Another lie - ft. Elektra
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Another lie - ft. Elektra
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Another lie - ft. Elektra ♦ Lun 28 Mai - 14:48
Another lie
ft. Elektra & Amara
Il y a des choses que la race humaine est capable de supporter, et d’autres non. Amara pensait avoir tout vu, et tout connu, toutes les horreurs possibles et imaginables, entre la mort de son père, le mariage foireux de sa mère, sa demi-sœur, beaucoup trop couvée par ses parents, et qui risquait d’en mourir à tout moment. Valentin. Cette ordure, qui avait détruit tellement de vies, qui avait fait tellement de mal à tellement de personnes. Maintenant qu’il avait été arrêté, qu’il avait été jugé, et que le problème été réglé, la brune pensait pouvoir reprendre une vie à peu près normale. Et c’était d’ailleurs le cas. L’organisation de l’Institut reprenait à peu près forme. Elle faisait, petit à petit, la connaissance de son fiancé, acceptant de plus en plus facilement cette idée de mariage, même si ce n’était pas une chose qu’elle avait déjà refusée en soit. Elle avait beaucoup trop de respect pour son père pour ça. Et elle savait qu’elle irait au bout de ce mariage, ne serait-ce que pour ses convictions de carrière, et pour quitter cette ville, qu’elle avait tant adorée à une époque, mais qu’elle supportait de moins en moins au fur et à mesure que le temps avançait.

Et oui, elle pensait avoir tout vu. Elle pensait que cette journée serait comme les autres, qu’elle ne ferait rien d’autre que son travail, qu’elle allait retourner dans sa chambre le soir complètement épuisé, et les yeux douloureux à cause du temps qu’elle aurait passé devant ses écrans. Mais non, rien de tout ça. Du moins, pas à partir du moment où une personne pénétra dans son bureau, avec un visage reflétant le choc et l’incompréhension. « Amara, il faut que tu viennes tout de suite. » Elle n’appréciait pas tellement que des ordres lui soient donnés de cette façon, en général. Mais elle voyait bien que quelque chose n’allait pas, et les sourcils légèrement froncés, elle s’était déjà levée de sa chaise après avoir rapidement mit son ordinateur en veille. « Qu’est-ce qui se passe ? » La brune craignait que quelqu’un ne soit mort. Ce qui ne serait franchement pas quelque chose d’étonnant au vu des récents événements, et des sous-fifres de Valentin encore libre dans la nature. « Il vaut mieux que tu le vois par toi-même. » Qu’est-ce qu’elle n’aimait pas ce genre de réponses, mais est-ce qu’elle avait vraiment le choix ? Bien sûr que non.

Elle suivit alors son collègue dans les couloirs de l’Institut, jusqu’aux ascenseurs, jusqu’aux sous-sols. Les cellules. Qu’est-ce qu’ils avaient trouvés ? Ou qui ils avaient trouvés ? La réponse lui vint rapidement alors qu’elle s’avançait vers la seule cellule occupée pour découvrir… Son reflet. C’était elle, sans tout à fait être elle non plus. Le choc s’était peint sur son visage alors qu’elle restait les yeux fixés sur cette… Personne ? Chose ? Elle ne savait même pas comment qualifier ce qu’elle voyait. « C’est quoi ce délire ? Qu’est-ce qui se passe ici ? » Amara ne s’était jamais sentie aussi confuse de sa vie. Ni autant en colère d’ailleurs, même si elle ne savait pas encore contre qui elle l’était. Elle ne comprenait absolument rien, et ne pouvait que constater les faits pour l’instant. Elle avait besoin que quelqu’un lui explique ce qu’il se passe, même si elle pouvait bien constater que cette personne ne lui ressemblait pas dans tous les points. Ses runes n’étaient pas à la même place que les siennes déjà, donc ce n’était pas quelqu’un qui avait pris son apparence. Mais qui était-ce alors ?
BY CΔLΙGULΔ ☾
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Another lie - ft. Elektra ♦ Mar 29 Mai - 8:43
Another Lie
Amara & Elektra

« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do. »
J’ai levé les mains. Je les ai laissé m’emmener dans les cellules même si je trouvais ça un peu abrupte pour le coup. Je n’étais pas là pour chercher les emmerdes. Je voulais juste des réponses, je voulais savoir, je voulais comprendre. Savoir si on m’avait menti à moi, savoir si la vie que j’ai eu n’était pas celle que j’aurais dû avoir. J’avais le droit d’avoir des réponses. Jayson m’avait convaincu de le faire. Pour que je puisse enfin trouver une sorte de paix intérieur. C’est ce qu’il disait. Je trouvais ça un peu débile comme raisonnement, la paix intérieure, je crois que depuis la mort de Cass je ne la trouverais jamais, mais j’avais le droit de tenter. Quand bien même ma vie n’était qu’un ramassis de mensonge, la famille que j’ai connue restait ma famille, mon frère, restait mon frère. J’avoue que des fois Amory me manquait. Mais je l’imagine se dresser fièrement, sa rune du Cercle encrée dans son cou. Moi, ils n’ont pas eu la chance de me marquer, et franchement, tant mieux. Parce que je ne leur appartenais plus. Je les haïssais tellement. J’avais fait de Jayson mon unique famille et au fil des années j’avais remarqué que le sorcier était bien plus sensible, bien plus humain que ces gens qui m’avaient élevé.

Le cercle avait tort sur bien des choses, et rien que pour ça, je voulais les dénoncer, les faire tomber. Tous, jusqu’au derniers. J’avais des noms, des lieux, des planques. Je connaissais certain d’entre eux. Je pouvais aider, je savais. Mais avant il fallait que je sache. Assise à même le sol, le dos collé contre la paroi de la cellule, j’attendais. Jouant nerveusement avec un fil qui sortait de ma chaussure. M’énervant presque dessus. C’est là que je t’ai vu arrivée. Toi qui me ressemblait presque trait pour trait. La seule chose qui nous discernait était nos runes. Elles étaient différentes, pas situées aux mêmes endroits. Rien qu’avec ça j’ai su que tu n’étais pas une pâle copie de ma personne, mais que tu étais bien quelqu’un d’autre. Je me suis redressée, m’approchant, les bras croisés sur ma poitrine, le visage fermé. Complétement. Froide comme à mon habitude mais pas tranchante. Seul Jay arrivait à me faire un semblant sourire de temps en temps, et crois-moi, ce n’était pas prêt de changer en vue du manque de confiance que j’avais envers tout le monde. Je t’ai regardé. C’est quoi ce bordel ? Ouai, à qui le dis-tu. Une remarque qui m’a furtivement fait sourire. Un peu jaune d’ailleurs. Moi qui espérais que tu aurais des explications à me donner, à l’évidence, j’ai eu tort.

« Je pensais que tu me le dirais. A l’évidence on nous a menti. Soit c’est toi qui n’a pas eu la vie que tu aurais dû avoir soit c’est moi. Mais étrangement j’ai plus le sentiment que c’est moi qui n’est pas la personne que je devrais être. Sans jouer les victimes. »

Je répondais simplement, restant impassible, imperturbable malgré toutes ces questions que je me posais. Je me demandais qui tu étais, quel était ton nom, j’imaginais la vie tranquille et posée que t’as dû avoir avec des parents aimant. Toutes ces choses que je n’avais pas connus. Pas d’amour. Pas de tendresse. Ma mère ne me racontait pas d’histoire avant de m’endormir. Elle ne me chantait des berceuses non plus. Non. C’était Cassandre qui s’en chargeait quand j’avais peur avant de fermer les yeux. Cass et Amory. Mais mes parents ? Je me demande s’ils sont capables d’aimer. Je me demande des fois si je leur manque. S’ils m’ont cherché. Franchement ? Après presque 10 ans j’en doute fort. Mais c’était comme ça. Je ne m’étais jamais plains, je n’allais pas commencer maintenant, mais j’avoue, je t’enviais. Toi tu étais la gentille, et moi ? Dis contre un que j’allais avoir l’image de la traitresse, de je ne sais trop quoi. Le cas social, la parias même ? Vas savoir. Après tout je m’en foutais. Tout ce que je voulais c’était la vérité, des explications. Est-ce que c’était trop demandé franchement ? Non. Je ne crois pas. Soupirant, je suis restée là, devant toi, les bras toujours croisés. Me mordant nerveusement l’intérieur de ma joue. Essayant de garder le peu de self control que j’avais.

« Elektra. Ca t’dis rien ? Jamais entendu parler ? Quoi que, j’suis con. Si ça s’trouve c’est même pas mon vrai nom putain. »

Si ça se trouve, mon identité n’était même pas la bonne. Le choc, trop de choses. Ca faisait mal. Vraiment. Je crois que n’avais pas senti ce creux depuis la mort de mon frère. Mais je ne voulais rien laisser transparaitre. Je voulais restée détachée. Je voulais ne pas me laisser aller… Je n’avais pas envie que ça m’atteigne, alors pourquoi ça le faisait ?
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Another lie - ft. Elektra ♦ Sam 23 Juin - 19:58
Another lie
ft. Elektra & Amara
La colère était un sentiment qu’Amara connaissait depuis bien longtemps, depuis la mort de son père. Elle avait grandi avec ce sentiment, évoluée avec lui, forgée son caractère avec lui. Mais elle ne l’avait jamais sentie aussi intensément qu’à cet instant. Quand ses yeux s’étaient posés sur cette femme qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, une sensation de trahison s’était infiltrée en elle, comme si elle savait, sentait, que sa mère lui avait menti pendant des années. Sa mère, et probablement d’autres personnes aussi. Son oncle. Potentiellement l’Inquisitrice. Beaucoup trop de monde. C’était comme se prendre un poignard séraphique en pleine poitrine, avoir cette sensation d’être en train de mourir, en espérant que ça arrive vite, mais sans sentir ce dernier souffle arriver une bonne fois pour toutes. Amara se sentait particulièrement faible, perdue, décontenancée. Des sentiments qu’elle ne connaissait pas, des sentiments qu’elle n’aimait clairement pas, et qui ne faisaient qu’attiser cette colère.

L’incompréhension venait teinter aussi tout cela. Elle détestait ce sentiment, surtout en sachant qu’elle avait toujours programmée sa vie à l’événement près. Elle s’était toujours arrangée pour en exclure les surprises. Sauf qu’elle n’avait visiblement pas tous les éléments en mains, de ce qu’elle pouvait en voir actuellement, son regard toujours fixée sur cette femme qui lui ressemblait tellement, et qui l’intriguait au plus haut point. « Sans blague. » Elle n’avait clairement besoin de personne pour comprendre rapidement qu’on lui avait menti, elle l’avait bien comprit par elle-même en entrant dans cette pièce. Et elle avait une envie folle de partir chercher sa mère pour lui demander des explications et lui balancer la tête dans le mur. Pas forcément dans cet ordre d’ailleurs. Pourtant elle restait là, se contentant de se tourner vers ce collègue qui était venu la chercher, et qui était toujours là, planté à côté d’elle comme un crétin. « Laisse-nous seules. » Pas besoin de préciser que c’était un ordre, le ton qu’elle venait d’avoir le montrait bien largement. Et elle n’eut même pas besoin d’insister qu’il avait déjà décampé. En même temps, il connaissait son tempérament, et il savait qu’elle détestait être contrariée, encore plus dans une situation de ce genre.

Son attention se porta alors à nouveau vers… Cette femme qu’elle ne savait même pas comment définir. Au fond d’elle, elle savait qu’elle était sa sœur, sa jumelle. Mais il y avait une différence entre savoir les choses et les accepter. « Tu n’es pas censé exister. » Oh, elle n’y allait pas par quatre chemins, ce n’était pas son genre. Autant lui dire la vérité tout de suite de toute façon. Elle n’avait jamais entendu parler d’une potentielle sœur jumelle mais… Ça expliquait en partie le comportement que pouvait parfois avoir sa mère. « Amara Whitelaw. C’est mon nom. » Autant poser les bases pour commencer. De toute façon, la brune ne se voyait pas exposer les histoires de sa famille dans la foulée. Ce n’était pas forcément quelque chose de facile et d’acceptable. Sans parler que leur mère était certainement en train de marcher au-dessus de leur tête sans se douter de ce qui était en train de se tramer sous ses pieds. Cette histoire allait remuer énormément de choses, et peut-être bien créer un fossé plus que définitif entre Amara et la femme qui l’avait mise au monde.
BY CΔLΙGULΔ ☾

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Another lie - ft. Elektra ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Another lie - ft. Elektra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROTECT YOUR SKIN YOU'RE IN IT ✘ elektra
» Elektra Natchios
» Elektra Natchios - Fiche personnelle d'une tueuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: RPs-
Sauter vers: