas rêvé… D'un sens j'espérais, parce que j'aurais bien aimé qu'on finisse ce qu'on avait commencé. Mais maintenant, je n'osais plus bouger à vrai dire. Et si cette femme rentrait de nouveau ? Et si c'était quelqu'un de super important. J'allais encore me taper l'affiche… il n'y avait vraiment pas moyen pour que j'ai une bonne réputation auprès de quique ce soit dans ce monde hein ?

- Je… On est censé faire quoi maintenant ?

Autant demander directement à Raphael. Après tout, c'était lui le plus vieux de nous deux. Je n'étais pas sûr qu'il maîtrise vraiment mieux la situation, mais dans le doute… Puis Raphael semblait toujours bien savoir comment gérer les choses à chaque fois. Puis il connaissait sûrement cette personne. Mon dieu, je crois que je ne m'en remettrai jamais. Quel image je donnais encore… Je n'aurais vraiment pas aimé être à la place de cette personne. Quoique, je n'aimais pas trop à être à ma place non plus. Quoique si, avec Raphael entre mes jambes, je n'avais envie d'être nulle part d'autre, mais si on pouvait enlever les gens qui rentrent soudainement dans la pièce au même moment...

© made by Ilyria - 755 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 7 Sep - 12:40
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Clairement, Raphael aurait pu continuer ça toute sa nuit, s’amuser avec Simon, le faire languir à l’aide de baiser déposés sur sa peau, de morsures par là, s’assurant qu’il n’atteigne pas le Nirvana pendant un petit moment juste pour le narguer. Et c’était bien ce qu’il avait prévu, au départ, faire traîner ça en longueur. Donc, ses crocs se retrouvaient dans la cuisse de Simon, une de ses mains sur sa cuisse pour la maintenir en place et l’autre juste à côté de la partie du bassin de Simon qui demandait le plus d’attention, sans jamais le toucher.Et franchement, le goût du sang de Simon était tellement exquis, s’il devait uniquement se nourrir de ce dernier, ça ne le dérangerait pas du tout - sauf qu’il serait bien rapidement mort comme il n’y avait pas les nutriments dont les vampires avaient besoins, mais le coeur y était et c’est tout ce qui compte - et comme à son habitude, quand il s’occupait comme ça avec son petit amis, ses sens n’étaient pas en alerte. La seule chose sur laquelle il se concentrait était Simon ce qui était probablement la raison pour laquelle il n’avait même pas remarqué que quelqu’un était rentré et avait commencé à l’appeler. Mais bien entendu, lorsque la petite tirade en italien - ou plutôt Corse comme il avait reconnu la voix - résonnait dans ses oreilles, il se figeait, ouvrant les yeux en grand, jusqu’à entendre la porte claquer, ce qui signifiait que Catarina était sortie de la pièce. Si Lily l’avait réellement laissée entrer en entendant ce qu’il se passait, il allait la tuer, cette fourbe. C’était probablement le moment le plus gênant de toute sa vie. Se décollant de Simon - en palissant s’il avait encore été vivant -, il grimaçait à sa question. “C’était Catarina. Une de mes plus vieilles amies.” Et il oublait de mentionner qu’elle était comme sa mère dans le monde obscur.

Se redressant, il poussait un long soupir. Clairement, s’il pouvait rester caché dans ce lit à tout jamais et ne plus parler à personne de sa vie, sur le moment, ça lui plaisait pas mal. Ouais, clairement, cette chose lui faisait de l’oeil, mais il n’était pas persuadé que ce soit une bonne idée… Mais ça avait tout de même l’air si bien, rester comme ça, la face contre le matelas et dans un total déni. Surtout que connaissant Catarina, elle allait probablement envoyer un text à Magnus pour lui raconter ce qu’elle avait vu et il ne voulait clairement pas voir Magnus venir avec un petit sourire en coin parce qu’il savait donc que Simon et Raphael s’étaient fait surprendre entrain de faire des choses… pas très catholiques. Le pire dans tout ça, c’était que si ça avait été Clary, il serait probablement entrain de se marrer, mais là… L’envie n’était pas forcément si présente que ça. “Tu m’attends ici, je reviens.” Ouais, parce que même si l’idée de rester caché - ou celle de reprendre ce qu’il avait commencé avec Simon - était bien alléchante, il devait tout de même au moins voir quelle était la raison de la venue de Catarina, non ? Il ne pouvait décemment pas la laisser là alors qu’il se mettrait à faire de Simon un sucette. Il déposait un simple baiser sur les lèvres de Simon avant de se relever pour enfiler les premiers vêtements qu’ils trouvaient - ce qui se résumait à son propre pantalon et un haut de nerd de Simon - et s’essuyait les lèvres du revers de la main. Cette situation était tellement malaisante que si le soleil venait à entrer miraculeusement dans cette pièce, ça ne le dérangerait pas plus que ça.

Prenant une grande inspiration, totalement inutile oui, il sortait de la chambre, lançant un regard noir à la vampire qui était clairement entrain de se marrer. Les vampires sont réellement tous des sales gosses. Il devrait en prendre un pour taper sur les autres. Son regard finissait tout de même par se poser sur Catarina, une grimace sur le visage. “Tu… Avais besoin de me voir ?” Tentait-il, son regard ne restant même pas sur elle si longtemps, fuyant ses yeux. Il ne pouvait décemment pas la regarder dans les yeux alors qu’elle venait de tomber sur lui entre les cuisses de son petit ami. Dios, heureusement qu’elle n’était pas arrivé quelques temps plus tard parce que là… Elle aurait probablement vu encore plus de choses qu’elle ne voulait pas voir parce qu’il était vraiment dans le mood à s’amuser un peu plus avec cette zone du corps de Simon. Bien évidemment, maintenant… Ce n’était plus vraiment le cas.© 2981 12289 0 ♦ 771 mots
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Dim 10 Sep - 16:45

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Catarina allait mourir de honte. Et c’était quelque chose qui ne lui était pas arrivé depuis des siècles. Elle pouvait même se vanter d’avoir vu des trucs que peut pourrait voir mais là… Mais là, ce qu’elle venait de voir entrait dans une nouvelle catégorie. Une catégorie qu’elle ne connaissait pas encore et qu’elle aurait aimé jamais connaître. Mais les événements étant, la sorcière avait l’image gravée sur sa rétine et le cœur battant la chamade à l’intérieur de sa poitrine. Sans parler des rougeurs qui s’étaient étendues sur ses joues après qu’elle ait caché ses yeux. Vraiment, elle aurait dû écouter Lily et ne pas entrer dans cette pièce. La prochaine fois, elle accepterait le mensonge et ferait demi-tour sans essayer de jouer les malignes. Parce que là, pour le coup, elle ne faisait pas DU TOUT la maligne. C’était même tout le contraire. Si elle n’était pas aussi vieille et n’avait pas un peu de fierté, Catarina aurait quitté l’hôtel en courant. Et elle serait allée vider le cabinet d’alcool qu’elle gardait à la maison. Quoi qu’en y pensant, Catarina ferait quand même ça quand elle rentrerait chez elle. Parce qu’elle avait besoin d’oublier ce qu’elle venait de voir et quoi de mieux qu’une bonne cuite pour cela ?

Toujours adossée contre le mur près de la porte de Raphael, Catarina observait Lily qui se retenait clairement de rire. Et elle pouvait. La fourbe. Pourquoi elle ne lui avait pas dit la vérité ? Elle aurait accepté la chose même si l’image aurait été dérangeante. Là… Là, l’image n’était pas dérangeante, elle était complétement mortifiante. Elle frotta ses yeux, essayant d’enlever l’image de son esprit mais cela ne marcha pas vraiment. Un soupir un peu tremblant passa ses lèvres alors qu’elle se redressait pour faire quelques pas. Ses mains étaient venues se poser sur ses reins alors qu’elle pouvait voir Lily ouvrir la bouche pour parler. Sans même prononcer un mot, Catarina lui fit comprendre qu’elle ferait mieux de se taire. À l’intérieur de la chambre, Catarina pouvait entendre des pas et elle ne fut pas étonner de voir l’un des occupants passer la porte. Et franchement, elle aurait peut-être préféré Simon. Parce qu’elle ne le connaissait pas et qu’elle n’avait pas d’attaches affectives avec lui. Là… Avec Raphael, Catarina se demandait si elle arriverait à le regarder dans les yeux de nouveau. Le vampire était comme son fils et pour le coup, elle aurait préféré que cela ne soit pas le cas. Le traumatisme aurait peut-être été moins grand. Elle n’avait jamais réagi comme cela avec Magnus. Il lui était arrivé de le trouver dans des positions tout aussi… « surprenantes » mais jamais la sorcière avait réagi ainsi en présence de son meilleur ami. Elle n’avait jamais été aussi gênée en présence de l’autre sorcier. Ici, Catarina ne voulait pas regarder son « fils ». Pas tout de suite en tout cas. Pas avant d’avoir avaler l’intégralité des bouteilles d’alcool d’un bar pour essayer d’éliminer l’image incrustée dans sa rétine. Elle remonta néanmoins les yeux vers le visage du vampire quand celui-ci ouvrit la bouche pour poser sa question. Il avait l’air aussi gêné qu’elle et une partie d’elle-même était bien contente que cela soit le cas.

- Je… J’avais pas « besoin » de te voir… Je passais juste voir comme tu allais et comment allait Simon, déclara la brune en se grattant la joue. Mais… Mais apparemment, ça va bien alors je vais y aller. Je pense que j’ai besoin d’un verre. Ou même plusieurs. Voir même une centaine…

Une grimace passa sur le visage de Catarina. Ouai, une centaine de verres ne serait pas de trop. Et si elle finissait par baver par terre, elle ne s’en voudrait pas. L’idée de contacter Magnus lui traversa l’esprit mais elle l’oublia pour l’instant. Elle lui en parlerait peut-être. Un jour. Quand le traumatisme serait passé. Et connaissant le bonhomme, il rigolerait de sa réaction. Et se connaissant, Catarina finirait par lui taper dessus à l’aide d’un ustensile qui ne blesserait pas un chaton. Elle finirait aussi par rigoler mais pas aujourd’hui et pas aussi prêt de l’incident.

- Madzie m’a expliqué ce qu’il s’était passé à l’Institut avec Valentin et je voulais juste prendre des nouvelles, ajouta-t-elle répétant ce qu’elle avait déjà énoncer plus tôt, sous l’effet de la situation. Dios mios, souffla-t-elle ensuite en espagnol. Je suis désolée Raphael. Et Simon ! Oh Jésus c’est la première fois que je le vois et… Di tutti i santi! S’exclama-t-elle une fois de plus en portant sa main sur ses yeux.

765mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Mar 19 Sep - 19:40
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

Avec la chance que j'avais, j'aurais bien dû me douter qu'un jour un truc pareil nous arriverait. Pourtant, je pensais qu'on faisait assez de bruit pour que tous les vampires soient au courant qu'il ne valait mieux pas rentrer dans la chambre de Raphael dans l'immédiat. Mais visiblement, il n'y avait bien que pour les vampires qu'on faisait trop de bruit. Il faut dire que tout le monde n'avait pas des sens aussi développés que les nôtres, j'avais parfois tendance à l'oublier. Mais avec Lily qui était toujours dans le coin, je ne me faisais pas trop de soucis en général. Il fallait croire que cette fois-ci, même la seconde du clan n'avait rien pu faire pour empêcher cette situation des plus gênante. Parce qu'évidemment, ça ne pouvait pas arriver, quelques minutes avant hein ? Avant qu'on soit dans une position aussi compromettante ?

Enfin, je ne pouvais en vouloir à personne. Il fallait comprendre aussi que je sois aussi perturbé. C'était bien la première fois qu'on me faisait un coup pareil. Et quelque chose me disait que Raphael n'y était pas coutumier non plus. Cependant, il connaissait cette femme, ce qui n'était pas mon cas, alors je m'en remettais à lui quant à ce qu'on devait faire maintenant. Le leader se redressa tout en me présentant la jeune femme comme étant une de ses plus vieilles amies. De ce qu'il me semblait Raphael n'avait pas tant d'amis de longues date en dehors de Magnus et de Lily… Donc ça ne m'aidait pas à me sentir plus à l'aise. J'avais même honte en fait que notre première rencontre se fasse de la sorte. Si c'était quelqu'un d'important pour Raphael, j'aurais beaucoup aimé faire bonne impression, mais j'imagine que c'était trop tard à présent.

Le vampire soupira et quitta le lit en me disant de l'attendre ici. Je regardai Raphael se rhabiller rapidement et se diriger vers la porte. Je me sentais soudainement bien bête, tout seul, en caleçon, assis sur le lit de Raphael à attendre. J'étais bien trop perturbé par ce qu'il venait de se passer pour avoir l'idée de tendre l'oreille et écouter ce qu'il se passait de l'autre côté. Je n'en revenais pas. C'était tellement impoli de ma part, je m'en voulais vraiment. Ok, je savais que Raphael m'avait dit d'attendre, mais je ne voulais vraiment pas que Catarina reste sur une telle image de moi. Je fini par quitter aussi le lit et parti en quête de mes vêtements. Je retrouvais mon jeans sans trop de problème, mais fut incapable de trouver mon tee-shirt. J'allais tout de même rejoindre Raphael dans le couloir qui parlait avec Catarina et Lily attendait un peu plus loin avec un petit sourire. Elle se mit même à rire en me voyant et je lui répondis par une petit grimace. C'était mal de se moquer.

- Raphael est-ce tu aurais vu mon…

Ouais, j'étais toujours sur cette histoire de tee-shirt. Mais je m'arrêtai en plein milieu de ma phrase en remarquant que mon tee-shirt était juste là… Sur les épaules de Raphael. Je réprimais un sourire. C'était adorable de voir le leader porter mon tee-shirt Captain America qui lui était un peu trop grand. Mais je savais que si je faisais une réflexion, il irai se changer, je me repris donc rapidement.

- Hm… Non rien en fait. Enchanté ! Catarina, c'est ça ? Je suis vraiment désolé pour… Euhm… Tout ça. En plus c'est de ma faute, c'est moi qui… Euh… Non je pense pas que vous ayez envie d'avoir de détail euhm… Simon Lewis, enchanté !

Je bafouillais comme je pouvais mes excuses et souris à Catarina. C'était très maladroit mon affaire. Tout en me présentant, je tendis une main amicale, pour… Et bien pour lui serrer la main, parce que c'est ce que les gens civilisés font quand ils se rencontrent, non ? Mais à regarder ma main droite, je repensait à où elle était il y a quelques instant à peine et refermait mon poing en grimaçant avant que Catarina n'ait le temps de la serrer.

- Euhm… Il faut sans doute mieux qu'on se passe de ça maintenant… Parce que… Euhm…

Je me raclais la gorge. Je n'allais pas expliquer à Catarina ce que j'avais faire avec cette main juste avant qu'elle n'arrive hein ? Il n'y avait pas de manière pour formuler ça de façon classe, ce n'était pas possible. Je crois que si je pouvais rougir, je serais sans doute couleur pivoine actuellement. Mais il n'y avait pas vraiment besoin de ça pour sentir mon malaise.

© made by Ilyria - 836 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 12 Oct - 22:25
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Raphael était horriblement mal à l’aise face à Catarina. S’il avait pensé être mal à l’aise quand il avait dû parler de son addiction à Catarina, se faire surprendre à ce moment là n’était pas vraiment mieux non plus et il n’osait même pas lui lancer un regard, préférant clairement fuir son regard pour le moment. C’était quand même la femme qu’il considérait comme sa mère qui l’avait vu si proche du membre de son petit ami. Se mordillant doucement la lèvre, nerveusement, il hochait la tête. “Et bien… Tu peux constater que nous allons tous les deux… Mh… BIen ?” Dit-il, mais cela sonnait clairement comme une question. En même temps, il faut dire qu’il se demandait si c’était bien la question qu’il était censé dire ou non. Parce que bon, il se doutait que Catarina savait qu’ils s’en sortaient pas mal, après tout, quand elle était rentrée, ils allaient plutôt bien. “Mh.. D’accord, comme tu voudras.” Dit-il un peu trop rapidement, mais il n’était pas entrain de la chasser hein ! C’était juste que si elle ne voulait plus rester ici et se bourrer la gueule pour oublier tout ça, il la laisserait totalement faire. Après tout, il ne pourrait pas y faire grand chose pour le moment. Il ne pourrait décemment pas lui dire de rester alors que la situation était tellement gênante. Nope. Puis finalement, il l’écoutait reprendre la paroles en hochant la tête. “Simon va mieux. C’était un peu compliqué au début, mais il va bien.” Dit-il assez doucement, se mordillant toujours la lèvre inférieure, bien content qu’il arrivait à rétracter ses crocs parce que sinon, il serait probablement entrain de saigner comme pas possible. Ce qui n’était clairement pas ce que Raphael voulait là tout de suite. Il laissait échapper un très faible rire quand il l’écoutait parler, secouant doucement la tête de gauche à droite. La pauvre avait réellement l’air traumatisée et Raphael ne savait pas trop ce qu’il était censé faire, ce qu’il devrait lui répondre. “Je pense qu’il s’en remettra…” Après tout, Simon avait l’habitude de se mettre dans des situations plus que gênantes, non ? Du moins, Raphael était quasiment persuadé que c’était le passe-temps favori de son petit ami.

Puis, quand on parle du loup, on en voit la queue et voilà que Simon sortait de la pièce. Ouais, non, il n’était pas persuadé de réellement apprécier cette métaphore. Premièrement parce que du coup, Simon était comparé à un loup, chose que Raphael n’aimait pas beaucoup et en plus de ça, il pensait bien que parler de montrer sa queue, dans ce contexte, était plutôt mal vu et clairement de mauvais goût. Il se retournait tout de même quand il entendait Simon, haussant un sourcil pour tenter de voir ce qu’avait Simon, mais il ne finissait pas sa phrase. Et finalement, il se reprenait pour parler d’autre chose, ce qui poussait également Raphael à froncer légèrement les sourcils, se faisant violence pour ne pas aller le secouer pour qu’il se taise et arrête de donner des détails que décemment personne ne voulait connaître. Certes, c’était la vérité : Simon avait tout commencé, mais ce n’était pas pour autant que Raphael voudrait que tout le monde le sache. Puis le voilà qui tendait sa main qui était dans son boxer quelques minutes plus tôt. De pire en pire, bordel. Raphael devrait penser à apprendre à Simon comment se tenir, ce ne serait pas plus mal après tout. “Dios Simon…” Se contentait-il de lui dire, un air totalement désespéré sur le visage. Bizarrement, maintenant que Simon était là, il avait encore plus envie de creuser un trou et d’aller s’y cacher.
©️ 2981 12289 0 ♦️ 616 mots
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 23 Nov - 21:05

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Parfois, Catarina se demandait si elle ne devait pas changer. Elle était parfois trop impulsive, trop protectrice envers ceux qui le méritent et surtout, elle avait tendance à faire ce qui lui chantait. Avec les années qu’elle avait au compteur, la sorcière pouvait se vanter d’avoir fait ce qui lui plaisait mais parfois… Parfois, elle aurait mieux fait de s’abstenir. Comme aujourd’hui par exemple. Elle aurait mieux fait d’écouter Lily et de croire à son mensonge. Mais les choses qui étaient faites ne pouvaient pas être revécues et c’était peut-être mieux ainsi pour certaines d’entre elles… Pour d’autres en revanche… Catarina avait un nombre assez conséquent d’événements de sa vie qu’elle aurait voulu vivre autrement. Certains assez tristes mais d’autres carrément rigolos mais honteux lorsqu’on y regardait à deux fois.

Les yeux toujours plongés dans sa paume, Catarina les releva rapidement lorsqu’elle entendit une voix qu’elle n’avait encore jamais entendu jusque-là. Elle tomba presque nez à nez avec ce qui semblait être Simon. Elle en avait eu une vague (et entendre par là, dans les moindres détails par Magnus) description mais franchement, la première chose qui lui passait par la tête fut que le garçon était très mignon. Aussi mignon que les mots qu’avait eu Raphaël à son encontre lorsqu’ils en avaient parlé tous les deux la première fois. Par contre, on avait apparemment oublié de lui dire qu’il n’avait pas beaucoup de neurones. Parce que, franchement, tendre une main qui se trouvait dans un endroit pas hyper catholique il y a quelques minutes…. Ce n’était pas l’idée du siècle. Vraiment pas. Surtout si on voyait Catarina comme la mère adoptive de Raphaël. Raphaël qui était d’ailleurs prêt à se taper le front de la paume. Ce qui était compréhensible devant le geste que Simon venait d’avoir à son encontre. Un sourcil se haussa sur son front devant le geste alors qu’elle gardait sa main pour elle. Quelques secondes s’écoulèrent après les dernières paroles du New Yorkais durant lesquelles le silence fut un peu malaisant. Catarina ne savait pas vraiment où se mettre ou quoi dire, les images encore gravées dans son esprit. Images qui ne partirait pas de sitôt. Ou alors à coup de verre de tequila qu’elle gardait précieusement dans son cabinet d’alcool depuis des années. Plus il y réfléchissait et plus les mots qu’elle avait prononcés devant Raphaël une minute plus tôt allait devenir vrais. Elle allait clairement avoir besoin d’un verre. Surtout après que Simon lui ait présenté sa main…

- Je suis… Catarina, une amie de Raphaël, se présenta-t-elle à son tour alors qu'elle passait son regard de Raphaël à Simon et de Simon à Raphaël.

Lorsqu’elle était gênée, ce qui n’arrivait pas souvent, Catarina avait tendance à se ronger la peau qui se trouvait autour des ongles. Et c’est ce qui était clairement en train de se passer maintenant. Cela faisait un certain nombre d’années que la sorcière n’avait pas ressenti ce genre de sentiment et elle se serait bien passée de cela. Mais les choses étant ce qu’elles étaient, Catarina ne pouvait que s’en prendre à elle-même. Un soupir passa ses lèvres alors qu’elle ouvrait la bouche pour reprendre la parole.

- Je suis désolée d’avoir débarqué comme ça. Mais comme t’as tendance à m’éviter quand je préviens et bien je débarque à l’improviste maintenant. Mais je pense que je ne le referais plus…, ajouta-t-elle en affichant une grimace sur son visage. Je suis désolée Simon, recommença-t-elle ensuite en posant son regard sur le novice. Ce n’est pas exactement de cette manière que je voulais vous rencontrer. Je ne peux pas dire que Raphaël m’ait énormément parlé de vous mais du peu qu’on en ait parlé…

Les derniers mots avaient pris un ton sarcastique. Raphaël n’était pas vraiment expressif sur ses sentiments et lorsqu’on parlait de Simon, les choses devenaient un peu compliquées. Un sourire avait remplacé la grimace alors qu’elle jetait une œillade à son “fils” qui se trouvait au côté de son petit ami.

662 mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Mar 28 Nov - 22:50
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

Est-ce qu'il était possible de faire plus bête ? La situation était déjà assez gênante comme ça, pourquoi il avait fallu que j'en rajoute une couche ? Parce que sinon je ne serait pas vraiment Simon Lewis ? Je crois que cette réponse conviendrait. J'étais presque sûr que Raphael pourrait l'approuver. En général, quand il s'agissait de faire des éloges de ma Bêtise avec un grand « B », Raphael n'était pas le dernier. Mais je m'amusais à penser que, même s'il s'en plaignait sans cesse, mes imbécillités le faisaient rire et qu'il m'aimait en partie pour ça. D'un sens j'espérais pour lui, parce que je n'avais pas grand-chose d'autre à lui offrir.

Si on passait sur cet incident et bien… Et bien en fait non, la situation n'était toujours pas idéale pour des présentation, mais j'imagine que nous n'avions pas trop le choix. J'étais tout de même heureux de rencontrer une amie de Raphael. Il y avait peu de personne que le leader considérait réellement comme des amis. Je me sentais vraiment al pour les circonstances du coup, mais heureux quand même de faire cette rencontre, le mix était étrange, je vous l'accorde.

- Oh ! Ce n'est pas grave ! On s'en remettra enfin… J'imagine que c'est moins du pour nous que pour vous, c'est à nous de nous excuser alors, désolé, sincèrement. Euhm, la prochaine fois, peut-être, préviens-moi ? Je ne suis pas du genre à éviter qui que ce soit.

Je ponctuai ma phrase d'un petit rire même si ça n'avait pas trop de sens. J'avais cette tendance à rire un peu bêtement quand j'étais embarrassé/stressé et tout ce que vous voulez bien dans le genre.

- J'avoue qu'on fait plus idéal comme première impression, je ferais en sorte de me rattraper, promis.

Je faillis rajouter sur une phrase lourd en sous-entendu à Raphael que je me rattraperai auprès de lui aussi, mais je crois que Catarina en avait assez entendu pour aujourd'hui. Je me redirigeai donc vers autre chose, agréablement surpris d'apprendre que Raphael aie pour lui parler de moi. Même si ce n'était qu'un peu. Je savais que le vampire n'était pas du genre à s'étaler sur ses sentiments ou sur lui-même en général. Je n'étais pas lui, mais on pouvait dire que je faisais parti de sa vie privée en quelque sorte. Je ne pu m'empêcher de sourire en tournant la tête vers Raphael. J'aurais volontiers passé une main autour de sa taille pour le rapprocher de moi. Mais après ce qu'il venait de se passer, déjà, je me disais que Catarina n'avait peut-être plus envie de nous voir l'un contre l'autre et ensuite, je n'osais plus rien toucher, vu que tout le monde savait ce que j'avais fait de mes mains juste avant...

- Vraiment vous avez parlé de moi ?

Je redirigeai alors mon regard amusé vers Catarina. Maintenant j'étais curieux de savoir ce que le leader avait bien pu lui dire. Même s'il ne lui avait pas dit grand-chose. Je n'en savais rien en fait et j'étais prêt à me montrer insistant pour satisfaire cette curiosité soudaine. Mais peut-être que je devrais me calmer. Peut-être que c'était en mal que Raphael avait parlé de moi. Peut-être qu'il c'était plein à Catarina que j'étais un novice inattentif et bien trop hyperactif à son goût. Ou que j'étais bien trop bavard aussi. Raphael aimait le silence, je le savais et je faisais des efforts hein ! Mais c'était plus fort que moi. Quand j'avais quelque chose à dire il fallait que je le sorte et bien trop souvent mes paroles dépassaient mes pensées. Et il en était de même avec mes gestes. Mais ça, je crois que Catarina en avait eu une assez belle démonstration déjà.


©️ made by Ilyria - 624 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 7 Déc - 22:04
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Sérieusement… Raphael avait l’impression que c’était un moment tellement malaisant. La situation lui avait donné envie d’aller se flinguer au loin… Mais on peut dire que ça va de mieux en mieux… Ils se présentent et Simon ne lui tends plus la main, alors… On va dire que ça va. C’est un peu l’important, non ? Le fait que la scène devient un peu plus malaisante. “Vous avez surtout un timing des plus… Horribles. Ou bien, il a peut-être une meilleure amie un peu trop… envahissante.” Ouais, parce que la plupart du temps, quand il est pas à l’Hôtel, c’est à cause d’elle. Ou bien parce qu’il est au travail… Mais Raphael aimait tellement le fait de pouvoir tout remettre sur le dos de Clary, c’est pas de sa faute. Il est trop habitué et il aime bien trop ça. C’est pas maintenant que ça va changer. En fait, ça va même jamais changer pour le coup. Mais bon, c’est pas bien grave, si ? Il espère que non. Sinon, ce serait tout de même assez triste, non ? Va savoir. Il s’en fout pas mal en fait. Il lâche un petit son moqueur quand il entends Simon dire qu’il allait se rattraper face à cette première impression. “Bizarrement, je doute de tes capacités à faire une meilleure impression, amor.” Ouais parce que s’il est adorable, c’est pas pour autant qu’il a le don de faire bonne impression. Du moins, pas d’après Raphael. Il faut dire que bon, la première fois qu’il l’a vu, il avait un peu envie de le baffer. Ouais… Bon, il avait clairement envie de le baffer, mais en même temps… Il arrêtait  pas de parler, jamais. C’était comme s’il ne savait faire que ça… Et bouger dans tous les sens pour tenter de se libérer et c’était fatigant. Il n’avait pas pu rester là, calme ? C’est pas comme si les vampires lui avaient fait quelque chose de vraiment mal en fait. Enfin, Camille lui avait fait un sale coup… C’est sûr, mais bon.

Mais quand Catarina poursuivait sur sa lancée, Raphael lui lançait un regard quasiment outré parce que… Comment ose-t-elle dire qu’il a parlé de Simon ? C’est tellement pas son genre et il serait presque indigné d’une telle trahison, malgré les sourires sur le visage de Simon et de Catarina. Bon, d’accord, c’est pas bien grave dans le fond, que Simon sache du fait qu’ils aient parlés de lui.. Du moment qu’elle lui a pas vraiment balancé de quoi ils avaient parlés parce que ça, c’était tout de suite un peu plus humiliant. Mais quand même. Raphael se dit qu’il a le droit de se sentir indigné à cause de ça. C’est totalement son droit. “Non !” Qu’il disait peut-être un peu trop vite, un peu trop fort quand il entendait la question de Simon. Ouais, le pire dans tout ça, c’est que ça ne paraît pas du tout naturel, ça montre que c’est totalement faux, mais bon… Qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ?©️ 2981 12289 0 ♦️ 517 MOTS AVEC PERSONNE BY BIGFLO & OLI
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Lun 18 Déc - 19:54

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Simon avait raison. C’était certainement moins dur pour eux que pour elle. Elle finirait par s’en remettre c’était certain mais il lui faudrait un certain temps pour éliminer l’image qui s’était imprimée dans son cerveau. Peut-être que l’idée d’aller la noyer dans l’alcool était une bonne idée finalement. Peut-être qu’en s’y mettant tout de suite, son cerveau ne se ferait pas la suite des événements ? Ouai, l’alcool semblait être une bonne idée…

- La prochaine fois j’enverrai un message, un mail, une lettre et un pigeon voyageur, lança la jeune femme en rigolant un peu, ses yeux passant de Simon à Raphaël assez doucement. Histoire que ce genre de chose ne se reproduise pas. Ne se reproduise jamais.

A ces mots, Catarina passa une main dans ses cheveux, essayant de faire disparaître la sensation de gêne qui avait pris ses muscles en otage depuis qu’elle était sortie de sa chambre de Raphaël. A les regarder tous les deux, Catarina se dit que Raphaël ne lui avait pas menti lorsqu’ils avaient eu la conversation qui concernait Simon. Il était rare de voir Raphaël aussi proche de quelqu’un comme il pouvait l’être avec Simon. Quan on connaissait assez le vampire, on pouvait dire que les choses avaient pris un nouveau tournant. Et Catarina était contente de voir cette évolution chez Raphaël. Alors oui, elle le connaissait assez pour savoir que ce n’était pas facile tous les jours pour Simon mais le fait qu’il s’ouvre ainsi au novice prouvait qu’il tenait à lui. Et la réponse que fournit Raphaël à son petit ami ne put que la convaincre de cela. Un sourire s’installa même sur ses lèvres alors qu’elle enfonçait maintenant ses mains à l’intérieur des poches de son manteau.

- Ait un peu confiance en Simon Raph, rétorqua la sorcière avec un sourire en coin sur les lèvres, se souvenant de la conversation qu’ils avaient eu quelques temps auparavant. Je suis certaine qu’il pourra le faire…

D’accord, la dernière phrase était un peu moqueuse mais qui lui en voudrait après ce qu’elle venait de vivre. Et puis cela prouvait, pour ceux qui la connaissaient, que le choc était passé. Enfin, tout était relatif mais le premier choc était passé en tout cas.

Un rire s’échappa de sa bouche lorsque la réponse de Raphaël fusa entre eux et ses yeux revinrent sur son ami alors que ses sourcils se haussèrent sur son front. Il s’était trahi tout seul en répondant à la question bien trop vite. Si elle n’avait pas été là pendant la conversation qu'ils avaient eut, Catarina aurait très certainement eu des doutes quant à la sincérité du chef de clan. Elle secoua cependant la tête de gauche à droite pour répondre silencieusement à la question de Simon avant d’ajouter à haute voix :

-  Pas du tout.

Encore moins crédible que son ami mais c’était l’intention qui comptait. Soutenir Raphaël dans son mensonge était son rôle même si Simon devait bien se douter qu’ils mentaient tous les deux. Cela devrait peut-être rassurer le novice de savoir que Raphaël pouvait parler de lui à ses amis ? Même si parler c'était plus résumer à interrogatoire lorsqu’on parlait de la conversation qu’ils avaient menés.  

527 mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Jeu 4 Jan - 23:34
C’était triste à dire, mais je devais bien avouer que Raphael n’avait peut-être pas tort de douter de ma capacité à faire une bonne première impression. Et même à faire bonne impression en règle générale en fait. Vu comment on était partis, autant aller jusqu'au bout du raisonnement. J’aurais beau me creuser la tête je n’arrivais pas à trouver une seule fois ou j’avais fait bonne impression… il fallait pas s’étonner que les vampires et les Nephilims et même tout le monde en général, avait du mal avec moi. Mais on finissait par s’y faire, non ? Sinon Raphael ne serait pas là à en parler avec moi j’imagine.

-Haha ! Un message suffira je pense. Et à vrai dire, je crois que Raphael n’a pas tort… Mais merci Catarina. Je ferais de mon mieux quand même, c’est ce qui compte dans le fond, non ?

Je leur adressais à tous les deux mon plus beau sourire. Ou tout du moins ce que j’espérais être mon plus beau sourire avant de les interroger sur cette histoire… ils avaient donc parlé de moi ? Ou tout du moins, Raphael l’avait fait ? Cela m’étonnais assez, vu comment le leader était pudique avec ses sentiments. Quoique, il n’hésitait pas à parler de moi quand il s’agissait de se plaindre de ma personne, j’imagine.

La réponse de Raphael était bien trop rapide et catégorique pour être crédible. D’ailleurs le ton qu’employa Catarina ne fit que confirmer mon intuition : ils avaient parlé de moi. Je les regardai tour à tour afin d’analyser leurs expressions en affichant un air suspect avant de sourire à nouveau. J’allai glisser une main sur la nuque de Raphael pour le rapprocher de moi et l’embrasser tendrement sur le front.

-Tu es adorable Raphy, tu le sais ça ?

Je crois que c'était la première fois que je le surnommais de la sorte, tout du moins devant quelqu'un d'autre. Mais c’était sorti tout seul. Et je l’aurais volontiers pris dans mes bras pour le serrer contre moi, mais la présence de Catarina me stoppa.

-Hm. Catarina, vous voulez peut être entrer boire quelques chose ? C’est un peu la moindre des choses qu’on puisse vous proposer.

Pour une fois j’avais réfléchi et je ne lui avait pas bêtement proposé de se joindre à nous. Une telle formulation aurait pu être mal interprétée et avoir des sous-entendus bien moins sage que d’aller boire un simple verre. Bon, et ce n’était pas contre Catarina, mais je n’étais pas prêt à partager Raphael de si tôt avec qui que ce soit. Ni maintenant, ni jamais d’ailleurs.



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Ven 19 Jan - 15:37
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• “Non, moi je veux la totale.” Qu’il se contente de dire avec un petit sourire en coin sur le bout des lèvres, croisant ses bras sur son torse. Ouais, tout pour faire chier. C’est toujours comme ça. Il y peut rien. Il aime bien trop ça pour son propre bien. Mais bon. Tant pis. Et il ne peut pas s’empêcher de faire un sourire bien amusé quand il entends Simon dire qu’effectivement, il n’avait pas tord. Oui, il faut dire que bon, il doute des capacités de Simon à arriver à ne pas avoir l’air con ou l’air totalement tâche. Mais c’est pas bien grave. Après tout, c’est comme ça que Raphael l’aime, Simon. Et pourtant, c’est pas comme si ça avait été facile de l’aimer pour tout. Ou de s’avouer qu’il aimait clairement Simon pour toutes ses conneries. “Tu vois.” Qu’il dit juste à son amie avant de rouler des yeux quand il voyait le sourire de Simon. Ce type est bien trop adorable à son goût et il le voir comm ça, ça lui ferait presque avoir des papillons dans le ventre. Vraiment.

Et finalement, ils en étaient venus à parler du fait qu’effectivement, entre les deux amis de longue date, le sujet de son petit ami était peut-être arrivé. Et si Raphael était probablement passé pour un con - ou était devenu totalement ridicule - à cause de sa rapidité à répondre, le ton qu’employait Catarina ne leur laissait aucune crédibilité, pour le coup. Mais, il est tout de même assez joyeux à l’idée que son petit ami ne cherche pas à en savoir plus. Parce que Raphael ne lui dira clairement pas et tentera de fuir dès que possible. Il se laisse faire, les yeux clos quand il vient embrasser son front, un faible sourire sur les lèvres. Simon est le garçon le plus adorable qui lui ait été donné de voir... “Je ne suis pas adorable.” Qu’il se décide tout de même par lui dire en grognant un peu, un petit sourire aux lèvres. Ouais. Il est le grand méchant leader des vampires, il ne veut pas être adorable. Sauf avec son petit ami, à la rigueur. Mais seulement quand ils sont seuls tous les deux en tout cas. Et finalement, il entends  Simon qui se remets à parler alors qu’il se décolle de son petit ami. “Pas la peine de la vouvoyer, tu sais.” Il lui dit tout de même, parce que c’est vrai. Certes, Catarina a des siècles de plus que Simon, mais ce n’est pas une raison pour la vouvoyer, quand même. “Mais il a raison, viens boire quelque chose. Je devrais avoir de l’alcool qui pourrait te plaire.” En même temps, avec Magnus dans son cercle d’amis les plus proches, tu m’étonnes qu’il a toujours de l’alcool dans son bureau.©️ 2981 12289 0 ♦️ 477 MOTS
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Ven 26 Jan - 23:40

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Bien sûr que tu veux la totalité des options, ricana la brune en regardant Raphaël. J’aurais pu parier dessus.

Et puis de toute façon, elle ne pourrait pas s’empêcher de le faire. Pour elle et pour son esprit traumatisée. Il était hors de questions qu’elle retombe sur une scène comme celle qu’elle venait de voir. Donc utiliser toutes les options ne serait pas de trop. Et puis dans un sens, c’était la faute au vampire. S’il n’essayait pas d’échapper à une quelconque conversation sentimentale, elle ne serait pas obligée de passer à l’improviste comme elle venait de le faire. Et cela même si elle n’avait pas voulu avoir ce genre de conversation avec lui ce soir. M’enfin, ce qui était fait n’était plus à refaire. Il fallait maintenant vivre avec et Catarina comptait bien oublier cette partie de sa journée. Donc vivre avec mais en oubliant les détails les plus dérangeants.

Et puis, plus Simon ouvrait la bouche et plus Catarina le trouvait charmant. Certes un peu gauche et maladroit dans les paroles qu’il pouvait avoir mais franchement, il lui parraissait assez sympathique. Et il avait cette habilité à apprivoiser Raphaël. Ce qui n’était pas donné à tous le monde. D’après ce qu’elle avait compris de la conversation qu’elle avait eu avec son “fils” quelques temps auparavant, Simon l’avait fait rapidement et c’était tout à son honneur. Elle même avait mis du temps à obtenir la confiance du vampire lorsqu’il était entré dans le monde obscur et le voir s’ ”ouvrir” à Simon comme il pouvait le faire était quelque chose qui rassurait la fibre maternelle qui l’habitait. Un sourire s’installa d’ailleurs sur ses lèvres quand elle entendit le novice dire que Raphaël était “adorable”. De tous les adjectifs qu’elle connaissait, Catarina n’aurait peut-être pas donné celui là pour définir le leader du clan de New-York.

- Tu l’es, appuya-t-elle doucement en souriant à Simon pour le soutenir contre le grognement de son petit ami. Et laisse le me vouvoyer un peu, j’me sens importante comme ça. Ca change des malotrus de cette époque qui me tutoies et qui me manquent de respect simplement parce que je suis une femme. Noire de surcroit, grimaça-t-elle doucement en replaçant une mèche de ses cheveux qui s’était détaché de son chignon lorsqu’elle avait secouer un peu la tête à ses mots. Et Raphaël, si tu me sors la bouteille que j’ai bu la dernière fois que je suis venue, je m’en vais. Je ne sais pas où tu l’avais trouvé celle là mais je ne t’ai pas élevé comme ça, termina-t-elle en le fusillant gentiment du regard. Et Magnus non plus, ricanna-t-elle.

Si elle était une bonne buveuse, Catarina n’avait pas le niveau de Magnus en la matière. Et il était connu que le sorcier de Brooklyn avait une descente bien meilleure que la sienne. Qu’elle soit sa meilleure amie ou non.


478 mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Simon Lewis
Babelicious Rock God
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 28/01/1997
♦ Autres comptes : /
♦ Runes : 15
♦ Messages : 370
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Everything and anything :



Family don't end with blood



I am a vampire and I am looking in the city
But pretty girls don't look at me.




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Mar 6 Fév - 14:53
There's loving in your eyes that pulls me closer
Sapharina.

De toute façon c’était simple, j’étais bien trop content d’être avec Raphael et de savoir qu’il avait pu parler de moi à Catarina pour pouvoir afficher autre chose qu’un sourire débile. Et sincèrement, entendre Raphael dire qu’il n’était pas adorable le rendait encore plus adorable. Cette pensée me fit rire. De toute façons, de la part du vampire, je ne m’attendais pas à une autre réponse. En plus Catarina m’offrir son soutiens en affirmant elle aussi qu’il était adorable. Comme quoi, à deux contre un, on avait gagné. Mais je me passais de dire ça à voix haute. Je savais que Raphael n’allait pas cesser de râler après. Et ce n’était pas franchement le but.

Le leader se moqua alors un peu de moi en me disant que ce n’était pas la peine de vouvoyer Catarina, alors que je l’invitais à entrer boire quelque chose. La sorcière était apparemment flattée que je la vouvoie. Personnellement, ça me mettait un peu mal à l’aise d’être aussi formel, mais si cela lui plaisait, je n’allais pas protester. Je me mis à rire assez nerveusement aux raisons de Catarina. Je ne trouvais pas trop qu’on était des malotrus à notre époque, mais j’imagine que j’étais mal placé pour pouvoir comparer.

J’avoue que je ne savais pas trop quoi dire si ce n’était faire demi-tour vers la chambre de Raphael et laisser le passage à Catarina. Je ne m’y connaissais déjà pas énormément en alcool avant, mais alors maintenant que j’étais un vampire… J’imagine que je ne saurais jamais vraiment savourer ce genre de boisson. Je savais que certains vampires aimaient bien faire des cocktails avec du sang, ou en mixer avec du vin rouge. Mais le seul que j’avais goûté jusqu’à présent, c’était le Bloody Mary.

- Ca fait combien de temps que vous vous connaissez en fait ?

Je sais pas trop pourquoi je demandais ça, mais c’était le seul truc que j’avais en tête. Je me sentais un peu de trop soudainement. Peut-être que je devrais finir de me rhabiller et rentrer chez moi. Quoique, j’allais avoir du mal à me rhabiller sachant que c’était Raphael qui portait mon tee-shirt...

©️ made by Ilyria - 357 mots



   

   I'm just broken record
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Mer 14 Fév - 20:47
There's loving in your eyes that pulls me closer
To quote Hamlet act III, scene III, line 92 : “no.” ••• Il lance un regard vers Catarina, avec un regard qui veut carrément dire “arrête” quand elle appuie Simon. “Tu vas pas commencer toi aussi.” Il lui dit avec un air carrément dépité. Ouais, parce que s’ils commencent tous les deux à lui dire qu’il est adorable et ce genre de conneries, il va prendre ses jambes à son cou et les envoyer chier tous les deux. Il est capable. Il se marre un peu quand il l’entends parler, qu’elle explique pourquoi elle voudrait se faire vouvoyer. “Ces gamins sont stupides.” Ceux qui manquent de respect pour une histoire de couleur de peau. Il connaissait pas mal ça, quand il était jeune. Quand il venait de débarquer et que son accent était bien plus prononcé. Donc, il comprends à quel point ça peut être frustrant.
Il finit par la laisser venir dans la chambre, prenant une autre bouteille que la dernière fois en roulant des yeux. “Qu’est-ce qu’elle avait de mal, cette bouteille ?” Il lui demande avec un sourcil haussé. De l’alcool, ça reste de l’alcool. Du moins, pour lui. Après tout, il n’a pas eu l’occasion d’en boire souvent. Sauf peut-être mêlé à du sang, rarement. Raphael a tout de même d’autres choses à faire que passer son temps à se bourrer la gueule. Il s’occupe d’un clan et avant, il le faisait sous les ordres de Camille. Il n’a pas vraiment de moment de repos. “Et je te rappelles que vous ne m’avez pas élevé, désolé de gâcher tes rêves.” Il dit. Même si c’est clairement ce qui se rapproche le plus d’une figure maternelle, maintenant. Il tends finalement un verre d’alcool à la sorcière, puis un à son petit ami quand il lui pose sa question. “Une soixantaine d’années ? Je l’ai connue quand je venais de devenir un vampire, quand j’étais chez Magnus.” Il connaît cette histoire, Simon. Je lui en ait déjà parlé une fois, si je ne m’abuse.©️ 2981 12289 0 ♦️ 332 mots ft. @Simon Lewis & @Catarina Loss
Revenir en haut Aller en bas
Catarina Loss
Children of Lilith
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Maryse / Charles / Gabriel
♦ Runes : 0
♦ Messages : 151
♦ Date d'inscription : 13/07/2017
♦ Everything and anything :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ Dim 18 Fév - 16:58

THERE'S LOVING IN YOUR EYES THAT PULLS ME CLOSER
Raphael & Catarina & Simon
Un sourire assez large et emplie de joyeuseté répondit à Raphaël lorsque celui-ci s’adressa à la sorcière. Lorsqu’elle avait ce sourire là sur le visage, Catarina perdait dix et ressemblait à une jeune femme tout à fait normale. Elle perdait toute la gravité qu’elle pouvait avoir sur le visage et qu’elle avait gagné avec les années qu’elle avait passé sur terre. Et elle avait vécu de sacrés changements à travers les âges. Et ce qui l’étonnait toujours, c’était que même avec l’évolution, la technologie, certaines choses ne changeaient pas. La différence faisait toujours aussi peur et les femmes étaient toujours considérées comme faibles. Malgré toutes les nouveautés qui avait fait leurs apparitions ces dernières années. Un jour peut-être les choses changeront.

- Oui. Stupides et bourrés de préjugés, rajouta-t-elle à la suite de Raphaël.

Catarina suit les garçons dans la chambre qu’ils avaient quittés quelques temps plus tôt en bloquant toutes les images qui peuvent lui traverser l’esprit à ce moment là. Elle soulève un sourcils quand Raphaël s’adresse de nouveau à elle et elle se tourne vers le vampire pour lui répondre.

- Elle était quasiment imbuvable. Je sais pas où tu l’as trouvé où qui te l’a apporté mais il te voulait du mal, plaisanta la jeune femme alors qu’elle s’appuyait sur un des murs, croisant les bras sur sa poitrine. Et tu es ingrat Santiago. Tu es ingrats et tu brises mon coeur.

La dernière phrase n’était pas sérieuse et avait été prononcé avec un rire dans la voix. Il était vrai qu’elle n’avait pas élevée Raphaël à proprement parlé. Mais comme il venait de le dire, elle le connaissait depuis une soixantaine d’année et en soixante ans, Catarina avait apprit plusieurs chose à Raphaël. Mais ce n’était le sujet de la conversation actuelle.

- Je suis l’une des meilleurs amis de Magnus, rajouta-t-elle pour les détails. Depuis trop longtemps. Et quand Raphaël est arrivé chez Magnus, j’étais sur le continent donc j’ai plus ou moins passé du temps là bas, sourit-elle en attrapant le verre que Raphaël lui tends. Il était a-do-rable, rajouta-t-elle avec un sourire en coin et un sourcil haut sur son front, comme pour défier Raphaël.


360 mots
⇜ code by bat'phanie ⇝


It's all about time
It has been said, 'time heals all wounds.' I do not agree. The wounds remain. In time, the mind, protecting its sanity, covers them with scar tissue and the pain lessens. But it is never gone. ▬ R. Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer. ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
SAPHARINA + There's loving in your eyes that pulls me closer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: