You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) - Page 2
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you)
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 8 Juil - 18:23
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanPour sa défense, c'était hyper dur de se concentrer sur les paroles de Zane quand ce dernier l'épousait de son corps outrageusement moulé contre le sien. Luan ne rechignait pas d'un poil ! Au contraire, lui même s'accrochait comme une moule frénétique à son rocher, brouillé du plaisir des quelques secondes partagées avec son loup juste avant qu'il ne démarre. L'un contre l'autre, le renard n'avait senti ses doigts contre le sien qu'avec une plus grande acuité au milieu du silence feutré qui les entourait.

Leur communion tacite n'avait durée qu'un bref instant. Depuis, le jeune homme profitait du tout petit trajet qui les séparait de la maison pour se gorger de lui tant qu'il en avait la possibilité. Le tout en se repassant ses paroles, parce qu'il allait bien devoir dire quelque chose une fois qu'ils arriveraient.

Luan était toujours perché dans les hauts sommets du bonheur lorsque le moteur s'arrêta. Pause. Regard autour d'eux. Ah. Ils étaient arrivés. A contrecœur, le renard relâcha Zane, descendit de sa moto, et emporta son casque sous le bras. Un petit dandinement surplace plus tard, il piétinait comme une andouille devant Zane, à la fois penaud et reconnaissant. Au bout d'une longue seconde, il roucoula un  « Merci pour la balade. » totalement entiché. C'est que le jeune renard n'était pas habile pour montrer son affection et sa gratitude. Peu de personnes lui inspiraient de tels sentiments si ce n'est pas du tout. Cela dit, il était bien trop heureux pour se soucier de sa maladresse passagère.

Aussi le jeune homme se mordilla la lèvre en reluquant le bras de Zane. Tout ça parce qu'il se retenait de le saisir, et de le traîner avec lui dans la maison en usant de ce prétexte pour grappiller un peu plus de ce moment qu'il redoutait de briser. « Allez viens. » s'il avait été sous sa forme de renard, il aurait dandiné de la queue avec beaucoup trop d'enthousiasme pour sa dignité. Pas que son Alpha ne l'ai jamais vu lui sauter dessus avec entrain, mais c'était justement sous sa forme animale, or cette dernière excusait tout ses excès d'entrain et autres élans affectifs débordants.

« Je m'inquiète plus pour Dex que pour Meg si les deux se frittent pour mes beaux yeux au garage. » lança t-il en réponse tardive à ce que le loup lui avait révélé. « Elle a beau être humaine, elle doit être mille fois hargneuse que lui. » Il passa la porte, et cette fois aucune invitation à quelconque bal ne les attendaient dans l'entrée. Presque déçu, Luan esquissa une moue déconfite. « Enfin, rien que je ne puisse régler avec une bouteille de vodka. » Pour Megan. « Et un steak façon barbecue. » Pour Dexter. « Si ils commencent à se taper dessus. »

Il sourit en imaginant la scène et la tête de Zane au milieu de ces deux là, tentant de leur faire entendre raison. « Dis moi juste si ils vont trop loin avant de les virer du garage. » le taquina t-il en prenant les devant direction le salon. Il marqua une pause une fois au milieu de la pièce. « Attends non, pas le salon. Ils vont tous venir se taper l'incruste dès qu'il rentreront du boulot, ou de leurs courses, enfin tu vois quoi. » Le jeune homme fit souplement demi tour sur lui même, promena ses doigts sur l'avant bras de Zane. « On va dans ma chambre ? Y a toute la technologie nécessaire pour regarder n'importe quel dessin animés. Et un verrou. » Quoi ? Il n'y avait pas de mal à s'assurer soi-même sa bulle personnelle, et ce encore plus quand on vivait entouré de prédateurs bien plus gros que vous, possessifs et portés sur le câlin collectif.

La chambre de Zane était sans doute une forteresse imprenable dans son style. Parce que c'était la chambre de l'Alpha et que – non en fait, Luan lui même y allait sans demander la permission. « Ouais ma chambre c'est bien ! » décida t-il en arborant une expression malicieuse. Accroché à l'avant bras de Zane, le jeune homme lui glissa gracieusement. « Je compte pas te séquestrer toute la nuit. » Oui, il minaudait, s'amusait et flirtait même un tout petit peu. C'était mal. Mais il adorait ça ! Et puis, ils étaient au milieu du salon, il ne comptait pas violer Zane sur le canapé !

Ni dans sa chambre en fait. C'est que le renard n'avait pas assez d'expérience pour envisager plus loin que le flirt. D'ailleurs, il précisa en passant. « Quand tu parles d'avoir quelqu'un dans ma vie. Tu veux dire... comme, une relation sérieuse avec quelqu'un qui me tiendrait la main dans la rue ? » Rien que l'image lui paraissait trop alien pour qu'il parvienne à l'assimiler complètement. Il grimaça, puis arqua un adorable petit sourire au creux de ses lèvres qu'il adressa directement à Zane. « Tu me vois vraiment faire ça ? »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 8 Juil - 19:26
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanIl ne me fallait pas plus qu'une oreille distraite pour me rendre compte que la demeure était vide. J'en étais peut-être un peu trop soulagé, mais j'avais envie de prolonger ce moment encore un peu plus longtemps. Je savais que je devrais probablement parler de tout cela avec une personne qui je savais avait la tête bien plus posé que moi et mon esprit dérivait directement sur mon second. Je savais que les conseils de Liam me serait précieux, il était le cerveau qui pouvait me manquer par moment. Même si je m'autorisais bien moins à être aussi impulsif qu'avant depuis que j'avais pris la responsabilité de la meute.

Je suivais le renard après qu'il m'est remercié, prenant le chemin de la maison. Je ne pouvais m'empêcher de laisser mon regard dérivait sur sa silhouette, un sourire aux coins des lèvres. Qui aurait pu croire que le renard dont je me méfiais tant pourrait prendre une telle importance pour moi. Je savais que nous ne verrions jamais œil pour œil sur bon nombre de sujets mais je ne pouvais nier l'affection toute particulière qui m'envahissait. Bien au-delà d'apprécier juste son physique, je sentais autre chose s'installer ... Une chose que je n'avais jamais réellement éprouvé. Une pensée qui me culpabilisait alors que je ne pouvais que penser au corps brisé de mon ancienne petite amie.

Mais Luan ne me laissait pas m'attarder dans mes pensées sombres, il avait le don pour me sortir de mes torpeurs sans même le réaliser. Il envisageait des solutions pour remédier aux problèmes de tensions entre Megan et Dex ... Solutions qui n'étaient pas forcément celle que j'emploierais mais j'acquiesçais silencieusement. Je n'avais pas pour projet de les virer mais je ne pouvais nier une certaine dose de précaution en les faisant travailler chacun à un bout du garage. Je pouvais comprendre néanmoins le besoin de Dex, j'étais après tout moi-même un loup ... C'était un souci. Un qu'il ne fallait pas négliger. Surtout que je n'étais pas stupide et que je connaissais la sexualité de Dex. Il en était peut-être honteux, mais nous avions toujours été ouvert d'esprit dans la meute.

- Tu devrais plutôt t'inquiéter pour lui quand il aura l'idée de ne pas apprécier qu'on passe autant de temps ensemble ... Je laissais mon regard glissait vers la main de Luan. Une envie de la prendre dans la mienne que je contenais alors que nous finissions par arriver au salon. Je perdais le fil de la conversation alors que les doigts de Luan se promenait sur mon bras, mes yeux légèrement clos. - Tu crois vraiment qu'un verrou les retiendraient ? Parce que même si j'évitais que ma meute se comporte comme les animaux qu'ils étaient, ils avaient bien du mal à ne pas le faire. L'intimité était une chose rare dans cette maison, et le seul endroit où j'en bénéficiais, c'était au sein de ma chambre. Juste parce que j'avais le titre d'Alpha et que personne à l'exception du renard ici présent n'osait pénétrait l'antre du loup.

Je laissais pourtant le débat se clore sans protester ... Je n'avais pas vraiment le cerveau pour, il fallait l'avouer. Le spectacle s'offrant à moi était bien plus intéressant. Je frémissais légèrement alors qu'il flirtait aisément. Le ton de sa voix roulant le long de mon échine et je maudissais mon cerveau de s'imaginer qu'il me séquestre toute une nuit. Je savais qu'il était loin de proposer que nous passions la nuit ensemble dans le sens où mon traitre de cerveau semblait vouloir s'embarquer. Luan n'était pas prêt pour une relation physique. Pas alors que j'apprivoisais juste de pouvoir le toucher.

Et j'avais moi-même tout un tas de raison de ne pas précipiter les choses. Même si mon corps me rappelait que cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu le réconfort d'un corps tout contre le mien.

Les mots de Luan me permettait néanmoins de redescendre sur terre, une légère douche froide. L'envisager avec une personne autre que moi n'était pas des plus productifs pour attiser le feu de la passion. Parce que même s’il flirtait, cela ne l'engageait nullement à envisager ce genre de relation avec moi. Il méritait de trouver le bonheur à sa façon.

- Pourquoi pas ? Ce n'est pas une obligation mais si tu en as envie ... Peut-être qu'un jour, tu trouveras la personne avec qui la pensée ne sera pas juste étrange. L'envie de lui prendre la main dans la rue sera naturelle. Dans la rue, ou ailleurs ... Je laissais mes yeux dérivaient vers la dite main. M'en emparant entre mes doigts, la pressant avec gentillesse. - Regarde, il ne se passe rien de mal, non ? Alors pourquoi pas un jour, non ? Ce n'est pas une obligation d'être avec quelqu'un si tu n'en ressens pas le besoin mais tu ne devrais pas renoncer par peur. Quant à Dex, je m'en occuperais pour ne pas qu'il dévore la personne qui aura attiré ton regard ... Je tentais une plaisanterie même si une part de moi se disait que ce serait probablement moi qu'il faudrait que je restreigne dans ce genre de situation. Les choses devenaient bien compliquées.

Je n'avais jamais été aveugle à sa beauté depuis son arrivée au sein de la meute. Et j'avais une affection pour lui depuis bien avant qu'on passe du temps ensemble sous nos formes humaines. C'était juste que dernièrement tout s'emmêlait dans mon cerveau.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 9 Juil - 18:53
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan ne se croyait pas fait pour les relations en général. Le jeune homme s'était toujours persuadé que si... s'il s'était accordé de toucher les autres, comme un homme normal, il demeurait trop frivole pour s'installer avec quelqu'un, l'aimer et lui tenir affectueusement la main dans la rue. Aussi la réponse du loup, sa main pressant affectueusement la sienne le pétrifièrent malgré l'excitation qui le parcourait tout entier. Un peu hébété par l'évidence, il contempla leurs mains jointes. C'est vrai qu'il ne se passait rien de mal... Toutefois, la mention de Dex se mettant à dévorer ses amours théoriques ramenèrent aussi sec le renard sur son petit nuage rose bonbon. « La seule personne qui te dévore du regard, c'est moi. »

Il pouffa d'un rire cristallin comme Zane lui en tirait bien malgré lui. Jamais par moquerie. Le loup avait juste un don pour adoucir le cynisme du renard, apaiser l'animal qui réclamait sa dose d'action via la destruction en la remplaçant par la découverte de... de lui. D'eux aussi, peut-être, de ce qu'ils pouvaient devenir si pour une fois dans sa vie, Luan se laissait apprivoiser. L'idée le tentait autant qu'elle l'effrayait pour tout un tas de raisons.

Pourtant, il n'avait aucune envie de relâcher la main de Zane, ni même d'arrêter de flirter avec lui. Ou plutôt si, dès qu'ils seraient dans sa chambre, le jeune homme mettrait le holà sur les envies de plus en plus aiguisées que le loup lui inspirait. De toute façon, où tout ça pourrait bien le mener ? A avoir une aventure avec son Alpha ? Une aventure... lui qui n'avait jamais touché qui que ce soit pour cause de traumatisme jamais vraiment réglé et de pouvoir indompté depuis son enfance, il pouvait toujours rêver ! De plus, il n'était pas certain d'en avoir envie. Ou plutôt si, il en mourrait d'envie. Juste, pas comme ça.

« Ce n'est pas étrange avec toi. » Il avait dit ça en contemplant cette main qu'il ne comptait pas lâcher. « Mais c'est peut-être parce que je sais que je ne te tuerais pas ? » Après tout, n'était il pas un loup garou Alpha, capable de maîtriser les pouvoirs les plus sombres d'un démon renard ? Les prunelles ambrées de Luan, luisantes d'excitation s'éteignirent, soudainement lointaines. Tout bas, il murmura la tête basse. « Ou le pourrais-je ? »

En compagnie de Zane, et uniquement de lui, son don ne le malmenait plus. Il ressentait toujours le picotements au bout de ses phalanges meurtries. Comme d'infimes décharges lui rappelant que quelque part au fond de lui, la bête forcenée qui avait aspiré l'intégralité de l'essence vitale de sa mère était toujours là. L'ordre de survivre marqué au fer rouge si profondément dans son âme qu'il avait détruit Luan jusqu'à faire de son simple don de guérison une arme mortelle qui le terrifiait trop pour qu'il la maîtrise.

Faible et pathétique, voilà ce qu'il était. Il ne savait même pas comment il en était venu à être ce qu'il était, une abomination renarde tout droit sortie d'une famille de loup que son existence n'avait fait que condamner à mort. Un infime moment, il serra les dents. Il n'avait aucune envie de penser à ça. Pas maintenant.

De sa bouche inexpressive renaquit l'ombre d'un sourire. Il y avait bien des choses auxquelles il avait renoncé par peur. Être en couple n'était pas celle qu'il regrettait le plus, enfin... jusqu'à ce que Zane soit impliqué en tout cas. « Et si on en revenait à notre film ? Ma chambre et son verrou nous attendent – critique pas mon verrou, il est inefficace mais il envoie un message. Il dit : ''Foutez moi la paix, je veux rester seul !''. »  Le message rentrait ou non dans le crâne de l'intrus, mais une chose était sûre, c'est que ce dernier savait au minimum qu'il n'était pas désiré et qu'en foulant le sol de son précieux territoire il allait s'attirer les foudres du renard. Un clin d’œil espiègle à Zane plus tard, il ajouta. « Ou à deux, comme tu  la partages avec moi ce soir. »

Sa légèreté retrouvée, il prit les devants vers ladite chambre, emmenant son compagnon dans son sillage. « Et t'en fais pas pour Dexter. J'suis sûr qu'il est surtout possessif avec moi parce qu'il a pas l'homme qu'il lui faut dans sa vie. Si je décide d'être avec toi. » Et c'était sa peur du mal qu'il pouvait faire au loup qui le contraignait à conserver un double sens peu explicite alors qu'il évoquait leur relation. « Dex ne m'en empêchera pas. »

Et puis, qui sait, se mettre à chercher l'homme de sa vie à son meilleur ami histoire de briser sa solitude amoureuse pourrait s'avérer un passe temps diablement drôle !
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 14 Juil - 18:00
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanJe ne savais pas toujours comment lire les propos du renard, je le savais attaché à moi d'une certaine manière, mais je ne savais pas vraiment si c'était au même titre que les autres membres de la meute ou si c'était pour une autre raison. Il y avait ces moments que nous partagions qui ne pouvait pas m'empêcher de me laisser me demander. Des moments qui s'échappaient bien vite. La vérité, c'était que le doute et l'incertitude était bien trop présent pour que je ne tente quoi que ce soit d'irraisonnable. Luan savait être parfaitement doué et suave dans l'art du charme, ne lui déplaise. Je tentais juste de faire de mon mieux pour l'aider en tous les cas. Lui faire comprendre qu'il ne fallait pas avoir peur de ce qu'il était.

- Ne me sous-estime pas, petit renard ... Un sourire narquois effleure mes lèvres avec assurance alors que je le toise momentanément. - J'ai beau ne pas faire montre de mes talents de manière journalière, je suis un loup de naissance, et un alpha qui plus est ... Je sais très bien me défendre quand la situation l'exige. Je penchais la tête légèrement sur le côté et le fixais d'un œil peut être un peu trop intense. - La situation n'est pas aussi extrême que tu le penses. Mais je comprends ton inquiétude, quand on a passé une partie de sa vie à redouter quelque chose, il est difficile de faire preuve de sang-froid. Je me penchais pour lui murmurer avec une note de complicité. - Tu me verrais à chaque fois qu'on essaie de me faire manger des choux de Bruxelles. Redoutables, ces légumes.

J'avais bien conscience du ridicule de mon exemple, mais c'était volontaire, je voulais alléger une ambiance un peu trop alourdie par les peurs du renard. C'est moi qui les avais évoqués, mais pas dans le but de lui faire perdre le moral. Je voulais juste lui montrer qu'il n'avait pas à avoir peur. J'aurais voulu le rassurer assez pour me rassurer moi-même de le savoir capable de se régénérer en cas de sévères blessures.

Finalement, mes envies étaient des plus égoïstes en soit.

L'atmosphère, néanmoins, ne restait pas pesante bien longtemps et le renard reparlait de sa chambre avec entrain. Il était probable qu'il me tue sans même le savoir, mais je ne pouvais me laisser guider par mes instincts animaux malgré mon statut de loups. Les choses n'étaient pas comme cela. Je lui accordais un sourire légèrement amusé avant de reprendre avec un peu plus de sérieux.

- Je ne te blâme pas Lu, mais ce sont des choses que je me dois de prendre en considération en tant qu'Alpha de cette meute, je ne peux laisser Dex avoir l'impression que je lui arrache son meilleur ami. C'était bien la raison pour laquelle je devais garder mes distances avec le renard. Je ne pouvais pas me permettre de me laisser totalement aller. J'avais un rôle à tenir auprès des miens. Je ne pouvais pas favoriser quelqu'un au détriment d'autrui. C'était bien la raison pour laquelle je n'avais jamais cherché de compagnon pendant ses années depuis notre fuite du Canada.

Je passais une main sur la nuque de Luan alors que je le suivais dans sa chambre. Parce que je ne pouvais pas non plus complètement restreindre mes envies à son égard.

- Mais laissons ces considérations derrière nous pour le moment, on a décidé que nous nous accordions ce moment. Pas besoin d'en faire un débat sur les rouages hiérarchiques de la meute. De toute façon, ce n'est pas vraiment comme ci, Luan avait une opinion bien tranchée sur la question, il ne connaissait de la meute que ce qu'il avait vécu avec nous. Par moment, je me demandais s'il arriverait un jour à voir la logique derrière notre comportement, ou s'il verrait toujours ca comme des habitudes à simuler pour se fondre dans la masse.

Je finissais par le suivre dans sa chambre, inspectant l'endroit d'un regard rapide. Il fallait dire que je ne m'autorisais pas beaucoup de pénétrait dans les chambres des autres comme je n'aimais pas qu'on envahisse mon territoire. La chambre de Luan était à son image. Chaotique, vivante, chaleureuse.

- Tu veux commencer par Raiponce ? Parce que c'était bien le dessin animé qui avait provoqué toute cette aventure. - Je n'ai rien contre les nouveaux dessins animés, même si je dois avouer un amour intarissable des vieux dessins animés comme le Roi Lion ou Aladdin. Je me tenais dans un coin de la chambre, les bras le long de mon corps, ne sachant pas trop ou je devais m'installer, mon regard à la recherche d'une chaise de bureau.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 21 Juil - 21:50
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan aurait pu tailler le bout de gras sur tout un tas de sujets barbants. Comme le système hiérarchique de la meute ou la possessivité de son meilleur ami à son égard – et cette dernière préoccupait drôlement Zane. Trop pour être totalement honnête. Le jeune homme savait qu'il devrait se pencher là dessus tôt ou tard parce que... ça voulait bien dire quelque chose, non ?

Enhardit par l'idée que, peut-être, son Alpha désirait avec autant de ferveur que lui chaque moment passés ensemble, Luan lui lança un sourire malicieux. Il relâcha sa main et la porta sur son torse. « Déjà... » Il le fit reculer de par sa main sur lui. Zane rencontra très vite son lit et tomba dans les draps défaits. Aussitôt, le renard se laissa choir à ses côtés. L'une de ses jambes pendait mollement vers le sol, l'autre était repliée sous ses fesses et tout son corps s'était pelotonné contre le côté du loup. « Figure toi que je ne suis pas un objet et que personne ne m'accapare contre mon gré. » susurra t-il tout près de son visage si adorablement perdu il y a encore quelques secondes alors qu'il découvrait sa chambre.

Ils étaient maintenant yeux dans les yeux. Nez à nez et la bouche de Luan à quelques ridicules centimètres de la sienne. La tension monta d'un cran. L'odeur de Zane envahissait le renard, forte d'effluve animale, de terre ainsi que d'une légère odeur d'essence, qui à force le définissait dans son esprit. Ses pupilles se dilatèrent, il se sentait rongé par le besoin de mordiller sa mâchoire ciselée juste pour sentir l'effet de sa peau rugueuse contre sa langue. Il lui suffisait de lever la tête juste un peu. Zane le rejetterait-il ? Lui rendrait-il l'attention ? Luan ressentait le désir impérieux de s'offrir à lui, de le laisser le dévorer. Pas en tant que proie. Parce qu'il n'avait rien d'un minuscule faon effarouché et ingénu.

Luan était un prédateur qui ne se voulait défavorisé de Zane que par sa taille – et en l'occurrence par son statut de non Alpha. C'était un sentiment intense et nouveau que de vouloir se partager, être possédé et surtout, posséder en retour. L'une de ses mains s'était hissée sur l'épaule de Zane et de l'autre, il effleura la ligne de son cou, remonta avec une langueur calculé sous son menton. « Et que c'est moi qui montrerait les crocs si le moindre trou du cul estime que mon bonheur représente une entrave au sien. » Parce qu'on parlait de Dexter et c'était bien beau. Sauf que Luan était convaincu que Dex resterait toujours son fidèle pote et qu'il ne lui mettrait jamais de bâton dans les roues. Pas certain que ce soit le cas de tout le monde en revanche... dans la meute comme parmi les connaissances de Zane en dehors. Le jeune homme ne les connaissait pas et comme tout ce qui lui était inconnu, il s'en méfiait comme de la peste et du choléra réunis.

Pourtant, son sourire se fit félin, et il précisa. « Ou au tien. » L'air entre eux se figea. Une seconde plus tard et Luan avait relâché les yeux tant convoités de Zane des siens. Pour mieux faire rouler les siens en une fausse exaspération. « La hiérarchie de la meute et tout le merdier c'est bien beau, mais comment tu veux t'assurer que tout le monde se sente bien alors que toi tu te prives de tout. T'es supposé montrer l'exemple, Grand Chef. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 29 Juil - 15:05
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Le jeune renard avait tôt fait de me montrer ou je pouvais m'installer en me poussant de manière à ce que je me retrouve sur son lit. Je fermais les yeux, une demi seconde, prenant le contrôle sur la faim dévorante qui assaillait mes entrailles. Une faim charnelle de le posséder. Comment n'aurais-je pu ne pas me laisser envahir par la pensée quand son odeur flottait autour de moi, que sa présence était si proche. Une profonde concentration, et je tentais de garder le contrôle de la situation. Perdre le contrôle n'était pas la sensation la plus plaisante pour moi.

Pourtant avec lui ... Peut-être que je pourrais m'y laisser tenter pour être honnête.

Mais la question n'était pas là. Non pas alors qu'il proclamait une indépendance qui lui était toute justifiée dans sa conception des choses. Je laissais mon regard glissait sur son visage alors qu'une tension à couper au couteau se dressait entre nous. Je pourrais, mais je ne devais pas. Un mantra que je devais me répéter alors qu'il offrait des signaux plutôt réceptifs à notre proximité. Les signaux chimiques de son corps ne trompaient pas les intentions. Je sentais quelque chose en moi de fragile se fissurer sous l'intensité.

Son doigt effleurant ma peau alors qu'il continuait de parler avec une nonchalance qui était démentie par ses propos.

Peut-être que c'était un tournant, peut être que c'était simplement une conclusion inévitable. J'étais sous le charme et j'avais bien du mal à me défaire de ses traits que je venais à aimer avec tant de force. Le loup ronronnant sous l'attention, plus satisfait qu'il ne l'avait jamais été. Je ne pouvais pas le laisser s'exprimer néanmoins, il était bien trop possessif. Et Luan avait raison, il n'était pas un objet. Il n'appartenait à personne. Je devais admettre néanmoins que j'aurais bien aimé qu'il soit mien.

Ma respiration, rapide, légèrement saccadé. Je me figeais alors qu'il semblait faire une mission de protéger mon bonheur. Non que les membres de ma meute ne soient pas ravis de mes bonnes humeurs, mais il y avait une consonance farouche au fond de sa voix qu'un léger tremblement d'anticipation me parcourait.

Le moment s'achevait néanmoins dans une réalité bien plus en teintes alors que Luan s'exprimait de nouveau, je me redressais légèrement, posant un de mes coudes pour appuyer ma main au creux de ma main. Le scrutant avec cette intensité qui je savais pouvait mettre les gens un peu mal à l'aise.

- Je ne me prive pas, Luan ... Mes sourcils se rejoignaient en haut de mon front dans une moue de réflexion. - Je suis un alpha, mon bonheur est de voir ma meute heureuse et épanouie. Ce n'est pas un sacrifice pour moi que de faire passer mes désirs après les vôtres. J'aime pouvoir vous offrir le meilleur. Je finissais par me redresser complètement, m'asseyant au bout du lit du jeune homme. C'était toujours la part impossible à expliquer, mes instincts d'alpha. Les voir heureux me rendait heureux. Même si ces derniers temps, une part de moi commençait à réaliser un manque ... Mais l'égoïsme ne faisait pas partie de mes instincts. - Ca peut paraître étrange ... Je laissais mon regard glissait sur les alentours. Je ne pouvais traduire dans des mots des instincts qu'il devait sûrement trouver stupide.

- Je ne suis pas malheureux sauf quand vous faites en sorte de me donner plus de cheveux blancs que je n'en mérite à mon âge. J'essayais de détendre l'atmosphère à l'aide d'une boutade. Parce que c'était plus simple pour moi que d'expliquer ce bordel d'émotions rôdant à l'intérieur de moi. Je n'étais pas malheureux, mais je me sentais quelquefois seul en étant entouré, à cause de mon impossibilité à me faire comprendre. À l'exception peut être de Luan, ils avaient touts une certaine déférence envers moi à cause de mon statut d'Alpha, les maintenant à distance sans vraiment y prêter attention. Malgré mes efforts pour ne pas me comporter en tyran avec eux.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 30 Juil - 17:44
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLes prunelles d'un ambre velouté du renard passaient sur le visage de son invité de chambrée. Le loup avait remonté ses sourcils haut sur son visage, comme si ce dernier lui avait fait part des pires inepties. Luan ne se départissait pas pour autant de son assurance, convaincu de l'existence des failles dans la perception que son Alpha avait de son rôle.

Ça n'empêchait pas Zane, de le scruter comme s'il comptait le bouffer d'une seconde à l'autre. Un autre que Luan aurait frémit devant la solidité de ce regard ancré dans le sien avec une détermination farouche. Le renard n'avait pas assez d’instinct d'auto préservation et beaucoup trop de sang-gêne pour ne serait-ce que sourciller face à son Alpha. En revanche, quelque chose en lui palpitait, comme de l'anticipation, et il brûlait d'envie de rallumer la flamme qu'il venait d'éteindre aux creux d'eux.

Ce fut Zane qui prit les choses en main. « Je suis un alpha, mon bonheur est de voir ma meute heureuse et épanouie. Ce n'est pas un sacrifice pour moi que de faire passer mes désirs après les vôtres. J'aime pouvoir vous offrir le meilleur. » clarifia t-il, en se reculant à l'autre bout du lit. Par réflexe, le renard se pencha légèrement en avant. Il déposa ses mains sur les draps à la place que Zane occupait il y a encore quelques secondes et se donna le temps de ressentir sa chaleur qui quittait les draps. Avec circonspection, il s'humecta les lèvres avant que ces dernières ne forment une réponse dubitative. « Vraiment ? »

Après quoi il releva ses yeux sur le loup dont le regard s'égarait désormais loin de lui. « Je ne suis pas malheureux sauf quand vous faites en sorte de me donner plus de cheveux blancs que je n'en mérite à mon âge. » C'était comme si son Alpha avait volontairement tranché leur connexion, tant par son langage physique que par les réponses qu'il lui offrait. Déconcerté, Luan ne bougea pas de sa place. C'est que d'habitude, Zane ne rechignait pas à rester près de lui. Au contraire, c'était même lui qui recherchait le contact du renard. Il avait toujours une caresse furtive à son attention, frôlait sa nuque ou son épaule afin de... il ne savait pas, l'habituer à son contact peut-être ? Ou l'apprivoiser. Le jeune homme n'avait jamais souhaité être dompté par qui que ce soit, et quand il avait vu la grosse tête de loup de Zane lui grogner dessus comme un sauvage la première qu'il avait posé les yeux sur lui, il s'était bien juré de ne jamais se soumettre plus que nécessaire à ''ce gros grincheux de loup à la noix''.

Pourtant, c'était bien le froid qui assaillait sa peau au départ du loup. Pas que Luan s'en lamente, ce n'était pas le genre de la maison. Il s'étonnait des réactions de son corps en revanche. Depuis quand Luan Greyback, solitaire, roublard, ex cybercriminel de haut au vol et fouine merde patenté, souffrait-il du manque de qui que ce soit ? Il haussa légèrement les épaules, comme si ce geste pouvait masquer son trouble. « C'est vachement altruiste de ta part. »

Un silence flotta sans qu'il ajoute quoi que ce soit. Difficile de dire si le loup se montrait totalement sincère ou s'il omettait simplement d'avouer les faiblesses de ses méthodes sur son propre bonheur. Cela dit... « Tu dis que t'es pas malheureux, sauf que tu ne dis pas non plus que t'es heureux pour autant. » releva Luan parce que l'évidence dansait là entre eux comme un hippopotame en tutu rose et que c'était beaucoup trop tentant de la pointer du doigt.

Cela dit, il n'attendait pas de réponse. Il ne voulait pas acculer Zane si le loup ne jugeait pas bon d'admettre quoi que soit. Après tout, qui sait ? Peut-être que c'était Luan qui se plantait en beauté et qu'il n'y avait rien à confier. Il n'y connaissait rien en Alpha et comme il y avait déjà songé auparavant, il y avait tout un mojo loup qu'il ne capterait jamais de près ou de loin. Il se pouvait totalement qu'un Alpha lycan n'ait besoin d'aucun plaisir personnel et que tout son bonheur soit lié au bien être de sa meute.

Là dessus, le jeune homme se leva gracieusement de son lit. Il alla allumer son ordinateur qui ronronna comme un animal enchanté de retrouver son maître puis pianota sur le clavier en quête du dessin animé. « J'en ai pour une minute. » Il sourit à Zane par dessus son épaule. « Ça sera Raiponce en premier. Je tiens à le voir avant qu'on envoie la lanterne dans le ciel, histoire de savoir à quelle scène tu fais allusion. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Ven 3 Aoû - 21:27
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Altruiste ? Ce n'était pas vraiment le terme que j'aurais employé pour me décrire. Je ne pouvais néanmoins pas vraiment lui expliquer ce qui me semblait naturel. J'avais ma part d'égoïsme comme tout le monde, mais le bonheur de ma meute, des miens m'étaient d'une importance énorme. Comment aurais je pu être ne serait ce que heureux sans au moins cet élèment de base. C'était un concept pourtant qu'il me semblait pas si anormal. Même les terrestres, ou tout du moins ceux proches de leurs famille désirait le bonheur de cette dernière. Mais Luan, de ce que j'avais pu comprendre, avait toujours vécu seul. Peut être que c'était la raison pour laquelle le concept lui semblait si étrange.

Je me perdais un peu dans mes pensées à cette reflexion. Serait il capable d'un jour accepter faire partie pleinement de la meute ? Je le désirais ardemment mais je ne pouvais pas lui imposer un besoin qui était purement égoïste. Je ne formulais donc pas les questions qui me brûlaient les lèvres. A savoir si le bonheur de la meute avait une importance à ses yeux. Il ne faisait pas preuve de la même retenue alors qu'il pointait le doigt sur l'erreur de mes mots.

Enfonçant mes insicives dans la chair de ma lèvre inférieure, je contemplais un instant quelle réponse, je pourrais lui donner. Mais peut être qu'il n'attendait pas vraiment de réponse puisqu'il se levait pour aller chercher son ordinateur. Précisant qu'il voulait d'abord regarder Raiponce.

Une légère chaleur frôlant le haut de mes oreilles alors qu'il reparlait de la scène. La plaisanterie bon enfant, semblait prendre un tournant contre moi à cet instant précis. Je me remémorais la scène entre Raiponce et Flynn alors que les lampes volaient autour d'eux. J'entendais encore ma soeur fredonnait Je veux y croire, couinant d'un plaisir coupable de l'atmosphère romantique de la scène. Une certaine nostalgie inévitable se creusant dans mon estomac à cette pensée. C'était toujours un mélange douloureux et tendre. Comme quand je pensais à un de ceux qui m'avait été arraché.

Je cachais mon malaise passager, en retirant mes chaussures puis  m'emparant d'un des oreillers du jeune renard pour le caler sous ma tête, avant que je ne m'allonges sur le ventre. Position de prédilection, un peu enfantine pour moi de regarder les dessins animés. Parce que c'était un rappel à mon enfance. Comme certaines odeurs, des images se gravaient dans notre cerveau.

- Ma petite soeur adorait ce dessin animé ... J'avouais alors d'un léger murmure à son encontre. Je savais qu'il pouvait m'entendre grâce à son ouïe animal aiguisé. Et je savais qu'il était loin d'être stupide. Assez pour savoir que la dite soeur n'était pas dans la meute actuelle. Assez pour savoir qu'elle était parmi ceux qui était tombé. Je ne voulais pas néanmoins versé dans une note trop triste. Ce n'était pas la raison de ma confidence. Non, j'avais juste voulu lui offrir une part de moi parce que j'en éprouvais un besoin inexplicable.

- Pour être honnête, elle n'avait que deux ans de moins que moi, mais qui je suis pour jugé un adulte qui regarde des dessins animés. J'offrais un maigre sourire, même si une part de moi, ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle n'avait jamais pu voir la reine des neiges. Je ne l'avais moi même pas vu. C'était comme ci j'étais incapable de regarder un dessin animé qui soit sorti après sa perte. Comme ci, ce serait faire offense à nos instants partagés de découvertes. J'avais toujours été extrêmement proche d'elle. Et Lily me la rappelait indéniablement dans sa beauté et son caractère intransigeant.

- Tu vas voir, je suis sur que Flynn Rider va te plaire ... Un voleur sarcastique, escroc et ne manquant pas de répartie ... Le regard que je glissais dans sa direction était sans le moindre doute appuyé. On pouvait dire que Luan avait quelques traits en commun avec l'anti héros dont l'héroïne s'entichait. En dehors des yeux bruns et du sourire charmeur.

©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 11 Aoû - 20:52
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanSi les oreilles de Luan avaient été douées de mobilité, elle se seraient dressées à la mention de sa sœur. Or, il était humain. Qui plus est, il s'était assis en retrait de Zane, en tailleur, dans un effort d'empêcher son corps de gigoter sous le trop plein d'énergie... ou plutôt d'envie, du désir qui embrasait ses sens et l'extrémité de ses membres, le tisonnait de rejoindre son Alpha, de se lover contre lui et de réclamer, encore et encore l'attention de ses caresses.

Parce qu'il ne pouvait pas. Pas alors que le loup s'était retranché loin de lui lors de sa dernière tentative d'approche et surtout pas maintenant. Sa sœur... L'un des sourcil du jeune homme s'arqua comme il essayait de procéder dans sa tête ce que ça faisait d'avoir une sœur, quelqu'un de sa famille, si proche en terme d'âge et de complicité supposa t-il, puis de le perdre horriblement massacré.

Il soupira, tant pour Zane que parce qu'il regrettait de ne pouvoir définir avec précision ce que son Alpha éprouvait à cet instant. Luan pleurerait probablement ses parents toute sa vie. La tristesse, dans son monde, avait l'odeur de la pourriture et des rats grouillants à l'intérieur. Il y avait quelque chose d'infiniment noir en lui. Quelque chose qui grossissait, grossissait et suintait vers l'extérieur, s'emparait du fond de sa gorge et lui retournait l'estomac. Une part de lui, brisée, en pleurs sur ce qui avait été si familier et maintenant si désolé.

Finalement, il entendit les première notes d'une chanson et bougea. Hébété, tout en réalisant que c'était exactement ça que Zane devait ressentir : ce vide tissé de lambeaux de bonheur appartenants désormais au passé. Luan cligna des yeux et se reconnecta au dessin animé. Quelques secondes il le regarda sans le voir, puis il reporta son attention sur Zane. Il se repassa ses dernières paroles et persifla une taquinerie de son cru. « Voleur, escroc et bourré de panache... » récapitula t-il comme une liste de qualités qui le laissait rêveur, après quoi il se mit à quatre pattes et rampa lentement vers son invité. « J'espère qu'il sera à la hauteur de ton renard préféré. »

A peine sa phrase terminée, il se transforma en renard, fila hors de ses vêtements et sauta lestement sur le dos de Zane. Avec beaucoup trop d'entrain, il lui lécha l'arrière de l'oreille gauche, la mordilla gentiment comme une boule câline et excitée, toujours incapable de retenir ses crocs quand il venait chercher de l'affection sous cette forme. Ou en donner.

Car sous cette forme, Luan se sentait libre. Il pouvait aider Zane à combattre la mélancolie qui l'étreignait, lui offrir le réconfort de son corps niché contre le sien, comme un loup. Après sa rapide et viscérale séance de léchouilles, il laissa son corps épouser la courbe du dos de son Alpha, reposa sa tête sur son épaule afin de voir de la télévision et focalisa tant bien que mal son attention fuyante (il était quand même sur Zane, c'était atrocement difficile de ne pas gigoter de plaisir) sur Raiponce et son fameux bad boy.

Ce n'était que peu de choses. Il n'était même pas un loup. Mais c'était tout ce qu'il avait en magasin, lui dont les mots réconfortants avaient déserté la gorge depuis sa plus tendre enfance...
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 11 Aoû - 21:27
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Parler de ma sœur, de ma famille n'était pas choses aisées pour moi.
J'avais conscience que j'avais plutôt gardée le silence quant à ce qui s'était passé, mais je savais que rien ne m'obligeait à en parler à cet instant précis. C'était comme ci, une part de moi me laissait enfin ouvrir les murs pour y laisser passer le renard qui se tenait en ma compagnie. C'était une délicieuse pensée que de savoir que j'avais enfin assez de raisons de pouvoir m'ouvrir un peu. Je ne pouvais me leurrer sur l'intimité qui s'était créer entre nous. Et je laissais tomber le masque de l'Alpha pour lui offrir celui de Zane. Celui qui se dissimulait sur une attitude presque un peu rigide par moment.

Ce n'était pas juste pour alourdir l'atmosphère ou le poussait à une compassion quelconque. Juste le besoin de m'ouvrir, me rappelant les mots qu'il m'avait dits. Je n'avais peut-être pas besoin d'être infaillible. Pas avec lui, pas malgré nos désaccords des débuts. C'était son inaptitude à se conformer à nos us et coutumes qui avaient peut-être fait naître ce sentiment nouveau chez moi à son égard.

Alors je parlais du dessin animé, de ce héros qui avait le même charme que Luan par son bagout et ses manières. Peut-être aussi, que j'avais besoin de combler le silence, ne voulant pas que le jeune homme se sente obligé de commenter sur mes révélations. Sur ce détail si lointain, si familier, si douloureux. Et il saisissait mon entrée en matière avec cette attitude qui me touchait plus que de raison. C'était comme ci, après ses années à nous côtoyer, on commençait à se voir clairement.

Avant que je ne puisse répondre quoi que ce soit, il se transformait et je laissais un coup d'œil dans sa direction devenir une interrogation silencieuse avant qu'il n'y réponde sous sa forme animale, me couvrant d'une affection non mesurée. Un sourire s'étirant sur mes lèvres. Une gratitude remplissant mon estomac. Parce que le contact était une chose primordiale pour un loup. Un besoin qui me faisait souvent toucher une épaule ou le haut d'un dos. Une nuque ou un cou quand il s'agissait de Luan. Le contact permettait un réconfort que même les terrestres pouvaient apprécier.

Il s'installait finalement sur mon dos, sa tête sur mon épaule. Une position me permettant d'appuyer moi-même ma tête sur sa tête rousse. Extirpant une main, et grattant ses flancs, seul partie de son corps atteignable dans nos positions respectives. Un contact que je lui rendais, une expression de gratitude, un merci silencieux. Il était difficile de me concentrer sur le dessin animé alors qu'une émotion inconnue m'étreignait la gorge. Je tentais néanmoins de ne pas laisser toutes ses émotions me submerger.

- Personne n'est à la hauteur de mon renard préféré ... Une confession à ses oreilles animales, mais que je savais apte à comprendre le langage humain. - Pour être honnête, le seul renard que je connaisse, mais cela n'en enlève pas son importance.

Un rire, un tantinet ému, s'échappant de mes lèvres alors que je continuais de laisser mes doigts glissaient dans son pelage. Je n'étais pas stupide, ni fou. Je savais qu'un lien tout particulier était entrain de naître entre nous. La question était de savoir si je saurais me défaire de toutes mes responsabilités pour en profiter. Liam me dirait probablement qu'il serait temps. Luan aussi, si je devais lui demander son opinion. Mais c'était un risque tellement énorme. Un enjeu tellement important. Nous étions sa nouvelle famille, et si les choses se passaient mal entre nous, je n'aurais jamais l'audace de le pousser en dehors de la meute. Je ne pouvais néanmoins pas nier que j'en souffrirais probablement énormément. J'avais comme dans l'idée que mon loup avait trouvée le compagnon idéal. Je n'étais pas naïf pourtant ... Luan était un électron libre, et il n'entraverait jamais son indépendance. Je ne serais peut-être jamais capable de refréner mes pulsions protectrices et mes façons de réagir un peu trop brusque quand je prenais peur.

©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 12 Aoû - 15:40
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLe rire de son Alpha était une mélodie douce aux oreilles affûtées du renard. L'affection en demi teinte qu'ils partageaient sous couvert de caresses et de mots plus tendres qu'ils ne s'en étaient jamais autorisés avaient sur lui l'effet d'une bonne grosse rasade d'herbe à chat. Tout renard qu'il était, Luan se découvrait sa propre drogue bien à lui dans le regard du loup, dans chacun de ses gestes et peut-être maintenant, dans le son de sa voix à la fois grave, chaude et si apaisante.

Un long couinement de bonheur répondit au rire du loup, comme si ce dernier jouait de Luan comme d'un archer sur les cordes vibrantes de son être animal. Puis il frotta avec une douceur difficilement mesurée le côté de sa tête contre la sienne. Le renard s'émerveillait, sans barrière ni craintes, juste... follement enjoué des intentions de Zane à son égard, du sourire qu'il devinait sans le voir sur ses traits auparavant maussades.

Et c'était un petit peu grâce à lui. Le pire, c'est qu'il ne s'en félicitait même pas ! Tout son contentement un écho de celui retrouvé de son Alpha comme si... comme s'il déteignait sur lui. Ou qu'ils étaient soudainement connectés émotionnellement. Peut-être que ça voulait juste dire qu'il était heureux que le loup soit heureux, et de le ressentir avec tant de force.

Toutefois, il voulait voir le film. Ce n'était pas de sa faute si c'était vraiment difficile de garder son attention sur la télévision quand il avait un Zane tout entier à portée de pattes ! De ses petites pattes avant justement, Luan rampa jusqu'à se laisser dégouliner comme une grosse boule de fourrure molle par le creux entre le cou du loup et son épaule directement sous sa tête, piégé entre son menton et l'oreiller. Le renard grommela, se dandina furieusement pour virer l'oreiller et lui chiper la place sous la tête de Zane. Après quoi, enfin bien installé là entre deux bras tous prêts à s'occuper de lui, il roula sur le dos, exhibant outrageusement sa gorge pour que son Alpha y plonge ses doigts.

Il n'y avait rien de soumis dans son attitude. Au contraire, c'était une marque d'abandon et de confiance totale vouée à la seule personne capable de baisser les défenses d'une vie de solitude à s'auto gérer sans jamais compter sur qui que ce soit.

Sa gueule entrouverte, apaisé de toute les façons qu'il connaissait et même de nouvelles qu'il venait juste de découvrir, Luan pencha sa tête paresseuse vers la télévision. Dans ses prunelles orangées se reflétaient les lueurs des lanternes dans le ciel alors que la fameuse scène qu'il attendait tant commençait. Il laissa échapper un jappement court et aigu de satisfaction, donna à toute vitesse un coup de langue sur le visage de Zane pour lui faire comprendre qu'il allait se montrer particulièrement attentif avant de reposer ses yeux sur l'écran, rongé par la curiosité.
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 12 Aoû - 18:47
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Un petit rire irrépressible alors que le renard prenait affront de mon oreiller, le remplaçant pour se blottir sous mon menton. Un sourire rempli d'affection que je ne pouvais renier, je laissais mes doigts l'aider à se positionner de manière à pouvoir installer ma tête sur la fourrure douce de son pelage roux. Cependant, Luan semblait avoir une autre idée en tête et se retournait pour exposer son ventre tendre, mais surtout sa gorge. Et c'était une chose dangereuse à faire que d'exposer sa gorge à un loup, mais il le faisait sans aucune autre pensée que la volonté de le faire.

Un renard se montrant si vulnérable face à un loup. Ce n'était pas vraiment dans l'ordre naturel des choses. Pas en ce qui concernait le monde animal en tous les cas. C'était une preuve de confiance qu'il exposait néanmoins, consciemment ou non. Il ne me considérait pas comme un prédateur.

Je laissais mes doigts glissaient sur son estomac dans une marque d'affection alors que mes yeux restaient rivés, fascinés par le renard. Une distraction qui ne semblait pas être au goût de mon compagnon, puisque ce dernier semblait me rappeler à l'ordre en ce qui concernait le programme que nous avions établi. Je secouais la tête amusé, attendri. Levant une de mes mains, pour faire signe que je me rendais.

- Oui, oui, je me tais. Regardons ensemble. Et je laissais mes yeux se posaient sur l'écran, comprenant ce qui avait agité Luan. Nous étions à la fameuse scène. Celle qui me faisait me sentir un peu embarrassé de la comparaison que j'avais faite un peu plus tôt. Aurais-je pu être si transparent ? Non ce n'était pas le cas. Ca avait été juste une plaisanterie sur l'instant. Un rappel de ce que m'évoquaient les lampions qu'il avait ramenés de son excursion dans le quartier chinois de la ville. Une remarque qui nous avait pourtant conduits ici. À cet instant. Partageant ce moment de complicité. Je comprenais peut-être un peu plus les raisons qui l'avaient poussé à vouloir que ce ne soit un moment n'appartenant qu'à nous deux.

J'enfouissais mon visage dans la fourrure de son cou, alors que sa tête était penchée en direction de la télé. Son odeur était différente sous forme animale, mais la base restait semblable. C'était une odeur qui avait des vertus réconfortantes. Une odeur que je cherchais presque instinctivement quand j'étais près de lui.

Alors que la scène s'écroulait sur l'écran, Raiponce en désarroi devant la pseudo-trahison de Flynn. Je resserrais mon étreinte contre le renard. Me repaissant du confort de sa présence. J'espérais que tout comme le personnage de dessin animé auquel je le comparais, il avait lui aussi un changement de cœur sur les priorités dans sa vie. J'espérais être assez pour le voir revoir l'attrait de ce qui le poussait à courir des dangers inconsidérés en serpentant le long du fil de la loi. Je savais pourtant que son travail actuel ne lui offrirait jamais ce frisson tout particulier que lui offrait ses autres activités. Je réfléchissais à cela alors que mes doigts couraient dans une grattouille le long de l'échine du renard. Mon visage, toujours dissimulé dans son cou.

©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 12 Aoû - 23:54
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanPour peu, Luan se serait décroché de la scène tant attendue.

Son Alpha l'inspirait et sa chaleur s'échouait contre sa fourrure en autant de caresses. C'était terriblement distrayant. Comme une exquise sensation de plaisir qui ne s'achevait jamais parce que ce n'est pas comme si le loup allait s'arrêter de lui respirer là dans le cou, alors que parfois, quand le film accaparait son attention, il cessait temporairement les caresses de ses mains. Luan se sentait comblé et... il ne savait pas exactement mais à sa place lui semblait une bonne définition de la plénitude qui l'enveloppait tout entier.

Son cerveau animal, submergé d'une intense volupté, comprenait la scène sans parvenir à percevoir pleinement le romantisme impliqué plus tôt par son compagnon, car à cet instant, l'idée de reproduire ce type de schéma avec l'homme qui se repaissait de son odeur et le chérissait en retour lui paraissait comme allant de soi. Après tout, il était entouré de Zane, de sa présence puissante contre la sienne et avide, à le serrer plus fort contre lui alors que les tourtereaux dans le film se séparaient. Comme s'il lui intimait silencieusement de ne pas lui faire subir la même trahison.

Luan n'avait aucun désir de le décevoir. A son tour, il voulait combler Zane, lui offrir ce qu'il attendait de lui et le satisfaire, toujours, se montrer à la hauteur de ses attentes pour qu'il le garde, le serre contre lui avec cette même ferveur de ne jamais le laisser lui échapper. Pour la première fois, le renard ressentait le besoin vif d'appartenir, et son corps en bon vecteur de ses émotions, exhalait le même parfum languissant qui lui embrumait délicieusement le cerveau.

Le reste du film s'écoula entre caresses, léchouilles, mordillages et quelques glapissement indolents du renard brouillé d'endorphines.

Ce n'est qu'après le générique du fin que Luan daigna lever sa carcasse. Il s'étira, redonnant un peu de vigueur à ses pattes, puis à la manière d'un chat, il passa contre Zane, le frôlant de tout son corps afin de rejoindre ses vêtements restés à son ancienne place un peu en retrait derrière le loup. Là, le jeune homme reprit sa forme humaine. A genoux sur le lit et dos à son Alpha, il étira ses bras cette fois, et ronronna un petit « C'était génial. »

Il enfila son boxer en se tortillant, puis son pantalon, plus par habitude de se rhabiller que par pudeur. Un peu plus vêtu, il s'en retourna vers Zane. Toujours à quatre pattes, il le surplomba juste parce qu'il avait envie de le faire. Luan mourrait d'envie de laisser son corps s'affaisser sur le sien comme il l'avait fait sous sa forme animale. Il ne le fit pas. Le renard en lui grattait et grattait au porte de sa conscience, brûlait de retrouver le loup mais le jeune homme maintint le barrage.

Pourtant, ses prunelles étaient dilatées lorsqu'il susurra à Zane. « Je ne sais pas si j'ai préféré le film ou tes bras. » confia t-il sans une once de culpabilité. Il n'avait aucune envie de rompre ce moment, mais ils étaient désormais tous les deux humains, et le renard se souvenait que son Alpha se montrait moins ouvert sous cette forme la dernière fois qu'il l'avait approché. Aussi se résigna t-il à proposer. « Et si on allait la lancer notre lanterne ? »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 13 Aoû - 11:43
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Pouvais-je me mentir ? Est-ce que ce nez, effleurant le renard, ne se régalait pas des délicieuses odeurs qui s'échappait de Luan ? Je savais bien ce qu'il en était. Ce n'était pas pour autant que je pouvais foncer tête baissée, comme un renard de ma connaissance aurait pu le faire. J'avais été impulsif, insouciant. J'avais bien du mal à me rappeler cette époque néanmoins, dissoute sous des années à remplir le rôle d'Alpha.

Est-ce que cela voulait dire que je me privais pour autant du plaisir de m'immerger complètement dans le pelage ? Non.

Cet instant égoïste, je le volais et en profitais au maximum. J'avais la chance de connaître assez le dessin animé pour ne pas me laisser trop distraire par l'action sur l'écran. Je continuais de déverser mon affection au renard sous forme de caresses. Affection qu'il me rendait sous forme de mordillages et coup de langue.

Bien trop le film se terminait et le renard s'échappait de la prison de mes bras pour s'étirer et se diriger vers ses vêtements.

La nudité n'était pas un problème au sein de la meute. À vrai dire quand tu passes la moitié de ta vie à te transformer devant le reste de la meute, tu oublies les a priori que tu pourrais avoir sur le sujet. La raison pour laquelle il n'y avait rien d'exceptionnel pour Luan à se transformer devant moi. Sauf que je ne pouvais nier, que mon regard s'attardait sur la peau pâle de son dos, tacheté de grains de beauté. Que mon loup n'était pas sans vouloir marquer cette peau de ses crocs. Ce n'était peut-être pas poli, mais la réaction physique de mon corps n'était pas aisément dissimulable. Une réaction si viscérale que j'en oubliais de faire preuve de discrétion.

Et si Luan n'avait pas conscience de l'effet qu'il me faisait, il jouait là un jeu bien dangereux alors qu'il revenait vers moi de cette manière. De me toiser de la sorte, alors que mes yeux, que je savais assombri par le désir, s'attardaient sur la jonction de son cou et sa clavicule. Un regard que je ne reportais sur lui que lorsque sa voix chaude prenait des allures de sirènes. Mon loup grondait, grognait et ne demandait qu'à submergeait le renard de son poids. Renverser les tables et le revendiquer comme sien. Un choix impossible.

J'étais donc soulagé de l'entendre parler de la lanterne. Mon cerveau n'était qu'un immense brouillard de phéromones et de désirs. Il fallait que je m'éclaircisse les idées avant de faire une chose que je savais, je regretterais. Même si Luan acceptait que je le courtise selon les règles et les traditions. Il n'était pas encore prêt pour le contact physique dont je rêvais. Le ravager de la tête au pied, pour n'en faire qu'une bouchée. Je commençais juste à le dompter à mon contact plus simple, moins intense. Il n'avait probablement aucune idée des pensées qui traversait mon cerveau, il serait sinon, plus réticent à m'y autoriser.

- Oui, allons-y ... Je me relevais, et lui tendait une main pour entrelacer mes doigts au siens sans vraiment y penser, avant de m'en rendre compte. Mais il était trop tard pour faire marche arrière sans paraître suspect. - Le dessin animé, t'as quand même plus malgré la distraction de mes bras ? Mon regard glissait un peu partout sauf le visage du jeune homme. À me voir aussi gauche, j'en connaissais un qui se serait probablement largement moqué de moi. Et il aurait eu bien raison pour être honnête. Je guidais Luan en direction du jardin derrière la maison, refusant de laisser l'embarras me paralyser.

©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mar 14 Aoû - 15:49
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan« Je ne sais pas. » Sous l'emprise des endorphines qui l'envahissait toujours, Luan se laissa mener par son Alpha sans trop savoir où ils allaient. En lui, le renard n'avait d'yeux que pour son Alpha et le jeune homme suivait le mouvement sans se poser de question, porté par un bien être qu'il avait si peu le loisir de ressentir. Conscient qu'une réponse plus développée était attendue, il secoua lentement la tête comme pour chasser la brume engourdissant ses neurones. « Enfin si. Il était bien. » Il haussa les épaules comme s'il regrettait ce qu'il allait dire ensuite. « C'est juste que je suis pas tellement réceptif aux dessins animés, tu comprends ? C'est tellement... tellement différent de tout ce que j'ai toujours connu que j'crois que je suis peut-être un peu étanche aux histoires de princesses orphelines qui récupèrent leur royaume, leur parents et trouvent au passage l'homme parfait. » Un rictus joueur. « Homme parfait qui partage quelques traits commun avec moi. Je suis flatté de ta comparaison mon loup, encore plus qu'avant. »

Luan n'ajouta rien pendant quelques seconde. Puis il soupira et resserra légèrement l'étreinte de leurs doigts. « Toi en revanche je peux te sentir. » Il reposa sa tête contre l'épaule de Zane. « T'es pas un rêve. »

Pas vrai ?

Il avait posé ses yeux sur le loup sans oser formuler sa question à voix haute. Ils étaient si différents que parfois, le renard craignait que son Alpha ne recherche sa compagnie que par curiosité, parce qu'il était une bête unique en son genre, intrigante et qu'il abandonnerait une fois qu'il en aurait percé assez de secrets pour comprendre qu'il n'avait rien à lui apporter. « Je trouve ça adorable que toi t'aies vu tous ces dessins animés. C'est tellement pas le Zane Alpha de la meute Blakesley que j'adore encore plus ça. » conclu t-il, parce que c'était bien pour cette raison qu'il avait voulu regarder Raiponce.

L'air frais du jardin vint mordre agréablement la peau douce, dorée et exposée de son ventre, sa hanche saillant légèrement du pantalon mal refermé qui dans ses tortillages était tombé plus bas et ses joues encore rosées d'excitation. De ses grands yeux marrons, Luan parcouru le ciel sombre de New York d'où les étoiles ne perçaient presque pas à cause de la luminosité de la ville. Ses lèvres s'étirèrent en sourire. « Regarde nous. » s'amusa t-il. « A me faire mentir en allant faire un truc totalement conte de féesque. » il eut un rire frivole et s'écarta de Zane pour mieux lui faire face. Le jeune renard noua ses mains dans son dos et arbora une moue adorable aux creux des lèvres. « Merci pour la moto, pour la soirée et pour tout le reste »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mar 14 Aoû - 16:52
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan
Ce n'était pas tellement que je croyais aux contes de fées. Comment pourrais-je y croire quand on savait ce qui s'était produit dans ma vie ? C'était peut-être que les dessins animés avaient toujours été quelque chose que je partageais avec ma petite soeur. Au-delà de l'aspect fantasmagorique. C'était aussi, un peu l'idéal des loups et leurs conceptions monogames. Je supposais. Je ne pouvais pas vraiment justifier de mon intérêt pour ces derniers, et je me contentais d'un léger sourire dans sa direction. Une chose sur laquelle nous avions encore bien des différences. Le romantisme qui se dégageait de tout cela devait lui semblait plutôt niais avec sa vue cynique du monde. Je ne pouvais pas le blâmer, je n'avais aucune idée réelle de ce qui avait composé son existence avant qu'il atterrisse dans notre vie. Une interrogation qui en serait probablement toujours une. Luan n'avait pas cette même impulsion de se confier comme je l'éprouvais avec lui, je supposais. Je laissais mon regard glissait sur lui, alors qu'il disait qu'il pouvait me sentir, que je n'étais pas un rêve.

Je serrais sa main dans une affirmation silencieuse avant de contempler la réalité en face. Peut-être que c'était juste cela pour lui, le fait qu'il puisse enfin s'autoriser à toucher quelqu'un. Et si j'étais heureux de l'y avoir aidé, je ne pouvais pas abuser de sa confusion, juste parce qu'il avait passé une partie de sa vie sans le moindre contact humain. Il était facile pour le renard de confondre ce qu'il ne connaissait pas réellement. Je ne parvenais pas à éteindre complètement la flamme de la déception au creux de mon ventre.

Quand bien même, il me taquinait comme il en avait toujours l'habitude. Se moquer de moi semblait être une véritable passion pour lui, mais je n'avais pas honte d'un souvenir que je partageais avec ma cadette. Ce souvenir était bien trop précieux pour le teinter avec l'embarras. - La dernière fois que j'ai regardée dans mon manuel du parfait Alpha, rien n'interdisait de regarder des dessins animés. Je roulais des yeux sans réelle velléité contre lui. Peut-être que c'était un passe-temps infantilisant pour lui, mais je ne céderais pas à son asticotage.

- Ce n'est rien. Ca m'a fait plaisir même si tu sembles croire que regardait un dessin animé te fait perdre des points de street cred. Je laissais un de mes doigts effleuraient la hanche saillante qui dépassait de son pantalon comme le fruit de la tentation avant de l'enlever. - Tu sais, je suis pas non plus le genre à croire aux contes de fées. Je peux quand même en appréciait l'idée. Parce qu'il fallait être honnête, ils ne nous restaient pas grand chose si ce n'est la capacité à rêver. - Qui y a t-il de mal à espérer pour une fin heureuse malgré les épreuves que la vie t'a fait voir avant ? Mon regard se perdait dans le sien, une minute tournant en plusieurs alors que je me demandais s'il pourrait être ma fin heureuse. Le cadeau que la vie m'offrait pour se faire pardonner des atrocités que j'avais dû subir. Non. Je ne pouvais me permettre de penser de cette manière. Il n'était pas près. Je ne l'étais peut-être pas non plus. - Occupons nous de ta lanterne, c'est un miracle qu'on est déjà eu tout ce temps sans qu'un des autres ne débarque à la maison.

©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mar 14 Aoû - 20:34
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan« Oh, Zane. » se plaignit Luan, d'un air particulièrement blessé. « Tu mets dans ma bouche des mots qui n'effleurent ni mes lèvres, ni mes pensées. » C'était tout Zane ça ! Toujours sur la défensive alors que le renard ne lui avait donné aucune raison de l'être en sa présence. Ou plutôt, si il le lui en avait donné... par le passé. Aujourd'hui ? Luan avait fait une exception à son quotidien de bête solitaire et joueuse, volontairement insoumise à cause de son désir permanent de se défier de tout le monde et au passage, de défier le monde de lui clouer le museau.

Et oui ! Contre toute attente, Luan était vraiment ennuyé. « La dernière fois que j'ai regardé dans un dictionnaire... » commença t-il, reprenant volontairement les mots de Zane pour faire passer le message, et le bon cette fois. « Adorable était un compliment. Et loin de moi de l'idée de t'interdire quoi que ce soit ! Surtout pas d'être adorable. Sans rire, j'me foutais pas de toi et ça te rend pas moins Alpha. »

Il laissa son regard descendre vers la main logée sur sa hanche. Son corps appelait les caresses de son Alpha, son esprit lui... était ailleurs bien qu'il l'écoutait lui parler de fin heureuse. « Je ne dis pas que c'est mal. » articula t-il sans relever son regard, trop concentré qu'il était à essayer de faire passer quelque part dans la caboche du loup sa vision de renard du monde qui l'entourait. Ce n'était pas une tâche aisée. Sans déconner, un univers les séparaient, et pour Luan, s'ouvrir avec les bons mots, c'était une épreuve digne d'un des travaux d'Hercule. « Tu comprends pas. T'es là à parler de street cred comme d'une... espèce de valeur dont j'ai l'air de devoir retirer de la fierté. » Il releva un regard étrécit dans le visage du loup, prenant le temps de sonder ses prunelles. « C'est ça ton image de moi ? Le concept usé jusqu'à la corde du jeune caïd fier de son parcours dans la rue ? » l'interrogea t-il, sans reproches, mais bien avec toute l'ingénuité du monde. « Tu penses vraiment que moi, Luan Greyback, j'accorde une once d’intérêt à ce genre de chose ? »

C'était tellement futile que rien que l'idée fit naître un sourire au coin de ses lèvres. Le renard secoua la tête. « Comment pourrais je te blâmer d'en voir si peu sur ce qu'il se passe ici et ici » Il désigna de l'index sa tête puis son cœur. « Quand je t'en donne si peu à regarder ? » Il déposa sa main sur celle du loup recouvrant sa hanche, puis souffla dans un murmure. « Je croyais pourtant t'avoir montré un peu de moi ce soir. » Puis claqua sa langue contre son palais. « Stupide renard. »

Tout était de sa faute. Il n'avait fait que réclamer l'attention de son Alpha, et okay, ç'avait été incroyable. Luan ressentait encore l'urgence de se presser contre le loup, de le respirer et pour un temps encore, d'exprimer son désir d'être à lui. Sauf qu'il ne lui avait pas parlé de lui. « Heureuse. Malheureuse. J'ai jamais songé à comment mon histoire allait se finir. » Parce qu'il ne s'était jamais projeté dans l'avenir. Luan était une créature du présent, il vivait l'instant farouchement et si ça le desservait souvent, ce soir,ce trait de caractère lui avait fait passer une excellente soirée. « Crois le ou non mais là tout de suite je suis vraiment heureux de son déroulement. J'ai pas envie d'en savoir la fin, juste d'en profiter avec toi. »

Il aurait voulu lui en dire bien plus. Il ne savait juste pas comment. Alors le jeune homme sourit à Zane. De sa main gauche, il tira un briquet de poche et avec toute son expertise de mutilé des phalanges, fit jaillir la flamme nécessaire à l'envol de leur lanterne. « Allez au boulot. Dis toi que si les dessins animés m'font pas rêver d'une vie meilleur, toi t'es beaucoup plus qualifié pour me faire croire à ce genre de choses. »

Quelques minutes plus tard, Luan se tenait tout près de Zane. Leurs mains n'étaient plus jointes et si se séparer physiquement du loup avait été difficile, le jeune homme compensait par une dose imprévue de quelque chose qu'il ne voulait pas qualifier comme de l'espoir mais qui y ressemblait. Et tandis que de ses yeux grands ouverts, il contemplait avec émerveillement leur lueur commune s'élever dans le ciel New Yorkais, il se prit à songer que peut-être il avait envie de croire en eux.
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Rock My World
» La Reine du Rock se présente !
» Rey Mysterio Vs The Rock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Autres :: 2017-
Sauter vers: