× help, please, i need somebody, feat. Oreste


Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
× help, please, i need somebody, feat. Oreste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Navigation : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ Mar 22 Aoû - 6:36
help, please, i need somebodyWillow & OresteD’après moi, être dans un environnement scolaire, c’est un regard sur ce qui arriverait si la société était regroupée de façon si minuscule. Bien sûr, lorsqu’on sort de l’enceinte d’une université ou autre milieu éducatif, l’énorme quantité d’individus à l’extérieur est bien trop vaste pour que l’on s’attarde à notre statut social ou celui des autres. Malheureusement, en cours comme dans les couloirs, les apparences sont clés et dès que l’on te colle un surnom péjoratif, il te suit jusqu’à ta sortie, et parfois même au-delà. Dans mon cas, sortir d’une petite école à Woodstock où les gens me prenaient déjà pour une intellectuelle aux tendances un peu trop solitaires et me rendre à New York, où la plupart des filles portent des vêtements haut de gamme, c’est un saut mortel. Dès mes premières semaines, en plus, bien sûr, des rencontres un peu trop étranges que j’ai fait, on me pointa encore du doigt. On me surnommait l’amie du prof, la fille qui n’a probablement pas de vie. Ils ne comprenaient pas que je n’étais ici que par l’aide de mes parents, qui avaient tout sacrifié, et en étant employé comme barista. J’aurais voulu leur dire tout, j’aurais voulu balayer leurs commentaires du revers de la main. Cependant, je m’étais promis de changer, en arrivant ici. J’espérais être plus sociale, et avoir quelques copines avec qui sortir. Pour cela, je pris la décision d’accepter l’invitation à une grande fête. Une certaine Tiffany voulait célébrer ses 21 en grand et invitait toute l’académie à un hôtel appartenant supposément à son père.

Après les cours, je revins dans mon dortoir et y chercha de quoi m’habiller. Une jupe crayon, un petit haut et un manteau en cuir plus tard, je me maquillais et sortis en direction de cet hôtel en plein cœur de Manhattan. En approchant doucement de l’entrée, je remarquais quelques visages familiers, mais n’osait pas trop m’en approcher. En entrant, je montrais ma carte étudiante et eut le droit d’entrer presqu’immédiatement. Une fois dans une des salles principales, je me fis approché par la reine de la fête en personne, Tiffany.  Elle me traîna vers une table avec un petit groupe de gens présents où ils attendaient une personne de plus pour jouer à 7 minutes au paradis. Dès que je pris place, le jeu débuta, et après quelques tours, ça tomba sur moi. Question de ne pas paraître pour une sainte nitouche, j’acceptais d’être enfermée dans la minuscule salle de bain avec un gars, dans le noir. Cependant, dès que je le sentais commencé à me toucher de façon plus sexuelle, je le repoussais et cognais à la porte. Il s’approcha une fois de plus, et je lui assénais un coup de poing dans la gueule. Je ne sais si ce fut le bruit sourd de ses fesses qui tombèrent par terre, mais la porte s’ouvrit soudainement et je pus m’échapper de cet endroit. Main droite endolorie du coup de poing, je me promenais, à la recherche d’un taxi lorsque je sentis des mains sur mes épaules. On me repoussa contre un mur avant de me traîner dans une ruelle. En regardant mon agresseur de plus près, je vis que l’un d’eux était le gars de tantôt, et il était accompagné de deux amis. Ceux-ci ne prirent pas de temps à me saisir les bras. Puis, le troisième, le nez ensanglanté par ma faute, commença à me soulever la jupe. Poussant un cri, j’espérais que l’on m’entende, du moins pour le peu de secondes que le bruit se propagea. Car le jeune homme me plaça sa main gauche sur ma bouche avant de poursuivre le déshabillement. Il me fallait un miracle, quelqu’un qui vienne à mon aide. Et vite.
© 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Oreste Fawley
avatar
♦ Runes : 73
♦ Messages : 37
♦ Date d'inscription : 27/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ Lun 4 Sep - 10:43
Les écouteurs dans les oreilles, Oreste pressa le pas afin de rentrer chez lui au plus vite. Ce soir, pas de taxi. La dernière fois qu'il était monté dans un de ces véhicule jaune, il avait du ensorceler le chauffeur pour ne pas payer le prix fort. Oui, cela ne se faisait pas, bla bla bla. Mais mince quoi, son prix avait été exorbitant, pas du tout le même qu'à l’accoutumé et cela l'avait fortement agacé. Alors hop, un petit claquement de doigt, et le chauffeur lavait subitement oublié. Et c'était bien mieux ainsi. Oreste ne roulait pas sur l'or dans ce monde là après tout... Ce soir la fin de journée était calme, les nuages absents du ciel et la température étaient plus qu'agréable. Complètement absorbé par sa musique Oreste manqua de la louper. Elle ? La fille dans la ruelle. Ses cris, il ne les avait d'abord pas entendu, c'était l'agitation vu du coin de l’œil qui avait capté son intention. Alors il avait retiré ses écouteurs, fait quelques pas en arrières avant de voir le pire spectacle qui soit.

Il aurait pu faire comme n'importe qui, hurler d'une voix forte pour se faire entendre, prévenir de sa présence, montrer ses muscles (mais ça, Oreste n'en avait pas tant que ça) et arriver pour les cogner. Mais non. Oreste était une fée et une fée, c'était bien plus subtil que ça. Alors il s'avança, fourrant son portable et ses écouteurs dans sa poche de jean arrière et siffla pour capter l'intention des jeunes garçons. La première chose ? Oreste n'aima pas, mais alors pas du tout le regard qu'il lui lancèrent.

« Lâchez-là. »

L'un d'eux éclata de rire, et les deux autres se reculèrent pour le dévisager.

« Non ? Tant pis. »
« Qu'est ce que tu vas no... »

L'éclair de sournoiserie qui passa dans ses yeux – synonyme qu'il s'apprêtait à user de sa magie – n'annonça rien de bon. Et soudain, tout s'arrêta pour les jeunes gens. Leurs gestes, leur rires, leur provocation. Ils étaient figés sur place, dans l'incapacité totale de bouger. Oreste se jeta sur la jeune femme, des réflexes bien humains reprenant le dessus.

« Est-ce que ça va ? Est-ce que... Venez. Vite. »

Il la tira par le bras pour la sortir de la ruelle. Qu'on puisse faire ça à une femme (ou un homme) le révoltait au plus haut point. Cependant, il ne pu s'empêcher de sourire. Pas pour ce qui venait d'arriver à la jeune femme, mais plus pour ce que les jeunes hommes découvriraient à leur réveil. Leur incapacité à se servir de leur joujou pendant un certains temps.
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Navigation : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ Dim 10 Sep - 2:52
help, please, i need somebodyWillow & Oreste Je sais, je sais. J’avais l’air d’une foutue demoiselle sans défense. Dans le genre Cendrillon, mais au combien plus explicite. J’entendais souvent, lors de documentaires à propos d’agressions sexuelles, que les femmes revivent cette horrible scène pendant encore des années, que le traumatisme est bien plus vaste qu’on y pense. Ils ont bien raison, ces foutus psychologues. Rien que de sentir ses mains se glisser doucement sur mes cuisses me laissait déjà terrorisée. Et les deux autres gars me tenant fermement les bras m’angoissaient d’autant plus. Comment se faisait-il que personne ne remarqua leur disparition, à la fête ? Pourquoi est-ce qu’on n’avait pas aperçu ce début d’agression ? Bordel, j’aurais vraiment voulu savoir me défendre, jouer les ninjas et en foutre une à ces idiots. Malheureusement, je manquais de connaissances générales en auto-défense. Désespérément, je me débattais encore un peu, mais leur poigne se fit plus forte. Je fermais donc les yeux, ne pouvant rien faire d’autre que d’attendre la suite des choses.

C’est à ce moment que j’entendis siffler. Au début, je crois que c’était le connard qui me tripotait, mais en entendant une voix provenant de l’entrée de la ruelle, j’ouvris les yeux. Les regards du trio ne m’étaient plus dirigés, leur tête tournée vers la source du bruit, vers un jeune homme. Mon sauveur ? Certainement. Sauf s’il se faisait attaqué, à son tour. Car, visiblement, les garçons n’étaient pas impressionnés, rigolant à gorge déployée et reculant pour mieux dévisager l’inconnu. Je retombais sur mes fesses, profitant de ce moment de répit pour remettre ma jupe en place, mais tremblant comme une feuille morte. Les menaces du jeune homme continuèrent, mais le trio s’en ficha complètement. Les mauvaises blagues et les gestes grossiers reprirent de plus belle, du moins pendant quelques minutes.

Mon sauveur se tenait là, maintenant silencieux, et moi, toujours adossé sur le mur, je n’avais pas la force de me lever. Est-ce qu’on terminerait notre soirée ici, victimes de ces trois cons ? J’aurais pu croire que ce serait le cas, mais, soudainement, mes agresseurs figèrent sur place. Pas de rire, pas de gestes, pas un seul mot. Je ne pouvais cacher la surprise que cette tournure d’évènements m’apportait. « Que … qu’est… » Mes yeux fixés sur le trio, je sentis alors une pression sur mon bras, me forçant à me lever sur mes jambes somme toute flageolantes. Il voulait savoir si j’allais bien, si … bon, il ne termina pas sa phrase, préférant que l’on sorte de la ruelle avant tout genre de conversation. Je le suivis, et préférait que l’on s’éloigne de l’hôtel. J’avais encore honte, et même si ce jeune homme venait certainement de me sauver la vie, je ne pouvais me sentir extrêmement rassurée. J’étais passée si proche de … Non. Je ne voulais même plus y penser.

En quelques minutes, on se retrouva à quelques rues de la fête. Je pris place sur un banc, n’ayant plus de force pour continuer à marcher. « Je … j’vais bien, je crois. Ils n’ont pas réussi à … » Je déglutis. Il n’avait pas eu le temps de faire quoi que ce soit. « Mais comment … comment ont-ils … ? Ils ne bougeaient pas. Ils … » La Grande Pomme ne cessait de m’étonner. « Est-ce qu’il y a quelque chose de normal, dans … dans cette ville ? Sérieux, on dirait que j’ai traversé un portail dans un autre univers. » Un endroit où les vampires, les sorciers, les démons … et j’en passe, sûrement, sont réels et peuvent se trouver à n’importe quel recoin. Sans compter les … néphilims.
© 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Oreste Fawley
avatar
♦ Runes : 73
♦ Messages : 37
♦ Date d'inscription : 27/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ Mar 26 Sep - 10:14
Elle se laissa tomber sur un banc et Oreste resta devant elle, les bras croisés, encore choqué de la scène à laquelle il avait assisté. Et ce que dans ce monde de dingue, les méchants ne pouvaient pas la mettre en veilleuse ne serait-ce qu'une soirée ? Pourquoi fallait-il toujours que cela soit les innocent et les gens (en dehors de leur monde?) qui en pâtisse ? En l’occurrence les agressions de rues étaient plus fréquent dans certains quartiers de la ville, si bien que cela en devenait déplorable. Elle était en état de choc, la fée pouvait le comprendre, et en était encore à se demander ce qui avait bien pu arriver à ses agresseurs quand Oreste était arrivé pour la sortir de là. Sa dernière remarque lui arracha un petit sourire en coin et il prit place à côté d'elle sur son banc.

« Le principal soit que... Vous soyez en sécurité. Est-ce que tout va bien ? Vous vous appeler quelqu'un peut-être ? »

Bah oui, hors de question de lui balançait qu'il était la chose en question qui avait ensorcelé la bande d'abrutis sur patte. Si elle avait encore des doutes sur le comment du pourquoi, il avait une chance pour ne pas griller sa condition, son espèce. Oui, c'était beau de rêver...

« Moi c'est Oreste d'ailleurs. J'aurais aimé que nous fassions connaissance dans d'autres circonstances, mais bon... »

Il lui tendit tout de même une main qui se voulait chaleureuse (les fées avaient des manies, tout de même, si là il ne poussa le vice à lui faire une salutation du moyen-âge), tout sourire.

« Et ouais, c'est une ville de dingue. Je crois que nous ne sommes pas au bout de nos surprises ici... »

Parfois il s’était demandé ce que cela faisait de vivre dans un environnement sain. Cela devait être terriblement ennuyeux en somme. Alors certes, peut de chance de se faire agresser par un vampire ou de tomber sur une battle de loup-garous dans un coin de ruelle sombre. Oui, depuis des années la grosse pomme était devenu le cirque de bien des créatures – depuis des décédés même, mais il se plaisait à dire que tout avait empiré depuis quelques temps – et ce n'était pas prêt de finir avec les guerres qui se réveillaient une à une. Il avait toujours fais partis des gens qui avait toujours voulu fuir tout ça. Au final, Oreste n'était pas si neutre et il savait qu'il serait apte à choisir un camp si on lui posait un ultimatum.

« Tu connaissais ces gars ? »
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna Montgomery
♦ Runes : 355
♦ Messages : 106
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Navigation : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.

Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ Jeu 12 Oct - 6:24
help, please, i need somebodyWillow & Oreste C’est une chose, que de voir ce genre de truc à la télé, c’est une autre que d’être au cœur de ce qui aurait pu se terminer en viol. Je comprenais enfin la sensation de faiblesse que les femmes décrivaient, cette peur presque déchirante que ça se répète. Pourquoi m’avoir fait subir une telle chose ? Je lui avais asséner un coup qu’en légitime défense, parce que ces foutues 7 minutes au paradis viraient au cauchemar. Prit-il cela pour un jeu ? Souhaitait-il sa revanche ? En tout cas, il m’agressa … ou avait essayé, plutôt. Heureusement, ce jeune homme arriva et me sortit de là in extremis. On s’éloigna, ce qui fut très rassurant, mais j’étais pour l’instant incapable de marcher plus longtemps, mon esprit encore sous le choc. Ma seule option fut de prendre place sur un banc et me plaindre de mes problèmes, unique sport national dans lequel je gagnerais certainement la médaille d’or. Tel un gentleman, il m’écouta attentivement, les bras croisés, juste devant moi. Il devait être tout aussi choqué qu’elle, du moins à ce que je pouvais en juger. Il était silencieux, cherchait sûrement les mots appropriés. Sauf que vraisemblablement, mon sarcasme fit son effet, alors qu’il prit place à côté de moi, sur le banc.

« On est assez loin de la ruelle et de l’hôtel pour que je me sente en sécurité. Je crois que mon cerveau a encore du mal à procéder ce qui vient de se passer, mais ça viendra. Pour l’instant, ça va. » Malheureusement, je ne me voyais pas appeler ma mère. Il était tard, elle dormait déjà. Et puis je ne me voyais pas lui faire peur avec une telle nouvelle. La pauvre pensait que je me débrouillais bien, je ne voulais pas du tout qu’elle découvre la vérité. « Non. Il n’y a personne a appelé de toute manière. » J’avais dit ça sur un ton très banal, une réalité à laquelle j’avais fait face à mon arrivée ici et qui ne me faisait plus tellement peur. Comme quoi vivre seule nous oblige à vieillir un peu plus vite. Pas que je m’en plaigne. Si j’étais restée à la campagne, j’aurais probablement continué à déprendre de mes parents. Là, au moins, j’apprenais à la dure, à ne pas répéter mes erreurs. Et ce soir, j’appris à ne plus faire confiance aux gens de l’académie. La plupart sont des enfants baignant dans le luxe, avare et à l’ego surdimensionné. Mieux valait que je garde mes distances, que je continue de jouer les ‘âmes solitaires’.

Continuant à me vouvoyer, attitude que je trouvais plutôt rigolote, il se présenta avant de me tendre la main. « Et moi, Willow. Ravie de faire votre connaissance! Niveau circonstances, n’en parlons plus. De toute manière, personne n’a de contrôle sur ça … alors autant en rigoler plutôt que d’en pleurer. » Je vins lui serrer la main, petit sourire collé aux lèvres, alors que mes craintes disparaissaient peu à peu. Finalement, cette soirée se terminait mieux que je ne l’espérais, avec cette rencontre fortuite. « Ah, n’en parlez même pas. Des surprises, ça m’attend à chaque coin de rue, ces derniers temps. On dirait Noel, mais en version un peu plus cauchemardesque. » Je ne voulais pas lui en révéler plus, question qu’il ne me prenne pas pour une folle. Raphael l’avait bien dit : révéler que j’avais parlé à un vampire et qu’il avait sorti ses canines me vaudrait certainement un petit séjour à l’hôpital, du moins pour s’assurer que je ne m’étais pas cognée la tête. En ajoutant à cela toutes mes autres rencontres, on pouvait dire que je me trouvais en plein milieu d’un raz-de-marée. Non. Pas question de pousser le bouchon plus loin. Heureusement pour moi, il embarqua bien vite sur un autre sujet un peu moins … particulier. « Malheureusement oui. Des idiots, amis ou simplement zombies éberlués par Tiffany, la fille à la tête plus grosse que la plupart des portes. Celui qui … » Je n’eus pas la force de spécifier, mais je me doutais qu’il comprenait de qui je parlais. « Je lui avais flanqué un sale coup de poing dans le visage, pendant qu’on était à la toilette, en train de jouer à 7 minutes au paradis. Ses mains étaient un peu trop baladeuses à mon goût, donc il a goûté à ma médecine. » Pas que j’aimais attaquer les gens, mais en sachant ce dont ce gars était capable de faire subir aux filles, je n’avais aucun regret.
©️ 2981 12289 0



you are the lights
that shine so bright,
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: × help, please, i need somebody, feat. Oreste ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
× help, please, i need somebody, feat. Oreste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: New York :: Manhattan-
Sauter vers: