Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine.
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue sur Raising Hell, forum basé sur l'univers de Shadowhunters
N'oubliez pas de recenser votre PARABATAI,
votre MARQUE DE SORCIER & votre CLAN OU MEUTE !
Envie de nouveaux jeux ?
Venez chercher un PARTENAIRE DE JEU ou bien même un RP ALÉATOIRE !
N'oubliez pas de recenser vos LOGEMENTS, vos MÉTIERS et vos RUNES !
Merci de privilégier les Fées et Membres du Cercle.

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine.
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 1:55
A(riel) Ludwig Rosenwald
Ft. Stephen James Hendry
Petites infos
Loup-garou.
Vingt-quatre ans.
15 février 1994.
Berlin, Allemagne.
Herboriste et chasseur.
A toi-même.
Fuckboy volage.
Secrètement pansexuelle.


Anecdotes
Ariel, ton identité la plus profonde, presque oublié et dont tu ne supportes pas. Tu n'as jamais compris pourquoi ta mère t'a donné ce foutu prénom, mixte de base mais, réduit en ridicule par ce disney de merde tu as choisi de le passer à la trappe. Personne ne t'appelle Ariel, sauf peut-être lui malgré que tu grognes.   ☾ Rosenwald, un héritage qui coule dans tes veines et qui te colle à la peau. Un nom maudit. L'aîné déchu c'est comme ça qu'ils t'ont surnommé après ta chute, ils le disaient que de toute manière tu finirais comme tes parents bancals. Tu as été renié lorsque ta condition de loup a était exposer à l'enclave, où dénuer de tes fonctions, tu n'étais plus digne d'eux. Une blessure encore saignante au fond mais, dont tu tais. ☾Tu es né à Berlin, capitale de l'Allemagne, celle-ci a toujours été ton berceau. Ton chez-toi, ta ville. Le seul endroit où tu te sens vivant entièrement, embrassant alors tes démons intérieurs à pleine bouche. Tu y as vécu jusqu'au début de ton adolescence, où plutôt jusqu'à ce que tes parents perdent la garde de ta fratrie et toi-même. C'est là-bas que tu prévois ton retour un jour où l'autre. ☾ New-York 2006, tu as débarqué dans cette ville quand votre tante du côté maternel a obtenu votre garde. Par chance ou malchance tout dépend des points de vues, celle-ci et son compagnon sont des shadowhunters. Reconnu pour leurs efficacités et leurs dévotions, il est donc légitime qu'ils ont su vous transmettre les bonnes valeurs de leur cause. Malheureusement, tu n'as jamais réellement trouvé en eux une famille digne de ce nom. Ce n'est pas vraiment de leur faute, tu étais déjà trop abîmé, cassé, irréparable même avec leurs amours. ☾ À ton tour tu as été un chasseur d'ombre, de tes seize ans à tes vingts-trois ans. Après ça, tu es devenu une créature obscure après avoir été mordu par un loup-garou bêtement. Tu n'as jamais accepté ta condition et celle-ci t'a poussé à faire des choses horribles. Gardant en mémoire ton entraînement, tes connaissances et ton habilité avec les armes, tu as décidé de chasser les monstres qui ont fait de toi l'un des leurs. Tous. Sans exception, c'est ironique parce que toi qui avant cracher sur Le Cercle, tu pourrais presque comprendre leurs idéaux à présent. ☾ Tu agis en solitaire, tu n'as prêté allégeance à aucune meute puisque tu n'arrives tout simplement pas à rester avec eux sans que ça dégénère. Pourtant avant tu avais des amis de toutes races mais, ta transformation t'as complètement changer. ☾ Si tu es si bon dans le maniement d'armes plus particulièrement, une épée forgée qui portait tes initiales jadis à présent ranger dans un grenier, ton point le plus faible est la distance. Tout ce qui est arc, sniper, grenade et tant d'autres choses que tu ne maîtrises pas. Tout ce qui est arc, sniper, grenade et tant d'autres choses que tu ne maîtrises pas. Au corps-à-corps tu te débrouilles plutôt bien, même si tu as tendance à être un peu trop bourru et donc impulsif. ☾ Tu es un être chaotique, vivant de la destruction, des fêtes de trop et de la décadence. Le seul réconfort que tu trouves à cette vie de chien, emporté avec toi des gens dans ta chute. Tu n'es qu'un corps sans âme traversant les rues, une coquille vide, tu ne ressens plus rien. Mise à part la rage et la haine. Il parait que c'est normal, tu as étais mordu il y a seulement un an. Ses années-là sont les plus compliqués disaient-ils. ☾ Les tatouages sont ta grande passion, tu en as le corps recouvert et tu arrêtés de compter depuis bien longtemps. Pour toi, ton corps est la biographie même de ton histoire, de ce que tu es, chaque chose qui se passe dans ta vie tu le retranscris dans l'encre noire. D'une certaine manière tu "possèdes" encore tes runes, mélancolique parfois tu les caresses en repensant à tout ce que tu as perdu. ☾ Lorsqu'on a déjà croisé ta route ça choque plus d'un d'apprendre que tu exerces encore en tant que herboriste, cloîtrer dans ta petite boutique portant le nom de « La lisière » pas loin du centre de cette joyeuse ville, celle-ci se révèle être un bon atout dans certaines de tes chasses.
Derrière l'écran
Mon p'tit nom à moi c'est Aurore, plus connus sous le pseudonyme de Karmageddon, j'ai 22 ans et j'écris depuis environs 6 ans. Je suis une grande mangeuse de série et de livre. Je suis arrivé ici grâce à ma peite Mel' d'amour et j'ai hâte de jouer parmi vous.


Pour recenser
Code:
Stephen James Hendry<pris>♦️♦️</pris> A. Ludwig Rosenwald
Code:
♦️♦️ Ariel
Code:
♦️♦️ Ludwig
Code:
♦️♦️ Rosenwald
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 1:58
Tu n'as pas ta place au paradis, les démons qui te hantent t'emporteront.

“ Comment j'dois te l'dire pour qu'ça imprime?
Écoute pauv' conne, j'suis pas quelqu'un d'bien
J'suis pas une belle personne ”

Assis-toi mon p’tit gars mais non tracasse ce n’est pas ton tribunal. J’pense qu’on devrait avoir une conversation tous les deux, entre conscience et bandit. T’es une sale bête. C’est ce qu’on dit de toi, un pauvre gars des rues ne sachant pas contrôler ce qu’il ressent, rempli de haine, t’es qu’une masse de colère ambulante qu’on ne voudrait pas croiser. Mais tu penses que c’est parce qu’ils t’applaudissent quand tu prends part à tes combats illégaux pour tes idéaux débiles qu’ils t’apprécient ? Ahah. C’est la crainte mon ami, la peur d’être celui sur qui tu te défoules. Ils te détestent probablement autant que moi.

Tu m’diras que tu t’en fiches que c’est tous des connards, que ce qu’ils te disent ne t’atteint pas. C’est vrai. T’es pas le genre de gars à faire attention aux autres, tu vis dans ton monde, où plutôt ce que tu appelles ta réalité. Tu vois la vie comme une jungle, un terrain vaste ou si tu te laisses mordre tu te feras dominer. Mais personne ne te domine toi, non. T’es bien au-dessus de ça, t’es insensible, pas vraiment bavard ni confiant. En toi si mais pas envers les autres. Les gens t’effrayent, te poussent dans les murs que tu t’es toi-même forgé dans ton esprit, t’es un animal blessé ayant que comme seul repère la violence dans laquelle il a grandit.

T’es une sale bête.

Mais tu n’es pas que ça, tu sais. Bien sûr que tu es au courant, comme le peu de gens que tu estimes qui ont le droit de savoir. Tu as de l’ambition, peut-être un peu trop. T’es loyal comme personne ça on ne peut pas te le retirer comme pour ton côté protecteur, tu es le genre de gars à vouloir protéger les gens de ce monde de brute. T’es un pitre ambulant, tu prends rarement les choses au sérieux, tu es un joueur. Mais derrière tout ça, derrière toutes ses ténèbres qui t’entourent, t’es un bon gars. Pas seulement qu’un cliché ambulant.

S’ils tous ceux qui te crachent dessus savaient ton histoire, ils comprendraient tes silences. Ils seraient vus en travers l’épais brouillard qui t’entoure.


“ J'suis une sale bête
Une bouteille de gaz dans une cheminée
Et j'vais finir par t'sauter au visage si tu t'approches trop
Non, crois moi, tu veux vraiment pas que j'aille plus loin
Parce qu'au mieux ça t'empêchera d'dormir
Et au pire, ça t'donnera envie d'me cracher à la gueule
Alors avant que j'me transforme encore une fois
Pars en courant, fuis moi comme le choléra ”





Petit triton rêve de grandeurs, chuchote ta mère tendrement. Tu te souviens de ce souvenir doux, où poser au bord d’un lac elle te serrer dans ses petits bras si chaleureux. C’était la première fois que vous ne sortiez que tous les deux, papa ne voulait jamais laisser sortir maman seule, sans lui. Tu ne comprenais pas pourquoi à l’époque, tu étais bien trop jeune pour comprendre ses non-dits. Sa phrase qui tournait en boucle dans ta tête, tu ne l’as saisissais pas non plus. Gamin rêveur, il est vrai que ton esprit aimer s’aventurer dans l’espace-temps, loin d’être pourtant le plus sage de ta fratrie, tu étais sans doute le plus turbulent. L’assistante sociale disait que ce n’était pas de ta faute, que si tu enchaînais les bêtises, c’était à cause du climat empoissonnant dans lequel tu étais. Que c’était de la faute de ton père, homme violent et alcoolique, il ne se gênait pas pour avoir la main facile avec ta douce mère et toi. D’aussi loin que tu te souviennes, tu as plus souvent vu ton géniteur entouré des cadavres de ses bouteilles allongés à même le sol qu’autre part. Il n’a jamais eu de mot gentil envers toi, il n’a ouvert que ses bras pour te cogner dessus ignorant les supplices de ta maman qui essayer de le retenir. Il n’était pas un bon père, vraiment pas, encore aujourd’hui il te terrifiait dans les cauchemars que tu as de lui. Pourtant, paradoxalement, à l’époque tu voulais lui plaire, tu essayais de te démarquer, qu’il te voit à ta propre valeur. Mais tu n’étais qu’à ses yeux qu’un stupide gamin, naïf et insouciant de la vie de merde qui l’attendait. Norma, ta maman, n’était pas parfaite non plus. Tu gardes en toi l’image d’une femme douce, tendre, aimante. Alors qu’en réalité elle ne valait pas mieux que lui, la différence c’est qu’elle n’était pas dans le vice de l’alcool, ne te frappais pas, elle préférée la cocaïne, sa nostalgie d’ancienne rock star n’ayant jamais atteint l’apogée. C’est elle qui avait des rêves de grandeur, des espérances, des regrets amers. Elle vivait dans son monde imaginaire laissant sa famille de côté, ne faisant que de jeter cette ordure qui te servait de père pour mieux retourner dans ses filets. Manipulateur pervers narcissique qu’elle disait l’assistante sociale. Hors, elle était ta seule bouée, son ignorance valait mieux que cette haine injustifiée que tu vivais constamment. Ce jour-là, quand elle a prononçait ses mots, tu étais loin d’imaginer ce qu’allait suivre cette petite virée entre vous, elle a continuait à parler, à te faire miroiter des brides fantasmagoriques que serais ta vie. On doit se séparer. Avait-elle soudainement déclaré, uniquement cette fois tu avais vu le déchirement dans ses yeux. Peut-être bien qu’elle t’aimait vraiment finalement. Mais tu n’as pas eu le temps de lui demander concrètement, tu cherchais à comprendre pourquoi, qu’est-ce que tu avais bien pu faire pour qu’elle ne veuille plus de toi ? Tu essayais pourtant de la protéger de son détracteur, tu te mettais entre eux durant leurs disputes répétitives bien que pendant des années tu n’étais que spectateur de son cauchemar. Tu avais fini par prendre tes couilles en main alors pourquoi ? Quelques heures plus tard, ta tante du côté de l'ancienne rock-star débarquée chez vous, emportant avec elle vos affaires, tes frères et tes sœurs et laissant alors à leur propre sort ses deux aimants destructeurs que fût ton cocon familial. Jamais tu n’as revu le sourire de cette femme qu’était ta génitrice, plus jamais tu n’as vu le regard noir de ton géniteur. Ils avaient fini par s’entre-tuer, prévisible. Ils leur avaient dit, les avaient prévenus lorsqu'au lieu de se dévouer à l'enclave ils préférèrent  une vie terrestre et aveugle de romance bancale. Deux shadowhunter déchus, au plus grand damne de leurs familles.

“ Tu mets personne mal à l'aise dans les restaurants
Tu dors bien sur tes deux oreilles
T'es un bon p'tit français, t'es beau, t'es bien
Comme un magasine de déco, comme une maison témoin
Ça t'arrive pas ces choses là, hein?
Tu vois absolument pas d'quoi j'parle? ”

Ariel ? J’ai peur. Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? Demandait-il chassant les hoquets de ses larmes. Ton petit frère, serrait le drap entre ses doigts frêles. Tu es l’aîné celui qui doit rassurer ses petites têtes blondes, leurs petits yeux t’observant, qu’est tes liens du sang les plus directs. Tu les avais rassurées du mieux que tu pouvais. Vous aviez toujours été soudé comme les doigts d’une main, toujours à savoir que vous ne pourriez compter que sur votre petit cercle. Ils n’avaient pas toujours été faciles à vivre, ses morveux, mais lorsque votre tante avait pris en charge vos éducations les choses avaient changer. Tu n'étais plus celui qui était leur bouée de sauvetage, à devoir les maintenir à bout de bras malgré ton jeune âge non mais, tu redevenais un pré-adolescent comme les autres. Normal. Sauf que toi, tu ne l'as jamais était. Plus stricte, plus à cheval sur les règles, vous avez découvert une autre façon de vivre. Plaisante ? Tu ne sais pas. Elle vous a sauvé, il n’y a rien à chier là-dessus. Elle vous avait offert le peu qu’elle avait sans réfléchir un instant, lassé du comportement indigne que fût un jour sa soeur. Son compagnon n'était pas si différent qu'elle peut-être moins dur mais, il savait le faire uniquement lorsque c'était nécessaire. Tous les deux également chasseur d'ombres et savant exactement quel sang couler dans vos veines, ils ont pris en main votre éducation de ce côté-là. Ils vous ont entraîner sans relâche pour qu'un jour à votre tour vous faisiez honneur à votre nom de famille. Rosenwald. C’est donc du haut de tes treize ans que tu avais dû vraiment leur mentir. Allongé dans ton lit envahis par ses petites têtes blondes, tu l’avais serré dans tes bras en leurs disant que tout irait bien. Que tu allais trouver une solution pour revenir le plus souvent, que le temps que vous êtes ensembles dans vos esprits rien ne pourras vous arrivez. Tu avais menti, évidemment, rien ne s’était passer comme prévu. Tu allais faire ton entrée dans la grande académie des shadowhunter, les abandonnant d'une certaine manière. Et ça t'avais déchirer de le faire mais, c'était ton devoir.

“ Et bah ouvre pas trop la porte de ton placard, alors tu pourrais être surpris
Ça va t'faire tout drôle, le soir, où les choses que tu pensais avoir enfouies
T'font savoir, qu'en fait, elles étaient là, juste là, planquées sous l'tapis
Elles sortent une main, puis te plantent une seringue dans l'pied, avant d'disparaître
Alors là, ça t'prend à la gorge, comme des odeurs d'ammoniac
Ça t'colle des sueurs froides, t'as les dents qui claquent! ”



Oh toi je t'emmerde, continue à me pousser à bout et j'vais te faire avaler tes dents une par une connard.  Hurlais-tu avec rage sur cet homme qu’était censé te faire office d'entraîneur. Adolescent rebelle, violent, torturé, tu étais loin d’être un gars facile à gérer. Instable et indomptable, tu avais changé plusieurs fois de mentor, lassé de ton comportement. Des punitions tu en avais eu, tu ne comptais même plus le nombre de fois où tu avais lavé le sol de l'institut devant les autres ou bien les murmures que tu entendais lorsque tu passais. Irrécupérable. Indigne d'être un nephilim. Honte. Cette rage qui te consumait te rendait fou. À l'époque tu avais pensé à abandonner, à retourner à ta vie merdique sans détour. Puis il est arrivé, ce mentor qui aurait pu être ton père et qui se révélait être beaucoup plus têtu que toi. Il n'a pas lâché l'affaire, il a continué de t'entraîner, t'a pousser à t'intéresser encore plus aux plantes sans avoir honte, à essuyer d'un revers de la main tes insultes et tes excès de rage. Il a fait de toi le shadowhunter que tu es devenu bien après et pour ça tu lui en seras éternellement reconnaissant. Grâce à lui, tu as pu remonter dans l'estime de l'enclave et de tes frères chasseurs, il a su te trouver un but, te canaliser. Et c'est ainsi que tu es devenu ce que tu as eu tellement de mal à devenir. Tu étais tellement heureux, enfin tu te sentais vivant, éloigné de ses vieux démons qui te tourmentaient. Après ça tu t'es investie complètement dans la cause, ton allégeance envers l'enclave n'étant plus à douter, tu t'es également plongé le plus possible dans cette médecine qui t'attirait tant. Ils disent que tu as hérité ça de ta tante et tu n'as jamais démenti vu le nombre de fois où tu gober toutes les connaissances qu'elle avait à ce sujet. De ce fait tu es devenu au sein de l'institut l'herboriste attitré, concoctant des mélanges et te servant de ton savoir dans ce domaine pour aider ton prochain. Entre deux, tu avais même fait ton serment de parabatai avec ton veille ami de longue date, un gamin plus jeune que toi mais, qui malgré tout était ton meilleur ami. Enfin ton frère. Une amitié complexe où personne n'aurait parié sur vous tant vous semblez vous détester à se cracher à la gueule, se lancer des piques et vouloir être meilleur que l'autre. Mais ce qu'ils ne savaient pas eux, c'est qu'entre vous c'était à la vie à la mort. C'était la belle vie n'est pas mon ange ?

“ Beh non j'me calme pas, j'me calme pas!
Il sait pas c'que c'est lui
Il sait pas c'que c'est que d'être un crevard
D'être mal foutu, d'être une crasse, un pantin
D'être le terrain où l'bien et l'mal s'affrontent
Il sait pas c'que c'est ! ”

C'est toujours à cause des femmes, ne tombe jamais amoureux mon garçon. Qu'il avait dit Angus, ton père, la seule parole neutre qu'il avait eue pour toi. Et bêtement tu l'avais écouté, l’amour tu n’en voulais pas, ça te répugnait, toi qui n’avais connu que la destruction, la violence et l’amertume. Tu ne pouvais pas te plier à ce sentiment dont tu ne savais rien, dont tu ne savais même pas reconnaître. Obsédé par le fait que les femmes finiraient par se jouaient de toi, qu’elles allaient finir par te faire du mal, tu leurs à mener la vie dure. En plus d'être un cliché typique du bad boy qui fume et picole à outrance, tu te jouais des femmes. Jamais tu n'es tombé amoureux, tu épousés leurs courbes rondes et attirantes, mais, par leurs coeurs. Tu en as brisé plusieurs, peut-être même trop vu qu'on a fini par te craindre, on te fuir comme la peste, elles sont tes souffre douleurs, ça t’amuse. T’es dégueulasse. Mais on dit toujours que la roue finit par tourner et quand elle le fait ça fait mal. Très mal. Un beau jour, où peut-être une nuit, tu ne sais plus, elle est arrivée dans ta vie. Probablement qu'elle y était rentré depuis un moment mais, ce fût il y a seulement à cet instant qu'à force de la côtoyer que tu as pris conscience des sentiments qui t'animer. Tu la hais pour ça, tu as essayé de la repousser encore et encore sans relâche. Hors, tu fini toujours par revenir vers elle. Tu l'aimais follement mais, pas de la bonne manière. Ariel ne sait pas aimer. Qu'ils répétaient sans cesse par ce que c'était vrai, tu n'affectionnais ton monde qu'en les détestant. Avec elle aussi tu te comportais mal, les voix dans ta tête ils disent que tu étais un manipulateur pervers-narcissique. Complètement maniaque du contrôle et persuadé qu'elle ne pourrait pas réellement t'aimer, qui pourrait avec un homme quoi toi ? Tu ne mérites pas ce sentiment et tu le sais. Puis c'est arrivé. L'accident durant ta chasse habituelle avec tes amis chasseurs, lorsque tu as ouvert les yeux la bête t'avais eu. De sa morsure incrustée dans la chaire de ta hanche, tu étais contaminé. Jusqu'à la prochaine pleine lune tu as dû attendre, patiemment malgré le fait que tu es totalement le contraire. Tournant comme un lion en cage c'est lorsque tu as vu les premiers rayons de la pleine lune ainsi que ton corps entama sa douloureuse transformation que tu as su que ton destin était sceller. Et il n'en fallut pas plus pour que tes runes s'effacent même celle dont tu étais le plus fier, ton parabatai. Tu as hurlé à la lune cette nuit-là, si fort et si violemment que tu t'en ai fait mal aux cordes vocales. Non pas douleur mais, bel et bien par rage. C'était à cause d'elle, de son amour, de ta faiblesse. Tu en es devenu un monstre.

“ Non j'ai braqué personne, planté personne, buté personne
Mais j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit, tout simplement
J'ai fait des choses que j'regrette suffisamment
Suffisamment pour y penser tout l'temps ”



Ludwig, l'homme aux sirènes plein la tête. Elles tournent en lui, chantonnent et le charme. Ses démons. Sa décadence. Qu'elle avait dit cette sorcière qui avait su apparemment te percer à jouer. Déshonneur, horreur et tragédie. Ton accident n'est plus un secret pour personne, tous sont au courant et tu peux t'en rendre compte rien qu'en croisant les regards réprobateur, tu sais que c'est fini. Tu es ravale les larmes qui veulent s'échapper de tes paupières sans que tu les contrôles, c'est l'âme en peine et détruit que tu te présentes devant ta tante et ton oncle. Tu as étais écarté de la société des shadowhunter, tu es un paria. À partir de cet instant ton monde s'est écroulé totalement. Tu n'avais plus rien, quedal à être fier, ta famille n'as pas eu une once de compassion pour toi-même en voyant le désespoir dans tes yeux. Jeter à la rue comme un vieux clébard, c'est le cas de le dire. Rempli d'amertume et de colère, tu as décidé de prendre le peu d'affaire que tu possèdes pour partir en exil. Pendant un an tu erras plus au moins seul, apprenant à contrôler la bête en toi. Animé que par un seul désir : La vengeance.

“ J'pourrai t'donner un million de bonnes raisons
Pour qu'on m'attrape, qu'on m'casse les genoux, et qu'on m'cloue au pilori
Mais si un jour, on vient m'chercher
J'résisterai pas, et j'sortirai les mains sur la têtes, sans faire d'ennui
Mais avant que ça arrive, je voudrais qu'tu saches que j'ai compris ”

C'est un monstre, ils disent que si tu croises son regard plus de sept seconde, il fera de toi sa nouvelle cible. Il n'as aucune âme à revendre et ça se vois. C'est.. Le diable en personne. Tu peux les entendre delà où tu es, une whisky à la main et une clope au bec, cloîtrer dans ce bar miteux. Rendez-vous des pauvres âmes en perdition comme toi, tu as fait ton grand retour dans la belle ville qu'est New-York. Les nouvelles vont toujours aussi vite à ce que tu peux le constater, aux rumeurs que tu entends et qui te font doucement sourire amusé. Cette année en solitaire t'a fait le plus grand bien. Tu es de nouveau réellement toi-même. Bouffé par la haine, être du chaos et esclave de ta violence. Tu prends ton pied constamment à voir tes phalanges recouvertes de sang frais de ses créatures obscures. Un chasseur de monstres, c'est ce que tu es devenu. Tu les traques tous sans vraiment d’exception qu'elles soient bonnes ou mauvaises tu t'en fiche, ce que tu veux c'est qu'elles ressentent toute la souffrance qui stagne dans ton corps. Cependant, tu tiens à garder ta discrétion, ton anonymat puisque mieux que personne tu connais les agissements de l'enclave et si jamais tu viens à te faire attraper.. Ça sera la réelle fin. Mais qu'importe à part ta vie qu'est-ce que tu as d'autre à perdre ? Tu n'as plus de famille, plus de petite-amie que tu n'as même pas eu la foi de quitter en face, plus d'amis tant la haine t'a habiter et t'a poussé à couper tout contacte avec eux. Oh si peut-être cette boutique que tu as ouverte puis nommée « - La lisière », ton refuge où tu peux encore vivre de ta passion pour la botanique et qui secrètement te donnes certaines pistes pour tes prochaines chasses. Recrachant la fumée épaisse tu commandes un nouveau verre, tu ne vois plus le bout de cette vie de merde. Ça te pèse, t'en peux plus, tu aimerais juste... Voir le monde brûler.

“ Que j'passe mes nuits entre cachetons et insomnies
Et que je vais m'battre, pour reconstruire un apprenti, un repenti
Et tant pis, si ça m'prend toute une vie ”



Je te vois, Ariel, je te vois vraiment derrière ta mélancolie constante. Susurre-t-elle ses bras venant de se verrouiller solidement autour de ton corps. Tu te débats, essayant de la repousser loin de toi. Elle sait que tu ne supportes pas ce prénom, encore moins les contacts humains et cette voix qu’elle prend lorsqu’elle essaye de te percer. Lâche-moi salope, murmures-tu entres tes dents serrer. Mais elle persiste, encore et encore, continuant de te parler de la même manière qui te chamboule les tripes. Elle te rappelle ta mère, d’une certaine manière. Ta gorge se serre, tu finis baisser les armes, laissant couler ses larmes silencieuses que tu n’avais pas senties depuis bien longtemps. L’ascension de tes angoisses constantes à sa vue. Tu as vingt-quatre ans, tu es un grand gaillard maintenant, tu as passé l’âge de ses conneries, hors, tu n’arrives pas à la repousser plus loin. Qu’est-ce qu’est ta vie à présent ? Un gamin des rues ayant réussi à s’en sortir plus au moins, grâce à cette organisation pour qui il avait fait allégeance, il avait un but mais pourtant continuais d’enchaîner les frasques. Ils disent que tu avais besoin d’adrénaline mais, au final ça a conduit à ta propre perte. Tu es devenu un véritable monstre bouffé par tout ce qui a de plus négative sur cette terre, tu n'es plus que l'ombre de toi-même. Tu n'es plus rien. Juste une boule de haine. Probablement que ta mère avait raison tu rêvais en grand, peut-être bien que tu es toujours le même gamin. Handicapé des sentiments se mutant dans un silence plutôt que de parler de ce qui ne va pas, préférant les histoires sans complexes que les responsabilités étouffantes, choisissant l’instabilité plutôt qu’être raisonnable. Tu es mon ange déchu, Ariel.



“ Comment est-ce que tu peux penser qu'tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas?
Pourquoi tu dis qu'tu m'aimes alors que moi-même j'me déteste?
Pourquoi t'es là, pourquoi tu restes? ”


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 2:18
Je suis contente de pouvoir te souhaiter la bienvenue parmi nous, du coup please

J'ai hâte d'en savoir un peu plus sur ton personnage qui m'a l'air déjà très intéressant!
Si tu as la moindre question supplémentaire, bien sûr, n'hésites pas, et je te souhaite un bon courage pour ta fiche stache

N'hésites pas non plus à nous rejoindre sur le discord, tu peux trouver le lien sur la pa si tu veux
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 3:49
Bienvenue par ici ! :)
J'ai hâte de voir l'histoire de ton personnage ! coeur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 12:47
Bienvenue par ici ! coeur
J'ai hâte de voir la suite de ton histoire. J'aime déjà ce que tu as écris ! love2
Revenir en haut Aller en bas
Maxime T. Yuán
Dumb but Hot as Hell
Maxime T. Yuán
♦ Age : 19
♦ Date de naissance : 25/08/1999
♦ Autres comptes : Raphael, Santana, Bastian, Ezio & Théodore
♦ Runes : 19
♦ Messages : 397
♦ Date d'inscription : 14/12/2017
♦ Everything and anything :

Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 13:37
Bienvenue sweetie ❤️

J'aime beaucoup ton avatar **

Comme l'a dit Clary, si t'as des questions hésite pas et bon courage pour ta fiche ! ❤️


by this sign, we will conquerYou could break my heart in two, but when it heals, it beats for you. I know it's forward, but it's true : you're stuck in my head and I can't get you out of it. If I could do it all again, I know I'd go back to you.
Revenir en haut Aller en bas
http://crimsonday.forumactif.com
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 14:00
Bienvenueeee et bon courage pour la suite de ta fiche ! excited
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle Lightwood
Children of Raziel
Isabelle Lightwood
♦ Age : 16
♦ Date de naissance : 07/09/2002
♦ Autres comptes : nope
♦ Runes : 21
♦ Messages : 98
♦ Date d'inscription : 25/03/2018
♦ Everything and anything : My family is everything for me



Women must be stronger





Be generous




Voir le profil de l'utilisateur
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 14:49
Bienvenue beau gosse cc

Bonne chance pour ta fiche^^
Au passage j'aime beaucoup ta façon décrire tu as une bonne plume hâte de pouvoir faire ta connaissance


Codage par Libella sur Graphiorum
A Shadowhunter is more than a fighter
Revenir en haut Aller en bas
http://bigfork.forums-rpg.com/
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 17:15
Merci à vous tous pour votre accueil vous êtes franchement adorable en plus d'être canon please

Bon maintenant que j'ai terminé, j'ai carrément la pression so.. J'espère pas vous décevoir et n'avoir pas fait d'erreurs. o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 18:10
Me voilà pour te valider What a Face

Bon, avant ça par contre, je vais juste te demander de modifier quelques petits trucs. Des détails hein, rien de grave t'inquiète pas mdr

"À ton tour tu as été un chasseur d'ombre, de tes dix-huit ans à tes vingts-trois ans. " en fait, les Chassseurs d'Ombres sont Chasseurs d'Ombres dès leur naissance. Ils sont nés comme ça, et c'est plus à l'âge de 10 ans qu'ils deviennent des "vrais" Chasseurs d'Ombres si tu veux partir de ce principe, vu que c'est à ce moment là qu'ils reçoivent leur toute première rune (qui est donc la rune angélique). Du coup si on prend le cas de ton personnage en particulier, je pense qu'il aurait eu sa première rune vers l'âge de seize ans, en prenant un minimum de trois ans d'entrainement, ça semble logique mh

"Tout ce qui est arc, sniper, grenade et tant d'autres choses" alors celle là tu peux la laisser, c'est pas dérangeant, mais je voulais juste te prévenir que les Nephilims n'ont pas d'armes à feu en fait x) c'est pas compatible avec l'énergie angélique et l'adamas (la pierre dont ils se servent pour fabriquer leurs armes). C'est juste une information que je te donne au cas où ça pourrait te servir ^^

"Et il n'en fallut pas plus pour que tes runes s'effacent même celle dont tu étais le plus fier, ton parabatai." alors la transformation en loup garou n'est pas immédiate. Quand tu es mordu, tu es contaminé par le venin, et tu as une chance sur deux d'être transformé. En fait, ta transformation se déclanche, ou non, à la prochaine pleine lune. Avant ça, tu peux pas savoir si tu deviens ou loup-garou ou non x)

Ensuite le passage où tu dis qu'il passe devant le Conseil etc en fait ça se fait pas comme ça. A partir du moment où il devient un loup-garou, il est tout de suite écarté de la société des Chasseurs d'Ombres, et il n'y a pas de cérémonie officielle où on lui demande de rendre sa stèle ou quelque chose dans le genre (surtout que de toute manière, sans sang angélique dans les veines, il ne peut plus s'en servir x) )

Sinon pour le reste, c'est bon! J'attends juste que tu modifies ça, et que tu reviennes vers moi, ensuite je pourrais te valider sans soucis, en espérant ne pas te faire trop peur please
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 18:32
Les modifications sont effectuées, excuse-moi pour les petites erreurs et encore merci à toi heart
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ Mer 28 Mar - 18:58
Tu es validé !
Du coup, ta fiche est parfaite, et ne t'excuse pas pour les petites erreurs, ce n'est pas bien grave please
En tout cas j'ai bien apprécié te lire, tu as un style d'écrire plutôt sympa, et ton personnage est vraiment intéressant, j'ai hâte de voir comment tu vas le faire évoluer en rp, en espérant qu'il ne reste pas fâché trop longtemps contre les autres Créatures Obscures
Encore bienvenue à toi, et on espère que tu t'amuseras bien parmi nous ! quewa

__________

Bienvenue parmi nous le newbie ! Tu es maintenant promu au rang d'Enfant de la Lune, c’est la classe, avoue ? Si jamais tu as des questions, Raphaël et Clary sont là pour t’éclairer, et n’hésite pas à nous harceler ! Maintenant, n’oublie pas de faire ta fiche de liens et ta fiche de rp, sans oublier de recenser ton logement et ton métier.. Puis une fois que tout ça est fait, pour demander des rps, c'est ici. Quant aux runes, les recenser ici et les dépenser . Si ça te bottes, tu peux aussi demander un rang par-là. e plus, n'oublie pas de recenser ta meute par-là ! Et n'hésites pas à nous rejoindre sur Discord ou encore à venir participer à l'intrigue des Créatures Obscures ou le procès de Valentin ! Voilà, voilà, c’est tout ! J’espère que tu va te plaire chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#) Sujet: Re: Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine. ♦ 
Revenir en haut Aller en bas
 
Ludwig ☾Ils disent qu'il a la maladie de l'âme, qu'il répugne et qu'il fascine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ludwig - Calice du Comte
» Alexander Ludwig #008 avatars 200*320 pixels
» [Réflexion] Ludwig/Ludvina B2N2 ?
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Poesy et Poheme vous disent au revoir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raising Hell :: Le flood :: Les archives :: Présentations & Scénarios-
Sauter vers: