You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you)
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Répondre au sujetPoster un nouveau sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you)
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 15 Avr - 15:00
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan« Hey ! » scanda le renard au beau milieu du garage. De l'auto alpha repair shop pour être exact. Ouais, parce que Zane avait fait preuve d'humour sur ce coup et qu'il avait laissé traîner un indice sur leur meute aux yeux du monde. Une fantaisie tellement inhabituelle qu'elle n'en finissait pas de le surprendre. Luan en avait passé ses habituelles trente secondes à contempler la devanture du garage avant de se ramener à l'intérieur.

« T'es là ? » jeta t-il sans curiosité comme il savait bien que Zane était là. Il aurait repéré son odeur au milieu d'une foule d'athlètes en sueur ! « T'es où ? » corrigea le jeune homme, tendant l'oreille pour griller sa position directement en repérant l'origine de ses battements de cœur. De ses prunelles, il entama la traque, entraperçu Zane, quelques carcasses de voitures plus loin et sourit, comme... comme un renard devant un grassouillet et juteux petit mulot à se mettre sous le croc.

Il s'élança souplement. Déposa une main sur une épaule large du loup affairé sous un capot, hissa son visage à hauteur de sa nuque et chuchota victorieusement dans le creux de son oreille. « C'est toi le loup ! »

Un rire léger plus tard, il sautilla en arrière, attendit que Zane se retourne et le gratifia d'un clin d’œil complice. « Je t'ai apporté un truc. » Tout en papotant, il farfouilla dans son sac d'une main, tendit qu'il serrait le paquet contre son torse de l'autre. « Déjà comme tu bosses depuis ce matin et que moi je glande comme un gros sac depuis hier soir. » Il avait le droit, c'était son jour de récup au bar où il bossait. « J'me suis dévoué pour t’amener de quoi faire une pause digne de ce nom. » De son sac il en tira un autre, en plastique cette fois, duquel s'échappait divers fumets, de ceux qu'on humait dans les restaurants chinois. Et pour cause. « J'ai été faire un tour du côté de Chinatown. Y avait des stands de bouffe partout, j'ai craqué. » avoua t-il sans une once de repentir. « Y a des nems, des gyozas et des bouchées à la vapeur. Cherche pas, tu vas aimer ! »

Il le laissa sonder l'odeur, et aller poser tout ça sur une table pas trop crade. Puis, toujours armé de son sac en papier, il en tira un dernier objet. « J'ai aussi trouvé ça. » Il lui agita sous le nez un bout de papier tout plat, manifestement plié et qui ne trouvait son intérêt qu'une fois déplié. « C'est une lanterne en papier. Tu verrai combien ils en envoient dans le ciel là bas, c'est trop cool ! J'crois bien que c'est pour fêter le printemps, le mec a qui j'ai demandé baragouinait à moité chinois. »

Il avait traduit comme il avait pu, et avait déduit plus qu'il n'avait discuté, à grand renfort de signes et de hochement de tête. Bref, Luan rangea sa lanterne dans son sac. Il le déposa a côté de la bouffe en poussant des outils qui traînaient là, et avisa Zane avec un sourire de connivence. « Ça te dit une petite pause ? Il paraît que ça a quelques vertus magique d'envoyer ce machin là dans le ciel. Çà coûte rien d'essayer. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 15 Avr - 16:53
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanComme à mon habitude, je m'étais levé tôt pour me rendre au garage. Je n'avais guère croisé un seul des membres de ma meute, l'aube à peine levé. Ce n'était pas en tirant au flanc, que mon affaire tournerait et c'était ma responsabilité en tant qu'Alpha et patron de montrer l'exemple. Toujours est-il que je n'hésitais pas non plus à mettre les mains dans le cambouis. En vérité, Liam s'occupait plus de la paperasse que moi. Ce n'était pas vraiment ma partie préféré de posséder un garage.

J'étais en pleine réparation quand mon oreille capta les battements du cœur de Luan, reconnaissable par sa cadence effréné même quand il était plus ou moins calme. Je ne savais pas si c'était dû à sa nature étrange ou si c'était un trait qui lui était propre. Je savais également que je n'avais pas besoin d'élever la voix à travers le garage entier pour qu'il me trouve, si c'était moi qu'il cherchait. Après tout, il n'était pas étonnant de le voir rendre visite à d'autres membres de la meute, ou son amie Megan qu'il m'avait poussé à embaucher.

Je n'étais donc pas surpris en sentant sa main, mais c'était avec un réflexe naturel que je roulais les yeux à sa plaisanterie. J'avais l'habitude de son attitude et je ne m'en formalisais plus. Pas comme, j'aurais pu le faire avant. Quand je me méfiais de lui, que j'ignorais pourquoi il se transformait en cet animal plutôt qu'en loup comme les autres. Qui plus est, je devais admettre que j'aimais pouvoir passer plus de temps avec lui. Une découverte bien récente malgré ses années passaient dans la meute.

Je regardais le jeune renard faire étalage de ses trouvailles, et mon ventre approuvait l'apport de nourriture. Mon loup approuvait qu'il m'apporte de la nourriture, mais c'était pour une raison que je préférais ne pas explorer. Je jetais quand même un coup d'œil dubitatif sur la nourriture, je n'étais pas vraiment un spécialiste de la nourriture chinoise. Je m'essuyais néanmoins les mains sur un torchon, me dirigeant vers un des murs pour reposer mes outils.

Je m'adossais contre le mur en question alors qu'il déballait son autre découverte. J'arquais un sourcil dans sa direction, sceptique cependant je n'avais pas le coeur à lui refuser un sourire alors qu'il semblait si enjoué par sa découverte. - Tu as encore regardé ce dessin animé avec le voleur et la blonde, avoue ? Un sourire arqua le coin de ma bouche dans un sourire malicieux alors que je savais de quoi je parlais. Je paraissais peut-être incapable de me détendre néanmoins avant le drame, frappant ma meute, j'avais eu des petits frères et soeurs. J'avais donc eu le droit au dessin animé en boucle.

- D'abord la nourriture ... Même si un steak saignant m'aurait probablement plus comblé, et après, on ira faire voler ta lanterne. C'était un bon marché, et je me rapprochais de lui, passant une main sur son épaule. Si j'étais réticent à le toucher connaissant son aversion. Je ne sentais plus les mêmes barrières depuis cette soirée que nous avions passé ensemble à cette fête où il m'avait traîné. C'était comme ci, ce soir-là, une barrière invisible, c'était affaissé pour me laisser un peu passé. - Viens, on va dans mon bureau avant que les autres ne sautent sur ton butin comme des loups affamés.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Jeu 26 Avr - 21:38
You're my rock of empathy, my dearZane & Luan« Un dessin animé ? Moi ? » minauda Luan, un sourcil arqué en réponse au sourire de son Alpha. Il balaya l'idée d'un revers de la main nonchalant. « Pas mon genre. » L'air de rien, il précisa quand même pendant que Zane reluquait les victuailles. « J'ai vu les memes en revanche. »

Il n'avait pas eu d'enfance standard, du coup, la télé et les disneys pour Luan étaient réduits à des memes sur internet. Raiponce ? Il en avait vu des gifs, et peut-être que la bande annonce lui était passée devant le nez dans un moment d'ennui. Sauf qu'elle n'avait fait que passer justement, d'un côté de son cerveau pour ressortir de l'autre aussi sec. Pas très dessin animés donc... Zane en revanche, avait quelques connaissance en la matière !

Il notait l'information dans un coin de sa tête pour plus tard lorsque Zane s'approcha de lui et passa une main tactile sur son épaule à son tour. Luan savoura le contact comme ce dernier ne le malmenait plus psychologiquement comme ç'avait été le cas durant toute sa vie. Par un tour de magie mystérieux, Zane s'était offert une immunité dans le département anti contacts physiques de Luan, et ça voulait dire quelque chose ! Bon, on était loin d'un contact peau contre peau comme le jeune homme les haïssait bien comme il faut, mais c'était un début. Un sacré bout de chemin en sacrément peu de temps d'ailleurs. Et puis, pour quelle raison exactement aurait-il besoin de se retrouver peau contre peau avec Zane ?

Aucune raison. Nope. C'est donc ravi de ses progrès, de la confiance que Zane lui inspirait et confiant pour le futur, que le renard suivit docilement le loup dans sa tanière – bureau. « Un rendez-vous dans le bureau du patron. » pépia t-il en s'asseyant non pas sur la chaise en face de Zane, mais sur le coin de bureau tout à côté de lui pour bien voir ses réactions quand il goûterait les nems et autres chinoiseries. « J'me sens tellement privilégié. » Il pinça les lèvres. « Ou juste comme un client qui vient faire son devis. » Une petite moue dépitée lui barra le visage quelques secondes seulement avant que le jeune homme ne s'égare dans la contemplation de Zane, avide et curieux. « Tu pourrais me faire rattraper mes lacunes en matière de dessin animés vu que t'as l'air de t'y connaître. »

Il avait balancé ça au milieu de rien du tout comme ses pensées fusaient dans tous les sens. Son objectif de base (la lanterne) n'était pas écarté, mais cette facette de Zane faisait écho à une part du renard enfantine et vulnérable. Profondément enfouie sous les blessures et la solitude. Mais Zane... avait-il vraiment besoin de se prémunir avec son Alpha comme il l'avait fait toute sa vie ? C'était un pari comme un autre, et probablement pas aussi risqué que ceux qu'il affectionnait le plus – notamment ceux qui mettaient sa vie en jeu avec une audace qui confinait à la stupidité. Et puis, il brûlait de voir où cette danse qu'ils avaient entamés tous les deux allait les mener. Quelque chose se développait entre Zane et lui, quelque chose de gardé sous clé si longtemps entre leurs parts animales que la voir a présent dévoilée sous leur forme humaine l'excitait plus que de raison. « Quand t'auras terminé de travailler et qu'on aura envoyé ça en l'air. » Il pointa le sac qui contenait la lanterne. « Merde, y a des milliard de blagues à faire avec ''s'envoyer en l'air'' et pas une seule qui me vient à l'esprit. » nota t-il distraitement avant de se rappeler son absence de vie sexuelle. « Ah, j'suis rouillé. » se morfondit le renard en s'affalant comme une méduse échouée sur le bureau de Zane. Bien campé sur ses coudes. Il lui jeta un coup d’œil scrutateur. « Alors ? Tu goûtes ? »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 30 Avr - 22:46
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanComme bien souvent, je ne comprenais pas toujours ce qui sortait de la bouche du jeune renard. Il me parlait de mêmes alors que j'évoquais un dessin animé et comme bien souvent quand je ne comprenais pas, j'affichais un sourire de politesse de circonstances, ne voulant pas montrer mon ignorance par peur de paraître un peu trop faible. Une chose que je n'aurais pas eu à faire avant. Dans une autre vie, où un nombre de vies important reposait sur moi. Je me contentait donc de l'emmener à ma suite vers le bureau où je m'occupais de la paperasse même si ce n'était pas mon endroit favori au monde, ca avait au moins le luxe d'offrir un peu de tranquillité.

Je roulais des yeux à sa remarque alors que je m'installais dans le fauteuil qui traînait derrière le bureau, inspectant la nourriture toujours avec une touche de suspicion. Ce n'était pas la nourriture de prédilection pour laquelle j'aurais voté pour être totalement honnête, mais je me devais de ne pas me montrer trop difficile. Je ne désirais pas blesser le renard dans son effort de me faire plaisir ou quelque chose qui s'y apparentait. Par moment, j'avais bien du mal à lire entre les lignes avec lui, et cela était plutôt déstabilisant. J'étais en train de déchiffrer le plus appétissant aux différentes odeurs que je découvrais quand il me parla de lui faire rattraper son retard en matière de dessin animé. J'arquais un sourcil et haussais une épaule désinvolte. - On pourra toujours inclure des dessins animés dans les soirées films de la meute.

Même si la vue de ses dessins animés me rendrait probablement bien mélancolique de l'époque désinvolte, où je les regardais en compagnie de mes jeunes frères et sœurs. Je n'étais pas contre et j'essayais de faire de la meute, un endroit où chacun avait le droit à sa parole. Ce n'était pas toujours évident, et bien souvent en contradiction avec mes instincts d'Alpha, mais j'avais appris à les modérer grâce à Liam. Il avait su gérer avec délicatesse, ce moment délicat où je m'étais retrouvé investi de ce rôle alors que j'étais encore dévoré par la douleur et la haine. Une époque peu glorieuse dont je ne me souvenais qu'avec une certaine distance nécessaire.

Je tentais d'ouvrir un des cartons, qui contenait du bœuf au moins à l'odeur qui s'en dégageait même si ca n'avait rien d'un steak saignant, mon nez se retroussant légèrement alors que j'en inspectais le contenu, la voix de Luan, une bande son qui était aussi familière qu'appréciable. Je roulais des yeux à ses tentatives de plaisanteries et lui jetait un coup d'œil dubitatif alors qu'il me demandait de goûter. Je m'emparais des morceaux de bois, et fronçait de plus belle les sourcils. - Je ne suis même pas sur comment tu espères que je mange avec ces machins-là ? J'aurais probablement pu me servir de mes mains, mais même si j'étais en partie animal, je refusais de me laisser aller complètement à mes instincts primaires. Surtout qu'un client aurait pu franchir la porte à tout moment. Je décidais de me lever et fouiller dans les tiroirs de la pièce adjointe qui servait d'évier pour trouver une fourchette qui traînait.

- Je suppose que tu n'as pas besoin de fourchette ? Je lançais dans sa direction alors que je revenais prendre place. S'il avait choisi ce genre de plat, il devait probablement l'habitude de savoir comment manger avec les ustensiles fournis avec. J'inspectais le contenu avant de me saisir d'un morceau de viande et le porter à ma bouche, laissant la saveur glissait le long de mon palais. Ce n'était pas si mauvais, je devais l'admettre. Pas ma nourriture préférée, mais pas aussi redoutable que l'aspect le laissait craindre. - Pas trop mauvais. Lançais-je à son encontre, pour montrer le sentiment que la nourriture m'inspirait. Je n'étais pas franchement excité, mais je n'avais pas le cœur au bord des lèvres, l'envie de vomir me vrillant l'estomac. Je pouvais supporter de la nourriture autrement que cru, tout juste chasser par mon loup contrairement à certaines rumeurs sur ma race.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mer 2 Mai - 19:47
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanOkay, Luan venait de proposer  à Zane de partager un moment rien qu'à eux après son travail ou bien dès qu'ils auraient envoyé la lanterne dans le ciel, et ce dernier venait de balayer tout ça d'un mouvement d'épaule en suggérant d'inclure les dessins animés aux soirées films de la meute.

Luan l'observa tandis que son Alpha reniflait la bouffe. Qu'est-ce qu'il avait dit de pas clair au juste ? La notion immédiate de type là aujourd'hui ou le ''TU'' employé dans sa requête qui par définition impliquait Zane au singulier. Pas le reste de la meute. Interdit, le jeune homme offrit un petit sourire peu convaincu au loup quand ce dernier abdiqua face aux baguette chinoises, et ne rétorqua rien. Pas même une petite pique amusée pour entretenir ce duel permanent entre eux, difficile au début mais devenu bon enfant maintenant qu'ils apprenaient à se connaître.

A moins que Zane n'ait plus envie d'apprendre à le connaître. Sans rire, Luan était convaincu qu'il était impossible de se méprendre sur ce qu'il venait de lui demander alors... son Alpha biaisait peut-être, limitant son refus en faisant passer ça pour un moment avec tous les autres. Après tout, il avait parfaitement compris quand Luan lui avait demandé de venir jouer au basket avec lui et n'avait invité personne d'autre. Qu'y avait-il de si différent aujourd'hui pour que la démarche du jeune homme ne soit plus limpide aux yeux de son Alpha ?

De son côté Zane s’intéressait diablement à la nourriture. « Je n'ai pas faim. » répondit-il simplement. « J'ai ramené tout ça pour toi. J'me suis gavé de bouchées vapeur à la viande sur le chemin. » Il laissa son cerveau revenir au loup qui goûtait, sans plaisir, sans dégoût non plus. Pour une fois, Luan était à court de mot, pris de court de n'être soudainement plus sur cette même longueur d'onde naturelle qui facilitait tant les choses entre Zane et lui. « Je suppose qu'il va me falloir un seau de pop corn XXL à partager avec tous les autres. » fit-il en fixant le bout de ses chaussures. En lancer quelques uns dans la tête de Dex l'aiderait à oublier sa déconvenue, et puis ils feraient rire l'assemblée comme à leur habitude. Au bout d'un moment, il releva le nez vers Zane, et avisa les baguettes qu'il avait délaissées. « Tu veux que je te montre comment on s'en sert ? »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 6 Mai - 15:03
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanJe relevais un sourcil intrigué sur le jeune renard alors qu'il semblait avoir perdu de son énergie soudainement, fronçant légèrement le front dans sa direction et essayant de comprendre pourquoi il irradiait soudainement l'inconfort. Ma main libre se portant à ma joue pour la gratter dans un geste presque inconscient d'introspection. Peut-être était-il vexé par mon manque d'enthousiasme envers la nourriture qu'il avait ramené pour moi comme il me l'indiquait. Je sentais mon nez se plissait dans une moue embarrassée, et je culpabilisais déjà de me montrer si ingrat.

- Et je t'en remercie beaucoup, Luan. Je dois admettre que je suis plus un habitué du steak, mais j'apprécie le geste. Je lui répondais avec un sourire et j'espérais la sincérité que j'éprouvais. Je lui étais reconnaissant de ce qu'il avait fait pour moi, et je tenais à lui montrer ma gratitude. C'était aussi une part de mon rôle en tant qu'Alpha que de faire en sorte que les membres de ma meute ne se sente pas à l'écart par une de mes mauvaises tournures de phrase, ou mon comportement un peu maladroit dans la société new-yorkaise, j'avais après tout était élevé littéralement dans les bois.

- Si tu comptes partager, je pense qu'il faudra plus d'un seau, tu sais comme vous êtes tous des estomacs sans fond ... Je commentais distraitement, en me disant justement que son manque d'appétit traduisait probablement son état d'esprit. Après tout, on avait tendance à manger beaucoup parce que nos animaux intérieurs demandaient une énergie considérable au quotidien. Même moi, malgré ce que les apparences pouvaient laisser penser, je n'étais pas le dernier pour me sustenter de manière anarchique.

Acquiesçant distraitement alors qu'il me proposait de me montrer comment me servir des baguettes. Je n'étais pas certain que l'exercice soit vital, mais si cela pouvait lui faire retrouver un tant soi peu le sourire qu'il avait en arrivant, je n'étais pas contre. Mon loup était plutôt contrarié de sentir que le jeune renard avait perdu de sa vigueur. Je ne pouvais donc pas m'empêcher de lui demander - Tout va bien ? Alors qu'il s'approchait du bureau pour me faire sa démonstration. Faisant en sorte de concentrer mon attention sur son regard plutôt que sur la nourriture étrange qui m'avait passablement distrait. Peut-être avais-je raté une clé indispensable expliquant son changement de comportement soudain. Je m'en voulais déjà alors qu'il commençait enfin à montrer un intérêt à traîner avec moi comme avec les autres membres de la meute.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mer 30 Mai - 21:19
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanD'un coup d'un seul, Zane releva le museau de la bouffe. Luan le contempla de l'autre côté du bureau comme le renard qu'il était, à l'affût de la réaction de... pas d'une proie non, mais de l'objet de toute son attention. Parce que non, il ne comptait pas dévorer Zane. Ou alors si ? Peut-être qu'il se laissait aller à le mordiller, comme vraiment beaucoup, lorsqu'ils étaient sous leurs formes animales. Le reste du temps, le jeune homme était si avide de sa compagnie que... ouais, il avait totalement l'air de vouloir le dévorer.

En attendant, il se contenta de rehausser le coin de ses lèvres en un sourire carnassier. « Est-ce que par hasard, tu serais en train d'insinuer qu'on se gave comme une portée de marcassins toute entière Dex et moi ? » le charria t-il gentiment. « J'te ferais dire qu'on a tous les deux une ligne d'enfer, et que c'est pas les offres de sexe sans lendemain qui manquent quand je bosse la nuit au Sunshine's. »

Le renard avait ce physique typique du boy next door qui lui valait de se faire draguer par autant de filles que de garçons. Les réflexions, les sourires, les regards soutenus et parfois une main qui s'égarait sur ses fesses, trop légèrement pour qu'il crie au scandale, mais assez appuyé pour qu'il ne croit pas à la bousculade fortuite. Sans oublier les numéros glissés sous les verres vides à son intention. Ouais, il ne manquait pas d'opportunités. Sans les saisir pour autant. C'est que le jeune homme n'avait jamais été attiré par le sexe sans tendresse et sans lendemain. Sans compter qu'il n'était pas tactile, voir même qu'il haïssait tant qu'on le touche qu'il n'était pas certain de ne pas devenir physique avec le ou la contrevenante... juste pas comme ces derniers pouvaient l'espérer.

C'est parce qu'il ne voulait casser la gueule d'aucun client que le renard n'entrait ouvertement dans aucun jeu de séduction. Il se montrait ouvert et souriant. Il avait la tchatche, apprenait les prénoms des habitués, leurs goûts et savait se faire apprécier assez pour récupérer de jolis pourboires. Ça lui suffisait amplement.

Puis Zane hocha la tête et Luan leva ses fesses de sa chaise pour aller lui donner un cours particulier. « Tout va bien ? » le questionna le loup, à quoi le jeune homme marqua une pause. « Ouais ça va. » répondit-il facilement en allant prendre place à côté de Zane, légèrement en retrait toutefois quelque part entre à ses cotés et derrière lui. « C'est juste que je t'ai proposé de m'initier aux dessins animés là, après le taff et que toi tu veux faire ça avec la meute je sais pas quand. C'était pas le deal, tu vois ? Alors je me suis demandé si je te soûlais pas et que t'essayais pas gentiment de te débarrasser de moi. » Il passa sa langue sur ses lèvres. Une part de lui embarrassée d'avouer tout ça, l'autre en réflexion parce qu'il allait actuellement devoir montrer à Zane comment utiliser les baguettes et qu'il ne voyait pas comment faire sans le toucher. « T'es pas obligé de me mentir. Je sais que t'es mon Alpha et que t'as toujours envie de me protéger mais j'te jure que je suis du genre coriace et qu'il faut beaucoup plus qu'un vent pour me rendre malheureux. »

Bon ça, c'était fait. Ne restait plus qu'à approcher sa main de la sienne, comme ça. Luan frémit au contact. Il ferma les yeux, comme pour savourer le touché de sa peau contre la sienne, mais en le contrôlant. Et de ses doigts, il enveloppa ceux du loup. « Voilà. » souffla t-il en rouvrant les yeux. Il était désormais penché sur Zane, leurs doigts entrelacés et leurs visages tout proches. « Ces doigts là maintiennent cette baguette immobile et ceux là... » Il actionna leurs phalanges. « ...font bouger la deuxième baguette. » Un sourire se faufila sur ses lèvres bien malgré lui. « Maintenant on va chercher un nem et on l'attrape  coooooomme ça – » Il exerça la pression nécessaire sur la main de Zane. Solide sous la sienne. Comme il ne l'avait ressentie qu'une fois : le jour où le loup l'avait apaisé tandis qu'ils jouaient au basket et que le renard s'était laissé aller à un élan agressif aussi imprévisible que fugace. « On le trempe dans la sauce sans le lâcher sinon tu vas nous éclabousser. » commenta t-il pour s'occuper l'esprit en allant trempouiller le nem dans son petit pot de sauce avec application. Parce que ça empêchait son esprit de dériver sur les frissons qui assaillent sa peau sans qu'il ne parvienne à savoir si c'était par manque d'habitude ou du plaisir de se montrer tactile avec quelqu'un. A moins que ce soit avec Zane tout particulièrement.
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 3 Juin - 13:38
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanJ'arquais un sourcil dans la direction du jeune renard alors qu'il me faisait remarquer qu'il n'était pas sans offres de sexe au vu de son corps. Je ne l'avais jamais vu ramener une conquête à la maison depuis qu'il faisait parti de la meute, et je n'avais jamais senti cette odeur bien particulière sur son corps, mais je n'avais jamais remis en question mes observations. Non pas parce que je niais qu'il avait raison. Il était plus que séduisant physiquement, mais parce qu'il ne supportait que peu voir même pas du tout les contacts. Un peu dur dans ces cas-là de mener une vie débridée. Cependant, peut-être que je ne savais pas tout du renard. Nous n'avions jamais eu loisir de vraiment parler avant ces dernières semaines. Et si ce n'était pour sa tendance à venir sous sa forme animale, j'aurais presque pu croire qu'il m'évitait entièrement.

Étrangement, même si j'étais plutôt avide d'en apprendre sur lui, ce n'était pas un aspect de sa vie que je trouvais plaisant de discuter. Je me contentais de rouler des yeux, sans être totalement dismissif, je n'encourageais pas Luan à s'étendre sur le sujet de ses potentielles conquêtes. Cela avait tendance à rendre ma fierté d'avoir pu le rendre assez à l'aise de me toucher et de le toucher bien minuscule d'un coup. Je divertissais la peine à l'idée sous un sourire encourageant l'invitant à me raconter ce qui se passait pour lui quand il avait perdu de son entrain. Peut-être avait-il envie de s'étaler et se vanter sur ses conquêtes. J'avais peut-être fait un faux pas, et si l'idée n'était pas plaisante, en tant qu'Alpha, je me devrais de faire l'effort de l'écouter. Que j'en ai envie ou non. Je me devais de veiller à son bien-être avant tout.

Sa réponse me surprenait néanmoins, et l'expression sur mon visage devait le trahir, je passais une main sur ma nuque, soudainement embarrassé par ma méprise. - Oh ... Le mot sortait de ma bouche, peut être pas suffisamment encourageant puisque Luan s'empressait de me dire que je pouvais décliner sans mentir, il ne le prendrait pas mal. À vrai dire, ce n'était pas mon intention. Je m'étais juste mépris sur ses intentions, à cause de la nostalgie que les dessins animés évoquées en moi. Les soirées entre enfants de la meute, et moins enfants. Je lui adressais un sourire sincère avant de secouer la tête d'un air amusé. - Je ne vois pas l'intérêt de mentir quand tu peux détecter les mensonges, Lu. J'ai mal compris ce que tu voulais dire, c'est tout. Je ne savais pas si je devais l'encourager à ne faire des choses qu'avec moi plutôt qu'avec la meute. Non que cela me déplais, mais je devais m'assurer qu'il prenait une place au sein de nous tous. Non le garder égoïstement pour moi. Cependant, je pouvais bien nous accorder encore un peu de temps avant d'aborder les réunions de groupes.

- Ca me ferait plaisir de te faire découvrir quelques dessins animés après le travail. Et mes mots et mon regard étaient on ne peut plus sincères à son égard. Même si avec les allées et venues dans la maison, ce n'était pas une garantie que nous restions seuls bien longtemps. Ou même que nous ayons beaucoup de temps si Luan avait des projets pour le soir. Nos emplois du temps ne se coordonnaient pas forcément. Je faisais en sorte néanmoins de ne pas négliger personne, alors je réfléchissais s'il était possible pour moi de prendre mon après-midi. Dex et Liam seraient encore au garage.

Mais avant que je ne puisse formuler mes plans à haute voix, Luan envahissait mon espace et prenait sur lui de m'apprendre à manier les baguettes avec lesquelles j'avais renoncé à manger. J'étais surpris de l'initiative, mais ce n'était pas de manière négative au contraire. J'appréciais qu'il se laisse enfin aller au toucher. Lui qui le craignait temps. J'avais peine à suivre les instructions alors qu'il était si proche de moi. Un trouble léger m'envahissant. J'avais peu l'habitude de ce contact avec lui, à l'exception de sous nos formes animales. Je hochais la tête et regardais ses longs doigts fins guidaient les miens. Je ne parvenais pas à trouver les mots, et me contentais bêtement de suivre le tout. Avant que je ne porte le nems à ma bouche, je faisais l'erreur de tourner la tête dans sa direction, nos visages un peu trop proches. Je me stoppais scrutant le caramel de ses iris, un court moment. Glissant involontairement sur la courbe de ses lèvres roses bien dessinées. - Luan ... Le son de ma voix, un peu plus grave que d'habitude. Non, je ne pouvais me livrer à ce genre d'ascendant sur lui. Ce n'était pas ce qu'un bon alpha devait faire, je ne pouvais exercer aucune pression sur lui. Et avec cette pensée dégrisante, le cours du temps reprenait ses droits et je reportais mon attention sur le nems, le goûtant avec une sorte d'appréhension. Mastiquant et tentant de distraire l'instant en prenant soin d'exposer mon idée avortée. - Peut être que Liam pourrait s'occuper du garage tantôt et qu'on pourrait commencer ce marathon, non ? Je n'osais pas regarder dans sa direction encore bien troublée.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Dim 3 Juin - 21:40
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanC'est avec cette tranquillité typique d'Alpha que Luan avait associé à son visage, à son sourire si sincère, que Zane lui répondit presque amusé que non, il n'avait nul besoin de lui mentir en relevant au passage la capacité du renard à détecter les mensonges. Le renard en question dissimula son soulagement derrière un sourire discret. « Qu'est-ce qui me fait croire que tes supers pouvoirs d'Alpha ne te permettent pas de mentir en toute impunité ? » le titilla t-il sans réelle inquisition. C'est qu'il ne sondait pas à ce point les dires et réactions de son Alpha. Il l'observait, guettait son attention, le pli entre ses sourcils qui différait selon que Zane était perplexe, en colère ou amusé tout en essayant de le cacher. La plupart du temps, Luan était trop occupé à analyser la moindre de ses expressions pour s'attarder sur les battements de son cœur. Toutefois, il en avait saisi les tonalités, pouvait désormais les percevoir délibérément, les différencier de tous les autres et en isoler la sonorité pour lui seul, quand sa mélodie apaisait le fil de ses pensées.

Elles filaient d'ailleurs à toute allure. Malgré lui, le renard oscillait entre le soulagement, la joie – parce que Zane venait d'accepter sa proposition – la confusion, et l'excitation toute neuve de lui apprendre quelque chose, de se partager avec lui comme il le faisait. Oui ils ne faisaient rien ! Techniquement, il n'y avaient que leurs doigts qui se touchaient. Pour Luan, c'était neuf et tellement grisant. Il brûlait de désir de pousser l'expérience plus avant.

« Luan... » souffla Zane au creux de son visage. Le souffle du renard se bloqua dans sa gorge en réponse. Il sentait le souffle chaud de Zane s'échouer sur – sur ses lèvres, les mêmes lèvres qu'il fixait comme égaré dans leur contemplation. Son propre souffle se bloqua dans sa gorge. Un fugitif instant, son visage se pencha vers celui du loup, mué par son instinct, par le désir qui le tenaillait –

« Peut être que Liam pourrait s'occuper du garage tantôt et qu'on pourrait commencer ce marathon, non ? »

Luan papillonna des cils. Zane, il... il venait d'éclater leur cocon d'intimité comme une bulle de savon. « Okay. » croassa le jeune homme, sa voix trop lourde. Il se racla la gorge, s'efforça de retrouver un peu de contenance. Bien. Zane venait de... quoi ? Flirter avec lui ? Luan n'y connaissait rien flirt. Il ne flirtait pas. Enfin on avait pu se méprendre parce que après tout, il avait toujours l'air de flirter selon les mauvaises langues. Sauf que ce n'était rien ! Rien de plus que des regards, des sourires, l'intonation de sa voix et d'une manière générale, sa posture sur laquelle le renard avait une maîtrise naturelle dont il n'avait pas pleinement conscience mais dont il savait user à bon escient.

Tout ça pour dire que le jeune homme se tenait là, comme deux ronds de flan. « Okay » répéta t-il, tout en relâchant Zane. Délicatement. Pour ne pas lui donner l'impression de fuir tout en ayant quand même besoin de reprendre ses esprits. « Alors, tu vas négocier avec eux pendant que je range tout ça ? » l'interrogea t-il, impatient et encore brouillé de sensations qu'il peinait à définir mais qui lui donnaient envie de sourire. Un fugitif instant, il laissa transparaître dans ses prunelles le désir qui l'animait, puis très vite, masqua tout et lui offrit un sourire aussi innocent que serein. « Je peux aller chercher la lanterne en attendant. Faut pas l'oublier, mais elle peut attendre cette nuit. Comme ça, ça fera vraiment comme dans ton dessin animé avec le voleur et la blonde. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 4 Juin - 16:50
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanJe devais me ressaisir avant d'abuser de mon ascendant naturel sur mon bêta. Non que Luan soit du genre à suivre les ordres, pour être totalement honnête, mais j'avais une position d'autorité sur lui, et en abuser aurait été une erreur de ma part. Un regret amer avec lequel j'aurais dû vivre. Rien ne me suggérait que le renard ne soit pas juste excité par la perspective de s'autoriser à toucher quelqu'un de son plein gré. J'avais su lui offrir l'opportunité et j'étais ravi de le voir la saisir. Je ne voulais pas défaire ses progrès en ayant un geste malencontreux. Non que Luan soit du genre à suivre les ordres, pour être totalement honnête, mais j'avais une position d'autorité sur lui, et en abuser aurait été une erreur de ma part. Je lui offrais un léger mouvement de tête quand il se proposait de ranger pendant que j'allais voir Liam.

Lui rendant son sourire malgré ses propos. Je n'étais pas certain que d'avoir fait allusion de Raiponce soit particulièrement malin de ma part. Il ne connaissait pas le dessin animé, mais je me souvenais parfaitement de l'intrigue que j'avais vu et de cette scène précisément. Je passais une main sur ma nuque, incertain. J'étais un peu tendu et confus.

- Lu .. Et alors que son regard se posait sur moi dans l'attente de la fin de ma phrase, je sentais mon courage me quitter un court instant. - Je n'en ai pas pour longtemps. Et ce n'était pas ce que j'avais eu l'intention de dire, mais je préférais sortir la queue entre les jambes, et reprendre un peu de contenance. La distance temporaire nous ferait du bien à tous les deux.

Je retrouvais rapidement Liam, et l'informais de mes projets pour l'après-midi. Il acceptait comme je le savais la tâche de s'occuper du garage, mais je savais que son sourire en coin trahissait son envie d'en dire plus. Je n'étais pas stupide si quelqu'un pouvait savoir que quelque chose changeait, c'était bien mon bras droit. Il me connaissait juste suffisamment pour ne pas m'acculer en ajoutant une couche. Je prenais soin de bien lui donner les attentes de la journée, ainsi que les clés du garage, même s'il avait son propre trousseau. J'étais un idiot qui gagnait du temps et on en avait tous les deux conscience.

Je finissais par le remercier et le saluer, et de retourner vers le bureau, jetant un coup d'œil rapide à mes employés tous occupés. Je m'étais peut-être attardé plus que de mesure dans mon bureau. La notion du temps était un peu étrange par moment. J'avais l'impression qu'un instant qui s'éternisait n'avait été aussi bref que le battement d'une aile de papillons.

Je me tenais sur l'encadrement, attirant l'attention de Luan en frappant délicatement le bois de ma main. - Prêt à rentrer à la maison ? J'aurais pu l'aider, mais il semblait avoir fait le nécessaire pendant ma courte absence. Je ne résistais pas à lui sourire. La sincérité de cet instant, un partage simple entre nous deux. Les choses avaient changé, j'en avais la certitude, je ne savais juste pas la direction que les évènements prendraient. - Tu as un sac à dos où mettre tes affaires, je suis venu avec la moto ce matin. C'était plus pratique pour la ranger dans le garage. C'était aussi l'intention de le prévenir que le contact entre nous serait plutôt intense sauf s'il décidait que ce soit trop dur pour lui. Il pourrait toujours se tenir au porte-bagage arrière. Mon cœur ratait un battement stupidement à la pensée de sentir son corps tout niché contre le mien, je devais l'avouer. Si nous étions aptes à dormir l'un près de l'autre sous nos formes animales, nous n'avions guère loisir à nous blottir en tant qu'humain avec son aversion pour le contact que je respectais.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mar 5 Juin - 11:28
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan exultait. En moins de dix secondes, il rassembla ses affaires dans son sac à dos et... patienta dans le bureau de Zane. Enfin patienter, il fallait le dire vite. Luan était actuellement tout sauf patient. L'envie de retrouver son Alpha lui brûlait le bout des doigts et il était à rien de prendre sa forme renarde. Rien que pour l'appeler en glapissant aussi bruyamment que possible !

Dieu merci, Zane revint assez vite. Luan frétillait sur sa chaise où il s'était forcé à rester assis pour ne pas tripoter nerveusement toutes les affaires du loup en l'attendant. Il avait bien saisi une conversation avec Liam, sans chercher à en discerner les mots. Il l'aurait fait en tant normal. Sauf qu'aujourd'hui n'était pas un temps normal et que sa curiosité était ensevelie sous son excitation à l'idée de traîner Zane hors du garage. Rien que pour lui.

Ses oreilles dressées, il l'avait entendu revenir bien avant qu'il frappe à la porte. Luan réprima une envie toute animale de lui sauter dessus de plaisir. A la place, il sauta de sa chaise comme un ressort. « Prêt ! » Il lui rendait son sourire alors que le loup lui proposait une balade en bécane. « Sérieux? » Sa bouche forma un ''o'' d'étonnement, avant de s'étirer en un sourire qui faisait trois fois le tour sa tête. « Tu me laisserais monter sur ta moto ? » demanda t-il comme si Zane venait de lui tendre le Saint Graal. Comme si ça ne suffisait pas, il ajouta. « Avec toi ? »

Il jeta son sac sur son épaule. Pour se redonner un peu de matière parce qu'il se sentait fondre surplace et que ça n'allait pas l'aider à se tenir sur la moto, et aussi pour signaler à Zane que... « J'suis prêt. » acquiesça t-il avec au moins autant d'entrain que de ferveur. « J'suis tellement prêt ! » Tout en lui emboîtant le pas, il se sentit le devoir de rassurer un peu le loup. « Ça va aller. » commença t-il. « Pour moi... contre toi j'veux dire. » Il savait un minimum d'idée de ce que se tenir l'un contre l'autre sur une moto impliquait comme type de contact. « T'as tes vêtements. J'ai les miens. Tout roule ! C'est plus quand ma peau touche celle d'une autre personne que je – enfin tu vois. » D'une manière générale il n'était jamais proche physiquement de qui que ce soit, vêtements ou pas. Parce que comme ça, on ne pouvait pas se méprendre sur ses intentions et la distance qu'il instaurait entre lui et les autres était claire d'emblée. Toutefois, le renard se savait capable de retenir quelqu'un, de le saisir, en bref, de le toucher sans réel inconfort à travers la barrière de ses vêtements.

Ce qu'il n'avait pas fait avec Zane, laissant sa main toucher directement la sienne. Luan contempla ses doigts, les remua un peu, se rendant compte qu'il ne s'était pas même tenu sur ses gardes. « Parfois j'arrive pas à savoir si je suis définitivement bousillé ou non. » Il avait dit ça par automatisme, le partageant avec Zane sans y réfléchir. Peut-être parce qu'il était trop pris dans ses pensées ou peut-être parce que c'était Zane et que même s'ils n'en parlaient jamais, ils savaient tous les deux que le loup connaissait bien le mal qui rongeait le jeune homme.

L'arrivée de la sacro sainte moto dans son champ de vision ramena immédiatement le jeune homme à sa merveilleuse réalité. « J'peux monter ? » le questionna t-il avec impatience. « Je monte. » décida t-il en enfourchant le bolide. Puis il contempla Zane, se pencha légèrement en avant et tapota la selle de ses deux mains. « Allez viens. Promis je vais pas en profiter pour te peloter. » lâcha t-il dans un rire, histoire de détendre les appréhensions de son Alpha et parce qu'il en avait envie. Il mourrait d'envie d'apprendre toutes les sensations qu'une bête balade en moto avec son loup pouvait lui procurer.
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 9 Juin - 23:11
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanJe souriais à son enthousiasme et roulais des yeux avec affection à sa question. - Non, en fait, je songeais à demander à Liam de te reconduire à la maison, et revenir me chercher après ... C'était une taquinerie à l'égard du jeune renard, mais cela me permettait de me détendre un peu plus également. Je secouais la tête, avec amusement alors qu'il m'annonçait être prêt et je lui faisais un signe de tête pour qu'il me suive jusqu'à l'endroit où j'avais laissé ma moto le matin même en arrivant.

Je tournais la tête vers lui alors qu'il prenait les devants et me rassurait sur le fait qu'il pouvait encaisser de tenir la distance. J'acquiesçais doucement. Après tout ca se tenait-il n'était pas avare de réclamer de l'attention sous sa forme animale après tout. L'affection qu'il ne pouvait réclamer sous forme humaine, à cause des peurs qui le retenait en permanence. Je ne savais pas les raisons, mais j'avais déduit qu'il avait juste peur de ses propres pouvoirs. Il était différent des loups, et je ne savais pas exactement l'origine de cette différence.

Peut-être qu'un jour, il serait assez à l'aise pour me l'expliquer. Peut-être pas. J'espérais juste qu'il trouve une personne avec qui vaincre ses démons. Je lui souhaitais le bonheur qu'il méritait. Une part égoïste de moi que je m'efforçais de taire bien souvent, aurait préféré que ce soit avec moi, mais ce n'était pas l'important pour moi. L'important, c'était lui. J'avais toujours désiré le meilleur pour chaque membre de ma meute, mais je ne pouvais pas complètement nier qu'il avait une place toute particulière pour moi.

C'était probablement la raison pour laquelle je me stoppais vers lui alors qu'il s'interrogeait à haute voix de savoir s'il était bousillé. - Tu n'es pas bousillé. Le son de ma voix était dur, mais la colère n'était pas dirigé contre lui, mais plutôt contre l'impuissance de lui montrer qu'il n'était pas comme il se voyait. Et je voulais prendre sa main dans la mienne, lui montrer combien il avait fait des progrès, lui exprimer avec des mots la façon dont je le voyais, mais la conversation déraillait rapidement alors qu'il apercevait la moto. Je le scrutais alors que tel un enfant heureux, il n'attendait pas vraiment mon accord pour monter sur la moto. Mon cœur, encore un peu déchiré pour lui. Une contemplation qu'il avait dû noté, puisqu'il me faisait signe de m'installer.

Je lui offrais un sourire parce que je ne voulais pas appesantir son humeur alors qu'il semblait visiblement heureux, m'emparant d'un des casques de secours sur une des étagères à proximité. Je m'approchais et lui enfilais sur la tête, prenant le temps de l'attacher en glissant un pouce léger sur la peau de son cou lentement. - Qui te dit que je ne suis pas celui qui pourrait en profiter ... Et avant de me perdre dans la délicieuse couleur de miel de ses yeux, je fermais la visière. Laissant ma main sur la peau qu'elle avait effleurer un peu plus tôt. Un court moment que je m'autorisais, mais le rompant avec que le contact ne devienne trop pour le renard.

- Et si on faisait un détour avant de rentrer à la maison ? Tu as l'air d'apprécier l'idée de la moto, je peux peut-être t'apprendre à en faire ? Je baissais légèrement la tête de côté, avant de prendre place devant lui après avoir mis des gants et un casque. Je craignais moins les blessures qu'un terrestre, mais ce n'était pas une raison pour devoir m'expliquer auprès d'un hôpital en cas d'incidents malheureux. Je m'emparais de ses bras, et les nouer autour de ma taille, le calant bien contre moi et savourant le contact de son corps contre le mien. Je ne pouvais nier avoir rêvé de pouvoir transposer nos petites siestes animales sous formes humaines, mais à défaut de cela, je me contentais de sa présence derrière moi, contre moi. Mon nez s'enivrant de son odeur, tentant de faire abstraction des puissantes odeurs d'huile de moteur et d'essence. Je serais plus à même de le sentir bien mieux, une fois mon nez sensible extirpé de ses odeurs qui s'étaient imprégné sur mes narines tellement je les sentais à longueur de journée.

Je démarrais l'engin, la vibration sous le poids de nos corps. Et peut être que c'était plus simple quand je n'avais pas à lui faire face, et peut-être aussi parce que le bruit de la moto couvrirait un peu mes mots. Si j'ignorais le fait qu'il est une ouïe particulièrement développé. Je murmurais doucement, presque timidement alors que la moto décollait de sur place. - Je suis content que tu sois venu et qu'on puisse passer du temps rien que tous les deux. Et si j'accélérais, c'était pour dissimuler les battements de mon cœur qui s'accélérait d'oser lui avouer mon désir égoïste.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Lun 11 Juin - 20:29
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanA cheval sur la moto, Luan frétillait d'impatience. De ses yeux, il ne quittait pas le sourire malicieux que Zane lui adressait. Comme si le loup se laissait volontairement contaminer par son caractère impossible et joueur. Ça arrivait parfois, et le renard conservait quelques souvenirs ravis de leurs escapades tous les deux. Tout particulièrement lorsque l'Alpha avait été, pour un soir, son cavalier dans une soirée ridiculement féerique.

Il cligna des yeux au casque planté sur sa tête. Puis épia Zane, concentré sur sa tâche. C'était le genre d'attention qu'il avait toujours envers lui et qui touchait tant le renard. Peu habitué qu'il était à ce qu'on fasse cas de ses besoins quotidiens, de son confort ou de sa sécurité. Zane était comme ça, pensa t-il alors que ses doigts effleuraient la peau de son cou en ajustant l'attache du casque, pragmatique, dur – envers lui même plus qu'envers les autres – et adorable. Il exhala un petit soupire de contentement et esquissa un sourire espiègle. « On en profitera tous les deux alors. »

Et là dessus, Zane referma sa visière. Enfermé comme un poisson dans son bocal, Luan s'autorisa à clore ses paupières une seconde sous la caresse de L'Alpha, avant que celui ci ne se retire, et que le jeune homme ne le contemple à travers la visière et les sons assourdis par le casque qui lui enserrait la tête. « Et si on faisait un détour avant de rentrer à la maison ? Tu as l'air d'apprécier l'idée de la moto, je peux peut-être t'apprendre à en faire ? » proposa Zane en le reluquant de côté comme un animal, et Luan ne devait pas se répéter le mot adorable associé à son Alpha deux fois en moins d'une minute mais vraiment... c'était inhumain d'être aussi craquant ! Surpris, il avait ouvert de grands yeux émerveillés. « Tu veux bien me donner un cour là maintenant ? » Il retira ses mains de la selle au moment où son futur moniteur de conduite personnel prenait place – regretta un quart de seconde de tenir sa promesse de ne pas le peloter, et oui, il allait ranger ce regret loin, très loin dans un tiroir barricadé de son cerveau. Parce que Zane s'emparait de ses bras et les nouait autour de sa taille. De sorte que Luan était entièrement blotti contre lui, épousait son dos et inspirait à travers le casque la fragrance animale mêlée du cuir de sa veste qui n'appartenait qu'à Zane.

« J'sais pas si je vais avoir envie qu'on s'arrête un jour. » ronronna t-il en se ratatinant un peu plus contre le loup. Il ne ressentait pas l'ombre d'une gêne et le serra même contre lui avec possessivité avant de se décider. « Je veux que tu m'apprennes. Ça sera ton paiement pour le cour de maniage des baguettes ! » Il aimait se dire qu'il lui avait également appris quelque chose. Même si c'était juste un détail, et que Zane n'avait d'ailleurs pas demandé.

Alors que le moteur vrombissait, le jeune homme se demanda si ça manquait à son Alpha. Que quelqu'un s'occupe de lui avec le soin qu'il prenait à s'occuper des siens, s'il aimerait apprendre de Luan – pas qu'il ait grand chose de légal à apprendre mais il avait déjà un deal avec la sociabilité du loup. Zane court-circuita ses pensées d'un murmure. Le cœur de Luan palpita en réponse. Il sourit, savourant cette tendresse, cette étreinte, le désir de lui répondre favorablement qui montait dans ses entrailles. « J'ai l'impression de te monopoliser. » confia t-il, pas du tout repentant. « Mais j'aime trop ça pour arrêter. Et puis, on a bien le droit non ? »

Zane accéléra. Luan se redressa, fermement accroché à son pilote. Le vent vif battait ses vêtements, la vitesse, la sensation de filer comme une flèche pulsait dans tout ses membres, dans sa tête déjà enivrée de la présence de Zane partout contre lui. Le renard échappa un rire de joie pure. « C'est génial ! » s'écria t-il à travers le rugissement du moteur. « Je veux apprendre ! » D'une voix volontairement plus basse, il précisa. « Rien qu'avec toi. Et j'te jure que ça nous dispensera pas de balade tous les deux. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Jeu 21 Juin - 17:15
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan avait accepté ma proposition de lui apprendre à conduire une moto. Je n'étais peut-être pas en apparence le meilleur des professeurs, mais mes instincts d'alpha m'avait appris à faire preuve d'une patience dans certaines circonstances. Je n'avais pas forcément le choix de toute façon avec certains membres de ma meute. Moi qui étais d'un naturel plutôt fougueux et impulsif, j'avais dû mettre de l'eau dans mon vin. Et qui plus est, le jeune renard avait raison, il avait pris le temps de m'apprendre à manier les baguettes même si je n'avais pas retenu grand-chose de la leçon, trop préoccupé par sa proximité.

Je me laissais d'ailleurs encore submerger par sa présence tout contre mon dos, la raison qui me poussait probablement à faire une confidence que j'aurais dû taire. Elle était peut-être bien trop égoïste. Je savais qu'en tant qu'Alpha, j'avais des responsabilités et surtout qu'au vu du caractère de certains des loups, si je faisais une différence, il y aurait sûrement des dissensions. C'était une des raisons pour lesquels je m'interdisais toute relation sérieuse depuis que j'avais pris la tête de la meute. Une idée qui n'était pas sans être un peu stupide, d'après Liam. Et il n'avait pas tort, mon père avait bien eu ma mère. J'avais juste peur de ne pas être assez bon à mon rôle. Pourtant, pouvais-je nier que depuis que le renard avait pris la décision que nous passions plus de temps ensemble, mon affection à son égard grandissait terriblement. Je savais que je ne le forcerais à rien, je ne voulais pas exercer une pression dommageable mais mon loup n'était pas aussi réticent que moi à montrer son affection. Ne se privant pas pour le câliner en entourant sa forme animale plus petite que la mienne pour qu'il soit parfaitement disposé sous ma protection. Je savais aussi que cela signifiait bien plus qu'il soit le seul que j'autorise à rentrer dans ma chambre. Bien trop de choses me travaillait et je ne savais pas comment y faire face.

Et sa réponse n'arrangeait pas forcément les choses. J'avais du mal à discerner ce qui se cachait sous ses mots. Luan était une personne différente de moi. Même s’il gardait une part sombre indéniable, il avait plus de facilité à sourire au monde et prétendre. C'était une raison qui me faisait douter. Je ne savais pas quoi répondre.

Alors pour faire front, je choisissais la fuite, un luxe que je pouvais m'offrir uniquement à l'aide de l'engin vrombissant entre mes jambes. Quoi que si je n'avais pas été dans New York, j'aurais pu faire de même sous ma forme de loup. Mais la prudence exigeait d'éviter de se transformer en animal sauvage en plein milieu urbain. Je laissais le sourire s'étendre sur mes lèvres en entendant l'excitation dans le son de la voix de Luan. Et peut être pour garder cette émotion en lui, j'accélérais jouant de son besoin de vibrer d'adrénaline. Nous avions beaux êtres différents, il y avait quelques points sur lequel nous nous ressemblions.

Nous finissions par arriver à hauteur de la maison, mais au lieu de ralentir, je la passais pour me diriger vers un terrain vague non loin de là. Nous aurions plus de tranquillité. Je posais une main sur les siennes, encore bien accroché autour de ma taille, et je murmurais à son encontre - C'est une promesse ? Parce que pourquoi je ne pouvais pas m'autoriser un peu de fantaisie moi aussi ?

Quand nous arrivions à destination, je m'appliquais à faire un freinage un peu joueur, mais sans abîmer la moto. Je finissais par enlever le casque et me retournait de manière à faire face au jeune renard. Ma main encore agrippait aux siennes, pour les garder là, un court moment. - Tu dois me promettre d'être prudent, d'accord ? J'employais ma voix un peu autoritaire d'Alpha, un peu trop protecteur, le fixant de mes yeux sévères. - Pas que je m'en fasse tant pour toi que pour ma moto. Je finissais par laisser le masque tomber pour laisser un sourire malicieux effleurer mes lèvres.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Ven 22 Juin - 19:36
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanZane se montrait taquin, ouvert et définitivement joueur, à quoi le renard se devait de répondre, d'entrer dans la danse et d'offrir à son loup le tango qu'il lui demandait.

« Promis. » assura Luan sans une once d'hésitation. Il reposa son visage quelque part entre l'épaule et la nuque du loup... cogna sa tête engoncée dans son casque contre le casque de Zane, grommela dans sa non barbe et contempla leur maison alors que son pilote la dépassait. Encore un peu de trajet et leur bolide ralentit aux abords d'un terrain vague que le jeune homme connaissait pour y avoir gambadé la nuit, parfois, quand l'envie de devenir renard devenait trop pressante pour qu'il prenne le temps de sortir de la ville.

Il l'avait toujours fait avec soin. C'est à dire au creux de la nuit noire, et en avertissant son Alpha au préalable, même si ça impliquait de débarquer en pleine nuit dans sa chambre et de le réveiller comme un gamin de douze ans qui demande l'autorisation à son papa d'aller faire pipi. Bon, Luan n'appréciait pas trop cette image là, mais il assimilait comme il pouvait le concept de hiérarchie. Et finalement, assez vite, il n'avait pas tant vu Zane comme une image paternaliste à laquelle il était obligée de rendre des compte que comme l'Alpha qu'il se devait d'être. Ce n'est pas comme s'il avait besoin d'être materné, enfin paterné pour le coup... Luan était un renard indépendant et farouchement attaché à sa liberté. Il ne faisait pas de vagues en dehors de ses activités illégales, et la solitude dans laquelle il s'était muré l'avait toujours privé de tout lien familial avec qui que ce soit.

Zane était son Alpha. Ça il en était aussi certain que de l'affection qu'il développait à son égard. D'ailleurs le renard cligna ses yeux alors qu'ils se portaient dans ceux du loup, retourné face à lui. Ses mains restaient logées sur sa taille, maintenues en place par Zane. Luan remercia toutes les divinités connues d'avoir encore son casque sur sa tête des fois qu'il se mettrait à rougir comme une midinette à cause de la proximité. Parce que ça ressemblait drôlement à un câlin même s'ils n'étaient plus l'un contre l'autre, et que c'était Zane qui se tenait là quasiment dans ses bras. Pour la première fois, Luan se surprit à désirer le sentir contre lui, à en vouloir plus sans craindre les représailles de son maudit don.

Brouillé de ce désir nouveau, le jeune homme se perdit dans la contemplation  du visage de Zane, de ses traits parfaits, de ses cils foncés qui encadraient ses yeux clairs. Il l'entendait lui demander d'être prudent, avec cette fermeté aussitôt balayée d'un de ces sourires inattendus dont le loup avait le secret. « J'te promettrai tout ce que tu veux. » susurra t-il d'une voix plus caressante que nécessaire, rien que pour répondre à la provocation de son compagnon. Puis, à son tour, il arbora une moue amusée. « Pour que tu me laisses essayer ta moto ! »

Il rit. Léger, frivole et enivré de la présence de Zane tout autour de lui. Ce dernier l'enveloppait, de son contact, de son odeur si présente partout sur les vêtements du renard ainsi que du regard perçant qu'il dardait au travers de la visière de son casque. « Montre moi comment marche ton bolide. » le pria t-il, un peu moins pressé qu'il n'aurait du l'être parce que leur position lui plaisait davantage que de chevaucher la bécane à sa disposition. « Je te promets d'être prudent. » Il dénoua l'une des ses mains du corps de Zane, s'en servit pour remonter la visière de son casque afin de plonger ses yeux dans les siens en une invitation qui le faisait tant frémir d'appréhension que d'envie. « Sauf si tu préfères qu'on reste comme ça. »

Lui ? Il aurait définitivement préféré.
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Ven 22 Juin - 21:28
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanC'était ... Reposant.
Oui, c'était le mot qui me traversait l'esprit alors que je m'offrais le luxe d'agir comme un homme plutôt qu'un alpha avec Luan. Il y avait quelque chose de fondamentalement reposant dans ce simple acte. Évidemment, je possédais toujours cet instinct de le protéger et de prendre soin de lui, comme de mes autres bêtas. Mais peut être étais ce sa nature ou peut être autre chose, mais je m'offrais le luxe de me détendre en sa compagnie comme je ne l'avais pas fait depuis bien trop longtemps pour m'en souvenir avec précision.

Alors que nous nous arrêtions sur le terrain vague qui était utile à certains membres de la meute, je m'amusais à le taquiner pour me détourner de l'odeur délicieuse qui s'échappait de lui. Une note épicée qui n'était pas sans trahir une certaine attirance purement physique. Là, à l'air libre la fragrance était indéniable et elle me perturbait autant qu'elle me faisait de l'effet. J'avais tendance à trop penser, pour éviter que mes instincts impulsifs ne me jouent des tours alors que mon rôle était d'être un alpha aussi bon que possible. Mais ce parfum enivrant m'hypnotisait et je devais prendre sur moi pour me dire que ce n'était que le simple contact physique après autant d'années sans qui devait jouer avec ses émotions. La vérité, c'était que j'étais terrifié de prendre une décision qui pourrait le pousser à se sentir mal à l'aise au sein de la meute. Et pourtant ... Quand il me regardait de la sorte, je perdais un peu pied.

Mais ce n'étaient pas tant ses élans de séducteurs qui me fascinaient que la longue ligne de sa gorge alors qu'il s'autorisait un rire qui ne pouvait que me donner le sourire. J'aimais sentir que je contribuais à le rendre heureux. Vraiment heureux et pas un semblant de comédie, juste pour laisser croire au monde entier que tout allait bien.

Et c'était peut-être la raison pour laquelle j'avais tendance à lui passer ses caprices. Parce qu'il y avait des choses que je le laissais faire, que je n'aurais pas forcément autorisé à quelqu'un d'autre. Une petite pointe de culpabilité s'enfonçant dans mon cœur. J'avais peur d'échouer dans mon rôle d'alpha, encore et toujours.

Surtout quand la tentation était si présente. Mon cœur ratant un battement alors qu'il relevait son casque et susurrait son invitation.

Je contemplais l'idée de dire oui pendant un court instant avant de me ressaisir et de cacher mon embarras derrière ma main, feignant une quinte de toux passagère. Il y avait bien d'autres choses que mon cœur qui réagissait, et j'étais totalement transparent si je m'approchais d'un peu trop près de lui à ce moment précis.

- On n'est pas venu là pour que tu te défiles, Lu. Ma bouche s'arquait dans un sourire alors que je m'arrachais à son contact pour descendre de l'engin. Je laissais mon cerveau s'attardait sur un tas de pensées peu reluisantes pour faire redescendre la pression. - C'est une offre que je ne ferais pas deux fois ... Je suis dans un bon jour pour t'accorder le droit de toucher à ma moto. Je le guidais pour qu'il prenne ma place sur le siège du conducteur. Lui montrant les manettes de frein et d'accélérateur, ainsi que l'usage des pédales. - Tu as compris le principe ?

Le temps de lui montrer l'usage de tout, j'avais pu reprendre le contrôle de la situation et de mon corps. Prêt à pouvoir monter derrière lui pour l'aider à guider l'engin se trouvant entre ses cuisses. Je n'allais pas non plus le laisser seul complètement. Je me collais à lui de manière à pouvoir poser mes mains sur les siennes pour l'aider à guider la moto. - Je te fais confiance, Luan. Ne me déçois pas en me laissant tomber maintenant ... Une petite provocation pour le pousser à se lancer, mais également une marque de sincérité nécessaire entre nous. Je voulais lui montrer que je lui laissais le bénéfice du doute dont je n'avais peut être pas fait preuve à son arrivée au sein de la meute.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Mar 26 Juin - 15:48
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan souriait.

Parce que Zane y allait de sa petite provocation. Et que si le jeune renard n'avait pas déployé des trésors d'efforts afin de se montrer raisonnable, il aurait vivement protesté en le voyant lever son fessier de sa place. Au lieu de ça, il s'avança sur la selle et prit la place encore chaude du loup. Ce dernier s'employa à lui décrire tous les accessoires du véhicule qu'il chevauchait. Concentré, le renard hocha la tête. « Pigé. »

Lorsqu'il releva le nez vers Zane, la tension présente entre eux s'était dissipée. Luan retira son casque et lui offrit un sourire de remerciement et stabilisa la moto comme son Alpha grimpait derrière lui. Okay... autant pour le tension dissipée. Le renard observa sa main gauche recouverte de celle du loup, puis la droite. Il se sentait étrangement bien : détendu et heureux comme si l'aisance de Zane à se tenir si proche de lui le contaminait – déterminé aussi parce que Zane avait le chic pour tourner leur petit cour improvisé en challenge.

« Je crois, mon loup... » avança t-il doucement. « Que tu me sous estime grandement ! » Il tourna vers lui son profil orné d'un demi sourire carnassier, enclencha le starter et fit rugir le puissant moteur. La moto s'élança en trombe. Peu habitué, le renard manqua de perdre le contrôle et de rester en arrière pendant que le bolide filait tout seul. Sauf qu'il était fermement maintenu, mains accrochées au guidon et Zane solide, le retenant à sa place. Toutes les mécanique brièvement expliquées par son Alpha étaient limpides, sa conduite fluide bien que trop téméraire. Le sol brut, accidenté du terrain vague peu adapté à la moto les faisait bondir à toute allure, la vitesse le grisait tandis que la force qu'il devait déployer pour stabiliser son poids, celui de Zane, l'essence dans le réservoir situé devant lui l'obligeait à une certaine maîtrise.

En somme, Luan s'éclatait. Aucune once de peur ni d'hésitation ne venait parasiter le plaisir sauvage qu'il prenait. C'était... comme de chasser, mais avec Zane, sous son œil bienveillant. Ce qu'il n'avait jamais fait soit dit en passant. Il eut la pensée fugace qu'ils allaient devoir y remédier. Pour l'heure, Luan se sentait entier, libre et sauvage et tellement à sa place. Il repéra une bosse sur sa route, accéléra...

La moto quitta le sol et le renard sentit ses intestins remonter tout en haut de son torse. Une intense seconde il vrilla son regard incandescent sous eux, appréhenda la rencontre avec le sol, poussa un « Wouhouuuuuuu ! » d'excitation –

La moto percuta le sol, pencha dangereusement sous leurs poids. Luan vira du côté opposé, freina. Un crissement de pneu à faire pleurer un larsen et un nuage de poussière soulevé par son coup de frein intempestif plus tard, le jeune homme posa un pied au sol. « Wow. » souffla t-il en secouant la tête comme pour chasser le manteau de sensations qui l’électrisait tout entier. « Et tu fais ça tout le temps ? »

Il fallait qu'il bouge. Luan sauta de la moto. Il contempla la bolide avec appréciation, puis Zane. « J'veux recommencer ! » s'écria t-il en attrapant les mains du loup dans les siennes. Il commençait à aimer plus que de raison de tenir ses mains dans les siennes, ou que ce soit Zane qui vienne chercher les siennes. Ses phalanges manquantes ne le gênaient pas, ne l'avaient gêné avec qui que ce soit de toute façon, et le renard savait que Zane ne les voyait plus vraiment avec le temps. « Pas maintenant, parce qu'on a des tas de choses à faire. Mais demain, après demain, dès que tu peux. Dis oui ! » Oui il le pressait. Son propre cerveau pressait Luan. « Si j'apprends bien, je pourrais même m'offrir ma moto avec l'argent de ma paye. » Tout en légalité s'il vous plaît ! Tout en se dandinant sur place il osa demander. « Je me suis bien débrouillé ? »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 30 Juin - 19:29
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanAlors que le moteur rugissait dans une mélodie chaotique, la sensation grisante du moment me submergeait.

La proximité de Luan, l'adrénaline rampant dans mes veines, la chaleur viscérale de la sensation envoutante de bonheur alors que je pouvais sentir le plaisir oindre de sa peau. Même si l'endroit n'était pas dénué de son contexte citadin, il y avait bien plus de liberté dans ce genre de terrain vague que dans les ruelles ou encore les magasins bondés de monde. Pas besoin de tricher avec mon loup, pour soutenir les odeurs pas forcément agréables des alentours.

Ici, je pouvais laisser mes sens libres. Je pouvais écouter avec précision le son des battements de son cœur à peine couvert par le bruit de la moto malgré la puissance. Je découvrais que mon loup était parfaitement sur la bonne fréquence pour décrypter le battement un peu plus rapide que la normale des battements du cœur du renard. Son parfum naturel cachait sous une légère dose d'après-rasage. Je ne pouvais pas dire que je ne comprenais pas l'intention de se fondre dans la masse terrestre même si mon nez de lycan avait toujours préféré les odeurs bien plus naturelles que les gens dégageaient.

Mais je laissais mon esprit peut être dérivé un peu trop alors que le jeune homme tout contre moi s'en donnait à cœur joie avec la moto malgré son peu d'expérience avec ce type d'engin. Je devais me focaliser pour éviter l'incident, même si ce n'était pas forcément évident de ne pas me laisser ensevelir par les émotions. Il se débrouillait plutôt bien malgré le manque d'expérience, mais contrairement à moi, si nous nous rations, la guérison ne serait pas évidente. C'était un problème que je n'oubliais pas ... Sa peur de se soigner. Mais j'arrivais à peine à instaurer un contact physique avec lui, ce n'était pas encore le moment d'aborder sa crainte de plein front. Je laissais un rire accompagner notre escapade, même alors qu'il mettait ma moto à rude épreuve en prenant ma ninja pour un vulgaire motocross et nous propulsant l'espace d'un instant dans les airs avant de rattraper sa chute de manière grandiose et freiner.

Je ne supprimais pas mon sourire à sa joie visible. Une part de moi satisfaite d'avoir pu lui procurer ces petits moments électrisants. Et honnêtement, j'aimais partager ce genre de moments avec lui. Me laisser aller à une insouciance que j'avais du mal à éprouver quand j'enfilais mon rôle d'Alpha. Peut-être parce que Luan était différent des autres loups en tant que renard. Peut-être parce qu'une part de moi aimait espérer que nous partagions plus qu'une simple relation de bêta à alpha. Je sentais une boule se formait au creux de mon estomac à la pensée, mais j'étais vite dérouté alors que Luan sautait de la moto. Me laissant un instant, les bras ballants.

Un court instant seulement, néanmoins. Luan s'emparait de mes mains sans la moindre réticence, et j'éprouvais une bouffée de fierté à le voir devenir si confiant en lui-même. D'avoir pu d'une manière comme une autre pouvoir l'aider à en arriver là. Je me mordais la lèvre inférieure à son discours excitée, secouant la tête avec amusement. Mon regard ne se décrochant pas de son expression. Il y avait ce plaisir purement égoïste de voir un tel bonheur s'affichait sur son visage. Non que je ne désire pas le bonheur de tous mes bêtas, mais ici, maintenant, je me rendais compte qu'il s'agissait de toute autre chose que de cette simple fibre un peu paternaliste que j'éprouvais à savoir que mes bêtas avaient de bonnes vies malgré les ravages que nos rangs avaient pu subir.

- Tu t'es débrouillé à merveille, Lu ... Je laissais une de mes mains s'échappaient pour aller se poser contre sa joue dans un geste d'affection bref. Je savais que je n'avais pas répondu à tout, mais c'était ce qui avait besoin de sortir en premier. Je voulais lui offrir cette douce preuve de fierté. Cela n'aurait peut-être pas la même valeur à ses yeux, mais ces simples mots représentaient bien trop à mes yeux. Je laissais ma main retombait avant de laisser mon regard glissait sur les alentours. Je savais que je ne pourrais pas nier éternellement ces émotions intenses. Mais comment faire ? Je n'avais pas forcément toutes les réponses malgré ma volonté à devenir un Alpha irréprochable. Je savais que j'étais voué à faire des erreurs, je ne voulais juste pas en faire avec Luan.

- Et on pourra recommencer quand tu veux, Lu. C'est grisant, n'est-ce pas ? C'est un peu ma liberté dans cette ville où je n'ai pas le même accès aux forêts que dans ma jeunesse. Il y avait une légère pointe de nostalgie dans mes propos, mais rien qui ne soit terriblement triste au point de saboter l'atmosphère. Juste moi, partageant un peu de moi-même avec l'homme qui prenait une place considérable dans mon existence. - Et même si tu es du genre casse-cou, je pense que ce genre d'adrénaline est toujours plus favorable à encourager que celle qui te mette du mauvais côté de la loi. Un sourire en coin, avec une légère pointe de provocation alors que je songeais déjà à peut-être lui offrir une moto pour lui faire plaisir. Je ne savais pas si l'idée lui plairait. Je savais que par moment, je pouvais me montrer un peu trop prévenant, mais j'avais envie de lui faire plaisir. - Si tu prends les leçons au sérieux, je serais ravi d'offrir ma contribution à cet achat. Je glissais le long de ma moto pour reprendre ma place et tapotais le siège derrière moi.

- Comme tu as dit, on a encore un programme chargé, et je ne suis pas sûr que nous puissions le suivre jusqu'à la fin si on tarde trop et que les autres rentrent. Dex voudra probablement que tu ailles jouer à des jeux vidéo avec lui. Je n'étais pas jaloux du bêta qui avait accueilli Luan a bras ouvert, mais il avait tendance à accaparer son attention et je le soupçonnais de ne pas être très partageur de son ami quand il s'agissait des autres. Je ne pouvais pas lui reprocher le caractère possessif naturel des loups, mais c'était une donnée à prendre en compte si je m'autorisais la folie de me laisser aller à suivre mes sentiments naissants.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Luan Greyback
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 40
♦ Messages : 160
♦ Date d'inscription : 11/04/2018
♦ Everything and anything : Roublard, acerbe, sarcastique, frivole, changeant, solitaire inepte au sein de sa meute mais qui fait de son mieux pour se fondre dans la masse, criminel et cybercriminel de haut vol à la retraite, intelligent, logique, manipulateur, rusé, indépendant, débrouillard, opportuniste, intransigeant, allergique à la stupidité, agressif si on vient lui casser les couilles, ambiguë, joueur, renard jusqu'au bout des griffes...
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 30 Juin - 21:45
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanLuan frétillait. Enfin intérieurement. Parce que Zane le félicitait, caressait sa joue de toute la largeur de sa paume. Luan pencha le visage comme le tout petit animal qu'il était sous sa forme renarde. Il avait envie de glapir. Le jappement de joie menaça de remonter sa gorge. Stop ! Machine arrière ! Le jeune homme rouvrit les paupières qu'il avait fermées sans même s'en rendre compte. Bon sang, il manquait sévèrement de contrôle sous l'emprise de son Alpha. Bon... ce n'est pas comme si c'était vraiment son truc le contrôle. Le renard adorait trop se laisser porter par les événements, improviser, et surtout, il se découvrait une passion sans précédent pour l'alchimie qui faisait tout un tas d'étincelles entre lui et Zane.

« Quand je veux ? » répondit-il un rien narquois, insinuant de manière totalement explicite que son nouveau professeur de conduite n'allait pas avoir beaucoup de repos devant lui. Puis ce dernier évoqua les forêts au sein desquelles il avait grandit, probablement cavalé en meute et chassé des gibiers bien plus importants que les lapins et autres mulots que le renard affectionnait tant. Peut-être qu'il les aimait parce qu'il n'avait jamais essayer de chasser d'autres animaux, plus rudes, imposants et féroces ? Son petit gabarit n'était pas vraiment de son côté pour la chasse en gros, mais n'empêche ! Le renard en lui palpitait, s'émoustillait aux images de forêt interminable, de parties de chasse enfiévrées et de proies sauvages aptes à lui coller quelques coups de crocs avant de succomber sous les siens.

Or ce qu'on ne connaît pas ne nous manque pas. La bête tapie au frontières de son esprit demeura là où elle se trouvait et Luan arbora un moue heureuse de savoir Zane capable de trouver sa liberté sur le dos de sa bécane malgré ce qu'il avait enduré. « Je t'ai jamais vu t'éclater comme ça. » se plaignit t-il parce que râler, c'était une question de principes. Un petit sourire de connivence ourla ses lèvres. « Comme quoi il y a bien un homme... enfin un loup ! » pointa t-il en lui donnant un petit coup avec le doigt entre ses deux pectoraux. Foutrement bien dessinés d'ailleurs. Comme tout droit sortis d'un magasine de mode, et non... Luan n'allait pas aller de ce côté là non plus. « Sous cet Alpha si responsable. »

Ouf ! Ni glapissement intempestif, ni comparaison malvenue. Avec brio, le renard effaça toute image malvenue de son cerveau trop créatif et se reconnecta à Zane qui lui parlait du mauvais côté de la loi ainsi que de contribuer à l'achat de sa propre moto. « Oh oh oh, trouble troublemaker, yeah ! That’s your middlename ! » fredonna le jeune homme, volontairement provocateur. A quoi bon nier sa nature d'infernale boule de poils rousse ? Il était comme ça ! Changeant, imprévisible et sauvagement attaché à l'envie de voir le monde, les gens, les événements composants son univers en mouvance perpétuelle.  C'était peut-être sa condition de démon renard, allez savoir. Tout ce qu'il savait, c'est que l'ennui le poussait aux pires bassesses pour tuer le temps. Ce n'était pas par nécessité qu'il volait les types dangereux capables de l'amputer de ses doigts.

Non monsieur. Tout ça, c'était calculé. La conséquence de son besoin viscéral d'action.

« T'as peut-être raison. » admit-il avec nonchalance, avant de revenir à un autre sujet bien plus exaltant. « Et pour la moto... si tu consens à m'aider à financer un bolide aussi génial que le tien, c'est pas impossible que le droit chemin me fasse définitivement de l’œil. »

Là dessus, Zane retourna sur ledit bolide et donna le signal du départ. Luan récupéra son casque sans le remettre pour autant – pour cause de flemme, et d'envie de profiter entièrement de cette dernière proximité avec son Alpha – et grimpa derrière. « Dex a pas l'habitude de me voir passer du temps avec quelqu'un d'autre que lui. » concéda t-il au loup. « Je sais pas toi... » commença t-il, dans une question ouverte mais laissée en suspend. « Mais moi, j'sais bien que j'ai l'air d'une petite abeille prête à butiner à tous les râteliers et à copiner avec tout le monde. Sauf qu'en vrai, y a personne d'autre avec qui j'ai envie de jouer aux jeux vidéos. » Il y avait bien Megan. A ceci près qu'elle lui ressemblait trop pour rechercher sa présence comme Dex pouvait le faire.

Luan entoura la taille de Zane de ses bras. A son oreille, il glissa tout de même parce qu'il en mourrait d'envie. « A part toi. Mais j'ai envie de tout faire avec toi. »
©️ 2981 12289 0


INDEPENDANT SHIT HUSTLER WHO RUNS WITH WOLVES
Revenir en haut Aller en bas
Zane Blakesley
Children of the Moon
avatar
♦ Runes : 50
♦ Messages : 107
♦ Date d'inscription : 12/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ Sam 7 Juil - 17:24
You're my rock of empathy, my dearZane & LuanC'était étrange de se laisser aller de cette manière ... S'il avait une chose que je cédais rarement, c'était bien le contrôle. Mon rôle d'Alpha en était en grande partie responsable. Je ne pouvais montrer de faiblesse ou me laisser distraire alors que j'étais chargé de leur sécurité à tous. Certains des membres de ma meute me voyait comme le parfait cliché du rabat-joie, incapable de s'amuser. Une grande partie. La majorité. Il n'y avait peut-être que Liam qui se souvenait du genre de gosse que j'étais avant que les responsabilités me tombent sur les épaules. Et honnêtement, l'image ne me chagrinait pas tellement. C'étaient les conséquences qui étaient plus dures à supporter. Savoir que je n'étais pas forcément sur la liste quand ceux que je considérais comme ma famille avait envie de s'amuser.

Et Luan semblait découvrir cet aspect de moi. Je ne savais pas trop ce que je devais en penser. Si je devais être blessé qu'il me mette dans la même case que tout le monde, ou alors que c'était une réputation méritée. Je ne faisais pas en sorte de les corriger à vrai dire. C'étaient ces questions qui m'empêchaient de rebondir sur sa taquinerie et me concentraient sur mon rôle d'Alpha. Tentant de trouver un loisir qui plaise au renard, et lui évite d'aller chercher son adrénaline dans des causes bien trop dangereuses pour sa santé. Et la mienne si j'étais totalement honnête. Je me faisais un sang d'encre pour lui et ce n'était pas bon pour ma tension. Même si je savais que pour lui, il s'agissait juste de s'amuser, de profiter de la vie et ne jamais tombé dans l'ennui. C'étaient ces moments où nous étions de parfaites antithèses. Je vénérais les moments de paix qui signifiaient que ma famille était hors de tout danger.

Alors vraiment l'aider à payer sa moto, ce n'était rien d'un grand sacrifice pour moi si ca m'assurait qu'il décharge son surplus d'adrénaline dedans. J'avais la chance de venir d'une vieille famille dont j'avais hérité. Même si la provenance de l'argent me donnait souvent des aigreurs, c'était simple de ne pas y penser quand je la dépensais pour faire plaisir aux membres de ma meute. Mais je savais que même si je n'avais pas eu les moyens, j'aurais été du genre à travailler deux fois plus pour subvenir à leurs besoins même s'ils étaient tous plus ou moins indépendants financièrement. C'était le genre de tradition dans lequel j'avais été élevé.

- Marché conclu ... Je lui faisais un clin d'œil avant de monter sur l'engin pour retourner à la maison. Le renard faisait partie de ceux qui avait choisi de vivre dans la maison de la meute. Certains avaient préférés avoir leurs propres appartements, mais au final, beaucoup passé du temps à la maison et avait une chambre attitrée. Je lui faisais signe de se dépêcher un peu s'il ne voulait pas que ses plans soient contrariés justement par une invasion du reste de la meute. Je citais Dex que je savais très proche de Luan. La réponse du jeune homme me laissait pensif un court moment. Peut-être même un poil jaloux pour être honnête. Non parce que j'étais plutôt en retrait, mais bel et bien parce que Luan stipulait qu'il n'y avait personne d'autres avec qui il avait envie de jouer aux jeux vidéo. Je me retenais de rétorquer puérilement que je savais jouer aux jeux vidéo moi aussi ... Ce n'était pas un secret. Ou peut être que si. Je ne savais plus bien quand j'avais pris le temps de me laisser à jouer devant les autres plutôt que de céder la place à un des membres pour ne laisser personne de côté.

- Je sais que vous êtes très proches ... Mais tu sais, je suis sûr que le restant de la meute apprécierait de passer du temps avec toi aussi. Je faisais une petite moue avant de rajouter avec appréhension. - Tu sais les loups ont une tendance à être très possessifs, et je n'ai rien contre Dex, mais tu devrais peut-être ne pas l'encourager à nourrir cette possessivité à ton égard. Je me grattais la nuque avant de rajouter, encore plus mal à l'aise. - Surtout si tu envisages d'avoir quelqu'un dans ta vie. Je doute qu'il l'accepte facilement. Je crois qu'il a un sérieux problème avec ton amie Megan à cause de cela. Je tente de ne pas laisser les choses partirent hors de contrôle, mais ... Je finissais par me taire avant de me concentrer sur le guidon de ma moto. Je sentais une légère rougeur coupable envahir le haut de mes oreilles. C'était peut-être un peu égoïste de ma part. Luan ne m'avait rien promis, et il ne s'était jamais rien passé entre nous. Je ne pouvais pas lui imposer les mêmes limites que je m'imposais en tant qu'Alpha.

Ou peut être que si. Si j'en venais à lire entre les lignes quand il serrait ses bras autour de ma taille et murmurait ses quelques mots à mon oreille. M'arrachant un frisson léger et une douce chaleur. Je posais une main sur les siennes croisaient sur mon ventre.

- Sauf éviter de te mettre dans les ennuis ...
Je tentais l'humour pour me distraire de la boule qui se logeait dans ma gorge. Je fermais les yeux, et laissais mon corps tombait légèrement contre le sien. Son torse épousant mon dos. Je savais qu'on devrait parler tôt ou tard, mais pas maintenant. Je ne voulais pas ruiner ses précieuses minutes. Je me contentais donc de ce geste silencieux, traduisant je l'espérais la réciproque. C'était un jeu bien dangereux que je jouais là. Je finissais par rompre l'instant à contre-coeur, mettant mon casque sur ma tête et appuyant sur le démarreur.
©️ 2981 12289 0


(c)crackintime
No matter how much I hurt him or get hurt by him, I find myself far from hating him, actually hoping that those wounds will scar, like burns...because then you can never forget me.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you) ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
You're my rock of empathy, my dear (so come on let me entertain you)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Rock My World
» La Reine du Rock se présente !
» Rey Mysterio Vs The Rock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Autres :: 2017-
Sauter vers: