I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia
Jordan Kyle
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : Eoin & Sebastian
♦ Runes : 89
♦ Messages : 29
♦ Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Lun 10 Sep - 22:47

I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.xx Maia  & JordanVoilà bien deux semaines que j'étais là et que j'avais débuté ma mission, entrant en contact avec mon protégé d'une bien drôle de manière. De ce côté-là, tout se passait pour le mieux et je gagnais sa confiance petit à petit, jouant les bons potes qui veut apprendre à connaître la ville et les gens. Je connais déjà pas mal de choses sur le vampire mais jouer les ignorants me plaît et je pense que ça lui plaît à lui aussi de rencontrer quelqu'un qui ne le juge pas sur son amnésie, il n'a pas peur de ne pas se souvenir du passé avec moi.
En revanche, s'il y a bien quelque chose qui ne passe pas, c'est la conversation que j'avais eut avec Lucian quelques jours auparavant... En effet, je m'étais installé et avais pris mes marques en fréquentant quelques autres membres du Preator Lupus, sortant avec eux dans les bars une fois la journée terminée et les protégés au lit. Mes pas m'avaient mené dans un endroit intéressant, où mon passé m'avait collé une belle claque...

Maia Roberts, mon premier véritable amour, mon plus grand regret... Oh ce n'est pas de la rencontrer qui le fut, non c'était autre chose, quelque chose de plus grave. Elle était si douce, si solitaire quand nous nous sommes rencontré sur cette plage. En réalité, lorsque je l'ai abordé ce jour-là, ce n'était pas la première fois que je la voyais. Je l'avais repéré depuis plusieurs jours déjà et sa façon de pencher la tête pour lire son livre me faisait craquer à l'époque, son air concentré avait quelque chose de touchant, je n'ai jamais su l'expliquer. Notre premier échange est gravé dans mon cœur à tout jamais comme un des plus beaux moments de ma vie... Mais je ne vais pas lister ces moments, ce ne serait pas trop long mais terriblement intense niveau émotions.

Il y a trois jours, j'ai ouvert ma porte à l'alpha de la plus grosse meute de New York, qui venait prendre ma déposition si je peux me permettre ce jeu de mots. Nous avons longuement discuté du cas de Maia, de ce qui s'était passé entre elle et moi. Le policier comprenait la situation, il connaissait beaucoup de loups dont certains avaient vécu des choses très difficiles et il ne me blâmait pas vraiment. Ou alors il cachait bien son jeu. Lucian m'avait confié que sa protégée avait perdu son sourire depuis nos retrouvailles, se renfermant comme lorsqu'il l'avait trouvé la première fois. Je me souviens avoir baissé les yeux, je me sentais tellement coupable... Pour lui, je devais confronter Maia, calmement, lui prouver que je n'étais pas – plus - le monstre qu'elle pensait que j'étais pour apaiser son âme.
D'après les dires de l'alpha de New York, la louve était cloîtrée dans son appartement depuis une semaine, prétextant une maladie dont personne ne croyait la véracité. Tout était de ma faute, je le savais et j'allais tout faire pour arranger les choses du mieux que je pouvais. C'était pas gagner je devais bien l'avouer...

Mais je me retrouvais malgré tout au pied de l'immeuble de Maia cette après-midi, la boule au ventre comme un adolescent qui va parler à la fille de ses rêves. Mes songes étaient hantés par la Maia du passé, celle qui m'avait donné du fil à retordre pour la séduire, puis qui s'était confié à moi, qui avait pleuré dans mes bras et dont les baisers me rendaient extatique... Pourquoi toutes ces images me revenaient avec le sentiment étrange de malaise ? Je la pensais oubliée, ou du moins plus effacée qu'autrefois, j'avais eu des copines, des louves que j'avais côtoyé chez les Preators, perdues comme je l'étais. Mais le sujet n'est pas là ! Je monte les escaliers qui me séparent de l'appartement de Maia et mon cœur bat tellement fort que je suis sûr qu'elle peut l'entendre de l’autre côté de la porte. Frappant contre le bois, j'attendais un signe de sa présence. Rien. Pourtant, de mon ouïe sur-développée, j'entendais une respiration à l'intérieur et décidais d'insister. Lucian avait lui aussi essuyer ce genre d'échec en venant à ma place, mais j'aurais peut-être plus de chance, ne serait-ce que parce que la brune souhaitait me réduire en charpie. « Maia !? … C'est moi. » J'avais dit avec hésitation.
©️  YOU_COMPLETE_MESS


Peator LupusIt's such a cruel world but I found something good.. ‘Cause in all this bitterness you stay so sweet..
Revenir en haut Aller en bas
Maia Roberts
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : willow, breanna et cara
♦ Runes : 64
♦ Messages : 64
♦ Date d'inscription : 25/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Mar 11 Sep - 6:41
I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.Maia & Jordan
Une semaine. Voilà depuis combien de temps j’avais confronté Jordan. Une rencontre soudaine, un cours moment où je ne savais pas comment réagir. Le tout qui s’éclaircit dès que j’entendis sa voix, ses premiers mots. Lui, celui en qui je crus, celui qui fit battre mon cœur pour mieux le briser ensuite.  Je m’étais jurée de le faire souffrir aussi sauvagement que lui, lorsqu’il m’abandonna sans donner d’explications sur ce qu’il se passerait ensuite. Sienne pour l’éternité. Des mots qui auraient put me faire frémir d’un amour passionnel, mais qui me paralysèrent, à la place. Couverte de sang, une marque encore vive sur la peau, l’incompréhension, la peur, … Bordel! Ne savait-il pas que je n’avais personne vers qui me tourner? Ma famille ne se souciait plus de moi depuis un bon moment. Ils ne m’auraient sans doute jamais aidé, même dans un état pareil. Des propos déconcertants pour certains, sauf pour moi. Mes parents ne m’avaient plus jamais appelé. Je suis partie de la maison, j’ai complètement disparue de la surface de la terre, je me suis terrée à plus d’un endroit et j’ai atterri à New York. Rien. Pas un seul message, pas un appel. Autant croire que je ne n’existais pas à leurs yeux.

Pourquoi diable pensais-je à eux, en ce moment? Ce n’est pas comme si je le faisais habituellement. Dès qu’ils tirèrent un trait sur moi, j’en fis de même pour eux. Pourtant … pourtant avec les journées qui passaient, enfermée chez moi, à ne rien faire, on aurait dit que j’avais le temps pour ça. Mon esprit passait d’une pensée à l’autre sans jamais se fatiguer, mais m’obligeant à revivre ce que j’évitais constamment. Ayant prétexter être malade, ce n’est pas comme si j’avais menti. Non, je n’avais aucun symptôme physique, mais mon mal était plus mental, plus psychologique. Pour une raison qui m’échappait, je passais la semaine entière à faire et défaire des boîtes, partagée entre l’envie de partir sans laisser de traces et celle de rester pour le bien de la meute. Fidèle à Luke, lui qui était toujours présent pour moi, je préférais ne pas me tourner vers la première option avant d’en avoir pesé le pour et le contre. En revanche, je ne me sentais pas d’attaque pour simplement reprendre ma routine, exactement comme d’habitude, alors que je me doutais de la présence de Jordan dans les parages. Après tout, s’il se trouvait au bar où je travaille en temps normal lorsque je l’ai croisé, rien ne l’empêcherait d’y retourner.

Aujourd’hui, comme à chaque matin depuis le début de la semaine, j’avais pris place sur le sofa, entourée de mon portable, de feuilles de note et de livres. Les cours n’attendaient pas, il me fallait les compléter. Malheureusement, vu mon état d’âme, je ne réussis pas vraiment à étudier, mes yeux fixant la feuille alors que ma concentration s’effritait. Jordan Kyle. Comment aurais-je pu croire que les choses prendraient une tournure si catastrophique? Il me semblait, à l’époque, que notre amour vaincrait tout, qu’il serait toujours là, à mes côtés. Ce que j’avais toujours souhaité. Quelqu’un qui ne partirait pas, quelqu’un à qui me confier. Il fut cette personne pendant un temps. On se promit des choses, on se créa notre propre voyage idéal. Mais voilà, les choses s’étaient déroulées autrement. En un clin d’œil, on passa de couple romantique à une véritable tragédie de Shakespeare. Luke avait beau me répéter que je ne pourrais obtenir le plein contrôle de l’animal que lorsque je me sentais en contrôle de ma vie. Il avait bien raison. Rien qu’à en juger par ma réaction, on pourrait facilement estimer que je n’ai pas le contrôle complet de mes émotions. On évita de peu des problématiques horribles, cette soirée-là.

En parlant de l’alpha, celui-ci était venu me voir, ou plutôt, cogner à ma porte à quelques reprises. Il s’en faisait, voulait s’assurer que j’allais bien. Je ne lui ouvris pas, disant simplement que j’avais besoin d’espace, que je viendrais le voir dès que je me sentirais mieux. Je crus le convaincre, en lui promettant de redonner de mes nouvelles. Vraisemblablement, je m’étais trompée. Pour la énième fois, j’entendis cogner à la porte. Néanmoins, de ce que je pouvais entendre, la personne étant venue me déranger avait le cœur qui battait à la folie. Étrange, oui, mais pas impossible. Il se pourrait qu’un des plus jeunes membres se soit inquiété pour moi. Avec cette idée en tête, je prêtais un peu plus attention à l’individu mystère, guettant plus de bruit. Il ne se fit pas attendre, alors que soudainement, une voix émergea. Je la reconnus immédiatement. Jordan. Il … il avait su où me trouver? Luke. Oui, c’est probablement lui qui refila l’adresse à mon ex. Pourquoi se mêlait-il à mes histoires? « Va-t’en. J’ai déjà dit que je ne voulais plus te voir. » Je me voulais ferme dans mes propos. Pas besoin de vous dire que ça n’a pas fonctionné, qu’il est resté là, à attendre que je daigne ouvrir la porte. Je soupirais. Tant pis pour lui, il l’aura cherché. D’un pas rapide, je me retrouvais près de l’entrée. Tournant la poignée, j’entrouvris pour mieux lui faire face. « Qu’est-ce que tu veux, exactement? T’as pas compris le message, la dernière fois? T’as besoin que je te le réexplique? » Je lui bloquais le chemin, ne voulant pas qu’il voit dans quel état se trouvait mon appartement, déjà qu’il pouvait présumer, par mon apparence physique, que je m’étais littéralement enfermée chez moi, ne daignant même pas sortir pour de la nourriture.
© 2981 12289 0


i'm proud to be
a child of the moon
in a pack lies strength, loyalty and unity.
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Kyle
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : Eoin & Sebastian
♦ Runes : 89
♦ Messages : 29
♦ Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Mar 18 Sep - 20:10

I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.xx Maia  & JordanJe ne savais absolument pas où tout ça allait me mener, mais pourtant j'acceptais d'écouter Lucian. Il était Alpha ici, on devait le respecter et après une très longue conversation avec lui où je lui avais raconté ce qui s'était passé entre Maia et moi des années auparavant et le remords que j'en éprouvais encore aujourd'hui, il a estimé que je devais aller lui parler. Ce serait peut-être plus facile sans avoir toute la meute autour de nous, ou plus dangereux, mais je sais que Lucian avait raison. Bien que la louve ne veuille pas me voir, je ne pouvais décemment pas me faire à l'idée qu'elle soit enfermée chez elle, toute seule, comme avant... Elle était tellement épanouie quand nous étions ensemble, ça m'avait réellement fait du bien de trouver une personne comme elle et je l'avais complètement détruite... Rien ne saurait réparer ce que j'avais osé lui faire, mais je pouvais tout de même tenter de lui permettre de reprendre sa routine.

Je ne comptais pas quitter New York comme elle le souhaitait. Non, ma mission était plus importante et je risquerais gros en me désistant. Je souhaitais faire mes preuves au sein du Preator Lupus, en appliquant tous les principes qu'ils m'avaient appris. Rien que de baisser les yeux sur la chaîne autour de mon cou et de voir le symbole du Preator, la doctrine inscrite, je ne me sentais pas l'âme d'abandonner. Les guerriers sont bénis, parce qu'ils sont des guerriers. Parce qu'ils ne reculent pas devant l'adversité et affrontent leurs actes, aussi terribles soient les conséquences. Je devais bien ça à Maia et si elle le voulait, elle pourrait me hurler dessus jusqu'à ce qu'elle se sente mieux. Mon but était simplement de venir lui parler, dans un meilleur contexte que de la prendre par surprise au Hunter's Moon.

Alors j'étais là, de l'autre côté de sa porte, à attendre qu'elle daigne ouvrir. Un coup. Deux coups. Maia n'a pas répondu jusqu'à ce que je m'identifie et ses paroles n'étaient pas des plus chaleureuses. Je poussais un soupire de l'autre côté. « Je n'partirais pas sans t'avoir vu. » dis-je avec aplomb, prêt à passer toute la journée devant sa porte s'il le fallait. Je savais bien que ce ne serait pas possible au vu de mes impératifs, mais j'avais tout de même du temps à tuer et je comptais bien le passer le plus longtemps possible ici, dans ce couloir, jusqu'à ce qu'elle ouvre la porte. La défoncer aurait pu être une option mais les voisins de la Roberts allaient appeler la police si jamais le ton montait trop.

Et il monta quelque peu lorsque mon ex-copine ouvrit enfin la porte. Son visage était fermé, sa colère palpable dans l'atmosphère. Ne pouvant m'empêcher d'analyser les traits de son visage pour y déceler quelque chose sans savoir ce que je cherchais, je constatais que la belle louve ne s'occupait pas d'elle. Non pas qu'elle soit sale ou quoi, je voyais juste que contrairement à l'autre soir, son maquillage était inexistant et ses traits fatigués. « Je sais que tu ne veux pas me voir. Mais je n'peux pas te laisser t'enfermer de la sorte. Il faut qu'on parle Maia. Ne serait-ce que pour parvenir à une solution nous permettant d'aller et venir à notre guise le temps de ma mission. » Une fois qu'elle serait terminée, je pouvais être appelé ailleurs et alors Maia n'entendrait plus parler de moi. Mais si elle pouvait juste accepter de me parler, de m'écouter, nous pourrions trouver un terrain d'entente et se croiser sans trop d'animosité. « S'il te plaît... » soufflais-je doucement en plongeant mes yeux dans les siens, comme il m'arrivait de le faire autrefois pour lui inspirer confiance et délier sa langue.
©️  YOU_COMPLETE_MESS


Peator LupusIt's such a cruel world but I found something good.. ‘Cause in all this bitterness you stay so sweet..
Revenir en haut Aller en bas
Maia Roberts
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : willow, breanna et cara
♦ Runes : 64
♦ Messages : 64
♦ Date d'inscription : 25/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Mer 19 Sep - 6:33
I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.Maia & Jordan
J’agissais comme une de ces adolescentes en pleine crise, je le sais bien. Prétendre être malade pour ne pas me présenter au travail, ni auprès de la meute, ni même aux cours en ligne, c’est d’une véritable immaturité. J’étais prête à entendre les remontrances de Luke, s’attendant certainement à plus que ça de son second. Il aurait tout à fait raison de m’en vouloir, surtout puisque je n’ai jamais osé lui raconter les détails de ce qu’il s’était passé au New Jersey. Il voyait ma cicatrice, comprenait que je m’étais réellement fait prendre au dépourvu, mais ne connaissait pas toute l’histoire. J’omis de mentionner Jordan, notre relation, et ce qu’il se produisit lors de notre dernière confrontation, lorsqu’il me griffa. Des mots que je pourrais répéter sans cesse, alors que je le croyais incapable d’une telle horreur. Ma rage montait en bloc soudainement, rien qu’en me remémorant ces souvenirs trop amers. Il me fallait une source de distraction, aussi simple soit-elle. Je sais donc la télécommande, changeant de chaîne, parcourant différentes émissions, ne m’attardant pas sur quoi que ce soit. Une solution comme une autre, assez efficace au moins pour que la louve se calme et que je ne détruise pas l’appartement.

Le meilleur des choix pour moi, si je ne voulais pas m’emporter comme j’ai failli le faire la dernière fois, près du Hunter’s Moon, eh bien c’était de partir loin d’ici. Quelques mois ou années, le temps qu’il faudrait pour qu’il termine sa mission et reparte. Un peu extrême, comme mesure, me direz-vous, mais je n’aimais pas imaginer ce qui aurait pu se passer, si Luke ne s’était pas précipité. Combien de terrestres auraient aperçu un loup étrange, cette nuit-là? Et quel serait le nombre de victimes? Tout me pointait en direction d’un départ imminent, sauf … eh bien, sauf la meute. Les plus jeunes avaient encore besoin d’aide, et l’alpha ne pourrait se passer d’un second. Sans compter que, d’un certain point de vue, j’abandonnerais ma famille, en faisant mes valises et partant sans explication. J’en vins à la conclusion qu’il me serait impossible de lever les voiles. Tout ce que je pouvais faire, c’est d’éviter de le voir, ou du moins, de l’ignorer jusqu’à ce qu’il parte.

Tâche ardue qui serait sans aucun doute jeter aux oubliettes, rien qu’en l’entendant cogner à ma porte. Qu’est-ce qu’il faisait là? N’avait-il pas compris ce qui se passerait, lors de toute autre confrontation? Luke … c’est sûrement lui qui l’a convaincu de venir me voir. J’estimais donc que mon ex avoua tout ce qu’il s’était passé à l’alpha, question de le tenir informer. Merde! J’en entendrais parler, lorsque j’irais le voir. Je n’étais toujours pas habituée à ce qu’on se soucie autant de ma vie et de mes problèmes. Cette mauvaise manie repointait le bout de son nez depuis mon arrivée à la Grande Pomme. Malheureusement pour Jordan, cela voulait également dire que je ne voudrais pas le voir, ni même lui parler, et ce, même s’il se trouvait à ma porte et soutenait ne pas partir jusqu’à ce qu’il pose ses yeux sur moi. Il l’avait dit sur un tel ton de voix … mon dieu, c’est qu’il était décidé. Bah, s’il trouvait un recoin où camper, dans le couloir, tant mieux pour lui.

Têtu, tout comme moi, il ne quitta pas son poste. J’écoutais sa respiration, me permettant ainsi de savoir s’il était encore présent ou pas. Les minutes passèrent avant que finalement, je me daigne à me lever en direction de l’entrée et que j’entrouvre légèrement la porte, laissant juste assez d’espace pour qu’on se voit sans pour autant lui donner le droit de passer. Malgré mes avertissements, il insista pour que l’on discute. En sachant que j’avais les nerfs à vif, je croyais que ce serait une mauvaise idée. Les voisins entendraient la conversation, appelleraient la police et cela se finira mal. « Non. » Je claquais immédiatement la porte, avant de baisser la tête et me remettre en question. Est-ce qu’on réussirait à trouver un terrain d’entente pour que je ne m’emporte pas aussi facilement? Si c’était la seule chose positive ressortant de cette discussion, alors ce serait bien. Je m’adossais quelques secondes à la porte, pesant le pour et le contre de ma décision, avant de finalement la déverrouiller et l’ouvrir. « Vas-y, entre et parle-moi de cette solution. » Je ne passais pas par quatre chemins, laissant ainsi présager un court séjour dans mon appartement.
© 2981 12289 0


i'm proud to be
a child of the moon
in a pack lies strength, loyalty and unity.
Revenir en haut Aller en bas
Jordan Kyle
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : Eoin & Sebastian
♦ Runes : 89
♦ Messages : 29
♦ Date d'inscription : 27/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Mar 25 Sep - 18:37

I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.xx Maia  & JordanUne chose est sûre, c'est que Maia était un sacré bout de femme ! Elle ne s'était jamais montrée tel qu'elle est avant que l'on se rencontre et je savais ce qui pesait sur son cœur lorsque nous étions dans le New Jersey. Sa façon d'être si secrète, si mystérieuse, ça avait attisé ma curiosité jadis et je n'avais encore pas rencontré d'autres femmes qui me fassent ressentir quelque chose d'aussi fascinant que Maia. Notre alchimie était parfaite, nos projets d'avenir tracés bien qu'ils soient sorti d'un coup de tête et d'un ras le bol de nos vies. Les îles Fidji... Nous aurions dû partir dès que l'idée avait été posée, cela aurait pu nous épargner tellement de souffrances.... J'avais été griffé quelques jours après. Tout était devenu si différent, mes relations avec les autres étaient devenues compliquées mais Maia avait pris de plein fouet mes humeurs, mes coups... Raconter tout ça à l'Alpha de New York avait été une épreuve, je m'attendais presque à ce qu'il appelle le Preator Lupus pour changer de gardien. Mais comme j'avais déjà mis un pied dans la vie de Simon, c'était un peu tard pour changer et aussi surprenant soit-il, Lucian souhaitait que je me montre responsable et que j'arrange les choses au mieux pour qu'il ne perde pas un précieux membre de sa meute.

J'ignorais à quel point mon ex petite amie avait su trouver sa place et je n'avais jamais songé moi-même à faire partie d'une meute. J'ai grandi auprès des gardiens, appris à leurs côtés jusqu'à devenir celui que je suis, un homme nouveau, plus mature et plus serein. Je n'avais plus vraiment de crises de colère, à me transformer à tout va. Non, la méditation était une véritable découverte et me permettait d'aborder la vie sous un autre angle, comme lorsque je faisais du surf, seul avec moi-même. J'avais pu trouver la paix de l'âme jusqu'à ce que je croise la route de la brunette et tout me revenait en pleine tête. Alors pour me montrer responsable, je devais agir. Hors de question de quitter son pallier sans avoir eu une conversation avec Maia !

Ce que, après un refus tonitruant, je finis par obtenir puisque celle-ci rouvrit la porte pour me faire entrer. Son ton était glacial mais le premier pas était fait. « Merci. » soufflais-je en entrant dans son appartement. Malgré l'envie urgente de me mettre dehors, je pris tout de même le temps d'observer la pièce, me rendant compte des quelques cartons qui traînaient çà et là. Mon cœur se serra. « Tu.. Tu comptes aller quelque part ? » je lui demande en sachant pertinemment que ce n'était pas mes affaires et j'entendais déjà la louve me rabrouer de tant de curiosité mal placée.
Alors je me retournais pur lui faire face, les mains dans les poches, gêné. « Je vais tenter de faire au plus vite pour ne pas t'importuner, mais nous devons tout de même parler toi et moi. » commençais-je par dire d'une voix calme, posée, comme à mon habitude. « Je suis vraiment désolé pour l'autre soir, je sais le choc que tu as ressenti, c'était pareil pour moi... Te revoir après toutes ces années... » dis-je en baissant les yeux un instant. Son regard assassin faisait se serrer mon cœur et le loup en moi couinait déjà de peine.

Je relevais les yeux pour soutenir le regard de Maia, tout en remettant d'une main mes cheveux en place. « Je n'peux pas te parler de ma mission car elle est confidentielle. Je ne sais pas combien de temps elle durera vu la complexité de la situation. Mais j'espère que nous allons trouver un moyen de cohabiter au mieux. Ensemble. » j'insistais bien sur le dernier mot, parce que nous étions dans le même bateau. « Parles moi. Dis-moi ce que tu ressens, ce que tu veux et pourquoi tu veux quitter ta vie ici, alors que tu as une famille qui tient à toi ? » lui demandais-je, mes mots faisant écho à ceux du passé que j'avais déjà employé afin de l'aider à se confier à moi. Maia avait une véritable famille, des gens qui l'aimaient et ferait tout pour qu'elle se sente bien, aimée. Je ne lui souhaitais que ça.
©️  YOU_COMPLETE_MESS


Peator LupusIt's such a cruel world but I found something good.. ‘Cause in all this bitterness you stay so sweet..
Revenir en haut Aller en bas
Maia Roberts
Children of the Moon
avatar
♦ Autres comptes : willow, breanna et cara
♦ Runes : 64
♦ Messages : 64
♦ Date d'inscription : 25/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ Mer 26 Sep - 6:12
I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will.Maia & Jordan
Certains soutiennent que les enfants apprennent de leurs parents, que ce soit des manies ou même des traits de personnalité. Moi qui me disais ne jamais vouloir leur ressembler, on dirait que ces derniers temps, j’agissais exactement comme. À la place d’affronter mes problèmes et persévérer, comme je le faisais habituellement, eh bien, je contournais ce qui n’allais pas, choisissant de m’enfermer chez moi à la place. Pire tournure que pouvais prendre mes tendances de solitaire, déjà qu’à l’époque, lorsque je rencontrais Jordan, je n’étais pas du genre à parler beaucoup. En fait, cela prit un certain temps avant que je ne m’ouvre à lui et commence à discuter plus ouvertement de ma vie personnelle. Pourtant, par le biais de ces conversations, on se rapprocha, un lien se forgea entre nous. Je n’aurais jamais cru cela possible, mais on se complétait et on se comprenait. Les plans que l’on se fit, afin de vivre loin de nos problèmes et nos prises de tête, eh bien ils étaient magistraux. Les îles Fidji, une destination paradisiaque qui me donnait l’impression de voler, rien qu’en nous imaginant là-bas. Pourquoi attendit-on si longtemps? Si l’on s’était décidé rapidement, rien de tout ça ne serait arriver.

Mais voilà, le passé restait gravé dans la pierre, une douche froide qui me faisait encore terriblement mal au cœur. Oui, par ici, j’avais su trouver une meute et m’y sentir bien, malgré les chasseurs d’ombres qui venaient souvent au Hunter’s Moon et que je détestais encore. Oui, je su trouver l’équilibre entre mon boulot, la meute et mes cours. Pourtant, l’arrivée de mon ex chamboulait tout. Je ne voulais pas avoir à ressentir ce que je refoulais après l’attaque et la griffure. Trop de haine pour que ce soit sain, trop de tristesse pour que je continue de marcher devant sans avoir l’impression de me perdre. L’option la plus valable me parut donc être celle-ci, quoique je n’avais pas prévu que Luke encourage Jordan à venir me voir. Après ma quasi transformation, j’aurais cru que l’Alpha lui indiquerait de m’éviter, afin de ne pas répéter cette situation. Je n’en arriverais probablement jamais aux mêmes résolutions que Luke, ne sachant pas trop à quoi cela servait que de parler à Jordan, vu que de toute façon, je ne pouvais rien dire de plus. Pas de machine à remonter le temps, donc pas de réel soulagement, en réitérant les mots qu’il me lança avant de disparaître à jamais.

Tout aussi têtu que moi, il soutenait ne pas partir de là tant que je ne lui ouvrirais pas la porte. Un petit défi, une bonne manière de lui prouver ma ténacité. Ces pensées plutôt positives, je m’en éloignais après quelques minutes de questionnement insurmontable. J’en vins à finalement lui ouvrir la porte, non sans lui indiquer qu’il ne s’agirait qu’une discussion très brève, avant que je ne lui demande de foutre le camp d’ici. Il me remercia avant d’entrer dans l’appartement, observant la pièce principale avant de commencer à remarquer mes boîtes placées un peu partout, avec tantôt mes vêtements, tantôt des accessoires de cuisine. « Loin. C’est là où je pars. » Je me croisais les bras, estimant qu’il n’avait pas besoin de tout savoir. C’était déjà assez claire comme ça que sa présence à New York propulsa mes envies de changer d’air. « Plus vite on en discute, et plus vite tu partiras de mon appart. » Sa voix posée n’aidait en rien ma colère, sinon qu’elle l’empira. « T’avais l’air très calme l’autre soir, pour quelqu’un qui parle de choc, en tout cas. » Le mieux, en ce moment, c’était pour moi de garder mes distances, de faire en sorte qu’il prenne place dans le canapé, et que moi, je me retrouve assisse sur l’un des bancs de cuisine. Ainsi, on se parlerait tout en évitant le pire.

Je ne rencontrais pas son regard, me déviant pour feindre une lecture rapide des quelques magazines sur la table. Ce n’est pas pour autant que je faisais la sourde oreille, écoutant chaque mot sortant de sa bouche. « Ensemble? Tu veux rire! Si tu entends par là qu’on évite de se croiser, et que quand ça arrive, on ne se parle pas, alors là, d’accord. Tu t’occupes de ta mission top secrète, et moi, j’fais mes trucs. Autrement, ça ne marchera pas. » Je ne me considérais pas dans le même bateau que lui. Alors que Jordan jouait les James Bond, moi j’étais la nounou d’une meute, quand l’Alpha n’est pas là. Et la haine que je ressentais n’avait certainement rien de comparable. « Je suis en colère et je veux que mes problèmes restent dans le passé. » Je répondis exactement comme si c’était un simple questionnaire à remplir, sans une once d’émotion vive. « On dirait que Luke ne t’a pas parfaitement informé. Sache que ce n’est pas nouveau, tout ça. Après ton agression, j’ai longtemps joué les nomades. Ce n’est qu’en débarquant à New York que j’ai décidé de rester dans les alentours pour un temps. Mais maintenant, je crois qu’il serait mieux pour moi de reprendre des trucs et partir. » Une partie de moi s’était attachée à la meute, mais il y avait encore cette petite voix qui me murmurait de reprendre ma vie de nomade, que je me sentirais mieux ainsi.
© 2981 12289 0


i'm proud to be
a child of the moon
in a pack lies strength, loyalty and unity.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
I know you don't want me around. But you matter to me. And you always will ¤ ft. Maia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [STATS] Les points gagnés (Année 7)
» 08. Anyway the wind blows doesn't really matter to me
» la petite vie tranquille (?) de maia.
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]
» [Thème 5] Just a matter of choices : Falling Down [MIS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Autres :: 2017-
Sauter vers: