Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles
Sebastian Verlac
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 04/04/1997
♦ Autres comptes : Eoin Carmichael & Jordan Kyle
♦ Runes : 28
♦ Messages : 50
♦ Date d'inscription : 15/12/2017
♦ Everything and anything : Couleurs d'écriture :
Jonathan : uc
en Sebastian : royalblue
en Valentin : crimson

We are trained so fiercely to believe that... emotions cloud our judgment. But... I believe that emotions give us power. And when we suppress them, we are all the weaker for it.
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles ♦ Sam 25 Aoû - 18:02
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York
Il était tard, la nuit tombait sur New York et les rues se vidaient peu à peu, laissant les trottoirs pour les fumeurs pendant que bons nombres d'entre eux se ruaient dans les bars. Sebastian ne faisait pas exception ce soir, il venait de terminer une mission de plusieurs jours avec les autres chasseurs de la ville et une pause était bien méritée ! L'imposteur se baladait toujours sous les traits de l'anglais et personne n'avait encore fait le rapprochement. Jocelyne avait pu voir son véritable visage lorsqu'il l'avait tué, volontairement. Pour d'autres, c'était Valentin qui avait assassiné la Fray et lui était tranquille bien qu'il sache que son père était fier et devait bien rire dans sa cellule. Imitant les New Yorkais, le blondinet se dirigea vers le Hunters' moon, un pub fréquenté par pas mal de chasseurs d'ombres comme lui et également par quelques créatures. Principalement des loups, mais il n'était pas rare de croiser d'autres monstres parmi les clients. Et ce soir, ce ne fut pas juste une odeur de chien qui se dégagea, mais bien une odeur de sang.

Le faux Verlac avait été élevé par des démons et savait reconnaître un ennemi quand il en sentait un ! Tous ici étaient des proies pour lui et il devait se montrer méthodique dans le choix de ses mots. Il avait déjà rencontré des connaissances du blond dans les semaines précédentes, et si cela venait à être trop régulier, Jonathan pourrait se mordre les doigts d'avoir salement éventré son otage. Se débarrasser du corps serait une bonne chose également... Oh, il le ferait bien en rentrant. L'envie de se prendre un verre le prenait et il se pliait au jeu des clients qui se pressaient vers le bar. Jusqu'à ce que l'odeur devienne plus forte. Un vampire tout à côté. Les yeux du faux Verlac se tournèrent et il eut la mauvaise surprise de faire face à une vieille connaissance... Ce vampire, l'imposteur l'avait rencontré une fois ou deux, quand il bossait avec le vrai Sebastian pour planifier sa couverture. C'était semble-t-il un ami du blond et maintenant qu'il tournait la tête par ici, c'était trop tard pour faire semblant de ne pas l'avoir vu.

Je sais que son nom sonne comme un de ces types de la royauté, mais sur le coup, ça ne me reviens pas... C'est agaçant de croiser des gens, il va me falloir buter jusqu'à la dernière connaissance de Verlac à force ! Bon, je m'approche en souriant, comme si j'étais ravi de voir un vieil ami. « Hey ! Ça me fait plaisir de te voir ! Qu'est-ce que tu fais à New York !? » lançais-je avec l'accent parfaitement British qui caractérise le blondinet. J'espère simplement que mon odeur ne se ressent pas au travers de celle de Sebastian, je me retrouverais avec une explication à lui donner...

Codage par Libella sur Graphiorum


I'm a beautiful disaster

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
Charles H. O'Neil
Children of the Night
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Catarina et Maryse
♦ Runes : 22
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 26/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles ♦ Jeu 30 Aoû - 18:14

I'm a english man

Sebastian et Charles


Oh, I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York


Levé depuis peu de temps, Charles se préparait doucement face à son miroir. Chemise, pantalon, chaussures, tout y était. Un coup de peigne et le vampire serait prêt à sortir. C’était quelque chose qu’il faisait de plus en plus souvent maintenant. Il aimait bien l’ambiance de New-York, l’anonymat après des créatures obscures… Bref, il aimait de plus en plus ses vacances. Il était à Londres depuis si longtemps maintenant qu’il était connu comme le loup blanc et il ne se passait pas un soir sans qu’il se voit débarquer quelqu’un devant sa porte. A New-York, les choses étaient différentes. A part Arthur qui débarquait de plus en plus souvent devant sa porte, il était plutôt tranquille. Ce qui lui laissait le loisir de faire ce qu’il voulait. Comme sortir, ce qu’il allait d’ailleurs faire ce soir.

Le Hunter Moon était un endroit qu’il avait découvert après quelques semaines à New-York. S’il avait tout d'abord eu du mal à y mettre les pieds, les choses avaient doucement changées pour le mieux. Il y passait maintenant au moins une soirée par semaine et il aimait bien y passer du temps. Alors quand il entra dans l’établissement, le vampire avait un sourire aux lèvres et les mains dans les poches. Depuis qu’il était arrivé sur le continent américain, Charles s’était détendu. Il n’avait plus toutes les responsabilités qu’il avait à Londres où la crainte que le clan qu’il avait quitté ne vienne lui casser le nez. C’était quelque chose d’agréable en fait. D’être inconnu au bataillon et de simplement faire ce qui lui chantait. Ce soir cependant, les choses étaient un peu différentes puisqu’à peine avait-il mit les pieds dans le bar, il remarqua une tête qu’il n’avait pas vu depuis un moment. Un sourcil haut sur son front, Charles vit Sebastian s’approcher tout souriant. Il ne l’avait pas vu depuis un moment, depuis qu’il avait quitté Londres en fait et le voir ici était une surprise. Il avait travaillé avec le chasseur lorsqu’il était encore à Londres, puisque bien qu’il ait quitté le Clan depuis plusieurs années, ces abrutis avait toujours des difficultés avec les relations néphilims. Ils lui avaient donc demandé de jouer les intermédiaires pour quelques affaires et c’est ainsi que Charles avait rencontré le blond.

- Monsieur Verlac, répliqua le vampire avec un sourire en coin, sachant pertinemment que le chasseur n’aimait pas qu’il l’appelle ainsi. Figure toi que je suis en vacances. Après deux cents ans sur le devant de la scène, il était temps que je m’éloigne de mes affaires, plaisanta Charles avec un nouveau sourire en coin avant qu’il ne fasse signe au barman de lui servir un verre. Et toi ? Qu’est-ce qui t’amène à New-York ? Je croyais que Londres était le ville que tu ne quitterais jamais…

Ces paroles prononcées, Charles rejoignit le bar, en prenant soin que Sebastian ne le suive et attrapa le verre que le barman lui avait préparé. Il y ajouta une goutte ou deux de sang avant d’en prendre une gorgée en attendant la réponse du chasseur.



Revenir en haut Aller en bas
Sebastian Verlac
Children of Raziel
avatar
♦ Age : 21
♦ Date de naissance : 04/04/1997
♦ Autres comptes : Eoin Carmichael & Jordan Kyle
♦ Runes : 28
♦ Messages : 50
♦ Date d'inscription : 15/12/2017
♦ Everything and anything : Couleurs d'écriture :
Jonathan : uc
en Sebastian : royalblue
en Valentin : crimson

We are trained so fiercely to believe that... emotions cloud our judgment. But... I believe that emotions give us power. And when we suppress them, we are all the weaker for it.
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles ♦ Mer 5 Sep - 18:42
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York
La faux Sebastian se promenait impunément dans les rues de la ville tandis que le vrai gisait dans un placard. Avoir une vie de grand chasseur d'ombres pour finir ainsi était bien cruel pour l'Anglais, qui s'était fait avoir sur toute la ligne. Sebastian avait tendance à voir le bon côté des choses, à faire confiance même aux étrangers si tant est qu'on lui faisait ressentir quelque chose de positif. Il ne s'était jamais méfié de Jonathan, ne connaissant même pas sa véritable identité. Ils avaient partagé nombre de choses, d'amis, de techniques de combats, mais ça n'avait pas suffi quand il s'était retrouvé prisonnier de l'être démoniaque. Aujourd'hui, c'était donc un imposteur qui entrait dans le Hunter's Moon en souriant, loin de s'imaginer qu'il allait une fois de plus devoir tester ses connaissances en matière de Verlac pour ne pas faire d'impair.

À Londres, les deux hommes s'étaient suivis sur de nombreuses missions et celui qui gisait ans un placard n'avait aucune idée de ce qu'il avait fait en faisant équipe avec Jonathan. Il lui avait permis de se mettre en relation avec bon nombre de chasseurs d'ombres, quelques créatures magiques et voilà qu'un de ces monstres se trouve dans ce bar. Il ne le reconnut que lorsque le grand brun l’appela « Monsieur Verlac », sobriquet que le Londonien n'affectionnait pas le moins du monde et le blond grimaça légèrement. Ça revint à cet instant : O'Neil, quelque chose du genre mais son prénom lui échappait encore. Les salutations furent cordiales, le vampire puait le sang à plein nez, difficile de faire abstraction pour un nez non exercé mais la faux Sebastian en avait vu d'autres en grandissant à Edom. Le brun disait être en vacances, ajoutant qu'il avait besoin de s'éloigner de ses responsabilités. L'imposteur sourit grandement, avec un petit air surpris malgré tout. « Tu t'es enfin décidé à te reposer ! Je suis fier de toi. Tu le mérites amplement. »

Sebastian était toujours compatissant avec les autres, un trait de caractère que je peine à reproduire tant ce n'est pas naturel chez moi. Je ne peux pas m'empêcher de penser à tous les risques que cela encourait de rencontrer un tel personnage en plein New York. Malgré tout, je restais calme et allais même poser une tape amicale dans le dos du vampire, ravi de boire un verre avec lui. Il fallait que je fasse mine de m'intégrer, d'agir normalement en présence d'amis, bien que ce mot n'est aucun sens pour moi. Il n'y a que le mal, la guerre, la survie qui prenne un sens dans mon esprit. La domination et le meurtre sont ce qui m'ont fait arriver jusqu'ici, tout près de mon père, de ma sœur... Si quelqu'un se met en travers de mon chemin, je le réduirais à néant.

D'un signe de tête, le barman fut prévenu de les servir et le blondinet suivi son camarade jusqu'au comptoir pour récupérer les pintes de bière. De vrais anglais. Enfin, si on oublie le sang que le brun verse dans son verre. Cela fait tout de même sourire le faux Verlac, qui se demande quel genre de goût pouvait avoir un liquide autre que le sang pour les vampires et si cela était aussi immonde qu'ils le disent. Ce qui amenait Sebastian en ville, loin de sa terre natale ? La question était bien trouvée et il n'était pas le seul à se la poser. « J'aurai en effet préféré rester à Londres, mais les affaires sont les affaires et en terme de sécurité, nous avons besoin de tout le monde sur le front. Tu as dû entendre parler du retour de Valentin. Je suis là pour ça, ma tante pensait que je saurais me rendre utile. Mais je dois bien t'avouer que la maison me manque. » dit-il en prenant une gorgée de bière, le regard presque nostalgique de son pays. Jonathan n'aimait pas Londres, ni même New York, la chaleur de son enfer ne lui manquait pas non plus, rien ne comptait en fait. Ça pourrait être triste si le jeune homme ressentait un quelconque sentiment humain.

Codage par Libella sur Graphiorum


I'm a beautiful disaster

Monsters are real, and ghosts are real too.
They live inside us, and sometimes, they win.
Revenir en haut Aller en bas
Charles H. O'Neil
Children of the Night
avatar
♦ Age : 22
♦ Date de naissance : 31/05/1996
♦ Autres comptes : Catarina et Maryse
♦ Runes : 22
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 26/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles ♦ Ven 14 Sep - 19:39

I'm a english man

Sebastian et Charles


Oh, I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien
I'm an Englishman in New York


Un rire s’échappa des lèvres du vampire lorsque le chasseur lui annonça être fier de lui. Il était vrai que Charles n’avait jamais vraiment pris de vacances depuis qu’il s’était fait mordre par son ancien amant. Il n’avait jamais lâcher l’entreprise familiale même s’il avait du trouver quelques technique pour rester à la tête sans que personne ne s’étonne qu’un homme puisse vivre autant de temps avec la même tête. Et même s’il était à New-York depuis quelques mois, l’héritier O’Neil n’avait pas vraiment lâcher les affaires. Il avait toujours des réunions avec son CEO (qui était bien sûr dans la confidence) et il dirigeait également les nouvelles collections de là où se trouvait. Parce qu’on ne changeait pas un homme du jour au lendemain. Il avait passé une grosse partie de sa vie à s’occuper de son entreprise, ça avait été la bouée dont il avait besoin à la mort de son fils puis de sa femme. Cela avait été un échappatoire lorsqu’il avait quitté le Clan de Londres également. Bref, l’entreprise qu’il dirigeait avait été beaucoup de chose pour lui. Et c’était également l’héritage que lui avait laissé son père. Et son grand père si on devait le citer.

- C’est mon CEO qui m’a un peu poussé à aller voir ailleurs, rigola le brun en prenant le verre que lui tendit le barman. Je pense qu’il en avait marre que je sois sur son dos à Londres. Du fait, je suis sur son dos mais à New-York.

Un sourire en coin avait illustré ses dernières paroles alors que Charles regarda la jeune chasseur avec les yeux pétillants. Etre à New-York ne l'empêchait pas d'être aussi chiant qu’il l’était à Londres. On pouvait amplement blâmer la vieillesse parce que Charles était devenu exigeant avec les années. Bien plus que lorsqu’il était encore humain. Ce qui n’était pas une qualité d’après plusieurs de ses connaissances… Et puis, on prenait en entier où on ne le prenait pas, Charles avait passé l’âge de s’en faire pour des bêtises pareilles.

Alors que le barman amenait la bière à son ami, Charles bu une gorgée de son propre verre. C’était quelque chose qu’il n’avait pas abandonné avec les années. L’alcool. En tant que bon bourgeois londonien qu’il avait été, Charles avait toujours accompagné ses discussions avec un verre d’alcool. Avec le temps, l’alcool avait parfois été remplacé par un verre de sang mais l’alcool était toujours présent. Heureusement que son foie ne prenait plus les effets parce que les choses seraient devenues assez compliquée pour le vampire si cela avait été le cas…

Il écouta religieusement les paroles du jeune homme et ne put qu’hocher la tête. Effectivement, il avait appris ce qu’il se passait en ce moment à New-York. Il avait déjà entendu parler de quelque chose comme ça, il y a plusieurs année, lors d’affaire avec les néphilims. Comme quoi, les choses recommençaient même si on essayait d’endiguer les répercussion. Si on poser la question à Charles, les choses avaient mal été géré à la fin de la dernière crise. Il en avait d’ailleurs discuter avec certain de ses contacts chasseurs et plusieurs d’entre eux partageaient son opinion.

- J’en ai effectivement entendu parlé. Comment ne pas en avoir entendu parlé d’ailleurs ? C’est pas vraiment une bonne période pour les créatures obscures, grimaça le brun avant monter les épaules comme si c’était quelque chose de normal. Mais bon, c’est pas comme si ce n’était pas une bonne période pour les créatures obscures tout le temps…



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Oh, I'm an alien, I'm a legal alien, I'm an Englishman in New York ¤ ft. Charles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Craignez l'alien
» SGU Aliens [SPOILERS]
» It's rainning Aliens (réservé)
» [Événement commun] Infestation
» Le personnel d'Humanydyne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Autres :: 2017-
Sauter vers: