× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Ven 18 Aoû - 0:31
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'CahanIl y avait d’abord eu ma première rencontre avec cet étrange individu tatoué. Puis, j’eus droit à un déferlage de situations étranges, croisant un vampire, un sorcier, une fée et même un autre de ces supposés ‘néphilims’. On peut, pour ainsi dire, qualifier mon arrivée à New York de tout sauf reposante. Aurais-je pu essayer d’effacer tout ça de mon esprit et ne me concentrer que sur mes études ? Peut-être bien. Par contre, chaque jour qui passait ne me rendait que plus curieuse d’en savoir plus, de chercher, de questionner. Je ne pouvais compter sur ma mère; celle-ci voulait absolument qu’on se voit pour m’en révéler un plus sur mon adoption. En n’ayant pas d’information à porter de main, j’étais incapable de pousser ma petite investigation plus loin. Le mystère s’épaississait donc, et la boîte de bois me semblait plus que jamais la clé à toute cette énigme. Comme de fait, je visitais quelques antiquaires, leur demandant de quelle époque datait cet objet. Personne ne sut me répondre. Me voilais-je tant de la vérité ? Ma seule solution était l’option la moins plaisante. Il me fallait retourner là où se trouvait cet endroit, cette église abandonnée qui n’en était pas vraiment une.

Je me levais donc ce matin avec la ferme intention de passer devant ce recoin de la ville, du moins pour m’assurer que tout cela n’avait pas été de la pure rêverie. Il était 8h30 quand je sortis de mon petit dortoir. Les cours ne commençaient qu’à 10h30, mais je profitais de la tranquillité de la matinée pour passer prendre un café et marcher, profitant ainsi de la fraîcheur d’une journée prometteuse. Pendant le trajet, je me requestionnais sur ma décision. Aurais-je vraiment le temps de bavarder un peu avec ces gens avant de subtilement quitter et me présenter en classe ? Pire encore, est-ce qu’ils me laisseraient partir ? En ayant envoyé quelqu’un pour me convaincre de revenir, je me doutais bien que me présenter là serait exactement ce qu’ils voudraient. Ou ce que cette soit-disant Enclave voudrait. Le bruit de mes pas résonnant dans la rue maintenant vidée de passants ne faisait qu’augmenter mon niveau de stress.

Bientôt, au loin, j’aperçus l’église. J’en eus des frissons. Était-ce vraiment ma destinée que de me retrouver ici, une fois de plus ? Les conversations que j’eus avec tant de … de … créatures  (quoique le terme ne me plaise pas vraiment) m’avait-il poussé vers la bonne route ? J’avais beau avoir lu sur internet les définitions du terme néphilim, je ne me sentais pas plus informée sur eux. Il y avait beaucoup trop de suppositions, d’interprétations selon chaque culture. Qui étaient-ils ? Qui étais-je véritablement ? J’avalais de travers, rien qu’en employant une telle tournure de phrase. J’avais peur, je ne savais pas ce qui m’attendrait, mais maintenant, me tenant devant la façade d’une église visiblement en mauvais état, pas de marche-arrière possible. Pourquoi ne voyais-je pas ce que j’avais aperçu auparavant ? M’étais-je trompé de place ? Pourtant, j’avais retracé mon parcours. Penaude et angoissée, je me tenais debout, à regarder dans les parages. « Est-ce qu’il y a … quel … quelqu’un ? » murmurais-je presque. Idiote ! Ils ne m’entendraient certainement pas. Mais voulais-je vraiment qu’ils viennent me voir ?  
© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Ven 18 Aoû - 21:08


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


Voilà quelques jours que je suis dans la ville au surnom plus que douteux. Voilà quelques jours que je suis dans une ville, où les secrets sont plus vicieux que l'histoire humaine elle même. New York est une bien belle ville, pleine de rebondissements. Entre une rencontre avec un vampire, qui plus est, chef du clan de Brooklyn ; une arrivée à l'Institut de New York presque inaperçu ; un flirt avec une consœur et une attaque d'une vampire incontrôlable, je crois bien vouloir mes congés plutôt que prévu.

Je m'entraînais souvent le matin entre 5h et 7h. Des restes du Japon je suppose. Je commençais par un réveil musculaire, puis prenez un sabre de bois avant de commencer une suite de kata. Je continuais en interchangeant le bois pour le sabre japonais séraphique. Enfin, un peu d'étirement et je partais me doucher. N'était ce pas le meilleur moment de la journée ? De ce savoir en forme, prêt au combat et propre comme un sou neuf ? Oui, sans aucun doute ! Je m'habillais de noir, de mon holster à petit couteau, de ma ceinture retenant mes sabres mes autres petit rangement de combat. Je pris une veste et partie dans les hauteurs de notre bien belle cathédrale. Une, deux… trois clopes plus tard, je redescendais en salle des commandes. Je vérifiais les équipes, mes derniers rapports comme à ma grande habitude depuis mon arrivée. Aldertree était souvent sur mon dos, et souvent je suis rétorquais que mes ordres ne venait directement de l'inquisitrice. Généralement, c'était ainsi que je lui cloué le bec et le voyait détalé comme un lapin.

Vers 9h10, regardant les rapports d'activités de la veille sur les cinq derniers équipes de la journée, je fus perturbé par une alarme. Haussant un sourcil, je regardais  de plus près, ce qu'il en était.Ce n'était pas ce genre d'alarme tonitruante qui vous réveiller en plein milieu de la nuit, vous faisiez descendre en pyjama, entortillé de votre couette sous un début de chute de neige… (je parle en connaissance de cause) non. C'était une petite alarme, douce, qui s'allumait sur les écrans de contrôle. Pas un chat ne rôdait dans la salle des commandes, aussi, je me dirigeais vers le poste de contrôle des caméras afin de contrôler les abords de l'Institut. J'avais relevé le rapport d’Isaac sur une demoiselle néphilim, nouvellement découverte dans nos rangs. Rare mais pas tant que ça… Devant l'entrée principale, une demoiselle, à la chevelure doré attendait. Néphilim mais pas très au courant… Tout cela était très bizarre.

Je remis l'interface du poste de contrôle et partis à l'entrée de notre sanctuaire. Je passa la première porte, arrivait dans l'antichambre puis passa sur le côté. Si ce n'était pas elle, il fallait bien que j'arrive d'autre part pour ne pas éveiller les soupçons. J'arrivais sur sa gauche. Elle demandait si il y avait quelqu'un. Sa voix était douce mais on sentait dans son ton qu’elle était en quête de question. J'étais relativement silencieux en arrivant à ses côtés. “ Bonjour… “ Oui. Il y avait 80 pourcent de chance que je lui ai fait peur. Elle s'en remettra… “ Puis-je t’aider ? “ Ajoutais je... Ma rune de précision dans le coup était légèrement visible. Si c'était la demoiselle que Isaac avait rencontré, elle me poserait certainement des questions sur mes tatouage...

La journée serait belle. De magnifiques éclaircies se dessiner dans le ciel. Le soleil n'allait pas tarder à se montrer et à pointer sur nous ses rayons blanchâtre de lumière. Le vent se leva doucement grâce aux derniers nuages, amenant un peu de fraîcheur. Il balaya doucement les cheveux de cette demoiselle dont le nom m’étais toujours inconnu. J'avais eu vent que Clary, la jeune fille qui m'avait accueilli la semaine dernière avait eu un parcours similaire à ce que pourrais vivre cette demoiselle… À part nos marques, nous n'avions pas de signe distinctif de notre appartenance au monde angélique… Alors quand on ne le découvrait que tardivement, je n'osais pas imaginer la suite...

Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Ven 18 Aoû - 22:08
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'CahanÀ me tenir là, on aurait pu me prendre pour l’un de ses artistes de rues jouant les statues vivantes. Maintenant que j’y pense, si rien d’autre ne marche, je pourrais toujours tenter ma chance avec ça. Mais est-ce que ce serait plus payant que mon emploi actuel ? Probablement pas. En y repensant bien, mieux valait continuer en tant que barista au café. C’est plus stable et surtout, on ne subit pas les commentaires de touristes. Non. À la place, on avait droit à ceux des drogués au café ou encore de ces filles voulant désespérément avoir l’air cool, prenant des photos avec nos différentes boissons particulières en main. Bref. Tant qu’à travailler pour un salaire minimum, autant être à l’intérieur qu’à l’extérieur. Justement, parlant d’extérieur … en ce moment, je donnerais tout pour un petit gilet douillet car, malgré l’agréable température qui débarquerait plus tard en journée, la fraîcheur me rentrait désormais sous la peau. Je sentais mes bras devenir beaucoup plus froids et, avec les minutes qui passaient, je me demandais sérieusement l’intérêt à attendre si, de un, je ne faisais pas l’effort d’aller cogner à la porte ou encore que personne ne vienne faire un tour dehors.

M’enfin, j’avais peut-être pensé un peu trop vite. Sous le silence de la rue, j’entendis soudainement une voix. Je sursautais et ne pus m’empêcher de lâcher un cri de surprise. Mon regard chercha la source du bruit et je tombais face à face avec un homme aux cheveux châtains, grand, et visiblement, provenant de l’intérieur de cette église. Après tout, je voyais bien une mince partie de qui me semblait être un tatouage sur son cou. Par instinct, je m’étais distancée de lui, ne sachant pas à qui j’avais affaire, lorsque je perçus ses premières paroles. Mais maintenant, j’avais un peu honte de ma réaction, surtout puisqu’il me demandait s’il pouvait m’aider. « Bonjour… » Mon ton de voix laissait transparaître mon hésitation à lui répondre. Pendant quelques secondes, j’eus la terrible envie de répéter ma première rencontre avec ces gens et simplement déguerpir. Cependant, mon subconscient me conseilla immédiatement de ne pas céder à la peur. Qu’est-ce que ça m’apporterait ? Je reviendrais ici, de toute façon, parce que c’est le seul endroit où j’aurais réellement des réponses. J’allais donc devoir me faire à l’idée que de fuir ne serait pas la solution, cette fois-ci. « Je … j’suis venue ici il y a quelques mois. J’étais à la recherche de réponses, mais j’étais pas prête à voir ce que j’ai vu. Je … » Les bégaiements, ça m’énervait à un tel point! « J’voulais juste comprendre pourquoi j’ai une boîte et pourquoi il y a le dessin d’un de vos tatouages gravés dessus. Alors pourquoi avoir envoyé quelqu’un pour venir me convaincre de revenir ici ? » Et qu’il ne me propose pas d’entrer. Ma seule priorité, c’était d’avoir des réponses, un point, c’est tout. J’avais des doutes que cet objet appartenait à mon passé, bien avant mes parents adoptifs. Mais mon cerveau ne coopérait pas, j’avais subconsciemment, ou pas, effacer ça de ma tête.

© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Sam 19 Aoû - 0:48


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


La cathédrale qui se tenait devant nous voyait le froid comme une caresse. Chaleur comme froid, la bâtisse avait survécu à un temps considérable de temps. Ce n’était pas le temps qui allait la faire tomber. Les briques avaient pris la mousse et la poussière. La partie immergé de l’iceberg, celle que les Néphilims pouvaient voir, que le monde obscure pouvait entièrement voir, était très bien entretenus. Une bonne me dirait vous. A contrario, la vision de ce magnifique bâtiment était totalement en ruine, dépravé, détruis, comme si une bombe était passée par là… Je clignais des yeux afin de voir cette vision. Elle me fit frissonner entièrement le corps. Je n’aimais pas cette vue. Intérieurement j’étais triste de voir une si belle bâtisse réduit en cendre pour les terrestres. C’était presque honteux et malheureux. Je soupirais discrètement… Le vent s’était levé, le froid aussi, mordant, bouffant ma peau, rendant rouge mon visage. Avant de rejoindre la demoiselle, j’avais activer ma rune Thermis. Ma stèle était une longue tige sur lequel des ailes s'enroulait. Un cadeaux des Soeurs de Fer. Ah… Le bon vieux temps du respect d’Idris envers ses chasseurs.

Après avoir passé l’étape de surprise, qui manqua de me filer une attaque soit disant passant, je laisser le temps à la demoiselle de se remettre de mon attaque verbale frontale. Comme quoi, un type qui arrive doucement peut facilement terrifier les plus faibles… Elle imposa une distance naturelle, semblait toutefois hésitante et pourtant, en quelques instants, elle se lança. Tout en l’écoutant, je m’adossais à un des murs, presque détruit dans sa vision, allumant une clope. Elle bégayait. C’était mignon.

Alors comme ça elle était déjà venue. Et bien, c’est déjà une bonne chose. Je souriais et pris une bouffée de fumée. Ce tabac cubain était si bon. « C’est une bonne chose que tu sois revenu dans ces cas là... » C’était la seule manière pour elle d’avoir des réponses à ses questions. Surtout celle-ci. Une boîte ? Avec une rune dessus. Bizarre. Je me releva, jeta le mégot et l’écrasa sous ma botte. Je releva ma manche et montra à cette demoiselle, la rune Enkeli. La rune par défaut des Néphilim, le lien angélique, notre droit de chasse. Sur mon bras, il y avait d’autre runes, récente et ancienne. « Est-ce cette rune qui est apposé sur la boîte que tu possède ? ». Tout cela était étrange. Peu de Néphilims posséder ce genre d’artefact. Les boîtes étaient des testaments, des boîtes de deuil en quelques sortes… J’en avais eu une, vers 15 ans, avec des éléments de ma mère, dont sa stèle, sa bague rubis enchanter par un sorcier, offerte par mon père, des photographies et d’autre petite choses. En revanche, l’Enclave n’avait jamais voulu me passer celle de mon père. Une chose, encore, qui confirmait qu’il était en vie.

Cette demoiselle m’intriguait. « Peu d’enfant de chasseurs sont inconnue de l’Enclave, nous naissons presque tous dans la ville sainte… Idris est notre foyer mais il arrive que des Chasseurs désire faire naître leur progéniture ailleurs, cacher, peut être pour les protéger d’un monde trop vicieux et trop dur… Cependant, l’Enclave, lorsqu’elle découvre l’un des nôtre, comme toi, il en va de son devoir de proposer sécurité et enseignement à l’un des siens. C’est parfois étrange mais nous avons tous un destin particulier en tant que… Néphilim. » Avait elle déjà entendu ce mot ? Savait elle ce qu’il signifier ? J’avais du mal à croire que cette demoiselle était des nôtres.

Je pris mon portable et la pris en photo de manière rapide. La base de données la trouva plutôt rapidement. Normale, Isaac avait dû procéder ainsi pour avoir les informations via l’Enclave. Son dossier était en pile de tous les autres. Willow. Mignon comme prénom dite donc. Avec ses boucles dorés… Je regarda rapidement son dossier. Le test sanguin devait être confirmé avant de procéder à un marquage. Et merde. Je réfléchissais déjà à comment contrer cette mesure. Je pris une de mes dagues séraphiques et lui tendis. « Fais moi juste confiance, respire profondément, et prend ça. » 50/50 que la dague s’allume et s’allonge. Je ne lui proposer qu’une poignée. Cela semblait étrange et pourtant.. Si c’était le cas, je n’avais plus qu’à sortir ma stèle pour lui apposer sa première marque… Il fallait qu’elle voit notre monde avant de vouloir totalement le rejeter.


Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Sam 19 Aoû - 6:02
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'CahanFinalement, ce n’était pas si mal que ça, que d’avoir de la compagnie. Je l’admets, je m’étais faite des idées un peu trop farfelues à propos de mon retour ici. Je pensais entre autres retrouver Isaac, mais vu mon refus catégorique lors de notre conversation, je m’imaginais qu’il ne sortirait pas me voir seul. Voilà, oui, le pourquoi de mon hésitation à remettre les pieds devant cette église délabrée. Et si je me retrouvais entourée ? Je ne voulais pas qu’on me torde le bras, qu’on me force un peu la main afin que j’accepte finalement. Je n’étais pas du genre à prendre des décisions à la légère. D’accepter le fait que je n’étais pas si humaine que ça ne se faisait pas du jour au lendemain. Il fallait que je pèse les pour et les contre, que je trouve l’équilibre entre cette nouvelle vie et celle que j’avais déjà, que je décide les détails à dire ou ne pas dire à ma mère. Mais tout ça, c’était si on ne me fournirait les informations qu’en échange d’un petit séjour ici, ou n’importe quel autre accord dans le genre.

Heureusement, pour l’instant, la conversation allait de bon train, malgré mon bégaiement. L’homme s’adossa à un mur et sortit une clope qu’il fumait allégrement. Pas que je fumais, je n’avais essayé qu’une fois et avais détesté cette sensation. Je respectais cependant les décisions d’autrui. Et puis de toute manière, je n’étais pas chez moi, je n’avais pas à juger. Je le regardais donc faire, l’écoutant attentivement. « Peut-être bien que oui. Je l’espère, au moins. » Autrement, si cette décision impromptue ne se résumait qu’en plus de questions, je ne saurais pas quoi faire. Mais il ne me fallait pas perdre espoir. Et justement, le voilà qui se relevait, jetant le mégot, l’écrasant, avant de relever sa manche et me montrer son bras. J’y vois bien sûr ledit symbole qui était gravé sur ma boîte. J’hochais doucement la tête. « Oui, c’est bien ça. Vous avez dit runes ? C’est comme ça que vous appelez ces tatouages ? » Étrange mot, mais vu l’anormalité de toute cette situation, je ne m’attardais pas sur le terme utilisé. Je me concentrais plutôt sur ce qu’il me dit par la suite, à propos des enfants naissant en dehors de leur supposée ville sainte. De ce que je compris, lorsque l’Enclave découvre des enfants tels que moi, elle n’a d’autre choix que de proposer ces enseignements ainsi qu’une certaine sécurité. Il soupçonnait donc que j’étais l’enfant de parents … néphilims ? C’est bien le terme qu’on me répétait depuis le tout début, un mot qui me hantait et qui me poussa à rechercher une définition. « Je vois ce que vous voulez dire. Mais mes parents sont tout à fait humains, ou du moins, ils le semblent. S’ils étaient des néphilims, ils me l’auraient dit, non ? » Et cette petite voix irritante qui me murmurait à l’oreille qu’ils n’étaient pas mes vrais parents. Non. Impossible. Ils m’aimaient tant, comment oseraient-ils garder un tel secret ?

Mon esprit ailleurs, mon interlocuteur me prit de court lorsque je le vis prendre une photo de moi avec son portable. « Eh oh ! Pourquoi est-ce vous prenez des photos de moi en douce ! Ça fait partis de l’entraînement, de jouer les espions ? » Soit, je n’aurais pas dû lui parler ainsi. Mais il fallait me comprendre; au moindre geste suspect et je devenais un peu parano. Sans ajouter que son silence et son attention à l’écran de son portable ne faisaient que monter mon niveau de stress. Qui avait-il de si intéressant ? Avait-il envoyé ma photo à quelqu’un ? Je n’osais pas lui demander quoi que ce soit, préférant attendre la suite des choses. Bien vite, il se défit de son appareil avant de prendre une dague et me la tendre. Lui faire confiance avec quoi exactement ? Qu’est-ce qui arriverait, si je prenais l’arme ? J’y réfléchis pendant quelques secondes, tendant la main vers la poigne et la retirant à mi-chemin. Je répétais ce geste une ou deux fois avant de finalement prendre une grande inspiration et saisir la dague. Au début, rien ne se passa. Je voulus la lui redonner et m’excuser pour le dérangement. Subitement, la dague s’alluma et en un millième de secondes, elle s’allongea. J’écarquillais les yeux, bouche-bée devant ce qui venait d’arriver. On aurait dit un tour de magie pour les enfants. « Qu’est-ce qui vient de se passer ? Qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai pas bousillée votre arme, j’espère. » Ce n’était que le début, j’en étais sûre. Il avait une idée en tête lorsqu’il me dit de tenir la dague, et je n’osais même pas m’imaginer ce qu’il me demanderait de faire ensuite.
© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Sam 19 Aoû - 20:25


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


La délicatesse de sa voix mêlait à son hésitation permanente, donner envie de la protéger du monde, et de ses dangers. Comment cette jeune fille allait elle survivre à la transition ? Celle que les chasseurs connaissent dans leur jeunesse. La question me remuait. Nous étions si peu et tant était encore dehors, sans aide, se rendant fou, apeurés par des choses qui n’existe pas, d’après des médecins terrestre. Quelle terrible situation tout de même.

Les éclaircies faisaient leur apparitions, une à une. Bientôt les lumières de l’Institut s’éteindrait pour laisser place à la lumière naturelle venu des cieux. Une bonne chose, la lumière traversant les vitraux étaient exceptionnel vers midi. « L’espoir, c’est la première chose à vouloir quand veut la vérité, car parfois, elle n’est parfois pas bonne à entendre… ». Je soupirais et observer cette demoiselle. Ces cheveux blonds, ses yeux, cette ligne du visage. Quelques chose chez moi me faisait me poser des questions. Qui était cette demoiselle ? Pourquoi l’Enclave voulait absolument mettre la main dessus ? Quel protocole avait changé ? Après lui avoir montrer ma rune Enkeli, montrant d’ailleurs d’autre runes au passage, celle-ci acquiesça. C’était un bon signe de sa part de vouloir comprendre. Les questions étaient importantes. « Oui, nous les appelons runes car c’est le terme employé pour désigner les mots angéliques… C’est un peu long à raconter mais pour faire court, c’est notre héritage pour combattre les démons. ». Ma voix se voulait rassurante, cela ne servait à rien de lui faire peur inutilement. Elle n’était pas prête pour ce stade, autant physiquement que psychiquement.

Lorsqu’elle m’annonça que ses parents étaient les plus humains possible, j’eu de la peine. Si elle pouvait me voir, si elle pouvait voir le monde obscures, il y avait de forte chance pour que les parents dont elle parle soient tout simplement des adoptants. Fuck. Etait-ce réellement à moi de lui annoncer que les parents qu’elle avait toujours connu n’étaient pas ses parents biologiques ? J’étais légèrement pris au dépourvues de cette nouvelle… « C’est peut être plus compliqué que ça… » Oui. Ca l’était. Après avoir pris la photo et rechercher dans la base données des informations sur elle, je savais que quelques chose clocher. Il fallait que je réalise un test sanguin pour savoir qui était ses véritable parent je ne pensais pas que cette demoiselle aller vouloir de son plein gré, ou peut être que si… Si elle voulait la vérité, je pouvais lui offrir sur un plateau d’argent. Je soupirais quand Mlle Willow commença à s’énerver. Je tourner l’écran et lui montrer rapidement son dossier sur la base de données. « Je te prie de m’excuser, pour pouvoir entrer ici, avec les événements que nous traversons, nous devons identifier tous les individus. C’est un protocole basique. Ce n’est absolument pas de l’espionnage… » Une fois de plus, je me montrais calme et sécurisant envers cette nouvelle dans notre monde si obscure.

Sa réaction était normale quelques part. Tout lui paraissait sans doute suspect. Un comportement qui aller s'adoucir avec le temps et de l'entraînement. En espérant qu’elle soit prête à vouloir nous rejoindre, même si je me demandais si on lui laisserait le choix… La vérification de la demoiselle faite, je ne pouvais attendre un test sanguin qui prendrait peut être une plombe, même en le réalisant moi même. Ah… Je la vis prendre la dague, quelques instants sans rien et puis. Ah. Béni soit l’Ange Raziel. Je soupirais enfin de soulagement. J’avais au moins confirmer que la demoiselle était bien l’une des nôtres. Une bonne chose que seul les Néphilim pouvaient prendre les armes séraphiques. Je pris une grande inspiration, récupéra la dague et répondit : « Tu viens d’activé une arme séraphique, uniquement utilisable par les Néphilim. Ce test me permet de confirmer ton ascendance angélique. » Je fis une pause et observa sa réaction. Souriant, je rangeais l’arme dans mon holster. « Souhaite tu toujours savoir la vérité ? Si le cas, la prochaine étape sera légèrement piquante… » Oui. Ou brûlante. Comme une brûlure, blanche, froide. Je dégaina ma stèle, un stylet argenté, triangulaire, avec des ailes gravés tout autour. Mes initiales étaient gravés sur celle-ci d’ailleurs. Le petit bout d’Adamas s’alluma légèrement. Je descendis légèrement le col de mon tee-shirt et passa ma stèle sur ma rune de précision. Quitte à faire quelques, autant le faire avec délicatesse, justesse et réalisme. Maintenant, c’est au tour de cette demoiselle d’accepter de connaître la réalité du monde dans lequel elle vit.

Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Dim 20 Aoû - 0:47
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'Cahan« Ma mère me répète toujours que l’espoir fait vivre. Donc même si la vérité va probablement me choquer, j’crois que je survivrais. » Parce que j’étais faite forte, j’étais entêtée et jusqu’à maintenant, aucune barrière sur mon chemin n’avait survécu à mon passage. Peu importe ce qui m’attendrais à l’intérieur de cette église, il valait mieux garder la tête haute et l’affronter, car de courir ne servait à rien. Je me retrouverais à nouveau ici, hésitante, toujours à la recherche de réponses et n’ayant comme solution que ces gens. Tiens, justement, voilà qu’il me montrait le fameux symbole gravé sur ma boîte, m’expliquant qu’il s’agissait d’une rune. Vu l’étrangeté du mot, je m’assurais que ce soit bien ce que je venais d’entendre. Il m’informa alors que ce terme désignait un mot angélique et qu’ils étaient leur héritage pour combattre les démons. Quoi ? « Des … démons ? On se bat contre des démons ? J’ai déjà assez de mal à apprendre à me défendre contre un voleur de sacs, et maintenant, vous me dites que j’dois être prête à affronter des d.. démons ? Mon dieu ! » L’entraînement serait certainement très rude, et peu importe le prof sur lequel je tomberais, il devrait faire preuve de patience. Je savais imiter certains mouvements d’art martiaux de Jackie Chan ou de Jet Li, mais seulement parce que j’adorais ces films terriblement mal doublés. Autrement, j’avais l’air d’une vraie empotée.

On en revint ensuite au sujet de mes parents, et je dois dire que plus j’en parlais, plus je me sentais malaisée. Je discutais de quelque chose somme toute très personnelle. Devrais-je vraiment poussé le bouchon plus loin et lui divulgué mes doutes à propos de mon adoption ? Il avait démontré tant de patience et d’attention à mon égard, en sortant dehors et en discutant calmement avec moi. « C’est très compliqué. Et surtout, ce n’est pas un sujet de conversation idéale pour les sms ou sur le téléphone. J’attends de voir ma mère pour lui en parler. » Car elle était celle qui m’avait proposé une sortie entre filles, maintenant que je me trouvais à New York. Devant un café, peut-être dans la quiétude de mon dortoir, je lui poserais les questions appropriées.

Jusqu’alors, rien de notre échange ne m’effraya. Ce n’était pas comme la dernière fois, où toutes ces informations me tombèrent dessus comme une pile de roches. Cependant, en le voyant prendre une photo de moi, je demandais, ou plutôt, j’exigeais indirectement des explications. En guise de réponse, mon interlocuteur soupira. Puis, tourna l’écran vers moi, il s’excusa et m’expliqua que tout cela faisait partis d’un protocole à suivre, que vu certains évènements, ce processus ne peut être esquivé. Je vis de mes propres yeux qu’il ne me mentait pas, que mes informations personnelles y étaient écrites et qu’une photo accompagnait le tout. Ce fut comme si on m’enlevait un poids sur mes épaules. Je n’avais donc rien à craindre. Ou peut-être que si, car en voyant cette dague dans ses mains et d’écouter ce qu’il me demandait de faire, mon niveau de stress gravit quelques échelons. Pourquoi diable voulait-il que je tienne une dague ? Non sans beaucoup d’hésitation, je m’exécutais et, après quelques minutes d’attente, la dague s’alluma avant de s’allonger. Ma première réaction fut de croire que je venais de la détruire. Toutefois, il la repris et m’informa sur ce qui venait de se produire. Une arme séraphique ? Je venais d’activer une arme que seul les Néphilims peuvent activer ? Si j’avais encore un quelconque doute de ma supposée nature, maintenant, c’en était finie. Je ne pouvais plus me mentir. J’étais donc un Néphilim. Finalement, quand on dit que la vérité vous saute en pleine face, eh bien, ça décrit plutôt bien ce qui arrive. Sur mon visage, la surprise se lisait facilement et je ne savais plus trop comment réagir. Je n’osais même pas demander quelle était la prochaine étape. Heureusement, il le fit pour moi, me disant que si j’étais prête à savoir la vérité, que la prochaine étape serait légèrement piquante. Quoi ? Eum, et qu’est-ce que ça voulait bien dire, ça ? Sous mes yeux ahuris, je le vis sortir ce qui me semblait être un stylo, mais fait d’argent, arborant des ailes gravées, et, à la place d’une mine, je remarquais un cristal. Il approcha la pointe vers l’une des runes sur son cou et celle-ci s’illumina. J’écarquillais les yeux. Alors c’est ça qui se passerait ? Ça n’avait pas l’air si douloureux. Sauf que bon, il l’avait déjà dessiné sur sa peau. Dans mon cas, il s’agirait probablement de la douleur d’un tatouage tout frais. Bon, ce n’est pas que je suis insensible à la douleur, mais si je n’acceptais pas de le faire, je resterais toujours dans cet état d’entre-deux, sans jamais savoir ce qui se trouvait de l’autre côté. Prenant mon courage à deux mains, j’avalais de travers et lui présenta mon bras. « Je … oui, je veux savoir la vérité. Va pour cette … rune. Qui signifie quoi, en passant ? » Car veut, veut pas, j’estimais que mon entraînement, que je l’accepte ou pas, commençait dès maintenant.
© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Dim 20 Aoû - 13:31


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


« Survivre n’est que le début de cette nouvelle vie… » Oui. Cela serait un nouveau concept de vie, un nouvel état d’âme. Depuis l’enfance nous somme poussé au proches des frontières de nos peur et de nos envies afin de les contrôler au mieux. Aller savoir, beaucoup réussissent, beaucoup sont sans émotions, patriote de leur propre race au détriments de celles qu’ils doivent protéger… D’autre réussissent mais ont gardé une morale, un état d’esprit et des valeurs. Cela sont rares. Tellement rares qu’ils sont parfois vu d’un mauvais oeil par le reste de la communauté. Et puis ils y a ceux qui ne passe pas la barre, qui, lassés de leurs échecs, partent, ou bien pire… Rejoignent les cieux. L’enfance d’un chasseurs à tendance à n’être que pure discipline, rigueur. Quelques part, nous étions ses enfants soldats que le reste de l’humanité recrutés pour leur dégoûtants actes. Imaginez alors quand vous n’avez pas de parents dans cette univers, que tout le monde pense que vous n’êtes qu’un raté avant même d’avoir fait vos preuves. C’est un peu ce qui arrive quand vous devenez orphelin. C’est ce qu’il arrive lorsque vous naissez orphelin. Peu. Très peu de personne on cru en moi et en mes capacités. Heureusement que j’ai tenu jusque là, heureusement que nous grandissons et apprenons de nos erreurs.

Sa surprise face à l’annonce de nos destinées de Chasseurs me sortis de ma torpeur nostalgique. Je riais intérieurement… « Oui. Des démons. Si il y a des anges, il y a malheureusement leurs opposé, donc des démons. L’ange Raziel nous à permis de nous défendre. Je te ferai un cours d’histoire un autre jour… Tu comprendras mieux. » Oui. Des cours, elle allait en avoir un sacré paquet car si elle accepté d’être des nôtres, d’être celle que son sang lui ordonnait d’être, elle allait devoir engrangé une masse d’informations que nous autres avions eu le temps de prendre durant des années. J’espère que cette demoiselle était courageuse car les bleues, les maux de tête et les courbatures aller être son quotidien durant un petit moment. Ah… « Tu verras, tout s’apprend… » finissais je par dire, car oui, c’était la vérité.

Je n’étais pas censé dire quoi que ce soit sur sa famille, encore moins lui annoncer qu’elle était probablement adopté. Je n’aimais pas les mensonges de ce type. Eduquer un enfant sur des bases mensongère était totalement irresponsable. Même à nous, enfant néphilims, nous n’étions pas aveugle face à la réalité. Nous ne savions peut être pas tout d’un coup, mais nous étions mis au courant du mal comme du bien de notre monde. « Je n’en doute pas… » J’allais certainement me faire remonter les bretelles pour emmener une demoiselle, considérait encore comme Terrestre à l’intérieur d’un Institut. Je voyais et entendais déjà Aldertree, arrogant au possible, faire chier son monde. Elle paraissait surprise par ma stèle, et par le reste. Quoi, était ce si choquant de voir une rune s’illuminait ainsi ? Je soupirais, tendis la main pour prendre son bras. « C’est une bonne chose. » dis je. Elle prenait position et c’était idéalement ce que je souhaitais. Enfin quelqu’un qui décider de son sort. « Cette rune est celle qui nous permet d’accéder au liens angélique, de voir le monde, même celui que nous cachons, pour notre sécurité comme pour celle des terrestres. » Une fois qu’elle m'ait tendu son bras, je le tint fermement, situant ma main au niveau de son coude. J’allais lui apposer la rune Enkeli. La première transmise au Chasseurs d’Ombre durant leur apprentissage. « Dernière chance, après, plus de possibilité de faire marche arrière. » Annonçais-je avec un petit sourire. Trop tard, je commençais à tracer avec délicatesse le motif de la rune Enkeli. Le tracé noir, frais, fut tracé sur son avant bras assez rapidement. Je lui épargner trop de douleur pour rien. Les effets de la rune n’allait pas tarder à se faire sentir. Elle verrait la cathédrale, peut être plus du tout illuminé, mais au moins enfin en totalité et plutôt bien entretenus. Je rangeais ma stèle dans son petit holster après lui avoir lâché le bras. Je lui laissais le temps de s’acclimater à la douleur, normalement peu longue, mais surtout à la vision du véritable monde. Je sortis à nouveau une clope et l’alluma grâce à mon zippo argenté. L’air se réchauffait petit à petit et on voyait le soleil se montrer dans sa presque totalité. Je pris une bouffée et expira. Prochaine étape, le test sanguin. Il fallait confirmer ses origines afin de mieux comprendre pourquoi elle ne fut pas avec nous depuis le début… Tout cela était trop étrange.

Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Lun 21 Aoû - 6:16
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'CahanDe survivre, disait-il ? Bah s’il s’agissait de survivre à des attaques de démons, alors autant mieux préparer le drapeau blanc. Ou alors qu’on me dise de rester dans l’enceinte des murs de cette place. Autrement, en situation de danger, j’étais toujours celle qui, comme dans les films d’horreurs, criait comme une folle et prenait la poudre d’escampette. On me critiquait beaucoup cette attitude, me rappelant que sans le strict nécessaire niveau défense, je ne saurais me battre contre un agresseur. De ce point de vue, ils n’avaient pas tout à fait tort. Cependant, un coup de sac à dos en pleine figure, avec le poids de mes livres, cahiers et, pardonnez-moi, mon ordinateur, je ne vois pas celui qui se tiendrait encore debout. Même moi, j’avais tendance à perdre parfois l’équilibre, tellement il y avait de poids. Bon, bon. Je ne me voilais pas les yeux; le temps que je réussisse à attraper mon sac, on m’aurait certainement vidé les poches et flanqué un bon coup. Alors comment, dites-moi, étais-je supposé sauver le monde de démons, si je ne savais même pas protéger mes possessions personnelles d’un quelconque vol ? Je serais certainement la risée des cours, ici. C’est vrai, la plupart d’entre eux avaient baignés dans cet univers, dans cet acharnement depuis un jeune âge. Moi, petite nouvelle, venait de débarquer. J’allais devoir apprendre à perdre mon petit ego, celui que j’avais amassé avec le temps, vu l’attention des profs à l’académie qui m’offraient toujours de leurs meilleurs commentaires. « Tout s’apprend, oui, mais à l’âge que j’ai, combien de Néphilims sont déjà sur le terrain, en train de se battre ? J’vais sortir des cours à quel âge ? 40 ans ? » Il n’était pas questions de langues. Je marcherais en terrain inconnu, et mon arrivée ne plairait certainement pas à tous.

De fil en aiguille, je lui annonçais mon plan à propos de cette discussion particulière avec ma mère. Il me fallait maintenant plus que jamais comprendre mes origines. Mon destin venait de prendre une tournée complètement différente et, que je ne le veuille ou non, il me fallait encore les sages conseils de la seule figure maternelle que je connaisse pour me guider. Je ne lui parlerais sûrement pas de ce qui venait de se passer, en si peu de temps. J’inventerais probablement un bobard, comme quoi ça me trottait dans la tête depuis un moment. Tout en douceur, telle serait mon approche. J’essayerais d’adopter la même attitude que mon interlocuteur. Tiens, justement, en parlant de lui, voilà qu’il prend le bras que je lui tendis après que j’aille accepté qu’il me marque avec l’objet étrange qu’il tenait. Non sans répondre à ma question à propos de la signification de la rune, il me tint plus fermement le bras, situant sa main au niveau de mon coude. J’avalais de travers. Pourquoi une telle pression ? Serait-ce aussi douloureux que ça ? Il annonça alors que ceci était ma dernière chance, qu’après, je ne pourrais plus faire marche arrière. Quoi ? J’allais lui dire de me donner dans ce cas-là quelques minutes de réflexion, mais trop tard. Il commença à tracer le motif. Au début, je m’étonnais de la sensation. Cependant, les quelques pincements devinrent plus répétés et plus vifs, si bien que je lâchais un petit cri.

Heureusement pour moi, il termina assez rapidement le dessin. Je pus donc reprendre mon souffle et admirer du coin de l’œil la rune. Voilà donc le dessin de ma petite boîte. Étrangement, je sentais maintenant qu’un certain vide était comblé, que j’étais sur la bonne voie. Je ne comprenais pas ce qu’il attendait de moi, alors que sa main tenait toujours mon bras. Est-ce que j’étais supposée ressentir quelque chose en particulier ? J’eus réponse à ma question silencieuse au même moment où il me lâcha complètement. Tout d’abord, mon regard se brouilla légèrement. J’eus un haut le cœur et question de ne pas vomir, fixais le sol. Cette sensation ne dura que quelques secondes, et bien vite, je pus doucement soulever ma tête. Le spectacle qui s’offrit à moi fut de pure beauté. De l’église délaissée et en ruine, je vis se former, tel un peintre traçant un paysage de son pinceau, une imposante cathédrale dont l’architecture ferait en baver plus d’un. « Où … où est passé l’église ? Elle était là, il y a quelques secondes. » Je me souvins de la rune Enkeli. « C’est grâce à ça que je peux voir cette cathédrale ? Mon dieu ! C’est … c’est magique. » Je rapportais mon attention au dessin, probablement apposé sur mon bras à jamais. Une chose de plus que je devrais expliquer à ma mère. Elle piquera une crise, ça c’est sûr!
© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Mer 23 Aoû - 16:21


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


L'entraînement. Une forme de vie. Une rigueur et une discipline. Parée, esquivé, attaquer, de loin comme de près, avec précision ou brutalité. L'entraînement repousser nos limites, préparer nos esprits à la base des batailles et des guerres car personne à part ceux qui ont déjà combattus savent comment nous pouvons réagir. J'étais plutôt bon. Pas talentueux mais j'apprenais vite. J'observais, tenter de recopier, de mimer, puis d'adapter. Je me débrouillais à l'arc. Meilleur au lancer de couteau mais surtout excellent aux épée et aux haches. Lors de mon passage à Tokyo, j'ai appris énormément. De la préparation mentale aux derniers gestes qu'un soldat devait faire. J'ai pu apprendre le kendo, pratiquer avec de grands maîtres et devenir un des premier chasseur européen à manier le sabre en-dehors des terres japonaise. Les combats étaient varié, qu'ils soient contre des démons comme contre des confrères et consœurs. Je prenais du plaisir à venir au dojo et à apprendre de nouvelles choses. Les courbatures ont été souvent présentes malheureusement, mais parfois je me rappelais que d'autres avaient été pires. Je n'avais jamais était réticent à combattre. D'autre l'étaient plus. D'autres refuser de combattre ne comprenant pas cette nécessité. Jeunes nous apprenions la tactique et la stratégie. La logique et moi, nous étions amis de longue durée. Je prenais souvent des livres, comportant énigme et histoire logique, relisant et aiguisant mes capacités d'analyse. C'était une des meilleures choses que j'ai pu choisir… Sa réaction, ses questions, me fit sortir de ma nostalgie. Il n'y avait pas d'âge pour apprendre, même pour combattre et se défendre. “ Ne dis pas de sottises. As tu déjà eu des cours de self défense ou même d'art martiaux ? Tout s'apprend, et parfois plus rapidement qu'on ne le pense… Tu n'es pas la seule dans ce cas. “ répondis je. Je prenais le même ton qu'employé mon mentor. Fermé mais compréhensif. Ce qu'elle n'avait pas encore assimilée, c'est qu’elle n'apprendrais pas à se défendre, elle apprendrait à faire partie d'une équipe, réaliser le dessein des anges, défendre ses compagnons et les créatures obscures dans le besoin, enquêtera et trouvera la vérité. La longue formation des chasseurs ne s'arrêtait jamais et ne se finissait presque jamais.

Petit, dès que nous savions marcher, on apprenait à lire, à écrire, au minimum trois langues ainsi que les runes. C'était intensif et il n’y avait pas vraiment de place pour jouer ou se détendre. Vers 6 ans nous commencions à apprendre les bases du combat, du pistage et d'autre éléments propre à notre vie de chasseurs. J'étais relativement bon élève, sérieux et attentif. Au fur et à mesure de notre croissance, nous étions entraîner plus durement. La discipline était stricte et extrêmement présente. Nous étions un peuple armée, ne l'oublions pas. J'ai souffert de courbatures et de blessures peu graves. Rien que d'y penser j'en ai mal aux cuisses. Nous avions avec le temps, un peu plus de temps pour nous. Moi, je lisais, j'écrivais et je dessiner. Les activités extra formation étaient rares et il fallait choisir correctement. Orphelin, il était difficile de se faire des amis. Seul Rita et Marcello passer du temps avec moi. J'étais de nature solitaire, et parfois, même encore elle se faisait ressentir. Tandis que Willow tenter de ne pas tomber du au changement causée par la rune, j'observais et attender. Si elle me faisait un malaise, je pourrais la rattraper rapidement. Je pris une nouvelle cigarette dans ma boîte en métal et alluma, à nouveau mon Zippo pour griller l'extrémité de ma clope. Lorsqu'elle put voir le bâtiment en entier, j'écrasa ma demi clope et répondit en faisant un clin d'oeil : “  Ce bâtiment à toujours était une cathédrale, en ruine, je l'admet, elle paraissait être une église… Oui, la rune Enkeli te permet de voir les lieux cachés par les Nephilim. À l'occasion mais peut être plus tard, je t'emmènerai faire un tour à Idris. “ Je ramassais mes petit mégots, et me dirigeais quelques mètres avant la porte de la cathédrale pour les jeter dans une poubelle de la ville. Le ciel bleu englobait tout. Bientôt, la fraîcheur du matin partirait et laisserait place à des températures plutôt élevées. Une chance que l'Institut soir si bien isolé grâce à la pierre de la cathédrale et de la climatisation. Je revins vers ma nouvelle consœur Nephilim et montra le chemin vers les portes. Cette fois si je pourrais passer par l'entrée principale. “ Suis moi, nous allons finir la procédure pour t’identifier comme l'une des nôtres et ce officiellement… J'espère que tu n'a pas peur des aiguilles “ Oui. Les aiguilles. Je devrais réaliser une prise de sang pour savoir ses origines. J'ouvris le premier battant de la porte en bois et la conduisit vers le cœur de l'Institut. Il faisait nettement plus frais qu'à l'extérieur. Nous passâme l'entrée. Je continua ma marche vers l'infirmerie, tout en sachant qu'elle ne pourrais s'empêcher de regarder le moindre millimètre de l’Institut.
[/color]

Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Mer 23 Aoû - 20:41
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'Cahan « Si on compte les fois où j’essayais d’imiter les maîtres de dojo dans ses vieux films mal doublés comme des cours d’auto-défense, peut-être. Autrement, non, je n’en ai jamais suivi. Je ne croyais pas en avoir de besoin … m’enfin, jusqu’à maintenant. Je ne dis pas que je n’apprendrais pas, seulement que je ne suis pas la plus sportive des filles, donc je n’ose pas imaginer ce que ça donnera, en mode combat. » Comparativement à mon interlocuteur et la plupart d’entre ces néphilms, je n’avais pas reçu d’entraînements ni mêmes d’études. Je me lançais dans leur univers comme on se lance d’un avion en vol; une chute libre. Déjà, avant même de faire les premiers pas et de débarquer ici encore une fois à l’improviste, j’avais fait la rencontre de créatures que je ne croyais jamais possible. Ma logique me criait à chaque fois que c’était la fatigue, le stress, que ces trucs ne pouvaient exister que dans les films. Pourtant, j’avais vu des choses que je ne pouvais simplement balayer du revers de la main. Cependant, de voir la cathédrale et non plus l’église délabrée, de sentir un endolorissement sur mon bras, là où le tatouage se trouvait, tout ça me sauta maintenant aux yeux. Il y avait donc tout un monde derrière celui que j’assumais être le seul et unique. On disait souvent que les pompiers, ambulanciers, policiers et médecins sauvaient des vies, mais les gens ne savaient pas que derrière eux se trouvait des chasseurs de monstres, de démons, qui protégeaient également l’humanité. En acceptant cette rune, j’avais donc accepté, du moins en contrepartie, de faire partis de ces chasseurs. « Idris? Qu’est-ce que c’est ? Une autre cathédrale dans le genre ? Parce sérieusement, si j’ai ce visage de surprise en voyant ça, » et, sur ce, pointait cet œuvre architectural devant moi avant de continuer, « je n’imagine même pas à quoi Idris ressemblerait. » Soit, il faut dire que j’étais passionnée d’histoire, en plus, bien sur des langues.  N’importe qui d’autre aurait simplement figée sur le fait que ce soit apparu magiquement, mais moi, en plus de ça, je m’extasiais devant la beauté des lieux. Mais c’est que je n’avais encore rien vu.

En effet, il me montra tout d’abord le chemin vers les portes. Je me souvins que la dernière fois, je n’avais aucunement franchi cette étape. Je m’étonnais de par mon changement d’attitude. Serait-ce la gentillesse dont avait fait témoin cet homme ? Probablement. Il n’avait rien brusquer de la conversation, même si, je l’avoue, j’ai paniqué à certains moments. On traversa l’entrée et on se retrouva dans un hall où, au bout, je voyais une rangée de ce qui me semblait être des ordinateurs, ou du moins, ce qui s’en rapprochait. C’est alors qu’il fit hausser une fois de plus mon taux de stress, en parlant de la prochaine procédure. « Des … des aiguilles ? » J’avalais de travers. Si je ne fréquentais pas vraiment les hôpitaux ni les cliniques, même en étant malade, c’était bien à cause de ma peur de ces fameuses aiguilles. Le problème, c’est ce que je le suivais toujours, trop curieuse de regarder chaque recoin de la place. Donc, je ne savais bientôt plus où se trouvait ce hall ni même la porte principale. En clair, même si je voudrais courir, je ne pouvais plus faire demi-tour car je me perdrais. Il fallut donc que je le suive jusqu’à l’infirmerie.

Une fois arrivée, je vis tous les différents appareillages que l’on retrouverait dans une salle d’urgence, en temps normal. C’est bien, ils étaient équipés, mais vu mes tendances hors de cet Institut, ça m’étonnerait que je vienne faire un tour ici trop souvent. Sauf si on me forçait, bien sûr. Comme maintenant, justement, et ce, même si on ne me tordait pas le bras pour le faire. Je pris place sur un brancard. Celui-ci était redressé, et bien que je retrousse un peu le nez, je pris place, non sans trembloter. « Je … il me semblait que le truc avec la dague, c’était suffisant pour savoir que je suis une néphilim. Alors pourquoi le … l’analyse de sang ? » Je n’osais même pas regarder ce qu’il faisait, pendant que je m’installais. Tout comme le peu de fois que je dus passer ce petit test, je me mis à ressentir un pincement au niveau des veines du coude. Ma mère me disait souvent que ce n’était que de l’appréhension, notre corps qui réagissait à ce que notre cerveau imaginait. Mais c’est que je n’osais même pas retrousser ma manche. Je restais simplement là, couchée sur le brancard, me posant toujours les mêmes questions, et essayant également d’oublier ce qui suivrait.

© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Jeu 24 Aoû - 12:11


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


En entendant ça façon de s'entraîner grâce au film chinois de kung-fu, j’esquissais un sourire. C'était pourtant une excellente initiative de réaliser cela, et ce même pour le fun. Je devrais peut être en regarder quelques uns, peut être me donnerait il l’occasion de tester quelques nouvelles choses en combat rapproché. Tout est bon à prendre, même dans les films. “ C’est déjà une bonne chose de vouloir mimer. C’est un premier pas dans le processus de combat et défense… Il faut juste quelqu’un pour rectifier ce qui va et ce qui ne va pas. “ lui dis je. Beaucoup d'entre nous mimé, recopier, répéter, les mouvements d'autrui avant de les ajuster à leur propres séquence de combat. Ceux qui avaient ce genre d’attitude avait plus de facilité à survivre et à combattre efficacement sur tous les plans. Faisant preuve d'initiative et de créatif la ou d'autre seraient rester figé. L'improvisation, en tant que chasseur était importante. Très importante.

Petit, je voulais savoir comment le battre pour pouvoir me défendre des autres orphelins qui s'acharner sur moi. Je sortais en douce de mon dortoir, la fenêtre se trouvant juste au dessus de mon lit et partait rejoindre les dojo nocturne. J'ai répéter et reproduit des centaines, des milliers de fois les katas de base, puis les mouvements de combat. Je regardais, je répéter. Un soir, alors que j'observais et je répéter après chaque kata, Shona, le maître chasseur d'ombre, responsable du dojo de nuit m’aperçu. Pendant un long moment je ne remarquai pas son regard. A force d’y aller, j'avais pris confiance en moi et avait moins peur de me battre avec les autres garçons du dortoir. Un soir de mars, alors qu'il faisait plutôt frisquet, je suis tout de même aller rejoindre le dojo pour m'entraîner. Mon mentor, Marcus avait été mis au courant par Shona. Je m'installais dans les hauteurs du bâtiment et répété à nouveau les katas que je connaissais à présent par cœur. Quand je vis Marcus, puis Shona, me fixer pendant plus de vingt minutes je pris peur et me cachai derrière un mur. J'entendis bientôt Marcus m'appelait. J'avais trop peur de me faire gronder mais j'étais obnubilé par l'entraînement. Lorsque je n'entendais plus rien, je repris ma place. Si je vous dis que ce sont tous les chasseurs d'ombre, Shona et Marcus qui me rejoignaient pour continuer l'entraînement. J'étais étonné et plutôt craintif de recevoir une punition mais tous recommencèrent à repérer les mouvements que j'avais appris seul. Depuis ce jour, je reçu le droit d'aller m'entraîner avec eux. Shona rectifiais les mouvements tout autant que les autres. Je me sentais fier d’avoir persévérer.

J’entendais la jeune interlocutrice me demandait ce qu'était Idris. Ah… “ Idris est notre pays. Enclavé entre la France, le Luxembourg et l’Allemagne, elle accueille notre capitale et unique ville, Alicante. C’est la ville sainte, là où je suis né, là où la plupart des chasseurs sont nés. “ répondais je. Idris était hors du temps, elle possédait des forêts magnifiques, une ville sur canaux et j’adorais particulièrement me balader dans les hauteurs. Les tours de verres étaient resplendissantes quand la lumière du matin venait les frappées de ses millions de rayons. Le style intérieur était nettement plus vieillot mais tout autant magnifique que les extérieurs relativement contemporain. La végétations étaient présente en tous lieux, elle était très importantes au yeux des Néphilims. Celle-ci avait un aspect reposant et était très colorés ce qui cassait la dynamique des bâtiments anciens et moderne. “ Tu serais surprise. Moi même je trouve notre cité magnifique. Nous l’appelons la Cité de Verre dus à ses immenses tours de verres. Soit patiente, je t’y amènerai à l'occasion. “ Oui. Elle devrait voir ça. On ne peut le croire que lorsqu'on a vu la Cité de Verre une fois dans sa vie.

Je l'entendais déglutir de manière difficile. Les aiguilles n'était donc pas sont grand amusement. C'était légitime. La médecine moderne terrestre était différent mais encore légèrement differentes de la nôtre. Nous préférions aller en profondeur mais avec rapidité. l’Institut commençait à se parler de jolies couleurs grâces à ses différents vitraux. Du jaune, du vert, du rose, et pleins d'autre couleur plus ou moins, vive, sombre ou pastel… J'aimais beaucoup lambiance de cette institut. Il me rappelais l’essence de certains bâtiments d'Idris. Je jeta un coup d'oeil vers elle et ajouta : “ Oui, mais ce n’est pas grand chose. Je te le promet. “ C'était rapide, elle n'avait pas à s'en faire.

Nous arrivâmes dans la salle de soins plus communément appelée infirmerie. Certains chasseur était habilité à pratiquer des soins basiques et réaliser des analyses. Une chance pour elle que j'en soit. Je souris, l'entendant se positionner sur un brancard. Elle était un peu pale. Les aiguilles lui causaient elles tant d'anxiété que ça ? Lorsqu'elle se rendrait compte qu’en prenant une respiration cela serait finit, elle n'aurait plus peur, j'en suis sûre. Ou moins. Sur un plateau en inox je préparais le pistolet sur lequel je plaçais trois petites fioles, aussi longue que mon pouce. Je préparais du coton, de l’antiseptique et une compresse stérile. Je rajoutais une paire de gant et des pinces stérile. Je respirais doucement. L'infirmerie était climatiser afin de conserver le matériel et les produits de première nécessité stables. Je préférais le centre médical de Tokyo. C'était la bas que j'avais réaliser mon accréditation au soins. Je pris le plateau et me tourna vers elle. Je tirer vers moi la petite servante en inox, poser mes petites affaires et tandis que de badigeonner d'antiseptique un coton, j’expliquai à ma patiente du jour le pourquoi du comment : “ L’un montre ton ascendance, l’autre indique de qui spécifiquement tu descends. Tu aura sur ce magnifique écran, ton arbre généalogique. “ Je désignait l’écran d'ordinateur juste à côté de nous.

Je releva une des manches du tee shirt de la demoiselle et essuya la zone que j'allais piquer. Comble de la chose, sur le pistolet on ne voyait absolument pas l'aiguille. Je lui montra le pistolet et ajouta pour la rassurer : “ Ça prend moins de 10 secondes. Respire un grand coup. Ça va aller. “ Je la laisser prendre une grande inspiration et appuya trois fois sur la gâchette de manière très rapide. En quelques secondes le sang de Willow se retrouva emprisonner dans les fioles. Vides auparavant, le liquide carmin s'y trouvée a présent. Je posa le pistolet sur son socle et désinfectait la zone avec la compresse et les pinces après avoir revêtit mes mains de gants. Une fois fini, j’annonça à ma patiente avec un grand sourire : “ C’est fini. Tu peux rester allonger si tu préfère ou venir à côté de moi.. A toi de voir. “ Je cligna d'un œil et nettoya les différents éléments puis vint m'asseoir sur un tabouret à roulettes. Je pris le pistolet, sortis les fioles et les mis en places sur un dispositif d’analyse. Je tapais deux trois commandes sur l’ordinateur résolument différemment des terrestre. Je lançais la recherche et attendit. En quelques minutes, les résultats s’affichait sur l'écran que j'avais designer plutôt. L'arbre, se déploya et les photos, les noms et les dates de naissances de chacun prirent places sur l'écran.

Je fronçais les sourcils. Je voyais Willow, elle était indiquée en rouge, sa photo manquait puisque non assimilé à notre base de données. L’indication en rouge montrait que c'était son sang qui était tester. Puis je me vis, puis ma mère, mon père, Caitlyn Summer, mes grand parents… Je cligna des yeux si rapidement, je respirais de manière très longue, et mon teint devint livide. Pourquoi apparaissais je ? Pourquoi mon père avec l’une de ses dernière photo était présent ? Je préparais en hâte un nouveau plateau, refit la même procédure et analysa à nouveau. Mise à part que l'encadrement rouge entourer ma photo, les même informations apparaissaient. Bonté divine… J’avais la preuve irrefutable que mon père était vivant bien après ma naissance. “ Par l’ange… “ chuchotais-je.

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Jeu 24 Aoû - 18:20
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'Cahan Il regrettera probablement de complimenter ma folie de vouloir imiter les mouvements des grands maîtres du kung-fu au cinéma. Le nombre de fois que j’ai brisé un lampadaire, que je suis tombée sur les fesses, que je me suis fait des bleus … ça ne témoignait que de mon manque flagrant de muscles et de coordination. « J’ai bien dit ‘essayer’. Je mime, mais à moitié. Ça termine toujours en bourrique, de toute manière. Mais point positif, les films sont pas si mal que ça. Et puis je n’ai jamais brisé de télé, ce qui témoigne de mon attention à tout ce qui est fragile. » Ou cher. Parce qu’on écran plat, c’était tout de même dispendieux. « Alors autant te prévenir, tout objet avec une valeur quelconque ne devrait pas se trouver dans la même pièce que moi, quand je m’entraînerais. » Comme ça, je m’éviterais des problèmes. Car, soyons franc, qui, à l’intérieur de cette cathédrale, sera heureux de voir quelqu’un qui n’était, jusqu’alors, pas vraiment au courant de sa véritable destinée. Qui sait, peut-être questionneraient-ils même les résultats avec la dague séraphique.

Heureusement, on dirait bien que Calixte était, quant à lui, convaincu. Il voulait même que j’aille avec lui voir ce lieu qu’il appelait Idris. Ne sachant pas ce qu’était que cet endroit, je lui demandais de m’en parler un peu plus. Ce qu’il me révéla me laissa d’autant plus excitée à l’idée d’un jour visiter Idris. Une ville sainte ? Mon dieu, à quoi ressemblerait donc le lieu de naissance des chasseurs, des néphilims … de … ma véritable famille ? Je compterais les jours avant d’aller voir la capitale et de marcher dans les pas de mes ancêtres. « Des tours de verres ? La cité de Verre ? On dirait que tu me décris la ville d’Oz du livre de L. Frank Baum. Vivement que je puisse la visiter. » Vous avais-je dis que je changeais graduellement d’attitude ? Car plus le temps passait, et plus je m’impatientais de pénétrer les portes et d’ouvrir un nouveau chapitre de ma vie. Mon vœu se réalisa justement, mais pas de la manière que j’espérais. En effet, il me fit entrer, mais me dit devoir faire une dernière procédure, une analyse sanguine. Cette étape n’était certainement pas celle que je préférais, mais plus j’avançais vers l’infirmerie, et plus mes chances, ou même mon envie, de m’enfuir rétrécissaient.

Me retrouvant bientôt à l’infirmerie, j’hésitais à prendre place sur le brancard. Calixte était occupé à préparer ses outils, mais pu probablement voir la couleur pâlotte de ma peau, alors que je comprenais ce qui suivrais maintenant. Puis, quand il se retourna avec un plateau dans les mains et que je vis ce qui s’y trouva, je ne pus m’empêcher d’arrondir les yeux. Était-ce vraiment si nécessaire que ça, de faire ce test, qui j’avais déjà prouver qui j’étais ? Eh bien oui, car en analysant mon sang, on découvrirait mes origines, mon arbre généalogique. « Je … je vois. » Et merde ! Encore le bégaiement. Je ne pourrais sans doute jamais démentir ma peur, vu cette tendance assez frustrante. Ma mère trouvait ça drôle, même mignon. Moi, je détestais. En fait, je détestais tout autant que je détestais ce qui suivrait, car le voyant maintenant relever une de mes manches et essuyer la zone où il me piquerait, je ne pus m’empêcher de frissonner. Calixte me montra le pistolet, voulant me rassurer sur le fait qu’on ne voyait pas l’aiguille. Puis, il me demanda de respirer un bon coup, que cela ne prendrait que quelques secondes. J’obéis, et étonnamment, ne ressentit que trois petits pincements. En un rien de temps, il termina la procédure, essuya ses outils et se leva en me proposant de le suivre, ou alors de rester encore un peu coucher. « Question de ne pas tomber dans les pommes, je préfère ne pas bouger d’ici, pour l’instant. » Ce n’est pas pour autant que je ne fixais pas ses moindres faits et gestes, alors qu’il s’installait près de l’ordinateur. Quelques cliquetis plus tard, je vis s’afficher sur l’écran des photos, plusieurs de visages que je ne connaissais pas, mais aucune de moi. Je n’étais pas encore sur leur base de données, c’était normal. Mon regard se dévia de l’ordinateur ne serait-ce qu’un instant, et c’est à ce même moment que j’entendis Calixte respirer longuement. Automatiquement, mes yeux se fixèrent une fois de plus sur l’écran. Les visages des différents individus m’étaient complètement inconnus. Sauf un. Calixte. Pourquoi est-ce que sa photo se trouvait là ? Il me semblait qu’on testait mon sang, non ? Le voir préparer un autre plateau, à la hâte, et faire la même procédure, mais testant son propre sang m’alerta. Non sans difficultés, je me levais du brancard et m’approchais de lui, alors que les résultats s’affichaient, une fois de plus. Mon nom se trouvait là, ainsi que Calixte, une certaine Caitlyn Summer, et un certain Luke. Son teint livide et la stupeur sur son visage étaient indéniables. Mais se pouvait-il que … « Non ! C’est impossible ! Co … comment ? » Nous étions demi-frère et demi-sœur ? Je reculais de nouveau vers le brancard. « Tu … je … Mes parents, ils … » J’avais appris bien plus que je ne l’aurais souhaité. Et il n’y avait maintenant que ce dit brancard qui me retenait. Autrement, vu le choc de cette découverte, je me serais retrouvé par terre depuis longtemps.

© 2981 12289 0



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Mer 30 Aoû - 13:09


to conquer fear is the beginning of wisdom
Calixte & Willow


Ah… Nous apprenions de tant de façon différente, même un enfant faisant le pitre apprenait quelques choses. Je connaissais beaucoup d'enfants qui prenait l'entraînement pour un jeu et qui parfois dépasser le plus rigide de nos confrères. Quelques chose me disait que ce ne serait pas le cas de cette jeune demoiselle. Je pris une grande inspiration. “ Je te le répète, c'est une bonne chose… Toi, tu tente, même si c'est pour plaisanter… “ Certes elle n'était pas très musclée, mais cela ne vient pas dans un claquement de doigts. Il faudrait qu'elle travaille, avec rigueur et discipline pour se construire une ossature musculaire digne de ce nom. Si elle suivait les consignes des différents professeur et chasseurs de l'Institut, tout se passerait bien. Bon, son corps serait sans doute recouvert de bleu et les courbatures serait monnaie courante même elle changerai. C'était sûre. Je soupirais avant d'ajouter : “ Tu sais, d'autres tendent le bâton pour se faire frapper. Ils attendent qu'on les frappes pour qu'ils se mettent à travailler… Ils vivent généralement dans la peur de s’en prendre une. Je ne pense pas que ça sera ton cas…

Etre maladroite, c'est une chose, c'est surtout dus à un manque de confiance. Ce n'est pas génétique, ce n'est pas dit à l'éducation, c'est une question de sois même. Rien ne la prédestinée à rejoindre nos rangs, peut être que si cette suite d'événement, de rencontres, n'aurait jamais eu lieu, elle continuer sa vie paisible d'en tant que terrestre mais le destin était généralement bien fait et rappeler la nature de chacun à tout moment. Mon petit doigt me disait que cette jolie jeune demoiselle aller très bien s'en sortir. Dans la joie, dans la tristesse et la colère. Elle aurait certainement peur, peur de prendre les armes, peur de comprendre que notre monde, celui qu'elle côtoiera jusqu'à la fin de sa vie, était remplis de mal et de peu de bonté. La peur, lui fera faire des gestes irrémédiables, lui fera prendre conscience de sa place. Elle commencera à apprendre sur elle même et sur cette peur, apprendrait à la contrôler et à l'utiliser, comme la colère, comme toutes les émotions. Pourtant, la première chose qu'elle allait devoir apprendre, c'est qu'elle était autant capable que d'autres, entraîner ou pas depuis l'enfance.

Elle n'était pas la première chasseresse née en dehors de notre pays, éduquer par une famille de terrestre, éloigner de sa voie puis remis sur les rails de sa destinée. Non. Elle ne serait ni la première, ni la dernière. Idris comptait des milliers de jeune chasseurs née en dehors de ses terres. Le premier, un garçon, dont le nom a été oublié depuis, vit le jour à Londres. Sa mère était trop jeune pour avoir un enfant, et préférant abandonner sa nature à son enfant, disparus dans les vieux quartiers de la capitale anglaise. À l'âge de 25 ans, ce même jeune homme fut enfermé dans un hôpital psychiatrique. Quelques année plus tard, l’Institut de Londres le fit sortir et lui expliqua sa voix. Celle d'un chasseur, fier guerrier des anges, prêt à prendre les armes pour défendre le paradis et la terre, berceau de l’humanité et de la création de Dieu. Il excella la ou tous les autres mirent beaucoup de temps à comprendre. Il devint un chasseur émérite, patron des chasseur perdus. Comme quoi.

Alicante était merveilleuse. À chaque visite, sa découverte. Tout chasseur pourra vous le dire. La Cité de Verre receler toujours plus de détails et d'anecdotes. Alicante ne me manquait pas. Était ce parce que j'étais orphelins et n'avais aucune attaché familiale ? “ Ah… Rien n'est comparable à Idris et à Alicante. Pas même la Cité d'Émeraude du Pays d’Oz. Nous au moins, nous n’obligeons pas à faire porter des lunettes teinté de vert… c'est déjà ça. “ dis je avec un petite sourire. Il serais tout de même bête de ne pas voir la palette de couleur que Alicante et Idris nous permettaient de voir.

Conscient que je voulais au possible, le directeur de l'Institut de Tokyo me fit passer une formation basique de soins et d'analyse au sein du centre médical ultra perfectionné de la ville japonaise. J’y appris à utiliser les instruments, les différents gestes de secours, d'utilisation de produit démoniaque, de traçage rapide de runes et bien d'autre choses. Je pouvais analyser facilement et rapidement tous brins d'ADN quelque qu'il soient. L'équipement angélique nous permettait de connaître des informations sur tous être vivants. Une chance inouïe d'engranger notre base de données universelle.

Après avoir récupéré suffisamment de sang de ma patiente du jours, je commençais. Je haussais les épaules et ajouté dans regarder Willow : “ D’accord. J'espère que tu y vois correctement. “ Comment vous dire que la suite me retourne l’estomac. L’Enclave m’avait pourtant montrer cette arbre généalogique. Pourquoi avait il changé si soudainement. Je savais parfaitement pourquoi. Croisés de nouvelle de données dans la base et elle se mettait à jour automatiquement. J'avais beau regarder, chercher un éventuelle bug, testa mon propre sang, les résultats furent les mêmes. Je n’arrivais pas à croisez le regard de Willow. La, en dessous de sa propre photo, il y avait le nom officiel déposé par Caitlyn. Je ne put lire que son prénom tant ma vu se brouilla d'émotion. Sinead. Je me levais, sans regarder ma demi soeur et balbutia… “ Je… “ Je me forçais à me taire puis à me calmer brièvement pour pouvoir exprimer ce que je souhaitais. “ Peux tu rester ici ? Je vais chercher quelqu'un pour qu'il puisse te raccompagner chez toi… “ Ma voix était douce mais en sentait le choc à chaque syllabe. Je sortis, trouva un confrère et l’assurance qu'il prenne bien en charge Willow. Lex se chargerait de ma demi soeur quant à son retour chez elle.

Je respirais un grand coup puis, pris le chemin de la terrasse supérieur. Je pris l’ascenseur, prépara une clope et dés que je fus sortis de cette espace trop clos, j'allumai le tabac. Une grande inspiration et 400 pas plus tard, je me retrouvais adossée à un mur, me laissant tomber vers le sol. Je sortis mon portable et tout en admirant la photo de mon père disparus, murmura dans le vent : “ Où peut tu bien être père… ?

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Willow C. Saunders
Children of Raziel
Willow C. Saunders
♦ Age : 27
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Breanna & Cara & Maia
♦ Runes : 293
♦ Messages : 243
♦ Date d'inscription : 14/07/2017
♦ Everything and anything : Believers, look up - take courage. The angels are nearer than you think.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_n8wf5jqdyQ1rys67xo1_r2_250
Wings, afar. My eyes do not want to believe what I already know. Angels. They are closer than what I thought possible, and their harp seem to illuminate my soul.
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tumblr_o4bshajHFE1rbw50xo9_r1_250

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ Jeu 31 Aoû - 3:31
to conquer fear is the beginning of wisdomWillow C. Saunders & @Calixte A. O'Cahan Comme quoi on apprend toujours, et ce, même si on prend le tout pour une simple partie de plaisir. Moi, cinéphile que je suis, durant mes petites sessions de mime, devant la télé, à répéter les mouvements des meilleurs maîtres d’art martiaux en finissant quelque fois sur mes fesses, me rapprochait déjà de l’entraînement à venir ? Aux dires de mon interlocuteur, en tout cas, c’était une bonne chose, que cette initiative bien innocente. Mon subconscient m’aurait-il guidé vers ce jour sans que je le sache ? Des choses bien plus étranges que ça c’était déjà passé dans ma vie, surtout en ce moment. Donc, je ne m’étonnerais pas devant un tel fait, si c’en était un. Sauf que bon, j’avais des bras très maigres et aucun muscle n’avait fait plus de boulot que le strict nécessaire pour marcher et autres tâches de la routine quotidienne. La route devant moi, en acceptant mon nouveau rôle, me forcerait à me pousser pour atteindre un niveau bien plus haut que je n’aurais jamais pensé. J’allais rentrer dans ma chambre complètement morte, j’aurais des bleus à expliquer à collègues de travail et de cours, s’ils venaient à les remarquer. Bref, ce serait un entraînement digne de ceux qu’on voit à la télé, quand ces gens veulent atteindre un certain poids et se tuent à l’entraînement. « Pas que j’ai peur de m’en prendre une. Je n’ai juste jamais eu la chance … ou plutôt malchance, de devoir me défendre. » Mais devant un démon, alors que ce serait la loi du plus fort, je n’aurais certainement pas le choix que de me retrousser les manches et passer à l’action. Il fallait simplement que je me forge, que je sois autant forte physiquement que mentalement.

« Bah écoute, je rajouterais ces deux endroits sur ma liste de lieux à visiter ! J’espère seulement que c’est moins cher que les voyages outre-mer. Non mais franchement, les compagnies nous chargent des prix de ouf. » Quand j’étais excitée ou stressée, je parlais comme une pipelette. De dévier un peu le sujet vers autre chose n’allait donc pas contre ma nature, bien au contraire. Et puis de toute manière, je n’inventais rien. Depuis toute petite, je rêvais de voir le monde, de visiter des lieux mémorables, de me sentir complètement dépaysée. C’est un peu ce que j’enviais à ma sœur qui elle, était partie en Europe pour vivre ses folles aventures. Quoiqu’en y repensant bien, j’en vivais également de mon côté, même si celles-ci étaient plus … rocambolesques. Les lui raconterais-je ? Certainement pas. Elle me prendrait pour une folle. Ou pire encore, elle me demanderait si je prenais des drogues. Comment lui annoncé qu’en plus d’être adoptée, je venais d’un monde fait de chasseurs d’ombres et de créatures en tout genre ?

L’étape de la dague, c’était simple. La rune, ce fut un peu plus douloureux. Mais le test sanguin, bien que déplaisant à entendre, se passa plus rapidement que je ne l’aurais cru. Moi qui détestait aller à l’hôpital justement à cause de ça, voilà que je venais de le faire en quelques secondes. Bon, je l’avoue, j’étais encore sous le choc et mon adrénaline ne semblait pas diminuer pour autant. C’est pour ça que je préférais restée couchée, lui affirmant que je voyais bien l’écran. Les minutes qui suivirent me tuèrent, le silence s’installant dans la salle. Heureusement, l’ordinateur dévoila les résultats en un rien de temps. Je n’arrivais cependant pas à comprendre pourquoi la photo de Calixte se trouvait affichée. Sa réaction me mit la puce à l’oreille, ne le voyait même pas dénier me dire quoi que ce soit. Je m’approchais donc et à la vue des nouveaux résultats, je restais bouche-bée. Pourquoi ma photo se trouvait-elle là, parmi toute cette panoplie de prénoms inconnus ? Mère ? Père ? Non. Je bégayais quelques mots, espérant avoir des réponses. Ce fut le contraire qui se produisit, alors qu’il me demanda de rester ici, qu’il trouverait quelqu’un pour me raccompagner chez moi. Il sortit de la salle et quelqu’un d’autre arrivé, un certain Lex. Me prenant doucement par le bras, voyant certainement le choc encore sur mon visage, il me dit m’aider à marcher jusqu’à mon dortoir. Mes jambes défaillaient, je ne savais pas trop quoi penser. De faire le long chemin de retour serait éprouvant, surtout dans mon état actuel. Je lui demandais plutôt s’il y avait une chambre de libre. Je m’appuyais contre lui, espérant trouver un lit assez confortable pour la nuit. Il ouvrit la porte d’une chambre et m’aida à me coucher. Je le remerciais et, après qu’il ait fermé la porte, je me permis de laisser parler mes émotions de pleurer, et de questionner tout de ma vie. « Pourquoi est-ce que je ne me souviens de rien ? »

© 2981 12289 0

SUJET CLOS



how to grow and to change — she's got that whole purpose driven warrior princess save the world type vibe. ;;

× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Cjq4× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte Tj71
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: × to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
× to conquer fear is the beginning of wisdom, feat Calixte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» arthur & myrcella ❝ you better fear my rage ❞
» Naoki Kitano - Your fear is my Kingdom...[Terminée]
» ALLYA BARATHEON { Fear not this night
» Soirée 3 ♣ Fake Fear

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: