what am I supposed to do ? × feat. Raphael


Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
what am I supposed to do ? × feat. Raphael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Jeu 6 Juil - 6:57

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
De rester dans cet appartement, à ne rien faire de ma soirée, serait l’option facile. Mais j’y passe le plus clair de mon temps et j’ai besoin d’air frais, ce soir. Peut-être même un petit encas. C’est que j’avais faim et la pauvre jeune femme d’hier ne m’était pas bien tombée dans l’estomac. L’heure de la chasse avait donc sonner. M’habillant toujours avec classe, je pris le chemin d’un bar que je connaissais assez bien, le The Sunshine’s. Là, les gens semblaient s’amuser, faire la fête, et surtout, essayer de trouver l’âme sœur ou encore le one-night stand qu’il leur manquait. J’aimais bien les lieux, l’ambiance était toujours invitante et je me doutais que, si je n’étais pas vampire, ce serait un lieu d’autant plus intéressant. Malheureusement, vu ma condition, il me servait de restaurant où je trouvais toujours de quoi me mettre sous la dent.

Encore une fois, l’endroit était bondé. La musique ne manquait pas et, dès mon arrivée, je remarquais quelques gars qui me regardaient. « C’en est tellement facile, ça devient presque ennuyant, » me murmurais-je. Draguer quelqu’un, c’est supposé être un jeu de patience et d’excitation, surtout en sachant ce que j’allais faire par la suite. Cependant, en m’installant au bar, je me fis tout de suite offrir un verre. La barmaid, une jeune femme aux cheveux noirs pour qui j’eus un petit faible, me signala que cela venait d’un homme à l’autre bout complètement de la longue table. Je lui fis un petit sourire forcé, mais ruminait de mon côté. « Pourquoi est-ce que je tombe toujours sur les mecs désespérés en premier ? » À mon commentaire, la barmaid rigola. Je fis donc la conversation avec elle, à la place. « T’es nouvelle ici, n’est-ce pas ? » Elle acquiesça et tout en continuant de servir les autres clients, on discuta un peu plus. En voyant mon manque d’intérêt total pour lui, le petit Roméo de tout à l’heure parti, furieux, et je ne pus retenir un gloussement en le voyant quitter le bar. « Un de moins. Pas une grande perte, si tu veux mon avis. » La barmaid continuait de rigoler, et moi, je continuais de lui sourire.

Après plus de deux heures, je remarquais que la jeune femme enlevait son petit tablier et partait à l’arrière, là où ils rangeaient certainement les bouteilles. Calmement, je quittais ma place et la suivit jusqu’à la porte donnant sur la ruelle juste à côté. Elle se trouvait là, assise sur l’une des marches. En lui signalant ma présence, je m’approchais d’elle. Une fois près de la barmaid, je pus sentir son odeur si enivrante. Rien n’était encore perdu, il y avait peut-être une chance que je mange et qu’elle n’en soit pas tant choquée. Prétendant être un peu saoule, je lui sortis une histoire bidon, comme quoi je ne trouvais sûrement jamais l’amour, et, soudainement, je l’embrassais. Elle ne se défit pas, se ralliant à moi dans ce geste. Je la tenais enfin ! Mes baisers se firent plus brusques, s’éparpillant pour finalement se rendre jusque dans son cou. Là, j’insérais mes canines et, question qu’on ne nous entende pas, plaça ma main sur sa bouche. Je bus ce liquide si doux et aurait pu continuer à en boire jusqu’à la vider, tellement j’avais faim. Mais percevant un bruit, je lâchais ma victime qui tomba par terre, inconsciente. Qui est-ce qui osait m’interrompre dans mon repas ?

code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Ven 7 Juil - 3:03
What am I supposed to do ? Breanna x RaphaelRaphael n’aimait pas sortir, il n’avait jamais aimé ça. Ça ne changera probablement jamais, mais bon. Ce soir-là, il avait décidé de sortir pour se rendre au Sunshine, histoire de faire une petite visite à son petit ami qui travaillait là-bas depuis quelques jours maintenant. Ce qui faisait qu’il n’était plus aussi souvent à l’Hôtel et même si Raphael avait horreur d’admettre quelque chose comme ça, mais Simon lui manquait horriblement. Il avait envie de passer tout son temps avec lui, Donc, que faire de mieux que se rendre sur son lieu de travail ? Heureusement pour lui, il n’avait pas du attendre longtemps avant que son petit ami ne prenne une pause, ou plutôt soit quasiment forcé par Raphael a prendre une pause parce qu’il avait envie de l’avoir tout à lui tout seul. C’était probablement comme ça qu’il s’était retrouvé, dans une ruelle. Mais bon, à sa plus grande tristesse, ça s’arrêtait bien trop rapidement parce que l’autre barmaid avait terminé sa journée et il devait donc reprendre sa place. Il ne pouvait décemment pas laisser le bar sans aucune surveillance, ce serait irresponsable et Raphael comprenait totalement ça, même s’il n’avait pu s’empêcher de râler. Comme d’habitude en fait.  
Il s’apprêtait à rentrer au DuMort pour s’occuper d’affaires du clan quand il sentait une odeur l’enivrer. Du sang frais. Quelqu’un s’était fait attaqué, que ce soit par un vampire ou par quelque chose d’autre, mais Raphael devait aller voir. Il devait voir ce qui se passait. Il ne prenait clairement pas longtemps avant d’arriver à l’endroit d’où provenait l’odeur, son odorat encore plus développé à cause des derniers événements, à cause du sang de Néphilim dont il arrivait tout juste à oublier le goût. Donc, du sang de Terrestre était encore moins difficile à pister qu’en temps normal. Il avait envie de se facepalmer quand il voyait un vampire se nourrir d’un humain dans une ruelle, sans même se cacher. Ça lui donnait un étrange air de déjà vu, que ce soit de sa rencontre avec les membres du clan ou de ses retrouvailles avec Sam. Comme si tout cela n’était qu’un espèce de running gag. « Est-ce que t’es totalement idiote ? » Finissait par demander le mexicain lorsqu’elle avait enfin porté son attention sur lui alors que sa victime tombait au sol. « Tu penses vraiment que te nourrir comme ça, comme bon te semble est quelque chose d’intelligent à faire ? De normal ? » Faire la morale, c’est probablement ce que Raphael sait faire de mieux, clairement. « Qu’est-ce que tu aurais fait si c’était un Néphilim qui t’étais tombé dessus au juste ? Tu peux te sentir chanceuse que ça ne soit que moi. » Parce que si un des angelot était tombé sur elle, ce serait probablement fini de sa petite tête de rouquine. Rouquine comme Clarissa, il notera, mais bon. Il ne va décemment pas être plus dur avec elle parce qu’elle lui fait penser à quelqu’un qu’il ne supporte pas. Il n’est décemment pas comme ça.
© 2981 12289 0 ♦ 507 mots en moins de 24h



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Ven 7 Juil - 6:48

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Bien sûr, il fallait que ça soit un gars. Il n’y avait d’êtres plus grognons sur cette planète que le sexe masculin. Cependant, l’inconnu avait des traits bien distincts. Il n’était pas comme les mecs au bar qui se la joue un peu trop. Curieuse, je ne le quittais pas du regard, malgré le fait que d’entendre ma victime inconsciente tombée par terre me fasse un peu tordre le cœur. Tant de nourriture gâchée! J’espérais sincèrement que ses raisons soient bonnes, parce que sinon, je perdrais certainement ma contenance, quitte à lui casser un doigt ou deux. Mais voilà qu’il m’apostropha sans trop mâcher ses mots. Moi, idiote ? Si c’était le cas, aurais-je survécu jusqu’à maintenant ? Certainement pas. Même si je passais le plus clair de mon temps entre les quatre murs de mon appartement, cela ne m’empêcha pas d’avoir une vie nocturne active et très intéressante. Surtout quand il s’agissait de me nourrir. Alors là, je prenais un malin plaisir à jouer un peu ave ma nourriture. De toute manière, les pauvres humains ne rêvent que de ça, en ce moment. Quels idiots, que de tomber en amour avec des vampires de films. Ils n’ont rien en commun avec les véritables créatures de la nuit.

Toujours assise sur les escaliers, je tournais la tête sur le côté, tel un chat, ne comprenant pas pourquoi il questionnait ma manière de me nourrir, alors qu’il était lui-même vampire. Bah oui, ce n’est pas si difficile à comprendre quand on te parle si ouvertement d’alimentation et qu’on ne sourcille pas devant une femme inconsciente. « Ne sommes-nous pas des bêtes, à la base ? Après tout, on appelle carnivore ceux qui se nourrissent de la chair d’autrui. Nous ne nous trouvons pas très loin de ces animaux sauvages, si tu veux mon avis. Donc à ta question : intelligent ? Certainement pas. Les fauves sont tout aussi primitifs. Mais normal ? Oui. » Mon ton de voix n’avait pas changé. Je ce que venais de dire était très clair, ou du moins, ça l’était pour moi. J’ai sombré longtemps dans la dépression et l’envie de m’infliger de terribles blessures me tortura les premiers mois après ma transformation. Ce ne fut qu’après beaucoup de réflexion sur mon état et quelques morsures plus tard que je pris conscience de la vie, ou non-vie, que je manquerais en n’admettant pas que j’étais devenue un monstre. Voilà pourquoi j’en était là, à me nourrir sans aucune vergogne. Mais que de l’entendre me faire la morale me zappait complètement le moral et me donnait presque envie d’attendre à demain pour un autre encas. J’ai bien dit presque, car il prononça un mot que je n’avais encore jamais entendu. Néphilim ? Mais de quoi est-ce qu’il parlait, exactement. J’arquais un sourcil, lui montrant ainsi mon incompréhension quant à sa dernière réplique, et me leva doucement. « Je me vois mal te dire ce que j’aurais fait si je ne sais même pas de quoi tu parles. » Jusqu’à maintenant, je ne m’étais aucunement intéressée aux politiques des vampires, ou tout autre créature si, bien sûr, il y en avait. « Un Néphilim, tu dis ? Est-ce que ça se mange? » Il n’y avait pas de doute, je jouais maintenant les imbéciles tout juste pour m’amuser.

code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Ven 14 Juil - 19:14
What am I supposed to do ? Breanna x RaphaelRaphael ne pouvait s’empêcher de hausser un sourcil en l’écoutant parler, ses bras toujours bien croisés sur son torse. Il se demandait bien pourquoi la nouvelle génération de vampires – du moins si c’est une novice comme il le pensait – étaient tellement stupides. Ils sont tellement inconscient, bon sang. Ces crétins allaient finir par tous les faire tuer avec leurs conneries. Sérieusement. « Des bêtes ? Vraiment ? Certes, Raphael avait toujours considéré les vampires comme des monstres, comme des tueurs, mais c’était bien à cause de sa religion, ça, rien d’autre. Mais en même temps, il faut bien dire que la plupart des vampires sont assez gentils, assez innofensifs. En tout cas, Simon l’était. Donc, ça laisse voir qu’ils ne sont pas réellement des monstres, ils ne le seront probablement jamais. « Et de toute manière, tu penses vraiment que ce serait une excuse ? Le fait que tu dises que nous sommes des bêtes ? Tu es encore pire que je pensais. » Annonçait-il, roulant des yeux. « Céder à ses pulsions n’est pas la solution. J’aurais pensé que c’est quelque chose de logique. Je veux dire, quand tu étais humaine, tu cédais aussi à toutes tes pulsions ? Tu n’avais pas de savoir vivre ? » Pourquoi abandonner les bonnes habitudes prises pendant le vécu pour devenir une bête sauvage ?
Il ne tardait pas à réaliser qu’elle était réellement un novice, comme il s’y attendait après tout. Il ne pouvait s’empêcher de grimacer quand il entendait sa question. Un Néphilim ? Est-ce que ça se mange ? Oui. Est-ce qu’il faut pour autant en mordre ? Non, clairement pas. Mauvaise idée. « Techniquement, oui, tu peux t’en nourrir. Par contre, je te le déconseille. » Clairement. « Sauf si tu veux devenir accro à leur sang et que tu veux sentir son corps se déchirer de l’intérieur. » Dit-il en fronçant doucement les sourcils. Il y a clairement des tas d’autres choses qui pouvaient empêcher un vampire de mordre des angelots, mais bon, il n’avait pas le temps de peser le pour et le contre de ce genre de bêtises face à une nouvelle vampire. Il pensait que le fait qu’un vampire d’expérience le dise à un novice serait probablement suffisant. En temps normal, ça le serait mais bon… Il faut croire que pas vraiment. Du moins, ça n’en avait pas l’air. « Puis, un Néphilim, c’est ceux qui s’assurent qu’il n’arrive rien de mal aux Terrestres et donc qu’un vampire ne se mette pas à attaquer tout le monde. » Dit-il en secouant la tête de gauche à droite. « Et toi, en laissant traîner des victimes comme ça, tu mets tous les vampires en danger. D’abord parce qu’au bout d’un moment, les Terrestres risqueraient de réaliser que les Vampires existent et en plus de ça, les Néphilims vont commencer à nous chasser. » Ouais, tous. Jusqu’à ce que les meurtres de la rouquine ne cessent. Sans jamais chercher à savoir si le vampire tué serait le bon vampire ou non.
© 2981 12289 0 ♦ 506 mots en moins de 14h



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Mer 19 Juil - 4:58

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Et merde! Rien qu’à voir sa posture, je pouvais facilement deviner qu’il devait faire partie des puristes, de ceux qui acceptent facilement leur condition. Sa réponse quant à mon commentaire sur notre nature bestiale me le confirma. Pourquoi était-il donc si étonné de ce que j’avançais ? On ne vivait qu’en buvant le liquide vital à toute vie humaine. On pourrait facilement se voir comme des monstres. Du moins, c’est comme ça que je me voyais. Si, au moins, je profitais de ce statut pour en effrayer quelques-uns, rien ne sera perdu. Cependant, pour mon interlocuteur, ce n’était pas une excuse valable pour s’attaquer aux humains. Que voulait-il que je fasse ? Des promenades sous le soleil, avec une chanson au combien stupide en bruit de fond ? Même si l’envie me prit de l’envoyer au diable, je restais impassible. Il ne tarda pas à continuer de débiter d’autres critiques, mais celles-ci me touchèrent un peu plus particulièrement. Elles étaient en rapport avec mon ancienne vie et vu qu’il ne me connaissait de nulle part, je ne tardais pas à lui répondre. « Il n’y a qu’une seule personne qui peut me parler de savoir-vivre … et si je la revois, je lui tords le cou. Je vivais ma vie humaine telle que je l’entendais. Mais, ironiquement, cette vie-là est morte et enterrée. » Cet homme avait vraiment le don de changer la donne d’une soirée plutôt intéressante. Je n’étais venue que pour boire un coup, ou peut-être deux, et alors que j’avais finalement trouvé la proie parfaite, il venait me chauffer les oreilles avec ses paroles à la noix.

Et comme si son jugement ne suffisait pas, maintenant il me sortait des informations que je n’arrivais pas vraiment à procéder. Je n’avais, jusqu’à maintenant, pas vraiment discuter avec d’autres vampires, ni même d’autres créatures en général. Je ne connaissais donc pas les Néphilims et ne voyait pas en quoi ils pouvaient être si dangereux. Une fois de plus, il fit son petit sermon, en rechignant d’abord sur ma question sur le fait de pouvoir les manger ou non. Sa description du sentiment que le vampire ressentait en se nourrissant d’eux me donna des frissons. J’avais peur de ce qu’il venait de me décrire, mais cela me laissait également très curieuse de ce que serait que cette sensation. Malheureusement, en apprenant qu’ils étaient ceux qui s’assuraient de la sécurité des humains, je fis la moue. Il y avait pas la police, pour ça ? Pas besoin d’autres muscles, ceux-là suffisaient déjà amplement. Comme je pouvais déjà en juger, il me mettait en garde contre eux, car me nourrir d’humains aussi ouvertement causerait la perte de plusieurs d’entre nous, sans compter que les humains auraient connaissance de l’existence des créatures de la nuit. « Il y a toujours des gens pour venir gâcher la fête. Ces Néphilims ne semblent pas du tout plaisant à rencontrer. En tout cas, merci de l’information, je tâcherais de manger plus discrètement. » Je rigolais à l’idée de continuer à me nourrir, mais le faisant de manière plus cachotière. J’aurais l’opportunité de m’amuser d’autant plus. « Et puis de toute manière, ça ne ferait pas de mal à ces pauvres humains naïfs de savoir que les vampires, ça ne brille pas au soleil et ce n’est pas du genre à être pathétiquement en amour. » On est des suceurs de sang, bordel ! On n’est pas ici pour faire copain.

code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Dim 30 Juil - 18:57
What am I supposed to do ? Breanna x RaphaelRaphael ne pouvait rien faire d’autre que de la critiquer, mais en même temps, il faut le comprendre. Même s’il avait été dans son cas à se nourrir de la première personne qui passait, il avait arrêté, il s’était maîtrisé à l’aide de Magnus parce qu’il trouvait que c’était mal de s’attaquer aux Terrestres, ils n’ont rien demandé de tel. Et pourtant, certains vampires ont tout de même envie d’agir de façon stupide, dangereuse pour les Terrestres et pour eux même – quand un Néphilim leur tombera dessus après un meurtre, ils ne feront probablement pas les fiers -. Pour les novices, il pouvait comprendre, mais bon. Il ne pouvait clairement pas comprendre pour les anciens. Certes, le goût du sang humain à la source était bien plus plaisant qu’en poche, mais bon... « Tu la vivais telle que tu l’entendais ? Donc tu étais déjà ce genre de personnes quand tu étais vivante ? C’est assez triste à entendre. » Lui dit-il d’un ton totalement neutre, mais c’est vrai non ? Elle devait être le genre de fille qu’il ne pouvait pas supporter. Le genre de fille qui n’avait aucune limite et qui se croyait tout permis parce qu’elle était de bonne famille ou il ne sait trop quoi. Même de son temps, il y en avait toujours eu pas mal. Même dans l’école de filles à côté de son école catholique. Il avait toujours eu envie de leur mettre des claques, mais ne l’avait jamais fait. Il était bien trop gentil à cette époque. « Puis, honnêtement, tu penses vraiment devoir abandonner ton humanité juste parce que tu es une morte vivante à présent ? C’est ridicule, pelirrojo. » Lui dit-il en toute honnêteté.
Il la regardait et poussait un long soupir quand elle lui parlait. Sérieusement ? C’était tout ce qu’elle pouvait en tirer ? Qu’elle allait manger plus discrètement. Il avait l’impression de se retrouver devant une sale gosse et ça ne lui plaisait clairement pas. En même temps, ça ne plairait probablement à personne en fait. Mais lui, il avait clairement peu de patience et encore moins avec les sales gosses. En y repensant, il ne se supporterait probablement pas s’il était à la place de Magnus ou de Catarina. Clairement. « Ce n’est pas ce que je te dis de faire. Tu devrais plutôt arrêter de te nourrir à la source, complètement. Trouver un clan qui pourrait te donner de quoi te nourrir. » Après tout, c’est bien la meilleure chose à faire, non ? De toute manière, avoir un clan était toujours la meilleure chose qu’un novice pouvait avoir. Le clan l’aidait à contrôler ses pouvoirs, sa soif. Un clan prenait soin des novices, encore plus que des autres membres. Puis, ce qu’elle lui sortait lui faisait lever les yeux au ciel. « Certes, ce ne serait pas plus mal que les Terrestres ne nous prennent plus pour ce genre de personnages niais à souhait, mais que penses-tu qu’il se passerait si les Terrestres savaient pour nous ? » Question rhétorique, évidemment. « Je vais te le dire, moi. Au mieux, ils tenteraient de faire copain-copain avec nous et nous aurions une tonne d’assujettis, prêt à se couper les veines pour notre bon vouloir. » Et même ça, ça ne serait clairement pas la meilleure chose au monde, au contraire. « Mais, à mon avis, ils seraient plus du genre à paniquer, et pas qu’un peu. Ils seraient entrain de nous traquer et nous tuerais sans hésiter. Ils feraient aussi probablement des expérience sur nous, nous enfermerait pour voir quels sont nos pouvoirs, ce qu’ils pourraient faire avec notre sang, avec notre venin. Après, si tu veux devenir une bête de laboratoire, c’est comme tu voudras, mais sans moi. »
© 2981 12289 0 ♦ 626 mots



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Lun 14 Aoû - 4:05

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Moi qui m’étais délivrée de ma famille, de leur manière de me contrôler, voilà que je me retrouvais avec quelqu’un pour reprendre le flambeau et continuer les remontrances. Ne pouvais-je donc pas continuer à vivre nonchalamment, sans quelqu’un pour surveiller mes moindres erreurs et me les pointer du doigt ? Je n’avais pourtant pas demandé à ce qu’on vienne me montrer à vivre comme un vampire. Je m’étais adaptée et, sans prétention bien sûr, je m’en étais plutôt bien tirée, surtout pour quelqu’un qui n’avais jusqu’alors jamais pris le temps de faire la conversation avec un ou une autre de mon espèce. Sauf que là, comme première argumentation, on repassera. Je ne pouvais m’empêcher de rouspéter et de soupirer, tant il continuait à m’énerver. « On m’a toujours forcé à adopter un comportement précis, à ne me tenir qu’avec des gens d’une certaine classe. Donc dès que j’ai pu, oui, je me suis rebellé et j’ai commencé à vivre comme je l’entendais. Je ne vois pas ce qu’il y a de triste là-dedans. » Sauf peut-être le fait d’être enfermée dans un établissement psychiatrique. Mais une fois de plus, c’était l’œuvre de ma mère, qui voulait continuer à avoir un contrôle total sur moi. Et cet endroit …. Rien que d’y penser, j’en avais presque froid au dos. Je n’étais pas des pires, mais certains des jeunes avaient des idées plus que dangereuses. La manière qu’on les traitait différait certainement des autres, mais plus le temps passa, et plus je me sentis perdre un peu la tête. « J’ai perdu une grande partie de mon humanité bien avant ma transformation. » Quand j’avais fait le grand saut, quand je quittais une fois pour toute Woodstock, quand je dessinais un trait sur ma famille. En fait, tout, depuis mon entrée au secondaire, peigna la personne qui se tenait devant cet homme. Au fur et à mesure, à chaque claque reçue, chaque fois que je me renfonçais …. Et puis ma tentative de suicide. Tout ça avait façonné la vampire que j’étais. Mais sous cette montagne de pensées, je me tenais toujours droite, le visage impassible. J’aurais très bien laissé transparaître un peu plus de mes émotions, de mes sentiments, mais ne sachant toujours pas en qui placer ma confiance, je gardais ma froideur. Un tel comportement est ma seule source de protection. Car je sais qu’en tant que vampire, tout est rehaussé à un tel point que même la simple petite démotivation peut se transformer en réelle dépression.

On en revint au sujet plus délicat, celui des Néphilims, celui de ma manière de me nourrir. Il n’en avait pas fini, avec ses indications, on dirait bien. « Désolé, mais le connard qui m’a transformé ne m’a pas tellement laissé de manuel d’instructions. En fait, il ne m’a laissé qu’une poche de sang, sans aucune explication. Je me suis donc adaptée du mieux que j’ai pu. J’ai survécu. » J’en voulais toujours à celui qui m’avait mordu. Je ne savais pas de quel clan il faisait partie, mais peu importe. Je ne voulais même pas m’imaginer le revoir. Heureusement pour moi, on changea de thème, se transportant maintenant aux humains, à leur manière de nous percevoir, et des différentes possibilités niveau réactions. Quoique la première me plaise, je n’étais pas dupe. Ils opteraient certainement pour la deuxième option. « Je sais parfaitement qu’ils nous utiliseraient pour notre immortalité, entres autres. J’ai beau avoir l’air de quelqu’un qui se fout complètement de ce qui pourrait arriver aux autres vampires, mais je sais bien ce qui pourrait m’attendre en continuant ce mode de vie. » Les cours d’histoires ayant servi à au moins une chose, je me remémorais les présentations à propos des horribles tests subis par ordre de Hitler. « Mais les clans, ça ne me dit rien. Je vois ça comme une famille, et si j’ai voulu à tout prix m’éloigner de la mienne, ce n’est pas pour rien, amigo. » Car oui, malgré mon inattention en classe d’espagnol ne voulait pas dire que je n’avais pas compris le ‘pelirrojo’.

code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Dim 20 Aoû - 5:04
What am I supposed to do ? Breanna x RaphaelIl croisait les bras sur son torse en écoutant son petit discours sur le fait qu’elle avait toujours du bien se comporter devant les gens d’une certaine classe, probablement de la haute société, ce qui le poussait à rouler des yeux. Sérieusement, il commençait à croire qu’il resterait bloqué à force de la regarder comme ça. Il n’en doutait pas une seule seconde, bizarrement. Elle allait le tuer une deuxième fois avec ses conneries. “Dios mio, ça a dû être tellement difficile d’être toi. Devoir se tenir et ne pas agir comme une idiote devant d’autres personnes, ça doit être tellement compliqué.” Dit-il, totalement sarcastique avant de rouler des yeux. Sérieusement, il avait l’impression que cette rouquine se foutait de sa gueule. “Être un gosse privilégié, ça doit être tellement compliqué !” Poursuivait-il, toujours aussi sarcastique. Sérieusement, elle parlait comme si sa vie avait été compliqué, mais Raphael était presque persuadé qu’elle ne savait même pas ce que c’était de rencontrer une difficulté. Du moins, avant de devenir vampire. Elle était blanche comme un cul et avait l’air riche en plus de ça. Qu’elle essaie d’être un pauvre immigré mexicain dans les années 30 et qu’elle revienne faire son petit speech sur le fait qu’elle avait besoin de vivre comme elle le voulait, qu’elle ne voulait plus faire ce qu’on lui demandait. Cette fille était ridicule. Il n’arrivait toujours pas à croire qu’on l’avait foutu avec une novice pareille. Puis, maintenant, elle commençait à parler de perdre son humanité avant d’être transformée et tout ça. Il se pinça l’arête du nez, secouant la tête de gauche à droite. “Et tu trouves ça normal ? Tu penses que maintenant que tu es vampire, tu devrais t’amuser à ‘perdre ton humanité’ comme tu le dis si bien ?” Comme si c’était une raison pour tuer. Ce qu’elle lui disait était de plus en plus ridicule. Il commençait à se dire qu’il allait réellement lui mettre des claques pour tenter de faire rentrer un peu de jugeote dans son petit crâne.
“Et tu n’as pas cherché à trouver quelqu’un qui aurait pu t’aider ?” Lui demandait-il en haussant un sourcil. C’était ce qu’il aurait fait à sa place. Bon, techniquement, Raphael n’avait rien tenté et avait tué son Sire rapidement avant de tenter de se suicider, mais il pensait que c’était toujours mieux que rien. C’était surtout mieux que de s’amuser à attaquer n’importe qui pour le plaisir. “Alors fais-toi discrète, d’accord ?” Demandait-il presque trop gentiment avant de s’approcher d’elle, les crocs dehors. “Parce que si quelqu’un te voit ou que j’entends dire que tu as tué un Terrestre, tu n’auras pas à découvrir ce qu’est un Néphilim. Je te planterais un pieu dans le coeur moi-même.’ La menaçait-il calmement, mais également sérieusement. Il n’hésiterait pas une seule seconde à s’attaquer à elle si elle faisait des conneries. C’était son devoir. Il s’occupait du clan et devait s’assurer qu’il ne leur arrive rien, donc si ça voulait dire qu’il devrait tuer un vampire par-ci, par-là qui pourrait leur causer du tort, il n’hésiterait pas une seul seconde, même si ce vampire serait dans son clan. “Les clans nous rendent plus forts, mi amiga.” Commençait-il, haussant les épaules. “Puis, nous t’aiderions à contrôler tes nouvelles aptitudes telles que ta force, ta vitesse, ta soif de sang. La rétraction de tes canines.” Tout ce genre de choses. Ce n’était pas toute seule qu’elle apprendrait ça. Elle avait besoin d’eux. Mais apparemment, elle ne le savait pas encore. Tant pis pour elle, tiens. Elle le comprendra bien rapidement.
© 2981 12289 0 ♦ 604 mots



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Sam 2 Sep - 3:15

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Son roulement de yeux me faisait presque penser à ma mère, quand elle s’exaspérait devant mes crises et mes demandes. Ce vampire aurait mieux de ne pas agir de la sorte. Il ne pouvait même pas s’imaginer au combien de fois j’ai servi de petite marionnette, simplement pour que notre famille ne soit jamais placée dans un rang inférieur. Je portais leur nom, j’allais en classe, et ils n’espéraient rien d’autre que l’excellence. Pourquoi diable le portais-je encore aujourd’hui ? « Vous me faites rire, sérieux, avec vos idées préconçues des gosses de riches. Vous croyez qu’on n’a qu’à claquer des doigts, et on obtient tout ce qu’on vu, qu’il suffit d’avoir de bonnes manières et de se comporter comme un robot. » Pourquoi lui racontais-je ainsi vainement mon passé ? Pourtant, il n’était qu’un vampire parmi tant d’autres, dans cette ville. Je n’arrivais pas à comprendre mon besoin d’être écoutée, entendue, alors que, jusqu’à maintenant, je n’en avais que faire, de l’avis des autres. « Tu sais tout ce que je souhaitais, quand j’étais petite, quand cette stupide tradition de souffler les chandelles sur un gâteau paraissait si réelle ? Je souhaitais qu’une chose; avoir une mère avec qui parler, qui ne m’aimerait pas pour ce que j’apporterais à la famille, mais qui m’aimerait pour moi, pour le fait que je sois sa fille. » Très peu de personnes étaient au courant de ça. « Mais quand, jour après jour après jour, t’espère que ta mère sera contente à cause de ton minable bricolage, quand tu veux qu’elle te donne un câlin parce que t’as peur de la foudre, et tout ce qu’elle fait, c’est te claquer et te dire d’arrêter de faire l’enfant, alors que tu n’as que 5 ans … tu grandis aigrie. Et quand t’en as assez, après presque tout une vie à te faire constamment rabaisser, t’essaie de mettre fin à ta vie. » Il en savait bien assez. Je suis sûre qu’il visualisait plutôt bien l’image de cette sorcière sans cœur. Mais c’est qu’il ne supportait visiblement plus mes jérémiades, alors qu’il se pinçait le nez et secouait la tête de droite à gauche, avant de me demander si je trouvais ça si normal, que de m’amuser à perdre mon humanité. « Normal, peut-être pas. Plus facile, oui. Au moins, comme ça, je repense plus à ma vie d’avant. »

On en revint au salaud qui me transforma. Celui-là, si je le revois, je lui arracherais certainement la tête. En tout cas, dès que j’ai compris ce qu’il m’arrivait, j’ai pris soin de m’éloigner de tout autre vampire, prenant pour acquis qu’ils étaient tous pareils. Mais c’est que mon interlocuteur était tenace, me demandant indirectement le pourquoi je n’avais pas essayé de trouver quelqu’un pour m’aider à contrôler ma soif, à mieux appréhender l’avenir en tant que vampire. « Tu me vois, cogner de porte en porte, à demander ‘madame, monsieur, vous savez où ils se planquent, les vampires ?’ Non mais franchement. Avant d’arriver à New York, j’vivais dans une ville tellement petite que les seules sources de potins, c’était au marché local. Personne m’avait dit que ça existait. » J’avais lu bien des livres sur les créatures telle que les vampires, lycans et autres. Cependant, il s’agissait de romans fantastiques. Comment aurais-je deviné que j’en deviendrais moi-même une ?

Et c’est alors qu’il s’approcha de moi, les crocs dehors, m’ordonnant de me faire discrète, sinon il viendrait lui-même m’achever. Son ton de voix était calme, et tout de sa pose me faisait rappeler un homme d’affaire. Il ne semblait pas être un suceur de sang parmi tant d’autres; il avait certainement un statut. En tout cas, il prônait l’idée de clan, de coopération entre vampires. Quoique je ne sois pas très chaude à l’idée, il me manquait tout de même un peu de pratique. Je n’avais probablement pas atteint mon plein potentiel. Je pourrais être meilleure, et pas nécessairement parce que je cesserais de m’attaquer aux humains.  « Et si je dis oui, qu’est-ce qui arrive ? J’laisse mon appartement confortable pour un endroit miteux, que j’dois partager avec une panoplie d’inconnus ? Pas d’espace personnel, avec un coach de vie qui me montre comment penser à des lapins et des oiseaux pour contrôler ma soif ? » J’étais très têtue, tout le monde vous le dirait. Toutefois, il me manquait une chose, dans la grande pomme, que même mes soirées de folies ne me permettaient pas de combler. Un sentiment d’une vraie, et j’ai bien dit vraie, famille. Si me faire transformer était un signe quelconque de l’univers, serait-ce une réponse à mes demandes de pouvoir recommencer à zéro, trouver un entourage qui soit aussi présent pour moi que l’inverse ?

code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Jeu 7 Sep - 13:24
What am I supposed to do ? Breanna x RaphaelIl haussait un sourcil quand il l’écoutait parler, se demandant vraiment s’il allait réellement tenir longtemps avant de lui en foutre un derrière les oreilles. Son comportement lui faisait penser à celui de Sam quand ils ne s’étaient pas encore rabibochés et Simon était témoin du fait que ça ne s’était clairement pas bien terminé. “Parce que ce n’est pas le cas, peut-être ? Tout n’est pas plus facile pour vous parce que vous avez de l’argent, du pouvoir ?” Demandait-il assez sèchement. Franchement, les problèmes des gosses de riches, ça lui passaient au dessus de la tête. Parfois, il se demandait même s’ils réalisaient à quel point leurs problèmes pouvaient sembler minables à côté de ceux qui avaient vécu dans les mauvais quartier. “Donc, ton problème dans la vie, c’était une mère qui ne t’aimais pas et c’est ce qui t’as poussé à devenir comme ça ? Une sale gosse qui n’a pas l’air de comprendre ce qu’est le respect ou que le monde ne tourne pas autour de son petit nombril ?” Certes, il comprenait que ça pouvait faire mal d’avoir des parents qui ne les aiment pas, surtout une mère. Lui, ça avait été son père qui était même allé jusqu’à le frapper. Certes, sa mère l’avait assez aimé pour se barrer bien rapidement, mais bon. Il comprenait aussi le fait de vouloir mettre fin à sa vie, ça lui était aussi arrivé, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait se comporter comme ça avec les gens. “Tu sais, je comprends quand même ce qui t’es arrivé, la façon dont ça a pu t’atteindre, mais devenir comme ça n’est pas la solution, devenir irréfléchie. A mon avis, à force d’agir comme ça, de laisser ton ancienne vie derrière ainsi que ton humanité, tu ne gagnes pas grand chose à part ressembler de plus en plus à ta mère.” Peut-être que ça, ça la ferait réagir. Avec un peu de chance.

Ils en venaient à parler de sa transformation, du fait qu’elle n’avait jamais cherché à trouver d’autres vampires pour l’aider à se contrôler et Raphael croisait ses bras sur son torse, un air blasé sur le visage. “Peut-être que retourner à l’endroit où tu avais été transformée aurait été bien plus logique. Puis, si c’était dans un bar ou une boîte, c’était probablement un endroit bien fréquenté par les Créatures Obscures donc…” Elle aurait probablement pu trouver quelqu’un mais apparemment, l’idée ne lui avait même pas traversé l’esprit. Il ne pouvait pas lui en vouloir, dans le fond. Une transformation pouvait tout de même être assez… Déconcertant. Donc… On va dire qu’il ne va pas trop parler de cette idiotie sur le coup. Il n’est pas adorable ? Non ? Bien. Il n’aimait pas l’être de toute manière.

Croisant les bras sur son torse, il penchait doucement la tête sur le côté. Il n’aurait pas pensé qu’elle aurait tout de suite accepté. Bien qu’elle n’acceptait pas vraiment, sur le moment. Elle était plutôt entrain de voir ce qu’il se passerait si elle le ferait. Mais Raphael aimait se dire qu’elle était sur le point d’accepter. Rétractant ses crocs, il passait ses main le long de ses vêtements comme pour retirer la poussière inexistante qui s’y trouvait. “Pour le moment, tu pourrais rester chez toi. Je t’emmenerais une ou deux poches de sang pour te nourrir chaque nuit, puis, on passerait au DuMort pour que je puisse t’apprendre à contrôler tes nouvelles capacités. Tu viendras habiter avec ta nouvelle famille dès que tu seras prête. Je ne peux décemment pas te forcer à venir avec nous.” Certes, quand on y pense, il l’avait fait avec Simon, au départ, mais Simon restait Simon. Il avait d’autres plans derrière la tête qu’avec elle. Elle, il voulait la former pour qu’elle ne soit plus aussi dangereuse pour les Terrestres comme pour le monde obscur.
© 2981 12289 0 ♦ 658 mots



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Ven 15 Sep - 7:09

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Il avait réussi à me faire parler, à me faire avouer ce que je préférais garder pour moi. Cracher le morceau, montrer ne serait-ce qu’une brèche de l’humanité que je possède toujours, un peu comme de la crasse qu’on ne peut se résoudre à jeter, ça m’irritait déjà beaucoup. Cependant, entendre son petit commentaire sec à propos de ces continuels préjugés alors que je venais de lui dire au combien ça me saoulait … sérieux, je me serais jetée sur lui pour moins que ça. Mais là, il me cherchait vraiment. ‘Calme-toi, Bree.’ Il fallait que je me le répète continuellement, sinon j’irais lui arracher sa petite tête de monsieur-je-sais-tout. « Tu veux que j’te dise quoi ? Que j’aimais ça, prendre des bains de diamants ? Si j’pouvais, j’donnerais mon statut et l’argent qui vient avec au moins nanti. Mais c’est qu’il y avait personne prêt à se sacrifier pour supporter la sorcière. » Même mes quelques amies préféraient ne pas mettre les pieds chez moi. Ma mère avait un certain caractère particulier qui, malgré ses minimes efforts de gentillesse, la rendaient d’autant plus suspecte. Donc, en te souriant, de façon forcée bien sûr, on dirait qu’elle préparait un quelconque plan machiavélique.

Encore une autre remarque qui me fit grincer des dents. Moi, le nombril du monde ? Peut-être qu’à mes débuts, je l’étais. Je me souciais que bien peu des autres, mes premières années de secondaire, ne me concentrant que sur mon propre bien-être, ma popularité … bref, tout ce qui avait de l’importance à mes yeux. À l’institut psychiatrique, je perdis dramatiquement cette tendance. De traîner avec des gens aux délires variés, on apprend surtout à s’estimer chanceux, mais sans plus. Par conséquent, je me préparais à lui crier dessus, déjà enragée par le cumul de ces mots, tous aussi dévastateurs les uns que les autres. Toutefois, il n’en avait pas fini. Il dit ce qu’il ne fallait jamais me dire. Il me compara à ma mère. Alors là, je perdis complètement les pédales. Le peu de distance qu’il y avait entre nous, je le gobais en entier, me retrouvant un peu trop près de son visage. « Ne me compare jamais à cette répugnance, qui tout compte fait, ne mériterait pas mieux que la mort. Quoiqu’une fois en Enfer, j’me demande si elle prendrait pas la place du Diable lui-même. » Mes yeux fixèrent les siens pendant encore quelques secondes, puis je m’éloignais de nouveau, marchant nonchalamment jusqu’au mur et m’adossant dessus.

On en revint à ma transformation, probablement l’évènement à la fois le plus marquant de mon arrivée à New York, mais également le plus dévastateur, car il me changea, et je ne parle pas de l’aspect vampirique de la chose. Moi qui avait tout de même espoir d’avoir une meilleure vie en débarquant dans la Grande Pomme, j’étais confinée à mon appartement toute la journée, me cachait derrière un surnom dans le vaste monde d’internet, et ne pouvait même plus goûter aux petits plaisirs de la vie tels que la crème glacée et la pizza. Pas que le sang était dégoutant. Mais en somme, il s’agissait toujours de la même chose, le même goût. « Après je ne sais combien de verres dans mon système, je n’aurais même pas pu te dire quelle porte j’ai pris pour sortir du bar avec ce mec crasseux. Et puis ce jour-là, j’me doutais pas qu’il y avait un ‘Monde Obscur’. Pour moi, c’était juste un endroit où s’amuser, merde. » Comment aurais-je deviné qu’après des semaines de sorties avec les mannequins de l’agence, je tomberais sur un vampire désireux de partager sa maladie avec quelqu’un d’autre ?

Je ne pouvais me résigner; il me fallait accepter le fait que cet étranger était maintenant au courant de mes tendances sanguinaires et qu’il me tiendrait à l’œil, soit personnellement, soit à l’aide d’un des membres de son clan. Mieux valait donc jouer le jeu, faire en sorte qu’il me croit hésitante, sans être complètement têtue. Et c’est que mon petit discours fonctionna, car je le vis rétracter les canines avant de faire sa proposition. Des poches de sang ? Je soupirais devant cette annonce. Adieu liquide aux notes si mielleuses. J’allais me retrouver avec l’équivalent de la nourriture en canne pour les humains. Puis, en plus de ça, j’allais devoir supporter sa présence pendant encore un long moment, puisqu’il me dit être celui à m’apprendre à contrôler mes nouvelles capacités. « Pas que l’idée de devoir changer ma nouvelle diète me plaît, mais ça me changerait de ma routine actuelle. Donc soit, j’accepte. Après tout, j’suis curieuse de voir si on peut ‘contrôler sa soif’ via des pensées positives, en parlant de ses problèmes comme un alcoolique le ferait. Pas qui j’y crois, en ces groupes de discussions, mais j’aimerais bien voir un kumbaya en mode vampire. » Je ricanais. Non mais sérieux, avait-il tant de conviction que ça ? En tout cas, pour avoir subi ces-dites sessions de conversation en groupe à l’institut psychiatrique, je savais parfaitement que ça pourrait finir en queue de poisson. « Quand, et j’ai bien dis quand je serais prête à voir le mot ‘famille’ comme quelque chose de positif, je songerais peut-être à m’installer. Pour l’instant, ce mot m’irrite beaucoup trop. » Et sur ce, je lui tendis la main. Il fallait qu’il me croie, question que je puisse avoir un peu moins de problèmes. Certes, je m’attendais à ce qu’il me colle un idiot aux fesses les premières semaines, suivre mes moindres faits et gestes, mais je m’adapterais bien assez vite pour savoir où traîner sans me faire remarquer.
code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Raphael Santiago
Damned Soul
avatar
♦ Age : 18
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Chris & Isaac & Florian & Justin & Santana
♦ Runes : 6066
♦ Messages : 1578
♦ Date d'inscription : 03/11/2016
♦ Navigation :
I met a certain warlock Who cared enough about a lost vampire to help him regain his faith.




No doubt; I'm addicted to you.


I can't help falling in love with you ♦️ J'voudrais lui donner tout ce que j'ai, mais tout ce que j'ai, c'est lui.
You love like you’re setting yourself on fire ; no hesitance, no patience. Just a tongue of flame and you’re up like Tinder, Icarus reaching too high and too far. And he’s always been Apollo ; the chariot of the sun, the source of all art and light and beauty healing in his hands. You love like you’re setting yourself on fire but you aren’t fireproof, you’ve never been, although you pretend like the flames don’t hurt you, like you can’t feel the heat scoring your skin. You pretend. You pretend. You pretend. Because it’s better than freezing cold. You love like you’re setting yourself on fire because he’s always been Apollo. But even Apollo’s light falters, even he stumbles. And you’ll burn yourself to cinders just to keep him warm, just to keep him safe, just to keep him. You love like you’re setting yourself on fire and you hope, in the end, he keeps your ashes close.


My blood ♥️





Us vampires look after one another. We take care of our family.


Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Jeu 12 Oct - 22:31
What am I supposed to do ? Breanna x Raphael “Et si c’était si horrible que ça, comme tu le dis si bien, pourquoi tu n’es pas partie de chez toi ?” Elle aurait pu fuguer. Si elle avait autant d’argent qu’elle le disait, qu’elle le montrait, Raphael était quasiment persuadé qu’elle aurait pu rapidement se trouver un petit coin tranquille et ne pas être à la rue. Mais bon, d’un autre côté, il comprenait qu’elle n’était pas réellement prête parce que même si elle traitait sa mère de sorcière, elle devait tout de même avoir un certain attachement pour elle. Après tout, elle est tout de même celle qui lui a donné la vie et ça veut tout de même dire quelque chose, non ? Va savoir. Raphael, lui avait toujours aimé sa mère et était encore plus en aimé en retour, donc il ne pouvait pas réellement comprendre ce qu’elle avait pu ressentir. Il se doutait bien que ce n’était pas forcément quelque chose de bon à ressentir, se faire rejeter de la sorte par celle qui est censé l’aimer inconditionnellement, mais bon… Il pourrait toujours tenter de lui dire quelque chose de gentil à la rouquine, mais il ne saurait quoi lui dire pour être honnête. Il n’avait jamais été le genre de vampire compréhensible. Du moins, pas avec ceux qui ne faisaient pas partie de son clan, de sa famille. Donc, finalement, ce qu’il faisait, c’était encore plus l’attaquer, frappant là où ça fait mal, lui disant qu’elle ressemblerait rapidement à sa mère si son changement ne changeait pas. “Et pourquoi je ne devrais plus le dire ? Tu va me dire que cette comparaison te blesse ? Et bien sache que les seules choses qui blessent réellement, c’est parce qu’il y a un minimum de vérité.” Après tout, le diction ‘il n’y a que la vérité qui blesse’ est réel. Dans chaque dicton, il y a une petite partie de vrai, c’est toujours le cas. De plus, si elle savait ce qu’elle valait, si elle pensait réellement qu’il n’y avait aucune chance qu’elle ne ressemble à sa mère au bout d’un moment, elle se contenterait de l’ignorer comme si de rien n’était, comme si elle n’avait jamais entendu ce qu’elle avait dit. Du moins, c’était ce qu’il ferait si quelqu’un finissait par lui dire qu’il ressemblait à son père. Un connard égoïste.

Le sujet de la conversation finissait rapidement pour changer, passant de la mère de Breanna à sa transformation, ce jour qui a changé sa vie à tout jamais ou bien probablement sa mort. Ouais, on peut dire que dans le fond, parler de sa mort a plus de sens que parler de sa vie.Après tput, ce n’était pas vraiment comme si elle n’était plus vraiment en vie, si ? Techniquement, comme Raphael aime parler de mort vivant plutôt que de morts, il aime penser qu’ils ne sont pas totalement morts, malgré leur coeur qui ne battait plus. Tout le reste était toujours en état, donc… Pourquoi dire qu’ils sont totalement morts si ce n’est pour les dénigrer ? Grommelant quand il entendait sa phrase, il gardait les bras croisés sur son torse. “J’oubliais que c’était la seule chose à laquelle les jeunes pensaient de nos jours : s’amuser.” De sont temps, les jeunes ne passaient pas leur temps à s’amuser, à profiter. Certains travaillaient et certains étaient appelés par l’armée pour aller combattre dans la Seconde Guerre Mondiale. En gros, on ne pouvait pas vraiment dire qu’ils passaient leur temps à vouloir s’amuser, du moins, ça n’avait jamais été le cas de Raphael. Il avait donc un peu de mal à comptrendre tout ce concept de ne penser qu’à s’amuser.

Raphael esquissa un sourire en coin en l’écoutant parler. “Des pensées positives ?” Demandait-il laissant échapper un très faible ricanement. En tout cas, Raphael, lui, n’avait jamais appris à se contrôler avec des pensées positives et il avait eu besoin de l’aide de Magnus, même si ce dernier n’avait jamais réellement fait grand chose, il avait été là pour lui. quand Raphael laissait les objets sacrés brûler sa peau, une crois marquer son torse à vie. Magnus était là quand il se laissait mourir de faim pour ne pas s’attaquer à sa famille, pour ne pas s’attaquer à la première personne venue. Mais bon, il finissait par froncer les sourcils en l’écouant parler, quand elle parlait d’un… Kumbaya ? “Kumbaya ?” Demandait-il en fronçant les sourcils, clairement confus par ce que la rouquine lui disait. Il ne comprenait pas cette référence. Plissant les yeux en regardant sa main, il hochait tout de même la tête. Il n’avait pas vraiment confiance en ce qu’elle lui disait, mais bon. Il devait tout de même ne pas trop rester de mauvaise foie et faire comme s’il la croyait totalement, sinon, elle ne s’ouvrirait jamais à lui. “Deal.”
©️ 2981 12289 0 ♦️ 804 mots



Ils disent que, pour tenir un couple, faut l'entretenir tous les jours, mais ces connards n'y connaissent rien en amour. Comme si j'devais faire un effort pour t'écouter, comme si j'avais déjà douté. J'aimerais tes défauts si jamais j'arrive à en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://youcompletemess-justayne.tumblr.com/
Breanna Montgomery
avatar
♦ Age : 26
♦ Date de naissance : 02/11/1991
♦ Autres comptes : Willow C. Saunders, Evelyn R. Bennett
♦ Runes : 193
♦ Messages : 68
♦ Date d'inscription : 01/07/2017
♦ Navigation :
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ Dim 5 Nov - 4:59

what do you want me to do, exactly ?
i'm a vampire, i eat. why should i care about anything else ?
Et il croyait quoi, exactement ? Que ma mère me donnait de l’argent sans même regarder ce sur quoi je le dépenserais ? Eh bien non. Elle supervisait tout, s’assurant ainsi que je ne brûle pas les économies de la famille. En fait, elle ne m’en donnait que lorsque je lui disais exactement ce pourquoi je le voulais. Alors fuguer n’était pas une option valide, vu qu’elle me couperait l’accès à toutes mes cartes dès qu’elle comprendrait la raison derrière mon absentéisme. « Ah, mais oui voyons. Tout le fait, ces jours-ci, c’est à la mode, de fuguer. Sauf que j’avais tout de même quelqu’un qui me retenait là-bas, la seule raison pourquoi je n’ai pas arraché la tête de la sorcière. Mon … mon frère. » Maintenant que je parlais de lui, je ressentais ce petit vide que tant décrivent. Pourquoi ne m’avait-il pas suivi ici ? Il serait beaucoup plus heureux, et le connaissant bien, profiterait de chaque petit moment tranquille pour aller à Central Park, parmi les grands arbres. Il adorait la nature, les espaces verts, chose qui ne manquait pas à Woodstock. Mais ici, il s’épanouirait, j’en suis sûre. Pourtant … pourtant, il resta près de mes parents, prêt à assumer ses responsabilités comme futur propriétaire de l’entreprise familiale. Quel idiot ! Si seulement il était venu avec moi. Qui sait, sa présence aurait pu m’aider à ne pas être aussi … instable. Ou, mieux encore, il m’aurait peut-être empêcher d’aller à ce bar, et donc, faire en sorte que je ne devienne pas vampire. Mais ce ne sont que des suppositions, des théories sans aboutissement. Le mal était déjà fait, je ne pouvais plus tellement faire marche-arrière.

« Puisque tu le dis … » Je soupirais longuement. Ce vampire ne savait-il rien faire d’autre que de provoquer ? Bon, il est vrai, de me voir réagir aussi vivement l’a probablement bien fait rire. C’est pour cela que je préfère, cette fois, ne pas dévoiler tant d’émotions, en parlant de ma mère. « Sauf que moi, j’assume pleinement ce que je suis devenue. Avec elle, tout est une question d’image. Pour la presse, les gens de la ‘haute société’, il fallait absolument qu’elle ressemble à une mère à la fois stricte avec ses enfants, mais également très aimante. Sauf qu’une fois les caméras parties, c’est une autre histoire. » Si j’osais dire quoi que ce soit de bien méchant à son propos, on me traitait d’ingrate, de fille pleurant dès que sa mère ne lui donnait pas assez d’argent. Ces foutus stéréotypes ! Une gosse de riche, c’est pas nécessairement quelqu’un d’heureux dans la vie. C’est pas parce que la chanson dit que l’argent fait le bonheur qu’il faut y croire. Et quand il s’agissait de parler de cette femme, cela fait encore moins mon bonheur, donc j’étais à demi-soulagée de voir le sujet de la conversation changer.

Oui, j’avais bien parlé de m’amuser. C’était bien ce que les jeunes de Woodstock faisaient, malgré le manque d’établissements permettant ces sorties. La musique, les gens qui dansent, les amies avec qui on discute, et bien sûr, l’alcool. Pendant plusieurs mois, ce fut ma réalité d’adolescente, puis de jeune adulte. Mais à en croire sa réaction, on dirait bien qu’il provenait d’une autre époque. « Mais oui, grand-père, c’est bien à cela qu’on pense, au 21e siècle. » Bah quoi ? Il n’était pas le seul à pouvoir provoquer. Et puis de toute manière, j’ai pu entendre ces mêmes mots sortir de la bouche de mon père, quand je débutais ma petite rébellion. En bref, ce vampire venait de me prouver qu’il était bien plus vieux que moi, probablement d’un siècle où il ne faisait peut-être pas si bon vivre. Avoir du respect pour quelqu’un qui a survécu à pire ? Oui. Mais pas en me faisant traiter ainsi, presque comme si j’étais une enfant. Tant pis, s’il n’aimait pas ma manière d’agir avec lui; je n’étais pas là pour faire ami-ami. Et c’est justement ce qui me faisait tordre le nez, en l’entendant m’exposer son plan afin de brimer, en quelque sorte, ma liberté. Oui, je sais, certains diront qu’il ne faisait ça que pour m’aider. Sauf que quand on me retire le plaisir de la chasse … qu’est-ce qui devient intéressant dans la vie de vampire ? Plus rien. « Alors comment tu fais pour ne pas voir un humain comme un bon bifteck bien saignant ? Tu joues les gothiques et te coupe les veines, question de te rappeler qu’il ne faut pas les attaquer ? » Décidément, plus j’embrassais ma nouvelle condition et plus mon humour devenait noir. Et plus il me parlait, plus je remarquais qu’il était bien plus vieux que ce qu’il ne paraissait. Merde. Mais d’où était-il sorti pour ne jamais avoir entendu cette expression ? « Kumbaya, c’t’un cantique de foi, chanté par les noirs dans le temps de l’esclavagisme aux États-Unis. » Bah quoi ? C’est pas parce que j’avais cette attitude un peu trop rebelle que je n’étais pas quelqu’un de cultivée. Je passais une certaine partie de mes après-midis à lire, surtout quand je terminais hâtivement ma liste de choses à faire pour la journée. J’espère donc, qu’en acceptant son offre, je puisse continuer à vaguer à certaines de mes occupations, surtout si je décidais de déménager à cet hôtel. Je tendis ma main vers lui, persuadée qu’il me sortirait encore un discours sur ce qui allait devoir changer chez moi et tout, mais à la place, il accepta. Bon, il me laissa là, la main tendue, mais bon, il m’avait tout de même surprise avec sa décision. « Et maintenant, il y a un contrat à signer, une date de début ? Parce que c’est pas tout ça, mais pour suivre un régime si stricte, il faut me préparer mentalement. » Pas d’humains qui crient, qui supplient ? Pas de sang chaud dans ma bouche ? Ces prochaines semaines allaient être horribles.
code by bat'phanie



All they saw was a egocentric princess with an empire. Nobody could tell that she was drowning, struggling.

SHE BECAME A NIGHTMARE, DRESSED LIKE A QUEEN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: what am I supposed to do ? × feat. Raphael ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
what am I supposed to do ? × feat. Raphael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu es perdu ou bien ? - Feat Raphael
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: New York :: Queens :: The Sunshine's-
Sauter vers: